Tous les articles par Michèle Leclerc-Olive

13 Mars : URSS, Cuba, Angola. Transferts cinématographiques

affiche VENDREDI 13 MARS à partir de 13h, dans la salle 10,105 bd Raspail, 75006, Paris.

Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. Influence du cinéma soviétique

Françoise Navaihl (spécialiste du cinéma russe et soviétique ; présidente du site Kinoglaz.fr)

Olivier Hadouchi (Université Paris 3/IRCAV)

URSS, Cuba, Angola : transferts cinématographiques.
Autour du film Soy Cuba (1964) de M. Kalatozov

Résumé de l’intervention de Françoise Navaihl

Le film de M. Kalatozov Soy Cuba s’inscrit dans une veine spécifique du cinéma soviétique, l’orientation internationale, la main tendue aux pays en voie de développement. Dès ses débuts, l’URSS veut s’ouvrir au monde et à  l’humanité souffrante et potentiellement révolutionnaire. L’Afrique noire fut une de ses cibles avec une politique de formation de cadres, y compris dans le cinéma. Sa prestigieuse école, le VGIK, accueillit nombre d’étudiants étrangers, dont le dernier fleuron est Abderrahmane Sissako.

Au début des années 60, Cuba, protégée et subventionnée par l’URSS, est donc un lieu évident pour un grand film. Trois talents éminents  – le cinéaste M. Kalatozov, palme d’or à  Cannes en 1958 pour Quand passent les cigognes, le poète E. Evtouchenko, symbole du dégel, et le poète cubain Enrique Pineda Barnet – s’unissent pour produire une œuvre fulgurante Soy Cuba.
Méconnu, il mérite une meilleure reconnaissance : « Un film qui donne foi dans le cinéma » écrivait Scorcese.

Timbuktu. Au-delà du réalisme

08_Azalai-la-route-du-sel-(1)

La poesia es un arma cargada de futuro

Gabriel Celaya, Cantos Iberos, 1955.

Le dernier film d’Abderrhamane Sissako, Timbuktu, dont tout le monde reconnaît la réussite esthétique, a cependant suscité de vives discussions sur le type d’écriture que l’auteur a choisi pour traiter du terrorisme aujourd’hui. Quelques voix se sont élevées pour reprocher au film son manque de réalisme (voir les articles postés dans la revue de presse de CORENS du 24 décembre 2014) ou pour noter le déficit de contextualisation, quand on ne lui reproche pas l’absence d’analyse sociologique et historique du djihadisme. Par exemple, sur le site du GITPA (Groupe International de Travail pour les Peuples Autochtones) une directrice de recherche au CNRS, « expert de la société touarègue » regrette que le film ne livre pas tous les éléments qu’un travail plus pédagogique aurait dû nous fournir : « Il manque des clés de compréhension essentielles pour saisir pourquoi et comment on en est arrivé à ce type de situation » déclare-t-elle.

Je voudrais, à l’occasion de ce débat, partager quelques réflexions personnelles suscitées par le film Timbuktu et ces commentaires qui lui ont été adressés.

Ces différentes critiques m’ont étonnée ; je voudrais poursuivre le dialogue avec elles, car il me semble qu’elles témoignent d’une évolution des attentes du public, ou, dit autrement, d’une réduction de la pluralité des écritures légitimes dans ce contexte de terreur à l’égard de la liberté d’expression. Alors qu’après les attentats contre Charlie Hebdo, on débat des limites que celle-ci doit (ou devrait) s’imposer à elle-même, que l’humour doit (devrait) ne jamais transgresser, ces reproches adressés à Timbuktu – reçu comme discours SUR le djihadisme – ne révèlent-ils pas une autre forme de réduction de la pluralité des écritures légitimes ?

Il me semble en effet que Timbuktu n’est pas un film SUR une situation, et que cette attente (multiforme, certes) de réalisme condamne, au-delà de ce film particulier, toute prise de parole poétique, au motif que nous sommes confrontés à la cruauté aveugle et à l’intolérance ignorante, déligitimant au fond plus largement toute écriture fictionnelle, dès lors que la terreur devient insoutenable.

Un mot sur cette attente de réalisme d’abord. On peut s’interroger en effet. De quoi relève cette demande de visibilité – voir et savoir ce qui s’est réellement passé – ? Le contexte actuel et relativement récent (bien que la critique du pouvoir des images déjà ancien) mérite d’être analysé à nouveaux frais : qui aujourd’hui produit, fait circuler, se sert des images réalistes ?

Je ne prendrai qu’un exemple qui me semble particulièrement illustratif des questions nouvelles auxquelles nous ne pouvons nous soustraire. Mohammed Merah, on le sait, s’était fixé sur la poitrine une caméra GoPro lorsqu’il a assassiné le policier Ahmed Merabet. Il se trouve qu’il ne fut pas le seul à filmer. Un passant, par hasard sur les lieux, filme, lui aussi. Sans y penser, ce dernier rend aussitôt ses images publiques. Il s’en excuse peu après : « J’étais complètement paniqué. Il fallait que je parle à quelqu’un. J’étais seul chez moi. J’ai mis la vidéo sur Facebook. J’ai fait une erreur … ». Mais il est trop tard. Depuis, ces images ont fait le tour du monde ; elles ont même été « recyclées » en vidéo de propagande par Al-Quaïda (Tessé, Les cahiers du Cinéma, janvier 2015). Nous sommes cernés par des images qui exposent la cruauté des exécutions. La publicité autour de ces actes insoutenables est voulue et organisée : c’est là un notable changement par rapport à l’époque des crimes nazis dont les tortionnaires ont tenté de gommer les traces.

 La poésie n’est pas un divertissement pédant pour quelques intellectuels retranchés du monde. Que l’on songe aux poètes de la Résistance et au rôle de leurs textes dans la perpétuation d’une mémoire de ces terribles moments.

Revenons au réalisme dont Timbuktu serait malheureusement dépourvu. Les personnages de djihadistes manquent de la brutalité grossière qu’on attend d’eux. Le djihadiste qui refuse au touareg condamné à mort de pouvoir revoir une dernière fois sa fille avant de mourir aurait au fond une personnalité bien trop humaine – on pense aux propos qu’il adresse en arabe au seul traducteur. Ce serait évidemment plus simple pour le spectateur de voir s’affronter des bons et des méchants, de pouvoir condamner sans hésitation, de conforter ainsi les schémas simplificateurs dont il se contente pour juger des situations. Mais la vie est parfois plus complexe. Certains nazis étaient de bons pères de famille et Mokhtar BelMokhtar ne semble pas, au dire des médiateurs qui l’ont rencontré, être le monstre qu’on attend qu’il soit à chaque instant. Sans partager son radicalisme, l’un de ces médiateurs déclarait récemment : « Ses hommes l’aiment et il m’est toujours apparu sympathique. Contrairement à Abou Zeid, avec lequel la discussion était impossible, c’est un homme de dialogue. » (voir article de la revue de presse CORENS du 5 février 2015).

« Les documents de vie » échouent souvent à restituer la vérité des situations. Dans un entretien récent, accordé à une journaliste du Monde, Phil Klay, ancien marine américain stationné treize mois en Irak (entre 2007et 2008) déclarait : « L’Iliade n’est pas réaliste. Si un fantassin de la guerre de Troie le lisait, il aurait quantité de reproches à formuler. Néanmoins, tous les vétérans ayant lu l’Iliade peuvent dire que, oui, c’est ça la guerre, c’est ce qu’ils ont ressenti ». (Le Monde, 13 février 2015).

L’oreille collée au sol, j’entends passer demain

Aimé Césaire

Par ailleurs, la fiction peut atteindre un niveau de vérité inaccessible au témoignage factuel et aux explications causales. Jorge Semprun, rescapé des camps nazis, en témoigne. A propos du récit fictionnel de Soazig Aaron, Le non de Klara, (publié en 2002), il écrit : « (…) j’attendais une fiction, une prise de pouvoir romanesque sur la mémoire des camps. Seule la fiction ­ c’est le paradoxe, le mystère de la littérature, ­pourra bientôt non seulement faire vivre, mais aussi enrichir cette mémoire. (…) Aux premiers temps de la littérature concentrationnaire, David Rousset avait eu l’incroyable audace de donner une allure de roman à son livre, Les jours de notre mort. Cela lui avait permis de tirer profit de la liberté, de la complexité de la forme narrative. Mais l’essentiel de son propos visait à présenter une description documentaire, synthétique, de l’univers des camps. La forme romanesque n’en était qu’un moyen. Rien de tel dans Le Non de Klara où le récit ne vise pas à la reconstruction d’une vérité documentaire mais à la création d’une réalité spirituelle. De ce point de vue, et parce que nous sommes dans la fiction, Soazig Aaron ose faire dire et penser à Klara des vérités intimes que nous autres, êtres de chair et de sang, n’avons pas osé dire, ni même penser : que nous nous sommes retenus de faire, en tout cas, évitant de passer à l’acte. »

L’écriture délibérément « défective » de Timbuktu interpelle l’imaginaire du spectateur invité à combler les silences – ce qui n’est guère difficile eu égard au trop-plein d’images atrocement réalistes qui encombrent son espace visuel.

Mais si le film Timbuktu fait œuvre poétique, il se distingue cependant des œuvres, poétiques ou romanesques, qui ont été évoqués plus haut. Il ne s’agit pas ici seulement de fragments de vérité, de l’écume de la réalité que seule la poésie peut donner à sentir. Le film n’est pas seulement un film SUR un épisode historique douloureux, une fiction « d’après » une réalité tragique, il est également une prise de parole dans un présent ouvert, dont l’avenir dépend aussi des discours d’aujourd’hui. Il ne peut être vu comme de simples traces d’un monde qui lui est extérieur et auquel il aurait à être fidèle, mais comme un acte au plein sens du terme. Donner à penser bien plus qu’instruire, au-delà de l’émotion paralysante que suscite cette tragédie.

Prendre la parole aujourd’hui, dans cet espace politique où agissent et s’expriment des acteurs porteurs de projets inconciliables, place chacun, et plus encore le poète qui porte la souffrance à son comble, devant des dilemmes redoutables. Donner à voir, et plus encore ici donner à sentir, rencontre la nécessité de donner à penser. La gravité poétique de Timbuktu, se situe précisément sur cette arête précaire où l’on est assailli par des impératifs contradictoires. Au cours d’un entretien réalisé en 1995 à l’occasion de la sortie de son film La vie sur terre, A. Sissako déclare que « Ce film pour moi ne s’adresse pas qu’aux occidentaux et à l’européen d’aujourd’hui mais tout simplement à tout le monde. Je ne vois pas comment une démarche peut être positive aujourd’hui si elle passe par la culpabilisation. Il faut éviter cela à tout prix. Mon objectif n’est pas de faire naître la culpabilité. Je suis un citoyen du monde et je m’adresse au monde. Mais il faut que certaines choses soient néanmoins dites (…) On ne peut pas construire en détruisant l’autre. »

La poésie n’est pas reportage, comptabilité de l’horreur. Le journaliste, le juge, l’historien, l’anthropologue, auront à faire leur œuvre, toujours dans l’après-coup. Timbuktu pousse un cri silencieux et assourdissant, alors que l’événement est loin d’être apaisé. Face à l’innommable, parler de l’intolérance sans la performer à nouveau … Prendre la parole au milieu des cris de vengeance et de haine … Entretenir malgré tout, la petite flamme vacillante de la possibilité d’un monde commun … Dire le bonheur de la pluralité bien que la réalité immédiate soit celle de la peur de l’autre et de la cruauté aveugle …

« La poésie est une arme chargée de futur » écrivait Gabriel Celaya, au plus fort de la terreur franquiste. Le réalisme n’a pas encore rendu la poésie, l’humour et la fiction complètement illégitimes …

19 mars Séminaire ELITAF Les Réunionnais formés dans les pays de l’Est

unnamed.bmp

Jeudi 19 mars 2015, 14h – 17h, 190 avenue de France, salle 587 (5è étage, IRIS)

Séminaire avec Lucette LABACHE, Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde

LES REUNIONNAIS FORMES DANS LES PAYS DE L’EST

Discutante: Catherine COQUERY-VIDROVITCH, Professeur émérite, Université Paris-Diderot, Paris 7, Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques

Résumé de l’intervention de Lucette Labache :

Colonie française depuis le XVIIème siècle, l’île de La Réunion devient département français d’outre-mer en 1946. Près d’une quinzaine d’années après le vote de la loi lui accordant ce statut, une grande partie de la population, qui avait placé d’immenses espoirs dans le changement statutaire, ne voyait toujours pas les retombées en termes de développement économique et social. La Métropole, occupée à des travaux de reconstruction, et par la revendication d’indépendance de ses colonies, ne consacrait que peu de temps aux DOM. Ce manque d’intérêt, voire cette indifférence, de la Métropole, fut sanctionné, en 1959, par le  Parti Communiste Réunionnais (PCR) qui propose alors un programme de décolonisation : il refuse la « politique coloniale française » dans l’île et se place dans la perspective de la création d’un Etat. De ce fait, il conteste le statut juridique de La Réunion en se positionnant en faveur de l’autonomie. Le PCR, en toute logique, s’insurge contre le pouvoir intellectuel de « La France », établit des liens de solidarité avec le bloc soviétique et sollicite les « pays frères » pour assurer la formation des cadres dans l’objectif de préparer l’avènement du futur état autonome. Dès les premiers accords signés en 1961 entre le PCR et le PCUS, l’Union Soviétique accorde d’importants crédits aux départements et territoires d’outre-mer, considérés à ce moment-là, comme des pays en voie d’accession à l’indépendance. Des centaines de Réunionnais choisissent les pays de l’Est pour leur formation. Décision qu’ils assument comme un acte de résistance politique. Il s’agit pour eux de forger une nouvelle voie politique, d’adhérer à une nouvelle idéologie, et d’affaiblir l’influence française dans l’île. Cette filière migratoire va s’étaler sur une période de 25 ans, soit entre 1961 et 1986.

A partir de l’analyse des données issues des premières investigations réalisées à La Réunion et en Métropole (2012-2015), basées sur des interviews semi-directifs des anciens étudiants, des entretiens avec les organisateurs de cette  filière migratoire, la consultation des archives des journaux liés à la sphère communiste, des archives privées des anciens étudiants ayant été en Europe de l’Est et en URSS, et d’une bibliographie relative à cette thématique, il s’agira lors du séminaire, d’étudier  le contexte qui a conduit à la création de la filière politique de migration vers les pays de l’Est, le rôle des leaders politiques de droite et de gauche, le profil des jeunes qui sont partis, leur expérience de vie migratoire, leur retour au pays ainsi que la capitalisation ou la déperdition des acquis.

CR du colloque ELITAF 20-21 nov 2014

Elitaf112014

Nils Renard, étudiant en Master Histoire des sociétés occidentales contemporaines, a eu la gentillesse de nous proposer un compte-rendu du colloque

Les Etudiants africains en URSS et dans les autres pays du monde communiste, 1960-1990

Entre Histoires nationales et contexte international

qui s’est tenu les 20 et 21 novembre 2014 à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme

 Introduction

                  La prise en compte des transferts culturels par l’Historiographie est de tradition assez récente mais connaît à présent un essor décisif : les échanges de toutes sortes sont interrogés pour éclairer une appréhension plus globale des conflits internationaux tandis que les développements nationaux s’éclairent par la compréhension des contextes géopolitiques et multi-scalaires dans lesquels ils s’inscrivent. C’est tout l’enjeu du colloque « Etudiants africains en URSS et dans les autres pays du monde communiste, 1960-1990 », qui s’est déroulé les jeudi 20 et vendredi 21 novembre 2014 à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris. Ce colloque est un rapport d’étape des travaux menés par de nombreux chercheurs d’Europe occidentale, des anciens pays du Bloc de l’Est à commencer par la Russie et des pays africains, pour la plupart membres du programme ELITAF (Elites africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Histoires, biographies, expériences), né au sein du Réseau Interdisciplinaire Afrique-Monde (RIAM) de la Maison des Sciences de l’Homme, notamment grâce à son partenariat avec la Fondation scientifique de Russie pour les Sciences Humaines (RGNF), et avec le soutien de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS/CNRS-EHESS). Ce programme encore assez récent s’attache à étudier le phénomène méconnu et souvent négligé de la formation de toute une partie des cadres de l’Afrique décolonisée dans des pays du Bloc de l’Est, que ce soit du point de vue de l’expérience concrète vécue par ces étudiants propulsés dans une réalité nouvelle, des politiques menées par les Etats du Bloc de l’Est et des conséquences sur la vie estudiantine des universités soviétiques ou du point de vue de ces Etats africains en quête de formation de cadres et de stabilité intérieure. L’ensemble de ces questions s’inscrit dans la problématique plus vaste et plus traditionnelle des relations Est-Ouest et des liens entre Guerre Froide et politique culturelle. Deux axes méthodologiques ont marqué ces études, axes clairement définis en début de journée : la « décentralisation des rencontres »  et le « comparatisme », ce qui traduit donc bien cette ambition d’étude des échanges et transferts culturels et son inscription internationale. Ce colloque vise en partie à clarifier ces questionnements, notamment du point de vue des aires spatiales précises concernées et de la chronologie puisque les dates retenues, comme il a été plusieurs fois rappelé, ne sont qu’un indicateur, tandis que de nouvelles questions plus décisives sur le sujet ont vu le jour au cours du colloque. Il s’agit en effet d’un « colloque d’étape », selon le terme utilisé au cours de ces journées, qui fait suite à quatre événements importants pour le programme ELITAF : la création d’un séminaire sur le sujet  en octobre 2011,  la tenue d’une journée d’études à Paris, le 22 juin 2012 qui a marqué le vrai point de départ du programme et sa dimension internationale, puis d’une table ronde internationale à Dakar les 27 et 28 novembre 2012, l’organisation  et la tenue d’un colloque à Mohammedia, au Maroc « Elites maghrébines et subsahariennes formées en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est », les 25 et 26 octobre 2013.

 Deux émissions radio ont également sollicité des membres de l’équipe ELITAF, dont une pour la « Fabrique de l’Histoire ».  Les intervenants comptaient des représentants des universités de Saint-Pétersbourg, de l’Institut d’Afrique à Moscou ,Varsovie, de l’Université Charles de Prague, de Iasi (Roumanie), de Sofia, de Lausanne, de l’Ecole Hassania des Travaux Publics à Casablanca, de la Flacso à Quito, de l’Université de Nottingham Ningbo de Chine  ou encore de l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, ce qui a permis un réel dialogue entre des traditions historiographiques parfois très différentes sur un problème dont l’ampleur spatiale est elle-même immense. Des témoins se sont également manifestés à l’occasion de ce colloque, anciens étudiants africains en URSS à présent stabilisés en France et qui gardent, pour ceux présents bien évidemment, un souvenir fort de ces années et qui ont pu parfois nuancer le discours des historiens, ce dont nous parlerons plus en détail par la suite. Parmi tous ces intervenants, dont nous donnons la liste exhaustive, il convient sans doute de retenir quelques figures marquantes par leur implication dans l’organisation de ces journées : Monique de Saint-Martin, de l’EHESS et Michèle Leclerc-Olive, du CNRS, sont les principales organisatrices du colloque  et ont ouvert et clôturé ces deux journées ou encore Jean-Pierre Dozon, directeur scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme qui a présidé la séance d’ouverture en rappelant l’historique de ce programme de recherche. La diversité des intervenants ne saurait cependant être entièrement rendue, de même que la richesse des échanges entre les participants. Nous rendrons compte de ces deux journées successivement, en soulignant les thèmes dominants et les apports de chacune des sessions d’étude, avant d’aborder les enjeux et critiques éventuelles de ce colloque.

 

I- Une première journée marquée par la présentation des problématiques générales et le rôle central de l’URSS

 

1) Enjeux historiographiques et l’URSS comme point de départ des analyses

 

            La séance d’ouverture et la première session ont permis de rappeler le contexte international dans lequel se placent ces analyses, puis de présenter un premier exposé assez large sur les étudiants africains en URSS et les contraintes idéologiques avant de voir une étude de cas toujours centrée sur l’URSS mais vis-à-vis de sa politique culturelle cinématographique. Jean-Pierre Dozon a inauguré cette journée par le rappel d’une anecdote sur l’origine très concrète de ce programme d’études : au cours d’un stage de terrain au Congo, il lui était arrivé de nombreuses fois de communiquer avec des collègues congolais ou des cadres sur place en russe, permettant un échange dans la langue d’un pays a priori sans rapport avec les politiques de colonisation, apanage des pays d’Europe occidentale. Quoique surpris, Jean-Pierre Dozon n’a pas immédiatement saisi l’ampleur du phénomène et a attendu d’échanger avec d’autres collègues confrontés à des situations similaires lors de leurs voyages en Afrique pour découvrir l’ampleur transnationale d’une réalité très peu étudiée. Ce fut un des points de départ du programme qui, au sein même du champ universitaire, s’appuie précisément sur une histoire des échanges universitaires. Michèle Leclerc-Olive a ensuite dessiné un exposé sur l’ « histoire oubliée » de ces relations URSS-Afrique, la marginalisation de ces relations derrière les hauts faits diplomatiques de la même période, mais également l’oubli dû à la faible fécondité de ces échanges à la suite de la chute de l’URSS. Bien des pays ont en effet suivi une politique de collaboration avec les pays en développement par conformité avec les destinées internationales et prolétariennes revendiquées par l’URSS et ses alliés, sans saisir toujours la valeur des étudiants ainsi formés, lesquels, à la chute de l’URSS, n’ont pu garder les contacts qu’ils avaient avec les autorités communistes. Ces mêmes étudiants n’ont par ailleurs pas toujours été accueillis à leur retour au pays comme ils s’y seraient attendus : soit que le pays n’ait pu obtenir l’indépendance à temps, qui aurait transformé ces étudiants en futurs cadres de l’Etat, comme c’est le cas, on le verra, au Sahara Occidental, soit que le pays ait jugé ces étudiants moins prestigieux que ceux sortis des universités et grandes écoles d’Europe occidentale, notamment la France, quand ils n’étaient pas tout simplement considérés comme des activistes. Cette marginalisation a conduit à négliger ces expériences dans les deux premières décennies après la chute de l’URSS, dans le cadre d’une « histoire des vainqueurs » selon l’expression qu’a rappelée Michèle Leclerc-Olive, et face à la déroute épistémologique créée par cet événement.

            Constantin Katsakioris a alors présenté un panorama large de l’action politique et des contraintes idéologiques pesant sur les étudiants africains en URSS, en abordant la question des chiffres comme point de départ, chiffres qui font de l’URSS le troisième pays en termes d’accueil des étudiants africains en 1960, avec 5120 étudiants, contre 15000 pour les Etats-Unis et 14000 pour la France. Ces chiffres semblent introduire un écart manifeste entre l’URSS et les deux pays d’accueil principaux que sont la France et les Etats-Unis, sans que cet écart ait cependant été relevé par les intervenants. Les acteurs institutionnels qui reviendront au cours de ces journées ont été introduits dans leur rapport souvent conflictuel puis de soumission avec les instances dirigeantes soviétiques : les zemliatchev  ou « amicales » bien que le terme désigne normalement plus des « communautés de compatriotes », qui réunissent les étudiants originaires d’un même pays pour apprendre le russe en groupe, ce qui est reconnu par l’Université et  la Fédération des Etudiants Africains en Union Soviétique (FASS), de nature initialement plus politique, dont l’activisme des débuts a été rapidement jugulé par les Komsomols, ce qui a fini par priver de toute dynamique cette coquille vide d’activisme. Il est intéressant de noter cependant d’emblée que cette mise au silence n’a pas été immédiate et a pris cinq ans de 1962 à 1967, tandis que les débuts ont été l’occasion de manifestations assez libres que le pouvoir n’a d’abord pas voulu briser. La marge de manœuvre des étudiants africains est d’emblée plus large que celle des autres étudiants, ce qui se confirmera au cours des autres exposés. La déception vis-à-vis de l’URSS brejnévienne est également manifeste dès ce premier exposé, puisque le proverbe souvent entendu en Afrique a été plusieurs fois cité « Envoyez-les à Moscou et ils reviennent capitalistes » ; ce qui contredit par ailleurs l’image stéréotypée d’une soviétisation totale des esprits par une idéologie implacable.

            Gabrielle Chomentowski a ensuite présenté la politique volontariste de l’URSS en matière cinématographique avec les pays d’Afrique subsaharienne, malgré le faible nombre d’étudiants boursiers venus en URSS pour des études de cinéma ; une vingtaine d’élèves. L’aide soviétique a été plutôt marquée par l’envoi de matériel et de formateurs en Afrique directement, produisant des films destinés initialement à « décoloniser » l’Afrique par un cinéma militant, mais qui a laissé toute une création artistique innovante, mise en lumière au cours des différents festivals de cinéma, de Dakar à Tachkent, en passant par le premier « Festival d’arts nègres » en 1965 à Moscou. La particularité des soviétiques fut de donner la caméra aux Africains eux-mêmes, pour rompre avec l’interdit colonial fait aux Africains de le faire. Cette attitude résolument participative eut des résultats heureux dans certains pays d’Afrique, notamment en Guinée où près d’un film d’actualité par semaine fut projeté dans les années 1960 et 1970, contre un par mois dans les autres pays d’Afrique en moyenne. Le Festival international de cinéma de Moscou a pu accueillir des grands noms du cinéma africain, comme Oussmane Sembène Souleymane Cissé, Abderrahmane Sissako, en concurrence avec le Festival de Cannes, taxé de soumission aux marchés et d’intérêt purement économique. Cet exemple traduit de façon très précise un cas de collaboration culturelle assez réussie, et qui s’est distingué au cours de ces journées en étant le seul à aborder les questions d’Histoire de l’art.

            Comme pour chaque session, une séance de questions et de débats a suivi ces exposés, où se sont révélés des thèmes qui reviendront régulièrement, traduisant des perspectives encore vierges de travaux et qui appellent de nouvelles recherches. La première remarque concerne l’hétérogénéité des parcours de ces étudiants, de leurs origines notamment, puisque par « Afrique », des réalités très différentes ont été regroupées sans réelle cohérence, ce qui a été souligné notamment par Grazia Scarfo Ghellab, de l’Ecole Hassania des Travaux Publics, de Casablanca. Des clarifications sur les critères de choix des étudiants et d’attribution des bourses ont été demandées : sur ce point, la différence déterminante de l’URSS vis-à-vis de la France notamment, qui pratique une sélection sur critères d’excellence, a consisté dans la part de hasard dans le choix des étudiants, tantôt par des liens entretenus avec des organisations politiques communistes, tantôt sans même avoir obtenu de bac ou de certificat équivalent. C’est la question d’une sociologie de ces étudiants qui y est liée, sociologie qui achoppe sur la faiblesse des informations disponibles, même de la part de l’URSS qui classe indifféremment ces étudiants dans la catégorie de « petit bourgeois » car très souvent issus de la petite notabilité locale. Enfin la question de la répartition disciplinaire de ces étudiants, la possibilité de choisir la discipline ou la contrainte exercée par les partenariats interétatiques  n’a pas obtenu de réponse claire, puisque très souvent le hasard a présidé : soit que les étudiants se plient à telle bourse d’ingénierie civile pour profiter de la bourse quitte à espérer pouvoir changer une fois sur place, soit que l’Etat de départ ait fixé des exigences au nom de la construction de l’indépendance, soit encore que les Universités d’accueil aient plus ou moins négligé le libre arbitre de ces étudiants. D’une façon générale, il n’a pas été fait état d’une réelle logique impérative de répartition des étudiants, ce qui tranche avec d’autres champs où la coercition soviétique est connue.

 

      2) Le vécu des étudiants et la rencontre de l’autre

 

            Cette deuxième session s’est penchée plus en détail sur les expériences concrètes des étudiants en URSS et les stéréotypes véhiculés d’un côté comme de l’autre de ces politiques d’échange culturel. Daniela Hannova, de l’Université Charles de Prague, a présenté le résultat de son mémoire de Master portant sur les étudiants arabes de Tchécoslovaquie dans les années 1950 et 1960. Ce travail a abordé les paradoxes auxquels ont abouti certains échanges, qui ont souvent renforcé des préjugés plus ou moins racistes ou xénophobes. Le cas des étudiants arabes est révélateur : auréolés d’un exotisme entre archaïsme et romantisme, leurs relations avec les Tchécoslovaques, et notamment les femmes, furent dominées soit par un mépris total, soit par l’attrait exercé par cette expérience d’altérité, ce qui a mené à de nombreux mariages mixtes. Cependant, en tant qu’étudiants étrangers, les autorités soviétiques ont fait appel à eux pour des activités de renseignement voire d’espionnage, en les menaçant ou en les rétribuant, tandis qu’ils étaient autorisés à voyager plus facilement, si bien qu’ils s’enrichirent dans une certaine mesure de ces compléments et des reventes de produits étrangers sur le marché noir, alimentant l’image de l’étranger riche et peu studieux. Le paradoxe est bien celui d’aider des étudiants de pays jugés en développement donc arriérés dans la terminologie soviétique et d’en faire des étudiants aisés et perçus comme des dandys excentriques : des conflits notamment à l’Université d’Uncin, en 1957, ont éclaté, ce qui a contribué à alimenter des haines raciales et xénophobes, thème dominant des échanges à l’Est. Cependant une typologie des bourses présentée par Daniela Hannova a permis de souligner la croissance du nombre des étudiants venus par leurs propres moyens,  par rapport aux bourses du gouvernement par accord d’échanges, aux bourses d’études du Parti Communiste ou aux bourses par des syndicats étudiants.

            Etroitement liée au premier exposé, la cinquième intervention s’est penchée plus en détail sur les zemliatchev, les amicales, et leur contrôle par le gouvernement. Ces amicales, comme le soulignent Ekaterina Demintseva et Natalia Krylova, sont issues pour une part d’une insatisfaction des autorités face à l’ignorance persistante du russe par les étudiants étrangers, ce qui débouchait sur une mauvaise intégration sociale et idéologique de ces derniers. Ces amicales visent donc à entretenir des liens entre ces étudiants de même origine, leur permettant de garder un contact avec leurs cultures respectives. Néanmoins ces amicales restent dans un certain flou juridique et leur validation par l’université se fait plus sur la confiance qu’une réelle évaluation. A l’occasion de cet exposé, un débat sur le terme zemliatchev a été soulevé par un participant qui faisait partie de ces étudiants africains en URSS et qui contestait l’usage de ce terme de façon unique, ce qui a permis de nuancer le discours scientifique trop prompt aux généralisations. Il précisait qu’il faisait partie d’une « association » des étudiants maliens, et qu’il n’a jamais été question d’une zemliatchev si bien qu’il demandait qui précisément employait ce terme. Les intervenantes ont été d’abord surprises et ont dû conclure à la diversité des termes employés par les étudiants eux-mêmes, ce que ne traduit sans doute pas l’usage unique de zemliatchev, par les documents officiels et donc par les historiens travaillant avec des archives écrites. On peut sans doute souligner ce point qui nuance la vision parfois trop administrative de la vie en Union Soviétique, où les initiatives individuelles n’étaient sans doute pas si rares et si étouffées qu’on a pu le penser, réalité que ne traduit pas toujours le souci d’unification terminologique des administrations soviétiques.

            Au cours de ce colloque, les interventions ont certes porté principalement sur l’URSS et ses républiques populaires d’Europe centrale mais des exemples des autres pays du « monde communiste » ont été proposés, comme pour la Chine. Yuzhou Sun, de l’Université Nottingham Ningbo, a ainsi évoqué la politique chinoise en Afrique. Des problématiques similaires ont été soulevées, notamment les manifestations d’hostilité envers les étudiants étrangers et de racisme plus particulièrement dans le cas des étudiants africains, comme à Nanjing en 1988-1989, du fait des meilleures conditions d’accueil réservées aux étrangers. La rivalité sino-soviétique a également joué un rôle dans ces échanges, puisque très souvent les Etats africains ont dû choisir leur camp entre les deux géants du communisme et les représentants chinois ont parfois été expulsés, mettant un terme aux échanges. Ces questions de réaction raciste des étudiants se retrouvent dans le cas de la Pologne, quoique avec plus de nuances suivant les périodes, ce qui a été l’objet de la présentation de Blazej Poplawski, de l’Université de Varsovie. La question de l’hostilité des étudiants polonais envers les étudiants africains a été intégrée dans une problématique plus large de la vision de l’Afrique en Pologne, à laquelle il a répondu par une chronologie très serrée, faisant se succéder une ignorance presque totale entre 1945 et 1955, puis une phase de curiosité débutant avec le Festival de la jeunesse à Varsovie en 1955 et la première rencontre avec des étudiants noirs, et ce jusqu’en 1960 où la vision de l’Afrique est qualifiée d’ « afro-optimisme » du fait des succès des Indépendances. Une certaine lassitude a suivi, de 1975 à 1981, face aux difficultés de l’Afrique, avant que la mise en place de la Loi martiale en Pologne de 1981 à 1983 ne fasse des débats sur l’Afrique un débat de substitution pour éviter les troubles politiques. Un « afropessimisme » succède à ces différentes étapes, sentiment qui domine selon lui encore dans l’opinion publique polonaise. Le traitement de l’Afrique comme d’un sujet de substitution dans la Pologne communiste semble en effet endémique, puisque la célébrité du roman polonais Le Négus, tient au fait qu’il traduit davantage, en  un récit marqué par un exotisme désuet, la réalité de la vie politique polonaise. Le rapport à l’altérité semble donc aboutir difficilement dans les pays du Bloc de l’Est, ce que les échanges d’étudiants n’ont pas beaucoup amélioré.

            Les débats introduits par Marta Craveri ont porté principalement sur la surveillance exercée envers ces étudiants africains, et la façon dont ils ont pu vivre cette surveillance, ce qui peut expliquer le refus souvent opposé par les témoins aux historiens qui ont cherché à les interroger, tandis que tous ceux qui acceptent d’en parler ont exprimé leur enthousiasme pour cette période, sans qu’il soit possible de dresser un portrait des expériences traumatisantes. Cette surveillance, d’un commun accord des intervenants, n’a jamais été supérieure à celle qui était attendue en situation de guerre froide dans tous les pays du monde. Il a été souligné que les étudiants africains avaient la possibilité de refuser les séances d’éducation idéologique et bien peu ont adhéré au Parti Communiste à la suite de cette expérience. C’est donc bien un espace de liberté insoupçonné qui a marqué ce phénomène, loin des clichés sur l’endoctrinement de potentiels espions, que cela fût formulé explicitement par les autorités ou que cela fût un certain désintérêt pour ces étudiants. Très souvent d’ailleurs, ce contrôle politique prenait la forme d’un accompagnement pour ces étudiants coupés de leurs familles, et les commissaires supervisant ces étudiants déjeunaient le weekend avec eux, tandis que les Russes retournaient voir leurs familles, jouant le rôle de « père et de mère » pour eux, ce qui a été confirmé par les témoins présents dans la salle.

 

      3) Les études africaines en URSS

            Cette troisième session, présidée par Catherine Coquery Vidrovitch, professeure émérite à l’Université Paris Diderot et spécialiste de l’Afrique, a interrogé plus particulièrement le rapport académique entretenu en URSS avec l’objet d’étude que constituent les langues et civilisations de l’Afrique, ce que l’on désignait par le terme d’ « études africanistes ». Cette session a permis à Anna Pondopulo, ancienne élève de l’ancien Institut des pays d’Asie et d’Afrique ou Faculté Orientale de Moscou, à présent professeure à l’INALCO, de présenter les enjeux des études africanistes, comme chercheuse et comme témoin de cette période. Cette Faculté, créée en 1956, à l’initiative de Nikolaï Mikoyan, principal promoteur du Tiers-Monde en URSS, accueille des élèves sélectionnés sur concours, et dispense à parts égales des enseignements en langue et en histoire à des élèves qui choisissent plus ou moins leur langue et aire géographique, même si la concurrence pour le chinois, l’arabe ou le japonais laisse les études africaines plus en marge et parfois comme choix par défaut. Si des langues africaines sont présentes dès le début, notamment le swahili, à partir de 1960 et dans le cadre d’un mouvement culturel d’ouverture à l’Afrique en URSS, de nombreuses langues encore peu ou pas étudiées s’insèrent dans ce cursus comme le peul ou le bambara. Il est intéressant de noter que la sélection des filles est volontairement limitée à 10% en raison des postes occupés ultérieurement par ces étudiants dans des pays où la place de la femme n’est pas toujours aussi émancipée qu’en URSS. En effet, certains postes sont liés à des activités militaires, ce qui traduit aussi les objectifs de cette Faculté comme outil de coopération plus ou moins stratégique avec les pays d’Asie ou d’Afrique, coopération qui s’inscrit cependant dans une démarche de connaissance de l’autre notamment par la langue. Ce qui domine dans le témoignage d’Anna Pondopoulo, c’est le sentiment de grande liberté qui règne dans cette Faculté, et d’ouverture réelle aux mondes étrangers, notamment par des voyages organisés pour parfaire la formation ou par des rencontres avec l’Association d’Amitié avec les Peuples d’Afrique, où se décide souvent une carrière dans telle ou telle civilisation. Ces institutions traduisent un rapport différent avec l’Afrique, ce que confirment les interventions de Nikolay Dobronravin, Anna Siim (Université de Saint Pétersbourg) et Tatiana Smirnova (EHESS) sur l’Ecole de Léningrad, où la dimension de libre rencontre avec les civilisations de l’Afrique domine également. La confrontation de ces deux institutions a permis de nuancer la vision d’un système universitaire soviétique exagérément politisée et soumis aux intérêts du bloc communiste. Les étudiants formés dans ces structures ont pu au contraire s’insérer dans d’autres centres de recherche et ont souvent développé un intérêt réel pour ces pays d’Afrique, nourri de voyages et de stages de terrain.

            La première journée fut ainsi dominée par la présentation des acteurs principaux des échanges culturels d’étudiants, les modes de sélection et de contrôle, les instituts officiels chargés de la connaissance des mondes africains, et plus particulièrement de l’attitude générale de l’URSS en tant que pays principal d’accueil.

 

 

II- Une deuxième journée davantage orientée vers les problématiques comparatistes et les autres pays du monde communiste

 

1) Les étudiants « des Afriques » en URSS : esquisse comparatiste

         Jean-Pierre Hassoun ouvre cette seconde journée marquée par un balayage plus vaste des pays africains en soulignant les parallélismes et divergences entre les deux pays qui seront présentés, l’Ethiopie et le Maroc, dans leur relation avec l’URSS. Dans un cas, il s’agit d’un pays qui n’a jamais connu de colonisation prolongée, l’Ethiopie, et qui a entretenu des liens avec le monde russe dès la période tsariste, liens réactivés avec l’URSS, notamment dans le cadre de l’évolution intérieure de l’Ethiopie vers le Därg. Dans l’autre cas, un pays nouvellement indépendant profite des bourses soviétiques pour obtenir des ingénieurs au plus vite dans le cadre de la construction de l’Etat. Cette comparaison entre deux pays différents et emblématiques de l’hétérogénéité de l’Afrique satisfait la remarque de Grazia Scarfo Ghellab la veille, concernant le manque de précision face à la diversité des pays d’Afrique. C’est pourquoi les conférenciers ont résolu de désigner cet ensemble par le pluriel, « les Afriques », afin de souligner les différences entre les pays du Maghreb, l’Afrique équatoriale ou l’Afrique des grands plateaux. Précisément la présentation de Grazia Ghellab sur les étudiants marocains ingénieurs insiste sur les parcours en eux-mêmes et la valeur des diplômes obtenus, en comparant avec le principal pays offrant des perspectives d’études à l’étranger, la France. On comprend alors mieux les stratégies de départ des familles, puisque la France semble s’imposer d’abord d’emblée comme le pays vers lequel voyager, du fait du prestige des institutions françaises, avant que le critère déterminant des bourses soviétiques distribuées avec une grande largesse d’après les témoignages, à des étudiants qui n’ont souvent pas le bac et qu’il faut remettre à niveau en URSS, ne fasse pencher la balance vers ce pays inconnu pour la plupart des Marocains. Cette politique d’échanges s’inscrit également dans les stratégies du Maroc pour obtenir des avantages de la part des pays occidentaux, en montrant les relations amicales entretenues avec l’URSS.

            L’Ethiopie offre à bien des égards un cas unique dans les relations entre un pays d’Afrique et un grand pays d’Occident par la relation d’égal à égal qui s’instaure assez rapidement. La présentation de Catherine Hocquet-Von Raesfeldt est d’ailleurs la seule à s’aventurer dans les dernières années du XIXème siècle, pour souligner les racines anciennes de ces relations diplomatiques. Sur demande du Négus, le Tsar avait envoyé des officiers en Ethiopie et un mythe plus ou moins fondé d’une idylle entre la Russie et l’Ethiopie chrétienne  s’est très rapidement formée, avec des étudiants éthiopiens en Russie dont le destin reste mystérieux. Cette vision a confiné parfois à « l’éthiopiamania », en Russie, selon le terme employé par l’intervenante. La Révolution d’Octobre  a brutalement mis un terme à ces relations diplomatiques et par fidélité à Nicolas, le Négus d’Ethiopie a refusé systématiquement les propositions soviétiques de réouverture de relations diplomatiques que les Russes attendaient pourtant, confiants dans l’image ancrée d’une terre d’influence possible en Afrique. Le paradoxe est bien cette relation dissymétrique entre un Etat occidental communiste demandant des relations diplomatiques à une monarchie africaine chrétienne. Ce n’est qu’en 1943 que Sélassié accepte la réouverture des relations diplomatiques, demande et obtient la création d’un hôpital russe et reçoit une exposition permanente sur la Russie à Addis-Abäba, tout en négociant parallèlement avec les Etats-Unis l’ouverture d’une ligne aérienne, jouant parfaitement bien des relations Est-Ouest. Sélassié se rend par la suite à Moscou, premier chef d’Etat africain accueilli en URSS, et reçoit la plus grosse enveloppe d’aide jamais accordée par le Kremlin. L’instauration du Därg en 1973 approfondit ces relations, d’autant plus que l’Ethiopie est le seul Etat authentiquement socialiste reconnu par l’URSS en dehors des Etats d’Europe orientale. Les exigences de l’URSS restent d’ailleurs très faibles puisqu’il est simplement demandé à l’Ethiopie socialiste de renoncer à ses relations avec la Chine pour bénéficier de l’aide soviétique.  C’est donc bien une relation d’égal à égal qui peut s’instaurer entre l’une des deux superpuissances occidentales et un Etat d’Afrique.

            La phase de débat a amené une nouvelle fois la question des critères de sélection en lumière mais aussi et surtout celle de la qualité de l’enseignement dispensé. Celle-ci, malgré les critiques parfois adressées par leurs homologues occidentaux, satisfait globalement les exigences des étudiants, puisque les universités soviétiques accueillaient des scientifiques particulièrement reconnus, ce que confirme d’ailleurs un questionnaire de départ après un voyage en Pologne où près de 80% des étudiants d’Asie comme d’Afrique reconnaissent la qualité de l’enseignement dispensé, ce qui est d’autant plus significatif qu’il s’agit du seul point d’accord entre les étudiants d’Afrique et d’Asie à leur départ d’URSS. Cependant, les diplômes soviétiques manquent souvent de reconnaissance dans les autres pays où les universités rechignent à délivrer des équivalences, tandis que les diplômés de France par exemple, méprisent les diplômés en URSS. S’est également posé le problème de savoir s’il y avait quelques craintes à partir en URSS, ce qui est démenti par la certitude des familles concernées, confirmée par les premiers retours d’étudiants africains, qu’ils ne reviendraient pas de leur séjour transformés en militants aguerris. Cette absence de sentiment de politisation outrancière nuance encore une fois la vision d’un Etat purement idéologique.

 

2) Les pays du Bloc de l’Est et les étudiants africains : entre déceptions et désintérêt

         One ne peut nier une part d’échecs dans ces processus d’échanges d’étudiants, d’autant plus quand ces séjours se sont traduits par d’amères expériences de racisme ou par l’absence de suivi de ces formations après la chute de l’URSS. Ces vies marquées par une existence de l’autre côté du Mur ont amené la publication récente de biographies, évoquées par la présidente de session, Alexandra Galitzine-Loumpet. Dès lors, on peut interroger ces parcours en parallèles en Pologne, Bulgarie, à Xi’an (Chine) ou en Roumanie. Le cas de la Pologne, déjà évoqué la veille sur la question des représentations de l’autre, est de nouveau interrogé plus spécifiquement sur le vécu des étudiants africains, décidément marqué par les actes racistes les plus nombreux des pays soviétiques. Ces difficultés amènent Przemyslaw Gasztold-Sen à parler de la Pologne comme d’une « Ecole de survie », non seulement du fait de ces violences mais aussi du fait des motifs qui ont poussé certains à étudier en Pologne, face aux pressions politiques dans leur pays d’origine. Parfois la nécessité de servir les services de renseignements soviétiques polonais a été évoquée, soit par des rétributions importantes soit par des menaces ; il s’agit cependant du seul cas de réelle politisation forcée des étudiants. Pour nombre de ces anciens étudiants, le chercheur polonais a d’ailleurs été confronté au mutisme des témoins, tandis que les chiffres d’insatisfaction suite à une mauvaise expérience atteignent 37% sur le questionnaire de départ, contre 4% pour les étudiants d’Asie. Gasztold-Sen aborde également l’utilisation des bourses comme marchandise de tractation diplomatique très souvent. Proportionnellement, la Pologne a été un des pays qui aurait pu accueillir plus d’étudiants et semble avoir limité ce développement, en comparaison de la Roumanie par exemple qui en a accueilli au-delà de ce que l’on aurait pu attendre de ce pays, à la situation économique particulièrement fragile.

            Le cas de la Bulgarie est emblématique d’un autre problème de ces échanges : l’oubli dont ils ont été victimes, oubli et même désintérêt, que traduit très souvent une absence de sources officielles. Svetla Koleva évoque ainsi à plusieurs reprises l’impossibilité de trouver des sources claires et précises sur le nombre d’étudiants accueillis, ou même sur l’existence d’un Institut de l’Afrique et de l’Asie, dont la seule attestation ne peut être confirmée que par des témoins, et par aucune archive officielle à ce jour. Cet oubli s’inscrit dans un désintérêt plus large, puisqu’à la chute du régime communiste, toutes les relations diplomatiques avec les pays d’Afrique ont été interrompues brutalement. Svetla Koleva a discuté avec plusieurs anciens étudiants africains déçus de ne pouvoir offrir la même expérience d’études en Bulgarie à leurs enfants. Cet exemple reflète à la fois les bonnes expériences vécues par ces étudiants mais aussi le manque de continuité entre le passé communiste de ces pays et le présent démocratique. Là encore il s’agit plus d’une politique menée à des fins idéologiques et imposée plus ou moins par Moscou que réellement menée de plein gré. On peut étudier en regard le cas de la Roumanie, pays satellite assez proche du point de vue économique et social, mais dont la souveraineté nationale est davantage préservée par les coups de force diplomatiques de Ceausescu. Normalement située dans l’avant dernière session du colloque, la présentation de Mihaï Dinu Gheorghiu et d’Adrian Netedu, de l’Université Alexandru Ioan Cuza de Roumanie, peut s’intégrer également dans une étude comparatiste des pays du Bloc de l’Est. Ces intervenants ont souligné comment, surtout dans la deuxième période identifiée par leur chronologie, débutant vers 1970, et dans le cadre d’une politique d’indépendance nationale  relative, assez proche de celle de la France gaullienne, ces échanges d’étudiants s’intègrent dans une logique de reconnaissance des pays d’Afrique et d’active existence diplomatique. D’ailleurs, dans le domaine de l’aide à l’Afrique et à l’initiative de la Roumanie, liée par ses traditions « latines » à la France, ces deux pays coopèrent et s’engagent à partager leurs informations. Le champ des échanges d’étudiants peut ainsi, et à situation économique similaire, être surinvesti par un pays du Bloc de l’Est, à la fois pour s’affirmer dans la scène des pays communistes et à l’échelle mondiale pour promouvoir l’image d’un pays communiste ouvert au dialogue.

            L’intervenant suivant, Antoine Guex de l’Université de Lausanne, a apporté un regard plus contemporain sur la question, en évoquant le cas des étudiants africains en Chine depuis le début des années 2000 et plus précisément à Xi’an, ce qui permet de dresser des parallèles avec la situation actuelle et souligne, avec l’exposé sur l’Ethiopie, que les dates 1960-1990 ne sont que des indications. L’une des constantes entre la situation des années 1960-1990 et la situation actuelle, concernant la Chine, est la séparation entre les étudiants étrangers et les autres étudiants chinois, séparation architecturale d’une part, ce qui se traduit par des logements isolés sur le campus, et sociale d’autre part. Il est intéressant de noter cette constante, dans un pays censé être plus ouvert au capitalisme que l’URSS mais qui rechigne bien plus à favoriser les échanges personnels entre étudiants. La différence majeure concerne le nombre d’étudiants, puisque la Chine dépasse très largement en bourses le nombre d’étudiants des années 1960 et 1990, en accueillant 18000 étudiants africains par bourses d’Etat, nombre qui atteint 24000 en comptant les bourses d’entreprises. On a donc changé d’échelle à l’heure où la Chine devient le nouvel Etat en puissance en Afrique. Par ailleurs, le décalage est aussi dans le traitement de ces étudiants, très loin du dilettantisme estudiantin des années 1960 et 1990, fait d’expériences personnelles et d’une certaine liberté dans les études. Dans la Chine actuelle, les étudiants sont formés et entrent très rapidement dans l’entreprise, sans que soit vraiment posée la question de leur désir réel de poursuivre dans cette voie, tandis que seuls de tous les étrangers, les étudiants africains, considérés comme des salariés locaux et non comme des expatriés, ne touchent aucune prime.

            Ces divers exposés soulignent donc des expériences divergentes d’appréhension du socialisme et des échanges culturels, alors que la situation actuelle semble s’éloigner des modèles anciens d’échanges.

 

3) «  Les Afriques » : indépendances et formation des cadres

            La dernière session introduite  en première partie par Patrice Yengo et en seconde partie par Françoise Blum permet d’aborder des itinéraires de pays d’Afrique très différents : entre le Congo socialiste, indépendant et foyer d’accueil de mouvements indépendantistes, le Cameroun réunifié, le Sahara Occidental, seul pays d’Afrique n’ayant pas obtenu son indépendance au cours des négociations avec les puissances colonisées du fait des pressions du Maroc, et la Réunion, cas atypique où le désir d’indépendance ou du moins d’autonomie a également été frustré mais de manière définitive. La place des étudiants de ces pays formés en URSS est alors celle, rêvée ou réelle, de futurs cadres de pays nouvellement indépendants ou en quête d’autonomie. Le Congo socialiste joue un rôle de tout premier plan car, non content d’envoyer des étudiants à l’étranger, ce pays  a été une plaque tournante des migrations étudiantes et indépendantistes, à partir de 1965 comme l’a souligné Héloïse Kiriakou. L’exfiltration d’étudiants issus des mouvements indépendantistes voisins en exil constitue un acte unique, d’autant plus rare que le Congo a même accordé des bourses à ces étudiants, et a privilégié la scolarisation des filles et des campagnes dans son discours officiel. A cette occasion, un débat a eu lieu entre Patrice Yengo, de l’Université de Brazzaville, et quelques participants sur le caractère « socialiste » du Congo, qu’il récuse au motif qu’à part le nom et quelques tentatives, ce pays n’a jamais connu un socialisme intégral. Cet échange fut révélateur des divergences d’appréhension d’un même fait, selon que l’historien est témoin voire acteur des événements ou un étranger intéressé par le sujet.

            La présentation des filières d’émigration réunionnaises par Lucette Labache a montré le rôle attendu de ces bourses d’étudiants, rôle intégré dans les espérances indépendantistes des militants réunionnais, que semblait accréditer le statut de « pays en voie d’accession à l’indépendance » donné par l’URSS à la Réunion. En partant, ces étudiants recevaient l’instruction de revenir, au sens d’un véritable devoir moral et patriotique pour former les cadres du futur Etat réunionnais. La déception fut donc d’autant plus lourde pour ces étudiants à leur retour au fur et à mesure que leur formation s’avérait problématique dans leur pays, dans la mesure où ne s’est pas opéré de renouvellement des cadres. Une même volonté de formation étatique et de création de fonctionnaires fut à l’œuvre dans le cas du Cameroun, mais cette fois avec plus de succès, comme l’a exposé Luc Ngwe. Ce dernier a souligné le rôle directeur de l’Etat dans l’obtention et la négociation de ces bourses d’études qui devaient être un investissement pour la construction de l’Etat camerounais.

            L’exposé de Carmen Gomez Martin, de la Faculté Latino-Américaine de Sciences Sociales de Quito, sur l’implication de Cuba dans les luttes indépendantistes et la formation des élites en exil pour le Sahara Occidental, a offert une dernière approche du problème sous un angle peu étudié, celui du rôle de Cuba. Ce pays constitue un cas unique d’Etat en développement et à la situation économique très fragile qui mène une politique de collaboration culturelle généreuse, sans obtenir la moindre contrepartie, et dont l’ampleur (près de 46 000 étudiants dont 70% d’Africains entre 1962 et 2006) impose le respect. Par sa situation de pays presque sous-développé aidant d’autres pays sous-développés, Cuba joue un rôle de leader du Tiers Monde et peut compenser la frustration ressentie vis-à-vis de l’Amérique latine où l’expansion est bloquée. En soutien avec le Frente Polisario, des étudiants sahraouis forment une partie de ces générations d’étudiants, ce qui s’intègre dans la politique orientée vers la formation d’élites menée par le Frente Polisario, dans l’attente de l’indépendance. La déception a cependant marqué également ces générations qui ont souvent étudié sans pouvoir ensuite obtenir un emploi correspondant à leur formation, et qui ont souvent affronté la vie des camps de réfugiés.

            Le cas de Cuba fut l’occasion d’interroger la question des buts et stratégies poursuivis par les acteurs communistes de ces formations d’étudiants. L’intervenante soulignait un réel désintéressement de Cuba dans cette politique culturelle au-dessus de ses moyens, en dépit des questions des participants, désintéressement marqué par l’absence de rétribution des formateurs envoyés en Afrique, contrairement à ceux d’autres pays ayant obtenu un salaire au titre de coopérant. Michèle Leclerc-Olive a renchéri en évoquant le poids de la pensée libérale qui semble empêcher les Historiens contemporains de croire un seul instant qu’un Etat puisse agir par sens de l’intérêt général et de la solidarité, sans avoir le moindre objectif en sous-main, surtout dans le cas d’un pays communiste très vite taxé de propagande, et ce sans réel examen des politiques menées. Un autre problème fut celui de l’accès aux archives qui, pour le Cameroun comme pour le Parti Communiste Réunionnais demeure, jusqu’à ce jour, particulièrement difficile. Des réticences dans ces pays témoignent donc de la sensibilité d’un sujet lié à des espérances déçues où à des enjeux de souveraineté nationale.

            La deuxième journée a donc été l’occasion de passer en revue un échantillon plus large de pays, tant du point de vue des pays d’origine de ces étudiants, que du point de vue des pays d’accueil au sein du monde communiste.

 

III- Un colloque d’étape riche par la multiplicité des études possibles

1) La séance de clôture du colloque

            Au terme de ces deux journées, des progrès nets ont été accomplis en termes de problématisation, tandis que des besoins réels et répétés de certains enjeux ont été signalés. Le premier et le plus important fut finalement celui de la définition des termes, à commencer par celui d’ « étudiant », à l’occasion d’une des questions posées. En effet, des réalités multiples ont été couvertes par ce terme qui désigne généralement un élève de niveau post bac en études à l’Université ; or dans bien des cas,  le faible nombre des bacheliers des pays nouvellement indépendants (20 bacheliers pour 200 bourses au Congo) a empêché de se limiter à ces seuls statuts. Ainsi des élèves du secondaire ont bénéficié de ces bourses, quitte à obtenir une formation de rattrapage en accéléré en URSS, ce qui n’a pas été sans problèmes par la suite pour faire valoir ces diplômes. Il conviendrait donc de mieux renseigner cette partie en dénombrant plus précisément le taux de bacheliers et d’élèves du secondaire et de voir quel traitement différent a pu leur être accordé.

            Il en a été de même pour les contours de l’Afrique étudiée. De nombreuses fois, Grazia Ghellab a critiqué la confusion des termes utilisés et la tendance à classer dans « Africain » des réalités multiples, alors qu’on ne ferait pas de même pour les étudiants « européens » ; à cet égard, son regard a pu souligner les tendances à la généralisation abusive et à un certain flou d’ « européen » vis-à-vis d’une « Africa » dont les Etats semblent se mêler dans un même bloc. D’ailleurs, comme il a été souligné, les intervenants ont déploré le manque notable de parties entières de l’Afrique, notamment l’Afrique lusophone ou anglophone dans sa majeure partie. Ce sont enfin les contours du monde communiste qui sont à préciser selon les organisateurs du colloque : entre « bloc communiste », « monde communiste » ou « pays d’obédience communiste », il existe des différences indéniables dans le nombre de pays englobés dans l’étude. Il n’a cependant pas été donné de limites claires pour les travaux à venir.  Cette question terminologique est liée à des problèmes d’attitude dans la recherche : la tendance à une réification de l’Afrique conduit à nier les logiques nationales de chaque Etat et à négliger de les considérer comme des acteurs à part entière, tandis que la logique des blocs laisse peu de place pour des pays communistes en marge, notamment la Yougoslavie dont l’absence est notable.

            Au cours de cette séance de clôture, ont été évoquées les prochaines étapes du programme ELITAF, à commencer par la question de la forme de publication, source de désaccords assez nets. Face à l’opposition des chercheurs russes à une mise en ligne, le choix d’une publication annuelle des travaux ELITAF a été retenu. Par ailleurs, les prochains rendez-vous ont été fixés : en juillet 2015, la 6ème Conférence Européenne  des Etudes Africaines (ECAS) aura lieu à Paris (avec deux panels du programme ELITAF) ; en novembre un colloque du programme FMSH/RGNF à Moscou, avant un Congrès de l’AISLF à Montréal en 2016 (où il sera possible de proposer un panel). Afin de favoriser un réel échange avec les premiers intéressés de ces études africaines, la publication a l’ambition d’être accessible en Afrique tandis que le Festival du cinéma africain serait un bon moyen d’étendre le réseau ELITAF.

2) Vers des définitions plus serrées des objets étudiés

         Des difficultés dans l’extension du champ d’études de ce programme et du colloque se sont fait jour. En effet, l’ampleur des pays étudiés, leur diversité trop souvent négligée, ont conduit les présentations à rendre nécessaire une longue phase de présentation du contexte général et de l’historiographie du pays évoqué, ce qui laissait peu de temps à l’intervenant pour évoquer le cœur du sujet. Dans certains cas, le thème des étudiants africains a été limité à un long développement sur les difficultés des pays africains nouvellement indépendants, sur les dégâts de la colonisation. Un participant a ainsi profité de la phase des questions pour procéder à un réquisitoire contre la France dont la politique éducative en est restée à la portion congrue. Dans d’autres cas, les intervenants ne pouvaient tout simplement pas attendre de chaque auditeur de connaître en détail la vie politique de tel ou tel pays pour comprendre la place de ces étudiants, dont le rôle réel, arrivant en troisième partie de présentation, a dû être présenté plus rapidement. Cet exemple souligne la spécificité des colloques sur des thématiques transnationales où précisément des échanges fructueux entre expériences nationales et historiographies voient le jour, à mesure que les participants expriment certains consensus peu remis en cause dans leur pays d’origine et qui sont réinterrogés par ces rencontres. Les prochaines études pourraient ainsi éclairer davantage ces moments de la vie de ces étudiants, sur leurs goûts culturels ou sur les lieux de sociabilité qu’ils ont fréquentés, peut-être grâce à des témoignages nouveaux. La présentation des enjeux nationaux de ces questions peut donc se comprendre comme un préalable nécessaire à une approche sans doute plus propre aux étudiants eux-mêmes de ces parcours, dans un questionnement des mémoires individuelles dont certains témoins ont montré la diversité par leurs interventions.

 

Conclusion

Ce colloque constitue davantage la mise en route des problématiques plus serrées sur les étudiants africains qu’un bilan sur la question. Chacun des intervenants a pu apporter le regard de tel ou tel pays sur la question, comme préalable à des recherches plus précises, nourries d’archives qui restent cependant trop souvent restreintes dans leur accès. Ce sujet appelle en effet des ramifications multiples, suivant les régions concernées, lesquelles supposent à la fois des spécialistes de chaque pays et des compétences de comparatiste. Il semble urgent de procéder à la constitution de fonds d’archives orales en interrogeant les témoins de cette période, lesquels sont parfois intervenus à propos au cours du colloque. Alors que l’Afrique connaît un développement économique insoupçonné, alimenté ou exploité par la Chine contemporaine, dernier régime communiste de grande ampleur, la question des étudiants africains en URSS et dans les pays du monde communiste semble fournir des clefs d’analyses et de comparaisons des situations actuelles.

 

3 février : La formation des cadres/quadros africains en URSS : le cas des étudiants des colonies portugaises, 1960-1974

ELITAF 3 02 JPG                                                     Séminaire ELITAF

La formation des cadres/quadros africains en URSS :

 le cas des étudiants des colonies portugaises, 1960-1974

Mardi 3 février, 14h à 17h, FMSH, 190 avenue de France, salle 318 (3è étage)

Constantin KATSAKIORIS, EHESS, Paris-Athènes

 Discutante : Anne LE HUEROU, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Département d’Etudes Slaves / Institut des Sciences sociales du Politique, chercheure associée au CERCEC

Résumé :

Au lendemain de l’indépendance de la plupart des pays africains, l’aide éducative que l’URSS mit à leur disposition fut une très bonne nouvelle, aussi bien pour les jeunes qui aspiraient à faire des études supérieures, que pour les nouveaux États. Ces derniers cherchèrent, quasiment tous, à établir des accords de coopération avec Moscou afin de profiter de cette aide, mais en même temps afin de réguler et de contrôler la formation de leurs cadres nationaux en URSS. Dans la première partie de notre exposé, nous nous attacherons à décrire cette coopération d’État à État, ainsi que les autres canaux de recrutement d’étudiants en URSS. Si ces étudiants ne constituaient pas des contingents homogènes, ils n’avaient pas moins comme point de référence leur État « national ».

 

A côté de ces futurs cadres, il y avait également les « quadros », à savoir les étudiants qui venaient des colonies portugaises, lesquelles se battaient encore pour l’indépendance. Quasiment tous ces étudiants arrivaient en URSS par le biais des partis révolutionnaires (PAIGC, FRELIMO, MPLA), qui menaient une lutte armée pour l’indépendance. A plusieurs égards, les quadros constituaient un groupe spécifique et particulier par rapport aux cadres, par exemple égyptiens ou congolais. Leur formation de départ, les exigences des partis révolutionnaires et souvent même leur vie politique et sociale en URSS étaient différentes. Dans la seconde partie de notre exposé nous nous focaliserons ainsi sur les quadros. Nous allons puiser dans les fonds d’archives soviétiques, les documents des organisations et des partis révolutionnaires des colonies portugaises afin de soulever différentes questions qui étaient propres ou non aux quadros, par rapport aux cadres africains, jusqu’à l’indépendance des colonies portugaises.

A la suite des remarques de plusieurs collègues du programme ELITAF (Grazia Scarfo Ghellab,  Michèle Leclerc-Olive), une discussion pourra être entamée sur les sources d’archives et sur l’hétérogénéité de ces « Africains » qui étudiaient en URSS.

 

 

22 janvier : Etudiants africains à Leningrad (60-70)


Nous avons le plaisir de vous inviter à participer à la prochaine séance du séminaire du programme  ELITAF

Jeudi 22 Janvier 2015, de 14h à 16h, FMSH, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle 318, 3è étage (accès par les ascenseurs A)

Atelier de recherches avec Mireille DIMIGOU, Université Paris VIII, M2

Vie  quotidienne et formation des étudiants africains à Léningrad dans les années 1960 et 1970

Discutante : Tatiana SMIRNOVAEHESS

Résumé de l’intervention de Mireille DIMIGOU

A Saint-Pétersbourg, nos recherches menées en 2014 sur les étudiants africains présents dans les années 1960-70 se sont appuyées sur deux types de sources, la presse et les documents d’archives. Le séjour des étudiants africains à Léningrad était médiatisé dans les journaux locaux tels Leningradskaya pravda (La vérité de Léningrad)  et Leningradskij universitet (Université de Léningrad). Plusieurs articles sur les visites de nombreux chefs d’Etats africains à Léningrad, ou donnant des informations sur les conditions d’études des étudiants africains dans le  Premier institut de Médecine et à l’Université d’Etat de Léningrad ont été publiés. Par ailleurs, l’analyse des documents des Archives Centrales d’Etat (TsGA, Central’nyj gosudarstvennyj archiv) et les documents des Archives Centrales des Documents Cinématographiques et photographiques de Saint-Pétersbourg (TsGAKFD Central’nyj gosudarstennyj archiv kinofotofonodokumentov Sankt-Peterburga) nous ont permis d’étudier les mesures qui étaient prises quotidiennement par les autorités soviétiques académiques et politiques pour assurer notamment l’éducation idéologique des étudiants africains. Nous nous sommes aussi intéressés aux pratiques des autorités de l’Ambassade de France à Moscou qui invitaient les étudiants de ses anciennes colonies à des cérémonies officielles ou à passer des vacances à Paris afin de s’opposer à la propagande communiste. C’est aux années  1960-1970 que nous nous intéressons principalement ; c’est en effet dans cette période qu’a eu lieu le départ des premiers étudiants Dahoméens vers la France après leurs études en URSS. Les étudiants dahoméens qui étaient parmi les cadres formés en URSS et qui ont participé plus tard au développement du communisme au Dahomey sont au centre de nos recherches.

Le 3RD CINEMA et le bloc soviétique : 16 janvier 2015

Séminaire Cinémas d’Afrique 2015

Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. Influences du cinéma soviétique

se tiendra un vendredi par mois, de 13 à 16h, à partir du 16 janvier 2015.Il est animé, comme l’année dernière par Gabrielle Chomentowski (Sciences Po), Melissa Thackwzy (INALCO) et Michèle Leclerc-Olive (IRIS-CNRS-EHESS et ELITAF-RIAM-FMSH).

 63111_980

La séance introductive, animée par Gabrielle Chomentowski aura pour thème

Le « third cinema » et le bloc soviétique

Cette séance se tiendra le 16 janvier de 13h à 16h dans l’amphithéâtre F. Furet 105 boulevard Raspail, 75006. Paris. Les débats pourront se prolonger, si on le souhaite, jusqu’à 17h.

Le 13 février, en partenariat avec l’initiative de la FMSH Les Non-Lieux de l’ExilAlexandra Galitzine-Loumpet et Alexis  Nuselovici (Nouss) – et le département Afrique de l’INALCO – Melissa Thackway –, le séminaire organise une journée d’étude

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Le programme est disponible à l’adresse : http://nle.hypotheses.org/2404

Séminaire ELITAF 24 Novembre 2014 La Generacion de la Amistad

  1. Poetas castellanos del Sáhara      Carmen Gómez Martin
  2. Facultad Latinoamericana de Ciencias     Sociales (FLASCO) Quito
  3.       

LUNDI 24 NOVEMBRE, de 14h à 17h, FMSH, 190 avenue de France (salle 2 au rez-de-chaussée) 

« La Generación de la amistad »

Récit et poésie sahraouie contemporaine. La littérature en castillan come arme de résistance

« La Generación de la Amistad » est un groupe de littérature sahraouie qui s’est formé à Madrid en 2005 et qui se compose d’écrivains nés à l’aube de l’exode sahraoui vers la Hamada algérienne en 1975. Ces intellectuels font partie des centaines d’enfants et de jeunes sahraouis envoyés par le Front Polisario, au cours de la guerre sahraouie-marocaine (1975-1991), pour faire leurs études à Cuba. Après leur formation académique dans l’île caribéenne, ils furent contraints de migrer vers l’Espagne où, dorénavant, leur production littéraire prend forme.
L’objectif de cette intervention est de présenter, dans un premier temps, l’histoire complexe qui détermine la formation de « La Generación de la Amistad », puis, dans un second temps, d’étudier les éléments caractéristiques de cette littérature construite au travers des cultures arabe, européenne et caribéenne. L’intérêt principal de cette intervention est de soulever deux points spécifiques d’analyse : la conception de cette littérature comme une arme politique et de résistance face à l’oubli, ainsi que la revendication et l’utilisation par ces écrivains du castillan comme langue véhiculaire des écrits et comme signe identitaire face à la francophonie d’autres peuples maghrébins.

Discutante : Amalia DRAGANI (LabEx-CAP IIAC-MQB).

CONFERENCE ELITAF 20 et 21NOVEMBRE 2014

BKO87MLO

Etudiants africains en URSS et dans les autres pays

du monde communiste. 1960-1990

Entre histoires nationales et contexte international

 20-21 novembre 2014, Paris

 Organisée dans le cadre des programmes :

-« Elites africaines formées en URSS et dans les pays de l’ancien bloc soviétique. Histoires, biographies, expériences »,  (ELITAF) du Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM), Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH – Programme Afriques), en association avec  l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS)/CNRS-EHESS.

FMSH/RGNF, « Les étudiants africains en URSS. 1960-1990. Mobilité, expériences, et devenir professionnel », RIAM et IRIS, avec l’Institut d’Afrique de l’Académie des sciences de Russie (2013-2015) ;

-avec la collaboration de l’ANR EsCA/FMSH (Espaces de la Culture Chinoise en Afrique) et de plusoeurs laboratoire et institutions de recherche.

 

Lieu : Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 190 avenue de France, 75013 Paris. Continuer la lecture de CONFERENCE ELITAF 20 et 21NOVEMBRE 2014