13 Mars : URSS, Cuba, Angola. Transferts cinématographiques

affiche VENDREDI 13 MARS à partir de 13h, dans la salle 10,105 bd Raspail, 75006, Paris.

Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. Influence du cinéma soviétique

Françoise Navaihl (spécialiste du cinéma russe et soviétique ; présidente du site Kinoglaz.fr)

Olivier Hadouchi (Université Paris 3/IRCAV)

URSS, Cuba, Angola : transferts cinématographiques.
Autour du film Soy Cuba (1964) de M. Kalatozov

Résumé de l’intervention de Françoise Navaihl

Le film de M. Kalatozov Soy Cuba s’inscrit dans une veine spécifique du cinéma soviétique, l’orientation internationale, la main tendue aux pays en voie de développement. Dès ses débuts, l’URSS veut s’ouvrir au monde et à  l’humanité souffrante et potentiellement révolutionnaire. L’Afrique noire fut une de ses cibles avec une politique de formation de cadres, y compris dans le cinéma. Sa prestigieuse école, le VGIK, accueillit nombre d’étudiants étrangers, dont le dernier fleuron est Abderrahmane Sissako.

Au début des années 60, Cuba, protégée et subventionnée par l’URSS, est donc un lieu évident pour un grand film. Trois talents éminents  – le cinéaste M. Kalatozov, palme d’or à  Cannes en 1958 pour Quand passent les cigognes, le poète E. Evtouchenko, symbole du dégel, et le poète cubain Enrique Pineda Barnet – s’unissent pour produire une œuvre fulgurante Soy Cuba.
Méconnu, il mérite une meilleure reconnaissance : « Un film qui donne foi dans le cinéma » écrivait Scorcese.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *