Tous les articles par Michèle Leclerc-Olive

SOUKHOV Nikolay

Les destins professionnels des lauréats des écoles supérieures soviétiques dans les pays du Maghreb[1]

Nikolay SOUKHOV

La situation socio-politique intérieure et les incitations au départ du Maroc

Après l’accession à l’indépendance, le Maroc – comme d’autres pays africains dans les années 1950-1960 – s’est trouvé face à la tâche de devoir former des jeunes dans les secteurs les plus divers de l’économie nationale. Tâche très difficile dans un pays où il n’y avait pas d’école supérieure nationale (la première université – à Rabat – a été créée en 1957, mais n’a ouvert officiellement qu’en 1959). Parmi les principales raisons qui poussaient les jeunes Marocains à partir faire leurs études supérieures en Union soviétique durant les premières années de l’indépendance, figurait l’impossibilité de le faire dans leur pays.[2]

Pierre Vermeren, chercheur français en histoire contemporaine du Maroc, remarque que, vers le milieu des années 60, les classes moyennes urbaines s’inquiètent face à un enseignement supérieur qu’elles jugent incapable d’assurer une promotion sociale pour tous (Vermeren, 2006 : p. 48). Le Maroc compte à cette période moins d’une dizaine de milliers d’étudiants. L’Union générale des étudiants marocains (d’obédience istiqlâlienne), l’Union nationale des étudiants et le Syndicat indépendant des étudiants (proche de l’UNFP) s’associent pour manifester contre la doctrine Benhima, accusée de briser le processus d’arabisation, et aussi contre la discrimination à leur égard par rapport aux spécialistes formés en France.

Les étudiants protestent aussi contre les conditions matérielles, jugées médiocres, de leurs études. Les grèves des années 70, qui ont démarré en janvier à la faculté de médecine, ont pour mot d’ordre « l’allègement des programmes » et une « révision du système d’attribution des bourses ». Ces grèves sont de plus en plus fréquentes au sein des lycées et des universités du Maroc. Elles fédèrent autour d’elles les organisations syndicales des étudiants et des professeurs, qui se solidarisent avec les étudiants. Les autorités hésitent sur la marche à suivre ; elles démantèlent en octobre 1970 l’ENS de Rabat, haut lieu de la contestation.

Les événements de mai 1968 en France surviennent dans un contexte marocain survolté. Pour les étudiants musulmans s’ajoute la défense du mouvement national palestinien, devenue essentielle après l’humiliante défaite arabe de juin 1967. Le tiers-mondisme et l’anti-impérialisme de Boumediene en Algérie voisine renforcent cet état d’esprit.

La génération estudiantine des années 1967 à 1973 se caractérise par son opposition radicale au pouvoir. Elle se retourne d’abord contre les appareils politiques nationalistes, jugés impuissants face au pouvoir personnel du roi. Plus ouverte socialement que la génération précédente grâce à la politique scolaire mise en place après l’indépendance, cette nouvelle génération voit émerger en son sein des éléments révolutionnaires. Des factions et différents mouvements sont fondés ; « 23 mai » et « Ilal amam » (en avant), par exemple, forment le front des étudiants marxistes-léninistes. En 1970 est créé le Mouvement marxiste-léniniste marocain, qui représente l’avant-garde des masses populaires sur la voie de la révolution. La prise de contrôle de l’UNEM est pour eux la première étape. Mais la répression s’abat sur le mouvement étudiant dès juin 1971, provoquant son passage à la clandestinité (Vermeren, 2006 : p. 50).

La situation socio-politique décrite ci-dessus constitue la deuxième raison importante – politique – qui poussait les étudiants marocains à partir faire leurs études dans les écoles supérieures soviétiques. Ainsi la crise de l’enseignement national marocain, d’une part, et la situation politique intérieure de la fin des années 60 et 70 d’autre part, motivaient ce choix.

Pour illustrer ce postulat, il suffit de regarder la liste des organisations marocaines bénéficiaires des bourses accordées par le gouvernement soviétique :

  • La Jeunesse du Parti du Progrès et du Socialisme (P.P.S.), ancien PCM
  • La Jeunesse du Parti de l’Istiqlal (P.I.)
  • La Jeunesse du Parti de l’Union Socialiste des Forces Populaires (U.S.F.P.)
  • L’Union Marocaine du Travail (U.M.T.)
  • L’Union Générale des Travailleurs Marocains (U.G.T.M.).

Lors des entretiens, les lauréats de ces générations ont reconnu qu’ils avaient des problèmes avec la police marocaine, suite à leur participation aux émeutes étudiantes. Le départ vers un pays inaccessible aux services secrets marocains (l’exemple de la disparition de l’opposant Mehdi Ben Barqa en juin 1966 à Paris était dans tous les esprits), équivalait dans certains cas, à de la survie.[3] Les militants des groupes radicaux d’étudiants, qui réussissent à cette époque-là à partir étudier en l’URSS, s’y sont attardés, en attendant la fin de « l’époque de plomb », pour longtemps, parfois pour toute leur vie.[4]

Puis, dans les années de relative stabilisation de la situation politique intérieure au Maroc, comme l’état de l’enseignement était resté complexe, le flux régulier d’étudiants vers l’URSS et les autres pays du bloc socialiste s’est prolongé.

* * *

Les étudiants tunisiens partaient pour des études en URSS dans le cadre de la politique de formation des cadres nationaux de l’État tunisien. Ils étaient particulièrement motivés par le problème du développement insuffisant du système national de formation, commun aux pays en voie de développement de l’époque des « réveils de l’Afrique ».

L’absence de motivations sociales et politique – caractéristiques du Maroc – a probablement engendré un plus petit nombre de lauréats des écoles supérieures soviétiques en Tunisie.[5]

La situation était différente en Algérie, où le gouvernement algérien envoyait des étudiants en Union soviétique, en fonction des priorités de sa politique intérieure et étrangère. L’État avait besoin de médecins, d’ingénieurs et de militaires. Cette circonstance a déterminé le taux de spécialistes civils et militaires formés pour l’Algérie pendant la période soviétique : près de 4000 civils et plus que 8000 militaires.

Relations économiques et politiques entre le Maroc et l’URSS

En même temps, l’Union soviétique était devenue de plus en plus attirante pour les Marocains. C’est au printemps 1958 qu’ont commencé des échanges commerciaux intensifs entre l’URSS et le Maroc. En échange du pétrole soviétique, d’équipement industriel et de bois, le Maroc livrait des oranges, des conserves de poisson, de la laine, de l’écorce de chêne-liège. L’établissement officiel de relations diplomatiques s’est concrétisé par l’échange d’ambassadeurs le 1er octobre 1958. Les visites du Président du Soviet Suprême de l’URSS, Léonid Brejnev (février 1961) et du Premier vice-président du Conseil des ministres de l’URSS, Anastas Mikoyan, (janvier 1962) au Maroc ont favorisé le renforcement des relations entre les deux pays.

Dans le domaine de la politique étrangère, le Maroc a proclamé le principe de « non-alignement vers les blocs ». Les Marocains ont entrepris de lutter pour la liquidation des bases étrangères militaires, soutenues dans l’arène internationale par l’URSS.

Après l’indépendance, le Maroc a commencé – tentant de trouver un équilibre entre l’Ouest et l’Est – à acheter de l’armement aux pays des deux blocs militaires et politiques existant alors. Les dirigeants soviétiques ont tâché d’utiliser cette opportunité pour la promotion de leur armement et pour le renforcement de la coopération bilatérale avec le Maroc. Des chasseurs à réaction soviétiques furent livrés aux forces aériennes du Maroc en février 1961. Mais la coopération militaro-technique se révéla brève. Après la fin de la guerre d’Algérie, il y eut des discussions entre le Maroc et l’Algérie au sujet de la souveraineté sur certains territoires frontaliers. En octobre 1963, « la guerre des sables » débuta. L’URSS prit le parti de l’Algérie dans ce petit conflit qui eut une influence négative sur le développement des relations soviéto-marocaines.

Une nouvelle étape des relations entre l’URSS et le Maroc débuta au milieu des années 60. L’idée du soutien au « triangle » – France, États-Unis, URSS – selon le projet du roi Hassan II, devait garantir au Maroc une bonne place parmi les pays en voie de développement. Assurément, ce « triangle » n’était pas équilatéral, si l’on considère l’attraction du Maroc pour les pays de l’Ouest. Cependant, le roi, qui ne pouvait pas ignorer le rôle croissant de l’Union soviétique dans la politique et l’économie mondiale, se rendit à Moscou en octobre 1966. Les négociations avec les dirigeants de l’État soviétique donnèrent des résultats féconds dans le domaine du commerce, des relations économiques et culturelles, ainsi que dans la coopération scientifique et technique. Les relations commerciales se développèrent activement, l’URSS construisit une importante série de projets énergétiques et industriels au Maroc. En 1970, le volume des échanges de marchandises entre les deux pays a été multiplié par six par rapport à 1960. Le premier ministre du Maroc, Ahmed Osman, visita Moscou en mars 1978 et signa un accord stratégique sur la coopération économique et commerciale.

Dans les années 60-70, l’Union soviétique apporta également l’investissement nécessaire au développement de la production d’énergie et de l’industrie minière du Maroc. La centrale thermique «Jerrada», le complexe hydro-énergétique « El Mansour El Dhahabi », 200 km de lignes à haute tension pour les transmissions électriques, la centrale hydroélectrique «Moulay Youssef» furent construits grâce à l’aide de l’URSS/Russie. Symbole de la féconde coopération bilatérale, l’ensemble hydro-énergétique « El Ouahda » – un des plus grands chantiers du monde arabe et de l’Afrique (30 % de l’énergie électrique produite au Maroc) – est construit par une compagnie soviétique/russe.

Pendant « la guerre pour la libération » et plus tard dans les années 60-70, une image positive de l’Union soviétique se dessine ; pour de nombreux Marocains, l’URSS est associée à la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme, au soutien de la lutte du peuple arabe de la Palestine. L’idée de base, enracinée dans la conscience de n’importe quel Marocain indépendamment de sa position sociale, de son niveau de formation et de ses préférences politiques, est la suivante : « la Russie n’était jamais et ne sera pas l’ennemi pour le monde arabe » (Soukhov, 2009).

Grâce à l’aide soviétique au développement et à la suite de la coopération politique, économique et technique avec l’Algérie et, dans une moindre mesure, la Tunisie, l’image positive de l’URSS se renforce dans ces pays et accroît, par conséquent, l’attrait pour les études dans les universités soviétiques.

Le choix de la profession

Le choix de la profession future de l’étudiant maghrébin était défini en premier lieu par les besoins en telle ou telle spécialité de l’économie de son pays natal. Ici, nous observons une situation assez semblable pour les trois pays. Les écoles supérieures médicales, agraires, économiques, philologiques et de génie étaient les plus plébiscitées par les étudiants des pays du Maghreb. La médecine, la pharmacie et la stomatologie étaient les spécialités les plus populaires et étaient réclamées traditionnellement par les étudiants maghrébins, particulièrement par les jeunes filles.

Cet état de fait était induit par l’instabilité politique internationale et intérieure et les conditions naturelles de la région qui manquaient de spécialistes en médecine : les conflits locaux et régionaux, les tremblements de terre, les inondations, les épidémies, avec comme corollaire une énorme partie de la population ayant besoin d’assistance médicale. De plus, on constatait un reflux considérable de ces pays – particulièrement touchés par les crises – des médecins-pratiquants, y compris ceux travaillant dans les hôpitaux, les polycliniques et dans d’autres institutions médicales. Jusqu’à aujourd’hui, la gynécologie, l’oncologie et la cardiologie, activement développées à l’ouest et dans le bloc socialiste, ne sont pas encore très avancées dans les pays de la région.

Parmi les spécialités du génie les plus demandées figurent : la géologie et la reconnaissance des gisements des minéraux, la construction des ponts et des chemins de fer, le génie civil et industriel, les industries technologiques, la production d’énergie et aussi l’architecture. Dans les pays arabes, des programmes clairement définis de formation des cadres (tellement importants pour le développement économique moderne) manquent dans les années 60 et 70. Mais en Union soviétique les étudiants algériens, par exemple, acquièrent des connaissances théoriques et des habitudes pratiques pour un travail ultérieur dans les secteurs pétrolier et gazier de l’économie nationale.

L’agriculture représente traditionnellement le segment le plus important de l’économie des pays du Maghreb. Une grande partie de la population travaille dans ce secteur, dont les revenus constituent une part considérable du produit intérieur brut, bien qu’au total la région ne soit pas riche en sols fertiles, ni en ressources d’eau. La demande en spécialistes-agronomes et en vétérinaires dans ces pays était également presque entièrement satisfaite par l’enseignement supérieur soviétique.

On peut aussi mentionner le journalisme et la philologie parmi les spécialités assez demandées. Les médias servent de principal canal de diffusion des connaissances – à l’exclusion de tout autre. D’autre part, dans les pays arabes le taux de médias par rapport à la population – la quantité de journaux, de chaînes de radio et de télévision pour 1000 personnes – était beaucoup plus faible que le taux moyen dans le monde à la période examinée.

La deuxième spécialité la plus populaire était la philologie. Cette profession offrait notamment aux étudiants étrangers la possibilité d’apprendre le russe et l’importante littérature russe, et par la suite, de vivre de l’enseignement, du travail de traducteur ou d’une activité de recherche. Cela concerne particulièrement les lauréats-philologues maghrébins des différentes générations, qui sont des membres respectés de la société et enseignent dans les universités de leur pays.[6]

Les résultats du traitement des données statistiques indiquent que plus de la moitié des étudiants des pays du Maghreb étudiaient en URSS des spécialités techniques (voir fig. 1).[7]

Il est important de noter qu’un grand nombre de lauréats marocains des écoles supérieures soviétiques choisissaient une profession en fonction de leurs dispositions personnelles et de leurs passions, ce dont témoignent les réponses aux questions correspondantes du questionnaire diffusé parmi eux par l’auteur.

Le nombre de lauréats marocains des écoles supérieures soviétiques

Pendant toute la période examinée (1960-1990), plus de 800 000 personnes se sont formées dans les écoles supérieures soviétiques civiles et militaires, ainsi que dans les écoles spéciales secondaires, les cours divers de préparation, de formation continue, les stages pratiques, etc. Le pic du nombre des étudiants étrangers est atteint en 1989-1990, lorsqu’environ 180 000 citoyens étrangers se forment en URSS (près de 70 % dans les écoles de Russie) dans les différentes filières de formation.

Durant la période soviétique, la plus grande partie des étudiants étrangers étaient  originaires des pays socialistes de l’Europe de l’Est (avant tout la RDA, la Bulgarie, la Pologne, la Tchécoslovaquie) et d’Asie (principalement le Vietnam, la Mongolie, la Chine et l’Afghanistan) (voir fig. 2). Puisque les pays d’Afrique du Nord dans les statistiques soviétiques et russes se rapportent toujours aux pays arabes et se confondent avec les données sur le Proche-Orient, nous ne pouvons estimer qu’approximativement la part des étudiants africains dans les écoles supérieures soviétiques à environ 18 %.

Malheureusement, il est impossible de faire un compte exact des étudiants des pays du Maghreb ayant reçu un enseignement en Union soviétique, puisque parmi les Algériens, par exemple, prédominaient les cadets militaires et les officiers en formation, dont les données sont tenues secrètes.

Néanmoins, les informations sur les étudiants marocains, puisées dans les informations statistiques du Ministère des Affaires Étrangères et des Ministères de l’enseignement de l’URSS (auquel l’auteur a eu accès dans le cadre de son service), permet d’établir un compte assez exact de leur nombre pour la période de 1956 à 1991. Ainsi, dès l’indépendance du Maroc et jusqu’à la fin de l’existence de l’Union soviétique, plus de 5000 jeunes Marocains ont été formés dans les universités soviétiques.

Ce nombre assez faible de lauréats des écoles supérieures soviétiques – comparé au total des Marocains ayant une instruction supérieure – ne reflète pas le niveau d’importance de ces cadres dans le développement économique du Maroc. Par exemple, au cours d’une conversation avec l’auteur, le gouverneur de la province Rabat-Salé-Zemmour-Zaërs a souligné la haute qualification, la capacité de travail et l’efficacité des lauréats marocains des écoles supérieures soviétiques et russes travaillant dans son administration.[8]

Les destins professionnels

Pendant plusieurs années l’Union soviétique fut un centre d’attraction pour des millions de gens du monde entier, aspirant à recevoir là-bas une formation, à suivre – comme on disait à l’époque – « l’expérience soviétique avancée » et à l′utiliser pour le bien de leur patrie. En revenant chez eux après leur études à Moscou, Kiev, Minsk, Bakou, Tachkent ou d’autres centres d’enseignement supérieur du pays, les lauréats étrangers ramenaient avec eux plus que la connaissance de la langue et de la culture russes, mais également l’amour d’un peuple hospitalier. Bien instruits, ils devenaient des politiciens, des hommes d’État, des ingénieurs, des médecins, des acteurs de la science, de la culture et de l’art dans leur pays. De plus, ils gardaient le souvenir de leur jeunesse étudiante, de leurs meilleures années en Union soviétique, et par cela contribuaient au renforcement des liens entre leurs États et le pays qui avait assuré leur formation.

Revenus dans leur pays natal avec un diplôme soviétique, plusieurs lauréats maghrébins ont accédé à des postes de dirigeants haut placés dans les organismes d’État, les ministères, les entreprises publiques et des compagnies privées, ou sont devenus les représentants des États dans d’autres pays, dans des organisations internationales et régionales. Par exemple, l’Association tunisienne des lauréats des universités soviétiques (plus de 450 membres) rassemble des députés, des gouverneurs, des directeurs généraux d’importantes sociétés publiques et privées, des médecins respectés, des collaborateurs de la radio et de la télévision, des professeurs d’université. Plusieurs ingénieurs formés en URSS sont propriétaires de sociétés privées, de bureaux d’études, de construction et d’architecture.

Au Maroc, les lauréats des écoles supérieures soviétiques travaillent principalement dans la fonction publique et dans tous les secteurs de l’économie nationale : l’architecture et la construction, la géodésie et la cartographie, l’agriculture et la pêche, la science et l’enseignement, la santé publique et la production d’énergie. L’auteur connaît également des journalistes, des acteurs culturels, des employés des P.T.T., des pharmaciens et des médecins travaillant dans des sociétés privées.

Malgré l’absence d’obstacles dans le reclassement des lauréats pour la période antérieure à 1992, lorsque l’accord entre l’URSS et le Maroc sur la reconnaissance des diplômes soviétiques de l’enseignement supérieur, signé en 1960, a pris fin en 1992, ces diplômés n’ont pas eu les carrières espérées. À la différence de l’Algérie et de la Tunisie, ils n’ont pas réussi à accéder à des postes élevés.[9] Cela s’explique par les caractéristiques particulières de la société marocaine, où les principes de solidarité de clan et les clivages sociaux rigides sont forts encore aujourd’hui. On a déjà indiqué plus haut que le contingent des étudiants partis pour des études en Union soviétique grâce aux recommandations de partis de « gauches » et d’organisations syndicales, comprenait principalement des représentants des classes pauvres n’appartenant pas aux familles influentes, dont les membres occupent des positions dirigeantes dans le gouvernement et l’économie du Maroc même aujourd’hui.

À notre avis, les destins professionnels des médecins et des pharmaciens ayant étudié en URSS qui travaillent en secteur privé sont les plus gratifiants. Une excellente qualification, l’universalité des connaissances et des pratiques professionnelles les distinguent favorablement par rapport aux lauréats des écoles supérieures françaises. Ces qualités leur ont assuré une reconnaissance certaine auprès des clients, avec pour conséquence un revenu régulier au-dessus de la moyenne.

* * *

Le départ des étudiants marocains pour des études en URSS dépendait d’un ensemble de facteurs extérieurs et intérieurs. Premièrement, l’URSS accordait des autorisations pour des études supérieures dans n’importe quelle spécialité. Deuxièmement, dans les pays du Maghreb après l’indépendance, il y avait une crise du secteur de l’enseignement. Les capacités des infrastructures universitaires existant à cette époque ne correspondaient pas à la demande apparue dans les sociétés maghrébines.

Le renforcement de l’opposition socialiste et communiste au Maroc – qui, dans les années 60, est entrée en confrontation ouverte avec le gouvernement représentant les intérêts de la grande bourgeoisie nationale – et les répressions qui ont suivi ont contraint une partie des militants du mouvement étudiant à quitter le pays et à partir faire des études en URSS.

L’augmentation du nombre de bourses accordées par l’Union soviétique a permis aux partis d’opposition et aux syndicats durant les années 70-80 d’envoyer la jeunesse des classes pauvres non privilégiées de la société marocaine étudier en URSS. (Rappelons qu’il existait alors un accord entre le Maroc et l’URSS sur la reconnaissance des diplômes des universités soviétiques).

Malgré un excellent niveau de formation et l’existence d’une base juridique pour le libre reclassement lors du rapatriement, les diplômés marocains des écoles supérieures soviétiques  n’ont en majorité pas réussi à accéder à de hautes fonctions dans les administrations publiques et le secteur économique du pays, comme cela a eu lieu dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne. À notre avis, cela tient en premier lieu au fait qu’ils étaient souvent originaires du milieu des artisans, la classe de la petite bourgeoisie urbaine. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux ont indiqué dans les questionnaires des problèmes financiers comme raison du choix des études en URSS.

Et parmi les lauréats des universités soviétiques, figuraient quand même des représentants de clans influents, où se recrutent les élites marocaines. Cela est vrai en particulier pour la génération des étudiants partis en Union soviétique dans les années 60. Ils ont occupé des postes de haut niveau dans le cadre de leur activité professionnelle. Mais aujourd’hui cette génération est celle des retraités.

Bibliographie

Soukhov, Nikolay, 2009, Note analytique : l’image de la Russie au Maroc, Maroc. Non publié.

Vermeren, Pierre, 2006, Histoire du Maroc depuis l’indépendance, Paris, La Découverte.


[1]          L’étude a été réalisée avec le soutien du RGNF. Projet № 13-21-08001 « Étudiants africains en URSS : la mobilité post-universitaire et le développement de la carrière ».

[2]           Interview d’un lauréat de l’université d’État de Moscou (années d’études : 1969-1976), enquête de l’auteur, Tanger – Moscou, 2013.

[3]           «Beaucoup de mes camarades ont été arrêtés en 1974, et le fait que j’étais en URSS m’a sauvé la vie». Interview d’un lauréat de l’Université de Moscou, enquête de l’auteur, Tanger – Moscou, 2013.

[4]           Années de plomb : 1975-1990.

[5]           Le nombre de lauréats des écoles supérieures soviétiques en Tunisie est estimé à plus de 2500 personnes.

[6]           Les philologues, lauréats des écoles supérieures soviétiques sont, par exemple, membres de l’Association marocaine des professeurs de russe, coopérant activement avec le Centre Culturel Russe pour la vulgarisation du russe et de la culture russe au Maroc.

[7]           Les résultats des calculs de l’auteur sont basés sur les relevés statistiques du Ministère de l’enseignement de l’URSS.

[8]           De la conversation avec Hassan Amrani, le gouverneur de la province Rabat-Salé-Zemmour-Zaers, Rabat, 2009.

[9]           Selon l’auteur, le poste le plus important auquel a accédé un lauréat de l’enseignement supérieur soviétique au Maroc, est celui de directeur du Théâtre National, mais le poste avec le plus de responsabilités est celui de directeur régional de l’Office National d’Électricité.

TOUFIQ Maria et HMIZA Touria

Étudiants marocains en URSS : le rapport à la langue de formation et son impact sur l’insertion professionnelle

Maria TOUFIQ

Touria HMIZA

Le choix de l’URSS comme destination et lieu d’études était, pour les étudiants marocains, lié à l’image de cette grande puissance dans les pays du tiers-monde et à l’idéologie de l’époque. Les réalités politiques et culturelles de ces pays n’étaient pas favorables à ce choix, ce qui obligeait les lauréats à des sacrifices et à une certaine lutte pour s’affirmer.

La langue de formation est l’un des problèmes auxquels les lauréats sont confrontés une fois de retour au Maroc pour pouvoir s’intégrer dans un marché du travail qui exprime une préférence pour les lauréats ayant une formation francisante ; ainsi dans notre intervention nous allons affronter l’aspect linguistique afin de comprendre :

  1. Les raisons du choix de l’URSS comme destination pour poursuivre des études supérieures.
  2. Le processus d’apprentissage de la langue de formation.
  3. Comment les lauréats ont-ils vécu le problème d’insertion professionnelle lié à la langue de formation ?
  4. La pratique et l’usage de la langue russe au retour dans le pays : à quelles occasions, en quels lieux et avec qui les anciens étudiants marocains formés en URSS parlent-ils russe ?

À cet égard, nous avons adopté une méthodologie de travail croisant analyse documentaire et entretien individuel semi-directif avec quatorze lauréats de l’ex-Union soviétique, issus de différentes spécialités. Ensuite nous avons soumis un questionnaire à tous ceux qui ont bien voulu participer à cette enquête (au nombre de vingt). Les données obtenues sont basées sur le vécu, les points de vue des lauréats concernant leur rapport à la langue de formation. Enfin, nous nous appuyons aussi sur notre expérience personnelle en URSS entre 1985 et 1991.

Nous ne pouvons pas parler des étudiants marocains qui ont étudié dans les universités et instituts de l’ex-Union soviétique – contrairement à la plupart des lauréats marocains dans d’autres pays étrangers – sans tenir compte des raisons qui les ont poussés à choisir cette destination, étrange à l’époque, pour poursuivre des études supérieures, depuis la fin des années cinquante du siècle dernier, avec l’envoi des premiers boursiers marocains en Union soviétique.

Les raisons du choix de l’URSS comme destination pour poursuivre des études

  1. Plusieurs étudiants ont choisi de poursuivre leurs études en URSS du fait des échos favorables qu’ils ont pu avoir à travers ce qu’ils ont entendu et lu sur ce pays, socialiste, communiste, et porte-drapeau des idées dont ils avaient la conviction de par leur appartenance à l’un des partis progressistes de leur pays. Malheureusement, plusieurs d’entre eux ont eu la grande déception de constater que lesdits échos favorables étaient en flagrante contradiction avec la réalité du vécu en URSS.
  2. D’autres étudiants ont opté pour la poursuite des études en URSS sur incitation de leurs connaissances ou de leurs familles, qui avaient déjà effectué leurs études dans ce pays avec grand succès et qui ont bien réussi leur carrière professionnelle. Les dites connaissances et familles leur avaient fait part de leur appréciation positive des méthodes d’enseignement et du mode de vie en URSS. Il est à signaler cependant, qu’à cause des échos et avantages précités, certains étudiants marocains, après des études de deux, trois et même quatre années en universités marocaines, ont fini par abandonner ces études sans le moindre regret, et décidé de les poursuivre en URSS, le pays connu par son niveau scientifique très élevé et son développement au niveau international, en tant que grande puissance mondiale.
  3. Une 3e catégorie d’étudiants a, pour sa part, saisi l’occasion, sans la moindre hésitation, d’avoir des proches de leur famille appartenant à l’un des partis nationaux, syndicats, organisations de jeunesse et associations, qui bénéficiaient d’un certain nombre de bourses de l’Union soviétique, et qui leur proposaient de poursuivre leurs études dans ce grand pays.
  4. Enfin, une dernière catégorie d’étudiants a été presque obligée d’effectuer des études en URSS par leurs parents ou des membres influents de la famille, qui étaient très impressionnés par le monde soviétique et par la place prépondérante qu’il occupe dans le monde. Et il y a lieu d’affirmer à ce sujet que, d’après des interviews, non seulement aucun de ces étudiants n’a regretté d’être allé en URSS, mais plus encore, ils ont été très reconnaissants à leur famille de les avoir fortement incités à aller en URSS.

Le nombre global des bourses accordées par l’Union soviétique aux étudiants marocains, durant la période allant de 1972 à 1991, a atteint 4400 bourses, soit 220 bourses par an, pour une période de 20 ans (Abdelati, Dorhmi, Dikrayat wa Modakirat, en cours de publication).

La dotation annuelle comprenait : l’éducation, le logement et la bourse mensuelle.

La possibilité d’étudier en Union soviétique était limitée et accordée surtout aux « camarades » des partis communistes, et aux organisations et organes « progressistes » de l’époque.

Par conséquent, l’étudiant se trouvait prisonnier de cette situation, indépendamment de ses croyances personnelles, du fait qu’il était appelé à se soumettre à des règles et des programmes idéologiques imposés dans son cursus universitaire. Il était aussi victime de la politique de son pays, méfiant à la fois par rapport au niveau de formation du lauréat et à la crédibilité des diplômes émis par les institutions soviétiques.

Généralement, les étudiants se sont orientés vers les sciences humaines, l’ingénierie technique ou les études médicales.

Le processus d’apprentissage de la langue de formation

En général les étapes d’adaptation des étudiants étrangers à un nouvel environnement linguistique et socioculturel d’apprentissage sont les suivantes :

  • L’entrée dans le milieu estudiantin.
  • La compréhension des spécificités des étudiants d’autres nationalités étrangères, tout en développant son propre style de comportement.
  • La conviction quant au choix de la carrière choisie et de la formation s’y rapportant.
  • Surmonter la «barrière linguistique».

C’est le dernier point qui nous intéresse dans cette communication. Dès les premiers jours de leur arrivée en Russie, les étudiants étrangers se trouvent fréquemment dans une en grande ignorance de l’environnement socioculturel et linguistique dans lequel ils vont évoluer, et auquel ils sont appelés à s’adapter le plus rapidement possible. Ils commencent, alors, par éprouver des difficultés de communication, mais qui, heureusement, ne durent qu’une courte période, en moyenne les deux premiers mois de l’année préparatoire qui est consacrée à l’apprentissage de la langue et des matières de base de la spécialité. L’étudiant va vite s’apercevoir qu’il bénéficie d’un environnement propice, qui réunit toutes les conditions possibles pour une maîtrise de la langue rapide et efficace.

Alors, comment les étudiants marocains vivent-ils les premiers contacts et les premières difficultés avec la langue de formation ? De quelle manière arrivent-ils à les surmonter ? Quelle est la durée moyenne du processus d’apprentissage du russe ? Les étudiants marocains éprouvent-ils des difficultés au cours de leur cursus universitaire à cause d’une faible maîtrise de la langue ? La connaissance du russe n’est-elle pas un facteur dominant pour une adaptation réussie des étudiants marocains en Russie ?

Étapes de l’apprentissage de la langue russe

a) A son arrivée au pays d’accueil, l’étudiant marocain, comme généralement tous les étudiants étrangers, rencontre des difficultés linguistiques.

La première difficulté qui se manifeste est que le russe est une langue totalement différente (alphabet, écriture, règles de prononciation, etc.) des langues avec lesquelles l’étudiant marocain est familier. D’autant plus qu’à l’époque, même si les Soviétiques sont très cultivés, ils n’en sont pas moins généralement monolingues.

Ainsi, l’étudiant marocain, incapable de dialoguer avec les gens des divers services administratifs ou avec le personnel des magasins lors d’achat d’articles, d’objets, de produits, de denrées alimentaires, ne peut pas compter sur une langue intermédiaire entre lui et son entourage, pour faciliter la communication et la conversation. Il est appelé à communiquer avec les gens dans leur propre langue, en s’appuyant souvent au début sur des mouvements et des gestes des mains, des expressions faciales ou parfois même des dessins.

Il est donc essentiel de développer un mécanisme qui aiderait à renforcer l’expression selon les normes et les critères de la bonne communication. Dans l’esprit des étrangers, les mots se forment souvent de manière dispersée : les relations existant entre les unités lexicales de communication sont mal comprises et par conséquent, les étudiants se trouvent souvent dans des situations délicates (par exemple ceux qui ont acheté des bouteilles de vinaigre à la place d’eau minérale, ou celui qui s’adressait tout le temps à son professeur en lui disant d’un air très content « Aujourd’hui il fait beau ! » (Sivodna kharacho), alors qu’il voulait lui dire « Aujourd’hui, vous êtes belle ! »

b) Conscient du changement de son entourage socioculturel et de l’absence de contact communicatif habituel avec la famille, les amis et les compatriotes, l’étudiant marocain entame le processus de son adaptation au nouvel environnement. De ce fait, il cherche de nouvelles amitiés, qui peuvent vraiment l’aider à surmonter les difficultés rencontrées. Il est à noter que l’adaptation réussie d’un étudiant étranger à la nouvelle vie sociale et culturelle passe d’abord par la communication active avec les étudiants soviétiques. Ceci permet de surmonter les difficultés rencontrées afin de s’adapter à la nouvelle société. Nous constatons que ces relations amicales, non imposées par le processus éducatif, apportent des résultats des plus fructueux dans l’acquisition du langage.

c) Par ailleurs, il existe toujours des étudiants qui n’arrivent pas à s’adapter, car tout ce qu’ils découvrent dans cette nouvelle société s’oppose à leur culture, et une grande partie de la réalité soviétique constitue pour eux un état de choc et sème en eux la confusion.

C’est là qu’intervient le rôle de l’enseignant et surtout du « curateur » dont les fonctions essentielles consistent à fournir tous les efforts pour associer les étudiants étrangers aux activités sociales et culturelles de l’université, afin de leur permettre d’assimiler et de se familiariser avec la culture locale, et ce, à travers l’organisation de fêtes, de conférences académiques, d’événements sportifs, de festivals de musique, de visites des musées et des places historiques, la lecture et la discussion de la littérature classique, des romans historiques, etc.

Effectivement, parmi les facteurs les plus importants dans l’accélération de l’apprentissage de la langue russe : la grande compétence et le sérieux des professeurs de russe ainsi que les outils pédagogiques mis à leur disposition. L’étudiant ne peut que rester admiratif devant la motivation et la passion avec laquelle ils effectuent leur travail. À cet égard, beaucoup d’entre eux n’hésitent pas à inviter leurs étudiants à leur domicile, chaque fois que l’occasion se présente, et notamment pendant les fêtes. Ce geste touchait énormément les étudiants, car il leur permettait de découvrir de près la culture, le mode de vie, les habitudes et les traditions russes (Toufiq, Maria, 1999, Dikrayati fi Alitihad Assouviati, p. 41).

Selon M. Ivanova et N.A. Titkova « les facteurs qui déterminent le succès de l’adaptation des étudiants étrangers sont, en premier lieu, le climat psychologique au sein du groupe de formation et la méthodologie de l’enseignant » (Иванова М.А., Титкова Н.А.,1993 Социально-психологическая адаптация иностранных студентов первого года обучения в вузе).

D’autre part, les outils pédagogiques utilisés dans l’enseignement de la langue étaient très efficaces (manuels dont le contenu est riche et réparti sur deux semestres d’une manière surprenante, laboratoires de langue très bien équipés, matériel audiovisuel, sorties et excursions pédagogiques.)

L’objectif de l’enseignement de la langue russe pendant l’année préparatoire, et surtout durant le premier semestre, vise à permettre aux étudiants d’acquérir des connaissances utiles pour communiquer avec leur entourage. La compétence linguistique demande la maîtrise de tous types d’unités linguistiques syntagmatique et paradigmatique. Parmi les difficultés rencontrées par les étudiants marocains : la spécificité de l’accent russe, les nombreuses exceptions à toutes les règles de grammaire, le pluriel des mots, la prononciation spécifique de certaines lettres russes, et les différentes formes du verbe.

Le programme du deuxième semestre vise à atteindre les objectifs suivants :

  • Préparer les futurs spécialistes, de façon à avoir les compétences de lecture et de recherche de bibliographie spécialisée en russe
  • Utiliser la langue russe comme moyen de formation d’un spécialiste qualifié
  • Développer les compétences en communication

Nous notons que la gestion réussie du processus de l’enseignement du russe aux étudiants étrangers fait partie intégrante de la solution du problème de leur adaptation, puisqu’elle se réalise d’une manière spontanée et rapide. Au bout de quelques mois, l’étudiant ne peut même pas dire depuis quand il a commencé à parler russe couramment, car la méthode d’enseignement et d’encadrement est très motivante et donne aux étudiants une grande envie d’apprendre (Toufiq, Maria, 1999, Dikrayati fi Alitihad Assouviati, p. 41).

Cependant, il est essentiel de signaler que d’autres facteurs ont facilité le processus d’apprentissage des étudiants marocains. Nous pouvons citer à cet égard, et à titre d’exemples non limitatifs, les points identifiés lors de nos interviews avec quelques-uns d’entre eux :

  • Le bon niveau de formation reçu dans le pays natal leur a permis de mettre en œuvre leurs connaissances acquises pour un apprentissage rapide de la langue. À ce titre, ils attestent qu’ils étaient bien appréciés par leurs enseignants et se classaient généralement parmi les premiers.
  • Leur connaissance de plusieurs langues, notamment l’arabe, le français et l’anglais, les a beaucoup aidés au cours de l’apprentissage du russe.
  • Les méthodes d’enseignement adoptées dans les universités soviétiques étaient très appropriées, et les Marocains s’y étaient bien adaptés et s’y retrouvaient parfaitement.

Si la tâche principale de l’année préparatoire est le développement de compétences linguistiques qui permettraient à l’étudiant d’accéder aux différents établissements universitaires, il existe, toutefois, des exigences dues au fait que pour les étudiants étrangers, la langue russe est un outil pour poursuivre leurs études, dont la qualité dépend du degré de maîtrise de cette langue.

A. N. Choukine définit la compétence communicative comme « la capacité de traiter avec les moyens de la langue étrangère, les tâches culturelles de la communication dans la vie quotidienne, éducative et culturelle, la capacité des étudiants d’utiliser les faits de la langue et du discours aux fins de communication » (Азимов, Щукин, 2010, с. 107).

A cet égard, une place particulière est accordée aux problèmes de la compétence linguistique et communicative des étudiants de première année universitaire. C’est une période d’engagement intense des étudiants dans le processus d’apprentissage. Ils sont amenés à fournir plus d’efforts en revenant aux manuels pour plus de compréhension, ce qui crée pour eux un travail supplémentaire par rapport aux étudiants russes.

Le programme vise à doter les étudiants du savoir-faire et des compétences que devrait avoir en sus, le futur spécialiste, tels que :

  • L’assimilation du matériel lexical de façon à pouvoir surmonter les difficultés qui ne cessent de s’accroître au fur et à mesure de l’approfondissement de la langue russe.
  • La capacité à mener un dialogue professionnel avec toutes les caractéristiques que cela peut exiger.
  • Les particularités linguistiques du style scientifique, qui n’est pas seulement un système bien établi de termes et de concepts, mais aussi un système de développement des mécanismes de la communication professionnelle.

Au terme de leur formation, les étudiants marocains ont généralement un très bon niveau en langue russe ; d’ailleurs leurs enseignants russes ne cachent pas leur joie quand ils ont devant eux, dans le groupe, des Marocains, car d’après eux ils ont une grande capacité d’assimilation qui fait défaut à beaucoup d’autres étudiants étrangers.

Cependant, après leur retour au Maroc, les lauréats marocains sont-ils aussi appréciés qu’en Russie, et à quel genre de problèmes sont-ils confrontés dans la recherche d’un emploi ?

La pratique et l’usage de la langue russe au retour dans le pays

La langue de formation est l’un des problèmes auxquels les lauréats sont confrontés une fois de retour au Maroc pour pouvoir s’intégrer dans un marché du travail qui favorise en premier lieu le français et l’arabe, comme principales langues de travail.

Par conséquent, si la connaissance de la langue russe est un facteur décisif pour une adaptation réussie des étudiants marocains en Russie, ne représente-t-elle pas aussi une barrière à leur insertion et leur épanouissement professionnels au Maroc ?

Il faut avouer cependant qu’une autre difficulté s’ajoute au problème linguistique que rencontrent les lauréats après leur retour au pays d’origine, et qui réside dans la reconnaissance des diplômes obtenus. Ceci est dû parfois à une volonté politique qui est plutôt favorable aux diplômes émanant de pays occidentaux, vu la proximité, l’échange et les similitudes partagés avec eux dans plusieurs domaines.

Il faut reconnaître toutefois que certains diplômes techniques sont acceptés plus facilement que d’autres :

  • Soit en raison de l’existence de conventions entre l’URSS et le Maroc : pêche maritime ;
  • Soit en raison du manque de diplômés dans un domaine donné : ITA, et formation professionnelle ;
  • Soit en raison de leur compétence et de leur haut degré de conscience professionnelle qui, en réalité, est à la base des principes les plus nobles qu’ils ont appris durant leur formation, à savoir, l’attachement aux principes de l’humanisme, la volonté de se mettre au service de l’intérêt général.

Par ailleurs, on ne peut pas négliger l’existence de difficultés et d’obstacles empêchant une meilleure intégration dans le marché du travail, dont les principaux facteurs sont techniques et centrés sur :

  1. L’équivalence des diplômes en conformité avec les normes du Maroc ;
  2. Les préjugés sur le niveau de formation des lauréats de l’Union soviétique par rapport à ceux d’autres pays européens ;
  3. Aucune utilisation de la langue russe dans les institutions marocaines, ou presque, si l’on exclut son statut de langue facultative dans quelques universités marocaines (Rabat, Mohammedia, Casablanca, Fès et Meknès), ainsi que dans le secteur du tourisme au cours des dix dernières années ;
  4. Manque d’activités culturelles liées à la langue russe, ce qui affaiblit son usage et le rayonnement qui peut lui être donné ;
  5. L’influence européenne sur le marché marocain.

De ce fait, les lauréats des institutions soviétiques se livrent à une série d’actions pour répondre au besoin du marché marocain :

  • Obtenir une équivalence du diplôme.
  • Travailler dans le domaine de leur formation.
  • Perfectionner la langue utilisée sur leur nouveau lieu de travail, notamment le français et/ou l’arabe.
  • S’affirmer au milieu des autres collègues diplômés d’autres institutions européennes, etc.

En conclusion

Nous pouvons noter que la langue russe, après avoir servi d’outil de formation, est réduite, une fois rentrés au Maroc, à un outil de communication très limité dans un cercle très restreint composé de lauréats des établissements russes entre eux ou avec leurs épouses russes. Mais dans leur quotidien ils ont recours aux deux langues utilisées dans l’administration marocaine : le français et l’arabe.

On peut rester dans la logique des témoignages cités dans cette communication et résumer la problématique de la langue russe chez les lauréats marocains des institutions au temps de l’Union soviétique comme suit :

De retour au Maroc, les lauréats des institutions soviétiques de l’enseignement supérieur se sont trouvés confrontés au problème de la langue à deux niveaux :

  •  Au niveau de l’accès à la vie professionnelle.
  • Au niveau de l’usage au quotidien d’une langue pour l’apprentissage de laquelle ils ont fourni de grands efforts. La cause principale de cette difficulté se trouve dans le fait qu’une autre langue, la langue française, est dominante au Maroc, aussi bien au niveau de la fonction publique et dans le monde des affaires que dans l’enseignement supérieur, la recherche et dans les professions libérales.

Au premier niveau, ils étaient confrontés à trois difficultés :

  1. Le problème de l’équivalence.
  2. Le problème de la vision et des préjugés qu’on avait par rapport à leurs compétences.
  3. Les suspicions vis à vis de ces lauréats à cause de l’idéologie des pays où ils ont été formés.

Heureusement, l’équivalence, malgré les lenteurs administratives, était donnée sur la base du cursus, abstraction faite du problème de la langue.

Quant aux réticences au sujet de la compétence, elles n’étaient présentes que du côté du secteur public, alors que les autres secteurs d’accès – les professions libérales, l’enseignement et la recherche à l’université, et l’insertion dans les entreprises privées – se basaient dans leurs recommandations et pour leurs recrutements sur une meilleure connaissance du cursus soviétique, sur concours et entretien, ainsi que sur les périodes d’essai.

Pour mieux illustrer cette situation un peu complexe, nous permettons de citer brièvement des cas que nous connaissons personnellement :

  1. Le cas – qui est aussi le nôtre – des lauréats qui ont étudié la langue et la littérature russe. La fascination de cette langue à l’époque faisait partie du prestige de l’Union soviétique et de l’accueil qui a été réservé à son idéologie dans les pays du tiers-monde. À vrai dire, ce type de lauréats a obtenu l’équivalence des diplômes et a accédé à l’université pour enseigner la langue comme langue optionnelle dans différents départements des facultés de lettres. Seules quelques facultés de lettres ont offert cette possibilité au début des années 1990. Il faut ajouter à propos de ce cas que le lauréat se trouve coupé de l’environnement de la langue et n’a pratiquement aucune occasion de l’utiliser hors de ses classes de débutants.
  2. Un lauréat en sciences médicales ; il appartenait à une famille citadine qui pouvait l’aider au niveau de l’équivalence. Il a ouvert son cabinet privé et a commencé à exercer. Il se distinguait par ses gestes humanitaires et gagna une clientèle fidèle en quelques années. Il faut ajouter que le niveau en langue française de ce médecin, avant son départ pour les études, lui a facilité après quelques mois l’écriture des prescriptions, tout en orientant les malades vers des pharmacies tenues par ses connaissances. Ce médecin se distinguait aussi par son élégance et par l’animation de son cabinet médical grâce à la douce musique des grands compositeurs russes.
  3. Un lauréat, fils d’une famille proche du pouvoir à Rabat. Il a été introduit au Ministère des Affaires Étrangères et après quelque temps a été envoyé dans une ambassade du Maroc en Europe de l’Est. Ainsi a-t-il eu le temps de passer aux choses sérieuses en améliorant son niveau de langue française et anglaise pour pouvoir évoluer au mieux dans le département qui l’a accueilli d’une manière exceptionnelle.
  4. Un lauréat, diplômé en sciences politiques, qui a pris conscience de la difficulté de pratiquer la langue russe dans son pays. Il a ainsi fait un séjour de deux années en France dans un département de recherche universitaire qui s’intéressait aux études stratégiques concernant l’Union soviétique. Après ces deux années et avec une ou deux publications conjointes en langue française, il a pu accéder à l’enseignement au niveau de la faculté de droit.
  5. Un lauréat, titulaire d’un diplôme en chimie. Il se trouve que ce lauréat n’avait aucune compétence en langue française et que le domaine pointu dans lequel il se spécialisait était la chimie nucléaire. Il a ainsi accumulé un nombre suffisant de handicaps pour désespérer aussi bien du secteur de la fonction publique que de celui de l’université. Étant quelqu’un d’entreprenant, il a créé une petite société de nettoyage qui n’a pas tardé à devenir importante sur le marché.
  6. Un lauréat diplômé dans la mécanique des équipements agricoles. Ce lauréat s’est inscrit au cours de langue française à l’Institut français de Casablanca et après une seule année, il a pu être recruté par une société spécialisée dans l’importation de ce type de matériel d’origine allemande ;
  7. Ce septième lauréat était un militant actif avant son départ pour l’Union soviétique. Bien qu’il ait perdu beaucoup de sa ferveur militante durant les études, il n’a cherché, après son retour au Maroc, à accéder à aucune profession. Il s’est juste occupé des affaires de son parti politique oubliant les Russes et son parti d’origine, jusqu’à gagner un jour aux élections, grâce en quelque sorte à sa faconde en langue arabe ;
  8. Ce lauréat a fait du journalisme, ce qui l’a amené à exercer dans sa langue natale, la langue arabe, et à se faire un nom par les articles qu’il publiait sur le développement des pays d’Europe de l’Est à partir de l’ère Gorbatchev ;
  9. Ce lauréat est retourné au Maroc marié à une jeune femme russe, leur premier enfant est né lorsqu’ils faisaient leurs études. Sa femme, qui s’est spécialisée dans le design de bijoux bon marché, a ouvert un petit atelier et lui s’occupait de la vente sur place et de la distribution. Il est le seul à garder la langue russe dans son quotidien en famille. Il n’empêche qu’ils ont fait, sa femme et lui, tout leur possible pour inscrire leurs enfants dans une école de la mission culturelle française ;
  10. Ce dernier cas n’est pas celui d’un lauréat ; c’est le cas du fils de l’une d’entre nous, qui a vu le jour à Leningrad, alors que sa mère y poursuivait ses études. Il a passé ses trois premières années dans un environnement linguistique russe et parlait cette langue comme les enfants russes avec qui il jouait quotidiennement. A la fin des études, pour la préparation du mémoire de sa mère, il a été envoyé chez ses grands-parents au Maroc. Lorsque sa mère est rentrée définitivement au pays, l’enfant parlait parfaitement l’arabe mais plus un mot de la langue russe. Maintenant, il est ingénieur dans une société européenne à l’étranger ; il lui arrive de montrer à ses amis la vidéo où il parlait parfaitement une langue dont il ne garde aucun mot, la langue russe. Pour lui, ce n’est plus qu’un sujet d’étonnement, d’amusement et de nostalgie.

 

_________________________________________________________________

Bibliographie

Abdelati, Dorhmi, Dikrayat wa Modakirat, en cours de publication.

Azimov/Азимов/, Choukine /Щукин/ 2010, Новый словарь методических терминов, p. 107.

Ivanova/Иванова М.А./ Титкова Н.А.,1993, Социально-психологическая адаптация иностранных студентов первого года обучения в вузе.

Toufiq, Maria, 1999, Dikrayati fi Alitihad Assouviati.