28 Mai. J.Matéyi LA TRAVERSEE DU RIDEAU DE FER PAR LES SYNDICALISTES GABONAIS

illustration ELITAF

Jean MATEYI, doctorant à l’Université de Bordeaux 3, Les Afriques dans le Monde (LAM)

28 Mai, de 14 à 17 h, FMSH, 190 avenue de France 75013 Paris, salle 318

 

LA TRAVERSEE DU RIDEAU DE FER PAR LES SYNDICALISTES GABONAIS

 

Discutant : Luc NGWE, Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde, ELITAF

Résumé de l’intervention :

Au Gabon, plusieurs leaders syndicaux, pour des raisons personnelles ou de formation, ou encore pour participer à des conférences internationales, partirent au-delà « du Rideau de fer ». La lutte d’influence entre les puissances occidentales, notamment les Etats-Unis, et les démocraties populaires, conduites par l’Union soviétique, s’était traduite par des ingérences de plus en plus nombreuses dans les affaires intérieures des pays nouvellement indépendants. Au Gabon, ces ingérences se sont manifestées dans plusieurs domaines, en particulier dans les mouvements de jeunesse et à travers le syndicalisme. Sur le plan intérieur, le syndicalisme reste au Gabon l’un des moyens d’expression de la société civile. Ceci nous conduit à nous interroger dans un premier temps sur le profil et les motivations de ces syndicalistes qui se sont ralliés aux pays de l’Est. Qui étaient-ils ? Dans quels mouvements syndicaux exerçaient-ils ou militaient-ils ? Quelles étaient les principales revendications de leurs syndicats ?

Sur le plan extérieur, les puissances étrangères tendaient également à pénétrer, orienter et canaliser les activités syndicales. L’affiliation de la Confédération Générale Africaine des Travailleurs (CGAT) à la Fédération des Syndicats Mondiaux (FSM) d’obédience communiste en est l’illustration la plus parfaite. Cela conduit, dans un second temps, à nous interroger sur les relations que les syndicalistes, ayant traversé le rideau de fer, entretenaient avec les autorités gabonaises. Il convient d’ailleurs de rappeler que le Gabon, par son premier président Léon M’ba, restait attaché aux démocraties occidentales et n’avait jamais reconnu les démocraties populaires. Dans les années 1960, redoutant les entreprises de subversion, notamment à travers le syndicalisme de type soviétique, le pays se déclarait résolument anticommuniste. Le Gabon fut en fait le dernier pays d’Afrique francophone à établir des relations diplomatiques avec les démocraties populaires. Les menaces et les critiques que faisaient planer sur ce pays, les concessions de ses voisins aux pays communistes, et notamment celles du Congo-Brazzaville, ne faisaient que renforcer sa détermination à se refuser à tout contact avec l’Est. Ces syndicalistes étaient-ils considérés comme des agents subversifs par le gouvernement gabonais ? Quelles ont été les méthodes déployées par l’état gabonais afin de réduire leur influence ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *