Archives de catégorie : Congrès ECAS Paris juillet 2015

ECAS 2015 : Contemporary African Film : Resistance ?

panel.thackway.Une feuille dans le vent, JM Teno  Une feuille dans le vent – J.-M.Teno .Les Films du Raphia

Contemporary African Film : Resistance ?

Convenor : Thackway Melissa (RIAM-FMSH/INALCO)

Mercredi 8 juillet, 14h, Sorbonne salle D 622

http://www.ecas2015.fr/fr/tous-les-panels

 Born with Independence in the Sixties, and strongly marked by this historical context, filmmaking in sub-Saharan Africa has long been associated with notions of resistance.
As a medium of representation, cinema was identified by Africa’s first filmmakers as an ideal tool to challenge existing misrepresentations of the continent and its peoples, decolonize mentalities, and participate in the construction of post-colonial identities and nations. The setting up of bodies such as the Pan-African Federation of Filmmakers (FEPACI) in 1969, whose 1975 Algiers Charter insisted on African cinema’s role in raising social awareness, clearly reinforced a collective, politically-committed approach to filmmaking.
Some fifty years on, are notions of cinematic protest and resistance still prevalent, or indeed relevant? What forms do they take today both in terms of aesthetics and genre? What impact has the development of endogenous video industries such as Nollywood had on the question? Does the increasing place of the individual in today’s films preclude the collective? Does film still reflect the socio-political?
Focusing on recent evolutions and continuities in sub-Saharan and African diaspora filmmaking, this panel will examine and assess contemporary filmmaking, its forms and agendas.

Papers :

  • Anjali Prabhu (Wellesley College) : “Resistance in African Cinema, or Révolution du langage cinématographique”
  • Daniela Ricci (Université Paris 3): “Forms of  Resistance in the Contemporary African Films”
  • Okome Onookome (University of Alberta): “Transnational Nollywood”
  • Sada Niang (University of Victoria): “Generic intrusions in African cinemas”.

ECAS 2015 : Partir étudier dans l’ex-bloc soviétique : une forme de protestation ?

Partir faire des études dans l’ancien bloc soviétique :

une forme de protestation ?

 Mercredi 8 juillet 2015 de 16 à 17h30

salle : Salle Sorbonne G 607

Responsable du panel : Lucette Labache (RIAM/FMSH)

Le programme Elitaf lancé en 2012 à la FMSH-Paris, se focalise sur les étudiants et élites africaines formés dans les divers pays de l’ancien bloc soviétique. A partir des années 60, des ressortissants des anciennes colonies françaises et départements d’outre-mer ont été formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Eu égard à la politique de formation dans les colonies, qui avait toujours privilégié les cadres subalternes, l’orientation dans les pays de l’Est apparaissait, pour les nouveaux Etats pris dans l’urgence de la décolonisation et des indépendances, comme l’implicite d’une rupture politique contre l’ancien colonisateur.

S’agissait-il de préparer l’affaiblissement politique et culturel de l’ancienne puissance coloniale et de présenter à la population d’autres alternatives ? Si c’est le cas, le choix des pays socialistes comme lieu de formation apparaît comme une forme de protestation contre l’ancienne nation de tutelle.

En examinant les situations de différents pays africains (Congo, Cameroun, Bénin, Sénégal, Maroc, etc…) ou celle de La Réunion, il s’agira d’analyser dans quel contexte historique ces flux migratoires ont pris naissance, les motivations qui les sous-tendaient, les multiples enjeux qui s’y déployaient, les expériences des étudiants ainsi que leur devenir et de décliner les diverses formes de protestation (choix d’alignement sur le modèle soviétique, volonté de créer un état autonome…) qui se sont manifestées par le biais de ce projet.

 Communications

Luc Ngwe

(RIAM/FMSH)

Partir à l’Est comme forme de contestation de l’ordre colonial et post-colonial au Cameroun : le cas des militants de l’Union des Populations du Cameroun

Grazia Scarfò Ghellab

(Ecole Hassania de Travaux Publics,Casablanca – Maroc)

La formation des étudiants et des élites dans l’ancien bloc soviétique comme forme de protestation ?

Ekaterina Demintseva

Portrait sociopolitique des étudiants africains en URSS dans les années 1960-1980

Boubacar Niane

UCAD/FASTEF (Sénégal)

Entre engagement sociopolitique et réalisation personnelle des sénégalais formés dans l’ex Bloc de l’Est

Jean Matéyi 

LAM-Bordeaux

 La traversée du rideau de fer des syndicalistes gabonais

 

 

ECAS 2015 : Intellectuels africains/afro-américains et pays communistes

Angela Davis Moscou

Dans le cadre du congrès ECAS, qui se tient à Paris du 8 au 10 juillet 2015, grâce au soutien du Programme ELITAF de la FMSH, le panel

Les intellectuels africains et afro-américains et les pays communistes après 1945

 se tiendra vendredi le 10 juillet de 16 à 17h30 dans la salle de la Sorbonne D 620, Université Paris I, entrée : 17, rue de la Sorbonne

 Au tournant de la décolonisation et tout au long de la guerre froide plusieurs intellectuels africains et afro-américains exprimèrent leur intérêt ou leur admiration pour le modèle et la culture des pays communistes. Ils y effectuèrent des longs séjours souvent de formation, participèrent à des conférences et des festivals, furent traduits et publiés et maintinrent des contacts avec leurs homologues du côté Est du « rideau de fer ».
L’objectif de ce panel est de revisiter ces relations à travers un nombre d’intellectuels et militants, communistes ou compagnons de route, pour lesquels l’URSS et les pays communistes sont devenus une source d’inspiration, une ressource ou un outil dans leur combat contre le colonialisme et l’apartheid, pour les droits de l’homme, la justice sociale et le développement. La militante américaine Angela Davis, l’écrivain sud-africain Alex La Guma, le scientifique et militant politique nigérien Abdou Moumouni, ainsi que les cinéastes Ousmane Sembène, Souleymane Cissé et Abderrahmane Sissako se trouveront au centre de notre attention. Le but est de réexaminer l’attrait du communisme et en même temps l’usage de la plateforme communiste, comme tribune, refuge ou base de soutien politique et matériel. Nous entendons, enfin, avec le recul, repenser l’impact des pays communistes sur les combats politiques et sociaux aussi bien en Afrique, qu’aux États-Unis.

Nous aurons le plaisir de suivre les communications de

 

  • Christopher J. Lee, Wits Institute for Social & Economic Research (WISER)

Dreamworld and Catastrophe: Political Travel to the Soviet Union during the Twentieth Century

  • Maxim Matusevich, Seton Hall University

’I Have the Feeling That I Have Known Her a Long Time’: Angela Davis and the Soviet Dreams of Freedom

  • Gabrielle Chomentowski, Programme Sorbonne Paris Cité « Sociétés Plurielles »

From the East to the West: Educational, Intellectual, and Political Trajectories of African Filmmakers

  • Tatiana Smirnova, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris

Abdou Moumouni Dioffo: An African Scientist and Intellectual Between Soviet Union and France

 

La rencontre est animée par Constantin Katsakioris (Elitaf FMSH/Université de Bayreuth). Pour plus d’information, veuillez s’adresser à Konstantinos.Katsakioris@uni-bayreuth.de

 

 

ECAS 2015 :Terres et richesses minières : accaparements et résistances.

police shooting editjpgMARIKANA

Dans le cadre du congrès ECAS, qui se tient à Paris du 8 au 10 juillet 2015, grâce au soutien du réseau RIAM et de la FMSH, le panel

Terres et richesses minières : accaparements et résistances.

L’Afrique au cœur d’un problème planétaire ?

se tiendra le 9 juillet, de 16 à 17h30, dans la salle Panthéon – 16

Au cours des vingt dernières années, le continent africain a accueilli de nombreuses sociétés transnationales qui extraient et exportent les ressources du sous-sol alors que dans le même temps des investisseurs acquéraient des milliers d’hectares de terres cultivables (comme dans le delta du Niger). Ce panel entend examiner ensemble ces deux problématiques qui semblent bien relever d’une même logique.

 L’exploitation des richesses minières – surtout aurifères – n’ayant pas engendré le développement économique promis, le renouvellement des modes de gouvernance est à l’ordre du jour. L’exploitation agro-industrielle des terres ainsi acquises prétend disqualifier l’agriculture familiale, et l’exploitation artisanale des ressources minières, principalement l’orpaillage, est criminalisée par une opinion publique performée notamment par les médias et les ONG (environnement, santé, travail des enfants, etc.). Dans les débats suscités par ces politiques d’accaparement des ressources vitales des pays africains, les populations directement touchées ont souvent du mal à se faire entendre et leurs rébellions contre ces prédations sont rarement relayées par ces mêmes médias et ONG. Il s’agit tout à la fois de donner un espace de visibilité à ces résistances ignorées et d’analyser en quels termes les discours dominants configurent ces questions en problème public.

Nous remercions les intervenants qui introduiront la discussion avec les participants

  • Capitant Sylvie, IEDES-UMR 201/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

La rhétorique du boom minier comme paravent des conflictualités mais aussi comme facteur d’encouragement d’une « citoyenneté insurgée ». Réflexions sur le Burkina Faso.

  • Lunacek Sarah, University of Ljubljana

Contradictions of “Corporate Social Responsibility”: What about the Nomads?

  • Magrin Géraud, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; van Vliet Geert, CIRAD

Les arènes de la régulation environnementale du secteur pétrolier : A propos des projets chinois au Sahel central (Tchad, Niger)

  • Schlimmer Sina, LAM/Sciences Po Bordeaux

Administrative Strategies and Multi-level Decision-making in Tanzania: An Unknown Form of Resistance towards Land Acquisitions

  • Yenshu Vubo Emmanuel, University of Buea Cameroon

Reclaiming an Elusive Homeland: Resistance to the Re-Alienation of Restituted Lands in Buea (Mount Cameroon Region), Cameroun.

La rencontre est animée par Michèle Leclerc-Olive (IRIS-RIAM-FMSH).