Archives de catégorie : Actualités / News

4mai. N. Dobronravine : Les éditions soviétiques en langues africaines

MarxHaoussaLundi 4 mai, de 10 à 13h, FMSH

190 avenue de France 75013 Paris, salle 318.

Nikolay DOBRONRAVIN, professeur à l’Université d’Etat de Saint-   Pétersbourg, Faculté des Relations Internationales

 

Les éditions soviétiques en langues africaines.

Objectifs, répertoire, participation des Africains

 

L’histoire des éditions d’ouvrages et autres publications en langues africaines en URSS a été très particulière, et est peu connue à l’étranger. Aujourd’hui on peut affirmer que cette histoire est également oubliée en Russie post-soviétique ; les traducteurs et les éditeurs n’ont laissé que peu de traces accessibles aux chercheurs.
Cette intervention sera basée sur l’hypothèse selon laquelle le fait de publier en langues africaines était étroitement lié à la nature du régime soviétique. D’une part, lorsque ces publications ont commencé, le pays était loin d’être le centre de la révolution mondiale. À la fin des années 1950, il n’y avait que peu de survivants de l’époque du Komintern. D’autre part, l’URSS prétendait être le pôle alternatif aux États-Unis et au capitalisme, et de fait empruntait l’idéologie qui n’était pas la sienne et l’adoptait aux besoins de l’État et de sa politique étrangère.
Le répertoire des éditions en langues africaines est très significatif. Contrairement aux perceptions très répandues, ces publications ont commencé avec la littérature russe soviétique, y compris les publications destinées à la jeunesse. Les publications purement idéologiques sont apparues seulement durant les années 70 et 80, avec une espèce d’automatisme irrationnel. C’est cette partie de la production traduite en langues africaines qui était la plus visible, et qui remplissait les rayons des librairies en URSS et parfois en Afrique. Pour expliquer l’échec de ces publications, il faut dire que cette littérature n’était pas du tout adaptée aux besoins des militants et sympathisants pro-soviétiques en Afrique. La « traduction littérale » ne permettait pas de lire facilement les œuvres de Marx, Engels et Lénine, leurs publications sur l’économie politique du socialisme, etc.
Quant aux belles-lettres russes et soviétiques, c’était un autre échec, mais peut-être quelque chose de moins évident. On traduisait en amharique, swahili et haoussa la littérature classique comprenant Léon Tolstoï (Histoires pour enfants), Alexandre Pouchkine (Doubrovsky, Récits de feu Ivan Pétrovitch Bielkine), Constantin Stanioukovitch (Les Récits maritimes), les œuvres des écrivains russes et soviétiques du XXe siècle tels que Maxime Gorki, Alexandre Beliaïev (surnommé le « Jules Verne soviétique »), Vera Panova, Arkadi Gaïdar (Tchouk et Gek, destiné aux enfants), Nikolaï Ostrovski, Mikhaïl Cholokhov, Alexandre Grine (prose romantique, et pas tout à fait pro-soviétique), Youri Naguibine, l’écrivain kirghiz Tchingiz Alitmatov, Salchak Toka (homme politique et écrivain touvinien), Youri Rytkhèou (écrivain tchouktche), etc. La sélection arbitraire était dictée par les goûts des éditeurs et de la censure (d’où les mêmes livres pour le pays et pour l’étranger).
Les contes et les bandes dessinées, qu’on publiait aussi en yorouba et malgache, ont connu plus de succès, comme on le voit dans les mémoires publiés en Inde ou en Angleterre. Par contre, on n’a pas noté de réactions fortes dans les pays africains. Les éditeurs ne s’intéressaient-ils pas aux réactions des lecteurs en Afrique subsaharienne ?
Les tirages soviétiques en langues africaines ne sont pas connus avec précision, bien que l’URSS ait adopté un système très rigide à cet égard. Selon l’évaluation d’Anna Tichkina, les tirages en swahili ont atteint au total pour l’ensemble des publications 200 000 exemplaires. Cela paraît peu, si l’on tient compte des tirages soviétiques (100 000 exemplaires pour une publication était une norme). Les chiffres de vente ne sont pour le moment pas connus.

L’échec des éditions en langues africaines en URSS contraste avec le succès d’audience de « Radio Moscou», qui apparaît dans les souvenirs de beaucoup de militants africains.

Le 3RD CINEMA et le bloc soviétique : 16 janvier 2015

Séminaire Cinémas d’Afrique 2015

Cinéastes d’Afrique et d’ailleurs. Influences du cinéma soviétique

se tiendra un vendredi par mois, de 13 à 16h, à partir du 16 janvier 2015.Il est animé, comme l’année dernière par Gabrielle Chomentowski (Sciences Po), Melissa Thackwzy (INALCO) et Michèle Leclerc-Olive (IRIS-CNRS-EHESS et ELITAF-RIAM-FMSH).

 63111_980

La séance introductive, animée par Gabrielle Chomentowski aura pour thème

Le « third cinema » et le bloc soviétique

Cette séance se tiendra le 16 janvier de 13h à 16h dans l’amphithéâtre F. Furet 105 boulevard Raspail, 75006. Paris. Les débats pourront se prolonger, si on le souhaite, jusqu’à 17h.

Le 13 février, en partenariat avec l’initiative de la FMSH Les Non-Lieux de l’ExilAlexandra Galitzine-Loumpet et Alexis  Nuselovici (Nouss) – et le département Afrique de l’INALCO – Melissa Thackway –, le séminaire organise une journée d’étude

L’exil dans les cinémas d’Afrique et de ses diasporas

Le programme est disponible à l’adresse : http://nle.hypotheses.org/2404

La fabrique de l’Histoire

Logo_France_Culture

Le jeudi 18 septembre 2014, quelques chercheurs de l’équipe ELITAF étaient les invités de l’émission d’Emmanuel Laurentin

La Fabrique de l’Histoire

Dans le cadre du cycle d’émissions Mouvements et formations des étudiants d’Afrique Noire, Emmanuel Laurentin et Séverine Liatard ont accueilli

Tassé Abye, Professeur à l’Université de Nouakchott, Constantin Katsakioris, historien et doctorant à l’EHESS, et Michèle Leclerc-Olive, chercheure à l’IRIS (CNRS-EHESS).

L’émission peut être écoutée en cliquant sur ce lien :  http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-mouvements-et-formations-des-etudiants-d-afrique-noire-44-2014-09

 

 

2 juin 2014 POUVOIRS LOCAUX ET RICHESSES DES TERRITOIRES

Loulo

Journée d’étude internationale 2 juin 2014

Salle du conseil A, 190 avenue de France 75013 Paris

 Le détail du programme est au bas de la page

ARGUMENTAIRE

Au cours des vingt dernières années, le nombre de programmes de contrôle, d’extraction et d’exportation de biens naturels a considérablement augmenté, tant en Afrique qu’en Amérique latine et en Asie. Que les pays riches en ressources soient spoliés de leurs richesses n’est pas nouveau. Mais l’accélération et la généralisation de ces pratiques requièrent une attention renouvelée : qu’il s’agisse des richesses du sous-sol ou de terres cultivables, les matières premières de ces pays sont convoitées par de grandes sociétés, multinationales pour la plupart. Il paraît expédient de rapprocher les recherchesinnovantes que ces évolutions suscitent, menés notamment au nom des droits humains et du respect de l’environnement.

Cette journée d’étude internationale, Pouvoirs locaux et richesses des  territoires, souhaite participer  à ce nécessaire rapprochement de travaux sur les exploitations des ressources naturelles, afin de permettre la formulation de problématiques communes. Elle entend également y apporter une contribution spécifique en centrant la réflexion sur la place accordée  aux pouvoirs locaux dans les dispositifs de décision, de gestion et de contrôle de celles-ci.

En effet, les Etats négocient directement avec ces grandes sociétés étrangères, leur offrent des conditions avantageuses, alors que les pouvoirs locaux  assistent à l’arrivée sur leur territoire d’entreprises, parfois arrogantes, dont les pratiques bousculent les dynamiques socio-économiques locales et que les pratiques artisanales d’exploitation des minerais sont très largement décriées.

Les pouvoirs locaux se trouvent ainsi le plus souvent dans une situation paradoxale. D’un côté, l’Etat unique interlocuteur des compagnies minières et des grandes sociétés multinationales, accorde en général à celles-ci une fiscalité complaisante. De l’autre, les pouvoirs locaux ne disposent pas des ressources, techniques, administratives ou financières,  pour faire face aux nouveaux besoins sociaux et environnementaux créés par ces activités.

Mais plus encore, au-delà de ces enjeux fiscaux, l’ampleur et les formes de l’exploitation des biens naturels que sont les ressources minières et les terres agricoles et forestières, ne fait pas l’objet d’une politique concertée, transparente et négociée entre tous les pouvoirs qui ont la responsabilité du bien public et de l’avenir du pays.

Cette journée d’étude a pour objectif de confronter diverses situations locales, notamment en Afrique subsaharienne, pour dégager de leur analyse comparative des éléments de compréhension susceptibles d’éclairer le rôle que peuvent jouer les pouvoirs locaux en vue de politiques nationales à la fois respectueuses des droits humains, de l’environnement et de nature à générer un développement équitable, conduit démocratiquement.

Cette rencontre bénéficie de l’appui du RIAM (FMSH-Programme Afriques), de l’IRIS (EHESS), des associations CORENS (Nord-Pas-de-Calais) et CIBELE (Ile de France), et du soutien financier du Conseil Général du Pas-de-Calais.

Contact : mleclerc@ehess.fr

Programme de la journée (susceptible d’être encore légèrement modifié)

9h : accueil des participants


9h30-10h30 : Allocutions introductives

 

Mot de bienvenue : Jean-Pierre Dozon, directeur scientifique de la FMSH (sous réserve)

Introduction scientifique : Michèle Leclerc-Olive, IRIS, EHESS

 Présentation de la journée : Guillaume Pastureau, GREThA, Université de Bordeaux

 


10h30-12h15 : Sol, sous-sol et communautés

 

De la chefferie à la polyarchie. Réintroduire la dimension communautaire et les communs dans l’observation des pouvoirs locaux africains

Etienne Leroy – Université  Panthéon-Sorbonne  Paris  1.

 Mobilisation et initiatives des migrants haalpulaaren face aux enjeux de l’accaparement des terres dans la vallée du fleuve Sénégal (Mauritanie, Sénégal)

Olivier Leservoisier – CRE, Université Lumière Lyon II

14h-15h45 : L’or dans tous ses états

 

L’argent de l’or – Une ethnographie économique de l’orpaillage dans la région sud-ouest du Burkina Faso

Quentin Mégret – CRE, Université Lumière Lyon II

 L’or : un bien public ? 

Michèle Leclerc-Olive, RIAM, IRIS, EHESS

16h-18h : Richesses des territoires et mondialisation

 

Le Canada comme paradis du secteur minier mondial

Alain Deneault – Université de Montréal

Vers quelles collaborations entre citoyens, organisations de la société civile et chercheurs ?

Yanick Lasica, Fondation Sciences citoyennes

 18h Allocution de clôture Conseil Général du Pas-de-Calais


18h Allocution de clôture C. G. du Pas-de-Calais

 Cocktail

Table Ronde : Burkina Faso, les enjeux d’une crise politique

Table ronde

Burkina Faso : les enjeux d’une crise politique

 Mardi 20 mai, 16h-20h 

Lieu : Amphithéâtre Dupuis, Centre Malher, 9, rue Malher, 75004 Paris

Le Burkina Faso traverse depuis la fin des années 1990 une profonde crise politique inédite dans l’histoire du pays. D’importants mouvements sociaux ébranlent les fondements  du régime de Blaise Compaoré qui succéda violemment à celui du Capitaine Thomas Sankara  en 1987. Le 13 décembre 1998 suite à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, directeur de publication du journal l’Indépendant et de ses trois compagnons d’infortune, un puissant mouvement protestataire intitulé « Trop, c’est trop » porté par le Collectif des organisations démocratiques de masses et des partis politiques mena des actions massives contre l’impunité des crimes des sang et des crimes économiques.

Ce mouvement de lutte,  malgré les répressions policières  du régime s’inscrit dans la durée en s’installant dans les consciences des citoyens et citoyennes. Les auteurs de ce crime courent toujours et désormais, la preuve est établie aux yeux des populations que le régime contrôle un système judiciaire qui sert avant tout à protéger les auteurs de crimes politiques plutôt qu’à rechercher la vérité. Le divorce entre gouvernants et gouvernés s’approfondit. En février 2008, des mouvements de révolte spontanés s’étendent comme une traînée de poudre dans plusieurs villes du pays en écho aux « émeutes de la faim  » qui ont marqué l’opinion internationale  dans la même période sur le continent africain (Mali, Niger, Sénégal, etc.). Les organisations de la société civile prennent la pleine mesure des révoltes populaires et de l’importance de ces mouvements et leur donnent une ossature organisationnelle. Des protestations, des mutineries et des grèves secouent régulièrement le régime de Blaise Compaoré.  Depuis le début de l’année 2013 la crise s’approfondit ; des débats sont intenses  sur les questions de l’alternance et/ou du changement. L’ampleur de la contestation est telle qu’une partie des dirigeants historiques du CDP, parti au pouvoir, fait sécession et entre en opposition ouverte avec le dernier carré des fidèles du régime. Les forces politiques et sociales du pays s’expriment ouvertement et élaborent des stratégies afin de peser sur l’évolution d’une situation politique tendue. Le risque d’affrontements violents, voire le danger d’une guerre civile, est plausible dans cette situation périlleuse pour le Burkina Faso et la sous-région de l’Afrique de l’ouest.

Cette table ronde sera l’occasion de mieux comprendre les stratégies des acteurs de la scène politique burkinabé ainsi que les mutations économiques et sociales  qui secouent en profondeur le pays  depuis une dizaine d’années. Pour mieux connaître les enjeux de cette crise, nous reviendrons sur l’état économique et social du pays, les forces politiques qui s’y affrontent et les voies possibles de dépassement de cette situation critique. Cette crise, malgré son ampleur et son intérêt politique et intellectuel évident, est encore paradoxalement peu connue en France.

Table ronde présidée par Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherche au CNRS

Intervenants :

Dragoss Ouédraogo, anthropologue et cinéaste, MBDHP, section France

André Tibiri, président de l’Organisation démocratique de la jeunesse, ODJ, Burkina Faso

Yves Millogo, bureau politique, Congrès pour la démocratie et le progrès, CDP, France

Zemba Gilbert, Mouvement du peuple pour le progrès, MPP, Paris, France

Lila Laly, Fondation Gabriel Péri, France

Et depuis le Burkina Faso :

Bazié Bassolma, secrétaire général de la CGT-B

 

Le film Tlé wili, soleil levant de Dragoss Ouédraogo sera projeté en introduction aux débats

 

Entrée libre

Contact : Jean-Bernard Ouédraogo jberno@yahoo.com

Table ronde organisée par le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM/FMSH), en partenariat avec le Centre d’histoire sociale du XXè siècle, Paris I, l’Institut des Mondes Africains, IMAF, et la Fondation Gabriel Péri,

 

 

 

Sembene Ousmane : 16 mai 2014

sembene2

La prochaine séance du séminaire Cinéastes africains. D’est ou ouest parcours de formation, (organisé par Gabrielle Chomentowski, Melissa Thackway et Michèle Leclerc-Olive dans le cadre du programme Elites Africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique (ELITAF) du Réseau Interdisciplinaire Afrique-Monde (RIAM) de la FMSH se tiendra le vendredi 16 mai 2014, de 13 à 17h , dans la salle 2, du 105 boulevard Raspail, 75 006 Paris. 

 Nous aurons le plaisir d’accueillir Gésine Drews-Sylla, Assistante de recherche de la chaire de littérature et culture slave de l’université de Tübingen et Marguerite von Wrangell Fellow – Fonds Social Européen et Ministère des Sciences, des Arts et de la Recherche du Baden-Württemberg

                                       Ousmane Sembene et le film soviétique

 Ousmane Sembene a appris le métier de cinéaste au VGIK de Moscou, auprès du réalisateur soviétique Mark Donskoï. Les films de Donskoï furent pour lui une source d’inspiration majeure pour créer son propre langage cinématographique. Dans ses premiers films, on trouve en effet de nombreuses références évidentes à la production de Donskoï, bien que par ailleurs les liens entre l’œuvre littéraire et cinématographique de Sembene et l’espace soviétique lui-même soient plus complexes. 

 De nombreux extraits de films illustreront la conférence de Gésine Drews-Sylla.

 

Atelier ELITAF – 3e R.E.A.F « L’Afrique des/en réseaux »

Atelier du RIAM – FMSH/ITEM-UPPA/UCAD-FASTEF sur  les étudiants et les élites africains et des territoires sous domination formés dans les pays de l’ex Bloc Soviétique et leur contribution à la construction des Etats ( 3e Rencontres des Études Africaines en France  –  « L’Afrique des/en réseaux »  –  30 juin, 1 et 2 juillet 2014

A la veille des décolonisations et au lendemain des indépendances, des élites et des étudiants africains et des territoires sous domination sont allés nombreux se former de part et d’autre de la ligne de frontière de la guerre froide.  En effet, ces étudiants et élites sont partis se former, non pas dans l’ancien pays colonisateur, ou encore en métropole comme cela était souvent le cas, mais dans  les pays de l’ex-bloc de l’Est avec lesquels leurs Etats d’origine entretenaient ou non des relations diverses.

Ces étudiants et élites arrivés par différents canaux (partis politiques, syndicats, Etats, etc, Ils ont également connu des parcours ainsi que des trajectoires différenciés en termes de circulation, professionnel et politique. Aussi, les retraductions des formations et des expériences se sont faites différemment une fois de retour au pays.

Pourtant,  l’histoire de ces élites et de ces étudiants reste encore méconnue. Tout comme la place qui leur a été accordée ainsi et le rôle qu’ils ont joué ou non dans la construction des Etats.

En privilégiant deux grands repères dans ce processus (l’avant – l’après retour), ce panel réfléchira dans une perspective comparatiste sur le départ (le choix du pays et les modalités) et le retour (circulation, reconversion, insertion, engagement) de ces étudiants et élites.

Différentes questions sont abordées. Comment y sont-ils arrivés ? Quelles études ont-ils faites ? Outre les différents canaux qu’ils ont empruntés, on peut aussi s’intéresser au choix de la destination en rapport avec les trajectoires politiques des Etats. De la même façon,  il peut être important de s’intéresser à leurs filières d’études en rapport ou non avec les besoins des Etats. En l’occurrence, comment ont-ils choisi ces filières ? Ces formations renvoyaient-elles aux demandes des Etats ?

Une fois la formation terminée, ces étudiants rentraient pour la plupart dans leur pays d’origine. Ce retour qui prenait des formes différentes, variait également selon les trajectoires des Etats ainsi que leur configuration interne. Quel a été le devenir professionnel et politique de ces étudiants ?  En l’occurrence, quelles positions ont-ils occupées et quels rôles ont-ils joués ?

Ce devenir professionnel et politique était-il influencé ou non par ces trajectoires politiques des Etats ou subordonné aux concurrences internes entre disciplines et lieux de formation ?

Par delà les positions occupées, plusieurs questions se posent. Quelle a été leur contribution à la construction de leurs Etats contemporains respectifs, eu égard aux régimes que ces Etats se sont donnés et à leur place dans la Guerre des Blocs ? Quelle a été leur approche du développement et comment, au delà de leur itinéraire et de leur carrière propres, ont-ils traduit ou à l’inverse reconverti, retraduit ou abandonné les connaissances acquises pendant leur formation ?

 Interventions

 Les élites camerounaises formées à l’Est dans la construction de l’Etat au Cameroun par Luc NGWE

La capitalisation des acquis chez les Réunionnais formés dans l’ancien Bloc de l’Est par Lucette LABACHE et Laurent MEDEA

Les étudiants  congolais formés en RDA et en URSS : analyse comparée de deux parcours par Abel KOUVOUAMA

Elites subsahariennes et maghrébines : entre Perestroïka et Plan d’Ajustement Structurel par Michèle LECLERC-OLIVE

Construire l’Etat postcolonial avec des cadres rouges : Les cadres béninois formés en Union Soviétique dans l’Administration et la politique par Elieth EYEBIYI

 

Séminaire Cinéma d’ELITAF

Le séminaire de recherche Cinéastes africains. D’est en ouest, parcours de formation, se tient un vendredi par mois, de 13 à 17h, les 24 janvier, 21 février, 28 mars, 16 mai et 13 juin.

La séance inaugurale se tiendra le 24 janvier de 13 à 17h dans la salle 8, 105 boulevard Raspail, 75006, Paris.

Elle sera animé par Gabrielle Chomentowski qui nous présentera :  

 Le cinéma soviétique  dans les républiques d’Asie centrale dans les années 30.

Ce programme de recherche est organisé conjointement par le séminaire Expériences migratoires et le programme de recherches ELITAF (Elites africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Histoires, biographies, expériences). Il est par ailleurs couplé avec un programme de projections de films : Cinémas d’Afrique et d’ailleurs. Influence du cinéma soviétique. Le programme détaillé sera communiqué lors de la séance inaugurale de ce nouveau cycle de travail.

Résumé :

 Le cinéma soviétique  dans les républiques d’Asie centrale dans les années 30. 

Ecrire l’histoire de la venue, de l’accueil, de la formation et de la création des cinéastes africains en URSS nécessite de replacer cette histoire dans un temps beaucoup plus long que celui de la décolonisation des années 1950 et 1960 et du soutien des Soviétiques à la formation des élites africaines, asiatiques, sud-américaines ou encore moyen-orientales. En effet, le discours des autorités soviétiques, en particulier celui de Nikita Khrouchtchev sur l’importance de la formation des cadres nationaux dans les pays anciennement colonisés n’est pas nouveau. Il réitère un discours idéologique qui a, certes, connu des revirements importants, mais avait déjà été développé après la révolution de 1917 concernant les populations des colonies de l’ancien Empire de Russie comme des colonies des autres Empires.

La présentation du 24 janvier a pour objectif de montrer comment dès les années 1920 et 1930 en URSS les autorités ont eu à cœur de proposer une formation aux métiers du cinéma pour les populations anciennement colonisées dans le but de promouvoir une élite locale. Après un rappel du contexte politique concernant la politique des nationalités menées après la Révolution, Gabrielle Chomentowski présentera, en s’appuyant sur des archives, des témoignages et des extraits de films, cette aventure cinématographique qui consistait à donner pour la première fois les moyens aux populations anciennement colonisées de se représenter dans des films. 

Gabrielle Chomentowski est enseignante-chercheuse en science politique et histoire du cinéma. Elle a soutenu une thèse en 2009 à l’IEP de Paris intitulée « L’amitié des peuples à travers l’objectif de la caméra soviétique : politique des nationalités et cinéma en URSS de 1928 à 1941 ». Parmi ses plus récentes publications, citons « Vostokkino and the foundation of Central Asian Cinema », In M. Rouland, G. Abileyeva, B. Beumers, Cinema in Central Asia, Rewriting Cultural Histories, New York : I.B. Tauris, 2013 ou encore « Il était une fois dans l’Est : l’Orient dans le cinéma soviétique des années vingt », In Slavica Occitania, revue de slavistique, Université de Toulouse-Le Mirail, n°35, 2012.

 

L’élite africaine à l’école soviétique dans La Marche du monde le 20 avril 2013

ElitafavrilLe samedi 20 avril l’émission La marche du monde est diffusée en TU vers l’Afrique à 13h10 (rediffusion à 20h10),  le dimanche 21 avril l’émission est diffusée en France à 9h10 (rediffusion à 15h10)

URL : http://www.rfi.fr/emission/marche-monde

« C’est à la radio nationale congolaise que j’ai appris que je devais aller retirer mon passeport pour l’Union soviétique… et que je partais la semaine suivante pour Karkov (Ukraine). Mon père a failli tomber de sa chaise ! » se souvient Patrice Yengo, aujourd’hui anthropologue et professeur à l’Université de Brazzaville, également chercheur associé au Centre d’études africaines de l’EHESS à Paris.

A la faveur des indépendances, plusieurs dizaines de milliers d’étudiants africains ont été envoyés à l’Université soviétique. Un accueil intéressé de l’URSS qui étend alors son influence politique en pleine guerre froide et une opportunité de formation gratuite pour les jeunes nations africaines en mal de cadres qualifiés…

Un marché fructueux qui a donné plusieurs Chefs d’état au continent noir comme le tout nouveau Président Centre africain Michel Djotodia, Dos Santos en Angola ou encore Alpha Oumar Konaré au Mali…mais l’URSS a-t-elle rentabilisé son investissement ?

Un sujet à découvrir dans la Marche du Monde.

Avec le témoignage inédit de Patrice Yengo.

Les analyses de Jean-Pierre Dozon de l’EHESS et Natalia Krylova de l’Institut d’Afrique de l’Académie des sciences de Russie.