19 mars Séminaire ELITAF Les Réunionnais formés dans les pays de l’Est

unnamed.bmp

Jeudi 19 mars 2015, 14h – 17h, 190 avenue de France, salle 587 (5è étage, IRIS)

Séminaire avec Lucette LABACHE, Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde

LES REUNIONNAIS FORMES DANS LES PAYS DE L’EST

Discutante: Catherine COQUERY-VIDROVITCH, Professeur émérite, Université Paris-Diderot, Paris 7, Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

Résumé de l’intervention de Lucette Labache :

Colonie française depuis le XVIIème siècle, l’île de La Réunion devient département français d’outre-mer en 1946. Près d’une quinzaine d’années après le vote de la loi lui accordant ce statut, une grande partie de la population, qui avait placé d’immenses espoirs dans le changement statutaire, ne voyait toujours pas les retombées en termes de développement économique et social. La Métropole, occupée à des travaux de reconstruction, et par la revendication d’indépendance de ses colonies, ne consacrait que peu de temps aux DOM. Ce manque d’intérêt, voire cette indifférence, de la Métropole, fut sanctionné, en 1959, par le  Parti Communiste Réunionnais (PCR) qui propose alors un programme de décolonisation : il refuse la « politique coloniale française » dans l’île et se place dans la perspective de la création d’un Etat. De ce fait, il conteste le statut juridique de La Réunion en se positionnant en faveur de l’autonomie. Le PCR, en toute logique, s’insurge contre le pouvoir intellectuel de « La France », établit des liens de solidarité avec le bloc soviétique et sollicite les « pays frères » pour assurer la formation des cadres dans l’objectif de préparer l’avènement du futur état autonome. Dès les premiers accords signés en 1961 entre le PCR et le PCUS, l’Union Soviétique accorde d’importants crédits aux départements et territoires d’outre-mer, considérés à ce moment-là, comme des pays en voie d’accession à l’indépendance. Des centaines de Réunionnais choisissent les pays de l’Est pour leur formation. Décision qu’ils assument comme un acte de résistance politique. Il s’agit pour eux de forger une nouvelle voie politique, d’adhérer à une nouvelle idéologie, et d’affaiblir l’influence française dans l’île. Cette filière migratoire va s’étaler sur une période de 25 ans, soit entre 1961 et 1986.

A partir de l’analyse des données issues des premières investigations réalisées à La Réunion et en Métropole (2012-2015), basées sur des interviews semi-directifs des anciens étudiants, des entretiens avec les organisateurs de cette  filière migratoire, la consultation des archives des journaux liés à la sphère communiste, des archives privées des anciens étudiants ayant été en Europe de l’Est et en URSS, et d’une bibliographie relative à cette thématique, il s’agira lors du séminaire, d’étudier  le contexte qui a conduit à la création de la filière politique de migration vers les pays de l’Est, le rôle des leaders politiques de droite et de gauche, le profil des jeunes qui sont partis, leur expérience de vie migratoire, leur retour au pays ainsi que la capitalisation ou la déperdition des acquis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *