8 juin : Prie Dieu pour ne pas être riche au pays des pauvres

image              Nous avons le plaisir de vous inviter au premier séminaire organisé dans le cadre du programme MDA (Mutations et Défis Africains) par les groupes de travail Elites africaines dans le monde et Sociétés africaines et activités extractives :

LES TRAJECTOIRES GLOBALISÉES DES ÉLITES MARCHANDES SAHÉLIENNES

 

Lundi 8 juin, 18h15 -21h , EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Projection du film documentaire

Prie Dieu pour ne pas être riche parmi les pauvres

réalisé par Claude Arditi et Issa Serge Coelo Prod. Parenthèses Film, Paris, 2006, 58 minutes

Synopsis : Qu’est-ce qu’être un riche commerçant au Tchad, l’un des pays les plus pauvres de la planète ? La réponse est ici donnée à travers les portraits d’hommes et de femmes devenus riches en exerçant leurs activités au Tchad, en France et dans les Émirats. Si l’Islam ne leur interdit pas d’être riches, il leur enjoint de partager leurs richesses. Mais ils sont submergés par l’ampleur de la misère du pays, disent leur déception d’avoir été écartés du projet pétrolier de 2003, critiquent la Banque mondiale dont les politiques de lutte contre la pauvreté leur paraissent inefficaces.

Discussion autour du film : La discussion proposera une réflexion sur les trajectoires marchandes au Sahel et ce qu’elles nous apprennent des réinventions locales du capitalisme, des formes variées que prennent les pratiques, les parcours ou les imaginaires de la réussite dans ce double mouvement de diffusion à l’échelle mondiale de politique néo-libérales et l’accélération des processus de globalisation. La réflexion sera animée par Claude Arditi, réalisateur du film et chercheur à l’EHESS et Raphaëlle Chevrillon-Guibert, chercheure post-doctorante à l’Université  Paris 1 (IEDES -UMR 201) à partir de leurs travaux respectifs sur des hommes d’affaires tchadiens et soudanais. Elle tâchera d’interroger les spécificités de chaque situation historique afin de souligner les problématiques communes liées aux circulations vers le Golfe et l’Asie, aux modalités de la redistribution ou encore à la place de la religion dans les pratiques de ces hommes d’affaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *