Archives de catégorie : Colloques

ECAS 2015 : Contemporary African Film : Resistance ?

panel.thackway.Une feuille dans le vent, JM Teno  Une feuille dans le vent – J.-M.Teno .Les Films du Raphia

Contemporary African Film : Resistance ?

Convenor : Thackway Melissa (RIAM-FMSH/INALCO)

Mercredi 8 juillet, 14h, Sorbonne salle D 622

http://www.ecas2015.fr/fr/tous-les-panels

 Born with Independence in the Sixties, and strongly marked by this historical context, filmmaking in sub-Saharan Africa has long been associated with notions of resistance.
As a medium of representation, cinema was identified by Africa’s first filmmakers as an ideal tool to challenge existing misrepresentations of the continent and its peoples, decolonize mentalities, and participate in the construction of post-colonial identities and nations. The setting up of bodies such as the Pan-African Federation of Filmmakers (FEPACI) in 1969, whose 1975 Algiers Charter insisted on African cinema’s role in raising social awareness, clearly reinforced a collective, politically-committed approach to filmmaking.
Some fifty years on, are notions of cinematic protest and resistance still prevalent, or indeed relevant? What forms do they take today both in terms of aesthetics and genre? What impact has the development of endogenous video industries such as Nollywood had on the question? Does the increasing place of the individual in today’s films preclude the collective? Does film still reflect the socio-political?
Focusing on recent evolutions and continuities in sub-Saharan and African diaspora filmmaking, this panel will examine and assess contemporary filmmaking, its forms and agendas.

Papers :

  • Anjali Prabhu (Wellesley College) : “Resistance in African Cinema, or Révolution du langage cinématographique”
  • Daniela Ricci (Université Paris 3): “Forms of  Resistance in the Contemporary African Films”
  • Okome Onookome (University of Alberta): “Transnational Nollywood”
  • Sada Niang (University of Victoria): “Generic intrusions in African cinemas”.

ECAS 2015 : Partir étudier dans l’ex-bloc soviétique : une forme de protestation ?

Partir faire des études dans l’ancien bloc soviétique :

une forme de protestation ?

 Mercredi 8 juillet 2015 de 16 à 17h30

salle : Salle Sorbonne G 607

Responsable du panel : Lucette Labache (RIAM/FMSH)

Le programme Elitaf lancé en 2012 à la FMSH-Paris, se focalise sur les étudiants et élites africaines formés dans les divers pays de l’ancien bloc soviétique. A partir des années 60, des ressortissants des anciennes colonies françaises et départements d’outre-mer ont été formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Eu égard à la politique de formation dans les colonies, qui avait toujours privilégié les cadres subalternes, l’orientation dans les pays de l’Est apparaissait, pour les nouveaux Etats pris dans l’urgence de la décolonisation et des indépendances, comme l’implicite d’une rupture politique contre l’ancien colonisateur.

S’agissait-il de préparer l’affaiblissement politique et culturel de l’ancienne puissance coloniale et de présenter à la population d’autres alternatives ? Si c’est le cas, le choix des pays socialistes comme lieu de formation apparaît comme une forme de protestation contre l’ancienne nation de tutelle.

En examinant les situations de différents pays africains (Congo, Cameroun, Bénin, Sénégal, Maroc, etc…) ou celle de La Réunion, il s’agira d’analyser dans quel contexte historique ces flux migratoires ont pris naissance, les motivations qui les sous-tendaient, les multiples enjeux qui s’y déployaient, les expériences des étudiants ainsi que leur devenir et de décliner les diverses formes de protestation (choix d’alignement sur le modèle soviétique, volonté de créer un état autonome…) qui se sont manifestées par le biais de ce projet.

 Communications

Luc Ngwe

(RIAM/FMSH)

Partir à l’Est comme forme de contestation de l’ordre colonial et post-colonial au Cameroun : le cas des militants de l’Union des Populations du Cameroun

Grazia Scarfò Ghellab

(Ecole Hassania de Travaux Publics,Casablanca – Maroc)

La formation des étudiants et des élites dans l’ancien bloc soviétique comme forme de protestation ?

Ekaterina Demintseva

Portrait sociopolitique des étudiants africains en URSS dans les années 1960-1980

Boubacar Niane

UCAD/FASTEF (Sénégal)

Entre engagement sociopolitique et réalisation personnelle des sénégalais formés dans l’ex Bloc de l’Est

Jean Matéyi 

LAM-Bordeaux

 La traversée du rideau de fer des syndicalistes gabonais

 

 

ECAS 2015 : Intellectuels africains/afro-américains et pays communistes

Angela Davis Moscou

Dans le cadre du congrès ECAS, qui se tient à Paris du 8 au 10 juillet 2015, grâce au soutien du Programme ELITAF de la FMSH, le panel

Les intellectuels africains et afro-américains et les pays communistes après 1945

 se tiendra vendredi le 10 juillet de 16 à 17h30 dans la salle de la Sorbonne D 620, Université Paris I, entrée : 17, rue de la Sorbonne

 Au tournant de la décolonisation et tout au long de la guerre froide plusieurs intellectuels africains et afro-américains exprimèrent leur intérêt ou leur admiration pour le modèle et la culture des pays communistes. Ils y effectuèrent des longs séjours souvent de formation, participèrent à des conférences et des festivals, furent traduits et publiés et maintinrent des contacts avec leurs homologues du côté Est du « rideau de fer ».
L’objectif de ce panel est de revisiter ces relations à travers un nombre d’intellectuels et militants, communistes ou compagnons de route, pour lesquels l’URSS et les pays communistes sont devenus une source d’inspiration, une ressource ou un outil dans leur combat contre le colonialisme et l’apartheid, pour les droits de l’homme, la justice sociale et le développement. La militante américaine Angela Davis, l’écrivain sud-africain Alex La Guma, le scientifique et militant politique nigérien Abdou Moumouni, ainsi que les cinéastes Ousmane Sembène, Souleymane Cissé et Abderrahmane Sissako se trouveront au centre de notre attention. Le but est de réexaminer l’attrait du communisme et en même temps l’usage de la plateforme communiste, comme tribune, refuge ou base de soutien politique et matériel. Nous entendons, enfin, avec le recul, repenser l’impact des pays communistes sur les combats politiques et sociaux aussi bien en Afrique, qu’aux États-Unis.

Nous aurons le plaisir de suivre les communications de

 

  • Christopher J. Lee, Wits Institute for Social & Economic Research (WISER)

Dreamworld and Catastrophe: Political Travel to the Soviet Union during the Twentieth Century

  • Maxim Matusevich, Seton Hall University

’I Have the Feeling That I Have Known Her a Long Time’: Angela Davis and the Soviet Dreams of Freedom

  • Gabrielle Chomentowski, Programme Sorbonne Paris Cité « Sociétés Plurielles »

From the East to the West: Educational, Intellectual, and Political Trajectories of African Filmmakers

  • Tatiana Smirnova, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris

Abdou Moumouni Dioffo: An African Scientist and Intellectual Between Soviet Union and France

 

La rencontre est animée par Constantin Katsakioris (Elitaf FMSH/Université de Bayreuth). Pour plus d’information, veuillez s’adresser à Konstantinos.Katsakioris@uni-bayreuth.de

 

 

ECAS 2015 :Terres et richesses minières : accaparements et résistances.

police shooting editjpgMARIKANA

Dans le cadre du congrès ECAS, qui se tient à Paris du 8 au 10 juillet 2015, grâce au soutien du réseau RIAM et de la FMSH, le panel

Terres et richesses minières : accaparements et résistances.

L’Afrique au cœur d’un problème planétaire ?

se tiendra le 9 juillet, de 16 à 17h30, dans la salle Panthéon – 16

Au cours des vingt dernières années, le continent africain a accueilli de nombreuses sociétés transnationales qui extraient et exportent les ressources du sous-sol alors que dans le même temps des investisseurs acquéraient des milliers d’hectares de terres cultivables (comme dans le delta du Niger). Ce panel entend examiner ensemble ces deux problématiques qui semblent bien relever d’une même logique.

 L’exploitation des richesses minières – surtout aurifères – n’ayant pas engendré le développement économique promis, le renouvellement des modes de gouvernance est à l’ordre du jour. L’exploitation agro-industrielle des terres ainsi acquises prétend disqualifier l’agriculture familiale, et l’exploitation artisanale des ressources minières, principalement l’orpaillage, est criminalisée par une opinion publique performée notamment par les médias et les ONG (environnement, santé, travail des enfants, etc.). Dans les débats suscités par ces politiques d’accaparement des ressources vitales des pays africains, les populations directement touchées ont souvent du mal à se faire entendre et leurs rébellions contre ces prédations sont rarement relayées par ces mêmes médias et ONG. Il s’agit tout à la fois de donner un espace de visibilité à ces résistances ignorées et d’analyser en quels termes les discours dominants configurent ces questions en problème public.

Nous remercions les intervenants qui introduiront la discussion avec les participants

  • Capitant Sylvie, IEDES-UMR 201/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

La rhétorique du boom minier comme paravent des conflictualités mais aussi comme facteur d’encouragement d’une « citoyenneté insurgée ». Réflexions sur le Burkina Faso.

  • Lunacek Sarah, University of Ljubljana

Contradictions of “Corporate Social Responsibility”: What about the Nomads?

  • Magrin Géraud, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; van Vliet Geert, CIRAD

Les arènes de la régulation environnementale du secteur pétrolier : A propos des projets chinois au Sahel central (Tchad, Niger)

  • Schlimmer Sina, LAM/Sciences Po Bordeaux

Administrative Strategies and Multi-level Decision-making in Tanzania: An Unknown Form of Resistance towards Land Acquisitions

  • Yenshu Vubo Emmanuel, University of Buea Cameroon

Reclaiming an Elusive Homeland: Resistance to the Re-Alienation of Restituted Lands in Buea (Mount Cameroon Region), Cameroun.

La rencontre est animée par Michèle Leclerc-Olive (IRIS-RIAM-FMSH).

 

 

CR du colloque ELITAF 20-21 nov 2014

Elitaf112014

Nils Renard, étudiant en Master Histoire des sociétés occidentales contemporaines, a eu la gentillesse de nous proposer un compte-rendu du colloque

Les Etudiants africains en URSS et dans les autres pays du monde communiste, 1960-1990

Entre Histoires nationales et contexte international

qui s’est tenu les 20 et 21 novembre 2014 à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme

 Introduction

                  La prise en compte des transferts culturels par l’Historiographie est de tradition assez récente mais connaît à présent un essor décisif : les échanges de toutes sortes sont interrogés pour éclairer une appréhension plus globale des conflits internationaux tandis que les développements nationaux s’éclairent par la compréhension des contextes géopolitiques et multi-scalaires dans lesquels ils s’inscrivent. C’est tout l’enjeu du colloque « Etudiants africains en URSS et dans les autres pays du monde communiste, 1960-1990 », qui s’est déroulé les jeudi 20 et vendredi 21 novembre 2014 à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme à Paris. Ce colloque est un rapport d’étape des travaux menés par de nombreux chercheurs d’Europe occidentale, des anciens pays du Bloc de l’Est à commencer par la Russie et des pays africains, pour la plupart membres du programme ELITAF (Elites africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Histoires, biographies, expériences), né au sein du Réseau Interdisciplinaire Afrique-Monde (RIAM) de la Maison des Sciences de l’Homme, notamment grâce à son partenariat avec la Fondation scientifique de Russie pour les Sciences Humaines (RGNF), et avec le soutien de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS/CNRS-EHESS). Ce programme encore assez récent s’attache à étudier le phénomène méconnu et souvent négligé de la formation de toute une partie des cadres de l’Afrique décolonisée dans des pays du Bloc de l’Est, que ce soit du point de vue de l’expérience concrète vécue par ces étudiants propulsés dans une réalité nouvelle, des politiques menées par les Etats du Bloc de l’Est et des conséquences sur la vie estudiantine des universités soviétiques ou du point de vue de ces Etats africains en quête de formation de cadres et de stabilité intérieure. L’ensemble de ces questions s’inscrit dans la problématique plus vaste et plus traditionnelle des relations Est-Ouest et des liens entre Guerre Froide et politique culturelle. Deux axes méthodologiques ont marqué ces études, axes clairement définis en début de journée : la « décentralisation des rencontres »  et le « comparatisme », ce qui traduit donc bien cette ambition d’étude des échanges et transferts culturels et son inscription internationale. Ce colloque vise en partie à clarifier ces questionnements, notamment du point de vue des aires spatiales précises concernées et de la chronologie puisque les dates retenues, comme il a été plusieurs fois rappelé, ne sont qu’un indicateur, tandis que de nouvelles questions plus décisives sur le sujet ont vu le jour au cours du colloque. Il s’agit en effet d’un « colloque d’étape », selon le terme utilisé au cours de ces journées, qui fait suite à quatre événements importants pour le programme ELITAF : la création d’un séminaire sur le sujet  en octobre 2011,  la tenue d’une journée d’études à Paris, le 22 juin 2012 qui a marqué le vrai point de départ du programme et sa dimension internationale, puis d’une table ronde internationale à Dakar les 27 et 28 novembre 2012, l’organisation  et la tenue d’un colloque à Mohammedia, au Maroc « Elites maghrébines et subsahariennes formées en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est », les 25 et 26 octobre 2013.

 Deux émissions radio ont également sollicité des membres de l’équipe ELITAF, dont une pour la « Fabrique de l’Histoire ».  Les intervenants comptaient des représentants des universités de Saint-Pétersbourg, de l’Institut d’Afrique à Moscou ,Varsovie, de l’Université Charles de Prague, de Iasi (Roumanie), de Sofia, de Lausanne, de l’Ecole Hassania des Travaux Publics à Casablanca, de la Flacso à Quito, de l’Université de Nottingham Ningbo de Chine  ou encore de l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville, ce qui a permis un réel dialogue entre des traditions historiographiques parfois très différentes sur un problème dont l’ampleur spatiale est elle-même immense. Des témoins se sont également manifestés à l’occasion de ce colloque, anciens étudiants africains en URSS à présent stabilisés en France et qui gardent, pour ceux présents bien évidemment, un souvenir fort de ces années et qui ont pu parfois nuancer le discours des historiens, ce dont nous parlerons plus en détail par la suite. Parmi tous ces intervenants, dont nous donnons la liste exhaustive, il convient sans doute de retenir quelques figures marquantes par leur implication dans l’organisation de ces journées : Monique de Saint-Martin, de l’EHESS et Michèle Leclerc-Olive, du CNRS, sont les principales organisatrices du colloque  et ont ouvert et clôturé ces deux journées ou encore Jean-Pierre Dozon, directeur scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme qui a présidé la séance d’ouverture en rappelant l’historique de ce programme de recherche. La diversité des intervenants ne saurait cependant être entièrement rendue, de même que la richesse des échanges entre les participants. Nous rendrons compte de ces deux journées successivement, en soulignant les thèmes dominants et les apports de chacune des sessions d’étude, avant d’aborder les enjeux et critiques éventuelles de ce colloque.

 

I- Une première journée marquée par la présentation des problématiques générales et le rôle central de l’URSS

 

1) Enjeux historiographiques et l’URSS comme point de départ des analyses

 

            La séance d’ouverture et la première session ont permis de rappeler le contexte international dans lequel se placent ces analyses, puis de présenter un premier exposé assez large sur les étudiants africains en URSS et les contraintes idéologiques avant de voir une étude de cas toujours centrée sur l’URSS mais vis-à-vis de sa politique culturelle cinématographique. Jean-Pierre Dozon a inauguré cette journée par le rappel d’une anecdote sur l’origine très concrète de ce programme d’études : au cours d’un stage de terrain au Congo, il lui était arrivé de nombreuses fois de communiquer avec des collègues congolais ou des cadres sur place en russe, permettant un échange dans la langue d’un pays a priori sans rapport avec les politiques de colonisation, apanage des pays d’Europe occidentale. Quoique surpris, Jean-Pierre Dozon n’a pas immédiatement saisi l’ampleur du phénomène et a attendu d’échanger avec d’autres collègues confrontés à des situations similaires lors de leurs voyages en Afrique pour découvrir l’ampleur transnationale d’une réalité très peu étudiée. Ce fut un des points de départ du programme qui, au sein même du champ universitaire, s’appuie précisément sur une histoire des échanges universitaires. Michèle Leclerc-Olive a ensuite dessiné un exposé sur l’ « histoire oubliée » de ces relations URSS-Afrique, la marginalisation de ces relations derrière les hauts faits diplomatiques de la même période, mais également l’oubli dû à la faible fécondité de ces échanges à la suite de la chute de l’URSS. Bien des pays ont en effet suivi une politique de collaboration avec les pays en développement par conformité avec les destinées internationales et prolétariennes revendiquées par l’URSS et ses alliés, sans saisir toujours la valeur des étudiants ainsi formés, lesquels, à la chute de l’URSS, n’ont pu garder les contacts qu’ils avaient avec les autorités communistes. Ces mêmes étudiants n’ont par ailleurs pas toujours été accueillis à leur retour au pays comme ils s’y seraient attendus : soit que le pays n’ait pu obtenir l’indépendance à temps, qui aurait transformé ces étudiants en futurs cadres de l’Etat, comme c’est le cas, on le verra, au Sahara Occidental, soit que le pays ait jugé ces étudiants moins prestigieux que ceux sortis des universités et grandes écoles d’Europe occidentale, notamment la France, quand ils n’étaient pas tout simplement considérés comme des activistes. Cette marginalisation a conduit à négliger ces expériences dans les deux premières décennies après la chute de l’URSS, dans le cadre d’une « histoire des vainqueurs » selon l’expression qu’a rappelée Michèle Leclerc-Olive, et face à la déroute épistémologique créée par cet événement.

            Constantin Katsakioris a alors présenté un panorama large de l’action politique et des contraintes idéologiques pesant sur les étudiants africains en URSS, en abordant la question des chiffres comme point de départ, chiffres qui font de l’URSS le troisième pays en termes d’accueil des étudiants africains en 1960, avec 5120 étudiants, contre 15000 pour les Etats-Unis et 14000 pour la France. Ces chiffres semblent introduire un écart manifeste entre l’URSS et les deux pays d’accueil principaux que sont la France et les Etats-Unis, sans que cet écart ait cependant été relevé par les intervenants. Les acteurs institutionnels qui reviendront au cours de ces journées ont été introduits dans leur rapport souvent conflictuel puis de soumission avec les instances dirigeantes soviétiques : les zemliatchev  ou « amicales » bien que le terme désigne normalement plus des « communautés de compatriotes », qui réunissent les étudiants originaires d’un même pays pour apprendre le russe en groupe, ce qui est reconnu par l’Université et  la Fédération des Etudiants Africains en Union Soviétique (FASS), de nature initialement plus politique, dont l’activisme des débuts a été rapidement jugulé par les Komsomols, ce qui a fini par priver de toute dynamique cette coquille vide d’activisme. Il est intéressant de noter cependant d’emblée que cette mise au silence n’a pas été immédiate et a pris cinq ans de 1962 à 1967, tandis que les débuts ont été l’occasion de manifestations assez libres que le pouvoir n’a d’abord pas voulu briser. La marge de manœuvre des étudiants africains est d’emblée plus large que celle des autres étudiants, ce qui se confirmera au cours des autres exposés. La déception vis-à-vis de l’URSS brejnévienne est également manifeste dès ce premier exposé, puisque le proverbe souvent entendu en Afrique a été plusieurs fois cité « Envoyez-les à Moscou et ils reviennent capitalistes » ; ce qui contredit par ailleurs l’image stéréotypée d’une soviétisation totale des esprits par une idéologie implacable.

            Gabrielle Chomentowski a ensuite présenté la politique volontariste de l’URSS en matière cinématographique avec les pays d’Afrique subsaharienne, malgré le faible nombre d’étudiants boursiers venus en URSS pour des études de cinéma ; une vingtaine d’élèves. L’aide soviétique a été plutôt marquée par l’envoi de matériel et de formateurs en Afrique directement, produisant des films destinés initialement à « décoloniser » l’Afrique par un cinéma militant, mais qui a laissé toute une création artistique innovante, mise en lumière au cours des différents festivals de cinéma, de Dakar à Tachkent, en passant par le premier « Festival d’arts nègres » en 1965 à Moscou. La particularité des soviétiques fut de donner la caméra aux Africains eux-mêmes, pour rompre avec l’interdit colonial fait aux Africains de le faire. Cette attitude résolument participative eut des résultats heureux dans certains pays d’Afrique, notamment en Guinée où près d’un film d’actualité par semaine fut projeté dans les années 1960 et 1970, contre un par mois dans les autres pays d’Afrique en moyenne. Le Festival international de cinéma de Moscou a pu accueillir des grands noms du cinéma africain, comme Oussmane Sembène Souleymane Cissé, Abderrahmane Sissako, en concurrence avec le Festival de Cannes, taxé de soumission aux marchés et d’intérêt purement économique. Cet exemple traduit de façon très précise un cas de collaboration culturelle assez réussie, et qui s’est distingué au cours de ces journées en étant le seul à aborder les questions d’Histoire de l’art.

            Comme pour chaque session, une séance de questions et de débats a suivi ces exposés, où se sont révélés des thèmes qui reviendront régulièrement, traduisant des perspectives encore vierges de travaux et qui appellent de nouvelles recherches. La première remarque concerne l’hétérogénéité des parcours de ces étudiants, de leurs origines notamment, puisque par « Afrique », des réalités très différentes ont été regroupées sans réelle cohérence, ce qui a été souligné notamment par Grazia Scarfo Ghellab, de l’Ecole Hassania des Travaux Publics, de Casablanca. Des clarifications sur les critères de choix des étudiants et d’attribution des bourses ont été demandées : sur ce point, la différence déterminante de l’URSS vis-à-vis de la France notamment, qui pratique une sélection sur critères d’excellence, a consisté dans la part de hasard dans le choix des étudiants, tantôt par des liens entretenus avec des organisations politiques communistes, tantôt sans même avoir obtenu de bac ou de certificat équivalent. C’est la question d’une sociologie de ces étudiants qui y est liée, sociologie qui achoppe sur la faiblesse des informations disponibles, même de la part de l’URSS qui classe indifféremment ces étudiants dans la catégorie de « petit bourgeois » car très souvent issus de la petite notabilité locale. Enfin la question de la répartition disciplinaire de ces étudiants, la possibilité de choisir la discipline ou la contrainte exercée par les partenariats interétatiques  n’a pas obtenu de réponse claire, puisque très souvent le hasard a présidé : soit que les étudiants se plient à telle bourse d’ingénierie civile pour profiter de la bourse quitte à espérer pouvoir changer une fois sur place, soit que l’Etat de départ ait fixé des exigences au nom de la construction de l’indépendance, soit encore que les Universités d’accueil aient plus ou moins négligé le libre arbitre de ces étudiants. D’une façon générale, il n’a pas été fait état d’une réelle logique impérative de répartition des étudiants, ce qui tranche avec d’autres champs où la coercition soviétique est connue.

 

      2) Le vécu des étudiants et la rencontre de l’autre

 

            Cette deuxième session s’est penchée plus en détail sur les expériences concrètes des étudiants en URSS et les stéréotypes véhiculés d’un côté comme de l’autre de ces politiques d’échange culturel. Daniela Hannova, de l’Université Charles de Prague, a présenté le résultat de son mémoire de Master portant sur les étudiants arabes de Tchécoslovaquie dans les années 1950 et 1960. Ce travail a abordé les paradoxes auxquels ont abouti certains échanges, qui ont souvent renforcé des préjugés plus ou moins racistes ou xénophobes. Le cas des étudiants arabes est révélateur : auréolés d’un exotisme entre archaïsme et romantisme, leurs relations avec les Tchécoslovaques, et notamment les femmes, furent dominées soit par un mépris total, soit par l’attrait exercé par cette expérience d’altérité, ce qui a mené à de nombreux mariages mixtes. Cependant, en tant qu’étudiants étrangers, les autorités soviétiques ont fait appel à eux pour des activités de renseignement voire d’espionnage, en les menaçant ou en les rétribuant, tandis qu’ils étaient autorisés à voyager plus facilement, si bien qu’ils s’enrichirent dans une certaine mesure de ces compléments et des reventes de produits étrangers sur le marché noir, alimentant l’image de l’étranger riche et peu studieux. Le paradoxe est bien celui d’aider des étudiants de pays jugés en développement donc arriérés dans la terminologie soviétique et d’en faire des étudiants aisés et perçus comme des dandys excentriques : des conflits notamment à l’Université d’Uncin, en 1957, ont éclaté, ce qui a contribué à alimenter des haines raciales et xénophobes, thème dominant des échanges à l’Est. Cependant une typologie des bourses présentée par Daniela Hannova a permis de souligner la croissance du nombre des étudiants venus par leurs propres moyens,  par rapport aux bourses du gouvernement par accord d’échanges, aux bourses d’études du Parti Communiste ou aux bourses par des syndicats étudiants.

            Etroitement liée au premier exposé, la cinquième intervention s’est penchée plus en détail sur les zemliatchev, les amicales, et leur contrôle par le gouvernement. Ces amicales, comme le soulignent Ekaterina Demintseva et Natalia Krylova, sont issues pour une part d’une insatisfaction des autorités face à l’ignorance persistante du russe par les étudiants étrangers, ce qui débouchait sur une mauvaise intégration sociale et idéologique de ces derniers. Ces amicales visent donc à entretenir des liens entre ces étudiants de même origine, leur permettant de garder un contact avec leurs cultures respectives. Néanmoins ces amicales restent dans un certain flou juridique et leur validation par l’université se fait plus sur la confiance qu’une réelle évaluation. A l’occasion de cet exposé, un débat sur le terme zemliatchev a été soulevé par un participant qui faisait partie de ces étudiants africains en URSS et qui contestait l’usage de ce terme de façon unique, ce qui a permis de nuancer le discours scientifique trop prompt aux généralisations. Il précisait qu’il faisait partie d’une « association » des étudiants maliens, et qu’il n’a jamais été question d’une zemliatchev si bien qu’il demandait qui précisément employait ce terme. Les intervenantes ont été d’abord surprises et ont dû conclure à la diversité des termes employés par les étudiants eux-mêmes, ce que ne traduit sans doute pas l’usage unique de zemliatchev, par les documents officiels et donc par les historiens travaillant avec des archives écrites. On peut sans doute souligner ce point qui nuance la vision parfois trop administrative de la vie en Union Soviétique, où les initiatives individuelles n’étaient sans doute pas si rares et si étouffées qu’on a pu le penser, réalité que ne traduit pas toujours le souci d’unification terminologique des administrations soviétiques.

            Au cours de ce colloque, les interventions ont certes porté principalement sur l’URSS et ses républiques populaires d’Europe centrale mais des exemples des autres pays du « monde communiste » ont été proposés, comme pour la Chine. Yuzhou Sun, de l’Université Nottingham Ningbo, a ainsi évoqué la politique chinoise en Afrique. Des problématiques similaires ont été soulevées, notamment les manifestations d’hostilité envers les étudiants étrangers et de racisme plus particulièrement dans le cas des étudiants africains, comme à Nanjing en 1988-1989, du fait des meilleures conditions d’accueil réservées aux étrangers. La rivalité sino-soviétique a également joué un rôle dans ces échanges, puisque très souvent les Etats africains ont dû choisir leur camp entre les deux géants du communisme et les représentants chinois ont parfois été expulsés, mettant un terme aux échanges. Ces questions de réaction raciste des étudiants se retrouvent dans le cas de la Pologne, quoique avec plus de nuances suivant les périodes, ce qui a été l’objet de la présentation de Blazej Poplawski, de l’Université de Varsovie. La question de l’hostilité des étudiants polonais envers les étudiants africains a été intégrée dans une problématique plus large de la vision de l’Afrique en Pologne, à laquelle il a répondu par une chronologie très serrée, faisant se succéder une ignorance presque totale entre 1945 et 1955, puis une phase de curiosité débutant avec le Festival de la jeunesse à Varsovie en 1955 et la première rencontre avec des étudiants noirs, et ce jusqu’en 1960 où la vision de l’Afrique est qualifiée d’ « afro-optimisme » du fait des succès des Indépendances. Une certaine lassitude a suivi, de 1975 à 1981, face aux difficultés de l’Afrique, avant que la mise en place de la Loi martiale en Pologne de 1981 à 1983 ne fasse des débats sur l’Afrique un débat de substitution pour éviter les troubles politiques. Un « afropessimisme » succède à ces différentes étapes, sentiment qui domine selon lui encore dans l’opinion publique polonaise. Le traitement de l’Afrique comme d’un sujet de substitution dans la Pologne communiste semble en effet endémique, puisque la célébrité du roman polonais Le Négus, tient au fait qu’il traduit davantage, en  un récit marqué par un exotisme désuet, la réalité de la vie politique polonaise. Le rapport à l’altérité semble donc aboutir difficilement dans les pays du Bloc de l’Est, ce que les échanges d’étudiants n’ont pas beaucoup amélioré.

            Les débats introduits par Marta Craveri ont porté principalement sur la surveillance exercée envers ces étudiants africains, et la façon dont ils ont pu vivre cette surveillance, ce qui peut expliquer le refus souvent opposé par les témoins aux historiens qui ont cherché à les interroger, tandis que tous ceux qui acceptent d’en parler ont exprimé leur enthousiasme pour cette période, sans qu’il soit possible de dresser un portrait des expériences traumatisantes. Cette surveillance, d’un commun accord des intervenants, n’a jamais été supérieure à celle qui était attendue en situation de guerre froide dans tous les pays du monde. Il a été souligné que les étudiants africains avaient la possibilité de refuser les séances d’éducation idéologique et bien peu ont adhéré au Parti Communiste à la suite de cette expérience. C’est donc bien un espace de liberté insoupçonné qui a marqué ce phénomène, loin des clichés sur l’endoctrinement de potentiels espions, que cela fût formulé explicitement par les autorités ou que cela fût un certain désintérêt pour ces étudiants. Très souvent d’ailleurs, ce contrôle politique prenait la forme d’un accompagnement pour ces étudiants coupés de leurs familles, et les commissaires supervisant ces étudiants déjeunaient le weekend avec eux, tandis que les Russes retournaient voir leurs familles, jouant le rôle de « père et de mère » pour eux, ce qui a été confirmé par les témoins présents dans la salle.

 

      3) Les études africaines en URSS

            Cette troisième session, présidée par Catherine Coquery Vidrovitch, professeure émérite à l’Université Paris Diderot et spécialiste de l’Afrique, a interrogé plus particulièrement le rapport académique entretenu en URSS avec l’objet d’étude que constituent les langues et civilisations de l’Afrique, ce que l’on désignait par le terme d’ « études africanistes ». Cette session a permis à Anna Pondopulo, ancienne élève de l’ancien Institut des pays d’Asie et d’Afrique ou Faculté Orientale de Moscou, à présent professeure à l’INALCO, de présenter les enjeux des études africanistes, comme chercheuse et comme témoin de cette période. Cette Faculté, créée en 1956, à l’initiative de Nikolaï Mikoyan, principal promoteur du Tiers-Monde en URSS, accueille des élèves sélectionnés sur concours, et dispense à parts égales des enseignements en langue et en histoire à des élèves qui choisissent plus ou moins leur langue et aire géographique, même si la concurrence pour le chinois, l’arabe ou le japonais laisse les études africaines plus en marge et parfois comme choix par défaut. Si des langues africaines sont présentes dès le début, notamment le swahili, à partir de 1960 et dans le cadre d’un mouvement culturel d’ouverture à l’Afrique en URSS, de nombreuses langues encore peu ou pas étudiées s’insèrent dans ce cursus comme le peul ou le bambara. Il est intéressant de noter que la sélection des filles est volontairement limitée à 10% en raison des postes occupés ultérieurement par ces étudiants dans des pays où la place de la femme n’est pas toujours aussi émancipée qu’en URSS. En effet, certains postes sont liés à des activités militaires, ce qui traduit aussi les objectifs de cette Faculté comme outil de coopération plus ou moins stratégique avec les pays d’Asie ou d’Afrique, coopération qui s’inscrit cependant dans une démarche de connaissance de l’autre notamment par la langue. Ce qui domine dans le témoignage d’Anna Pondopoulo, c’est le sentiment de grande liberté qui règne dans cette Faculté, et d’ouverture réelle aux mondes étrangers, notamment par des voyages organisés pour parfaire la formation ou par des rencontres avec l’Association d’Amitié avec les Peuples d’Afrique, où se décide souvent une carrière dans telle ou telle civilisation. Ces institutions traduisent un rapport différent avec l’Afrique, ce que confirment les interventions de Nikolay Dobronravin, Anna Siim (Université de Saint Pétersbourg) et Tatiana Smirnova (EHESS) sur l’Ecole de Léningrad, où la dimension de libre rencontre avec les civilisations de l’Afrique domine également. La confrontation de ces deux institutions a permis de nuancer la vision d’un système universitaire soviétique exagérément politisée et soumis aux intérêts du bloc communiste. Les étudiants formés dans ces structures ont pu au contraire s’insérer dans d’autres centres de recherche et ont souvent développé un intérêt réel pour ces pays d’Afrique, nourri de voyages et de stages de terrain.

            La première journée fut ainsi dominée par la présentation des acteurs principaux des échanges culturels d’étudiants, les modes de sélection et de contrôle, les instituts officiels chargés de la connaissance des mondes africains, et plus particulièrement de l’attitude générale de l’URSS en tant que pays principal d’accueil.

 

 

II- Une deuxième journée davantage orientée vers les problématiques comparatistes et les autres pays du monde communiste

 

1) Les étudiants « des Afriques » en URSS : esquisse comparatiste

         Jean-Pierre Hassoun ouvre cette seconde journée marquée par un balayage plus vaste des pays africains en soulignant les parallélismes et divergences entre les deux pays qui seront présentés, l’Ethiopie et le Maroc, dans leur relation avec l’URSS. Dans un cas, il s’agit d’un pays qui n’a jamais connu de colonisation prolongée, l’Ethiopie, et qui a entretenu des liens avec le monde russe dès la période tsariste, liens réactivés avec l’URSS, notamment dans le cadre de l’évolution intérieure de l’Ethiopie vers le Därg. Dans l’autre cas, un pays nouvellement indépendant profite des bourses soviétiques pour obtenir des ingénieurs au plus vite dans le cadre de la construction de l’Etat. Cette comparaison entre deux pays différents et emblématiques de l’hétérogénéité de l’Afrique satisfait la remarque de Grazia Scarfo Ghellab la veille, concernant le manque de précision face à la diversité des pays d’Afrique. C’est pourquoi les conférenciers ont résolu de désigner cet ensemble par le pluriel, « les Afriques », afin de souligner les différences entre les pays du Maghreb, l’Afrique équatoriale ou l’Afrique des grands plateaux. Précisément la présentation de Grazia Ghellab sur les étudiants marocains ingénieurs insiste sur les parcours en eux-mêmes et la valeur des diplômes obtenus, en comparant avec le principal pays offrant des perspectives d’études à l’étranger, la France. On comprend alors mieux les stratégies de départ des familles, puisque la France semble s’imposer d’abord d’emblée comme le pays vers lequel voyager, du fait du prestige des institutions françaises, avant que le critère déterminant des bourses soviétiques distribuées avec une grande largesse d’après les témoignages, à des étudiants qui n’ont souvent pas le bac et qu’il faut remettre à niveau en URSS, ne fasse pencher la balance vers ce pays inconnu pour la plupart des Marocains. Cette politique d’échanges s’inscrit également dans les stratégies du Maroc pour obtenir des avantages de la part des pays occidentaux, en montrant les relations amicales entretenues avec l’URSS.

            L’Ethiopie offre à bien des égards un cas unique dans les relations entre un pays d’Afrique et un grand pays d’Occident par la relation d’égal à égal qui s’instaure assez rapidement. La présentation de Catherine Hocquet-Von Raesfeldt est d’ailleurs la seule à s’aventurer dans les dernières années du XIXème siècle, pour souligner les racines anciennes de ces relations diplomatiques. Sur demande du Négus, le Tsar avait envoyé des officiers en Ethiopie et un mythe plus ou moins fondé d’une idylle entre la Russie et l’Ethiopie chrétienne  s’est très rapidement formée, avec des étudiants éthiopiens en Russie dont le destin reste mystérieux. Cette vision a confiné parfois à « l’éthiopiamania », en Russie, selon le terme employé par l’intervenante. La Révolution d’Octobre  a brutalement mis un terme à ces relations diplomatiques et par fidélité à Nicolas, le Négus d’Ethiopie a refusé systématiquement les propositions soviétiques de réouverture de relations diplomatiques que les Russes attendaient pourtant, confiants dans l’image ancrée d’une terre d’influence possible en Afrique. Le paradoxe est bien cette relation dissymétrique entre un Etat occidental communiste demandant des relations diplomatiques à une monarchie africaine chrétienne. Ce n’est qu’en 1943 que Sélassié accepte la réouverture des relations diplomatiques, demande et obtient la création d’un hôpital russe et reçoit une exposition permanente sur la Russie à Addis-Abäba, tout en négociant parallèlement avec les Etats-Unis l’ouverture d’une ligne aérienne, jouant parfaitement bien des relations Est-Ouest. Sélassié se rend par la suite à Moscou, premier chef d’Etat africain accueilli en URSS, et reçoit la plus grosse enveloppe d’aide jamais accordée par le Kremlin. L’instauration du Därg en 1973 approfondit ces relations, d’autant plus que l’Ethiopie est le seul Etat authentiquement socialiste reconnu par l’URSS en dehors des Etats d’Europe orientale. Les exigences de l’URSS restent d’ailleurs très faibles puisqu’il est simplement demandé à l’Ethiopie socialiste de renoncer à ses relations avec la Chine pour bénéficier de l’aide soviétique.  C’est donc bien une relation d’égal à égal qui peut s’instaurer entre l’une des deux superpuissances occidentales et un Etat d’Afrique.

            La phase de débat a amené une nouvelle fois la question des critères de sélection en lumière mais aussi et surtout celle de la qualité de l’enseignement dispensé. Celle-ci, malgré les critiques parfois adressées par leurs homologues occidentaux, satisfait globalement les exigences des étudiants, puisque les universités soviétiques accueillaient des scientifiques particulièrement reconnus, ce que confirme d’ailleurs un questionnaire de départ après un voyage en Pologne où près de 80% des étudiants d’Asie comme d’Afrique reconnaissent la qualité de l’enseignement dispensé, ce qui est d’autant plus significatif qu’il s’agit du seul point d’accord entre les étudiants d’Afrique et d’Asie à leur départ d’URSS. Cependant, les diplômes soviétiques manquent souvent de reconnaissance dans les autres pays où les universités rechignent à délivrer des équivalences, tandis que les diplômés de France par exemple, méprisent les diplômés en URSS. S’est également posé le problème de savoir s’il y avait quelques craintes à partir en URSS, ce qui est démenti par la certitude des familles concernées, confirmée par les premiers retours d’étudiants africains, qu’ils ne reviendraient pas de leur séjour transformés en militants aguerris. Cette absence de sentiment de politisation outrancière nuance encore une fois la vision d’un Etat purement idéologique.

 

2) Les pays du Bloc de l’Est et les étudiants africains : entre déceptions et désintérêt

         One ne peut nier une part d’échecs dans ces processus d’échanges d’étudiants, d’autant plus quand ces séjours se sont traduits par d’amères expériences de racisme ou par l’absence de suivi de ces formations après la chute de l’URSS. Ces vies marquées par une existence de l’autre côté du Mur ont amené la publication récente de biographies, évoquées par la présidente de session, Alexandra Galitzine-Loumpet. Dès lors, on peut interroger ces parcours en parallèles en Pologne, Bulgarie, à Xi’an (Chine) ou en Roumanie. Le cas de la Pologne, déjà évoqué la veille sur la question des représentations de l’autre, est de nouveau interrogé plus spécifiquement sur le vécu des étudiants africains, décidément marqué par les actes racistes les plus nombreux des pays soviétiques. Ces difficultés amènent Przemyslaw Gasztold-Sen à parler de la Pologne comme d’une « Ecole de survie », non seulement du fait de ces violences mais aussi du fait des motifs qui ont poussé certains à étudier en Pologne, face aux pressions politiques dans leur pays d’origine. Parfois la nécessité de servir les services de renseignements soviétiques polonais a été évoquée, soit par des rétributions importantes soit par des menaces ; il s’agit cependant du seul cas de réelle politisation forcée des étudiants. Pour nombre de ces anciens étudiants, le chercheur polonais a d’ailleurs été confronté au mutisme des témoins, tandis que les chiffres d’insatisfaction suite à une mauvaise expérience atteignent 37% sur le questionnaire de départ, contre 4% pour les étudiants d’Asie. Gasztold-Sen aborde également l’utilisation des bourses comme marchandise de tractation diplomatique très souvent. Proportionnellement, la Pologne a été un des pays qui aurait pu accueillir plus d’étudiants et semble avoir limité ce développement, en comparaison de la Roumanie par exemple qui en a accueilli au-delà de ce que l’on aurait pu attendre de ce pays, à la situation économique particulièrement fragile.

            Le cas de la Bulgarie est emblématique d’un autre problème de ces échanges : l’oubli dont ils ont été victimes, oubli et même désintérêt, que traduit très souvent une absence de sources officielles. Svetla Koleva évoque ainsi à plusieurs reprises l’impossibilité de trouver des sources claires et précises sur le nombre d’étudiants accueillis, ou même sur l’existence d’un Institut de l’Afrique et de l’Asie, dont la seule attestation ne peut être confirmée que par des témoins, et par aucune archive officielle à ce jour. Cet oubli s’inscrit dans un désintérêt plus large, puisqu’à la chute du régime communiste, toutes les relations diplomatiques avec les pays d’Afrique ont été interrompues brutalement. Svetla Koleva a discuté avec plusieurs anciens étudiants africains déçus de ne pouvoir offrir la même expérience d’études en Bulgarie à leurs enfants. Cet exemple reflète à la fois les bonnes expériences vécues par ces étudiants mais aussi le manque de continuité entre le passé communiste de ces pays et le présent démocratique. Là encore il s’agit plus d’une politique menée à des fins idéologiques et imposée plus ou moins par Moscou que réellement menée de plein gré. On peut étudier en regard le cas de la Roumanie, pays satellite assez proche du point de vue économique et social, mais dont la souveraineté nationale est davantage préservée par les coups de force diplomatiques de Ceausescu. Normalement située dans l’avant dernière session du colloque, la présentation de Mihaï Dinu Gheorghiu et d’Adrian Netedu, de l’Université Alexandru Ioan Cuza de Roumanie, peut s’intégrer également dans une étude comparatiste des pays du Bloc de l’Est. Ces intervenants ont souligné comment, surtout dans la deuxième période identifiée par leur chronologie, débutant vers 1970, et dans le cadre d’une politique d’indépendance nationale  relative, assez proche de celle de la France gaullienne, ces échanges d’étudiants s’intègrent dans une logique de reconnaissance des pays d’Afrique et d’active existence diplomatique. D’ailleurs, dans le domaine de l’aide à l’Afrique et à l’initiative de la Roumanie, liée par ses traditions « latines » à la France, ces deux pays coopèrent et s’engagent à partager leurs informations. Le champ des échanges d’étudiants peut ainsi, et à situation économique similaire, être surinvesti par un pays du Bloc de l’Est, à la fois pour s’affirmer dans la scène des pays communistes et à l’échelle mondiale pour promouvoir l’image d’un pays communiste ouvert au dialogue.

            L’intervenant suivant, Antoine Guex de l’Université de Lausanne, a apporté un regard plus contemporain sur la question, en évoquant le cas des étudiants africains en Chine depuis le début des années 2000 et plus précisément à Xi’an, ce qui permet de dresser des parallèles avec la situation actuelle et souligne, avec l’exposé sur l’Ethiopie, que les dates 1960-1990 ne sont que des indications. L’une des constantes entre la situation des années 1960-1990 et la situation actuelle, concernant la Chine, est la séparation entre les étudiants étrangers et les autres étudiants chinois, séparation architecturale d’une part, ce qui se traduit par des logements isolés sur le campus, et sociale d’autre part. Il est intéressant de noter cette constante, dans un pays censé être plus ouvert au capitalisme que l’URSS mais qui rechigne bien plus à favoriser les échanges personnels entre étudiants. La différence majeure concerne le nombre d’étudiants, puisque la Chine dépasse très largement en bourses le nombre d’étudiants des années 1960 et 1990, en accueillant 18000 étudiants africains par bourses d’Etat, nombre qui atteint 24000 en comptant les bourses d’entreprises. On a donc changé d’échelle à l’heure où la Chine devient le nouvel Etat en puissance en Afrique. Par ailleurs, le décalage est aussi dans le traitement de ces étudiants, très loin du dilettantisme estudiantin des années 1960 et 1990, fait d’expériences personnelles et d’une certaine liberté dans les études. Dans la Chine actuelle, les étudiants sont formés et entrent très rapidement dans l’entreprise, sans que soit vraiment posée la question de leur désir réel de poursuivre dans cette voie, tandis que seuls de tous les étrangers, les étudiants africains, considérés comme des salariés locaux et non comme des expatriés, ne touchent aucune prime.

            Ces divers exposés soulignent donc des expériences divergentes d’appréhension du socialisme et des échanges culturels, alors que la situation actuelle semble s’éloigner des modèles anciens d’échanges.

 

3) «  Les Afriques » : indépendances et formation des cadres

            La dernière session introduite  en première partie par Patrice Yengo et en seconde partie par Françoise Blum permet d’aborder des itinéraires de pays d’Afrique très différents : entre le Congo socialiste, indépendant et foyer d’accueil de mouvements indépendantistes, le Cameroun réunifié, le Sahara Occidental, seul pays d’Afrique n’ayant pas obtenu son indépendance au cours des négociations avec les puissances colonisées du fait des pressions du Maroc, et la Réunion, cas atypique où le désir d’indépendance ou du moins d’autonomie a également été frustré mais de manière définitive. La place des étudiants de ces pays formés en URSS est alors celle, rêvée ou réelle, de futurs cadres de pays nouvellement indépendants ou en quête d’autonomie. Le Congo socialiste joue un rôle de tout premier plan car, non content d’envoyer des étudiants à l’étranger, ce pays  a été une plaque tournante des migrations étudiantes et indépendantistes, à partir de 1965 comme l’a souligné Héloïse Kiriakou. L’exfiltration d’étudiants issus des mouvements indépendantistes voisins en exil constitue un acte unique, d’autant plus rare que le Congo a même accordé des bourses à ces étudiants, et a privilégié la scolarisation des filles et des campagnes dans son discours officiel. A cette occasion, un débat a eu lieu entre Patrice Yengo, de l’Université de Brazzaville, et quelques participants sur le caractère « socialiste » du Congo, qu’il récuse au motif qu’à part le nom et quelques tentatives, ce pays n’a jamais connu un socialisme intégral. Cet échange fut révélateur des divergences d’appréhension d’un même fait, selon que l’historien est témoin voire acteur des événements ou un étranger intéressé par le sujet.

            La présentation des filières d’émigration réunionnaises par Lucette Labache a montré le rôle attendu de ces bourses d’étudiants, rôle intégré dans les espérances indépendantistes des militants réunionnais, que semblait accréditer le statut de « pays en voie d’accession à l’indépendance » donné par l’URSS à la Réunion. En partant, ces étudiants recevaient l’instruction de revenir, au sens d’un véritable devoir moral et patriotique pour former les cadres du futur Etat réunionnais. La déception fut donc d’autant plus lourde pour ces étudiants à leur retour au fur et à mesure que leur formation s’avérait problématique dans leur pays, dans la mesure où ne s’est pas opéré de renouvellement des cadres. Une même volonté de formation étatique et de création de fonctionnaires fut à l’œuvre dans le cas du Cameroun, mais cette fois avec plus de succès, comme l’a exposé Luc Ngwe. Ce dernier a souligné le rôle directeur de l’Etat dans l’obtention et la négociation de ces bourses d’études qui devaient être un investissement pour la construction de l’Etat camerounais.

            L’exposé de Carmen Gomez Martin, de la Faculté Latino-Américaine de Sciences Sociales de Quito, sur l’implication de Cuba dans les luttes indépendantistes et la formation des élites en exil pour le Sahara Occidental, a offert une dernière approche du problème sous un angle peu étudié, celui du rôle de Cuba. Ce pays constitue un cas unique d’Etat en développement et à la situation économique très fragile qui mène une politique de collaboration culturelle généreuse, sans obtenir la moindre contrepartie, et dont l’ampleur (près de 46 000 étudiants dont 70% d’Africains entre 1962 et 2006) impose le respect. Par sa situation de pays presque sous-développé aidant d’autres pays sous-développés, Cuba joue un rôle de leader du Tiers Monde et peut compenser la frustration ressentie vis-à-vis de l’Amérique latine où l’expansion est bloquée. En soutien avec le Frente Polisario, des étudiants sahraouis forment une partie de ces générations d’étudiants, ce qui s’intègre dans la politique orientée vers la formation d’élites menée par le Frente Polisario, dans l’attente de l’indépendance. La déception a cependant marqué également ces générations qui ont souvent étudié sans pouvoir ensuite obtenir un emploi correspondant à leur formation, et qui ont souvent affronté la vie des camps de réfugiés.

            Le cas de Cuba fut l’occasion d’interroger la question des buts et stratégies poursuivis par les acteurs communistes de ces formations d’étudiants. L’intervenante soulignait un réel désintéressement de Cuba dans cette politique culturelle au-dessus de ses moyens, en dépit des questions des participants, désintéressement marqué par l’absence de rétribution des formateurs envoyés en Afrique, contrairement à ceux d’autres pays ayant obtenu un salaire au titre de coopérant. Michèle Leclerc-Olive a renchéri en évoquant le poids de la pensée libérale qui semble empêcher les Historiens contemporains de croire un seul instant qu’un Etat puisse agir par sens de l’intérêt général et de la solidarité, sans avoir le moindre objectif en sous-main, surtout dans le cas d’un pays communiste très vite taxé de propagande, et ce sans réel examen des politiques menées. Un autre problème fut celui de l’accès aux archives qui, pour le Cameroun comme pour le Parti Communiste Réunionnais demeure, jusqu’à ce jour, particulièrement difficile. Des réticences dans ces pays témoignent donc de la sensibilité d’un sujet lié à des espérances déçues où à des enjeux de souveraineté nationale.

            La deuxième journée a donc été l’occasion de passer en revue un échantillon plus large de pays, tant du point de vue des pays d’origine de ces étudiants, que du point de vue des pays d’accueil au sein du monde communiste.

 

III- Un colloque d’étape riche par la multiplicité des études possibles

1) La séance de clôture du colloque

            Au terme de ces deux journées, des progrès nets ont été accomplis en termes de problématisation, tandis que des besoins réels et répétés de certains enjeux ont été signalés. Le premier et le plus important fut finalement celui de la définition des termes, à commencer par celui d’ « étudiant », à l’occasion d’une des questions posées. En effet, des réalités multiples ont été couvertes par ce terme qui désigne généralement un élève de niveau post bac en études à l’Université ; or dans bien des cas,  le faible nombre des bacheliers des pays nouvellement indépendants (20 bacheliers pour 200 bourses au Congo) a empêché de se limiter à ces seuls statuts. Ainsi des élèves du secondaire ont bénéficié de ces bourses, quitte à obtenir une formation de rattrapage en accéléré en URSS, ce qui n’a pas été sans problèmes par la suite pour faire valoir ces diplômes. Il conviendrait donc de mieux renseigner cette partie en dénombrant plus précisément le taux de bacheliers et d’élèves du secondaire et de voir quel traitement différent a pu leur être accordé.

            Il en a été de même pour les contours de l’Afrique étudiée. De nombreuses fois, Grazia Ghellab a critiqué la confusion des termes utilisés et la tendance à classer dans « Africain » des réalités multiples, alors qu’on ne ferait pas de même pour les étudiants « européens » ; à cet égard, son regard a pu souligner les tendances à la généralisation abusive et à un certain flou d’ « européen » vis-à-vis d’une « Africa » dont les Etats semblent se mêler dans un même bloc. D’ailleurs, comme il a été souligné, les intervenants ont déploré le manque notable de parties entières de l’Afrique, notamment l’Afrique lusophone ou anglophone dans sa majeure partie. Ce sont enfin les contours du monde communiste qui sont à préciser selon les organisateurs du colloque : entre « bloc communiste », « monde communiste » ou « pays d’obédience communiste », il existe des différences indéniables dans le nombre de pays englobés dans l’étude. Il n’a cependant pas été donné de limites claires pour les travaux à venir.  Cette question terminologique est liée à des problèmes d’attitude dans la recherche : la tendance à une réification de l’Afrique conduit à nier les logiques nationales de chaque Etat et à négliger de les considérer comme des acteurs à part entière, tandis que la logique des blocs laisse peu de place pour des pays communistes en marge, notamment la Yougoslavie dont l’absence est notable.

            Au cours de cette séance de clôture, ont été évoquées les prochaines étapes du programme ELITAF, à commencer par la question de la forme de publication, source de désaccords assez nets. Face à l’opposition des chercheurs russes à une mise en ligne, le choix d’une publication annuelle des travaux ELITAF a été retenu. Par ailleurs, les prochains rendez-vous ont été fixés : en juillet 2015, la 6ème Conférence Européenne  des Etudes Africaines (ECAS) aura lieu à Paris (avec deux panels du programme ELITAF) ; en novembre un colloque du programme FMSH/RGNF à Moscou, avant un Congrès de l’AISLF à Montréal en 2016 (où il sera possible de proposer un panel). Afin de favoriser un réel échange avec les premiers intéressés de ces études africaines, la publication a l’ambition d’être accessible en Afrique tandis que le Festival du cinéma africain serait un bon moyen d’étendre le réseau ELITAF.

2) Vers des définitions plus serrées des objets étudiés

         Des difficultés dans l’extension du champ d’études de ce programme et du colloque se sont fait jour. En effet, l’ampleur des pays étudiés, leur diversité trop souvent négligée, ont conduit les présentations à rendre nécessaire une longue phase de présentation du contexte général et de l’historiographie du pays évoqué, ce qui laissait peu de temps à l’intervenant pour évoquer le cœur du sujet. Dans certains cas, le thème des étudiants africains a été limité à un long développement sur les difficultés des pays africains nouvellement indépendants, sur les dégâts de la colonisation. Un participant a ainsi profité de la phase des questions pour procéder à un réquisitoire contre la France dont la politique éducative en est restée à la portion congrue. Dans d’autres cas, les intervenants ne pouvaient tout simplement pas attendre de chaque auditeur de connaître en détail la vie politique de tel ou tel pays pour comprendre la place de ces étudiants, dont le rôle réel, arrivant en troisième partie de présentation, a dû être présenté plus rapidement. Cet exemple souligne la spécificité des colloques sur des thématiques transnationales où précisément des échanges fructueux entre expériences nationales et historiographies voient le jour, à mesure que les participants expriment certains consensus peu remis en cause dans leur pays d’origine et qui sont réinterrogés par ces rencontres. Les prochaines études pourraient ainsi éclairer davantage ces moments de la vie de ces étudiants, sur leurs goûts culturels ou sur les lieux de sociabilité qu’ils ont fréquentés, peut-être grâce à des témoignages nouveaux. La présentation des enjeux nationaux de ces questions peut donc se comprendre comme un préalable nécessaire à une approche sans doute plus propre aux étudiants eux-mêmes de ces parcours, dans un questionnement des mémoires individuelles dont certains témoins ont montré la diversité par leurs interventions.

 

Conclusion

Ce colloque constitue davantage la mise en route des problématiques plus serrées sur les étudiants africains qu’un bilan sur la question. Chacun des intervenants a pu apporter le regard de tel ou tel pays sur la question, comme préalable à des recherches plus précises, nourries d’archives qui restent cependant trop souvent restreintes dans leur accès. Ce sujet appelle en effet des ramifications multiples, suivant les régions concernées, lesquelles supposent à la fois des spécialistes de chaque pays et des compétences de comparatiste. Il semble urgent de procéder à la constitution de fonds d’archives orales en interrogeant les témoins de cette période, lesquels sont parfois intervenus à propos au cours du colloque. Alors que l’Afrique connaît un développement économique insoupçonné, alimenté ou exploité par la Chine contemporaine, dernier régime communiste de grande ampleur, la question des étudiants africains en URSS et dans les pays du monde communiste semble fournir des clefs d’analyses et de comparaisons des situations actuelles.

 

CONFERENCE ELITAF 20 et 21NOVEMBRE 2014

BKO87MLO

Etudiants africains en URSS et dans les autres pays

du monde communiste. 1960-1990

Entre histoires nationales et contexte international

 20-21 novembre 2014, Paris

 Organisée dans le cadre des programmes :

-« Elites africaines formées en URSS et dans les pays de l’ancien bloc soviétique. Histoires, biographies, expériences »,  (ELITAF) du Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM), Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH – Programme Afriques), en association avec  l’Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les Enjeux Sociaux (IRIS)/CNRS-EHESS.

FMSH/RGNF, « Les étudiants africains en URSS. 1960-1990. Mobilité, expériences, et devenir professionnel », RIAM et IRIS, avec l’Institut d’Afrique de l’Académie des sciences de Russie (2013-2015) ;

-avec la collaboration de l’ANR EsCA/FMSH (Espaces de la Culture Chinoise en Afrique) et de plusoeurs laboratoire et institutions de recherche.

 

Lieu : Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 190 avenue de France, 75013 Paris. Continuer la lecture de CONFERENCE ELITAF 20 et 21NOVEMBRE 2014

29-31 octobre 2014 Le clos et l’ouvert : programme

photo colloque clos

      PROGRAMME

(appel à communications : voir infra)

 

Colloque international à l’Université Gaston Berger (Saint-Louis, Sénégal)

            Le clos et l’ouvert :

Acteurs religieux, Acteurs sociaux et Usages de la rue

(Europe, Afrique, Asie, Amériques)

 

29-30-31 octobre 2014

Organisé par le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM) – Programme Afriques de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) et le Centre d’Etude des Religions (CER) de l’UFR CRAC (Civilisations, Religions, Arts et Communication) de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal

MERCREDI 29 OCTOBRE

 

MATIN (Amphi A)

8h30 Accueil des participants

9h Mot de bienvenue du recteur de l’Université Gaston Berger, Pr Baydallaye Kane

9h15 Mots des organisateurs,

Mor Faye (directeur de l’UFR CRAC), Frédérique Louveau (CER-CRAC-IRD-IMAf-RIAM), Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour – RIAM)

10h Ouverture du colloque et signature de la convention entre l’UGB et la Fondation Maison des sciences de l’homme

10h30  CONFERENCE D’OUVERTURE :

« Espace public et espace privé »

par le Professeur Michel Wieviorka, sociologue, Administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme, Directeur d’études à l’EHESS – CADIS

avec Pr. Ablaye Niang, UGB-UFR CRAC-Métiers des Arts et de la Culture (sous réserve)

12h15 Déjeuner

 

APRES-MIDI

14h-15h45 ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

Usages manifestés  de la rue

Discutants : Pr. Aly Tandian (UGB- Département de Sociologie) et Sylvie Bredeloup (IRD-AMU-LPED)

GOMEZ-PEREZ Muriel (Département d’histoire, Université Laval, Québec, Canada, Frédérick MADORE (Département d’histoire, Université Laval) et Mathias Boukary SAVADOGO (Université Félix Houphouët-Boigny Cocody Abidjan, Côte d’Ivoire, « Rue, islam associatif et enjeux citoyens : retour sur des orientations récentes au Sénégal, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire »

SENE Dominique (Université Gaston Berger de Saint-Louis, CIERVAL), « La rue, un espace de socialisation politique et de politisation de la religion au Sénégal »

DUMAS-CHAMPION Françoise (CNRS-IMAF,  Paris), « Au-delà des limites du temple : processions hindoues et processus de créolisation à l’île de La Réunion »

ARNAUD Raymond (CELFA, Université de Bordeaux Montaigne) « Création et limite des espaces par des acteurs religieux et sociaux lors de manifestations : comment les étudier à partir de films réalisés en cinéma direct »

TSAMBU Bulu Léon (Département de Sociologie, Université de Kinshasa) « Les concerts musicaux de plein air à Kinshasa »

15h45. PAUSE

16h00-17h45. ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

L’aménagement des seuils et le sacré

Discutants : Boubacar Niane (FASTEF)

MANGA Jean Baptiste Valter (EHESS-IMAF, Paris), « Des enclos en pleine rue ! Aménagement communal et espaces initiatiques à Oussouye (Casamance/ Sénégal) »

SOW Abdoul et Milly AOUSTIN-SOW, Université Gaston Berger de Saint-Louis, UFR CRAC, MDP, « La Goutte d’Or, un islam populaire et informel face à un islam institutionnel et sélect : le culte musulman visé et revisité »

PONTANIER Emilie, (Lisst-Cas, Université Toulouse Jean Jaurès (Le Mirail), « Contournement des codes sociaux dans les lycées français de Tunisie : lorsque le seuil de l’établissement devient un espace de lutte contre l’islam fondamentaliste »

ESPINOSA  Laurence (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire Identités, territoires, expressions, mobilités), « Pèlerinage à Notre Dame du rugby à Larrivière-Saint-Savin le 9 juin 2014 – Approche anthropologique du « clos et l’ouvert »

MAHAMAT Adam (Université de Maroua, Cameroun) « L’espace public sacralisé par l’islam au Cameroun. Notes sur l’occupation des voies publiques camerounaises pendant les prières de vendredi »

DOBBELS Rachel (LASC, ULg, Belgique), « Quand les acteurs font seuils. Analyse comparative des marchés de Liège et de Leeds »

 

19h30. DÎNER DE BIENVENUE

Au restaurant Galaxy, sur l’Ile de Saint-Louis

Concerts de musique

 


JEUDI 30 OCTOBRE

 

MATIN

8h30  CONFÉRENCE (Amphi A) :

« Dynamique de la construction des espaces de l’Homo Religiosus »

 par le Professeur I.-P.L. Lalèyê, socio-anthropologue, Université Gaston Berger

avec Pr. Robert Ziavoula (CESSMA-INALCO-IRD-Paris 7-Sorbone Paris Cité – RIAM)

 10h15 – 11h45 ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

Les seuils du corps 1 : l’invisible

Discutant : Patrice Correa (UGB – UFR CRAC/ Communication)

NGWE Luc (RIAM-FMSH), « Quand le clos clôture l’ouvert et l’ouvert ouvre le clos : Les pratiques de deuil dans la ville au Douala au Cameroun »

KABUNGULU Ngoy-Kangoy (Centre d’études politiques, Université de Kinshasa), « Lindalala, le rameau ou arrêt sur funérariums dans les rues de Kinshasa »

MILLET Pamela (CEIFR, EHESS, Paris), « La conversion du corps »  en milieu pentecôtiste africain : une pratique de la différence »

MAWALA LUYINDA Walter (Centre d’Etudes Politiques et Université de Kinshasa), « Campagne de guérison-miracle » dans la rue à Kinshasa : lieu d’attraction, d’adaptation et de marchandisation évangélique »

KOUVOUAMA Abel, (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, RIAM-FMSH), « Anthropologie du clos et de l’ouvert en contexte de violences guerrières : jalons pour une étude des subjectivités guerrières »

11h45 – 12h PAUSE

 12h – 13h30 ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

Les seuils du corps 2 : le visible

Discutante : Mariama Maïga (UGB – UFR CRAC/ MAC)

KAE Amo (IMAF, EHESS, Paris), « Saint-Louis du Sénégal : « Ville mémoire » et ses rues au partage des couleurs et des histoires »

MANE Idrissa, (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM), « S’enclore par le voile et s’ouvrir à Allah. Réflexion sur l’islamité chez les Sénégalaises »

DAYAN-HERZBRUN Sonia, (Laboratoire du changement Social et Politique, Université Paris Diderot-Paris 7-RIAM), « Le foulard islamique : clôture ou bien ouverture ? Essai de lecture politique »

EHAZOUAMBELA Doris (IMAF-EHESS-RIAM), « Expression Mémorielle des Mourides et l’espace public au Gabon »

 13h30 DEJEUNER

 APRES MIDI

14h30 – 16h30 ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

Expressions de l’espace public

Discutante : Pr. Mame Penda Ba (UGB)

FAYE Mody Ndiogou, (Laboration LASAP, Université Cheikh Anta Diop Dakar), « Religion et espace public au Sénégal. De la sur-visibilité religieuse des jeunes à la construction de nouvelles identités »

LECLERC-OLIVE Michèle, (IRIS-CNRS-EHESS-RIAM), « Places, rues, grains, cafés, ashram … De l’espace commun à l’espace public »

LORIN Jennifer, (Université Paris V Descartes, CANTHEL), « La clôture éphémère de l’espace public de la rue au Bénin. Un moyen d’interpellation des acteurs religieux vodun en direction des autorités administratives »

SILVA DE OLIVEIRA Rosenilton, (Universidade de São Paulo et EHESS – IMAF, Paris), « Essai sur le religieux dans l’espace public : des manifestations « afros » contre l’intolérance religieuse au Brésil »

16h45

VISITE «  PATRIMOINE DE L’ILE »

(guidée par les étudiants de la Section Métiers du Patrimoine de l’UFR CRAC de l’UGB)

 18h

DÉDICACE DU LIVRE DE AISSATA KANE LO, UGB – UFR CRAC/MDP

à la librairie L’Agneau carnivore, Ile-Nord Saint-Louis

 VENDREDI 31 OCTOBRE

 MATIN

9h30 CONFÉRENCE (Amphi A) :

« Du religieux au Japon : entre autochtonie et universalisme »

 Par le Pr. Patrick Beillevaire (directeur de recherche au CNRS – Centre de Recherches sur le Japon, EHESS)

Avec Felwine Sarr, UGB, UFR SEG

 11h-12h45. ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

 L’argent des rues et transactions religieuses

Discutant : Mouhamedoune A. Fall (UGB – LCA)

GADOU Dakouri (Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire), « L’Islam et la mendicité de rue à Abidjan : faits et significations »

HOECHNER Hannah (Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, Université Libre de Bruxelles), « Rue, mendicité et relations sociales : les expériences des jeunes étudiants coraniques à Kano, Nigeria »

BOUHDIBA Sofiane (Université de Tunis), « La culture de la mendicité des enfants de rue dans les sociétés arabo-musulmanes : le cas de l’Afrique du Nord »

ZIAVOULA Robert (CESSMA-INALCO-IRD-Paris 7-Sorbone Paris Cité – RIAM), « Au cœur de la rue : logiques marchandes et représentations des acteurs »

TRAORE N’gna (Institut des Sciences Humaines (ISH), Bamako), « Le recours à l’islam dans les cérémonies sociales : entre recherche de caution religieuse, politique d’islamisation, et quête de ressources »

13h. DÉJEUNER

 APRES-MIDI

14h15 – 16h. ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

 Rue, religion et esthétiques urbaines

Discutant : Saliou Ndour (UGB – CRAC/MAC)

DRAGANI Amalia (LabEx-CAP IIAC-MQB), « Seuils immatériels de l’expression poétique : un cas d’interdiction de la parole publique féminine au Nord du Niger »

PAM Bocar Aly (Université Cheikh Anta Diop Dakar-Sénégal), « La rue, espace de propagande politique dans le roman africain à travers  quelques romans :  L’Impasse de Daniel Biyaoula, La Folie et la Mort de Ken Bugul, Assèze l’Africaine de Calixthe Beyala »

HAENSEL Michèle (Université de Pau et des Pays de l’Adour Laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), « La chanson comme seuil d’identité et espace de transgression »

MOUSSAOUI Fatima Nabila (Université d’Oran- Algérie) « La migration  entre croyance et esthétique »

16h. Fin de la séance et transfert vers l’île Saint-Louis

 17h Projection de films documentaires de création

réalisés par les étudiants du Master Réalisation de Documentaires de Création de l’UFR CRAC de l’UGB (organisée par Delphe Kifouani et Sellou Diallo, UGB-CRAC-RDC)

À l’Institut français de Saint-Louis, Ile-Nord

19h CONCLUSION DU COLLOQUE

 Séance plénière

DOZON Jean-Pierre, directeur scientifique de la FMSH, directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche à l’IRD

KOUVOUAMA Abel, Université de Pau et des Pays de l’Adour – Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde-Programme Afrique de la FMSH

SECK Abdourahmane, Centre d’Etudes des religions, UFR CRAC

LOUVEAU Frédérique, Centre d’Etudes des religions, UFR CRAC, Institut de recherche pour le développement – IMAf, Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde-Programme Afrique de la FMSH

 

____________________________________________________

 

APPEL à COMMUNICATIONS

Argument scientifique 

 La clôture délimite un espace qu’elle referme sur lui-même pour des usages définis par les acteurs selon les circonstances. La clôture maintient des limites visibles ou invisibles, matérielles ou symboliques qui créent ou repoussent dans un même temps des espaces ouverts, des espaces flous. En milieu urbain, le clos et l’ouvert se lisent entre les maisons, les églises, les mosquées, les synagogues, les parcs, les lacs, les parkings, les commerces pour former un ensemble aménagé. La rue, elle, est un nerf qui serpente le long de ces espaces clos, elle les frôle, les enveloppe mais aussi les envahit tout en en modifiant les usages, comme par exemple lors de festivités dont les sonorités musicales et vocales produites par les acteurs religieux redéfinissent les seuils entre le clos et l’ouvert lorsqu’elles les franchissent. Ce colloque veut interroger en particulier les seuils[1] immatériels, flous, mouvants mais aussi matériels, fixes, sans pour autant être statiques. Ils sont créés par les acteurs, débattus, redéfinis, permanents, non-permanents, source de conflits ou de partages.

En effet, des acteurs recréent des espaces clos dans la rue, pourtant espace ouvert. C’est le cas par exemple lorsque les mouvements religieux organisent des cérémonies dans les villes africaines : des bâches et des installations délimitent un espace clos dans cet espace ouvert qu’est la rue. Le temps d’une fête, la rue devient un espace clos dédié à un usage festif dont le seul souvenir laissera sa trace le lendemain, les automobiles ou les piétons reprenant leurs droits. Mais dans ces occasions, la musique, les chants ou les prières participent à dessiner les espaces grâce à un pouvoir symbolique qui redéfinit les seuils entre le clos et l’ouvert pendant un temps donné. De la même manière, lors des carnavals, des défilés, les acteurs s’emparent de la rue pour renforcer une identité collective. Ou encore, les arts de la rue remettent en question les codes et réinterrogent les sens communs tout comme les manifestations politiques confirment que la rue appartient à tous, et qu’elle est aussi l’arène du politique.

Pourtant, la rue impose aussi ses propres pratiques : lieu de sociabilité et de rencontre, de représentation de soi, les acteurs s’habillent pour briller, pour se cacher, pour séduire à l’instar de la sape congolaise.[2] Dans un même temps, des acteurs (religieux ou pas) redéfinissent les normes morales et les pratiques d’expression individuelle et collective dans un contexte de négociation des pratiques normatives. La rue accueille également ceux qui sont exclus du clos. Ils s’approprient alors l’espace ouvert pour en faire un espace clos et y inscrire leur intimité. La nuit, la rue est le théâtre de vies intimes : si en Europe, derrière les murs d’une maison, une famille s’endort au chaud, les « sans domicile fixe » délimitent leur sommeil avec des cartons le temps d’une nuit, dans des villes africaines, les talibe (élèves d’une école coranique ou disciples d’un marabout), apprennent le coran dans la rue, dorment, mendient, mangent dans la rue, ce qui invite le religieux dans cet espace ouvert.

Aujourd’hui, même si des analystes affirment que l’Etat aurait le monopole de la rue, des acteurs s’attribuent de plus en plus le rôle de gardiens de l’ouvert pour imposer les règles de ses usages. C’est le cas des acteurs religieux en Afrique qui, soit investissent l’espace ouvert pour recréer du clos et le moraliser, soit contrôlent l’ouvert pour en conformer ses usages à leur idéologie. Au Bénin, les fétiches surveillent les seuils des maisons, figeant le franchissement des seuils par les invisibles, à l’instar des portiques shinto en Asie par exemple. Un autre exemple, dans certaines villes américaines, les systèmes de surveillance de la rue redéfinissent les usages et les représentations du clos et de l’ouvert.

Ce colloque veut interroger les seuils qui délimitent les espaces entre le clos et l’ouvert et leurs usages dans différents contextes géographiques. Comment les seuils sont-ils construits ? Quels sens sont donnés à cette limite que représente le seuil ? Quels sont les usages attribués au clos et à l’ouvert mais aussi à l’entre-deux ? Quelles sont les pratiques de la rue ? Comment ces pratiques de rue renforcent-elles le clos ou le distendent-elles? Quels enjeux politiques la gestion des seuils révèle-t-elle et quelle politique pour la gestion des seuils ? Quelles sont les transformations contemporaines dans les usages politiques de l’ouvert et du clos ?

Ces questions traversent les continents européens, africains, asiatiques et américains dans lesquels les pratiques sociales et culturelles du clos et de l’ouvert sont différentes. La confrontation de ces différentes conceptions et pratiques de la rue pourra mener à une réflexion comparative sur les seuils en sciences sociales.

 

Les communications attendues devront contribuer à la définition des « seuils » en sciences sociales autour de  quatre axes :

–     Axe1 Pratiques de/ dans la rue : pratiques symboliques et religieuses (manifestations de rue, festivités, cérémonies, défilés, rituels, vêtements, port du voile, objets ou pratiques de protection, amulettes, objets sacrés, etc.)

–     Axe2 Rue, religion et politique (sécularisation, laïcisation, moralisation de l’espace, conflits et violences, médias, etc.)

–     Axe3 Rue, religion et transactions (économie, offrandes, dons, sacrifices, mendicité, argent, œuvres sociales, ONG, etc.)

–     Axe4 Rue, religion et esthétiques urbaines (rap, graffiti, cinéma, littérature, écritures, musique, architecture, contes, récits, etc.)

 

Les résumés des communications (500 caractères max.) avec les noms et appartenances institutionnelles des auteurs devront être envoyés avant le 23 juin 2014 à l’adresse suivante : colloqueclosetouvert@gmail.com

Contact : Frédérique Louveau (louveau.frederique@neuf.fr)

 

Comité d’organisation : Blondin Cissé (CER/ Université Gaston Berger), Rachid Id Yassine (CER/ Université Gaston Berger), Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour/RIAM), Frédérique Louveau (CER/Université Gaston Berger/ IRD-IMAf/RIAM), Bakary Sambe (CER/Université Gaston Berger), Abdourahmane Seck (CER/ Université Gaston Berger), Patrice Yengo (Université de Brazzaville), Robert Ziavoula (INALCO).

 

Comité scientifique : Michel Agier (IRD-EHESS), Sophie Bava (IRD-LPED), Rémy Bazenguissa-Ganga (EHESS), Patrick Beillevaire (EHESS-CNRS), Sylvie Bredeloup (IRD-LPED), Mamadou Diouf (Columbia University), Jean-Pierre Dozon (IRD-FMSH), Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Frédérique Louveau (CER-Université Gaston Berger/IRD-IMAf/ RIAM), Issiaka Prosper. L. Lalèyê (UGB), Boubacar Niane (FASTEF-UCAD-RIAM), Monique de Saint Martin (EHESS-RIAM), Aly Tandian (GERM-Université Gaston Berger), Patrice Yengo (Université de Brazzaville-RIAM), Robert Ziavoula (INALCO-RIAM).

 http://www.ugb.sn/

http://www.cer-ugb.net/

http://riae.hypotheses.org/

http://www.fmsh.fr/fr/c/1375

 


[1]  Voir Marc Augé, 1992, Non-Lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

[2]  Lire notamment, Justin Gandoulou, Au cœur de la sape. Moeurs et aventures de Congolais à Paris, Paris, Karthala; 1989  Charles Didier Gondola, Fête, sociabilité et politique dans les capitales congolaises, in  Odile Goerg, Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala,  1999, pp. 87-111 ; Revue Rupture-Solidarité, Rites et dépossessions, nouvelle série n° 5, Paris, Karthala, 2004. Rémy Bazenguisa-Ganga, “Belles maisons” contre S.A.P.E. : pratiques de valorisation symbolique au Congo », in État et Société dans le Tiers-Monde : de la modernisation à la démocratisation ?, Etudes réunies et présentées par Maxime Haubert, Christiane Frelin, François Leimdorfer, Alain Marie et Nam Trân Nguyên Trong, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, pp. 247 – 256.

Mohammedia 2013 : Elites maghrébines et subsahariennes formées en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est

ElitafavrilLe colloque qui s’est tenu les 25 et 26 octobre 2013 à Mohammedia, au Maroc,  était organisé sur une base pluridisciplinaire (histoire, sciences politiques, sociologie, anthropologie, littérature, géographie, etc.), autour de grands axes de discussion et de réflexion :

  • Histoire des relations politiques et universitaires entre les pays du grand Maghreb et les pays de l’ex-bloc soviétique. Il s’agit notamment d’appréhender et d’analyser les flux, la mobilité et la circulation des étudiants partis du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne faire leurs études dans les pays anciennement communistes depuis leur départ jusqu’à leur vie professionnelle selon les générations, le sexe, les pays.
  • Devenir professionnel et politique des diplômés maghrébins et sub-sahariens formés en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est.  Quel a été  le devenir des élites formées en URSS/Russie ou dans d’autres pays anciennement communistes et quel rôle jouent-elles  aujourd’hui dans le pays où elles vivent (Algérie, Bénin, Cameroun, Canada, Ethiopie, France, Mali, Maroc, Roumanie, Russie, Sénégal, Tunisie)?
  • Etudiants maghrébins et subsahariens : histoires, parcours et expériences spécifiques. Une  grande attention sera accordée aux différentes expériences, avec une attention particulière à l’expérience linguistique : rapport à la langue, ou plutôt aux langues (français, arabe, russe), apprentissage en URSS ou dans un pays d’Europe de l’Est de la langue du pays d’accueil, à la pratique, usage des différentes langues après les études.  A quelles occasions, en quels lieux et avec qui les anciens étudiants maghrébins et subsahariens formés en URSS ou dans un pays d’Europe de l’Est de différentes formations parlent-ils arabe, français, russe ?
  • Le groupe socio-professionnel des ingénieurs. Différents groupes d’ingénieurs, groupe emblématique – souvent acteurs clef du processus de « développement » – seront comparés selon le pays et l’université ou l’école de formation, les pays d’exercice de la profession, avec une attention particulière aux inégalités hommes – femmes dans les carrières et l’accès aux responsabilités. Quelles différences entre ceux qui sont partis en URSS/Russie et ceux qui sont partis en France  dans les différentes écoles ?

Sont intervenus dans  ce colloque 35 chercheurs et doctorants du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), d’Afrique subsaharienne (Bénin, Cameroun, Congo, Ethiopie, Sénégal), d’Europe (France, Grèce, Roumanie), de Russie et des Etats Unis ainsi que  des témoins, anciens étudiants résidant au Maroc, ayant fait leurs études en URSS ou en Russie, à Cuba, ou dans un pays d’Europe de l’Est. Une partie des interventions est disponible en ligne sur ce blog.

Les Actes complets du colloque seront publiés très prochainement en version papier.

Programme

Vendredi 25 octobre 2013

8h30 – Accueil des participants

9h00 – 10h00 : Séance inaugurale

Ouverture :
Saâd CHARIF D’OUAZZANE, Président de l’Université Hassan II, Mohammedia-Casablanca
Rachida NAFAA, Doyenne de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Hassan II, Mohammedia
Jean-Pierre DOZON, Directeur scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Directeur d’études à l’EHESS, Paris

Présentation de l’organisation des deux journées de colloque:
Kamal MELLAKH, Professeur, Département de Sociologie, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Mohammedia, Université Hassan II Mohammedia-Casablanca

10h15 – 12h45 : Session 1 : Histoire des relations politiques et universitaires entre les pays du grand Maghreb  et les pays de l’ex-bloc soviétique
Présidente : Rahma BOURQIA, Université Mohammed V, Rabat

Introduction :
Michèle LECLERC-OLIVE, Centre National de la Recherche Scientifique, IRIS, RIAE
Quelques données sur les flux d’étudiants
Houda BEN HAMOUDA, Université  de Paris I, Panthéon Sorbonne, IRICE
Les relations culturelles et politiques de la Tunisie avec les pays de l’ex-bloc soviétique (1956- 1989)
Nejmeddine KAZDAGHLI, Université de Carthage, Institut Supérieur des Langues, Tunis
Histoire des  Relations Tuniso-Russes pendant le Protectorat français en Tunisie (1917-1956).
Amélie REGNAULD, Université  de Paris I, Panthéon Sorbonne, IRICE
Les Egyptiens formés en RDA, 1969-1989 : les limites du « remodelage socialiste »
Ekaterina DEMINTSEVA, Académie des Sciences de Russie, Institut d’Afrique, Centre d’histoire et d’anthropologie culturelle,  Moscou
Politique de l’Union Soviétique envers les pays du Maghreb et de l’Afrique Sub-saharienne dans les années 1960-1980 : le cas des étudiants africains en URSS
Constantin KATSAKIORIS, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris- Athènes
L’Université de l’amitié des peuples à Moscou. Discrimination positive ou discrimination tout court ?
Sergey MAZOV, Académie des Sciences de Russie, Institut d’histoire mondiale, Centre d’études africaines
Etudiants du Maghreb et d’Afrique sub-saharienne en URSS au début des années 1960. Problèmes d’adaptation
Discutant : NIkolay DOBRONRAVIN, Université de l’Etat de Saint-Petersbourg, Faculté des Relations Internationales

14h15 – 15h30 : Session 2 : Devenir professionnel et politique des diplômés maghrébins et sub-sahariens formés en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est.  Première partie : ‘Destins maghrébins’
Président : Hassan RACHIK, Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales, Université Hassan II, Ain Chok Casablanca

Saphia AREZKI, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Cemaf
Militaires algériens formés en URSS durant la décennie 1960. Enjeux et trajectoires.
Hocine LABDELAOUI, Université Alger 2, Laboratoire de changement social
Natacha et les autres, l’intégration des épouses d’Algériens diplômés des universités de l’ex URSS et  des pays de l’Europe de l’Est
Kamal MELLAKH
Trajectoires sociales de trois générations de pharmaciens marocains formés en ex-URSS/Russie
Nikolay SOUKHOV, Académie des sciences,  Institut d’Afrique, Moscou et  Rossotroudnitchestvo
Les destins professionnels et sociaux des promus marocains des écoles supérieures de l’URSS / Russie
Discutante : Ekaterina DEMINTSEVA

15h45 – 18h00 : Session 2 : Devenir professionnel et politique des diplômés maghrébins et sub-sahariens formés en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est.  Deuxième partie : ‘Destins subsahariens’

Patrice YENGO, Centre d’Etudes Africaines, Paris, Université Marien Ngouabi, Brazzaville,  RIAE et Robert E. ZIAVOULA, INALCO, Histoire, Sociétés, Territoires du Monde, RIAE
« Etudier communiste, travailler capitaliste ». Sur quelques itinéraires « français » de médecins congolais formés dans les anciens pays du bloc soviétique
Rémy BAZENGUISSA GANGA, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Centre d’études africaines, RIAE
Les élites congolaises formées en URSS : éléments pour une approche comparative
Abel  KOUVOUAMA, Université de Pau et des Pays de l’Adour, UFR des Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sports, Pau, RIAE
Trajectoires intellectuelles et/ou politiques  des élites congolaises formées en URSS et en RDA : l’exemple au sein du département de philosophie de l’Université de Brazzaville
Adam MAHAMAT, Université de Maroua, Cameroun
Universitaires du Nord Cameroun  formés en URSS : itinéraires et insertion professionnelle
Pascal BIANCHINI, Lycée Jean Mermoz, Dakar, SEDET, (Université Paris VII), RIAE
Les premiers étudiants sénégalais en URSS (de la fin des années 1950 à la fin des années 1960). Retour sur la genèse d’une intelligentsia périphérique.
Mihaï Dinu GHEORGHIU, Université de Iasi, Roumanie, RIAE,  Adrian NETEDU, Université de Iasi, Roumanie, RIAE
Les étudiants africains en Roumanie de 1970 à 1990.
De l’internationalisme à la professionnalisation – l’exemple des études de médecine
Discutant : Elieth P. EYEBIYI, Groupe de recherche sur les transformations du travail, des âges, et des politiques publiques (Transpol), Montréal, RIAE

18h00 – 19h00 : Intervention Témoins première journée

Samedi 26 octobre 2013

9h00 – 10h30 : Session 3, première partie : Etudiants maghrébins et subsahariens : histoires, parcours et expériences spécifiques ?
Président : Patrice YENGO

Elizabeth BISHOP, Université d’état du Texas, San Marcos
Journaliste, docker,  ouvrier agricole: Kateb Yacine entre la France et l’URSS
Michèle LECLERC-OLIVE
Gabriel Cissé. L’autobiographie et ses temporalités
Tassadit YACINE, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Laboratoire d’anthropologie sociale,  RIAE
Formation universitaire en URSS ou conversion du regard sur le monde social : l’exemple de deux itinéraires emblématiques
Tassé ABYE, Université de Nouakchott, RIAE
Abdoul : Trajectoire sociale et politique d’un étudiant éthiopien formé en URSS
Lucette LABACHE, RIAE
Parcours migratoires des Réunionnais formés dans les pays de l’Est
Discutante : Monique de SAINT MARTIN, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, IRIS, RIAE

10h45 – 12h45 : Session 3, deuxième partie : Etudiants maghrébins et subsahariens : histoires, parcours et expériences spécifiques ?

Anna SIIM, Académie des Sciences de Russie, Musée d’Anthropologie et d’Ethnographie Pierre le Grand (Kunstkamera), Centre d’Etudes en Anthropologie Politique et Sociale, Nikolay DOBRONRAVIN
Les élites africaines entre deux mondes: l’expérience de vivre après leurs études estudiantines
Svetlana DIMITROVA, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, Paris, RIAE
Ressortissant d’Afrique, formé en URSS, immigrant au Québec. Itinéraires entre trois mondes.
Touria HMIZA, Université Hassan II Mohammedia, Faculté des lettres et Sciences Humaines, Maria TOUFIK, Université Hassan II Mohammedia, Faculté des lettres et Sciences Humaines
Etudiants marocains en URSS: les raisons du choix du départ et problèmes d’insertion professionnelle liés à la langue de formation  (titre provisoire)
Natalia KRYLOVA, Académie des sciences de Russie, Institut d’Afrique, Moscou
La langue russe comme outil d’adaptation dans le milieu des étudiants africains
Boubacar NIANE, Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation, Dakar, RIAE, Manétou NDIAYE, Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation, Dakar
De l’usage de la langue de formation chez les anciens étudiants sénégalais dans les pays de l’Est
Discutante : Grazia SCARFO GHELLAB, Ecole Hassania des Travaux Publics, RIAE

14h15 – 16h30 : Session 4, Le groupe socio-professionnel des ingénieurs
Président : Kamal MELLAKH

Eric GOBE, Centre national de la recherche scientifique, Centre Jacques Berque
Introduction à la session. Les ingénieurs au Maghreb
Grazia SCARFÒ GHELLAB
Le diplôme d’ingénieur est-il un moteur de mobilité sociale? Le cas des ingénieurs formés en URSS et en France.
Elieth P. EYEBIYI
Itinéraires professionnels et politiques d’ingénieurs béninois formés dans les pays de l’Est : le retour des cadres « rouges » entre intégration dans le public et désintégration dans le privé?
Tatiana SMIRNOVA, Ecole des hautes études en sciences sociales, RIAE
Ingénieurs maliens au début des années 1990 en URSS : esprit militant et parcours professionnels
Jean-Bernard OUEDRAOGO, Centre national de la recherche scientifique, LAIOS-IIAC, RIAE
Science en contexte : une aventure sahélienne de l’agronomie soviétique
Ekaterina SMIRNOVA, European University, Saint Petersbourg, RIAE
Les étudiants ingénieurs d’Éthiopie dans l’Université de Transport à Saint Pétersbourg
Discutante : Yamina BETTAHAR, Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, UMR 7117 (CNRS), Université de Lorraine

16h45 – 17h45 : Intervention Témoins deuxième journée

17h45-18h30 : Bilan final du colloque – Perspectives

Introduction de Jean-Pierre DOZON

INTRODUCTION

Jean-Pierre DOZON

Je voudrais tout d’abord, au nom de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et au nom de son administrateur Michel Wieviorka, remercier les organisateurs de ce colloque, tout particulièrement l’Université Hassan II Mohammedia-Casablanca, de m’y avoir invité et de m’avoir proposé de livrer quelques réflexions introductives sur ce qui l’a motivé et qui a suscité, je crois, un grand intérêt, peut-être même un grand engouement tout à la fois politique et intellectuel.

Au préalable, je voudrais également dire quelques mots au sujet de ce que l’on appelle plus communément la FMSH, puisque c’est elle qui, depuis le début, a porté ce projet couramment dénommé ELITAF et qui s’efforce de lui donner les plus larges développements possibles. Comme vous le savez certainement, la FMSH, qui a été fondée par Fernand Braudel voici exactement 50 ans – un demi-siècle d’existence – presque de la « longue durée », que nous venons de commémorer par un grand colloque international dédié à « Penser Global », mais l’année n’étant pas achevée (ce colloque-ci participe aussi à cet anniversaire), la FMSH est au service de la communauté des sciences humaines et sociales, à Paris, en France, mais aussi au niveau international. Ce dont témoignent sa bibliothèque, ses éditions et son rôle de diffuseur des presses universitaires françaises, sa maison de résidence dite Suger, ainsi que tout un ensemble de relations et de programmes internationaux qui, au travers d’invitations de « visiting scholars », de bourses post-doctorales et maintenant son Collège d’Etudes Mondiales, permettent à des collègues du monde entier de séjourner en France.

Mais la FMSH a eu, et a plus que jamais, pour mission d’initier des programmes de recherche ou, plus précisément, d’être attentive à des thématiques innovantes, de les soutenir matériellement autant qu’il lui est possible de le faire : c’est ce que nous appelons sa mission d’incubation.

Si j’évoque cette mission particulière, c’est que, précisément, elle correspond parfaitement à ce qui s’est passé avec le projet ELITAF. Lorsque, voici trois ans, des collègues, dont Patrice Yengo et Michèle Leclerc-Olive, m’ont parlé de travailler sur une thématique de recherche portant sur les nombreux étudiants africains, donc d’une partie des élites africaines, qui ont été formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique ou communiste depuis les indépendances jusqu’à la chute du mur du Berlin, j’ai été tout simplement enthousiasmé.

Il s’agissait là d’une thématique, oserais-je dire d’évidence, qui était là devant les yeux des chercheurs, historiens, sociologues, politologues, depuis déjà pas mal de temps, et qui n’était pas traitée, à peine était-elle entrevue. En effet, et je parle ici pour mon propre compte, c’est-à-dire pour moi qui travaille en Afrique et sur l’Afrique depuis quarante ans, qui dispose en principe de quelques connaissances, notamment sur le fait que l’ex-bloc soviétique eut une forte influence sur le continent africain pendant plusieurs décennies (et de surcroît pour moi qui ai rencontré pas mal de collègues africains qui ont fait leurs études dans les ex-pays soviétiques, y compris des collègues originaires de pays qui n’avaient pas choisi la voie socialiste), il était patent en effet qu’il y avait là un sujet, une thématique de première importance dont auraient dû ou pu se saisir nos disciplines dès les années 90. Il y aurait, par conséquent, sans doute lieu de s’interroger sur les raisons qui ont fait que cette thématique d’évidence ne se soit pas imposée plus tôt. Peut-être cela a à voir avec l’échec du système soviétique lui-même, comme si cet échec affectait tous ceux qui avaient eu quelques liens avec ledit système et ne méritait pas qu’on en exhume trop rapidement la mémoire.

Mais quoiqu’il en soit, maintenant c’est fait, le programme existe, des réseaux de chercheurs se sont constitués, et ce colloque témoigne de leur dynamisme.

Permettez-moi maintenant d’aborder plus directement ce programme ELITAF. Et, sans trop vouloir m’immiscer dans les travaux de recherche qui vont être présentés ici durant ces deux jours, il m’apparaît que trois grandes perspectives sont susceptibles de le guider.

La première, c’est celle qui a déjà fait l’objet de pas mal d’enquêtes et de collectes de récits, en l’occurrence c’est celle qui porte sur ce qu’ont représenté en termes d’expériences individuelles ces années d’étude passées en Russie, en RDA, en Pologne, en Roumanie, etc., expériences d’apprentissage d’une nouvelle langue, expérience de formation disciplinaire ou professionnelle proprement dite, expériences relatives à la vie quotidienne, expériences de rencontres avec des étudiants d’autres pays et d’autres continents, rapports avec leur pays d’origine, etc., toutes choses qui ont constitué des épisodes biographiques particulièrement denses et qui ont certainement, pour beaucoup d’étudiants africains, profondément marqué leur parcours professionnel et existentiel. Dans cette première perspective, il me semble qu’il serait utile de s’intéresser à ceux qui ont eu la double expérience d’une formation, dans un des pays de l’ex-bloc soviétique et d’une autre dans une université ou une Grande École de l’ex-puissance coloniale, de voir avec eux quel type de mises en regard ils ont pu faire, comme il serait intéressant de croiser les expériences à différents moments des trois décennies considérées.

En tout état de cause, on pourrait suggérer que, par rapport à aujourd’hui, où les études sur les migrations internationales font florès, constituant l’un des thèmes majeurs dédiés à la globalisation, à ce que d’aucuns appellent la « modernité cosmopolite », ces étudiants africains, allant se former dans les ex-pays du bloc soviétique, ayant parfois fait la double expérience d’une formation dans l’un de ces pays et en Europe, étaient déjà des représentants, oserai-je dire avant-coureurs, de cette modernité cosmopolite. Dans les années 60-70, il n’y avait certainement pas – pas plus qu’aujourd’hui du reste – beaucoup d’étudiants européens ou nord-américains à aller suivre leurs études de l’autre côté en Russie et dans ses pays satellites.

La seconde perspective, plus historienne, devrait consister à placer ce corpus d’expériences dans la plus longue durée des relations de l’ex-bloc soviétique, spécialement de la Russie avec l’Afrique. Car ce n’est pas, comme vous le savez, des années 60, avec l’avènement des indépendances africaines et des diverses coopérations soviéto-africaines, ou encore avec l’instauration de régimes socialistes en Afrique, que datent ces relations. Cela remonte bien avant, même si l’URSS paraissait bien loin d’être au premier plan de l’histoire tourmentée du continent africain. Sans remonter à Abraham Hannibal, l’ancêtre africain du grand écrivain russe Pouchkine, je dirais que c’est parce que l’URSS n’était pas une puissance coloniale, à tout le moins en Afrique ou dans d’autres régions du Sud, parce qu’au contraire elle incarnait une révolution et une doctrine, le marxisme-léninisme, qui condamnaient l’impérialisme, « stade suprême du capitalisme » suivant la célèbre formule de Lénine, qu’elle eut très tôt une forte influence en Afrique, précisément parmi ceux qui allaient constituer les premières élites africaines. Et son influence, l’URSS l’eut souvent indirectement, notamment par le biais des partis communistes occidentaux qui lui étaient peu ou prou inféodés et qui se mêlèrent peu ou prou des entreprises coloniales de leur propre pays. Je pense ici tout particulièrement à la France et à son Parti communiste.

Elle l’eut également par l’entremise de l’Internationale communiste, ainsi et peut-être surtout, par de grands intellectuels afro-américains ou caribéens qui, pour lutter notamment contre la ségrégation de l’autre côté de l’Atlantique devinrent communistes, mais qui, ce faisant, se sont étroitement mêlés de la condition qui était faite aux colonisés en Afrique même par l’imperium européen. Je songe à des personnalités comme W.E.B du Bois et Georges Padmore, tous deux résolument communistes, et tous deux grand acteurs du mouvement panafricain avant et surtout après la Seconde Guerre mondiale : un mouvement qui, au-delà de la libération des tutelles coloniales, devait faire accoucher quelque chose comme des États-Unis d’Afrique, mais des États-Unis d’Afrique qui, différemment des États-Unis d’Amérique, devaient suivre une voie nettement socialiste.

Entre les États-Unis d’Amérique, l’Europe, l’Afrique et l’URSS, il y eut donc très tôt, dès les toutes premières décennies du XXe siècle une circulation d’idées et d’espérances qui prirent une dimension qu’on dirait aujourd’hui assez volontiers globale. En tout état de cause, cette circulation d’idées, principalement marxistes, anticipa le départ de ces étudiants africains vers les ex-pays du bloc soviétique dans les années 60-70. C’est dire aussi bien – et c’est cela dont il conviendrait de prendre plus précisément la mesure – que nombre d’entre eux allaient dans cette région du monde qui incarnait l’idéologie ou l’imaginaire politique qui avait façonné leurs ainés, mais auquel ils adhéraient eux-mêmes encore pour une large part.

En quoi leurs expériences d’étudiants les confortèrent-ils dans leur adhésion au marxisme, ou en quoi au contraire elles les édifièrent, sinon dans son rejet, du moins dans une forte mise à distance ? Cela demanderait à être examiné de près, sans doute au-delà même de cette alternative.

La troisième perspective du projet ELITAF devrait, à mon sens, porter sur le retour des étudiants africains dans leur pays d’origine. D’abord pour appréhender la manière dont ils se sont confrontés aux étudiants qui ont fait d’autres expériences, notamment celles d’avoir suivi leurs études supérieures dans les Universités des ex-puissances coloniales. Mais ensuite pour examiner la façon dont, nantis de leur formation spécifique, ils ont plus particulièrement œuvré à la mise en place de leurs États nationaux respectifs et de leurs politiques publiques. Je pense ici tout spécialement à ceux qui sont partis dans les ex-pays de l’Est au tout début des indépendances africaines et dont les pays d’origine, comme le Mali, la Guinée, le Ghana, la Tanzanie, l’Algérie, très vite également le Congo-Brazzaville, le Bénin ou l’Éthiopie, ont choisi la voie socialiste et ont tissé des liens de coopération avec l’Union soviétique, voire avec la Chine populaire. Qu’est-ce qu’a réellement voulu dire l’application ou la mise en œuvre du marxisme-léninisme dans tel ou tel pays africain et quel rôle ont joué, dans cette mise en œuvre, ceux-là mêmes qui s’y étaient concrètement frottés ?

Je suis évidemment sûr que les perspectives que je me suis permis de tracer, et dont je sais que certaines ont été déjà bien entamées, ne couvrent que partiellement les pistes de recherches que le programme ELITAF est susceptible d’explorer. Je trouverais par exemple intéressant que l’on croise les expériences des étudiants africains dans les pays de l’ex-bloc soviétique avec celle des coopérants venant de ce bloc, spécialement de la Russie, ayant travaillé durant la même période dans certains pays africains.

Bref, il y a beaucoup de choses à faire, mais beaucoup de pistes ont déjà été pas mal défrichées. J’arrête donc là mon intervention en vous souhaitant, en nous souhaitant un excellent colloque, et en remerciant à nouveau très sincèrement ses organisateurs et l’Université Hassan II Mohammedia-Casablanca de m’y avoir invité.