Archives de catégorie : Mohammedia 2013

Mohammedia 2013 : Elites maghrébines et subsahariennes formées en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est

ElitafavrilLe colloque qui s’est tenu les 25 et 26 octobre 2013 à Mohammedia, au Maroc,  était organisé sur une base pluridisciplinaire (histoire, sciences politiques, sociologie, anthropologie, littérature, géographie, etc.), autour de grands axes de discussion et de réflexion :

  • Histoire des relations politiques et universitaires entre les pays du grand Maghreb et les pays de l’ex-bloc soviétique. Il s’agit notamment d’appréhender et d’analyser les flux, la mobilité et la circulation des étudiants partis du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne faire leurs études dans les pays anciennement communistes depuis leur départ jusqu’à leur vie professionnelle selon les générations, le sexe, les pays.
  • Devenir professionnel et politique des diplômés maghrébins et sub-sahariens formés en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est.  Quel a été  le devenir des élites formées en URSS/Russie ou dans d’autres pays anciennement communistes et quel rôle jouent-elles  aujourd’hui dans le pays où elles vivent (Algérie, Bénin, Cameroun, Canada, Ethiopie, France, Mali, Maroc, Roumanie, Russie, Sénégal, Tunisie)?
  • Etudiants maghrébins et subsahariens : histoires, parcours et expériences spécifiques. Une  grande attention sera accordée aux différentes expériences, avec une attention particulière à l’expérience linguistique : rapport à la langue, ou plutôt aux langues (français, arabe, russe), apprentissage en URSS ou dans un pays d’Europe de l’Est de la langue du pays d’accueil, à la pratique, usage des différentes langues après les études.  A quelles occasions, en quels lieux et avec qui les anciens étudiants maghrébins et subsahariens formés en URSS ou dans un pays d’Europe de l’Est de différentes formations parlent-ils arabe, français, russe ?
  • Le groupe socio-professionnel des ingénieurs. Différents groupes d’ingénieurs, groupe emblématique – souvent acteurs clef du processus de « développement » – seront comparés selon le pays et l’université ou l’école de formation, les pays d’exercice de la profession, avec une attention particulière aux inégalités hommes – femmes dans les carrières et l’accès aux responsabilités. Quelles différences entre ceux qui sont partis en URSS/Russie et ceux qui sont partis en France  dans les différentes écoles ?

Sont intervenus dans  ce colloque 35 chercheurs et doctorants du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), d’Afrique subsaharienne (Bénin, Cameroun, Congo, Ethiopie, Sénégal), d’Europe (France, Grèce, Roumanie), de Russie et des Etats Unis ainsi que  des témoins, anciens étudiants résidant au Maroc, ayant fait leurs études en URSS ou en Russie, à Cuba, ou dans un pays d’Europe de l’Est. Une partie des interventions est disponible en ligne sur ce blog.

Les Actes complets du colloque seront publiés très prochainement en version papier.

Programme

Vendredi 25 octobre 2013

8h30 – Accueil des participants

9h00 – 10h00 : Séance inaugurale

Ouverture :
Saâd CHARIF D’OUAZZANE, Président de l’Université Hassan II, Mohammedia-Casablanca
Rachida NAFAA, Doyenne de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université Hassan II, Mohammedia
Jean-Pierre DOZON, Directeur scientifique de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, Directeur d’études à l’EHESS, Paris

Présentation de l’organisation des deux journées de colloque:
Kamal MELLAKH, Professeur, Département de Sociologie, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Mohammedia, Université Hassan II Mohammedia-Casablanca

10h15 – 12h45 : Session 1 : Histoire des relations politiques et universitaires entre les pays du grand Maghreb  et les pays de l’ex-bloc soviétique
Présidente : Rahma BOURQIA, Université Mohammed V, Rabat

Introduction :
Michèle LECLERC-OLIVE, Centre National de la Recherche Scientifique, IRIS, RIAE
Quelques données sur les flux d’étudiants
Houda BEN HAMOUDA, Université  de Paris I, Panthéon Sorbonne, IRICE
Les relations culturelles et politiques de la Tunisie avec les pays de l’ex-bloc soviétique (1956- 1989)
Nejmeddine KAZDAGHLI, Université de Carthage, Institut Supérieur des Langues, Tunis
Histoire des  Relations Tuniso-Russes pendant le Protectorat français en Tunisie (1917-1956).
Amélie REGNAULD, Université  de Paris I, Panthéon Sorbonne, IRICE
Les Egyptiens formés en RDA, 1969-1989 : les limites du « remodelage socialiste »
Ekaterina DEMINTSEVA, Académie des Sciences de Russie, Institut d’Afrique, Centre d’histoire et d’anthropologie culturelle,  Moscou
Politique de l’Union Soviétique envers les pays du Maghreb et de l’Afrique Sub-saharienne dans les années 1960-1980 : le cas des étudiants africains en URSS
Constantin KATSAKIORIS, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris- Athènes
L’Université de l’amitié des peuples à Moscou. Discrimination positive ou discrimination tout court ?
Sergey MAZOV, Académie des Sciences de Russie, Institut d’histoire mondiale, Centre d’études africaines
Etudiants du Maghreb et d’Afrique sub-saharienne en URSS au début des années 1960. Problèmes d’adaptation
Discutant : NIkolay DOBRONRAVIN, Université de l’Etat de Saint-Petersbourg, Faculté des Relations Internationales

14h15 – 15h30 : Session 2 : Devenir professionnel et politique des diplômés maghrébins et sub-sahariens formés en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est.  Première partie : ‘Destins maghrébins’
Président : Hassan RACHIK, Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales, Université Hassan II, Ain Chok Casablanca

Saphia AREZKI, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Cemaf
Militaires algériens formés en URSS durant la décennie 1960. Enjeux et trajectoires.
Hocine LABDELAOUI, Université Alger 2, Laboratoire de changement social
Natacha et les autres, l’intégration des épouses d’Algériens diplômés des universités de l’ex URSS et  des pays de l’Europe de l’Est
Kamal MELLAKH
Trajectoires sociales de trois générations de pharmaciens marocains formés en ex-URSS/Russie
Nikolay SOUKHOV, Académie des sciences,  Institut d’Afrique, Moscou et  Rossotroudnitchestvo
Les destins professionnels et sociaux des promus marocains des écoles supérieures de l’URSS / Russie
Discutante : Ekaterina DEMINTSEVA

15h45 – 18h00 : Session 2 : Devenir professionnel et politique des diplômés maghrébins et sub-sahariens formés en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est.  Deuxième partie : ‘Destins subsahariens’

Patrice YENGO, Centre d’Etudes Africaines, Paris, Université Marien Ngouabi, Brazzaville,  RIAE et Robert E. ZIAVOULA, INALCO, Histoire, Sociétés, Territoires du Monde, RIAE
« Etudier communiste, travailler capitaliste ». Sur quelques itinéraires « français » de médecins congolais formés dans les anciens pays du bloc soviétique
Rémy BAZENGUISSA GANGA, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Centre d’études africaines, RIAE
Les élites congolaises formées en URSS : éléments pour une approche comparative
Abel  KOUVOUAMA, Université de Pau et des Pays de l’Adour, UFR des Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sports, Pau, RIAE
Trajectoires intellectuelles et/ou politiques  des élites congolaises formées en URSS et en RDA : l’exemple au sein du département de philosophie de l’Université de Brazzaville
Adam MAHAMAT, Université de Maroua, Cameroun
Universitaires du Nord Cameroun  formés en URSS : itinéraires et insertion professionnelle
Pascal BIANCHINI, Lycée Jean Mermoz, Dakar, SEDET, (Université Paris VII), RIAE
Les premiers étudiants sénégalais en URSS (de la fin des années 1950 à la fin des années 1960). Retour sur la genèse d’une intelligentsia périphérique.
Mihaï Dinu GHEORGHIU, Université de Iasi, Roumanie, RIAE,  Adrian NETEDU, Université de Iasi, Roumanie, RIAE
Les étudiants africains en Roumanie de 1970 à 1990.
De l’internationalisme à la professionnalisation – l’exemple des études de médecine
Discutant : Elieth P. EYEBIYI, Groupe de recherche sur les transformations du travail, des âges, et des politiques publiques (Transpol), Montréal, RIAE

18h00 – 19h00 : Intervention Témoins première journée

Samedi 26 octobre 2013

9h00 – 10h30 : Session 3, première partie : Etudiants maghrébins et subsahariens : histoires, parcours et expériences spécifiques ?
Président : Patrice YENGO

Elizabeth BISHOP, Université d’état du Texas, San Marcos
Journaliste, docker,  ouvrier agricole: Kateb Yacine entre la France et l’URSS
Michèle LECLERC-OLIVE
Gabriel Cissé. L’autobiographie et ses temporalités
Tassadit YACINE, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Laboratoire d’anthropologie sociale,  RIAE
Formation universitaire en URSS ou conversion du regard sur le monde social : l’exemple de deux itinéraires emblématiques
Tassé ABYE, Université de Nouakchott, RIAE
Abdoul : Trajectoire sociale et politique d’un étudiant éthiopien formé en URSS
Lucette LABACHE, RIAE
Parcours migratoires des Réunionnais formés dans les pays de l’Est
Discutante : Monique de SAINT MARTIN, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, IRIS, RIAE

10h45 – 12h45 : Session 3, deuxième partie : Etudiants maghrébins et subsahariens : histoires, parcours et expériences spécifiques ?

Anna SIIM, Académie des Sciences de Russie, Musée d’Anthropologie et d’Ethnographie Pierre le Grand (Kunstkamera), Centre d’Etudes en Anthropologie Politique et Sociale, Nikolay DOBRONRAVIN
Les élites africaines entre deux mondes: l’expérience de vivre après leurs études estudiantines
Svetlana DIMITROVA, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, Paris, RIAE
Ressortissant d’Afrique, formé en URSS, immigrant au Québec. Itinéraires entre trois mondes.
Touria HMIZA, Université Hassan II Mohammedia, Faculté des lettres et Sciences Humaines, Maria TOUFIK, Université Hassan II Mohammedia, Faculté des lettres et Sciences Humaines
Etudiants marocains en URSS: les raisons du choix du départ et problèmes d’insertion professionnelle liés à la langue de formation  (titre provisoire)
Natalia KRYLOVA, Académie des sciences de Russie, Institut d’Afrique, Moscou
La langue russe comme outil d’adaptation dans le milieu des étudiants africains
Boubacar NIANE, Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation, Dakar, RIAE, Manétou NDIAYE, Université Cheikh Anta Diop, Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation, Dakar
De l’usage de la langue de formation chez les anciens étudiants sénégalais dans les pays de l’Est
Discutante : Grazia SCARFO GHELLAB, Ecole Hassania des Travaux Publics, RIAE

14h15 – 16h30 : Session 4, Le groupe socio-professionnel des ingénieurs
Président : Kamal MELLAKH

Eric GOBE, Centre national de la recherche scientifique, Centre Jacques Berque
Introduction à la session. Les ingénieurs au Maghreb
Grazia SCARFÒ GHELLAB
Le diplôme d’ingénieur est-il un moteur de mobilité sociale? Le cas des ingénieurs formés en URSS et en France.
Elieth P. EYEBIYI
Itinéraires professionnels et politiques d’ingénieurs béninois formés dans les pays de l’Est : le retour des cadres « rouges » entre intégration dans le public et désintégration dans le privé?
Tatiana SMIRNOVA, Ecole des hautes études en sciences sociales, RIAE
Ingénieurs maliens au début des années 1990 en URSS : esprit militant et parcours professionnels
Jean-Bernard OUEDRAOGO, Centre national de la recherche scientifique, LAIOS-IIAC, RIAE
Science en contexte : une aventure sahélienne de l’agronomie soviétique
Ekaterina SMIRNOVA, European University, Saint Petersbourg, RIAE
Les étudiants ingénieurs d’Éthiopie dans l’Université de Transport à Saint Pétersbourg
Discutante : Yamina BETTAHAR, Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, UMR 7117 (CNRS), Université de Lorraine

16h45 – 17h45 : Intervention Témoins deuxième journée

17h45-18h30 : Bilan final du colloque – Perspectives

Introduction de Jean-Pierre DOZON

INTRODUCTION

Jean-Pierre DOZON

Je voudrais tout d’abord, au nom de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et au nom de son administrateur Michel Wieviorka, remercier les organisateurs de ce colloque, tout particulièrement l’Université Hassan II Mohammedia-Casablanca, de m’y avoir invité et de m’avoir proposé de livrer quelques réflexions introductives sur ce qui l’a motivé et qui a suscité, je crois, un grand intérêt, peut-être même un grand engouement tout à la fois politique et intellectuel.

Au préalable, je voudrais également dire quelques mots au sujet de ce que l’on appelle plus communément la FMSH, puisque c’est elle qui, depuis le début, a porté ce projet couramment dénommé ELITAF et qui s’efforce de lui donner les plus larges développements possibles. Comme vous le savez certainement, la FMSH, qui a été fondée par Fernand Braudel voici exactement 50 ans – un demi-siècle d’existence – presque de la « longue durée », que nous venons de commémorer par un grand colloque international dédié à « Penser Global », mais l’année n’étant pas achevée (ce colloque-ci participe aussi à cet anniversaire), la FMSH est au service de la communauté des sciences humaines et sociales, à Paris, en France, mais aussi au niveau international. Ce dont témoignent sa bibliothèque, ses éditions et son rôle de diffuseur des presses universitaires françaises, sa maison de résidence dite Suger, ainsi que tout un ensemble de relations et de programmes internationaux qui, au travers d’invitations de « visiting scholars », de bourses post-doctorales et maintenant son Collège d’Etudes Mondiales, permettent à des collègues du monde entier de séjourner en France.

Mais la FMSH a eu, et a plus que jamais, pour mission d’initier des programmes de recherche ou, plus précisément, d’être attentive à des thématiques innovantes, de les soutenir matériellement autant qu’il lui est possible de le faire : c’est ce que nous appelons sa mission d’incubation.

Si j’évoque cette mission particulière, c’est que, précisément, elle correspond parfaitement à ce qui s’est passé avec le projet ELITAF. Lorsque, voici trois ans, des collègues, dont Patrice Yengo et Michèle Leclerc-Olive, m’ont parlé de travailler sur une thématique de recherche portant sur les nombreux étudiants africains, donc d’une partie des élites africaines, qui ont été formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique ou communiste depuis les indépendances jusqu’à la chute du mur du Berlin, j’ai été tout simplement enthousiasmé.

Il s’agissait là d’une thématique, oserais-je dire d’évidence, qui était là devant les yeux des chercheurs, historiens, sociologues, politologues, depuis déjà pas mal de temps, et qui n’était pas traitée, à peine était-elle entrevue. En effet, et je parle ici pour mon propre compte, c’est-à-dire pour moi qui travaille en Afrique et sur l’Afrique depuis quarante ans, qui dispose en principe de quelques connaissances, notamment sur le fait que l’ex-bloc soviétique eut une forte influence sur le continent africain pendant plusieurs décennies (et de surcroît pour moi qui ai rencontré pas mal de collègues africains qui ont fait leurs études dans les ex-pays soviétiques, y compris des collègues originaires de pays qui n’avaient pas choisi la voie socialiste), il était patent en effet qu’il y avait là un sujet, une thématique de première importance dont auraient dû ou pu se saisir nos disciplines dès les années 90. Il y aurait, par conséquent, sans doute lieu de s’interroger sur les raisons qui ont fait que cette thématique d’évidence ne se soit pas imposée plus tôt. Peut-être cela a à voir avec l’échec du système soviétique lui-même, comme si cet échec affectait tous ceux qui avaient eu quelques liens avec ledit système et ne méritait pas qu’on en exhume trop rapidement la mémoire.

Mais quoiqu’il en soit, maintenant c’est fait, le programme existe, des réseaux de chercheurs se sont constitués, et ce colloque témoigne de leur dynamisme.

Permettez-moi maintenant d’aborder plus directement ce programme ELITAF. Et, sans trop vouloir m’immiscer dans les travaux de recherche qui vont être présentés ici durant ces deux jours, il m’apparaît que trois grandes perspectives sont susceptibles de le guider.

La première, c’est celle qui a déjà fait l’objet de pas mal d’enquêtes et de collectes de récits, en l’occurrence c’est celle qui porte sur ce qu’ont représenté en termes d’expériences individuelles ces années d’étude passées en Russie, en RDA, en Pologne, en Roumanie, etc., expériences d’apprentissage d’une nouvelle langue, expérience de formation disciplinaire ou professionnelle proprement dite, expériences relatives à la vie quotidienne, expériences de rencontres avec des étudiants d’autres pays et d’autres continents, rapports avec leur pays d’origine, etc., toutes choses qui ont constitué des épisodes biographiques particulièrement denses et qui ont certainement, pour beaucoup d’étudiants africains, profondément marqué leur parcours professionnel et existentiel. Dans cette première perspective, il me semble qu’il serait utile de s’intéresser à ceux qui ont eu la double expérience d’une formation, dans un des pays de l’ex-bloc soviétique et d’une autre dans une université ou une Grande École de l’ex-puissance coloniale, de voir avec eux quel type de mises en regard ils ont pu faire, comme il serait intéressant de croiser les expériences à différents moments des trois décennies considérées.

En tout état de cause, on pourrait suggérer que, par rapport à aujourd’hui, où les études sur les migrations internationales font florès, constituant l’un des thèmes majeurs dédiés à la globalisation, à ce que d’aucuns appellent la « modernité cosmopolite », ces étudiants africains, allant se former dans les ex-pays du bloc soviétique, ayant parfois fait la double expérience d’une formation dans l’un de ces pays et en Europe, étaient déjà des représentants, oserai-je dire avant-coureurs, de cette modernité cosmopolite. Dans les années 60-70, il n’y avait certainement pas – pas plus qu’aujourd’hui du reste – beaucoup d’étudiants européens ou nord-américains à aller suivre leurs études de l’autre côté en Russie et dans ses pays satellites.

La seconde perspective, plus historienne, devrait consister à placer ce corpus d’expériences dans la plus longue durée des relations de l’ex-bloc soviétique, spécialement de la Russie avec l’Afrique. Car ce n’est pas, comme vous le savez, des années 60, avec l’avènement des indépendances africaines et des diverses coopérations soviéto-africaines, ou encore avec l’instauration de régimes socialistes en Afrique, que datent ces relations. Cela remonte bien avant, même si l’URSS paraissait bien loin d’être au premier plan de l’histoire tourmentée du continent africain. Sans remonter à Abraham Hannibal, l’ancêtre africain du grand écrivain russe Pouchkine, je dirais que c’est parce que l’URSS n’était pas une puissance coloniale, à tout le moins en Afrique ou dans d’autres régions du Sud, parce qu’au contraire elle incarnait une révolution et une doctrine, le marxisme-léninisme, qui condamnaient l’impérialisme, « stade suprême du capitalisme » suivant la célèbre formule de Lénine, qu’elle eut très tôt une forte influence en Afrique, précisément parmi ceux qui allaient constituer les premières élites africaines. Et son influence, l’URSS l’eut souvent indirectement, notamment par le biais des partis communistes occidentaux qui lui étaient peu ou prou inféodés et qui se mêlèrent peu ou prou des entreprises coloniales de leur propre pays. Je pense ici tout particulièrement à la France et à son Parti communiste.

Elle l’eut également par l’entremise de l’Internationale communiste, ainsi et peut-être surtout, par de grands intellectuels afro-américains ou caribéens qui, pour lutter notamment contre la ségrégation de l’autre côté de l’Atlantique devinrent communistes, mais qui, ce faisant, se sont étroitement mêlés de la condition qui était faite aux colonisés en Afrique même par l’imperium européen. Je songe à des personnalités comme W.E.B du Bois et Georges Padmore, tous deux résolument communistes, et tous deux grand acteurs du mouvement panafricain avant et surtout après la Seconde Guerre mondiale : un mouvement qui, au-delà de la libération des tutelles coloniales, devait faire accoucher quelque chose comme des États-Unis d’Afrique, mais des États-Unis d’Afrique qui, différemment des États-Unis d’Amérique, devaient suivre une voie nettement socialiste.

Entre les États-Unis d’Amérique, l’Europe, l’Afrique et l’URSS, il y eut donc très tôt, dès les toutes premières décennies du XXe siècle une circulation d’idées et d’espérances qui prirent une dimension qu’on dirait aujourd’hui assez volontiers globale. En tout état de cause, cette circulation d’idées, principalement marxistes, anticipa le départ de ces étudiants africains vers les ex-pays du bloc soviétique dans les années 60-70. C’est dire aussi bien – et c’est cela dont il conviendrait de prendre plus précisément la mesure – que nombre d’entre eux allaient dans cette région du monde qui incarnait l’idéologie ou l’imaginaire politique qui avait façonné leurs ainés, mais auquel ils adhéraient eux-mêmes encore pour une large part.

En quoi leurs expériences d’étudiants les confortèrent-ils dans leur adhésion au marxisme, ou en quoi au contraire elles les édifièrent, sinon dans son rejet, du moins dans une forte mise à distance ? Cela demanderait à être examiné de près, sans doute au-delà même de cette alternative.

La troisième perspective du projet ELITAF devrait, à mon sens, porter sur le retour des étudiants africains dans leur pays d’origine. D’abord pour appréhender la manière dont ils se sont confrontés aux étudiants qui ont fait d’autres expériences, notamment celles d’avoir suivi leurs études supérieures dans les Universités des ex-puissances coloniales. Mais ensuite pour examiner la façon dont, nantis de leur formation spécifique, ils ont plus particulièrement œuvré à la mise en place de leurs États nationaux respectifs et de leurs politiques publiques. Je pense ici tout spécialement à ceux qui sont partis dans les ex-pays de l’Est au tout début des indépendances africaines et dont les pays d’origine, comme le Mali, la Guinée, le Ghana, la Tanzanie, l’Algérie, très vite également le Congo-Brazzaville, le Bénin ou l’Éthiopie, ont choisi la voie socialiste et ont tissé des liens de coopération avec l’Union soviétique, voire avec la Chine populaire. Qu’est-ce qu’a réellement voulu dire l’application ou la mise en œuvre du marxisme-léninisme dans tel ou tel pays africain et quel rôle ont joué, dans cette mise en œuvre, ceux-là mêmes qui s’y étaient concrètement frottés ?

Je suis évidemment sûr que les perspectives que je me suis permis de tracer, et dont je sais que certaines ont été déjà bien entamées, ne couvrent que partiellement les pistes de recherches que le programme ELITAF est susceptible d’explorer. Je trouverais par exemple intéressant que l’on croise les expériences des étudiants africains dans les pays de l’ex-bloc soviétique avec celle des coopérants venant de ce bloc, spécialement de la Russie, ayant travaillé durant la même période dans certains pays africains.

Bref, il y a beaucoup de choses à faire, mais beaucoup de pistes ont déjà été pas mal défrichées. J’arrête donc là mon intervention en vous souhaitant, en nous souhaitant un excellent colloque, et en remerciant à nouveau très sincèrement ses organisateurs et l’Université Hassan II Mohammedia-Casablanca de m’y avoir invité.

BIANCHINI Pascal

Une autre aventure ambiguë :

les étudiants sénégalais de l’autre côté du « rideau de fer »

Un aperçu de la variabilité de l’expérience du « socialisme réel »
à travers quelques trajectoires biographiques.

Pascal BIANCHINI

« De toutes les illusions, la plus périlleuse consiste à penser qu’il n’existe qu’une seule réalité. En fait, ce qui existe, ce sont différentes versions de la réalité, dont certaines peuvent être contradictoires, et qui sont toutes l’effet de la communication et non le reflet de vérités objectives et éternelles. »

            Paul Watzlawick

Introduction

Il est difficile d’évaluer avec précision le nombre de Sénégalais ayant effectué des études dans les pays de l’Est durant les décennies de « socialisme réel ». Comparée à d’autres flux, notamment ceux orientés vers la France, cette expérience est demeurée largement minoritaire. Néanmoins, on peut estimer que ce sont des centaines de « cadres » sénégalais qui ont été formés à l’Est[1]. Cette imprécision numérique renvoie à une ambivalence structurelle de ces migrations étudiantes qui se sont effectuées par deux voies différentes : certains sont partis par le biais de bourses distribuées par des organisations partisanes d’obédience communiste (liées aux « partis frères » et à leurs organisations satellites ayant leur siège dans des pays de l’Est comme l’Union internationale des étudiants à Prague), tandis que d’autres l’ont été dans le cadre de relations bilatérales entre États.

L’angle choisi ici est la mise en perspective de différentes expériences d’études et de vie quotidienne de l’autre côté du rideau de fer ainsi que de différentes trajectoires politiques et professionnelles d’anciens étudiants venus du Sénégal. Ces derniers ont été choisis en fonction de l’époque où ils ont effectué leurs études ainsi que de leur positionnement politique, puis de leur trajectoire ultérieure[2].

Cependant, avant de s’intéresser à des cas individuels, il est nécessaire de rappeler quelques éléments d’une histoire socio-politique dans laquelle s’inscrivent ces trajectoires singulières.

 

Le contexte socio-politique africain et sénégalais : la référence au modèle du socialisme de l’Est en liaison avec la lutte politique anticolonialiste

Dès l’entre-deux-guerres, une première génération militante africaine, dominée par des figures telles que Lamine Senghor, Tiemoko Garang Kouyaté pour les territoires colonisés par la France, a tenté de lutter contre un colonialisme alors au faîte de sa puissance et, pour cette raison, elle a noué des relations avec l’Internationale communiste (Dewitte, 1985 ; Sagna, 1986). Cependant, cette génération évoluant essentiellement au sein de diasporas en dehors de l’Afrique, est demeurée numériquement faible et n’a pas eu d’héritiers directs. Néanmoins, dès cette époque, sont apparues des contradictions entre les objectifs de ces pionniers de l’anticolonialisme et ceux de l’Internationale communiste, qui a parfois mis en sourdine cette ligne idéologique en fonction d’autres orientations, notamment durant la période des « fronts populaires » ou durant la Seconde guerre mondiale lorsque l’URSS s’est alliée avec les puissances occidentales (Padmore, 1960 : 157).

Juste après la guerre, une autre expérience de mise en contact entre des militants africains et le mouvement communiste a été celle des Groupes d’études communistes (GEC) et de l’« apparentement » entre le Rassemblement démocratique africain (RDA) et le parti communiste (Suret-Canale, 1994 ; Bianchini, 2011 : 61-69).

À partir du milieu des années 1950, notamment à partir de 1956 avec la prise de position décisive de l’URSS contre l’opération franco-britannique de Suez, le soutien de cette puissance apparaît déterminant pour les mouvements nationalistes qui revendiquent une indépendance de leurs territoires en rupture avec la tutelle coloniale (Katsiakoris, 2006). Mais pour situer plus précisément les premiers départs d’étudiants sénégalais vers les pays du bloc soviétique, il faut se référer à une génération militante apparue avec la création du Parti africain de l’indépendance à Thiès (PAI) en 1957[3]. On peut résumer le credo politique du PAI à la revendication de l’indépendance immédiate, avec en arrière-plan la perspective de la construction du socialisme. Le PAI a connu un essor rapide surtout en milieu urbain, au sein des étudiants, notamment la Fédération des étudiants d’Afrique noire (FEANF) et l’Union générale des étudiants d’Afrique de l’Ouest (UGEAO), ainsi qu’auprès des syndicalistes de l’Union générale des travailleurs d’Afrique noire (UGTAN). Il a joué un rôle déterminant dans la vie politique de ces années-charnières, notamment dans l’organisation de la manifestation des « porteurs de pancarte » hostiles au vote en faveur de la Communauté franco-africaine lors de la visite de De Gaulle à Dakar, le 26 août 1958. Deux ans plus tard, la proclamation des résultats électoraux (la victoire du parti au pouvoir, l’Union progressiste sénégalaise, sur le PAI) lors des municipales du 31 juillet 1960, est à l’origine de manifestations, voire d’émeutes, à Saint-Louis. À la suite de cette affaire, le parti a été dissous.

Relégué dans la clandestinité, le PAI a connu une phase de crise interne, avec la rupture entre Majhmouth Diop, le leader historique en exil et la majorité des cadres du parti. Une tentative de guérilla qui a tourné court en 1964-1965 a aussi contribué à décrédibiliser le PAI (Dieng, 2011 : 134-139). En l’absence de Majhmouth Diop, la direction a été reconstituée en 1967 avec Seydou Cissokho et Amath Dansokho, le parti prenant alors le nom de PAI-Sénégal. L’affaiblissement du PAI a eu lieu alors que, par ailleurs, la contestation du régime en place était forte et atteignait son paroxysme en 1968-1969 (Bathily, 1992 : 30-31). Quelques années plus tard, en 1974, on a assisté à une nouvelle scission, conduite par les leaders étudiants du Mouvement des élèves et des étudiants du PAI (MEEPAI) et certains syndicalistes, qui a abouti à la formation d’une nouvelle organisation, la Ligue démocratique[4]. Ces différentes fractions du PAI se sont réclamées du marxisme soviétique.

Ainsi, ce sont souvent certains de leurs militants étudiants (ou syndicalistes) ou sympathisants qui sont partis étudier dans les pays de l’Est avec des bourses offertes par l’intermédiaire de ces organisations partisanes. À cela s’est ajouté le développement de relations de coopération entre ces pays de l’Est et le Sénégal, qui a favorisé l’envoi d’étudiants sénégalais dans ces pays socialistes. L’impulsion donnée à ces relations est souvent reliée à la tournée effectuée au cours de l’été 1962 par Mamadou Dia (Ndiaye, 1962). En réalité, elles ont mis quelques années à se développer. Elles traduisaient cependant une évolution vers une normalisation et une compétition plus pacifique dans le contexte toujours maintenu de la guerre froide. Ainsi l’URSS a cherché dès la première décennie de l’indépendance à développer des relations bilatérales avec le gouvernement sénégalais au détriment des relations privilégiées avec le PAI (Legvolt, 1970 : 336). On constate ainsi que la filière partisane du recrutement des étudiants sénégalais en URSS a précédé le développement de flux de boursiers d’État. Cependant, on constate aussi que cette première filière s’est maintenue jusque dans les années 80 et que des militants d’organisations liées au modèle socialiste des pays de l’Est ont parfois bénéficié de ces bourses d’État, comme le montrent certains exemples de trajectoires biographiques qui vont être présentés.

Un aperçu de la variabilité de l’expérience des étudiants sénégalais dans les pays de l’Est

Je présenterai ici successivement différentes trajectoires biographiques situées à différentes époques des années 60 aux années 80 et en différents lieux de l’autre côté du rideau de fer. Il s’agit nécessairement de récits très condensés par rapport à l’intégralité du contenu des entretiens[5]. À cinq trajectoires biographiques dont j’ai recueilli le récit, s’ajoute une sixième contenue dans un ouvrage qui est à la fois une autobiographie et l’histoire d’une génération politico-intellectuelle (Sadji, 2006)[6].

Expérience n° 1 : né en 1935, Amadou Booker Sadji est le fils d’Abdoulaye Sadji, instituteur et écrivain pionnier de la littérature sénégalaise. Proche de Senghor en tant qu’homme de lettres, Abdoulaye Sadji a cependant choisi de rejoindre le PAI à la suite des événements de Saint-Louis en 1960 et de l’interdiction du parti. Amadou Booker (prénommé ainsi par son père en l’honneur de Booker T. Washington) a été élève au lycée Faidherbe de Saint-Louis, puis à Dakar au lycée Van Vollenhoven. En 1956, il part faire des études d’allemand en France à Toulouse où il est un militant actif de la FEANF. Membre du comité de rédaction du journal l’Étudiant d’Afrique noire, et invité à ce titre au Festival mondial de la jeunesse et des étudiants organisé à Moscou au cours de l’été 1957, il rencontre Jiri Pelikan, qui, avant de devenir la figure emblématique du « printemps de Prague », était alors à la tête de l’Union internationale des étudiants à laquelle avait adhéré la FEANF. C’est sur les conseils de ce dernier qu’il part à Leipzig en 1957 poursuivre ses études d’allemand. Sur le plan politique, il est le secrétaire général de la section du PAI en République démocratique allemande constituée surtout d’étudiants guinéens. D’une adhésion sans recul au « camp socialiste » associé alors au mouvement pour l’indépendance immédiate des territoires coloniaux sous domination occidentale, A.B. Sadji va évoluer vers une attitude critique croissante à l’issue de son expérience vécue du socialisme réel. Il y découvre certains travers qu’il n’imaginait pas, notamment le problème du racisme[7] ou encore l’octroi de privilèges matériels à l’élite dirigeante. À cela, s’ajoute sans doute l’effet conjugué de deux influences : celle des étudiants guinéens du PAI en conflit avec Sekou Touré dès 1961, suite à l’implication de ce parti dans le « complot des enseignants » (Bianchini, op. cit., 2011 : 98-109) et celle de son professeur Hans Mayer qui a dirigé sa thèse, passé à l’Ouest peu de temps avant la soutenance finale, ce qui a failli empêcher l’aboutissement de ses sept années d’études à Leipzig.

Marié depuis 1960 à une femme allemande, il rentre en mars 1964 « totalement désillusionné  quant au socialisme ». Il connaît ensuite des difficultés pour faire reconnaître ses diplômes. Il est recruté comme enseignant au lycée de Kaolack sans que le problème ne soit réglé. Ce n’est qu’à l’issue d’un séjour en France (!) de 1967 à 1970, terminé par un stage d’homologation qu’il peut valider ses diplômes. Il intègre l’université comme assistant en 1972 avec la création du département de langues et de civilisations germaniques, et accède quelques années plus tard au poste de chef de département. Sur le plan politique, il est resté à son retour quelques années encore au PAI pour ensuite rejoindre les rangs du Parti démocratique sénégalais (PDS) lors de sa création en 1974. Secrétaire national à l’organisation, il est lassé par l’autoritarisme d’Abdoulaye Wade et démissionne de ses fonctions en 1978. En 1981, il se laisse coopter au sein du nouveau régime d’Abdou Diouf à la tête d’un Groupe de recherches et d’échanges pour un Sénégal nouveau (GRESEN), en compagnie de personnalités comme celle d’Iba Der Thiam, ministre de l’Éducation nationale de 1983 à 1988. À nouveau déçu par cette incursion en politique en 1983, il quitte cette structure pour ne plus apparaître sur la scène politique. Il décède en 2010.

Expérience n° 2 : né en 1934, Souleymane F. est le fils d’un homme politique de premier plan durant les années 1950. Après des études au lycée Faidherbe à Saint-Louis, il termine sa scolarité secondaire en France au cours des années 50, puis entame des études de droit à Paris et à Dijon. Il milite alors à l’Union des étudiants communistes et au PAI. En 1961, il obtient une bourse pour l’URSS par l’intermédiaire du parti. Pour s’y rendre, il a dû transiter par la Guinée où le PAI avait un représentant qui s’occupait des formalités de voyage. À son arrivée, les Sénégalais n’étaient pas nombreux. Il a croisé Khila Dièye, un étudiant en mathématiques, le pionnier des étudiants sénégalais en URSS, alors sur le départ, et il se souvient avoir figuré dans ce qui devait être la première tentative cinématographique de Sembène Ousmane venu se former en URSS. Il a suivi des études en économie à l’université d’État Lomonosov après avoir appris, comme les autres étudiants étrangers, la langue russe dans le cadre de la faculté préparatoire de l’Université de l’amitié entre les peuples, plus connue sous le nom d’Université Lumumba. Il obtient une maîtrise d’économie spécialisée dans le domaine de la planification en1966. Le cursus normal était de cinq ans, mais il a pu gagner une année en passant par anticipation les examens de deuxième année. Il est venu en Union soviétique avec son épouse sénégalaise qui a étudié le russe (elle est devenue professeure à son retour au Sénégal). Il a fait venir ses deux enfants, ce qui n’a pas posé de problèmes aux autorités. En revanche, au sein de la section du PAI en URSS, ce regroupement familial a été la cause (ou le prétexte) d’un conflit avec un des leaders du parti, le Nigérien Abdou Moumouni. Exclu du PAI, il n’a plus jamais milité dans un parti politique. Cette exclusion ne l’a pas empêché de figurer dans le bureau de la Fédération des étudiants africains en URSS réunissant des étudiants de différentes nationalités durant les années 60[8].

À la différence de A. B. Sadji qu’il a bien connu, il n’a pas ressenti de désillusion à l’issue de cette expérience. Il n’a jamais eu à se plaindre des relations avec la population ou avec les autorités. Il maintient qu’il n’y avait pas de racisme à son époque (« Vous sortez, vous allez au marché, vous rencontrez des Soviétiques. Et vous avez des rapports très corrects et courtois. Des fois même vous êtes gênés parce qu’on vous donne une préférence (…) J’ai entendu après, bien après, qu’il y aurait des problèmes de racisme… »[9]). Dès son retour au Sénégal, il est recruté comme agent contractuel au ministère du Plan. Se pose alors le problème de l’équivalence de son diplôme : à la suite d’une commission présidée par le ministre de tutelle, Amadou Mahtar M’Bow et d’un avis conforme rendu par des professeurs de la Sorbonne, sa maîtrise est finalement reconnue en 1967. Cette équivalence lui permet de passer un diplôme d’études supérieures à l’Université de Dakar, malgré l’opposition au moment de l’inscription et la notation en dessous de la moyenne à l’examen du professeur français qui dirigeait ce DES. Sur le plan professionnel, après avoir occupé différents postes comme celui de conseiller économique et financier au sein du ministère du Plan, puis auprès du Premier ministre, il poursuit à partir de 1972 sa carrière au sein d’une des principales banques du Sénégal jusqu’au poste de directeur.

Expérience n° 3 : Amadou N. est né en 1946 d’un père qui était un petit fonctionnaire militant à l’Union démocratique sénégalaise (UDS), la section sénégalaise du RDA, dont la carrière a eu à souffrir de cet engagement politique. Après des études secondaires au lycée de Thiès puis de Kaolack, il a obtenu une bourse d’État pour l’URSS[10]. Arrivé en 1967, il a d’abord suivi la faculté préparatoire à l’Institut agricole du Kouban. Ensuite, il a poursuivi ses études à l’Académie des sciences agricoles de Moscou où il a obtenu son diplôme d’ingénieur agronome en 1973. Il s’est marié en 1970 avec une femme originaire d’Ukraine et qui était étudiante dans la même institution. La vision positive (pour ne pas dire idyllique) qui se dégage de son témoignage provient en partie de cette expérience matrimoniale : à travers la rencontre avec son épouse, il a rencontré une société soviétique « ouverte sur le monde ». (Les Soviétiques n’ont pas une civilisation de particularisme religieux, ethnique ou racial. Ils n’ont pas eu cette éducation. Les jeunes Soviétiques à l’époque n’avaient pas du tout ça. D’où un accès facile qu’ils avaient à l’étranger… Ma femme m’a dit que la première fois qu’elle a connu quelque chose du Sénégal, c’était à travers un livre d’Ousmane Sembène ‘Ô pays ô mon beau peuple’ […]). Il reconnaît qu’il y a eu des problèmes de racisme (voire un cas de crime raciste), mais sous la période antérieure à Brejnev. Ensuite, la fermeté des autorités aurait eu un effet dissuasif (« Et à l’époque, si tu disais à quelqu’un qu’il est raciste, il rougit, il te prie de ne jamais… parce que je t’assure, les gens étaient très stricts. »)

À la tête de l’Association des étudiants sénégalais en URSS, il a souvent participé à des conférences, à des rencontres avec des personnalités du mouvement communiste international, des syndicalistes, des dirigeants des mouvements de libération nationale. Il n’a pas ressenti de monolithisme idéologique (« Ma formation politique a beaucoup gagné d’avoir participé à ces débats contradictoires avec des personnalités de l’Union soviétique, des mouvements de libération, du Parti communiste français »…) Sur le plan de l’appartenance politique, il avait adhéré au PAI avant son départ et il y est resté. Au sein du PAI-Sénégal devenu ensuite Parti de l’indépendance et du Travail, il est devenu un des ténors.

À son retour au Sénégal, il n’a pas eu de problèmes pour faire reconnaître ses diplômes. Recruté dans un organisme de recherche agronomique, il est entré en conflit avec certains membres du personnel français qui maintenaient les Sénégalais dans une position d’infériorité… Parti à nouveau se former, mais aux États-Unis cette fois, où il obtient un master d’agroéconomie en 1977, il effectue ensuite une carrière au ministère de l’Agriculture jusqu’à ce que l’entrée du PIT au sein de la coalition gouvernementale, à partir de 1991, l’amène à occuper une fonction stratégique au sein de ce ministère. « Mis au placard » au sein du ministère de l’Agriculture lorsque son parti revient dans l’opposition, la situation s’inverse à nouveau en 2000 après l’alternance électorale : le PIT revient au gouvernement et il y occupe les fonctions de directeur de cabinet au sein d’un autre ministère… Retraité de la fonction publique depuis une dizaine d’années, il est toujours actif sur la scène politique.

Expérience n° 4 : Boubacar L. est né en 1949 dans la région du Fleuve. Ses parents directs étaient des paysans, mais il a été élevé par son oncle qui était enseignant. Après des études au lycée Faidherbe de Saint-Louis, la poursuite de ses études à l’université de Dakar est perturbée par deux années successives de crise universitaire en 1968 et en 1969. N’ayant pas obtenu la bourse pour la France à laquelle il pouvait prétendre vu ses résultats, il part en URSS avec une bourse d’État. Après discussion avec des camarades sur les besoins en cadres nationaux, il choisit de faire des études de géologie à Leningrad. À l’issue d’une formation de cinq ans (précédée d’une formation préparatoire en russe), il obtient le titre d’ingénieur géologue spécialisé dans la prospection minière en 1976. Sa formation lui a permis de voyager souvent pour effectuer des stages dans différents sites miniers en URSS. Il a pu ainsi constater certaines faiblesses en matière d’organisation de la production et de mobilisation de la main-d’œuvre. Il aborde de lui-même dans l’entretien la question du racisme, mais précise que « le problème venait des deux côtés » : d’un côté, un sentiment de supériorité de la population russe et le poids de stéréotypes à l’égard des étrangers ; de l’autre, une certaine responsabilité des étudiants africains qui avaient un train de vie qui pouvait faire des envieux, ou qui, pour certains, se livraient au commerce de produits de consommation occidentale ou encore qui se tenaient mal en public sous l’effet de l’alcool. Il n’a pas eu de conflits avec les autorités, à la rigueur des situations d’incompréhension[11]. S’il reconnaît que le système soviétique connaissait des problèmes économiques et sociaux dès son époque, il regrette la manière dont la perestroïka a été menée par Gorbatchev pour aboutir à la dislocation de l’URSS. En tout cas, il n’a « pas été du tout déçu » par le socialisme qu’il a rencontré en URSS.

En contact avec ses camarades du MEEPAI restés au Sénégal, il a suivi la scission de 1974 et s’est ainsi retrouvé à la Ligue démocratique dont il a été par la suite un des dirigeants. Il s’est occupé de l’association des étudiants sénégalais en URSS et à son retour en 1976, il a fondé une association d’anciens étudiants sénégalais en URSS (qui existe toujours).

Sur un plan professionnel, dès son retour, il a été embauché au ministère de l’Industrie comme chef de division puis, par la suite, est devenu conseiller technique. En matière de diplôme, il n’a pas eu de problème de reconnaissance mais plutôt de reclassement. Sur décision du ministre, il a finalement réussi à obtenir un contrat spécial lui permettant d’être rémunéré au niveau supérieur de la hiérarchie de la fonction publique (A1). En 1990, il a quitté la fonction publique et après avoir obtenu un diplôme du CESAG, il a travaillé dans le privé dans le domaine de la pêche.

En 1993, il est élu député. En 2000, il est nommé ministre après l’élection d’Abdoulaye Wade, jusqu’à ce que son parti quitte le gouvernement. Depuis, il est consultant international pour le BIT notamment.

Expérience n° 5 : né en 1957 dans la région du Sénégal oriental, de parents paysans, Seydou D. a pu faire des études secondaires au lycée Faidherbe. Titulaire d’un bac scientifique, il part en France pour faire une classe préparatoire (maths sup’, puis maths spé’) et intègre une école d’ingénieurs du textile à Roubaix. Ayant terminé ses études d’ingénieur en France en 1980, il désire aller voir « de l’autre côté du rideau de fer ». Pouvant obtenir une bourse par le biais du PAI dont il est membre[12], il est finalement persuadé par un de ses anciens professeurs qui travaille à l’ambassade du Sénégal en France de demander une bourse d’État. Bien qu’ayant déjà étudié le russe dans le secondaire, il doit suivre aussi les cours de langue avant d’intégrer une école d’ingénieurs à Leningrad spécialisée dans le textile. Après l’obtention de son diplôme en 1984, il revient d’abord en France pour parfaire sa formation à l’Institut d’administration des entreprises.

Durant son séjour en URSS, ses convictions idéologiques ont été profondément ébranlées. Il n’a pas supporté le racisme « primaire » qui existait selon lui chez les Russes (« Quand vous sortez par exemple, en URSS, à l’époque, on disait « Voilà le singe ! »)[13]. Il a eu aussi des problèmes avec la milice étant même accusé de fréquenter l’ambassade des États-Unis (!). Ses allers et retours fréquents en France où il était déjà marié semblent avoir suscité des suspicions de la part des autorités. Il fait état de la corruption rendue possible par le déséquilibre des revenus entre les étudiants et le corps professoral (« Vous prenez le taxi alors que le professeur d’université, il est dans le tramway avec son sac ! »). Il reproche aussi à certains étudiants africains d’avoir profité de cette situation, ce qui pouvait en retour alimenter des réactions hostiles.

Toujours membre du PAI durant son séjour en URSS[14], il quitte le parti à son retour au Sénégal. Traité de « contre-révolutionnaire » par ses anciens camarades, il juge qu’ils ne disent pas la vérité sur la réalité vécue dans les pays socialistes. Plus tard, il a effectué un « retour vers la mosquée », une évolution qui résulterait aussi de son séjour en URSS[15].

À son retour d’URSS et de France, il n’a pas rencontré de difficultés sur le plan de la reconnaissance de son diplôme, mais il a surtout subi les aléas économiques propres au secteur industriel au Sénégal. En une quinzaine d’années, il a été recruté comme ingénieur dans son domaine de spécialisation (le textile) par différentes entreprises (au nombre de cinq !) qui ont toutes fini par disparaître à la suite de problèmes de gestion, voire de détournements. Depuis plusieurs années, il est au chômage et vit une situation financière difficile, résidant dans la lointaine banlieue de Dakar, ce qui accroît la désillusion qu’il peut exprimer à propos de son expérience.

Expérience n° 6 : Lassana D. est né en 1962 au Sénégal oriental. C’est un cousin éloigné du précédent. Né de parents paysans, il a pu suivre des études secondaires grâce à son frère aîné qui était vétérinaire à Dakar. Titulaire d’un bac industriel (E) au lycée Delafosse de Dakar, il a réussi à obtenir une bourse en 1983 par l’intermédiaire du PIT dont il était membre. Il n’a pas choisi son pays de destination : la Bulgarie, ni non plus l’institution qui l’a accueilli : l’Académie des sciences sociales et de gestion sociale de Sofia. Il était d’ailleurs le premier Sénégalais à être reçu par cette institution. Malgré des réticences de la part de la direction, il a pu obtenir d’être orienté en philosophie. Au bout de cinq années d’études, il a obtenu un diplôme de maîtrise en 1988.

Il garde une impression « très positive » de ce séjour et dit même avoir été « fasciné » par un « petit pays » qui a réussi à se développer ainsi[16]. Sur le plan des contacts avec la population, il a cependant eu à souffrir d’un certain racisme (« Si on est seul dans la population, parfois on est l’objet de provocations de la part de certains éléments racistes… ») En revanche, il n’y avait aucun problème de cette nature sur le campus (« Sur le campus, tout le monde est frère. Il n’y a pas de bagarre. C’est la fraternité, l’alliance, l’amitié. »)

Il est resté membre du PIT à son retour. Il a même été envoyé durant six mois par ses camarades de parti en URSS pour observer la perestroïka en 1991. S’il reconnaît qu’existaient des défauts dans le système socialiste, il reste dans l’idée que Gorbatchev « en voulant soulever tous les problèmes en même temps » a provoqué la chute du « bastion du socialisme » qui soutenait « la tendance révolutionnaire dans les pays du monde entier ».

Son insertion professionnelle au Sénégal s’est faite avec difficulté. Son diplôme n’a pas été reconnu officiellement à son retour. Il a donc commencé par travailler comme enseignant de philosophie dans le privé à Dakar. Ensuite, il a été recruté dans l’éducation nationale comme contractuel à Kaolack, puis actuellement à Kedougou, ce qui hypothèque considérablement son projet de poursuivre ses études au niveau du troisième cycle. Il a déjà tenté le concours de recrutement de l’École normale supérieure, mais il n’a pas été pris et a remarqué avec une certaine suspicion que parmi les candidats retenus ne figurent que des titulaires d’une licence et non d’une maîtrise.

Conclusion (trop brève)[17] sur les traits communs et les divergences de l’expérience des étudiants sénégalais « de l’autre côté du rideau de fer »

« Envoyez vos étudiants à Paris et ils reviennent communistes ! Envoyez-les à Moscou et ils reviennent capitalistes. » On connaît la fameuse boutade d’Houphouët-Boigny « mi-ironique, mi-cynique » (cité, in : Koudawo, 1992 : 8). Plus sérieusement, les contradictions entre les idéaux internationalistes de la « patrie du socialisme » et l’expérience vécue des étudiants venus des pays du Tiers monde, plus particulièrement d’Afrique, ont été largement documentés par des écrits académiques, notamment en ce qui concerne la question du racisme (Koudawo, op. cit. : 113-120 ; Katsakioris, 2006 ; Hessler, 2006 ; Matusevitch, 2009 ; Kret, 2013). Or, à l’issue de cette investigation, j’ai le sentiment que cette littérature a tendance à homogénéiser des expériences qui ne sont pas convergentes et qui ne peuvent être globalement perçues comme celles de « déçus du socialisme »[18]. A travers ces différents exemples sénégalais, il apparaît que les « cadres de l’expérience » de ces étudiants partis étudier dans les pays de l’Est, caractérisés par une inclination initiale en faveur du « camp socialiste », ont assez bien résisté à la réalité, c’est-à-dire à l’expérience vécue du « socialisme réel » et, a posteriori, ce qui est plus paradoxal, à l’effondrement de ce système[19].

Ce qui était vrai avant la chute du mur de Berlin, l’est encore d’une certaine manière : « Plus que tout autre exemple politique, l’URSS se prête à un jeu de réinterprétation. » (Copans, in Laidi, 1984 : 53).

Il reste que cet héritage soviétique n’est pas évident à assumer idéologiquement, et plus encore, à transmettre à d’autres générations. On est bien loin de la période faste pour ces partis marxistes-léninistes où les performances économiques et technologiques de l’URSS et de ses satellites servaient à vanter les mérites d’une voie de développement alternative au capitalisme de l’Occident, et où ils pouvaient se présenter comme des forces en mesure de proposer un projet de société alternatif… Dans ce contexte de « postsocialisme » datant déjà de plus de vingt ans, le principal fondement de la légitimité de ces cadres formés à l’Est demeure leurs compétences acquises, valables quel que soit le système social en place[20]. On pourrait résumer la situation en disant que « le rouge n’est plus ce qu’il était mais l’expert demeure »… C’est ce qui peut expliquer aussi que, dans le champ politique sénégalais, ces partis marxistes apparaissent de plus en plus, non seulement comme des « partis d’intellectuels »[21], mais de plus en plus comme des « partis de cadres », dont l’identité idéologique est de plus en plus incertaine. Par ailleurs, on peut les considérer aujourd’hui comme des « partis générationnels » puisqu’on y retrouve les mêmes figures dirigeantes depuis les années 60-70[22]

 

Bibliographie :

Amar, Andrew Richard, « Comme Africain à l’université de Moscou », Afrique Documents, nouvelle série, 57, mai-juin 1961 : p. 104-112.

Bathily, Abdoulaye, Mai 68 à Dakar ou la révolte universitaire et la démocratie, Paris, Chaka, 1992.

Bianchini, Pascal, Jean Suret-Canale. De la Résistance à l’anticolonialisme, Paris, L’Esprit frappeur, 2011.

Camara, Sadio, L’épopée du Parti africain de l’indépendance (P.A.I.) au Sénégal (1957-1980), Paris, L’Harmattan, 2013.

Copans, Jean, « L’URSS instrument ou alibi des États d’Afrique noire », in : Laïdi Zaki, L’URSS vue du Tiers Monde, Paris, Karthala, 1984, p. 51-70.

Corten, André, Sadria Moj-ta-ba, Tahon Marie Blanche, Les autres marxismes réels, Paris, Christian Bourgois, 1985.

Dewitte, Philippe, Les mouvements nègres en France. 1919-1939, Paris, L’Harmattan, 1985.

Dieng, Amady Aly, Les grands combats de la FEANF de Bandung aux indépendances 1955-1960, Paris, L’Harmattan, 2009.

Dieng, Amady Aly, Mémoires d’un étudiant africain (Volume II). De l’Université de Paris à mon retour du Sénégal, Dakar, CODESRIA, 2001.

Diop, Majhemout, Mémoires de luttes, Paris, Présence africaine, 2007.

Fall, Mar, « Les arabisants au Sénégal. Contre élite ou courtiers », in : Otayek René, Le radicalisme islamique au sud du Sahara. Daʼwa et critique de l’Occident, Paris, Karthala, p. 197-212, 1987.

Hessler, Julie, « Death of an African Student in Moskow. Race Politics and the Cold War », Cahiers du monde russe, 2006/1 – Vol 47, p. 33-63.

Katsakioris, Constantin, « L’Union soviétique et les intellectuels africains. Internationalisme, panafricanisme et négritude pendant les années de la décolonisation, 1954-1964 », Cahiers du monde russe, 2006/1 – Vol 47, p. 15-32.

Koudawo, Fafali, La formation des cadres africains en Europe de l’Est depuis 1918, Paris, L’Harmattan, 1992.

Kret, Abigail Judge, « “We Unite with Knowledge”: The Peoples’ Friendship University and Soviet Education for the Third World », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, Volume 33, Number 2, 2013, p. 239-256.

Legvold, Robert, Soviet Policy in West Africa, Harvard University Press, Cambridge Massachussets, 1970.

Matusevitch, Maxim, « Probing the Limits of Internationalism: African Students Confront Soviet Ritual », Anthropology of East Europe Review, 27(2) : Fall 2009, p. 19-39.

Ndiaye, Papa, Visite du Président du Conseil des ministres en URSS, Pologne, Tchécoslovaquie et Hongrie, RS/MER/DC, n° 287, 19/08/1962.

Padmore, George, Panafricanisme ou Communisme, Paris, Présence Africaine, 1962.

Rait, Maria, Les échanges culturels entre l’URSS et l’Afrique, Novosti, s.l., s.d. (1966).

Sadji, Amadou Booker W., Le rôle de la génération charnière ouest-africaine : indépendance et développement, L’Harmattan, 2006.

Sagna, Olivier, Des pionniers méconnus de l’indépendance : Africains, Antillais et luttes anti-colonialistes dans la France de l’entre-deux-guerres (1919-1939), thèse d’histoire, Paris VII, 1986.

Suret-Canale, Jean, Les groupes d’études communistes (G.E.C.) en Afrique noire, Paris, L’Harmattan, 1994.


[1]   L’un de nos interviewés estimait qu’il y avait environ 300 étudiants sénégalais présents en URSS autour de 1970 (expérience n° 3, 26 juin 2013). Selon les statistiques de l’Association des diplômés sénégalais de l’ex-URSS obtenues en coordination avec l’association homologue russe Encorvuz (www.incorvuz.ru), à la date de 2006, on pouvait estimer à environ deux milliers le nombre de diplômés sénégalais formés en URSS sur une période qui s’étend presque sur un demi-siècle. L’association elle-même compte 485 membres en 2013. Au sein de ces derniers on peut noter une forte prépondérance des ingénieurs. Ainsi, sur un échantillon de 132 membres ayant indiqué leur profession, j’ai dénombré 87 ingénieurs soit les deux tiers (ces données m’ont été aimablement communiquées par Manétou Ndiaye, co-auteur d’une communication au colloque de Mohammedia et vice-présidente de l’association).

[2]   Les entretiens ont été réalisés entre mai et septembre 2013 auprès de cinq ex-étudiants choisis, en fonction des deux (voire des trois) types de critères énoncés dans le texte, ainsi que des possibilités concrètes de contacts avec les interviewés. En revanche, la représentativité de cet échantillon est moins évidente sur le plan des formations suivies et sur le plan des professions occupées, notamment car on ne retrouve pas parmi ces anciens étudiants la prépondérance du groupe des ingénieurs qui caractérise la population des diplômés sénégalais de l’ex-URSS. Ici, le terme de « trajectoire ultérieure » vise plutôt le profil général de la carrière suivie, qui peut être plus ou moins réussie.

[3]   On peut parler d’une certaine rupture entre le PAI et les formations politiques existantes, tant du côté du RDA (et sa section sénégalaise de l’Union démocratique sénégalaise) (Bianchini, 2011 : 71-74) qu’avec le PCF qui a défendu longtemps le cadre de l’Union française, en contradiction avec le mot d’ordre de l’indépendance immédiate (Bianchini, op. cit. : 67-69). Cependant à la fin des années 1950, les étudiants africains en France militant à la FEANF étaient souvent proches, voire membres du parti communiste (Dieng, 2011 : 104-132).

[4]   L’histoire du PAI reste encore à écrire. L’ouvrage publié par son leader historique peu avant sa mort, sous-titré « textes pour servir l’histoire du Parti africain de l’indépendance » (Diop, 2007) n’apporte guère d’éclairage si ce n’est peut-être sur l’itinéraire de jeunesse de l’auteur, d’abord à l’École de pharmacie au sein de l’École William Ponty, puis étudiant en France et… en Roumanie en 1953 lorsque sa bourse de médecine lui a été supprimée ! On trouvera plus d’informations inédites dans un texte récent qui retrace en particulier la préparation et la tentative du fameux maquis par un homme qui a vécu cette expérience entre 1963 et 1966 (Camara, 2013). Mais c’est le point de vue d’un témoin et non d’un historien, qui cherche à faire valoir sa « part de vérité », notamment concernant le choix de lancer une guérilla fait par la direction du parti, non assumé par la suite dès lors que celle-ci a tourné court…

[5]   Pour m’efforcer de limiter mon propos à ce qui me paraît essentiel, j’ai ciblé plus particulièrement, pour chacun des cas étudiés, la variabilité de l’expérience en matière de perception du racisme.

[6]   Pour ce dernier cas, il n’est plus question du tout d’anonymat. Pour les autres récits, un prénom fictif a été attribué ainsi qu’une initiale de patronyme également fictive. Cependant, notamment lorsqu’on a affaire à des personnalités relativement connues pour ne pas dire publiques, l’anonymat est une promesse difficile à tenir : elle ne peut l’être que de façon relative et au prix d’un manque de précision volontaire sur certains détails biographiques trop révélateurs, notamment quand ces personnalités ont occupé des fonctions politiques…

[7]   Une information intéressante est apportée dans cet ouvrage : celle de l’organisation en 1962 à Belgrade d’une « conférence panafricaine des étudiants africains dans les pays socialistes » avec un financement venu du Ghana dirigé alors par Nkrumah :

« À la conférence, fut créée entre autres, une commission spéciale chargée d’enquêter et de recueillir auprès des délégués des témoignages sur la vie des étudiants africains dans les pays socialistes. La présidence me fut confiée. Des congressistes étaient venus de tous les pays où il y avait des étudiants africains : d’Union soviétique, de Chine, de R.D.A., de Roumanie, de Yougoslavie, de Tchécoslovaquie, de Pologne et de Hongrie. Vu le caractère inédit et délicat de la mission, le travail fut fait avec méticulosité. Les résultats furent surprenants : il se révéla que dans tous les pays concernés, exception faite de la Yougoslavie, les étudiants noirs étaient en butte au racisme sous des formes analogues à celles rencontrées par nous en R.D.A. Il nous fut rapporté même un cas en Union soviétique où un étudiant africain noir voyageant avec son amie russe fut agressé par un groupe de jeunes Russes qui le tuèrent en le jetant du haut du train roulant à vive allure » (Sadji, op. cit : 262).

[8]   Amadou N. en était le vice-président chargé des relations extérieures.

[9]   Ce constat sur l’inexistence du problème est en contradiction manifeste avec un certain nombre d’études universitaires qui abordent largement cette question (Hessler, 2006 ; Matusevitch, 2009), ainsi qu’avec d’autres témoignages figurant dans cette étude.

[10] En fait, il avait obtenu une bourse pour le Canada, mais c’est le neveu d’un ministre qui portait le même patronyme que lui qui en a bénéficié (« les Canadiens n’y ayant vu que du feu… »). La bourse pour l’URSS lui a permis finalement de partir à l’étranger.

[11] Il mentionne la tentative de création d’une association d’étudiants africains (dont il était à l’initiative) dont l’objectif était de poser certains problèmes sociaux et culturels, ce qui n’a pas été du goût des autorités qui ont fait en sorte qu’elle ne puisse pas exister (« Ils avaient peur que l’organisation devienne un interlocuteur trop puissant qui pose des problèmes auxquels ils ne sont pas habitués à répondre… »). Une autre situation d’« incompréhension » avec les autorités soviétiques a eu lieu lorsque les étudiants sénégalais ont occupé leur ambassade à Moscou pour obtenir la satisfaction de revendications pécuniaires…

[12] Durant son séjour en France de 1975 à 1980, il a aussi milité à l’Union des étudiants communistes et a dirigé la section de l’association des étudiants sénégalais en France (AESF) à Lille.

[13] D’après lui, le problème n’existait pas uniquement au sein de la population, mais parfois même aussi sur le campus : la plupart du temps, les autorités ou les membres du parti communiste « se faisaient violence » pour bien se comporter avec les étrangers. Mais il raconte un incident ayant eu lieu lors du « pot » de soutenance de diplôme, entre lui et une enseignante russe qu’il a failli gifler parce qu’elle aurait repris ce même vocable de « singe » au cours d’une discussion pour parler des étudiants africains…

[14] Il a aussi dirigé l’association des étudiants sénégalais à Leningrad.

[15] Le phénomène du retour vers la religion est déjà observé pour des générations plus anciennes. On peut mentionner ici le cas de Babacar Niang, un des membres fondateurs du PAI (Sadji, op. cit. : 151). En ce qui concerne la pratique religieuse des étudiants sénégalais en URSS, elle était inexistante comme le reconnaissent explicitement ou implicitement les interviewés, y compris Seydou D. qui dit avoir été athée, mais cette situation n’était pas forcément vécue négativement sur le mode de la culpabilité ou de l’autocensure. Elle correspond plutôt à une situation générationnelle qui existait dans les années 60 et 70 aussi bien à Paris qu’à Moscou.

[16] Il déplore cependant un certain « manque d’ouverture sur le monde » notamment en direction des pays capitalistes. Ce point de vue contraste ici avec celui exprimé par S.I. (cas n° 3) à propos de la société soviétique.

[17] Parmi les autres perspectives qu’il serait intéressant de développer, je pense notamment à la perspective comparative, en se référant plus particulièrement à la situation des arabisants formés dans les pays arabes (Fall, in : Otayek, 1993). Ces derniers semblent occuper une position assez parfaitement symétrique à celle des anciens des pays de l’Est car, d’une part, ces derniers ont bénéficié d’un contexte idéologique plus favorable au cours des dernières décennies, tandis qu’à l’inverse, leur insertion professionnelle semble encore plus difficile à négocier, les cantonnant souvent à la périphérie des métiers bureaucratiques, notamment dans des activités d’enseignement arabo-islamique.

[18] C’est aussi ce qui est apparu lors du colloque de Mohammedia avec les témoignages d’anciens étudiants marocains formés en URSS, qui ont récusé avec virulence les points de vue critiques, voire dépréciatifs, qui ressortent de ces écrits académiques concernant la formation et la vie quotidienne des étudiants internationaux en URSS.

[19] Dans quatre cas sur six, on peut considérer qu’il n’y a pas de remise en cause globale du système, même si parfois certains problèmes sont évoqués, notamment celui du racisme. Sur ce point sensible, on ne peut qu’être frappé par la divergence entre certaines appréciations du phénomène, ce qui pose quand même la question objective des positions occupées à l’époque et celle subjective de la sélectivité de la mémoire. Ce n’est que dans le cas d’A.B. Sadji (n°1) et dans celui de Seydou. D. (n°5) que l’on observe une « rupture de cadre » – pour rester dans le langage goffmanien – et encore, celle de Sadji est progressive et sa trajectoire ressemble à celle d’autres intellectuels qui se sont éloignés du PAI sans pour autant avoir vécu une expérience dans les pays de l’Est…

[20] Le seul véritable point de convergence entre tous les témoignages (y compris le plus négatif de Seydou D.) concerne la qualité de la formation reçue (efficacité de l’apprentissage notamment linguistique, qualité et disponibilité du corps enseignant, etc.).

[21] Ce constat sur « la nature d’un parti qui n’était guère composé d’ouvriers, mais de petits bourgeois » pouvait être fait dès les années 1960 (Dieng, op. cit : 134).

[22] La récente succession à la tête de la Ligue démocratique de Mamadou Ndoye à Abdoulaye Bathily, a ainsi été brocardée dans la presse sous le titre : « La LD refuse l’alternance générationnelle » (Nettali.net, 7 juillet 2013). On peut préciser que le nouveau secrétaire général âgé de 68 ans faisait partie du secrétariat exécutif provisoire du parti à sa création en 1974, lorsqu’il était encore clandestin.

DIMITROVA Svetlana

Né en Afrique, formé en URSS, immigrant au Québec.

Itinéraires entre trois mondes ?[1]

Svetlana DIMITROVA

À partir des années 60, les pays soviétiques se lancent dans une politique d’accueil de jeunes d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine. À travers la formation des futurs cadres, l’URSS aspire à exporter le modèle soviétique dans les « pays en développement ». Ces politiques trouvent leur raison d’être dans les logiques de la guerre froide. L’accueil d’étudiants étrangers des pays du bloc soviétique apparaît ainsi comme un phénomène indissociable de l’accueil dans les pays « occidentaux ».

Conformément aux exigences de ces programmes d’accueil d’avant 1989, les jeunes diplômés étaient obligés de rentrer dans leurs pays d’origine pour contribuer au développement. Après l’écroulement du système soviétique, au début des années 90, plusieurs diplômés continuent de suivre ce chemin de retour ; d’autres tentent de rester en URSS ; certains partent pour l’Europe de l’Ouest ou le « nouveau monde ». Entre les « départs » et les « retours », quels sont les « détours » (réalisés, réalisables ou rêvés) ?

Cette recherche se propose d’étudier les itinéraires de ressortissants africains, diplômés en URSS, vivant actuellement au Québec. Basé sur des récits de vie, ce travail cherche à retracer la variété des chemins individuels, en les replaçant dans l’Histoire. Il s’agit de multiplier les récits individuels afin d’essayer de mieux comprendre les parcours possibles « entre plusieurs mondes ». Qu’apprend-on sur le devenir de ces étudiants ? Qu’apprend-on des sociétés respectives d’accueil (société « postsocialiste » du début des années 90, la société canadienne d’aujourd’hui…) ? Les interlocuteurs au Québec ont été repérés grâce à l’association Soyuzniki, Montréal, créée en 2009, dont l’objectif est d’être un « réseau d’anciens étudiants et immigrants de l’URSS ».

Départs vers une émancipation ?

Les itinéraires rencontrés représentent quelques types :

Pays d’origine Afrique → URSS → Canada

Pays d’origine Afrique → URSS → Pays d’origine Afrique → Canada

Pays d’origine Afrique → URSS → Pays d’origine Afrique → URSS → Canada

Ils sont ponctués par deux départs (le départ pour URSS et le départ pour le Canada), mais peuvent aussi marquer des retours (dans le pays d’origine, retour en URSS, etc.) De prime abord, le départ pour le Canada fait contraste au départ pour l’URSS. Le départ en URSS est accepté, sinon subi (au moins la spécialité et la destination ne sont pas choisies) ; tandis que le départ pour le Canada paraît volontaire et délibéré. Dans ce deuxième cas, la capacité d’agir serait plus importante et l’individu plus émancipé. Qu’en est-il dans la réalité si on analyse de près les récits ?

M. était censé partir du Congo avec la première vague de 1986, en septembre[2]. Il part, finalement, avec la troisième vague, en octobre, seulement après avoir reçu une réponse négative à sa candidature pour une bourse de l’État congolais pour aller étudier en France.  « On ne devait pas vraiment poser une candidature pour partir en URSS. Il y avait des listes qui sortaient. Les élèves qui avaient de bonnes notes allaient à l’Université. Certains au Congo, d’autres à l’étranger. Ceux qui terminaient un lycée technique, 80 % partaient dans les pays de l’Est. […] On ne refusait pas cette possibilité. Tous ceux qui avaient la bourse partaient » (entretien, M.) Ceux dont les parents ne disposaient pas de suffisamment de ressources n’avaient que cette possibilité, les bourses pour partir en Occident étant plus difficiles à obtenir.

L’acceptation de partir dans les pays soviétiques ne semble pas tellement imposée mais s’imposer, à écouter les paroles des acteurs aujourd’hui : « On ne pouvait qu’être d’accord, parce qu’on n’avait rien à offrir » (entretien, T.) La répartition pour les pays et les villes respectives intervenait, quant à elle, selon la logique de l’économie planifiée. « Moi par exemple, je ne voulais pas partir au départ en URSS… J’aurais préféré aller par exemple à Cuba (j’étudiais l’espagnol)… Mais c’était la seule possibilité ouverte. L’URSS, c’était une possibilité. Après, ma spécialité [relations internationales] par exemple, il n’y avait qu’à Kiev. Relations internationales, tous les étrangers, on les formait à Kiev, à l’université de Kiev » (entretien, P.)

Les départs pour le Canada pourraient apparaître comme volontaires et délibérés, étant donné que les politiques du Québec prévoient une procédure, bien établie et stricte, à suivre par les candidats à l’immigration. Les démarches administratives entreprises − qui durent en général autour de trois ans − sont toujours précédées d’une décision prise individuellement au sein de la famille. La procédure comporte plusieurs étapes ; le chemin est ponctué par une série d’efforts (se renseigner, remplir des formulaires, envoyer un dossier, répondre à des courriers, envoyer des papiers supplémentaires, verser suffisamment d’argent sur son compte pour prouver sa capacité d’autonomie, se présenter à un entretien, demander un visa, préparer au minimum son séjour au Québec…) À chaque étape, sont examinées les qualifications professionnelles, les compétences langagières, les ressources et la capacité d’intégration ; à chaque étape, le candidat doit faire preuve, devant les services administratifs et devant lui-même, de sa motivation. Cet investissement serait justifié seulement par une détermination.

« J’ai décidé de postuler pour immigrer au Canada […] Je suis parti en 2007, mais j’avais décidé depuis 2002. » Les récits décrivent une démarche personnelle. Pourtant, les départs sont entrepris en général plusieurs années après la fin des études (six ans, dix ans, quatorze ans…) ; ensuite, dans tous les cas, la décision est prise soit après un retour au pays d’origine, soit après une période passée en URSS.

Par exemple, P., après sa maîtrise en relations internationales à l’université de Kiev, a décidé de ne pas rentrer au Congo, en pleine crise à ce moment. Il voulait s’inscrire en 3e cycle d’études. C’était en 1991. Comme l’Ukraine était entretemps devenue autonome en 1990, on lui demandait de continuer ses études doctorales en ukrainien. « Alors qu’on avait appris le russe ! Passer encore une année à étudier l’ukrainien… quand on écrivait et parlait couramment le russe, c’était déjà… quand même trop nous demander… c’était difficile… J’ai été contraint de quitter Kiev et je suis allé à Moscou. » Il s’est retrouvé, raconte-t-il, à Moscou en 1992. Sans bourse, il a essayé de poursuivre des études de 3e cycle avec beaucoup de difficultés. Il renonce vite et enchaîne différents boulots. Il participe à la création d’un groupe de musique, qui est même devenu connu et existe encore aujourd’hui. C’est seulement en 2007 qu’il part au Canada, alors qu’il a pris sa décision en 2002.

« Il fallait que je me déplace parce que je n’arrivais pas… à travailler selon ma spécialité… […] S’il m’avait été donné la possibilité de travailler en URSS, je serais resté… parce que j’étais devenu presque Russe… J’avais vécu presque 15 ans… Je n’aurais même pas cherché à venir au Canada… Parce que quand je suis parti de Moscou j’ai laissé tous les amis, tous ceux qui ont remplacé mes parents, ma famille. J’ai beaucoup vécu là-bas ; on était intégré dans la société d’une autre façon malgré les difficultés… » (entretien, P.)

« Ce qui nous a défavorisés après le déclin de l’URSS c’est qu’on a eu un certain nombre de phénomènes qui se sont développés…[…] L’insécurité est devenue grandissante… on ne pouvait s’intégrer en tant que tel… » (entretien, E.)

Les départs au Canada apparaissent comme une option qui se profile seulement après des possibilités vécues comme refusées, notamment situation de crise politique et économique dans le pays d’origine, problèmes de sécurité en URSS, difficulté à travailler dans le domaine de sa spécialité en URSS et, par conséquent, difficultés à s’intégrer, manque de stabilité (se réfère à la situation économique du pays, aussi bien qu’à la situation socio-économique personnelle).

Chemins et lieux de reconnaissance

Les Africains diplômés en URSS, comme tous les immigrants, se trouvent confrontés à la question de la transposition et de la reconnaissance de leurs savoirs et compétences. Tout d’abord juridique, ensuite sociale, cette reconnaissance est considérée comme nécessaire pour trouver sa place. L’équivalence des diplômes est ainsi un point clé de la sélection avant l’arrivée et, ensuite, de l’intégration.

Au Québec, province qui mène une politique d’accueil d’immigrants, la sélection se base, aussi, sur plusieurs critères. La profession et le grade sont des critères de première importance dans le dossier de candidature. Le gouvernement du Québec publie une liste, actualisée régulièrement, des professions prioritaires pour la sélection des nouveaux immigrants. Depuis les années 70, c’est le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles qui est chargé de l’évaluation des études effectuées en dehors du Québec. Cette institution procède à une analyse méthodique de chaque demande et délivre le document Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec (MICC, 2013). Ni diplôme, ni équivalence, cette comparaison repose sur des normes et des méthodes d’analyse appliquées dans les pratiques internationales. Les « Principes généraux pour un code de bonnes pratiques en matière d’évaluation des diplômes étrangers » au Québec prennent pour modèle la Convention de l’UNESCO de 1979 sur la reconnaissance des études et des diplômes relatifs à l’enseignement supérieur dans les États de la région Europe dont le Canada est signataire depuis 1989[3]. L’Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec vise à « faciliter l’accès à l’emploi ou à la formation des personnes qui ont étudié à l’extérieur du Québec ».

Comment passe-t-on de la reconnaissance juridique à la reconnaissance dans la pratique ? Quelles expériences racontent les récits des Africains diplômés en URSS au début des années 90 et arrivés au Québec après 2000 ?

M. a fait des études dans le domaine de la mécanique, spécialité « équipements et technologie des travaux ». En 1992, il obtient son diplôme d’ingénieur de l’Université de Mariupol (à l’époque, Jdanov)… Arrivé au Canada en 2007, il demande une équivalence de son diplôme de maîtrise et obtient un diplôme de licence. Pourtant, il n’arrive pas à trouver un travail et, après une période de chômage, il retourne à l’école pour faire une formation dans le domaine de la mécanique. Diplômé d’un collège technique en 2013, il arrive à trouver un emploi la même année.

Le plus grand obstacle à la reconnaissance de son diplôme soviétique sur le marché du travail était le décalage, concède-t-il, entre l’expérience de travail et la spécialité du diplôme. Diplômé dans le domaine de la mécanique, il avait une expérience dans le domaine pétrolier et, ensuite, celui des fluides médicaux. En effet, après la fin de ses études, en 1992, il rentre au Congo. Mais, comme beaucoup de jeunes ayant commencé avant 1990 et terminé après cette date leurs études en URSS, il se retrouve sans travail. Après avoir chômé trois ans, il réussit à trouver un travail comme technicien sur une plate-forme pétrolière. C’est seulement en 2005 qu’il obtient un poste à responsabilités chez Air liquide. Financièrement intéressant, cet emploi l’a fait repousser de deux ans la date du départ prévu au Canada, même si entretemps, la procédure d’immigration de sa famille avait déjà été finalisée.

Les diplômes ne sont pas reconnus, affirment souvent les acteurs. Ils ont souvent dû refaire des études en arrivant au Québec. « Ils privilégient leurs diplômes » (entretien, E.) Mais la dévalorisation des diplômes ne semble pas être déterminée par le lieu de délivrance du diplôme (URSS/Russie). Divers moments des itinéraires s’enchevêtrent pour favoriser ou entraver la jouissance sociale de la reconnaissance juridique (du grade et de la spécialité).

Les immigrants sélectionnés en tant que « travailleurs qualifiés » ont le droit de commencer à travailler tout de suite au Canada. Cependant, T., originaire du Burundi, titulaire d’une maîtrise (1989) et d’un doctorat en physique (1994) de l’université de Kichinev (Chişinău), constate très vite que « dans la pratique, tu peux à l’infini envoyer des CV. Ils reçoivent deux cents CV ; ils ne lisent même pas… » Que faire ? Il découvre le système coopératif (études en alternance). Il s’inscrit en 1re année en licence d’informatique à l’Université de Sherbrooke. Il commence à saisir comment le système fonctionne. En 2001, après six ans d’études, il fait un stage de huit mois dans une grande entreprise internationale. Une fois stagiaire, il réussit à gagner la confiance de ses collègues qui « ne s’intéressent pas d’où tu viens ». C’est à ce moment que ses compétences ont été reconnues, dit-il. C’est à ce moment-là qu’il a sorti son diplôme de maîtrise de l’URSS (du doctorat, il ne parlait même pas…). Aujourd’hui, il continue de travailler dans la même entreprise de télécommunications où il a sa place.

Itinéraires dans leurs époques

Les acteurs interviewés ont vécu en URSS à la fin des années 80, ont terminé leurs études au début des années 90 et ont immigré au Québec après 2000. Membres de l’association Soyuzniki, Montréal, ils se réunissent à l’occasion d’événements organisés ou d’une manière plus informelle le week-end. Créée en 2009, cette association regroupe des immigrants qui « ayant un lien de nationalité avec les pays de l’ex-URSS, ou ayant séjourné dans l’ex-URSS, connaissent ses mœurs, habitudes et langue ». Professionnels dans une province francophone de l’Amérique du Nord capitaliste, ils se retrouvent comme anciens étudiants russophones d’un pays ex-socialiste. Leurs récits racontent des époques et des processus sociaux contrastés qui ne se situent pas forcément des deux côtés du Mur.

En dépit des discours de guerre froide, les circulations des savoirs et les échanges entre les démocraties populaires et les démocraties libérales ne cessent de progresser (Kott, 2011). Si l’enseignement supérieur est devenu aujourd’hui l’un des domaines les plus standardisés de la politique publique, c’est aussi grâce à la transnationalisation qui ne s’est jamais vraiment interrompue, malgré les ruptures idéologiques apparentes. L’équivalence des diplômes devient une question clé. La reconnaissance de plus en plus élargie des diplômes nationaux sera ainsi équivoque. D’une part, la reconnaissance signifie l’acceptation de l’« autre » ; d’autre part, elle semble aller vers une uniformisation sur un modèle. C’est grâce à cette synchronisation progressive des principes d’évaluation que la mesure de la qualité s’est peu à peu imposée comme politique transnationale à partir des années 80.

Bien avant la fin de la guerre froide, l’enseignement supérieur est devenu un espace de relations entre des universités, des systèmes nationaux, des organisations mondiales (comme l’UNESCO, la Banque mondiale ou l’OCDE) et des communautés professionnelles mondialisées. Le processus a été précédé par un mouvement de contrôle uniformisé des reconnaissances des diplômes. Au cours des années 70, l’Association internationale des universités-UNESCO élabore des études qui associent des pays des deux « blocs ». Le choix des pays qui font objet de l’étude peut être par exemple conditionné par le « nombre très important d‘étudiants étrangers qu’ils accueillent, en particulier d’étudiants originaires de pays en voie de développement, ensuite, parce que les procédures qui y sont en vigueur pour l’octroi des équivalences présentent un intérêt, soit direct, soit indirect, pour les personnes qui, dans d’autres pays, sont chargées d’établir ou d’interpréter les règles et pratiques applicables dans ce domaine » (UNESCO, 1970, p. 7)[4]. Ces enquêtes présentent les méthodes et pratiques suivies dans les différents pays, l’objectif étant de « déterminer, à des fins académiques, les équivalences des diplômes et grades étrangers » (ibid.)

L’uniformisation des principes de l’enseignement supérieur qui a pris le dessus aujourd’hui est le résultat d’un long processus qui ne s’est pas interrompu, même au cours de la guerre froide. Pourtant, les « effets » ne sont pas toujours univoques. Les expériences individuelles « mondialisées » en témoignent. Ainsi, par exemple au Québec, à partir de la fin des années 90, les difficultés d’insertion dans l’emploi des nouveaux immigrants sont devenues plus importantes. Les immigrants investissent plus de temps et plus de ressources que les Québécois et que leurs prédécesseurs à trouver un travail, et plus encore à obtenir un emploi correspondant à leurs compétences. Le taux de chômage des immigrants est de 12,5 % en 2010 contre 8 % pour l’ensemble de la population, et de 19,4 % pour les immigrants arrivés depuis moins de cinq ans (Monnot, 2013). Ces réalités ont nourri les critiques, croissantes, des politiques de sélection de l’immigration.

La province a connu une forte croissance des volumes d’immigration depuis le début des années 2000. La part de l’immigration économique a augmenté, processus lié à l’accélération des inégalités entre le Nord et le Sud. En 2010, des 54 000 immigrants arrivés, 37 500 sont des immigrants économiques. Au début des années 2000, les ressortissants de Moldavie, d’Ukraine et de Russie prennent le relais des Bulgares et des Roumains nombreux au début des années 90. Les ex-pays soviétiques constituent la deuxième région source, après le Maghreb. En 2010, 36,8 % des immigrés admis étaient originaires d’Afrique (23,5 % d’Afrique du Nord), 25,4 % d’Asie (Moyen-Orient inclus), 21 % d’Amérique (dont 11,4 % d’Amérique centrale et du Sud), 16,6 % d’Europe (8,8 % d’Europe de l’Ouest et du Nord ; 8,9 % d’Europe de l’Est et du Sud) (CIC-GC, 2011).

***

Les récits des Africains diplômés en URSS livrent une connaissance sur le devenir des diplômés à la fin des années 80 et au début des années 90, mais aussi sur les sociétés qui les accueillent (« en transition » ou « multiculturelle », « socialiste » ou « démocratie libérale »…) Ainsi, la valeur reconnue à ces récits est double : biographique et mémorielle. Il s’agit de saisir les histoires individuelles en écoutant ce dont elles témoignent sur les époques qu’elles traversent.

Bibliographie

Bessin, Marc, Bidart, Claire, Grossetti, Michel, dir., 2010, Bifurcations : les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

Ivanova, Ljubov, 2003, « Afrikantzi v SSR i v Rossii (1960-2003) : problemi adptatzii », thèse de doctorat (dir. Davidson, A.B.), Universitet druzbui narodov, [АФРИКАНЦЫ В СССР И В РОССИИ (1960-2003 г.)].

Kott, Sandrine, 2011, « Par-delà la guerre froide. Les organisations internationales et les circulations Est-Ouest (1947-1973) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 109, p. 142-154.

Koudawo, Fafali, 2000, La formation des cadres africains en Europe de l’Est depuis 1918 : des nègres rouges aux russotiques, Paris, l’Harmattan.

Monnot, Laurence, 2013, La politique de sélection des immigrants au Québec, Cahiers du Québec Hurtubise.

Politix, 1994, La Biographie numéro thématique, n° 27, 1994.

Pudal, Bernard, 1999, « Biographie et biographique », Le Mouvement social, n° 186, janvier-mars.

Sen, Amartya, 2000, Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Odile Jacob.

Schwartz, Olivier, 1999, « Symposium sur Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion », Sociologie du travail 41 (4), 1999, p. 453-461.

Vaynman, Irina, 2012, Expérience migratoire antérieure et déqualification. Étude de cas portant sur des immigrants russophones à Montréal, mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 2012.

Yengo, Patrice, 2011, « Jalons pour une historiographie des élites africaines formées dans le Bloc soviétique », in : Leclerc-Olive, Michèle, Scarfò Ghellab, Grazia, Wagner, Anne-Catherine, dir., Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratiques des acteurs, Paris, Karthala, p. 135-148.

Documents et sites

Association Soyuzniki, Montréal, http://www.aisoyuzniki.ca

Conseil de l’Europe/UNESCO, 1997, La Convention sur la reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur dans la région européenne. Disponible : http://www.cicic.ca/662/convention-de-lisbonne.canada

Gouvernement du Canada-Citoyenneté et Immigration (CIC-GC), 2011, Canada, faits et chiffres 2010. Aperçu de l’immigration : résidents permanents et temporaires. Disponible : http://www.cic.gc.ca/francais/pdf/recherche-stats/faits2011.pdf

Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC), 2012, Les immigrants et le marché du travail québécois en 2009 et 2010. Disponible : http://www.micc.gouv.qc.ca/fr/recherches-statistiques/etudes-recherches.html

Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC), 2013, Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec. Disponible :

http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/education/evaluation-comparative/

UNESCO, 1970, Méthodes d’établissement des équivalences entre les diplômes et grades universitaires, étude élaborée par l’Association internationale des universités. Disponible : http://unesdoc.unesco.org/images/0005/000564/056419fo.pdf


[1]           Il s’agit d’un texte préliminaire, qui a pour but de présenter les premiers résultats d’un projet plus vaste.

[2]           Les acteurs interviewés seront anonymisés dans ce texte.

[3]           Une nouvelle convention conjointe a été adoptée en 1997 par les pays du Conseil de l’Europe et ceux qui appartiennent à la région Europe de l’UNESCO. Cette nouvelle convention ne diffère guère de la Convention de 1979 qu’elle remplace.

[4]           République fédérale d’Allemagne, États-Unis d’Amérique, France, Royaume-Uni, Tchécoslovaquie et Union des républiques socialistes soviétiques.

EYEBIYI Elieth P.

La formation des élites africaines en URSS : microsociologie des retours, itinéraires et expériences biographiques de cadres béninois formés entre 1980 et 1994

Elieth P. EYEBIYI[1]

Résumé

La bipolarisation du monde dans le contexte de la guerre froide a offert aux étudiants africains de nouvelles opportunités de formations, en rupture avec la tradition de formation des cadres en Occident. Ce fut le moment d’une importante mobilité étudiante en direction de l’URSS et des pays de l’Est, grâce à l’intense coopération universitaire entre les pays africains ceux-ci. Au Bénin, de nombreux cadres formés dans le système universitaire soviétique demeurent présents autant dans l’administration publique que dans le secteur privé. La littérature scientifique demeure pourtant très peu fournie sur les expériences de ces cadres. Cet article propose une microsociologie des trajectoires de retours de ces cadres notamment sur la période 1980-1994, à partir de la diversité de leurs itinéraires et expériences biographiques.

Mots-clés : enseignement supérieur, mobilités, étudiants, élites, trajectoires de retour, Russie, Union soviétique, Bénin.

Abstract

During the Cold War, the polarization of the world has opened up new opportunities for African students to integrate Soviet Union’s higher education. This breaking with the training tradition of African elites in Western countries, and the dynamism of academic cooperation between African countries and the USSR and Eastern countries, has generate an important student mobility from South to East. In Benin, many civil servants but also private sector’s professionals were trained in the Soviet university system. The scientific literature remains yet very sparse on the experiences of these elites, particularly in human and social sciences. This paper aims to outline a microsociology of return paths and trajectories of these elites during the period 1980-1994, by focusing on the diversity of their biographies and experiences.

Key-Words: Higher Education, Mobility, Students, Elites, Return paths, Russia, Soviet Union, Benin.

Introduction

Les liens entre de nombreux pays africains et l’Union soviétique remontent aux années 1920 (Yengo, 2011) au lendemain de la révolution bolchévique de 1917. Se posant comme « champion des droits des peuples colonisés » (Scarfo et al., 2011 : 27), l’URSS devient assez vite un protagoniste majeur de l’une des plus importantes mobilités étudiantes organisées, de tous les temps. Et ceci, tant par l’importance numérique des pays de départ concernés (la grande majorité des pays africains), que par la diversité des filières d’études ouvertes à ces étudiants (sciences mathématiques et physiques, médecine, pharmacie, sciences de l’ingénieur, économie, etc.), ou encore la diversité des différents pays d’accueil (les républiques soviétiques[2], les pays d’Europe de l’Est[3]). Pour cause, « la formation des étudiants africains dans les établissements soviétiques constitue un aspect fondamental des échanges culturels entre l’URSS et l’Afrique » (Katsakioris, 2007a : 90) et ceci depuis 1956. Elle va s’accélérer « significativement après 1960 avec la décolonisation et la fondation de l’Université […] de l’Amitié des Peuples « Patrice Lumumba » […]. Beaucoup à l’époque croyaient que cette migration d’étudiants allait aboutir à la création d’une armée de militants communistes, voire qu’elle allait reproduire au sein de la jeunesse estudiantine africaine le clivage de la rivalité Est-Ouest. Il s’avéra pourtant que cela ne fut pas le cas » (Katsakioris, 2007a : 90). Bien qu’imprécises, les statistiques du ministère de l’Éducation de l’URSS (MVSSO), qu’a compilées Katsakioris (2007b), permettent d’estimer à quelque 121 986 le nombre d’Africains (étudiants, doctorants et stagiaires) ayant séjourné en URSS notamment  dans les écoles techniques et les universités entre 1959 et 1980. De ce nombre, 40 154 personnes sont issus de l’« Afrique occidentale, saharienne et sahélienne »[4] soit 32,90 % des effectifs[5]. La tendance va se renforcer après 1980 et ceci jusqu’à la fin du régime soviétique.

Le retour de ces cadres dans leurs pays d’origine a connu des itinéraires multiples, autant de success stories que d’échecs cuisants. Que sait-on des expériences de ces étudiants africains formés à l’Est ? Quelles ont été les conditions de formation et de vie de ces étudiants dans les républiques soviétiques d’accueil ? À quelles orientations répondent les choix des filières de formation, et par qui ? Les interrogations sont multiples. Paradoxalement, et comme le soulignait déjà Katsakioris (2007a), cette mobilité étudiante n’est quasiment pas documentée dans la littérature scientifique, notamment en sciences sociales et humaines. Si la riche littérature produite ces dernières années en sociologie, en géographie ou encore en sciences de l’éducation sur les migrations étudiantes Nord-Sud, Nord-Nord et Sud-Nord, est peu documentée sur les mobilités étudiantes Sud-Sud[6], elle reste particulièrement silencieuse sur les mobilités étudiantes Sud-Est induites par le rapprochement de nombre de pays africains avec les pays soviétiques dans le contexte de la guerre froide.

En constatant à partir de travaux de terrains au Bénin la forte présence de cadres formés en URSS et dans les pays de l’Est dans de nombreux secteurs clés de l’économie (eau, énergie, mines, formation universitaire, etc.), les sociétés d’État ou encore la diplomatie et les professions libérales (médecine, génie-civil et BTP, etc.), ce papier tente de dresser une typologie des modes d’accès aux bourses soviétiques, puis propose de répondre à deux questions. Quels sont les itinéraires de retour des cadres formés en URSS entre 1980 et 1994 ? Quelles sont les modalités associées à ces retours ? La microsociologie des trajectoires de retour proposée examine à partir des expériences biographiques la possibilité d’une typification de ces retours.

Le contexte historique au Bénin

Remontant à 1962 soit deux ans après l’indépendance du Bénin (obtenue le 1er août 1960 sous la dénomination de Dahomey), les premiers contacts diplomatiques entre l’URSS et le Bénin se solidifient par l’accréditation du premier ambassadeur soviétique à Cotonou en 1966. Les relations bilatérales connaîtront un dynamisme particulier durant les dix-sept années du régime révolutionnaire instauré par le coup d’État du commandant Mathieu Kérékou le 26 octobre 1972. Ce dernier décrète assez rapidement – deux ans plus tard – son allégeance au communisme soviétique. Il proclame la République populaire du Dahomey, opte pour le marxisme-léninisme[8] et décrète l’option économique du socialisme. Le 30 novembre 1975, le Dahomey devient la République Populaire du Bénin. Stratégique dans le conflit Est-Ouest, le positionnement du Bénin, et d’autres pays africains, dans le bloc de l’Est s’inscrit plus largement dans un moment historique durant lequel « l’URSS s’emploie à convertir leur (les pays alors dits du Tiers Monde, NDA) neutralisme dit positif en un neutralisme actif, à son avantage exclusif » (Koudawo, 1992 : 7).

Une forte coopération avec le bloc de l’Est, notamment l’URSS, la Corée du Sud, dont l’aide sera inestimable pour repousser l’attaque des mercenaires de Bob Denard quelques années plus tard, et Cuba, se met en place. Dès lors, l’axe Cotonou-Moscou se structure non seulement autour d’intérêts économiques (matérialisés par exemple par la présence d’une agence de la compagnie russe Aeroflot à Cotonou), mais aussi particulièrement académiques. Les relations politiques entre le Bénin et l’URSS se maintiendront pendant toute la période révolutionnaire (1972-1989). Leur point d’orgue reste la visite officielle du président Mathieu Kérékou à Moscou en 1986.

Sur le plan de la coopération culturelle, qui inclut celle universitaire, l’URSS et les pays de l’Est (Bulgarie, Roumanie, etc.) deviennent une destination clé pour les futures élites du pays. Entre 2500 et 3000 étudiants béninois[9] prennent les chemins de l’Est grâce aux bourses octroyées par Moscou. L’élite estudiantine locale atterrit notamment dans les universités d’État russes, les académies bulgares, roumaines, tadjiks et autres, pour acquérir une formation pointue dans plusieurs domaines : sciences dures (mathématiques), technologies (télécommunications, informatique, énergie, BTP et génie civil, géologie, etc.), cinéma ou encore sciences sociales et humaines pour ne citer que celles-là.

Cette importante mobilité étudiante s’inscrit dans le prolongement de la politique de formation des cadres africains développée depuis les années 60 par l’URSS dans le contexte historique de la décolonisation (Katsakioris, 2007b). Cependant, il est évident que les départs d’étudiants béninois dans les années 80 et 90 répondaient plutôt à une logique purement académique qu’idéologique. D’ailleurs le Bénin, à l’instar de la plupart des autres pays africains, n’a pas rompu avec les traditions de formation de ses cadres dans les pays européens (notamment la France), le Canada et les États-Unis, au profit de l’URSS et des pays de l’Est, de Cuba, de la Chine ou encore de la Corée du Nord.

Les cadres formés dans le cadre de cette mobilité connaissent au retour une insertion professionnelle différenciée, et ceci en fonction de leur intégration ou non dans la fonction publique, ou dans le secteur privé pour les professions libérales. L’insertion reste aussi tributaire des changements de la politique de recrutement des fonctionnaires, notamment avec le gel des recrutements directs dans la fonction publique en 1986. Si la plupart des ingénieurs de retour entrent dans l’administration publique et constituent encore le socle dans des secteurs vitaux comme l’énergie (SBEE), l’eau (SONEB), les mines ou encore l’enseignement universitaire, certains n’ont pas réussi à se faire une place au soleil et entreprennent soit de nouvelles mobilités (Europe de l’Ouest, États-Unis) ou se convertissent dans le privé.

Notes méthodologiques

L’approche méthodologique utilisée pour cette recherche, et inscrite dans le cadre du projet Elitaf, est celle des entretiens biographiques (Pilote et Garneau, 2011), avec tous les enjeux qui leur sont liés, notamment en termes de souvenirs, de relation plusieurs décennies après, de confrontation des acteurs avec leurs réalités passées, plus ou moins enfouies, plus ou moins vivaces. L’une des premières difficultés sur ce terrain est le paradoxe entre l’accord très rapide des personnes approchées, à la présentation du programme ELITAF puis du projet de la recherche, et leur réticence dans la concrétisation des rendez-vous. Certes, plusieurs avaient des agendas chargés en raison de responsabilités professionnelles assez importantes, mais le fait mérite d’être souligné en raison de sa récurrence.

Les entretiens biographiques ont été menés après une première identification des répondants. La dizaine de répondants interviewés pour la présente enquête ont tous pour caractéristique commune d’avoir étudié en URSS entre 1980 et 1994. Cette périodisation a permis de recueillir des données auprès d’anciens étudiants ayant séjourné en URSS durant trois temporalités : 1980-1986, 1986-1992 et 1988-1994. La première temporalité peut être assimilée à une période d’apogée du système soviétique, alors que les deux autres jalonnent à la fois les dernières heures du régime soviétique et les premières heures après son démantèlement suite à la chute du Mur de Berlin. La chute du mur de Berlin en 1989 est d’ailleurs interprétée comme l’événement fondateur du XXIe siècle (Hobsbawn, 1999) en ce sens qu’après lui, la bipolarisation du monde prit fin au profit du morcellement de l’espace géopolitique (Losego et Arvanitis, 2008).

Nous avons utilisé deux méthodes d’identification : d’abord, une méthode boule de neige, qui a consisté à se renseigner auprès des proches et donc de fil en aiguille pouvoir constituer un premier répertoire, à partir de juin 2010, de personnes ayant étudié dans les anciennes républiques soviétiques et communistes. Ensuite, nous sommes allés à la recherche des listes de diffusion d’anciens étudiants formés en URSS grâce à l’aide d’un autre collègue ayant lui-même étudié en URSS. Enfin, malgré l’accord des personnes interviewées pour que leur nom soit éventuellement mentionné dans le texte, nous avons procédé à une substitution des identités réelles par des prénoms fictifs, afin de conserver leur confidentialité.

L’approche méthodologique combine aux entretiens biographiques et récits de vie, le recueil de témoignages et l’analyse de curricula vitae. Les données ici exploitées ont été collectées à Cotonou (Bénin) en août et septembre 2013, et à Montréal (Canada) en octobre 2013 auprès d’anciens étudiants béninois ayant été en URSS entre 1980 et 1994, vivant actuellement au Bénin, au Canada et en Russie.

Typologie des bourses et multiplicité des canaux d’accès

De nombreux étudiants africains ont bénéficié de bourses d’études en URSS et dans les pays de l’Est pour y effectuer tout ou partie de leurs études universitaires. Ces bourses couvraient une formation en langue russe et des études de premier et second cycle universitaire.

Les canaux d’accès à ces bourses sont cependant multiples. Une typologie provisoire permet d’identifier au Bénin trois catégories de bourses : les bourses abusivement dites de « l’association » des anciens étudiants, les bourses « politiques » et les bourses « normales ». Ces catégories correspondent respectivement à trois modes d’accès : un accès associatif, un accès politique et un accès dit « normal ».

Le premier traduit une stratégie de capitalisation et de réinvestissement de capitaux symboliques (relationnels) acquis en raison du statut d’ancien bénéficiaire d’une bourse soviétique, au profit de nouveaux candidats. Le second semble plutôt être l’expression d’un « privilégisme » basé sur l’appartenance au parti unique (PRPB[10]) et parfois la position occupée au sein de l’appareil du parti unique, alors parti-État. Le privilégisme renvoie « aux innombrables “avantages de fonction” propres à la bureaucratie coloniale » (Olivier de Sardan, 2004 : 157). Il s’agit d’une « forme d’extension démesurée des “avantages de fonction” que l’on retrouve dans toutes les administrations africaines » (Blundo et Olivier de Sardan, 2001 : 102). Ceci est d’autant plus vrai que le caractère révolutionnaire du régime du PRPB n’avait au fond pas endigué la corruption : il n’avait fait que la circonscrire dans les sphères les plus hautes du pouvoir (Eyebiyi, 2013). Le monopole politique du parti unique se prêtait d’ailleurs assez bien à l’échange de faveurs et au renvoi d’ascenseur entre agents politiques bien placés dans la hiérarchie. La filière politique d’accès aux bourses peut objectivement s’inscrire dans ce cadre d’analyse.

Quant au troisième mode d’accès, il était destiné notamment aux étudiants qui n’avaient pas accès aux autres modes ou qui ne pouvaient s’en prévaloir. C’était le chemin le plus courant pour tout bachelier désireux d’entreprendre l’expérience académique soviétique. Le contexte national d’État-providence s’y prêtait : tout cadre était assuré d’intégrer la fonction publique presque automatiquement, et ceci jusqu’en mai 1986, moment où l’embauche directe dans la fonction publique cessa en raison de l’entrée en vigueur du Programme d’ajustement structurel (PAS)[11]. Obtenir une bourse pour l’Union soviétique ne donnait pas particulièrement lieu à une course éperdue. D’autant que l’absence de marchandisation de l’enseignement supérieur à l’époque étai encore la règle : l’internationalisation et la concurrence [12] étaient loin d’avoir commencé leurs effets transformateurs sur la logique éducative.

Figure 1 : Typologie des accès aux bourses soviétiques

La bourse dite de l’association ou l’accès par réseaux associatifs

L’accès associatif s’effectue au moyen des réseaux relationnels dont dispose le postulant ou ses parents avec d’anciens étudiants ayant eux-mêmes été formés en URSS, ou même des proches d’associations russes qui sponsorisaient en quelque sorte la venue d’étudiants africains. D’anciens étudiants, officiant généralement en qualité de courtiers, mettaient à contribution leur connaissance des modalités d’accès au système universitaire soviétique et leur appartenance ou proximité avec les associations russes ou autres réseaux pertinents pour aider, rassurer et décider de nouveaux compatriotes à tenter l’aventure soviétique. Bien qu’il soit difficile de quantifier le nombre d’étudiants par type d’accès, ceci mérite d’être souligné d’autant plus qu’il confirme que les candidats aux bourses soviétiques de l’époque pouvaient ne pas prendre par le parti unique (PRPB) et ses réseaux politiques pour accéder à la possibilité d’aller étudier en URSS. D’ailleurs, la plupart des personnes rencontrées au cours de nos entretiens en septembre 2013 affirmaient que chaque année ils étaient « au moins une centaine » de Béninois à partir pour les pays de l’Est.

« Ma bourse avait été obtenue par le biais de l’association [association des anciens étudiants, NDA]. Il s’agit d’une bourse que l’association aurait négociée avec l’État soviétique à l’époque. Il existe un quota de bourses que l’État soviétique attribuait aux associations d’anciens étudiants de Moscou […]. Dans mon cas, c’est à Porto-Novo que je m’étais lié d’amitié avec une dame qui travaillait à la DBSU[13]. C’est elle qui m’a aidé à obtenir la bourse. La dame a son frère aîné comme responsable de l’association des anciens étudiants de Moscou. Dès que l’occasion s’est présentée, on m’a juste demandé d’aller à la DBSU déposer un dossier, ce que j’ai fait […], j’étais le dernier à déposer mon dossier » (Albert, Cotonou, septembre 2013).

La bourse politique ou le privilège du parti unique

L’accès dit politique est l’illustration d’une modalité particulière d’obtention des bourses soviétiques. En effet, les responsables du parti unique (PRPB) et certains membres du parti bénéficiaient d’un quota qu’ils pouvaient redistribuer à leurs proches. Plusieurs étudiants obtiendront ainsi leur sésame pour l’URSS sans jamais déposer de dossier de candidature auprès de la DBSU ou même sans avoir jamais milité dans le parti unique. La connexion aux réseaux du parti suffisait largement pour ce faire. Évidemment cette modalité d’accès n’était pas popularisée et tout le monde ne pouvait se connecter à ce type d’accès.

« J’ai erré quelque peu à l’université en faisant de la science économique après un bac scientifique BG [aujourd’hui baccalauréat de série D Biologie-Géologie, NDA]. J’ai eu une promesse et dans le même temps mon père m’envoyait pour la même chose (médecine dentaire) à Bordeaux (France). Pour moi, le pays importe peu […]. Ma bourse a été politique […]. J’avais un oncle qui était membre du parti unique et qui voulait rendre un service à ma mère. Mon oncle avait le droit d’envoyer un enfant et donc je suis parti dans ce cadre. Je n’ai jamais déposé un dossier […]. Personne de la famille n’était membre du parti sauf l’oncle […]. C’était bon hein ! » (Médecin formé en Ukraine et en Russie, Cotonou, août 2013).

Les privilégiés de ce mode d’accès bénéficiaient soit d’appui de parents ou d’amis membres du parti unique, ce qui leur permettait de contourner toute la procédure officielle d’obtention des bourses. D’autres personnes pouvaient acheter dans le cadre de ces filières politiques le droit d’accéder à une bourse : ces pratiques privatives n’étaient pas divulguées, mais relevaient de la discrétion de quelques personnes ayant suffisamment d’étoffe pour entretenir pareil commerce.

La bourse normale ou l’accès classique

L’accès normal ou classique consiste pour le candidat aux bourses soviétiques à introduire son dossier auprès des services compétents, notamment du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, puis à être sélectionné comme bénéficiaire. La sélection s’effectue sur dossier, en théorie au regard des résultats de l’étudiant à l’examen du baccalauréat, examen donnant le droit d’entamer des études universitaires. Un grand nombre de bénéficiaires des bourses pour l’URSS les ont obtenues par ce type d’accès.

Orientation, stratégies étudiantes et formation universitaire

L’obtention des bourses soviétiques a permis la formation de nombreux cadres béninois, et ceci dans plusieurs filières professionnelles. Le choix des filières semble tenir de plusieurs facteurs dont le canal ou type d’accès à la bourse, la volonté personnelle, la disponibilité, etc. Cependant, ce choix n’était pas à proprement dire absolu : plusieurs étudiants ont obtenu des bourses pour une formation mais au final en ont effectué une autre. Si, en théorie, la sélection des étudiants par les structures étatiques permettait de connaître les filières de formation de chaque lauréat, quelques-uns réussiront à influer au terme de leur année préparatoire (année de langue) sur le cours du destin.

Le choix des filières et les stratégies personnelles d’orientation

Le choix des filières et les stratégies personnelles constituent un élément intéressant dans l’étude des parcours académiques des cadres et élites africaines formées [adj. accordés au féminin ou au masculin avec cadres et élites ? Cf. page 3 et note en bas de page 7. Je suis pour le féminin, NDLC]  dans les anciennes républiques soviétiques. Si l’un des lieux communs de la formation demeure l’année préparatoire ou année de langue, à la diversité des filières proposées se superpose parfois la singularité des choix professionnels au moyen de stratégies individuelles.

En matière de choix des filières, il serait fastidieux de dresser ici un répertoire complet de l’offre de formations proposées par l’URSS aux étudiants africains en général, et béninois en particulier, en raison de sa richesse. Toutefois, il est important de souligner que si certains étudiants ont pu effectuer un choix de cœur, d’autres se sont pliés soit à la raison, soit à ce qui était disponible et leur était offert. Ainsi, un étudiant initialement inscrit à la FAST[14] en physique-chimie avant d’obtenir la bourse pouvait se retrouver en URSS à étudier dans un autre domaine, comme par exemple les arts graphiques. C’est le cas de l’une des personnes interviewées, qui, après avoir obtenu un baccalauréat scientifique de série C et effectué son service militaire qui l’a amené en mission à la direction des examens et concours du ministère de l’Enseignement secondaire à Porto-Novo, s’était inscrit à l’UNB[15] en FAST, filière physique-chimie. Avant de prendre le chemin de l’URSS pour étudier les arts graphiques à Douchambe (Tadjikistan). Il travaille aujourd’hui dans la fonction publique et occupe un poste de responsabilité lié à sa formation.

« Je voulais faire la médecine… mais j’ai choisi l’art graphique parce que c’était la seule possibilité » (Albert, Cotonou, août 2013).

D’autres ont pu effectuer la formation de leurs rêves.

« En URSS on vous forme d’abord comme un médecin généraliste puis parallèlement comme médecin de spécialité. C’est une formation de spécialité pointue. Moi je voulais faire la chirurgie dentaire. J’ai eu une bourse pour cela et c’est ce que j’ai fait. J’avais le choix entre aller à Bordeaux ou en URSS […], je suis parti en URSS pour alléger la charge financière à mes parents puisque de toute façon ils m’auraient payé la formation à Bordeaux » (David, chirurgien-dentiste, Cotonou, août 2013).

École préparatoire, apprentissage de la langue russe et formation universitaire

La formation en Union soviétique avait ceci de particulier qu’elle intégrait deux cursus généralement diplômants : d’abord une formation linguistique et ensuite la formation universitaire objet de la mobilité.

Bien que la plupart des lauréats des bourses soviétiques soient encouragés à aller s’inscrire avant leur départ au centre de langue de l’ambassade russe à Cotonou pour acquérir quelques rudiments de la langue, celle-ci était bien souvent une découverte pour eux une fois sur place. L’apprentissage de la langue russe intervenait durant la première année dans les écoles préparatoires et se perfectionnait les années suivantes. Il était attendu des étudiants qu’ils puissent au bout de l’année de langue intégrer les cours dans leurs filières respectives et ceci avec un stock de connaissances et d’aptitudes nécessaires pour suivre au même niveau que leurs camarades russes. L’année de langue était sanctionnée le plus souvent par un diplôme de maître de langue russe qui pouvait permettre d’enseigner la langue et donc potentiellement d’en assurer la diffusion une fois revenu dans le pays de départ. Par ailleurs, ce moment fort de la socialisation des nouveaux étudiants était le moment d’apprendre l’histoire de la société russe, y compris la théorie marxiste. Ceci fit dire à certains qu’une politique d’endoctrinement était en marche, sans doute en référence aux écoles du Komintern dont l’objectif affirmé était de former des cadres révolutionnaires pour libérer les pays encore colonisés, lequel projet a d’ailleurs échoué en ce qui concerne l’Afrique (Koudawo, 1992 : 7)[16]. Dans tous les cas, la formation des cadres béninois, notamment les bacheliers admis dans les universités d’État soviétiques, à l’exclusion de l’Université de l’Amitié et des Peuples Patrice Lumumba[17], durant la période 1980-1994, reste très éloignée d’un quelconque objectif idéologique, quand bien même le régime au pouvoir au Bénin s’était autoproclamé marxiste-léniniste et ceci jusqu’en 1989.

« Tout se passe dans l’année de langue… on vous enseigne l’histoire russe […] donc on vous parle de marxisme, de communisme, etc. Ce n’est pas les sciences politiques mais l’histoire de la société russe » (David, chirurgien-dentiste, août 2013).

Les cursus de langue se sont effectués dans plusieurs villes dont certaines sont : Vinnitsa (Винница) en Ukraine, à Astrakan (Астрахань) dans l’oblast d’Astrakhan en pays mongol, ville située sur la Volga à 1273 km au sud de Moscou, Doutchambé au Tadjikistan, etc.

La formation universitaire, au motif duquel la bourse était octroyée commençait après l’année de langue. Accéder à cette formation était automatique pour certaines disciplines, mais parfois sujet à conditions pour certaines autres. C’est par exemple le cas de la pêche industrielle, ou d’autres formations ayant pour théâtre la mer. En ce qui concerne la pêche industrielle par exemple, il fallait particulièrement justifier d’une bonne acuité visuelle pour être accepté dans la formation après l’année préparatoire. Certains étudiants qui ne voulaient pas l’intégrer développaient alors des stratégies particulières pour délibérément se faire déclarer inaptes :

« Ma bourse était destinée pour la Pêche industrielle. Arrivé là-bas, comme je ne voulais pas passer ma vie sur la mer même s’il y a de l’argent dedans, comme je ne voulais pas faire cette filière on a refusé en disant qu’il fallait l’autorisation du pays. Lors de la visite médicale au cours de l’année préparatoire, visite spécifique pour cette spécialité (au milieu de l’année), pour voir si on est apte pour la spécialité de pêche industrielle, j’ai profité pour dire que je lis mal. Quand on dit ‘O’ je dis ‘I’. Le médecin pensait m’aider en voulant mettre ‘BONNE VISION’ et j’ai dit ‘NON’, de mettre “PLOHA’’[18] [mauvaise vision, NDA]. Je l’ai contraint à mettre PLOHA quasiment. Dès lors, il fallait que je change pour ce que je veux » (Samuel, Cotonou, septembre 2013).

A contrario de certaines idées reçues, la rigueur du système politique soviétique telle que présentée par certains offrait néanmoins quelques marges de manœuvre à certains étudiants qui pouvaient se saisir de ces espaces de contournement pour conduire leur propre agenda, et ceci en influençant quelque peu le cursus programmé au départ du Bénin.

Typologie des principaux itinéraires de la mobilité étudiante et leurs motivations : des retours multiples

Les itinéraires de la mobilité des étudiants africains en direction des pays de l’URSS sont multiples, de même que leurs trajectoires de retour au pays d’origine, lorsque le retour a lieu. Si généralement, la plupart des cadres béninois formés en URSS et dans les pays de l’Est sont rentrés au pays, les trajectoires suivies sont en effet diversifiées, et ceci pour plusieurs raisons. Au fond, il existe non pas un retour mais plusieurs modalités de retour. Il existe des retours. La pluralité des retours autorise un essai de typification (Berger et Luckmann, 2005), à des fins heuristiques, qui peut être illustré ensuite par quelques expériences biographiques (Pilote et Garneau, 2011) singulières.

Nous proposons ici trois typologies indicatives, rattachées par ailleurs aux modes d’accès aux bourses, quand bien même la singularité des expériences et leur diversité à la fois, n’excluent pas l’existence d’autres types. Les trois que nous examinons ici semblent émerger comme étant les plus réguliers : le retour direct, le retour transitoire ou par escales et le non-retour.

Un premier itinéraire, qui est souvent le plus commun, est le retour direct. Après sa formation, – généralement six ans en URSS – le cadre revient au Bénin. Jusqu’en 1986, il avait toutes les chances d’être enrôlé dans la fonction publique et de servir la bureaucratie d’État. À partir de 1986, plusieurs ont dû passer quelques années comme stagiaires dans la fonction publique avant une titularisation au compte-gouttes. D’autres pour leur part sont entrés directement dans le secteur privé, ceci notamment en ce qui concerne les professions libérales, une partie de ceux des professions libérales.

Un second itinéraire est celui du retour transitoire ou retour par escales. Dans ce cas, le cadre revient dans le pays de départ, en l’occurrence le Bénin, après avoir marqué des escales dans un ou plusieurs pays tampons. Les motivations de ces escales sont également variées : il peut s’agir soit de la perception négative des diplômes de l’Est, de la lourdeur des procédures de reconnaissance de diplôme dans le pays de départ, de la volonté d’acquérir une expérience professionnelle à l’étranger, des logiques individuelles, etc. L’une des causes essentielles des retours transitoires est la dévalorisation des savoirs des diplômés des pays de l’Est (Yengo, 2011 : 148). Ceci est dû à la perception négative des diplômes obtenus, laquelle perception est un produit tout au moins partiel du conflit idéologique entre l’Ouest capitaliste et l’Est soviétique. La formation des cadres africains à l’Est a marqué de facto une césure fondamentale dans l’histoire académique et politique des pays africains face à leurs anciens colonisateurs : se former en France (pour les francophones d’Afrique par exemple) avait cessé d’être la référence, la seule référence. C’était une « rupture fondamentale » (Koudawo, 1992 : 7).

Par ailleurs, l’éloignement des pays de l’Est et leur méconnaissance par de nombreux parents, ajoutés aux tracasseries administratives pour la traduction et la reconnaissance des diplômes dans les pays de départ, ont forgé un bouillon de culture dans lequel a germé l’idée de la dévalorisation. Cette dévalorisation des diplômes obtenus dans les pays soviétiques a également entraîné celle des savoirs qui leur sont associés. La chute du communisme et le bouleversement géostratégique du monde n’ont pas particulièrement arrangé la situation, d’autant plus que la victoire du capitalisme et de l’Occident se répercutait également sur les représentations associées aux produits issus du système universitaire soviétique. Pour plusieurs personnes interrogées, on estimait que les cadres formés à l’Est ne pouvaient en aucun cas être aussi compétents que ceux issus des références académiques traditionnelles, en l’occurrence les pays d’Europe, le Canada et les États-Unis. Les diplômes venus de l’Est apparaissaient alors comme des sous-diplômes. Conscients de ces perceptions certains cadres ont décidé, parfois à la demande insistante de leurs parents, de faire d’abord des escales en Europe pour obtenir un diplôme « plus acceptable » ou de « référence », avant de revenir au pays.

Les escales dans les trajectoires de retour n’étaient pas qu’européennes : certains cadres sont rentrés pour une très courte période dans le pays de départ, avant de repartir dans des pays africains obtenir un nouveau diplôme, ou même en Europe, et ensuite envisager un retour « définitif ». La sélection des pays tampons est aussi fonction des ressources financières et des considérations familiales de chaque cadre, tout autant que des représentations personnelles des cadres en transit.

Le choix des escales dans la trajectoire de retour est également motivé soit par le besoin d‘un nouveau diplôme afin de gommer les perceptions négatives liées aux formations et savoirs acquis en URSS, soit pour tenter une aventure professionnelle internationale et notamment européenne, dont l’issue malheureuse contraindra quelques-uns à rentrer au pays de départ plus tôt que prévu. Généralement, le passage par des pays tampons, tout comme parfois des retours directs, a ouvert la voie à de nouveaux flux de mobilité, cette fois-ci quasiment volontaire, en direction notamment de l’Europe, du Canada et des États-Unis.

La dernière modalité de trajectoire de retour est celle du non-retour. Elle concerne une très faible poignée de Béninois, qui sont restés en Russie après leurs études, et y ont une vie familiale et professionnelle. C’est le cas de quelques universitaires. Une très faible proportion des étudiants béninois bénéficiaires de bourses soviétiques est donc restée sur place et s’est intégrée à la société russe.

Des parcours biographiques multiples : vers des idéaux-types ?

La diversité des trajectoires de retour des cadres africains formés en URSS et dans les pays de l’Est n’est plus à démonter. Un essai de construction idéal-typique (tout à fait indicatif) de ces parcours sur la base d’une analyse biographique permet de souligner quelques success stories tout en mettant en exergue les retours multiples auxquels ont pu donner lieu la mobilité des étudiants africains vers les pays de l’Est, de l’indépendance à la chute du communisme.

 

Linéarité et accomplissement personnel : le cas d’un médecin

Le premier cas qui nous semble intéressant en termes d’analyse biographique est celui d’un médecin béninois formé en URSS et qui a emprunté la trajectoire du retour direct à la fin de sa formation. La linéarité de son parcours se combine avec un accomplissement personnel pour soutenir l’idée de la réussite tout en démentant les tenants de l’idée de la dévalorisation des diplômes obtenus en URSS.

David a obtenu un Baccalauréat BG (équivalent bac D aujourd’hui), a effectué un an à l’université en sciences économiques. Issu d’une famille aisée, il voulait devenir médecin. Il a fait le choix de l’URSS pour amoindrir les coûts à ses parents qui de toute façon se préparaient à lui payer les études de médecine à Bordeaux. Il a obtenu sa bourse par des canaux politiques grâce à un oncle membre du parti unique alors que ni lui ni ses parents n’avaient jamais milité ou pris des positions politiques quelconques. Parti de Cotonou en 1988 à bord de la compagnie russe Aeroflot, après le passage par l’infirmerie à Moscou et l’hôtel de regroupement, il a été dirigé à Vinnitsa (Ukraine) pour effectuer son année préparatoire et apprendre le russe. Ensuite, il a été dirigé sur Krasnodar au Kubanski Medecine Skills Institute d’où il est sorti en 1994 avec le diplôme de médecin spécialisé en soins dentaires. À la fin de sa formation, comme les rumeurs affirmaient que les diplômes soviétiques avaient peu de valeur, ses parents insistent pour qu’il passe d’abord par la France faire un diplôme en complément, mais il a préféré rentrer directement pour « s’imposer par sa capacité et ses compétences ». Aujourd’hui il est propriétaire d’une clinique dentaire réputée à Cotonou et membre de plusieurs associations professionnelles nationales et internationales dans son domaine.

Ce parcours peut être interprété comme une success story d’un fils unique issu d’une famille riche, qui a bénéficié d’une bourse soviétique par des canaux politiques. Rentré directement au pays après ses études, il a pu s’installer à son propre compte et exercer son métier tout en se bâtissant une bonne réputation professionnelle.

Un parcours fragmenté : le cas d’un économiste

Le deuxième profil biographique présenté ici est celui d’un Béninois formé d’abord en URSS, ensuite sur le continent africain, qui est reparti en Occident se former à nouveau, puis est rentré dans son pays. C’est le parcours de Samuel. Il faut préciser avant tout que Samuel avait un passé d’élève militant, notamment opposé au régime révolutionnaire en place, et fut arrêté en classe de 5e, dans le cadre d’un mouvement scolaire. Son arrestation intervint selon ses propres mots après qu’il eût « écrit un article dans un journal appelé FANAL et fait un poème intitulé Jusqu’au sacrifice suprême, suite à la mort de Cocou Innocent, un élève membre de l’UGEED[19], dans les années 1975 ». Ceci ne l’empêcha pas d’obtenir une bourse soviétique quelques années plus tard. En URSS, il a continué à militer, notamment en adhérant à l’association des étudiants béninois en Union soviétique, association alors opposée aux méthodes du gouvernement marxiste-léniniste de Mathieu Kérékou en place à Cotonou.

« Les congrès se faisaient chaque année à Moscou à l’Université Patrice Lumumba et je représentais la délégation de Krasnodar. On cotisait nous-mêmes. Les Russes nous créaient des problèmes surtout que nous avions une “position anti-impérialiste’’ et on voyait la Russie de ce temps comme une Russie impérialiste qui soutenait Kérékou » (Samuel, Cotonou, août 2013).

Le parcours de Samuel dans son entreprise de retour est édifiant, tant en ce qui concerne les étapes qui l’ont jalonné que par la stratégie de « diplomation » sous-jacente qui visait sans doute à gommer le regard peu valorisant que certains avaient des diplômes obtenus en URSS.

Fils d’un pasteur protestant méthodiste, Samuel effectue ses études primaires et secondaires dans des écoles protestantes confessionnelles. Après son baccalauréat en 1978 et sa mission patriotique et formation militaire, il enseigne en tant que « Jeunes bacheliers en mission ». Inscrit à la faculté d’agronomie de l’université nationale du Bénin, il obtient la même année une bourse soviétique et se rend en URSS de 1980 à 1986. D’abord il effectue son année préparatoire à Astrakhan puis ensuite ses études à Kubanski Gasudatnveni Universitet, l’Université d’État du Kouban à Krasnadar (Краснодар) capitale du district de Krai de Krasnodar au sud de la Russie. Nanti d’un master en planification industrielle, il revient sur le continent effectuer un doctorat en économie dans la sous-région ouest-africaine, puis décide de se rendre aux États-Unis, entamant une nouvelle mobilité. Il y obtient deux diplômes : un master d’enseignement en mathématiques et sciences et un doctorat en théologie. De retour à nouveau au pays, il intègre l’administration publique et y occupe de hautes fonctions. Ce cadre a un parcours professionnel très riche et éclectique (enseignant, professeur, agent administratif, aux États Unis, au Benin, dans la sous-région ouest-africaine et au-delà). Selon ses dires, son expérience soviétique a beaucoup contribué à le former sur le plan des connaissances marxistes-léninistes. Il est opposé aux ‘vystupleni[20] :  « Je contestais la politique marxiste russe même au cours et cela me créait des problèmes. La responsable du cours avait très peur surtout que Brejnev était encore au pouvoir… Quand tu es comme cela tu as beaucoup d’espions, surtout les Africains » (Samuel, Cotonou, août 2013).

Ainsi qu’illustré, ce parcours est fait de plusieurs segments : comme pour tous les autres bénéficiaires des bourses soviétiques, une première année universitaire dans le pays de départ ; ensuite, une section de six années en URSS conduisant au diplôme de master. La singularité commence lorsque ce cadre rentre une première fois puis repart dans un pays voisin. Il reste donc un moment sur le continent, le temps de décrocher un nouveau diplôme, puis entame une mobilité de durée plus longue en direction des États-Unis, avant un retour « définitif ». Les différents segments de ce parcours illustrent assez utilement l’idée du retour transitoire que nous avons avancée plus haut, en complexifiant et pluralisant ce retour. Ce type de parcours a également pour effet de produire des cadres à diplômes multiples, des cadres surqualifiés, avec l’avantage de capitaliser donc des savoirs et expériences diverses – tant à l’Est qu’à l’Ouest, tout au moins dans le cas examiné ici.

Ce parcours particulièrement segmenté souligne qu’il n’y avait pas de politique d’exclusion de l’accès aux bourses soviétiques quant aux élèves ou étudiants estampillés réactionnaires ou opposés au gouvernement révolutionnaire en place. Les bourses soviétiques ne semblent pas avoir servi d’outils (systématiques) destinés à éloigner de potentiels opposants ou réactionnaires au régime. Elles n’étaient pas instrumentalisées et dirigées contre des figures scolaires et/ou universitaires particulières. Par ailleurs, certains cadres ayant fait l’expérience des deux systèmes universitaires (l’URSS durant le communisme) et le système universitaire américain (au lendemain de la démocratisation) ne voilent pas la qualité perçue et présentée par la plupart des cadres béninois ayant étudié en URSS.

En effet, presque toutes les personnes avec qui nous avons échangé, qu’elles aient étudié en Russie ou dans les autres républiques comme la Roumanie, le Tadjikistan, la Bulgarie, gardent sur le plan académique des souvenirs très positifs, quasiment idylliques de cette expérience.

« L’idée est là encore que la bourse soviétique est une bourse frelatée, Kpayo[21]… C’est la guerre des diplômes Est-Ouest… Moi j‘ai fait les deux côtés, doctorat aux USA, master aux USA, neuf ans aux USA comme professeur, professeur d’économie et de mathématiques, j’ai enseigné aux trois niveaux aux USA… Je peux vous dire que la formation en URSS était excellente, en tout cas en notre temps » (Samuel, août 2013).

L’intégration dans le pays d’accueil : le cas d’un universitaire

Le troisième profil biographique qui semble d’intérêt est celui de Jérémie. Il est l’un des rares cadres béninois à être restés en Russie après leur formation et qui ont réussi à s’intégrer dans la société russe, aussi bien personnellement que professionnellement.

Après son baccalauréat au Bénin à la fin des années 1970, Jérémie effectue son service militaire et patriotique, puis arrive en Russie en 1981. Il suit des études en géologie et obtient un master puis un doctorat. Il enseigne dans de nombreuses universités russes et est resté très actif dans l’associatif pendant deux décennies et assume de hautes fonctions dans l’administration russe.

L’existence de ces parcours linéaires, fragmentés ou encore intégrés dans le pays d’accueil n’occulte pas l’évidence de destins plus contrastés, parfois plus douloureux dans l’expérience des retours. Il en est de même pour des expériences de désintégration tant dans la fonction publique que dans le secteur privé, connues par certains anciens étudiants béninois en URSS. Il est sans doute encore tôt pour dresser des idéaux-types mais les catégories qui émergent ici semblent faire partie des plus récurrentes.

En conclusion : trajectoires variées, retours multiples et multiformes

Cette réflexion ambitionnait de proposer une microsociologie des trajectoires de retour de cadres béninois formés en URSS et relève autant d’expériences linéaires, fragmentées que d’intégration dans le pays d’accueil. Pour ce faire, elle a retracé d’abord le contexte historique des relations officielles entre le Bénin et l’URSS. Ces relations se sont renforcées après la révolution du 26 octobre 1972 et l’adhésion du Bénin au marxisme-léninisme. La rente culturelle offerte par l’URSS à destination des pays africains pour les aider à former les cadres, a été l’occasion d’une part d’une rupture avec la tradition de formation des élites africaines dans les anciennes métropoles, d’autre part, elle a permis l’instauration d’une vaste mobilité étudiante de l’Afrique vers l’URSS et les pays de l’Est. Une politique de bourses a ainsi été mise en place par l’URSS. De nombreux cadres béninois ont pu par ce biais accéder au système universitaire soviétique, dont plusieurs gardent un souvenir particulièrement positif, et ceci quand bien même certains les  soupçonnèrent d’avoir été endoctrinés.

Par ailleurs, ce texte montre l’existence de plusieurs canaux d’accès aux bourses soviétiques. Il souligne particulièrement sur la période de 1980 à 1994 – couvrant le vécu historique de l’URSS et celui de la fin du communisme – quelques orientations et stratégies étudiantes liées au choix de la destination soviétique ou encore au choix des disciplines de formation.

L’apport du biographique a également permis d’examiner les trajectoires des retours des cadres formés, en tentant d’en dresser une typification. Au final, autant les canaux d’accès aux bourses soviétiques furent divers autant les trajectoires des retours sont variées, et avec, les modalités de ces retours. Les stratégies mises en œuvre par les cadres quant à la question de leur diplôme font partie également des questions ouvertes à examiner en profondeur dans le cadre de futurs travaux. Au fond, la période 1980-1994 permet de lire dans une continuité historique les multiples expériences de discontinuité que représentent les principales biographies mises en lumière. Si les cas interrogés ici s’apparentent à des success stories, certaines immédiates et d’autres différées, les expériences de retour ou de non-retour ne se sont pas toujours bien passées pour les cadres béninois, obligeant parfois à des stratégies de reconversions ou de mobilités nouvelles qu’il serait intéressant d’interroger, tout comme le positionnement de l’État à travers le temps par rapport à ces mobilités et au destin des cadres de retour, tout ceci dans le contexte bipolaire puis multipolaire qui a jalonné l’histoire du monde.

La question des mobilités étudiantes africaines en direction de l’URSS n’en est qu’à ses débuts et permettra d’éclairer des processus d’internationalisation ayant eu cours pendant plusieurs décennies et ceci bien avant l‘avènement de la marchandisation de l’enseignement supérieur et de sa massification, telles que connues aujourd’hui et interrogées par les sciences sociales. Les futurs travaux développeront quelques-unes de ces dimensions tout en élargissant la périodisation et les pays d’accueil. Face à la diversité géographique et culturelle de l’URSS, il est effectivement nécessaire de procéder à des analyses autant globales que localisées par destination, tout en privilégiant une approche pluridisciplinaire et une lecture plurielle des éléments de contexte.

Références bibliographiques

Banégas, Richard, 2003, La Démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala

Berger, Peter, Luckmann, Thomas, 2005, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, [1966].

Blundo, Giorgio, Olivier de Sardan, Jean-Pierre, 2001, « Sémiologie populaire de la corruption », Politique africaine 3/2001, N° 83, p. 98-114.

Delwit, Pascal, De Waele, Jean-Michel, Gotovitch, José dir., 1992, L’Europe des communistes, Bruxelles, Complexe.

Elitaf, 2011, Programme de recherche Étudiants et élites africaines formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique : histoires, biographies, expériences, notes rassemblées par Monique de Saint- Martin, Michèle Leclerc-Olive et Patrice Yengo, document de travail interne, 88 p. ms.

Eyebiyi, P. Elieth, 2011, Note conceptuelle sur le Programme Elitaf, in Elitaf (2011), document interne, 7 p. ms.

Eyebiyi, P Elieth, 2011a, « Mondialisation, savoirs et marché de l’enseignement supérieur. Le privé vient-il vraiment à la rescousse du public au Bénin ? », in Leclerc Olive, Michèle, Scarfò Ghellab, Grazia, Wagner, Anne-Catherine dir., Les mondes universitaires face au marché : circulation des savoirs et pratique des acteurs, Paris, Karthala.

Eyebiyi, P. Elieth, 2001b, « L’alignement de l’enseignement supérieur ouest-africain », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 3 | 2011, 43-59.

Eyebiyi, P. Elieth, 2013, « Leurres et lueurs de la lutte contre la corruption au Bénin », Revue EspacesTemps.net, Travaux, 14.01.2013   http://www.espacestemps.net/articles/leurres-et-lueurs-de-la-lutte-contre-la-corruption-au-benin/

Gakpetor, Wilson, 2006, Placement des cadres béninois dans les organisations internationales : analyse diagnostique et prospective, mémoire de fin de formation au Cycle I, ENAM/UAC, décembre 2006.

Gnammankou, Dieudonné, 1997, « Entre la Russie et l’Afrique : Pouchkine, symbole de l’âme russe », Diogène, n°179.

Gnammankou, Dieudonné, 2000, Histoire des Africains dans la Russie impériale : présence noire, connaissance de l’Afrique et attitudes russes envers les noirs de 1670 à 1917, thèse de doctorat en Histoire, Paris, EHESS, 367 p.

Gnammankou, Dieudonné, Modzinou, Yao, éd., 2008, Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle, Toulouse, Éditions MAT, 419 p.

Gorbatchev, Mikhaïl, 1997, Mémoires, Paris, éd. du Rocher.

Hobsbawm, Éric, 1999, L’âge des extrêmes. Le court XXe siècle, 1914-1991 (original en anglais publié en 1994), Bruxelles, Complexe.

Katsakioris, Constantin, 2007a, « Transgresser les frontières de la Guerre froide. Militants, intellectuels et étudiants africains en Union soviétique, 1956-1991 », Présence Africaine, 2007/1-2 2008-1 N° 175-176-177, p. 85-92.

Katsakioris, Constantin. 2007b, « Transferts Est-Sud. Échanges éducatifs et formation de cadres africains en Union soviétique pendant les années soixante », Outre-mers 95.354-55 2007: 83-106.

Koudawo, Fafali, 1992, La formation des cadres africains en Europe de l’Est depuis 1918 : des nègres rouges aux russotiques, Paris, L’Harmattan, 222 p.

Losego, Philippe, Arvanitis, Rigas, 2008, « La science dans les pays non hégémoniques », Revue d’anthropologie des connaissances 3/2008 (Vol.2, n°3), p. 334-342.

Mazov, Sergej V., 1999, « Afrikanskie studenty v Moskve v god Afriki (po arhivnym materialam) », Vostok, v. 3, p. 89-103.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre, 2004, « État, bureaucratie et gouvernance en Afrique de l’Ouest francophone », Politique africaine 4/2004 (N°96), p. 139-162. URL:www.cairn.info/revue-politique-africaine-2004-4-page-139.htm. DOI : 10.3917/polaf.096.0139.

Pilote, Annie, Garneau, Stéphanie, 2011, « La contribution de l’entretien biographique à l’étude de l’hétérogénéité de l’expérience étudiante et de son évolution dans le temps », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-2 | 2011, mis en ligne le 07 juin 2012, consulté le 26 novembre 2013. URL : http://rsa.revues.org/717

Wolikow, Serge, 2010, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du Parti mondial de la Révolution, Ivry sur Seine-Paris, Éd. de l’Atelier-Éd. Ouvrières.

Yengo, Patrice, 2011, « Jalons pour une historiographie des élites africaines formées dans les pays de l’Est », in : Leclerc Olive, Michèle, Scarfò Ghellab, Grazia, Wagner, Anne-Catherine dir., Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratique des acteurs, Paris, Karthala.


[1]     Dr en Sociologie, LHME/FSA, UAC; CRESA Bénin, RIAE & Transpol Montréal, eelieth@yahoo.fr
Je suis reconnaissant à Arnaud Patinvoh pour son aide lors des entretiens effectués à Cotonou, et à Mohammed Tayamana, médecin formé en URSS et chercheur au Lasdel Niamey (Niger), qui m’a aidé à entrer en contact avec certains répondants.

[2]         Il n’est pas superflu de rappeler que l’Union des républiques socialistes et soviétiques (URSS) était un État fédéral composé de quinze pays. S’étendant sur onze fuseaux horaires, l’URSS a été mise en place le 30 décembre 1922 et dissolue le 26 décembre 1991 sous l’effet combiné des politiques de la perestroïka (ou restructuration) et de la glasnost (ou transparence). On pourra lire sur ces deux éléments majeurs les mémoires de Gorbatchev (1997).

[3]         Bulgarie, Roumanie, Tchécoslovaquie, etc.

[4]         Calcul effectué sur la base des données recueillies par Katsakioris (2007b). La catégorie « Afrique occidentale, saharienne et sahélienne » est construite sur la base du critère de la « situation coloniale » par Katsakioris (2007b) et comprend les pays suivants : Bénin, Ghana, Guinée, Gambie, Nigeria, Niger, Haute-Volta, Sénégal, Togo, Côte d’Ivoire, Libéria, Sierra Leone, Mauritanie, Mali, Tchad.

[5]           Nous n’avons pour le moment pas de données statistiques concernant exclusivement le Bénin, notamment sur la période 1980-1994.

[6]           Les mobilités étudiantes Sud-Sud sont pour leur part également peu documentées, mais ne font pas partie de la présente étude. La revue Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs (CRES) publiera au printemps 2014 un numéro coordonné par Sylvie Mazzella et Elieth Eyebiyi spécifiquement sur les mobilités Sud-Sud, et ceci sur plusieurs continents.

[7]           Acronyme pour désigner : « Étudiants et élites africains formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Histoires, biographies, expériences » (Elitaf). Elitaf est porté par le Réseau International Acteurs Émergents(RIAE).

[8]           Le marxisme-léninisme à la béninoise a souvent été raillé en raison de sa grande distance avec les théories de Marx et Lénine. On pourra lire utilement sur « l’épuisement du laxisme-béninisme », Banégas (2003) aux pages 65 à 91 et 87 à 88.

[9]           Chiffres non issus de sources statistiques officielles, mais d’estimations éparses. [Chiffres à croiser avec d’autres sources]

[10]          Parti de la révolution populaire du Bénin.

[11]          Période durant laquelle les recrutements automatiques ont diminué puis cessé dans la fonction publique béninoise.

[12]          Sur ces transformations au Bénin, on pourra lire à titre d’exemple deux travaux précédents : Eyebyi (2011a et b).

[13]          La Direction des bourses et secours universitaires est l‘un des organismes centraux en charge de la gestion des bourses étrangères notamment au bénéfice des nouveaux bacheliers.

[14]          Faculté des arts, sciences et techniques.

[15]          Université nationale du Bénin (UNB), aujourd’hui rebaptisée Université d’Abomey-Calavi (UAC).

[16]          L’importance réelle ou perçue de la question de l’endoctrinement des étudiants africains en URSS n’est pas traitée dans cette recherche, tout comme celle des écoles du Komintern, lequel disparut ailleurs dès 1943. Au sujet de ces dernières, on pourra lire avec intérêt Koudawo (1992), mais aussi Wolikow (2010) ou encore Delwit, De Waele et Gotovitch (1992).

[17]          Sur les nombreuses controverses liées à l’Université de l’Amitié et des Peuples Patrice Lumumba, on pourra lire sans être exhaustif Koudawo (1992), Katsakioris (2007b) ou encore Mazov (1999).

[18]          Traduction à vérifier…

[19]          Union Générale des Élèves et Étudiants du Dahomey.

[20]          Interventions publiques organisées pour magnifier la puissance soviétique durant lesquelles les étudiants étaient invités à faire l’apologie du régime soviétique qui leur avait permis de venir en URSS.

[21]          Expression locale au Bénin pour désigner tout ce qui est frelaté, de qualité douteuse ou mauvaise.

KAZDAGHLI Nejmeddine

Les relations tuniso-soviétiques de la Révolution d’Octobre

à l’Indépendance de la Tunisie (1917-1956)

Nejmeddine KAZDAGHLI

Institut Supérieur des Langues de Tunis

L’histoire des relations entre la Tunisie et la Russie à l’époque moderne et contemporaine constitue l’un des axes majeurs dans les recherches que nous menons depuis quelques années (Kaдагли, Нежмеддин, 2010, p. 3-13). Dans ce texte, nous étudierons les rapports tuniso-soviétiques durant la période coloniale française. Sans aucun doute, la victoire de la révolution d’octobre 1917 en Russie allait mettre fin à la politique impériale et expansionniste de l’Empire russe. Le nouveau pouvoir soviétique a adopté de nouvelles politiques dans les relations de la Russie avec les puissances européennes. De même, la Russie soviétique a mis en œuvre une nouvelle politique envers les pays colonisés d’Orient.

Avec la fin de la 2e guerre mondiale, l’Union soviétique était préoccupée par la reconstruction de son économie et la consolidation du système socialiste en Europe de l’Est. De même, les regards de la diplomatie soviétique étaient orientés vers de grandes crises qui à l’époque  secouaient le monde : la guerre coréenne en Asie, la crise hongroise en Europe et la crise égyptienne au Moyen-Orient. Mais cela n’a pas empêché l’URSS de suivre avec un certain intérêt la lutte acharnée des Tunisiens pour l’indépendance nationale. Ainsi l’Union soviétique n’a perdu aucune occasion pour apporter son soutien à la cause tunisienne, notamment lors de son examen devant l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies.

Dans cette contribution, nous nous intéressons surtout à la politique extérieure soviétique relative à la question tunisienne. Nous analysons aussi l’arrivée des Russes blancs en Tunisie. Quelle a été la politique adoptée par la Russie soviétique envers la Tunisie ? Quelles ont été les positions soviétiques en faveur de la lutte du mouvement national tunisien ? Et quelles ont été les premières décisions politiques prises dans les rapports tuniso-soviétiques au lendemain de l’indépendance du pays ?

Le cadre chronologique de la recherche est délimité par deux dates importantes pour les deux pays : la révolution bolchévique en Russie en 1917 et la proclamation de l’indépendance de la Tunisie en 1956.

Par ailleurs, dans ce travail, nous avons eu recours à plusieurs documents des archives du Ministère des Affaires Étrangères de Russie, et à de nombreux documents diplomatiques français du Quai d’Orsay, conservés sur microfilms dans la bibliothèque de l’Institut supérieur du mouvement national auprès de l’Université de la Manouba (Tunisie). Nous nous sommes également appuyés sur des documents d’archives tunisiens, des mémoires et des témoignages d’hommes politiques ou de diplomates tant russes que tunisiens, ainsi que sur des travaux (monographies et ouvrages) récents publiés en arabe, en russe ou en français (Khrouchtchev, 1971, Bourguiba, 1975).

Avec le changement révolutionnaire d’octobre 1917, la nouvelle Russie s’est engagée dans un nouveau type de rapports avec le monde extérieur. Il s’agit pour nous de savoir comment elle a réagi face au problème colonial en Afrique du Nord et plus particulièrement en Tunisie.

La politique soviétique et la question tunisienne

Trois questions méritent d’être posées. Elles concernent, d’abord, l’arrivée des exilés russes en Tunisie, ensuite, le soutien de l’Union soviétique au mouvement national tunisien, et enfin, les premiers contacts politiques entre la Tunisie indépendante et l’État soviétique.

1 – La communauté des Russes blancs en Tunisie

La guerre civile en Russie de 1918 à 1922 est l’une des périodes les plus tragiques de l’histoire russe. « Les armées rouges qui défendaient le nouveau pouvoir révolutionnaire qui a pris place en Russie depuis novembre 1917 » s’opposaient aux « armées blanches soutenues par des forces d’intervention occidentales » (Kazdaghli, H., 1997, p. 26). Les atrocités des massacres ont conduit un nombre considérable de Russes à quitter le pays pour s’installer dans divers pays (Орлов, Георгиев, 2009, p. 352) dont la Tunisie. En effet, environ 6 388 réfugiés Russes sont arrivés dans la ville de Bizerte (Tunisie) au mois de décembre 1920 ou au début de l’année 1921.

La doyenne Anastasia Manstein-Chirinsky a écrit un ouvrage captivant où elle décrit ses souvenirs et les grands moments de la colonie russe en Tunisie : « Octobre 1917 ! L’année de mes cinq ans fut la fin de mon enfance heureuse en Russie. Les trois années qui suivirent sont pour moi, encore maintenant, celles de toutes les destructions, des départs précipités, des arrivées incertaines, le tout sur un fond de violence et de désordre, dans le pays en pleine révolution. Le dernier départ de Sébastopol vers l’inconnu, en novembre 1920 : l’évacuation de la Crimée par l’Armée Blanche, dite Armée Wrangel. La dernière escale : l’arrivée de la Flotte de la Mer Noire à Bizerte, en décembre 1920 » (Manstein-Chirinsky, 2009, p. 15).

L’autorisation octroyée par les autorités du Protectorat aux réfugiés russes pour venir en Tunisie n’était pas suffisante au début pour apaiser leurs malheurs. Ainsi, les nouveaux arrivés de Russie étaient-ils obligés de vivre sur les bateaux, au port et au canal de Bizerte jusqu’à la reconnaissance de la Russie soviétique par la France en 1924 (Archives Nationales de Tunisie, série F, carton 16, 20 et 25) (6). Après cette date, il y eut quelques changements dans les conditions de vie de ces réfugiés. La France « va autoriser tous les réfugiés russes à quitter définitivement les bateaux et à choisir leurs lieux de résidence, y compris en France » (Kazdaghli, H., 1997, p. 38). Sur les 6 388 personnes venues à Bizerte en 1920, environ un millier restera en Tunisie et la majeure partie d’entre eux choisira de s’installer en France (Махров, 2008, p. 16).

Suite à la normalisation des relations franco-soviétiques, une commission technique soviétique s’était rendue à Bizerte pour inspecter les bâtiments de guerre russes en décembre 1924. La délégation soviétique est arrivée à la conclusion que les fameux bateaux ne constituaient aucun enjeu militaire dans les relations futures entre la France et l’Union soviétique. Un arrangement fut, semble-t-il, trouvé au début du mois de janvier 1925 entre Français et Soviétiques sur la question des navires, qui devaient être vendus comme ferraille. (Kazdaghli, H., 1997, p. 42). Mais cela n’a pas empêché le premier ambassadeur soviétique à Paris, Leonid Krassine (1870-1926), d’envoyer une note diplomatique au ministre français des Affaires étrangères le 3 avril 1925, dans laquelle il exprime « la nécessité urgente de réviser la question des bateaux à Bizerte dans le but de les remettre le plus tôt au gouvernement soviétique » (Документы внешней политики СССР, 1963, Т. 8, p. 201). Mais, il semble que certains points en rapport avec le problème des navires n’ont pas été résolus jusqu’à ce jour-là.

Ainsi, le 9 novembre 1924 le drapeau russe fut descendu pour la dernière fois dans les navires russes. Quelques mois après et plus précisément le 25 mai 1925, une école navale russe à Bizerte mit fin à ses activités. Il ne restait alors plus aucune autre institution autonome russe en Tunisie, en rapport avec l’armée blanche russe. Seule l’église orthodoxe russe constituait un cadre regroupant les réfugiés russes autour des idées d’appartenance à une histoire nationale et à une patrie perdue (Махров, 2008, p. 16).

Dans cet état d’esprit, la colonie russe en Tunisie a construit une église orthodoxe à Bizerte en 1937-1938, et une autre église russe allait être construite dans la ville de Tunis, qui fut inaugurée en juin 1956. Par ailleurs, ces deux édifices religieux orthodoxes n’auraient pu voir le jour sans l’appui moral et matériel des autorités du Protectorat et des autorités tunisiennes (archives du Ministère des Affaires Étrangères de France, bobines 607 et 718). Aujourd’hui, ces deux églises sont sous tutelle de l’administration centrale de l’église orthodoxe russe à Moscou. Elles ouvrent leurs portes aux fidèles le dimanche et pendant les fêtes religieuses orthodoxes.

La présence des Russes en Tunisie a provoqué des contacts entre les cultures russe, française et arabe. En dépit du nombre, assez réduit, des membres de la communauté russe, ceux-ci ont apporté une contribution spécifique à l’enrichissement de l’identité tunisienne surtout dans les domaines techniques, scientifiques et artistiques.

La tendance au rapprochement entre Tunisiens et Russes va s’intensifier et prendre une nouvelle forme durant le combat du peuple tunisien pour l’indépendance.

2 – L’attitude soviétique et la cause tunisienne

Inutile de rappeler que la Russie soviétique a pris, dès 1917, des positions fermes pour soutenir la lutte des peuples colonisés d’Asie et d’Afrique dans leurs combats contre le colonialisme. Elle s’est d’abord manifestée en rompant les relations diplomatiques et consulaires avec les pays colonisés et les pays colonisateurs, puis, dans une certaine limite, à travers les positions de l’Internationale Communiste (1919-1943) sur le problème colonial (Manifestes, Thèses, 1972, p. 14).

Le nouvel ordre politique international de l’après-guerre se caractérise par la victoire du monde libre avec en tête les États Unis d’Amérique et le renforcement du bloc anti-colonialiste qui soutient avec fermeté le droit des peuples colonisés à l’indépendance, dirigé par l’Union soviétique et la Chine ainsi que par la constitution de l’Organisation des Nations Unies. Sans doute, la nouvelle conjoncture historique a-t-elle donné un nouveau souffle aux peuples colonisés dans leurs combats pour l’indépendance nationale.

Au début des années cinquante, les mouvements nationalistes dans les pays du Maghreb adoptent de nouvelles formes de lutte contre le régime colonial français. En Tunisie, à partir de janvier 1952 se déclenche une résistance armée. Comment l’Union soviétique allait-elle réagir aux événements survenus au Maghreb et plus particulièrement en Tunisie ?

La première réaction soviétique se caractérise par « l’ambiguïté et le scepticisme » (Hadhri, 1985, p. 120-124), selon les propos du chercheur tunisien Mohieddine Hadhri. Mais, lors de la présentation, pour la première fois, de la cause tunisienne devant la 7e Session de l’Assemblée générale de l’ONU en décembre 1952, suite à la requête formulée par un groupe de délégations des pays arabes et asiatiques au mois de février 1952 (Hamza, 1994, p. 256-258), le représentant de l’URSS à l’ONU, Sabaleva, A. A. (1903-1964), a dans son intervention, bien replacé la cause tunisienne dans le contexte politique. Il a sévèrement critiqué la politique française en Tunisie : « Le gouvernement de France mène une politique anti-démocratique, réprime le mouvement de libération nationale, et par ces pratiques a créé une situation qui met en danger la paix et la sécurité dans le monde. Le texte de cette information officielle montre réellement qu’en Tunisie s’est produite une situation qui demande une attention particulière de la part de l’Organisation des Nations Unies » (СССР и Cтраны Африки 1946-1962. Документы и материалы, 1963, Т. 1, p. 250).

Quant à la position de l’URSS relative à la question tunisienne, elle était claire pour « le Conseil de sécurité, la délégation de l’Union soviétique, comme pour d’autres délégués, qui ont soutenu la déclaration des onze États. Les représentants de la France, des États-Unis d’Amérique et de l’Angleterre se sont exprimés contre l’intégration du manifeste des onze États à l’ordre du jour du Conseil de sécurité, et cette question n’a pas été intégrée. Ainsi, les représentants des États-Unis d’Amérique, de l’Angleterre, et de la France se sont même opposés à la présentation de la question tunisienne devant le Conseil de sécurité » (СССР и Cтраны Африки, 1946-1962 ; Документы и материалы,1963, Т. 1, p. 250).

Pour conclure son intervention, le représentant soviétique à l’ONU déclarait : « L’Assemblée Générale ne peut pas négliger la situation en Tunisie, et elle est obligée de prendre certaines mesures, en conformité aux principes et à l’esprit du règlement intérieur de l’Organisation des Nations Unies. La délégation de l’Union soviétique, en se basant sur les principes de l’égalité de tous les peuples, aussi bien les grands que les petits, et la reconnaissance des droits de tous les peuples et de toutes les nations à l’autodétermination, va poursuivre son soutien aux propositions, destinées à défendre les droits du peuple tunisien ». (СССР и Cтраны Африки 1946-1962. Документы и материалы: 1963, Т. 1, p. 251). L’Union soviétique a réaffirmé son soutien à la cause tunisienne, et a affiché une nouvelle fois ses prises de position traditionnelles contre le colonialisme lors des 8et9e sessions des Assemblées Générales de l’ONU, dans les années 1953 et 1954 (Kassab, Ounaïes,2010,p. 563-567).

Dans un contexte international favorable à la cause tunisienne, les négociations franco-tunisiennes engagées dès septembre 1954, sous le gouvernement de Mendès-France (1907-1982), vont aboutir à la signature des conventions de l’autonomie interne de la Tunisie le 3 juin 1955. Après moins d’une année, un protocole final sur l’indépendance de la Tunisie est conclu le 20 mars 1956. Face à ce changement historique survenu en Tunisie, quelle va être la réaction de l’Union soviétique ?

3 – La reconnaissance de l’indépendance de la Tunisie par l’Union soviétique

Trois semaines après la proclamation de l’indépendance de la Tunisie, le 6 avril 1956, le président du soviet suprême de l’Union soviétique, Vorochilov, K. (1881-1969), envoyait un télégramme au Bey de Tunis, Mohammed Lamine (1943-1957). Le dirigeant soviétique écrit : « Je vous prie, votre Excellence, d’accepter les meilleurs vœux du peuple soviétique, ainsi que les miens, à l’occasion de la proclamation de l’indépendance de la Tunisie. Les peuples de l’Union soviétique souhaitent au peuple tunisien tout le succès dans les efforts pour la prospérité de la Tunisie indépendante… » (СССР и страны Африки 1946-1962. Документы и материалы, 1963, Т. 1, p. 325).

Quatre jours après la réception du télégramme soviétique, le 10 avril 1956, Mohammed Lamine Bey adressait un télégramme au chef soviétique pour lui exprimer sa gratitude : « Le peuple tunisien espère que les relations entre l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques et la Tunisie soient des relations amicales et pacifiques » (СССР и страны Африки 1946-1962. Документы и материалы, 1963, Т. 1, p. 326). Dans le même contexte, les événements politiques en Tunisie se sont succédé très rapidement. Habib Bourguiba (1903-2000) est chargé par l’assemblée constituante, le 14 avril 1956, de former le premier gouvernement de la Tunisie indépendante.

De là, nous pouvons comprendre le message envoyé par le président du conseil des ministres de l’Union soviétique, Nicolay Boulganine (1895-1975), à son collègue le président du conseil des ministres tunisiens, Habib Bourguiba, le 11 juin 1956. Dans ce message, il lui exprime « la reconnaissance officielle de la Tunisie en tant qu’État indépendant et souverain ». Il affiche sa volonté d’établir des relations diplomatiques avec la Tunisie et de mettre en place  des représentations diplomatiques (Journal  El Amal, 1956, p. 1, 4). Le dirigeant soviétique a aussi voulu exprimer que son pays respectait la volonté du peuple tunisien, émanant d’une assemblée constituante élue, le 25 mars 1956, et qui avait désigné un nouveau gouvernement pour gérer les affaires du pays.

Un mois après la réception du message soviétique, Bourguiba, qui était alors à la fois président du conseil des ministres et ministre des Affaires étrangères, a éprouvé la nécessité de répondre à son collègue soviétique par une lettre du 11 juillet 1956. Il lui a transmis le « remerciement au gouvernement de l’Union soviétique pour la reconnaissance de l’indépendance de la Tunisie. Il accepte avec plaisir la proposition concernant l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays » (journal El Amal, 1956, p. 4).

Deux messages de dirigeants soviétiques destinés aux dirigeants tunisiens, dans un laps de temps relativement court, montrent bien que la direction soviétique a voulu réaffirmer son soutien politique au jeune État tunisien. Cela prouve aussi l’importance de la place qu’occupent la Tunisie et le Maghreb dans la stratégie politique soviétique. Sans doute, l’intensité des correspondances diplomatiques témoigne de l’existence d’une volonté politique chez les dirigeants tunisiens et soviétiques d’établir des relations entre les deux pays. Cependant Bourguiba a maintenu une position nuancée et critique envers l’Union soviétique et les puissances occidentales, face aux crises hongroise et égyptienne qui ont bouleversé les relations internationales en 1956.

Dans ce sens, Bourguiba, dans son discours adressé au peuple tunisien le 9 novembre 1956, défend la thèse suivante : « La crise actuelle nous édifiera là-dessus. La Providence a voulu qu’elle fût mixte : dans les deux blocs qui se partagent le monde ont éclaté l’égoïsme cupide et l’impérialisme. L’URSS se flatte d’être le champion de la liberté et de l’indépendance. Elle se pose en justicier. Mais l’affaire hongroise est venue à temps pour démasquer ses véritables intentions. Le jour où les deux problèmes – celui du colonialisme occidental représenté par la France et la Grande Bretagne, et celui du despotisme oriental représenté par les forces communistes – auront reçu leurs solutions, le jour où l’ONU se sera révélée capable de donner à ces deux problèmes une solution unique fondée sur l’équité et le respect de la liberté des peuples… ce jour-là nous pourrons dire que la paix s’est enfin installée dans le monde » (Bourguiba, 1975, vol. II, p. 234). Mais, Bourguiba clarifie davantage sa vision politique en se référant à la maxime du chef du gouvernement français Guy Mollet (1905-1975) : « Il n’y a pas de paix dans la servitude » (Bourguiba, 1975, vol. II, p. 236).

La paix dans le monde ne peut voir le jour que si elle est basée sur certaines règles telles que l’équité et la justice. Il est important de signaler que la diplomatie de la Tunisie au début de l’indépendance est fortement active. Le résultat est là ; le 12 novembre 1956 « la Tunisie est admise à l’ONU, à l’unanimité des voix. Nous y voyons la preuve du prestige acquis par notre pays dans le concert international » (Bourguiba, 1975, vol II, p. 248), déclare Bourguiba.

Face aux diverses agressions colonialistes à la fin des années cinquante dans certaines régions (Égypte, Algérie, Indochine…), qui ont fait naître un rapprochement entre quelques pays d’Afrique, d’Asie et l’Union soviétique, Bourguiba n’a pas tardé à exprimer son opinion sur la question dans un discours prononcé le 11 janvier 1957 : « Le communisme peut apparaître comme un recours et un soutien aux peuples soumis à la tyrannie coloniale, qui se manifeste sous les formes de l’oppression politique ou de l’exploitation économique, génératrice de misère et de famine. Les deux formes coexistent le plus souvent et cumulent leurs effets. C’est la haine et le désespoir qu’elles engendrent qui offrent au communisme des possibilités d’infiltration. Les peuples peuvent être enclins à penser que l’URSS va les aider à se libérer politiquement, de même que les individus peuvent croire qu’un mouvement communiste va les aider à échapper à l’exploitation capitaliste et à son cortège de misères et d’humiliations », (Bourguiba, 1975, vol II, p. 308).

Bourguiba a développé davantage son approche sur l’URSS et sur le communisme en général : « C’est une erreur (le communisme), car tous les peuples soumis à l’influence russe souffrent évidemment de la tyrannie soviétique. Le sort de l’ouvrier, en pays communiste, est assurément le sort le plus dur et le moins enviable. Malgré leur patriotisme de commande, malgré les votes favorables de l’URSS et de ses amis, nous avons toujours refusé de nous rapprocher des communistes parce que nous avons pensé honnêtement qu’ils ne pouvaient pas hâter l’heure de notre libération, tandis qu’ils fourniraient à coup sûr des arguments à nos adversaires », (Bourguiba, 1975, vol II, p. 309).

Dans le même cadre, Bourguiba n’a pas uniquement gardé ses distances envers l’URSS et ses alliés, mais il a défendu en toute clarté l’idée d’un rapprochement politique  avec le monde libre et en premier lieu avec les États Unis. Il déclare ainsi que « l’Amérique vient d’affirmer qu’elle ne nourrit aucune convoitise, aucun désir d’hégémonie, pas la moindre intention de se substituer à la France ou à la Grande-Bretagne. Elle est seulement disposée à aider tous les peuples qui ont besoin de son aide technique et économique. C’est ce qu’elle fait déjà en Tunisie. En contribuant à élever le niveau de vie des peuples, à atténuer les contradictions entre les classes riches et les classes pauvres, elle aidera à consolider le fondement même de la liberté. Le communisme n’aura plus de reprise. Elle est d’autre part décidée à mettre son influence et sa force au service du droit comme elle vient d’en apporter la preuve en Égypte », (Bourguiba, 1975, vol. II, p. 309).

Quelques semaines plus tard, Bourguiba a réaffirmé sa ligne de conduite en politique extérieure pro-occidentale, lors de sa visite au Ghana. Le 5 mars 1957, il déclare ceci : « Nous avons, pour la première fois depuis près d’un siècle, échangé des ambassadeurs avec les USA, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Maroc, l’Égypte, la Libye » (Bourguiba, 1975, vol. II, p. 347). Il est clair que l’Union soviétique ne faisait pas partie des premiers États étrangers avec lesquels la Tunisie a échangé des ambassadeurs au début de l’indépendance. Concernant les relations diplomatiques tuniso-soviétiques, il faudra attendre encore trois ans pour voir s’effectuer l’échange d’ambassadeurs entre les deux pays. Malgré l’orientation politique pro-occidentale du gouvernement tunisien, ce dernier a gardé une ouverture sur les pays qui ont adopté d’autres choix politiques.

Ainsi, la Tunisie et l’URSS ont conclu la première convention commerciale le 13 juillet 1957. La convention mentionne que « le gouvernement de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques et le gouvernement du Royaume de Tunisie, souhaitent développer des relations commerciales sur la base de l’égalité et de l’intérêt mutuel », (СССР и страны Африки 1946-1962. Документы и материалы: 1963, Т. 1, p. 355-357). Cet esprit d’ouverture de la Tunisie  vis-à-vis de l’Union soviétique va se poursuivre dans d’autres domaines.

En effet, un événement d’un autre genre eut lieu en Union soviétique le 4 octobre 1957. C’est le lancement sur orbite du premier satellite artificiel, ce qui ouvrait la voie à la conquête de l’espace. Incontestablement, cet événement scientifique mondial ne pouvait laisser les hommes politiques indifférents. Après un mois, le président Bourguiba consacre un discours entier, adressé au peuple tunisien le 7 novembre 1957 sur l’affaire du « Spoutnik ».

Bourguiba essaie – comme toujours – de mettre les choses en ordre : « Le ‘‘Spoutnik’’ ne modifie pas notre politique extérieure, mais nous oblige à accroître l’effort de l’enseignement. Dans ce discours, je vais aborder un sujet qui n’aura certainement pas manqué de retenir votre attention. C’est un sujet qui passionne le monde et préoccupe les hommes responsables dans tous les pays. Je veux parler de deux satellites artificiels lancés dans l’espace, à peu d’intervalle, à partir du territoire soviétique, et qui, maintenant, évoluent autour de la terre », (Bourguiba, 1975, vol. III, p. 306). Le dirigeant Bourguiba développe davantage son opinion que les faits. Il ne cache pas son admiration pour l’événement scientifique réalisé en URSS. Aussi, il appelle les Tunisiens à éviter les conclusions simples, dépourvues de toute argumentation raisonnable.

Encore une fois, Bourguiba expose largement sa vision politique du monde et en tenant compte du « Spoutnik », « la conquête de l’espace est digne de l’admiration et de la fierté des hommes. Mais elle ne modifie en rien le choix que nous avons fait et les positions que nous avons maintes fois affirmées. Nous avons opté pour l’Occident, sachant bien que nous avons choisi le moindre mal et que la possibilité existe toujours de redresser les torts et de ramener aux principes la partie qui s’en écarte. Notre choix nous a été dicté, en outre, par nos convictions, notre position géographique et nos intérêts. Autant dire que les raisons qui l’ont motivé sont solides et mûrement réfléchies. Ces raisons demeurent toujours valables. Mais le choix que nous avons fait n’est nullement exclusif de notre désir d’entretenir avec tous les peuples des relations amicales fondées sur le respect mutuel, ni de notre volonté de développer nos échanges économiques avec tous les pays », (Bourguiba, 1975, vol. III, p. 307).

En effet, en tant que chef politique, Bourguiba doit tirer les conclusions du lancement du « Spoutnik ». Le gouvernement tunisien doit élaborer les programmes nécessaires en matière d’enseignement. C’est en ces termes que Bourguiba en rendait compte : « L’invention russe comporte un enseignement qu’il me paraît nécessaire de tirer. Elle administre au peuple tunisien tout entier la preuve que la Tunisie a besoin de science et que la science est aujourd’hui un élément de force. Il ne s’agit pas de science dans l’absolu, du savoir opposé à l’ignorance, ou de la simple satisfaction d’une curiosité intellectuelle légitime certes, mais souvent improductive, il s’agit de science appliquée et de disciplines techniques » (Bourguiba, 1975, vol. III, p. 308).

Au début, de l’année 1958 et plus précisément le 18 janvier, le président Bourguiba prononce un discours assez critique vis-à-vis de l’Union soviétique : « L’URSS pratique l’aide technique et financière gratuite et sans conditions. Mais, je dois dire, avec ma franchise coutumière, que la Russie soviétique, tout comme la Russie impériale, est une puissance dont les tendances expansionnistes sont incontestables » (Bourguiba, 1978, p. 515). Après une courte période, la situation politique dans le pays s’est fortement dégradée suite au bombardement, le 8 février 1958, du village frontalier de Sakiet Sidi Youssef par l’aviation militaire française installée en Algérie, qui a fait environ une centaine de victimes, en grande partie des civils, des femmes et des enfants.

La situation politico-militaire en Tunisie et en Algérie s’était bien aggravée, provoquant une grande indignation dans l’opinion publique internationale (Caïd Essebsi, 2009, p. 86).

Le gouvernement tunisien ripostait rapidement à l’agression française de Sakiet Sidi Youssef. Le jour même le président Bourguiba envoyait un message urgent au président américain Eisenhower, D. D. (1953-1961), ordonnait aux diplomates tunisiens, à Washington Mongi Slim (1908-1969), et à New York Mahmoud Mestiri (1929-2006), de prendre contact avec les représentants des pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU et de les tenir au courant de la situation en Tunisie (Caïd Essebsi, 2009, p. 87-88). Suite aux différents contacts préliminaires des parties intéressées par le problème, un accord fut conclu entre les parties en conflit, qui ont accepté les « Bons Offices » suggérés par les Américains et les Britanniques (Mestiri, 2011, p. 126-127).

Dans cet esprit, l’ambassadeur Mongi Slim remettait au président du Conseil de sécurité de l’ONU « la plainte de la Tunisie au sujet de l’acte d’agression commis par la France contre elle à Sakiet Sidi Youssef le 8 février 1958 ». Le représentant de la France, Guillaume Georges-Picot (1898-1981), remettait le 14 février 1958 au Conseil de sécurité de l’ONU « la plainte que la France formule contre la Tunisie ». En conséquence, le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit le 18 février 1958, sous la tutelle du représentant de l’Union soviétique Sabaleva, A.A. L’idée des « Bons Offices », pour régler le différend tuniso-français a été officialisée par la haute instance de l’ONU (Caïd Essebsi, 2009, p. 89).

Cette crise politique tuniso-française constituait pour la Tunisie, selon l’homme politique tunisien Caïd Essebsi B. « la première expérience directe au Conseil de sécurité ». Bourguiba a alors fait preuve, « de l’avis général, d’une modération de langage, d’une fermeté des positions et d’une habilité politique qui tranchaient dans le contexte arabe et africain. Son militantisme et sa solidarité avec le peuple algérien sont reconnus dans tous les cercles, notamment au sein du bloc de l’Est » (Caïd Essebsi, 2009, p. 91). Suite aux efforts déployés par les « Bons Offices », le conflit entre la Tunisie et la France a été réglé au début du mois de juin 1958. Ainsi, la Tunisie a réussi à évacuer de son territoire toutes les bases militaires françaises à l’exception de celle de Bizerte, objet de négociations ultérieures.

Il est important de signaler que les manœuvres diplomatiques autour de la crise de Sakiet Sidi Youssef ont permis aux dirigeants tunisiens de se libérer partiellement des dogmes politiques figés sur l’Union soviétique et les pays du bloc socialiste. Ces derniers ont manifesté une condamnation claire de l’agression française et apporté un soutien ferme aux revendications tunisiennes dans le conflit avec la France. Au-delà de son appui diplomatique, l’Union soviétique exprima sa sympathie et son soutien à la Tunisie dès le début des événements de Sakiet Sidi Youssef.

En effet, l’Agence de presse soviétique TASS, dans une dépêche du 8 février 1958, condamna fermement la politique de la France au Maghreb : « Les événements sanglants de Sakiet Sidi Youssef ne sont pas des incidents dus à un hasard quelconque ; ils sont le résultat de toute la politique française en Afrique du Nord. Agacés par leur impuissance à écraser la force du mouvement national de libération du peuple algérien, les autorités françaises accusent les pays limitrophes de l’Algérie, la Tunisie en particulier, de soutenir les insurgés » (Hadhri, 1985, p. 157). La gestion de la crise de Sakiet Sidi Youssef par le gouvernement tunisien avec l’adoption d’une vision politique réaliste, la parfaite maîtrise de l’art de la négociation, et le recours à la solidarité internationale ont permis à la Tunisie d’obtenir de nouveaux résultats positifs. Par voie de conséquence, les positions tunisiennes ont été renforcées sur la scène politique internationale. Dans ce contexte, les propos de Bourguiba, en octobre 1958, sont très révélateurs : « J’ai conquis l’amitié et l’estime de l’Amérique sans me lier au Pacte atlantique ou au Pacte de Bagdad… J’ai gagné sans offrir de contrepartie » (Belkodja, 2010, p. 22). Les derniers événements de Sakiet Sidi Youssef ont de nouveau prouvé aux autorités tunisiennes qu’il est dans l’intérêt de leur pays de s’ouvrir davantage sur les pays de la démocratie populaire et particulièrement l’Union soviétique.

En dépit des divergences politiques entre la Tunisie et l’Union soviétique, progressivement les deux pays se sont mis d’accord pour mettre en place leurs ambassades respectives à Moscou et à Tunis en 1960. Ahmed Mestiri fut le premier ambassadeur tunisien nommé en URSS.

Conclusion

En guise de conclusion nous avancerons les constatations suivantes.

Avec le changement révolutionnaire en Russie en 1917, les relations consulaires entre la Tunisie et la Russie ont été rompues. Après l’établissement des relations diplomatiques entre la France et l’Union soviétique en 1924, les intérêts soviétiques en Tunisie sont gérés par l’ambassade soviétique à Paris. L’absence d’une représentation de l’URSS en Tunisie n’a pas empêché le gouvernement soviétique de manifester une sympathie à l’égard des aspirations nationales des Tunisiens dès les années vingt.

L’arrivée en Tunisie de quelques milliers de réfugiés Russes dans les années vingt a favorisé la constitution d’une petite communauté de Russes blancs dans le pays. Malgré le départ d’une grande partie de cette colonie vers la France, elle a laissé ses empreintes dans la vie socio-économique et culturelle de la Tunisie. Elle comptait dans ses rangs un nombre important d’ingénieurs, de médecins, d’officiers et d’artistes et a apporté une contribution particulière à la vie économique et culturelle du pays. Dans ce contexte, les exilés russes n’étaient-ils pas les meilleurs représentants de leur pays en Tunisie ? Sans doute, le contact des Russes avec les Tunisiens ne va pas s’arrêter à ce niveau. Il a connu de nouvelles formes dans les années qui ont suivi.

Le début des années cinquante a constitué un tournant historique dans la lutte des Tunisiens pour libérer leur pays du joug colonial français. Le mouvement de libération nationale tunisien a reçu l’appui et le soutien des nations libres et des forces de la paix dans le monde. Parmi elles se trouve l’Union soviétique, qui dès les premières heures a choisi, et sans hésitation, d’être à côté des Tunisiens. Après la reconquête de la souveraineté de la Tunisie, l’URSS a été parmi les premiers États étrangers à reconnaître l’indépendance du pays. Ensuite, la Tunisie et l’Union soviétique – en dépit des divergences politiques et idéologiques qui les séparent – ont pu établir des relations diplomatiques, des accords commerciaux et culturels (Сборник действующих договоров, соглашений, 1964, с. 630-631). Elles sont basées sur les principes du droit et du respect mutuel. C’était peut-être la première tentative pour la mise en œuvre de la politique de coexistence pacifique adoptée par le XXe congrès du parti communiste soviétique en 1956 (Khrouchtchev, 1971, p. 452-467).

Les prises de position du gouvernement soviétique en faveur de la cause tunisienne ont laissé des échos positifs parmi les élites politiques tunisiennes. Le dirigeant nationaliste Habib Bourguiba était attentif aux positions soviétiques, malgré son orientation pro-occidentale. Après l’indépendance, Bourguiba a fixé les choix politiques extérieurs du pays. Il est parvenu progressivement à la conviction de la nécessité de s’ouvrir sur les États étrangers, indépendamment de la nature de leurs régimes politiques, l’URSS en premier lieu.

La démarche de Bourguiba, caractérisée par un esprit d’ouverture et de pragmatisme, a fortement marqué la diplomatie tunisienne après l’indépendance. Elle représente également un apport politique spécifique dans la construction d’une entité nationale tunisienne ouverte et moderne.

———————————————————————————————————–

 Bibliographie

Ouvrages et documents en langue française

1. Archives du Ministère des affaires étrangères de France (Quai d’Orsay). Bobine 607, archives 93- 94. « Situation de la colonie russe en Tunisie » (1944-1949). Bobine 718, carton 454. « Églises orthodoxes grecque et russe » (1950-1953).

2. Archives Nationales de Tunisie, série F, carton 16, 20 et 25 dossiers 25 et 26, (1885-1939).

3. Belkodja, Tahar, 2010, Les trois décennies Bourguiba. Témoignage, Tunis, Presses de Sotepa Graphique.

4. Bourguiba, Habib, Citations choisies par l’Agence Tunis-Afrique Presse, 1978, Tunis, Éditions Dar el-Amal.

5. Bourguiba, Habib, 1975, Discours, volume II, année 1956-1957, Tunis, Publication du Secrétariat d’état à l’Information.

6. Bourguiba, Habib, 1975, Discours, volume III, année 1957, Tunis, Publication du Secrétariat d’état à l’Information.

7. Caïd Essebsi, Béji, 2009, Habib Bourguiba : le bon grain et l’ivraie, Tunis, Sud Éditions.

8. Hadhri, Mohieddine, 1985, L’URSS et le Maghreb. De la révolution d’octobre à l’indépendance de l’Algérie (1917-1962), Paris, Éditions L’Harmattan.

9. Hamza, Hassine Raouf, 1994, Communisme et nationalisme en Tunisie de la « Libération » à l’indépendance (1943-1956), Tunis, Publications de la Faculté des sciences humaines et sociales.

10. Journal El Amal (Travail), 1956, Porte-parole du parti libre destourien tunisien, Tunis, numéro 222, 11 juillet 1956.

11. Kassab A., Ounaïes A., 2010, Histoire générale de la Tunisie Tome IV. L’époque contemporaine (1881-1956), Tunis, Sud Éditions.

12. Kazdaghli, Habib, 1997, « La communauté russe de Tunisie (1920-1956) », Rawafid, N° 3, Tunis, Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, p. 25-62.

13. Manifestes, thèses et résolutions des quatre premiers congrès mondiaux de l’Internationale Communiste 1919-1923, Textes complets, 1972, Paris, Maspero.

14. Manstein-Chirinsky, Anastasia, 2009, Bizerte dernière escale. Le siècle d’une exilée russe à Bizerte. Tunis, Sud Éditions.

15. Mestiri, Ahmed, 2011, Témoignage pour l’histoire, Tunis, Sud Éditions.

16. Windler, Christan, 2002, La diplomatie comme expérience de l’autre : consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Librairie Droz S.A.

Ouvrages et documents en langue russe

17. Ватлин, Александр, 1993, Коминтерн: первые десять лет. Исторические очерки, Москва, издательский центр Россия молодая.

18. Видясова Мария, Каздагли Нежмеддин, 2003, « Представления тунисцев о России и образ Туниса в глазах россиян XVIII- начало XX в.», in: Смилянская И.М. (отв. Ред.). Всматриваваясь друг в друга. Россия и арабский мир: взаимное восприниятие,  Москва, Институт востоковедения РАН, с. 138-163.

19. Горинов, М.М., Горский А. А, Данилов, А, А, 2005, История России с древнейших времен до начала XXI века. Москва, дрофа.

20. Грибанова Валентина, Жерлицына Наталья, Летнев Александр, 2010, Африканцы и россияне на перекрестках истории. Москва, институт африки РАН.

21. Документы внешней политики СССР, 1963. Москва, Т. 8.

22. Жерлицына, Наталья, 2012, Советский Союз и Тунис. Из истории отношений (1917-1991). Москва, институт африки РАН.

23. Kaдагли, Нежмеддин, 2010, « Дипломатическая периписка между Тунисом и Россией в 60-е годы XIX века», вестник санкт- петербургского университета, серия 13, выпуск 3, c. 3-13.

24. Мусатова,Татьяна, 1990, Россия – Марокко : далекое и близкое прошлое. Москва, наука, главная редакция восточной литературы

25. Махров К. В.,2008, Русская колония в Тунисе (1920-2000). Москва, «Русский путь».

26. Орлов А.С., Георгиев В.А., Георгиева Н.Г., Сивохина А. Т., 2009, История России, Москва, проспект.

27. Рябцев Ю., 2003, История русской культуры. Москва, издательство Росмэн-Пресс.

28. Сборник действующих договоров, соглашений, конвенций,    заключенных  c                                  иностранными государствами. Москва, 1964

29. СССР и арабские страны (1917-1960). Документы и материалы., 1961, Москва.

30. СССР и Cтраны Африки 1946-1962. Документы и материалы. Т. 1, Москва, 1963,

31.Труевцев К., Фоменко Н., 1993, Тунисская Республика. Справочник. Москва, наука, главная редакция восточной литературы, том 1.

32. Филиппов А.В. (под редакцией), 2008, История России 1945-2008. Москва, просвещение.

33. Щагина Э. М., Лубкова, А, В.,  2004, Новейшая отечественная история. XX век. Москва, гуманитар. изд. центр владос.

Ouvrages et documents en langue arabe

34. خروشوف يتذكر.1971.مقدمة و تعليق و ملاحظات ادوار كرانشكو.

نقله عن الأصل الروسي و جمعه و حرره بالانكليزية ستروب تالبوت.نقل عن الانكليزية.بيروت.دار النهار للنشر

 « N. Khrouchtchev se souvient », 1971, Textes russes réunis et traduits en anglais par Stroub Telbout, avec une introduction et des commentaires d’Edouard Kranchou. Le livre est traduit en arabe, Beyrouth, Dar El Nahar.

35. التونسي.محسن.2000. »موقع الروسية على خريطة تونس اللغوية ».واقع اللغات و مستقبلها في تونس. مركز النشر الجامعي. تونس.ص.263.-292

Tounsi, Mоhsen, 2000, « Position du Russe dans la carte linguistique en Tunisie », in : Les langues en Tunisie : état des lieux et perspectives, Tunis, Centre de publication universitaire, p. 263-292.

36. في الشرق الأوسط و شمال إفريقيا من بطرس الأكبر حتى فلاديمير بوتين. بيروت.الدار العربية للعلوم ناشرون

     زيدان.ناصر.2013. دور روسيا (الطبعة الثانية)

Zidene, Nacer, 2013, Le Rôle de la Russie au Moyen Orient et en Afrique du Nord de Pierre le grand à Vladimir Poutine, Beyrouth, Ed. La Maison Arabe des Sciences.

KRYLOVA Natalia

La langue russe dans le milieu étudiant africain. Problèmes et modes d’assimilation[1]

Natalia KRYLOVA

 Texte traduit du russe par Sonia COLPART

Les enquêtes du Groupe d’études sociologiques concrètes de l’Institut d’Afrique de l’Académie des sciences de l’URSS (ASURSS), menées avec l’Association soviétique de sociologie (ASS) dans les années 1970, ont révélé un ensemble de problèmes que les étudiants africains faisant leurs études en Union soviétique considéraient comme déterminants dans leur processus d’adaptation. Ces étudiants mentionnaient des problèmes causés par le nouveau milieu culturel et social : conditions climatiques difficiles pour un habitant de l’Afrique, problèmes d’alimentation, etc. Bien sûr, le plus important était d’assimiler la langue comme outil principal pour établir des contacts avec le monde nouveau. Dans le cadre limité d’une communication, il est impossible de décrire et d’analyser tout l’éventail des problèmes relevant de l’« assimilation de la langue du pays d’accueil ». C’est pourquoi, nous examinerons seulement les premières phases d’étude de la langue russe par les étudiants africains, celles qui sont fondamentales pour le processus de leur activité sociale et de leur préparation professionnelle. Mais regardons, tout d’abord, comment ce problème était résolu sur place.

L’apprentissage de la langue russe, dans son ensemble, relevait de la compétence des Maisons de la science et de la culture soviétiques (MSCS) et des Centres culturels soviétiques ouverts dans les pays africains. Ces centres travaillaient en permanence « à expliquer la ligne politique de l’Union soviétique, qui avait pour but de développer la collaboration sous toutes ses formes avec les jeunes États et de soutenir la lutte de libération nationale des peuples contre l’impérialisme et la réaction, pour une indépendance véritable et pour la souveraineté ». Par leur activité multiforme, ils avaient pour mission de contribuer à satisfaire l’intérêt toujours grandissant de la société civile de ces pays pour l’URSS, l’expérience soviétique de la construction sociale, économique et culturelle, de s’opposer activement à la propagande impérialiste antisocialiste et antisoviétique. Ainsi, de fait, au 1er janvier 1987, des centres culturels soviétiques étaient ouverts en Algérie (El-Djazair, 1963), en Angola (Luanda, 1977), au Bénin (Cotonou, 1977), au Burkina Faso (Ouagadougou, 1972), au Ghana (Accra, 1960), en Guinée (Conakry, 1972), au Congo (Brazzaville, 1966), en Mauritanie (Nouakchott, 1977), à Madagascar (Antananarivo, 1978), au Mali (Bamako, 1962), au Maroc (Rabat, 1968), au Mozambique (Maputo, 1976), au Nigeria (Lagos, 1968), au Sénégal (Dakar, 1969), en Sierra Leone (Freetown, 1975), au Soudan (Khartoum, 1965), en Tunisie (Tunis, 1965), en Ouganda (Kampala, 1967), en Éthiopie (Addis-Abeba, Exposition permanente soviétique, 1945)[2]. Cependant, ces centres avaient pour principale activité de faire de la propagande parmi la population locale. L’Union des Sociétés d’amitié soviétiques, qui chapeautait ces organismes durant la période étudiée (1960-1980), accordait une attention particulière justement à ce type de travail : elle envoyait à l’étranger des lecteurs qui faisaient connaître à la société civile étrangère les réalisations du peuple soviétique, sa politique extérieure en faveur de la paix ; elle organisait des bibliothèques, dont les fonds étaient pourvus en publications soviétiques de base (éditions « Progress », « Radouga », « Agence de presse Novosti », etc, qui éditaient littérature périodique et autre en anglais, espagnol, arabe, français, portugais). On veillait particulièrement à pourvoir les manifestations en documents des Congrès du PCUS, en œuvres des classiques du marxisme-léninisme, en littérature politique de vulgarisation. De leur compétence relevait l’organisation d’exposition de photos, à l’occasion des dates marquantes de la vie du peuple soviétique. Un secteur efficace de l’activité de ces centres était la projection publique de films soviétiques.

En même temps qu’elle accordait beaucoup d’importance à la diffusion de la langue russe dans le monde « en tant qu’important moyen de communication entre les peuples, et pour permettre à la population des pays d’Afrique de se familiariser avec la vie et les réalisations du peuple soviétique », l’URSS élargissait aussi cette branche de son activité sur place, à travers un réseau de cours et de cercles de langue russe auprès des Centres culturels soviétiques et des sociétés d’amitié avec l’URSS. Une filiale de l’Institut de la langue russe, par exemple, ouverte en 1977 au Congo (Brazzaville), participait activement à cette activité. En République populaire du Congo, dans la deuxième moitié des années 80, on comptait environ 6400 personnes étudiant la langue russe. Le russe était enseigné à l’Université M. Ngouabi, l’École supérieure du parti près le CC du Parti Communiste du Travail, dans 17 lycées du pays ; dans 11 villes du Congo existaient des cours et des cercles de langue russe. Les diplomates soviétiques accrédités alors en RDC notaient un intérêt constant pour la langue russe, relevant en premier lieu de l’aspiration des Congolais à mieux connaître la vie en Union soviétique, les événements et les changements qui s’y produisaient, ainsi que de l’intention de nombre d’entre eux de recevoir ou de poursuivre une formation en URSS. Il ressort des réponses obtenues lors de nos enquêtes au Congo qu’il y avait un intérêt particulier pour l’étude du russe. La femme d’un Congolais qui avait terminé ses études à l’École militaire d’Odessa, demeurant alors à Brazzaville, a noté dans son interview : « De très nombreux Congolais reçurent alors une formation supérieure et secondaire, surtout supérieure. Y compris en URSS. Il me semble bien qu’à une certaine période, le Congo était un des premiers pays africains où un aussi grand nombre de gens avaient une instruction supérieure et où ils avaient étudié en URSS. C’est un petit pays et il y en avait vraiment beaucoup ».

Dans la deuxième moitié des années 80 furent créés de nouveaux centres au Bénin, au Mozambique, à Sao Tome et Principe, au Soudan, en Algérie, en Angola, au Ghana. À cette période, à Madagascar, dans des villes de province, furent aussi ouvertes des filiales de cours de russe dans des sections de sociétés d’amitié avec l’URSS. La direction de l’Union des Sociétés d’amitié soviétiques notait en même temps dans ses rapports, pour cette période, qu’« alors que la diffusion de la langue russe s’élargissait géographiquement dans l’ensemble, on observait dans certains pays du continent une diminution du nombre de personnes qui étudiaient celle-ci ». Afin de populariser la langue russe, les Centres organisèrent nombre de manifestations (telles que, par exemple, l’Année de la langue russe en France pour les pays d’Afrique francophone), des concours nationaux et des olympiades de langue russe, des camps d’été de langue russe, des conférences nationales plénières sur les méthodes d’enseignement de la langue russe, etc.

L’Union des Sociétés d’amitié en URSS apportait aussi son aide aux sociétés d’amitié à l’étranger, pour préparer les cadres nationaux d’enseignants de la langue russe. Environ 450 enseignants venus d’États capitalistes ou en développement (y compris africains), suivirent des cours de perfectionnement entre 1980 et 1985 à l’Institut de la langue russe A.S. Pouchkine, pour avoir une qualification plus élevée. À l’Université d’État de Moscou M. Lomonossov et à l’Université de l’Amitié des Peuples P. Lumumba étaient organisés chaque année des séminaires internationaux de langue russe pour les enseignants de ces pays. Vers 1987 des stages universitaires de 45 jours accueillaient 200 enseignants étrangers travaillant dans le système des sociétés d’amitié.

On travaillait aussi à améliorer les méthodes d’enseignement et à développer le matériel technique des cercles et des cours de langue russe. Pour promouvoir et diffuser le russe, les médias étaient largement sollicités. La rubrique « La page de la langue russe » fut créée dans la revue Kultura i zhizn’ (Culture et vie), des informations furent publiées en plus grand nombre sur l’action menée en ce sens par l’Union des Sociétés d’amitié soviétiques, en lien avec les pays en développement, dans les revues Russkaya retch (Le discours en russe) et Russkij jazyk za rubezhom (La langue russe à l’étranger). On continuait à équiper les enseignants en moyens audiovisuels les plus modernes pour l’époque, on élaborait un programme pour fournir à certaines catégories d’auditeurs des manuels orientés professionnellement ; et à fournir aussi de la publicité, des matériaux didactiques, illustratifs.

Cependant, on peut se demander à quel point toutes ces actions étaient vraiment efficaces pour les Africains venus étudier en URSS. Pour se familiariser à l’avance avec la langue russe chez soi dans sa patrie et se préparer à pouvoir utiliser ensuite celle-ci lors de la formation à une profession, l’effet était pratiquement nul, malgré le large réseau des centres culturels soviétiques qui déployaient leur activité dans les jeunes pays africains indépendants. Nos recherches sur les étudiants africains de l’Institut d’État de médecine à Rostov-sur-le-Don (en 1971), de l’Institut automobile de Moscou et de l’Institut polytechnique de Rostov-sur-le-Don (années d’étude 1974-1975), ont montré qu’un nombre écrasant des jeunes venus des pays d’Afrique (en moyenne 98 %) n’avaient pas de connaissances au départ en russe. Leur connaissance du russe, selon l’expression imagée d’une personne que nous avons interrogée (un ancien étudiant de l’Université d’État de Kharkov, diplôme obtenu en 1980), se limitait à quelques mots et expressions « Sovietskij Soyuz (Union soviétique) », « Mir-druzhba (Paix et amitié) », « Gagarine », etc., reflétant l’essence idéologique du futur espace académique de l’étudiant africain. On peut trouver des explications. Avant tout, le contingent d’étudiants pour les établissements d’enseignement en URSS se composait pour une forte part de jeunes issus de familles plutôt pauvres, vivant en province (c’était du moins la stratégie de l’URSS lors de la sélection du contingent étudiant africain). Par ailleurs, un indice tel que la catégorie d’activité socio-professionnelle des impétrants eux-mêmes avant leur arrivée en URSS montrait aussi qu’il était peu probable qu’ils puissent se familiariser avec la langue russe dans leur pays.[3] Néanmoins, le fait même de mener ce travail de propagande constant à des niveaux divers avait probablement un rôle positif dans le choix du pays pour les études. Dans certains cercles de jeunesse, dans les pays d’Afrique libérés, se forgeait, grâce à ce travail, une image positive de l’URSS, où l’on pouvait recevoir une éducation supérieure de qualité et gratuite. Et c’était, sans doute, le motif le plus attractif pour la plupart des Africains qui allaient étudier en URSS.

Concernant l’apprentissage réel du russe en tant que principal outil pour prendre connaissance de la culture de la partie invitante, et apprendre la future profession, ces problèmes étaient réglés sur place, c’est-à-dire dans les établissements d’enseignement en URSS. Pour les jeunes Africains ayant décidé de s’y former, cela avait lieu dans les facultés préparatoires des établissements d’enseignement supérieur de l’URSS. C’est sur ces structures, fréquentées avant d’entrer dans l’établissement d’enseignement supérieur lui-même, ou à l’intérieur de celui-ci, que reposait la charge de faciliter l’adaptation.

Qu’est-ce qu’une faculté préparatoire, et quel est son rôle ?

Une faculté préparatoire d’un établissement d’enseignement supérieur en URSS est un centre d’études d’État assurant une formation préalable avant les études elles-mêmes, ayant une longue et riche histoire[4]. La tâche principale de la faculté préparatoire est de préparer les étudiants des pays étrangers qui ne parlent pas le russe à suivre ensuite la formation dans l’établissement d’enseignement supérieur et au-delà. Dans la faculté préparatoire, les étudiants étrangers étudiaient le russe et des matières particulières. Celles-ci dépendaient du choix de la future spécialité (mathématiques, physique, chimie, biologie, informatique, géographie, histoire, littérature). Le travail y était habituellement organisé selon un programme spécial de formation sur une année académique (sept à dix mois). Les cours commençaient en général en octobre. Dans chaque groupe, en fonction de la formation, étudiaient de trois à huit étudiants. Le programme de la faculté préparatoire était conçu pour un niveau normal de difficultés, c’est pourquoi un étudiant africain moyen, qui suivait tous les cours, effectuait les exercices pratiques et ceux à faire chez lui, n’avait pas en général de grandes difficultés pendant ses études à la faculté.

1)    La première tâche sérieuse qu’avaient à résoudre les citoyens africains venus faire des études en URSS était d’assimiler la langue russe suffisamment pour suivre les cours des établissements supérieurs selon l’orientation choisie. C’était une étape extrêmement importante sur le chemin de l’acquisition des compétences langagières de l’étudiant africain, car c’est précisément à cette étape que se construisaient les représentations essentielles sur le système de la langue. De plus, la motivation pour étudier le russe n’était pas tant la communication avec les Russes au niveau de la vie courante, que la possibilité d’acquérir une profession. Par conséquent, le but essentiel pour les élèves de la fac préparatoire était d’assimiler la langue de leur spécialité, ce qui leur permettrait après de résoudre les différentes tâches dans le milieu de l’enseignement professionnel. On avait une année pour acquérir les bases nécessaires pour continuer la formation dans l’établissement d’enseignement soviétique dans la spécialité choisie. Ce qui était particulièrement compliqué dans les cas suivants :

  • « un niveau nul » en russe au début de la formation et un niveau minimal au moment de commencer à étudier les disciplines générales ;
  • des différences dans les systèmes nationaux d’enseignement, y compris dans les programmes et les technologies ;
  • des «trous» dans les connaissances pour les disciplines théoriques, en raison de causes diverses ;
  • un savoir-faire et des acquis insuffisants pour effectuer un travail personnel, partie intégrante obligatoire du processus d’étude.

La réussite de la formation des citoyens africains dépendait énormément des efforts consentis par les chaires de la faculté, et cette concertation devait être poursuivie sur toute la période de préparation avant l’entrée dans l’établissement d’enseignement.

2)    L’étude de la langue russe par le contingent étudié se déroulait, dans de nombreux cas, en situation de multilinguisme, ce qui entraînait certaines difficultés ; pour les surmonter, il fallait revoir les modes de présentation de l’objet, employer différentes méthodes. Le manuel était conçu de façon à intéresser l’étudiant et à lui donner les connaissances sous une forme accessible et intéressante. Pour apprendre le russe, à la fac préparatoire, dans les conditions d’un groupe polyethnique, on utilisait un cours spécial de formation à la grammaire pratique, matériel basé sur les idées de la grammaire communicative (conception de types communicatifs du discours).

Il faut se souvenir que le début d’une formation dans un pays inconnu, avec sa culture nouvelle incompréhensible, s’accompagne toujours d’un inconfort psychologique. Par conséquent, on s’intéressa davantage aux problèmes posés au niveau ethno-psycholinguistique, qui considèrent la langue comme le reflet de la réalité socioculturelle. Il était par conséquent obligatoire d’étudier le tableau du monde dans son ensemble, celui qui est présent dans la tradition culturelle tant de son propre monde que dans celui des peuples que l’on étudie, et conduisait logiquement à étudier la mentalité, en allant jusqu’aux profondeurs inconscientes du psychique.

3)    Le processus d’enseignement, au fond, c’est la création en commun de deux partenaires, le professeur et l’étudiant. L’enseignement dans les universités et les établissements supérieurs d’URSS, où étudiaient les étudiants africains, était assuré, en général, par des enseignants spécialistes de la langue russe, c’est-à-dire des pédagogues connaissant une des langues européennes (la langue de la métropole), c’est pourquoi, aux premières étapes du processus d’enseignement, les enseignants et les élèves échangeaient presque sans aucune barrière linguistique. Mais lorsque le pédagogue passait au texte écrit, les difficultés commençaient, car les étudiants n’étaient pas encore préparés à assimiler les connaissances. Même ceux d’entre eux qui se spécialisaient en sciences humaines, car ces disciplines nécessitent de connaître beaucoup de vocabulaire, de comprendre de manière adéquate les termes et les notions historico-culturelles en russe. Beaucoup d’étudiants, en raison des particularités de la préparation en sciences humaines dans leurs pays, connaissaient mal les termes et les notions des sciences humaines ; ils ne connaissaient souvent pas bien l’histoire de leur pays, sans parler de l’histoire et de la culture de la Russie. Ainsi, nos enquêtes dans les établissements d’enseignement supérieur cités ci-dessus ont montré que 85 % des étrangers, avant d’arriver en URSS dans ces établissements, n’avaient jamais étudié l’histoire et la culture russes.

Le discours oral jugé « correct » est l’utilisation intelligente des mots, leur disposition correcte dans la phrase, la formation de l’expression avec le son et l’intonation –  encore un problème aux premières étapes d’étude de la langue russe par les étudiants africains. L’assimilation du discours sonore en russe s’accompagnait souvent pour eux de nombreuses difficultés, dues à différents facteurs : la complexité de la construction phonétique de la langue russe, les interférences venant de la langue maternelle, l’incapacité à reproduire correctement l’intonation du mot et de la forme verbale, etc. Et le professeur devait se rappeler que la formation à la prononciation doit se construire aussi en tenant compte de la langue maternelle des élèves : de la composition des phonèmes, du système des oppositions sonores, de la place et du mode de production des sons, du caractère de l’accent tonique et de l’intonation. C’est important parce que les particularités phonologiques du système du russe et de celui des langues européennes des métropoles présentent des différences qui influent sur le processus d’assimilation de l’ensemble des normes de la langue russe. Le professeur de russe devait connaître les particularités distinctives du système phonétique de la langue maternelle des élèves.

Le plus compliqué dans le travail avec l’étudiant africain était d’avoir une approche individuelle pour enseigner le russe, ce qui exigeait du pédagogue d’arriver à organiser le processus d’enseignement, le contenu du matériel à étudier, les méthodes d’enseignement de manière adéquate en fonction du niveau de préparation, des particularités et des possibilités individuelles, des capacités et des intérêts de tous les étudiants. Pour arriver à appliquer cette approche, on donnait des devoirs, des consultations individuelles. Et là les pédagogues eux-mêmes apportaient une aide inappréciable, désintéressée, aux étudiants africains, en travaillant de manière complémentaire avec eux, en dehors des salles de cours, souvent de leur propre initiative. En outre, les enseignants disposaient d’une quantité considérable de littérature didactique spécialisée, destinée à optimiser le processus d’enseignement et à faire en sorte que l’étudiant africain assimile avec succès les bases de la langue russe. Les manuels et ouvrages didactiques édités dans ces années-là sont utilisés avec succès même aujourd’hui ; leur qualité professionnelle reste élevée encore maintenant  et est largement utilisée dans la pratique du travail avec les étudiants étrangers.

Enfin, l’enseignant qui travaillait avec l’étudiant africain devait savoir établir un dialogue pour arriver à des résultats, inspirer confiance et respect ; il devait être capable de sentir l’état d’esprit de l’étudiant. Dans la formation et l’éducation, le fait que l’enseignant connaisse bien ses étudiants jouait un grand rôle. Par exemple, pour mieux connaître ses nouveaux élèves, le professeur pouvait leur proposer lors des premiers cours de parler de leur famille, de ce qui les intéressait, des difficultés auxquelles ils se heurtaient dans le processus de formation dans l’établissement d’enseignement supérieur en URSS. Le pédagogue ne devait pas seulement transmettre la matière à enseigner, mais il devait aussi prêter attention à l’état de santé et à l’état d’esprit des élèves. C’était cela, la spécificité du travail avec les étudiants africains. Et une telle relation suscitait, en règle générale, une réaction réciproque de leur part, de la sympathie pour le professeur, qui très souvent se transformait en intérêt pour la matière étudiée. Les personnes que nous avons interrogées, parmi les diplômés des établissements d’enseignement supérieur et des universités soviétiques des années 80 (à Tunis, au Maroc) parlent jusqu’à maintenant avec chaleur et amour de leurs premiers professeurs en URSS, de leurs efforts héroïques pour les aider de façon désintéressée dans la première période de leur formation : ils se rappelaient facilement leurs noms, les épisodes vécus ensemble.

On sait que la langue du pays d’accueil s’assimile surtout au niveau de la communication verbale, dans les contacts quotidiens avec les porteurs de celle-ci. L’adaptation de l’étudiant africain à la langue russe se passait nettement mieux s’il participait à la vie estudiantine et culturelle de son établissement, s’il avait des contacts avec la population. La nécessité de pratiquer tous les jours la langue oralement, le fait qu’il n’y avait souvent pas d’alternative dans la communication poussaient inévitablement l’étudiant à assimiler les tournures de la langue courante et à retenir de nouveaux mots. Les compatriotes des « étudiants petits nouveaux » aidaient ceux-ci à s’adapter en douceur au discours oral en russe, surtout lors de manifestations internationalistes organisées en commun, par exemple les journées de la culture nationale.

Cependant, entre eux les étudiants africains, surtout dans les premiers temps de leur adaptation, préféraient parler dans leur langue maternelle (surtout lors de réunions entre compatriotes, et ce n’était pas la langue de la métropole, mais la langue maternelle africaine ou un dialecte) et c’est avec une certaine difficulté qu’ils entraient en contact avec ceux qui ne parlaient pas leur langue maternelle.

Pourtant, dans l’ensemble, les étudiants africains, en règle générale, possédaient assez bien la langue russe à l’oral, dès la deuxième ou troisième année. Et la plupart d’entre eux n’avaient pas seulement une connaissance grammaticale de la langue, ils assimilaient aussi facilement les mimiques, la tonalité du discours, la gestuelle propres aux citoyens russophones (ce qui pouvait parfois compenser leurs lacunes en grammaire. Pratiquement tous les agents de leur socialisation sociolinguistique – les enseignants, l’administration des établissements et des soviets municipaux, les étudiants soviétiques, les chercheurs-africanistes – l’ont remarqué).

Les Africains qui avaient une forte motivation pour apprendre le russe à la perfection, qui voulaient qu’on les prenne pour des porteurs de la langue (les relations conjugales et familiales avec les représentants de l’autre culture langagière en étaient souvent la cause prépondérante), avaient recours à un enseignement spécial, complétant la communication informelle. Mais la plupart des étudiants étudiaient le russe en vue de leur préparation professionnelle, car la connaissance du russe au départ et même les cours intensifs dans les facultés préparatoires n’étaient pas suffisants pour bien assimiler l’enseignement prodigué.  Généralement, la langue du pays accueillant l’étranger est surtout assimilée au niveau de la communication verbale, dans les contacts quotidiens avec les porteurs de celle-ci. Ainsi, le prétexte invoqué par les femmes pour faire connaissance avec leurs futurs maris était souvent la nécessité d’aider ceux-ci à étudier le russe. Dans l’ouvrage de l’auteur « Les Afro-russes. Mariage. Famille. Destin », un chapitre entier est consacré à cette question. Les femmes interviewées disaient aussi qu’elles ne voulaient pas seulement aider leur futur mari à apprendre le russe, mais qu’elles aspiraient aussi à recevoir de lui, en retour, les connaissances nécessaires en français, anglais ou portugais. Et, bien sûr, il ne faut pas oublier le rôle important du milieu étudiant soviétique lui-même, qui, avec les différentes formes de communication avec la jeunesse étudiante en dehors des cours, aidait beaucoup les étudiants africains à apprendre la langue russe.

 

Bibliographie

Dmitrieva, I.V., La coopération des pays africains dans le domaine de la formation et de la préparation des cadres. La formation dans les pays d’Afrique dans les années 80, Moscou, 1988, p. 128-157.

Kirko, V.M., « Tentative d’examen sociologique concret de la jeunesse étudiante africaine de Rostov-sur-le-Don, à l’Institut d’État de médecine (avril 1971) », Problemy Afriki (Voprosy sotsiologii-Questions de sociologie, N°1), Bulletin spécial N° 12 (62), Moscou, 1973 (à usage interne).

Kirko, V.M., Les problèmes du travail idéologique parmi les étudiants africains en URSS. Partie 1., Moscou, 1976, p. 5-50 (à usage interne).

Krylova, N.L., Tchertkov, V.L., « Origine sociale et objectifs des étudiants d’Afrique tropicale », Questions de sociologie dans les études sur l’Afrique en URSS, N° 6, Moscou, 1982, p. 7-29 (à usage interne).

Krylova, N.L., Les étudiants et la société en Afrique Tropicale, Moscou, Nauka, 1992.

Krylova, N.L., Les Afro-russes : mariage, famille, destin, M., ROSSPEN, 2006.

Krylova, N.L., Archives personnelles. Fonds non inventorié.

« Matériaux pour rendre compte de l’activité de l’Union des Sociétés soviétiques d’amitié et de relation culturelle avec les pays étrangers », Moscou, mars 1987 (à usage interne).

« Matériaux du XXVIIe Congrès du PCUS », Moscou, Politizdat, 1986, p. 174-175.

Ambassade d’URSS en République populaire du Congo. Brazzaville. Note « Sur l’étude de la langue russe par les diplômés des établissements d’enseignement soviétiques et par les enfants des citoyennes soviétiques vivant en permanence en République populaire du Congo », en date du 30 août 1988.

Voz ‘mitel’, A.A., « Étude de l’efficacité du travail de propagande au moyen de cours », Problemy Afriki, Bulletin spécial N°6 (71). Moscou, 1974, p. 37-46 (à usage interne).

Zatsarenskiï, V.I., « Étude sociologique des nouveaux contingents d’étudiants africains en URSS », Questions de sociologie dans les recherches sur l’Afrique en URSS N° 6. Moscou, 1982, p. 40-54 (à usage interne).


[1]            L’étude a été réalisée avec le soutien du RGNF. Projet № 13-21-08001 « Étudiants africains en URSS : la mobilité post-universitaire et le développement de la carrière ».

[2]            Plus tard, après la dislocation de l’URSS (à partir de 1993), beaucoup de ces centres ont disparu, parce qu’ils n’avaient pas les moyens de louer des locaux. Actuellement, des Centres pour la science et la culture russes et leurs représentations existent en Égypte (au Caire et à Alexandrie), en Tunisie (Tunis), au Maroc (Rabat), en Éthiopie (Addis-Abeba), au Congo (Brazzaville), en Tanzanie (Ar-es-Salam), en Zambie (Lusaka), en République d’Afrique du Sud (représentations de ROSSOTRUDNICHESTVA près l’Ambassade de la Fédération de Russie).

[3]                 Les données sur la répartition des étudiants selon la catégorie de leur activité avant leur arrivée en URSS (sondages effectués à l’Institut d’État de médecine à Rostov-sur- le-Don en 1971), se répartissaient de la manière suivante : personnes employées dans les transports, les services, les entreprises d’État : 19,50 % (poids spécifique du choix naturel) ; personnes employées dans une entreprise privée ou dans l’agriculture : 28,50 % ; étudiants : dans des établissements d’enseignement supérieur :15 % ; dans des écoles publiques d’enseignement général ou des écoles professionnelles : 28 % ; dans des écoles de missions ou des écoles privées : 6 %. En même temps, l’indice « Note moyenne du taux de réussite des étudiants africains sachant et ne sachant pas le russe en arrivant à l’Institut d’État de médecine à Rostov-sur-le-Don (en faculté préparatoire), montre une très faible différence dans le taux de réussite entre les deux groupes d’étudiants africains. Par exemple, pour les étudiants nigériens, elle représentait respectivement 4,0 et 3,8 ; pour les étudiants ougandais, éthiopiens, marocains, mauritaniens, rwandais, 4,3 et 4,2. Au total, pour la faculté préparatoire de l’Institut d’État de médecine à Rostov-sur-le-Don, les différences représentaient respectivement 4,3 et 3,8.

[4]            Par exemple, la faculté préparatoire de l’Institut automobile de Moscou est la plus ancienne en Russie, créée en octobre 1960, après celle de l’Université d’État de Moscou Lomonossov. De 1960 jusqu’à nos jours, plus de 13 000 citoyens étrangers y ont reçu une formation. Les premiers étudiants étrangers sont arrivés à l’Université d’État du Kouban en 1948, et en 1953 ils ont reçu leur diplôme d’ingénieur. En 60 ans dans cet établissement furent formés des citoyens de 60 pays du monde, dont l’Algérie, l’Angola, l’Afghanistan, le Bangladesh, le Bénin, le Vietnam, le Ghana, l’Inde, la Jordanie, le Cameroun, la Chine, le Congo, le Liban, le Laos, la Mongolie, le Nigeria, le Soudan, la Syrie, la Turquie, le Tchad, l’Éthiopie, et d’autres. Tous les étudiants étrangers qui y ont étudié jusqu’aux années 90 arrivaient soit par la voie étatique, soit sur invitation de différentes organisations de la société civile. La fac préparatoire de l’Université nationale de Kiev Taras Chevtchenko a commencé son activité en 1920, lorsque fut créée une section préparatoire de la faculté des ouvriers. En 1960 s’ouvrit une faculté préparatoire pour les citoyens étrangers, en 1969, une section préparatoire pour les citoyens ukrainiens. En 1997, ces deux structures furent réunies en faculté préparatoire. La faculté préparatoire de l’Université d’État de médecine de Rostov-sur-le-Don fut créée en 1966. Durant toutes ces années, la faculté prépara plus de 11 000 étudiants de 102 pays. En 1991, sur décision du ministère de la Santé de la Fédération de Russie, la faculté préparatoire de l’Université d’État de médecine de Rostov-sur-le-Don fut désignée comme la principale, fondamentale pour l’étape de préparation préalable des étudiants étrangers voulant étudier dans les établissements supérieurs de médecine en Russie.

LABACHE Lucette

Parcours migratoires des Réunionnais formés dans les pays de l’Est

Lucette LABACHE

C’est dans le contexte inédit de la mise en place de la départementalisation à l’île de La Réunion, qu’apparaît le projet de coopération avec les pays de l’Est. Dans une période de mécontentement généralisé, la création du Parti Communiste de la Réunion (PCR), en 1959, bénéficie immédiatement d’un large soutien populaire. Son leader, Paul Vergès (né en 1926, actuel doyen du Sénat), se lance dans un combat contre la politique coloniale française dans l’île et prône une « voie réunionnaise ». Il refuse d’utiliser le terme de « Métropole » pour parler de « La France » qu’il considère comme une nation de tutelle. Tout comme il récuse la notion de « département » au profit de celui de « pays » qui a droit à sa souveraineté. Pour atteindre cet objectif, le PCR se positionne en faveur d’un changement institutionnel de l’île, revendique l’autonomie, puis l’indépendance. Dans sa contestation du colonialisme, le PCR va s’opposer à la filière de l’enseignement supérieur qui s’effectuait en Métropole et créer une filière de formation vers les pays de l’Est pour envoyer des Réunionnais suivre un cursus dans les « pays frères ».

Depuis le début des années 60 jusqu’au milieu des années 80, des centaines de Réunionnais ont connu l’expérience d’un séjour dans les pays de l’Est soit pour une formation supérieure de plusieurs années, soit pour un stage de quelques mois ou une rapide « visite d’amitié et de solidarité ».

À partir d’entretiens menés en janvier 2012, puis en août et en septembre 2013 à l’île de la Réunion, de rencontres informelles à Paris avec des anciens de l’ex-bloc-soviétique, des échanges par mails ou sur Skype avec ceux installés à l’étranger, l’objectif de cette communication est de présenter des résultats partiels relatifs au parcours migratoire des témoins, en prenant en compte leurs motivations pour partir, l’insertion dans les pays d’accueil, leurs trajectoires sociales et leur devenir à l’issue de leur formation. Notre échantillon est très hétérogène : nous avons interviewé des profils très différents, tels que des leaders du Parti communiste ou des organisations satellites, migrants Réunionnais en métropole, syndicalistes, militants communistes. Pour des raisons d’homogénéité dans l’analyse, nous nous focaliserons plus particulièrement sur l’échantillon des étudiants partis pour un cursus dans l’enseignement supérieur.

De la colonisation à la départementalisation

Depuis la prise de possession de l’île, hormis une brève période d’occupation par les Anglais (1810-1815), les relations ont été fusionnelles entre la colonie et sa métropole. Tout au long de son histoire, La Réunion a calqué son organisation politique, administrative, juridique, scolaire sur celle de la Métropole. Les différentes mesures politiques prises pour la colonie vont dans le sens d’un renforcement des relations entre les deux entités. À partir du début du XIXe siècle des « lois spéciales » votées spécifiquement pour les « quatre vieilles colonies » (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion) les distinguent des autres possessions de l’empire colonial français et les confirment comme le prolongement de la patrie.

À la fin du XIXe siècle, La Réunion n’était plus une colonie prospère et, de ce fait, ne représentait plus un grand intérêt pour la France qui porte alors son attention sur les immenses potentialités de Madagascar. Quasiment abandonnée, l’île traverse plusieurs crises tant économique, sociale que sanitaire. La population, en dehors des « Gros Blancs » qui représentent les nantis de la société réunionnaise, vit dans un état de misère déplorable. Les gouverneurs d’alors pensaient à « sauver l’île » en la dotant d’institutions modernes qui la feraient sortir de l’optique de la colonisation. Aussi, pour l’historien Schérer (1980 : 97) « parmi toutes les solutions possibles pour accomplir cette tâche gigantesque, la transformation de l’île en département apparaissait comme historiquement la plus logique ».

Dans les années qui précèdent la deuxième guerre mondiale, au moment même où le processus de décolonisation s’amorce dans plusieurs pays de l’empire colonial français, où les îles Maurice et Madagascar entrent dans une phase de pré-accession à l’autonomie, les souhaits des Réunionnais portent sur une modification du statut juridique de leur île et souhaitent sa transformation en département.

À cette époque, deux sociétés s’opposent radicalement dans la colonie. Une oligarchie représentée par la bourgeoisie blanche, les « Gros Blancs », domine le monde de la politique, de la justice, des affaires économiques et de l’administration. Elle se montre hostile à la départementalisation car d’une part, le maintien de ses privilèges était en cause et d’un autre côté, parce que le nouveau statut juridique, par les possibilités nouvelles qu’il offrirait à toute la population allait modifier, sinon bouleverser un ordre jusque-là bien établi. Face à cette classe possédante, une masse défavorisée avait commencé à se dynamiser avec l’arrivée au pouvoir, en 1936, du Front Populaire. Elle s’organisait pour entamer une lutte pour ses droits. Les luttes ouvrières parviennent à regrouper de plus en plus de personnes au sein de syndicats qui se donnent pour revendication la réduction du temps de travail, la mensualisation des salaires et les quinze jours de congés payés.

À côté de cette organisation pour une reconnaissance des droits, les luttes syndicales prennent une autre dimension avec l’apparition de nouvelles revendications. Dès 1936, les slogans « La Réunion, département français » apparaissent sur les banderoles lors des manifestations syndicales. L’historien Prosper Eve note que « lors d’une manifestation pour la paix le 11 novembre 1936 dans les rues de Saint-Denis, la première banderole porte l’inscription Fédération Réunionnaise du Travail – Réunion Département Français. Pour les leaders de la FRT, l’amélioration des conditions de vie des travailleurs durement frappés par la misère, le paludisme, passe par le resserrement des liens avec la Métropole et par l’accession de l’île au statut de département ». (Eve, 1991 : 56).

Un mouvement, l’Union Départementaliste, se crée au sein de cette masse et regroupe principalement des petits planteurs, des ouvriers, des dockers, des cheminots. En 1945, le CRADS – Comité Républicain d’Action Démocratique et Sociale – avec à sa tête Raymond Vergès, est fondé pour représenter les forces populaires auxquelles sont venues se joindre les classes moyennes (Chaudenson, 2007).

Au cours de cette même période, les communistes conquièrent la plus grande partie des municipalités. Par l’intermédiaire des appareils municipaux, la revendication pour la départementalisation, dont les thèmes majeurs sont la lutte contre les inégalités sociales et la similitude d’identité entre La Réunion et la Métropole, gagne très vite le soutien de la population. Aux élections législatives (1946), le mouvement départementaliste obtient la majorité des sièges. À l’Assemblée Nationale, les représentants de la gauche des colonies de la Martinique, de la Guadeloupe et de La Réunion se regroupent autour de la revendication de la départementalisation.

La loi n° 46-451, votée à l’unanimité le 19 mars 1946, transformait La Réunion ainsi que la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane en département français d’outre-mer – DOM –. Cette nouvelle loi stipulait que :

  • Article 1 : Les colonies de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion et de la Guyane sont érigées en département français.
  • Article 2 : Les lois et décrets actuellement en vigueur dans la France métropolitaine et qui ne sont pas encore appliquées à ces colonies feront, avant le 1er janvier 1947, l’objet de décrets d’application à ces nouveaux départements.
  • Article 3 : Dès promulgation de la présente loi, les nouvelles lois applicables à la Métropole, le seront dans ces départements, sur mention expresse insérée aux textes.

(Notons que certaines lois attendront plusieurs décennies avant d’être appliquées à La Réunion.)

Une nouvelle voie calquée sur le modèle marxiste

Le changement statutaire est accueilli avec une liesse populaire. Cependant, la population qui attendait la mise en place rapide d’une politique de développement social et économique a vite été déçue par l’inertie de la Métropole, occupée à ce moment-là par les travaux de reconstruction et le règlement de la question de l’indépendance de ses colonies.

Le PCR prend alors acte de cet abandon du nouveau département d’outre-mer par la Métropole et lance le processus de la contre-dépendance (Mazrui, 1972) en fustigeant le néocolonialisme instauré par la départementalisation (Labache, 2002). L’adhésion populaire aux thèses marxistes devient une menace pour l’État qui réagit aux revendications sécessionnistes. Le combat contre le Parti Communiste Réunionnais est incarné principalement par un homme, Michel Debré (1912-1996), qui pour affaiblir l’idéologie de la contre-dépendance s’empresse d’accentuer la politique d’assimilation (Gauvin, 1996). Pour contrôler la jeunesse et éviter l’explosion sociale, arme politique brandie par le PCR, Michel Debré, alors premier ministre, crée le BUMIDOM (Bureau pour le Développement des Migrations de l’Outre-mer) chargé d’organiser le départ de milliers de travailleurs originaires des DOM vers la Métropole. Une autre mesure est prise à travers « l’ordonnance Debré » qui expulse de La Réunion vers la Métropole une douzaine d’autonomistes ou indépendantistes. Enfin, Michel Debré défie Paul Vergès sur son propre terrain en devenant député de La Réunion et se fera réélire à ce poste pendant 25 ans (Debré, 1988).

Dans ce contexte du combat contre le colonialisme, le PCR crée une filière politique de formation dans les pays de l’Est. Gilles Gauvin (2000 : 79) analyse cette période en argumentant que « revendiquant face au PCF une ‟voie réunionnaise”, le PCR ne peut cependant pas être étudié hors de l’Internationale Communiste dont il a défendu sans cesse une ‟application concrète”. Les nombreux voyages dans les pays communistes ou les études des Réunionnais à Moscou payées par l’URSS ne sont pour le PCR que l’affirmation d’une solidarité internationale ».

Cet acte de résistance politique visait la formation d’une nouvelle idéologie avec l’immersion de l’élite du futur État autonome dans des pays à culture marxiste, l’affaiblissement de l’influence française dans l’île, l’affranchissement de la nation de tutelle pour la formation des cadres et l’émergence du complexe de contre-dépendance au sein de la population (Vergès, 1993). Dans sa volonté de changement, le PCR s’appuie aussi sur un puissant média, le journal Témoignages qui relaie l’idéologie des pays de l’Est, avec par exemple la publication des articles de La Pravda, et fait aussi la promotion des Réunionnais formés dans le bloc soviétique à travers les chroniques que ces derniers écrivent.

Les étudiants

Les étudiants qui partaient pour la formation initiale étaient de jeunes Réunionnais, souvent issus des « masses les plus exploitées », et appartenant aux groupes ethno-culturels les plus défavorisés (Labache, 1999). Ils étaient dirigés vers les pays du bloc soviétique, majoritairement vers la RDA, la Roumanie et l’URSS, et certains d’entre eux ont séjourné en Hongrie ou en Ukraine. Par contre, les étudiants en médecine étaient orientés vers Cuba pour leur formation. Selon les entretiens exploratoires que nous avons effectués, les premiers étudiants réunionnais arrivent en URSS en 1964. Ces étudiants s’engageaient pour un long séjour dans les pays de l’Est puisqu’il s’agissait de cursus qui s’étalaient sur plusieurs années.

Ces étudiants (eux-mêmes ou les membres de leur famille) évoluaient tous dans la mouvance du PCR ou dans les organisations satellites affiliées à ce parti politique (extraits d’entretien ci-dessous). Citons les cinq satellites qui vont adhérer massivement au projet de formation des Réunionnais dans les pays de l’Est.

Avant même la création du PCR, l’Union des Femmes Réunionnaises (UFR) est créée en 1958 et revendique ouvertement l’autonomie pour l’île.

L’Organisation Démocratique de la Jeunesse Réunionnaise (ODJR) naît en juillet 1960 avec comme but de sensibiliser la jeunesse, de former les futurs cadres et de représenter l’île au sein de de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique. Son premier responsable est Elie Hoarau, homme de confiance de Paul Vergès et membre influent du PCR.

En 1967, l’ODJR est remplacée par le Front de la Jeunesse Autonomiste de La Réunion (FJAR) qui milite pour la reconnaissance d’un « pouvoir réunionnais et l’affirmation de l’entité réunionnaise ».  Elle a été dirigée pendant longtemps par Ary Yee Chong Tchi Kan. Ce FJAR regroupe des jeunes qui adhèrent à l’idéologie de la « jeunesse rebelle », c’est-à-dire qui s’engagent à lutter contre la « répression coloniale ».

Des dissidents du FJAR fondent le mouvement Jeunesse Marxiste de La Réunion, se dotent d’un journal éponyme et prennent position pour l’indépendance de l’île (Chane-Kune, 1996 : 288). Ses responsables prônent aussi un rapprochement avec les pays de l’Est et militent pour la formation des jeunes dans le bloc soviétique.

En 1968, la section locale de la CGT se transforme en Confédération Générale des Travailleurs Réunionnais (CGTR). Ce mouvement syndical va lui aussi soutenir la formation de plusieurs de ses cadres dans le bloc soviétique.

Présentation des étudiants

Jean, Jacques, Pierre et Alain sont partis étudier dans les pays de l’Est. Les trois premiers sont des pionniers qui ont utilisé le dispositif de la filière migratoire mis en place par le PCR dès les années 60, tandis qu’Alain fait partie du groupe des derniers départs. Ces quatre témoins qui reconnaissent les mérites d’une formation de qualité acquise à l’Est, ont connu des parcours très contrastés à l’issue de leurs études : retour à La Réunion ou au contraire nouvelle circulation nationale ou internationale, tentative de reconversion professionnelle, essai de capitalisation des acquis, fidélité au Parti Communiste Réunionnais ou au contraire prise de distance critique, désillusions et amertume, tels sont les aléas qui ont marqué la vie de ces anciens étudiants.

Nous présentons ci-dessous les résultats des premières analyses.

Jean, né en 1945 à La Réunion (20 ans au moment du départ)

  • père : commerçant
  • mère : employée de mairie (accueil)
  • période d’étude : 1965-1973.

Il étudie la médecine pendant quatre ans à Moscou puis s’engage dans une spécialisation de deux ans à La Havane en médecine tropicale. Sa thèse porte sur le paludisme.

Il rentre à La Réunion en 1973. Il est confronté à la question de l’équivalence des diplômes.

En 1974, il essaie de s’installer à Bordeaux et subit un déclassement professionnel. Il est employé comme « infirmier occasionnel ». Il y reste pendant deux ans.

1977 : il s’installe au Salvador où il réside toujours. Il exerce comme médecin.

De 1998 à 2001 : il exerce à l’hôpital de Lubumbashi (République Démocratique du Congo), puis procède à une réorganisation des services, de l’enseignement et de la clinique.

2001 : retour au Salvador.

Actuellement, il vient une fois par an à La Réunion. Depuis les années 90, il a pris ses distances avec le PCR et les principaux responsables.

Jacques né à Paris en 1963 (19 ans au moment du départ)

  • père : enseignant (secondaire)
  • mère : secrétaire.
  • Son père (autonomiste) a été affecté en « France » de 1961 à 1972.

Départ en 1982 en RDA pour un cursus de quatre ans pour devenir cadre du renseignement. Il était destiné à s’occuper de la sécurité intérieure. Sa formation est entrecoupée de deux stages : l’un de six mois en Roumanie (Bucarest) et l’autre de huit mois à Moscou.

À son retour à La Réunion en 1986, il est employé comme directeur de service technique à la mairie de P. Puis de1996 à 1998, il devient directeur de cabinet à la mairie de P. Puis, il est nommé chargé de mission au Conseil Régional de La Réunion en 1998-2010. Depuis 2010 (défaite de Paul Vergès), il est directeur des services généraux à la mairie de S.

Pierre né en 1946 (20 ans au moment du départ)

  • père : formateur (maçonnerie; bâtiment) dans un CFA (Centre de formation et d’apprentissage)
  • mère : sans profession.

Il arrive à Moscou en 1966 et y fera tout son cursus. Après son doctorat en sciences économiques (thèse sur le développement autocentré), il rentre à La Réunion en 1974. Il travaille comme journaliste jusqu’en 1977, pour un quotidien communiste. Il part pour deux ans en Tanzanie comme consultant-formateur et contribuera à la mise en place du centre d’agronomie tropicale dans la ville de M (province du Tanganyka). Il retourne à La Réunion en 1979. Il participe activement à la rédaction du programme « Autonomie pour la Réunion » et sera chargé du volet économique. À son retour, il réintègre son poste de journaliste.

Il a participé à plusieurs « visites d’amitié » organisées par le PCR en Roumanie, en Bulgarie, en Ukraine, en URSS, en Pologne, au Soudan, en Angola, au Congo, au Mozambique.

Alain : né en 1960  à La Réunion (19 ans au moment du départ)

  • père : ouvrier
  • mère : assistante familiale (recueillait des enfants de l’ASE)

Il part en 1979 pour Moscou. Il effectue un cursus en langues appliquées pour devenir professeur de russe. Il rentre à la Réunion en 1984. Il est employé à la mairie de S. au service culturel. Dans un mensuel autonomiste, il consacre une page à l’enseignement du russe. En 1989, il passe un concours de la fonction publique territoriale. Il est affecté dans la région lyonnaise et travaille aux services des impôts (1989-1995), puis il s’installe en région parisienne (1995-1998). Il obtient sa mutation en 1998 pour La Réunion.

Des candidats au départ, proches du PCR

Pierre se souvient lorsque son père ou ses oncles « découvraient les notions d’exploitation, de l’oligarchie dominante, des rapports dominants-dominés, de l’exploitation de la France sur nous les Réunionnais » ou de leur retour des « meetings du PCR », rassemblements qui regroupaient des centaines de personnes : « Lorsqu’ils revenaient, ils faisaient une sorte de compte rendu au moment des repas ou lorsqu’il y avait des visites à la maison. C’était comme ça que les idées communistes se propageaient. Certains avaient pris leur carte du parti et bravaient ainsi le pouvoir ; d’autres n’ont pas franchi le pas, par peur certainement. »

Alain a été sensibilisé par sa mère qui était membre de l’Union des Femmes de La Réunion. « Elle disait toujours qu’il fallait que ça évolue, qu’il fallait relever la tête. Et une façon de dire non à la France c’était de partir vers l’URSS. C’est vrai que ma mère m’a influencé : elle disait que dans les régimes socialistes les femmes avaient du pouvoir, elles n’étaient pas exploitées. Elle-même était allée à plusieurs reprises dans les pays de l’Est pour des réunions ou des congrès. C’était un modèle politique qui me plaisait : c’est comme ça que je m’étais dit qu’il fallait que j’y aille. »

Jean a découvert le monde communiste à travers la presse. Il lisait quotidiennement Témoignages et se familiarisait ainsi avec l’idéologie des pays de l’Est. Ce futur étudiant en médecine se rappelle qu’au début des années 70 « Témoignages était le seul journal que je lisais. Il a participé à ma formation. Les injustices y étaient dénoncées et la proposition d’une nouvelle voie me plaisait. Entre les copains, on commentait les articles. C’était aussi un acte de rébellion pour moi, parce qu’à l’époque on était dénoncé au maire si on était communiste ou si on lisait Témoignages ». Rappelons qu’à l’époque les militants communistes subissaient des exactions comme le refus d’aide sociale lorsqu’ils en faisaient la demande auprès des municipalités ; on note aussi des cas où les enfants des communistes ne recevaient pas le baptême. Le Parti communiste provoquait la peur : crainte d’une déstabilisation institutionnelle par l’insurrection de la population (Eve, 1992).

La préparation idéologique

Il faut souligner que la période pré-migratoire était encadrée d’une préparation idéologique intensive. Les candidats au départ se retrouvaient accompagnés à travers les différentes rencontres organisées par les cellules du parti, mais surtout avec les leaders du PCR au siège de l’organisation politique ou encore lors de rencontres privées. Pierre relate qu’« on commentait les articles de La Pravda qui paraissaient dans Témoignages. On discutait des textes de base du marxisme. On était bien imprégné des idées de Lénine, Engels, Marx. On connaissait par cœur, mais à chaque discussion on découvrait quelque chose de nouveau. On parlait aussi de l’anticolonialisme. Les idées de Frantz Fanon, d’Albert Memmi, d’Aimé Césaire ou de Léopold Sédar Senghor nous passionnaient bien sûr. Et on voulait que ces idées arrivent chez le peuple ».

Alain, de son côté, a été plus marqué par les débats sur la naissance de l’État autonome et se projetait dans la constitution et l’organisation de cette nouvelle entité (Anderson, 2006). « On parlait de l’autonomie et on imaginait son fonctionnement : développement économique auto-centré, l’éducation, la coopération avec les pays de la zone de l’océan Indien surtout avec les îles Maurice et Madagascar… Chacun donnait sa vision des choses. On jetait les bases. »

Les raisons du choix des pays de l’Est

Les raisons du choix des pays de l’Est pour la formation reposent sur le désir de réparation d’un outrage, de distinction, ou sur la volonté de renforcer un sentiment nationaliste.

1 – Réparation d’un outrage

Il arrivait que des parents conscientisés sur les multiples violences politiques comme la colonisation ou l’esclavage qu’avait connues l’île, et dont certaines continuaient à se perpétuer – comme le néocolonialisme -, voulaient que leurs enfants accèdent à un autre modèle que celui proposé par la France. Pour eux, l’accession à la dignité consistait à renverser ce rapport de pouvoir. Jacques, ancien étudiant en RDA explique que « s’il y en avait un dans la famille qui pouvait aller à l’Est, cela provoquait un grand sentiment de fierté, pour la famille, les voisins et aussi tout le quartier. C’était quelque chose de géant. C’était comme une réparation pour tout le mal qui était fait au peuple réunionnais. C’était un honneur ! »

2 – Désir de distinction

Bénéficier d’une expérience originale devenait facteur de distinction, un capital accompagné d’une haute cotation symbolique. Alain raconte que « je voulais sortir du lot de ceux qui faisaient leurs études en France. Je voulais d’une expérience nouvelle, découvrir un pays et une culture que je ne connaissais pas. La France c’est du familier, c’est du déjà vu, déjà connu. Mais l’Union soviétique, ce n’était pas à la portée du premier venu. Et ceux qui étaient sélectionnés pour une bourse, ça ne courait pas les rues. C’était une fierté de dire que j’avais cette expérience. Ce n’était pas donné à tout le monde ».

3 – Renforcement d’un sentiment nationaliste

Partir en formation dans l’ancien bloc soviétique participait aussi au renforcement d’un sentiment nationaliste. Jacques mentionne que dans les réunions du parti, les étudiants étaient valorisés comme ceux qui « allaient fonder une nouvelle nation. Le pays allait reposer sur nous. C’était exaltant. C’était grandiose. C’était géant. » Il poursuit en se souvenant d’avoir intégré cette perspective comme une véritable mission qui lui avait été confiée « c’était très sérieux parce que nous devions faire partie des pères fondateurs. Et c’est justement ça, le fait de fonder un pays, où nous serions souverains, qui nous était inculqué. Le combat anticolonialiste nous motivait à fond. C’était ma raison de vivre que de voir ce nouveau pays. »

Expériences dans les Pays de l’Est

Des différentes expériences qui jalonnent le parcours d’adaptation, les anciens du bloc soviétique se souviennent de la rigueur du climat, de l’accueil à l’aéroport de la capitale du pays d’arrivée, de l’installation dans les cités d’étudiants, de l’apprentissage de la langue, des relations internationales, des relations affectives, du racisme. Cependant, trois points retiennent notre attention : la découverte d’une autre culture, la solidarité et la problématique identitaire.

1 – Découverte d’un autre modèle

Jacques à son arrivée en Allemagne démocratique découvre un « peuple fier de son pays, très attaché aux notions de travail et de progrès ». Pierre voit l’organisation de la société russe comme « très cadrée et ne laissant pas trop de place à l’improvisation », mais il a surtout été impressionné par la place des femmes et leur implication dans différentes sphères sociales : « Les femmes étaient plus en avance qu’en France. Je veux dire qu’elles avaient un haut niveau de formation et elles étaient cadres supérieurs. C’était normal dans les pays communistes ; alors que dans les années 70, si une femme arrivait à un poste de direction en France, c’était difficilement imaginable. Les gens en étaient encore à faire des efforts pour accepter un tel phénomène et on doutait de sa crédibilité. Ce que j’ai retenu et ce qui m’a le plus marqué, c’était la place des femmes. Elles étaient respectées lorsqu’elles dirigeaient une organisation. Pour moi, c’était vraiment un modèle qu’il fallait importer à La Réunion. »

2 – Solidarité et fraternité

La solidarité et la fraternité ont permis la constitution d’amitiés qui se sont poursuivies au-delà de la fin des études et du retour dans les pays d’origine. Alain s’extasie sur ces liens solides et les contacts se font de manière plus aisée avec les nouvelles technologies. Il raconte : « J’ai retrouvé plusieurs condisciples sur les réseaux sociaux et on s’appelle souvent sur Skype pour parler du bon vieux temps et aussi sur notre évolution. »

Le fait de fréquenter des condisciples, qui provenaient des pays nouvellement indépendants, agissait comme puissant facteur de stimulation pour ces étudiants réunionnais qui pouvaient aussi se projeter dans un devenir politique semblable : « On leur disait que bientôt nous allions les inviter pour la cérémonie de l’indépendance. À l’époque, on croyait vraiment que notre tour viendrait. »

3 – Questionnement identitaire

Bien souvent, les interlocuteurs des jeunes en formation dans les pays de l’Est n’avaient jamais ou très peu entendu parler de la Réunion. De ce fait, la localisation de l’île n’était pas aisée : « Ah bon, il y a une île française dans l’océan Indien ? » demandait-on aux Réunionnais (Guillebaud, 1976).

La diversité des phénotypes des Réunionnais rendait problématique leur identification à un groupe unifié et à l’annonce de leur origine, c’était l’étonnement qui prévalait : « Des Français noirs ou basanés, ça ne passait pas. C’était difficile à expliquer. On était assimilés à des Maghrébins, des Africains ou des Malgaches, ou à d’autres peuples mais certainement pas au peuple français. Cela chamboulait beaucoup de choses en nous et il faut dire aussi que cela nous motivait pour soutenir la demande d’indépendance de La Réunion. » De telles remarques obligeaient les jeunes à s’interroger sur leur histoire et leur appartenance (Glazer&Moynihan, 1975) : « J’ai découvert ma propre histoire non pas à l’école, mais dans des questions de ce genre. On est obligé de se questionner quand on doute que vous êtes Français. J’ai dû remettre en question l’histoire officielle apprise à l’école. Il y avait toute une partie qui m’avait échappée. J’ai appris l’histoire de mes ancêtres, mes liens avec l’Asie, l’Afrique, Madagascar, en Union soviétique. C’était vraiment incroyable. J’ai découvert une proximité avec les étudiants qui venaient de ces continents. Ils étaient aussi des modèles parce que leurs pays étaient déjà indépendants. »

Leur statut juridique de Français originaire d’un département d’outre-mer provoquait de la perplexité et des interlocuteurs recherchaient des détails sur le fonctionnement politique d’une telle entité en demandant : « Comment fonctionne ce département d’outre-mer : y a-t-il un gouverneur, un gouvernement local ? Comment se fait-il que vous ne puissiez pas prendre de décisions pour vous-mêmes ? C’est étrange parce qu’il y a un continent (l’Afrique) qui sépare votre île du lieu du pouvoir central. »

Cependant d’autres propos tendancieux, comme des remarques sarcastiques, ont occasionné des blessures narcissiques ou des sentiments d’humiliation : « Ah, vous êtes encore colonisés. Les Français sont vos maîtres donc vous, les Réunionnais, êtes des incapables ? Il faut arrêter d’être les jouets des colonialistes. C’est pour quand l’indépendance ?… Quand j’entendais des propos comme ça, c’est sûr que c’était blessant » reconnaît cet ancien du bloc soviétique.

La projection dans une utopie socialiste

Toutefois, malgré les difficultés inhérentes à l’adaptation, une puissante motivation poussait les étudiants vers la réussite : la fondation d’un nouvel État. « Je me devais de réussir car je devais reconnaissance aux personnes qui m’ont aidé à partir, au Parti communiste et surtout avant de partir, ils (les leaders communistes) nous ont dit qu’ils comptaient sur nous. Il fallait des cadres pour porter l’indépendance de La Réunion. Il fallait que nous soyons bien formés pour conduire les affaires du pays » dit Pierre. Alain abonde dans le même sens « c’était dur mais c’était exaltant parce qu’il y avait un enjeu politique. Il fallait construire une nouvelle nation. Ce que des pays ont mis plusieurs décennies à faire, nous Réunionnais pouvions le faire en quelques années. Je mettais les bouchées doubles dans les difficultés parce que je ne pouvais pas échouer. Je voyais déjà La Réunion autonome avec un régime socialiste. J’avais un projet de société socialiste. C’est pour cela que j’étais parti et c’était aussi pour cela que je voulais retourner au pays pour poser, avec d’autres, les cadres de l’indépendance ».

Devenir et désillusions

Ces anciens de l’ex-bloc soviétique, une fois de retour au pays, ont été confrontés à la question de la validité de leurs diplômes. Beaucoup d’entre eux n’ont pas pu exercer dans leur domaine de compétences et ont été employés par les collectivités locales, essentiellement les mairies communistes. D’autres, notamment des médecins, se sont engagés dans une nouvelle circulation : la migration professionnelle vers des pays d’Amérique latine.

Cependant, si tous éprouvent une grande fierté pour avoir étudié dans les pays de l’Est, quelques-uns ne peuvent s’empêcher d’évoquer leurs désillusions. Pierre exprime son amertume de la manière suivante : « On y croyait vraiment dans les années 70. On avait l’exemple concret de notre voisine, l’île Maurice, devenir indépendante. J’ai participé à la rédaction du programme Autonomie pour La Réunion (1980). Je croyais vraiment que cela allait arriver. Puis, quand j’ai vu avec l’élection de François Mitterrand le renforcement de la politique d’assimilation, j’ai eu comme un choc. Je me suis dit : c’est fichu. J’avais vécu pendant des années avec des illusions. » Si les étudiants s’étaient expatriés durant leur formation pour préparer l’avènement d’un État autonome, cet espoir a pris fin en 1986. Car cette date de l’obtention de l’égalité sociale entre La Réunion et la Métropole marque l’arrêt de la filière de formation vers les pays de l’Est pour les Réunionnais, et signe aussi la fin des illusions de voir La Réunion devenir un État autonome.

Bibliographie

Anderson, Benedict, Imagined communities. Reflections on the origin and spread of nationalism, London, New York, Verso, 2006.

Chane-Kune, Sonia, La Réunion n’est plus une île, Paris, L’Harmattan, 1996.

Chaudenson, Robert, Vergès, père, frères et fils. Une saga réunionnaise, Paris, L’Harmattan, 2007.

Confiant, Raphaël, Aimé Césaire. Une traversée paradoxale du siècle, Paris, Écriture, 1994.

Croisier, Brigitte, Paul Vergès. Du rêve à l’action, Saint-Denis de La Réunion, Océan Éditions, 2008.

Debré, Michel, Trois républiques pour une France. Mémoires, Paris, Albin Michel, 1988.

Dodille, Norbert, Revues réunionnaises des années soixante-dix. Http://www.reading.ac.uk.

Eve, Prosper, Île à peur, Saint-Denis de La Réunion, Océan Éditions, 1992.

Eve, Prosper, Tableau du syndicalisme à La Réunion de 1912 à 1968, Saint Denis, Éditions du CNH, 1991.

Gauvin, Gilles, Michel Debré et l’île de La Réunion (1959-1967), Paris, L’Harmattan, 1996.

Gauvin, Gilles, « Le parti communiste de La Réunion 1946-2000 », Persée, 2000, vol.68, n° 68, p. 73-94.

Glazer, Nathan et Moynihan, Daniel-Patrick, Ethnicity. Theory and Experience. New York, Harvard University Press, 1975.

Glissant, Edouard, Le discours antillais, Paris, Folio, 1997.

Guillebaud, Jean-Claude, Les confettis de l’empire, Paris, Seuil, 1976.

Jean-Pierre, Thierry, Vergès, Jacques et Vergès, Paul, Vergès et Vergès de l’autre côté du miroir, Paris, Éditions Lattès, 2000.

Labache, Lucette, Médéa, Laurent et Vergès, Françoise, dir. Identité et société réunionnaise, Nouvelles perspectives et nouvelles approches, Paris, Karthala, 2005.

Labache, Lucette, « Les élites de La Réunion et la question de la préférence régionale » in Gheorghiu, Mihaï Dinu, La mobilité des élites. Reconversion et circulation internationale, Iasi, Editura Universitàtii Alexandru Ioan Cuza, 2012.

Labache, Lucette, « Approche d’une situation de néocolonialisme. La problématique Zoreils-Créoles à La Réunion », L’autre, Cliniques, cultures et société, 2002, vol 3, n°3, p. 519-532.

Labache, Lucette, « Les relations interethniques à La Réunion », Cahiers de Sociologie Économique et Culturelle. Ethnopsychologie, 1999, (31), p. 101-15.

Maestri, Edmond, La Réunion, département : regards sur La Réunion contemporaine, Paris, L’Harmattan, 1996.

Mannoni, Octave, Psychologie de la colonisation, Paris, Seuil, 1950.

Mazrui, Ali, « Techniques éducatives et problème d’identité dans les sociétés plurales. » Revue internationale de Sciences Sociales, 1972, vol 1, p. 159-178.

Médéa, Laurent, « La construction identitaire dans la société réunionnaise » Le Journal des Antropologues, vol 92-93, p. 261-281.

Memmi, Albert, La dépendance, Paris, Gallimard, 1981.

Memmi, Albert, Portrait du colonisé, Payot, 1979.

Raveau, François, « Ethnicité, migrations et minorités », L’éducation multiculturelle, Paris, CERI/OCDE, 1987, p. 106-128.

Samuel, Patrick, Vie et œuvre de Michel Debré, Paris, Éditions Arnaud Franel, 2000.

Schérer, André, La Réunion, Paris, PUF, 1980.

Vergès, Paul, D’une île au monde, Paris, L’Harmattan, 1993.

LABDELAOUI Hocine

Natacha et les autres dans la société algérienne

Intégration des épouses étrangères de diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique

Hocine LABDELAOUI

Professeur de sociologie, université Alger 2/ Laboratoire de changement social (LCS) /
Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD)

Introduction

Avec l’évolution de l’émigration algérienne vers l’Europe, en particulier après l’indépendance de l’Algérie, les mariages entre Algériens et étrangers ont évolué en suivant l’élargissement du champ du marché matrimonial offert par les nouvelles destinations des migrants algériens. Ils concernent également de nouveaux acteurs de l’émigration. Devenus un outil de reproduction de la démographie de l’émigration algérienne, ces mariages touchent désormais toutes les catégories de migrants, tant les travailleurs sans qualification que les cadres, tant les hommes que les femmes. Ils ne se concentrent plus en France, mais s’étendent à d’autres pays d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie.

Organisée pour faire face au déficit en cadres nécessaires au développement économique et social du pays au lendemain de l’indépendance, la formation des étudiants et diplômés algériens à l’étranger est l’un des facteurs de cette évolution des mariages entre Algériens et étrangers. Envoyés pour poursuivre leurs études et leur formation à l’étranger, une partie de ces étudiants et stagiaires terminent leur cursus de formation par le mariage avec des femmes originaires des pays de leurs études. C’est le cas de ceux envoyés dans les universités et établissements des pays de l’ex-bloc soviétique. Même si  certains ont préféré rester dans le pays d’étude ou tenter leur chance dans un autre pays, beaucoup sont rentrés en Algérie, accompagnés de leur épouse.

L’étude de cette dernière catégorie de mariages mixtes revêt une double importance. D’une part, ces mariages constituent désormais une nouvelle catégorie de mariages mixtes en Algérie et il serait difficile de faire l’économie de leur étude. D’autre part, ils posent non seulement une problématique d’intégration des conjoints étrangers dans la société algérienne, mais également celle de la gestion des difficultés d’adaptation dans la construction des projets d’intégration et d’assimilation. En effet, il ressort de nos recherches exploratoires sur cette question que l’intégration dans la société algérienne des épouses étrangères des diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique se pose en termes assez particuliers. Les difficultés d’adaptation dans cette société ne constituent pas un facteur de non-intégration, mais elles sont gérées rationnellement pour construire un projet d’intégration dans un contexte marqué par le poids d’une doctrine d’assimilation des étrangers souhaitant reconvertir le statut d’étranger résident en statut d’étranger installé[1]. C’est ainsi que nous avons relevé à partir de l’analyse des premiers entretiens réalisés pour les besoins de cette étude, que les épouses des diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique gèrent les difficultés qu’elles rencontrent à leur arrivée en Algérie pour construire des projets d’intégration. On passe ainsi d’une intégration forcée à une intégration construite, processus qui s’explique par la place du mariage dans les projets de vie de ces épouses.

Pour analyser ce processus de reconversion des difficultés d’adaptation en stratégie d’intégration, nous avons enquêté par entretiens semi-directifs auprès de quatre épouses d’origine russe, deux épouses d’origine ukrainienne, deux épouses d’origine hongroise, une épouse d’origine uzbek et une épouse d’origine serbe. Ces épouses ont été identifiées pour participer à cette enquête par la méthode de boule de neige.

Les mariages mixtes : un projet culturel

À la différence des mariages et unions mixtes entre Algériens et femmes originaires de pays de l’émigration traditionnelle des Algériens, comme la France, les mariages avec des femmes des pays de formation interviennent dans un contexte interculturel créé par un rapprochement idéologique et non par un passé historique et culturel commun. Ils ne sont pas conclus à partir d’une histoire commune aux deux pays, mais ils se sont noués dans un contexte social créé par la coopération mise en place pour une large part par un rapprochement idéologique. C’est dans le cadre de ce rapprochement, pendant la période de la lutte de libération nationale, que l’expérience des étudiants et stagiaires algériens a commencé. Profitant du soutien des pays du bloc soviétique à la lutte du peuple algérien, les responsables de la révolution algérienne ont envoyé des étudiants pour suivre leur formation supérieure dans les universités de ces pays, pour les préparer à prendre en charge le développement de l’Algérie après l’indépendance. Les statistiques disponibles, aussi approximatives soient-elles, révèlent que le contingent des étudiants envoyés dans les pays socialistes de l’époque avait la même importance numérique que celui envoyé dans les pays européens et en Amérique.

Tableau n° 1 : Répartition des étudiants algériens formés à l’étranger en 1960-1961 par groupe de pays :

Groupe de pays Effectifs
Pays arabes 1369
Pays européens et d’Amérique 268
Pays socialistes 244
Total 1881

Source : Statistiques du Gouvernement provisoire de l’Algérie, citées par Hallal Amar, 2004, L’activité des étudiants algériens au cours de la révolution de 1954  (en arabe), Alger, Editions Laphomic, p. 89.

 

Au cours de l’année universitaire 1960-1961, les flux des étudiants algériens envoyés vers les universités des pays de l’ex-bloc soviétique enregistrent déjà un niveau relativement élevé. Ils représentent 12,97 % du total des étudiants envoyés à l’étranger par le gouvernement provisoire algérien. Ce taux est légèrement inférieur au taux des étudiants envoyés dans les pays d’Europe et d’Amérique. Il est très inférieur au taux des étudiants envoyés dans les pays arabes qui est estimé à 72,78 %.

Ces flux ont pris ensuite davantage d’ampleur après l’indépendance de l’Algérie et plus particulièrement au cours des années 1970 et 1980. Profitant de la consolidation des relations avec les pays du bloc soviétique, le gouvernement algérien a mis en place une politique de formation des cadres militaires et civils dans les universités de ces pays. Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres pour cette période. Les données recueillies sur l’évolution des effectifs d’étudiants envoyés vers ces pays, à partir de l’éclatement du bloc soviétique, montrent que les flux marquent à partir de 1989 une tendance à la régression.

Tableau n° 02 : évolution des effectifs d’étudiants et de stagiaires formés à l’étranger entre 1989 et 1994 par groupe de pays :

Groupe de pays de formation effectifs au 01/12/1989 effectifs au 31/12/1990 effectifs au 31/12/1991 effectifs au 31/12/1993 effectifs au 31/12/1994
Europe occidentale 2950 2665 2402 1941 1415
Dont France 2270 2170 1987 1750 1270
Ex-pays socialistes de l’Europe 1438 1346 1145 232 209
Amérique 316 280 265 59 41
Asie 6 8 3 2
Pays arabes 216 193 226 360 315
Autres pays 1 1
Total 4920 4490 4050 2596 1983

Source : Conseil national de la planification, commission d’orientation et de planification de la formation à l’étranger, 1998.

À la fin de 1989, ces flux représentent 29,22 % du total des étudiants et stagiaires envoyés à l’étranger. Les envois vers les pays du bloc soviétique se classent en seconde position derrière ceux de l’Europe occidentale. En 1994, ces flux chutent sensiblement pour représenter 10,53 % du total des effectifs envoyés à l’étranger. Leur nombre passe en troisième position derrière les flux vers les pays de l’Europe occidentale et les pays arabes.

C’est dans ce contexte d’évolution des flux que les projets de mariages mixtes entre diplômés algériens et femmes originaires des pays de l’ex-bloc soviétique ont été construits et conclus. Ils s’inscrivent dans un processus de découverte de cultures différentes et sont facilités par trois facteurs :

La possession d’un statut social valorisant

Bénéficiant de bourses d’études leur procurant d’importantes ressources financières en monnaie locale des pays d’études, les étudiants et stagiaires algériens n’avaient pas de difficultés pour sortir des campus de formation et s’insérer dans les différents milieux et réseaux sociaux. Ils ont acquis un statut social valorisant leur permettant d’évoluer de la catégorie d’étudiant ou de stagiaire au statut d’acteur social. Ils ont également pu élargir le champ de leurs relations et diversifier les espaces de leur vie sociale.

L’accès aux conditions de mixité sociale et culturelle

Le second facteur favorisant les mariages mixtes entre étudiants algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique et les femmes originaires de ces pays est l’existence de conditions favorables à l’accès à la mixité sociale et interculturelle. Bénéficiant du contexte social marqué dans ces pays par l’abolition des obstacles et des différences de classe et des différences ethniques, et jouissant d’un statut social valorisant, ces étudiants ont pu investir les espaces et les champs ouverts par cette culture de mixité sociale et culturelle. Ils ont noué des relations amicales débouchant sur des projets durables avec les ressortissants des pays de leurs études.

Les droits des femmes dans les pays de l’ex-bloc soviétique

Enfin, le troisième facteur favorisant les mariages entre diplômés algériens et femmes originaires des pays de l’ex-bloc soviétique est le degré auquel les femmes ont conquis des droits et se sont libérées dans ces pays. Débarrassées des contraintes des systèmes présocialistes, ces dernières sont devenues des acteurs sociaux autonomes porteurs de projets individuels dont la réalisation dépasse les limites des frontières nationales et des appartenances culturelles et ethniques.

Conclu dans le cadre d’un contexte d’ouverture culturelle et sociale, et de mixité ethnique et communautaire, le mariage des diplômés algériens avec des femmes originaires des pays de l’ex-bloc soviétique s’inscrit ainsi dans un cadre d’accomplissement de parcours individuels d’insertion et de mobilité sociale. Pour le diplômé algérien, le choix d’une épouse étrangère est le fruit d’une expérience sociale dans le pays d’études. Il constitue une composante du capital acquis dans les pays des études. Pour l’épouse originaire de ces pays, le choix d’un époux étranger est la réalisation du projet de construction autonome d’une union avec  l’homme de leur vie[2].

Les mariages : un acte d’appropriation des espaces sociaux

Construite dans cette dynamique de mobilité sociale, la conclusion de ces mariages mixtes s’inscrit, en fait, dans le cadre du rapport aux espaces sociaux dans les pays d’études aussi bien pour les époux étrangers que pour les femmes originaires de ces pays. L’analyse des premiers entretiens réalisés avec ces épouses installées en Algérie révèle que ce rapport est une appropriation des espaces déterminés par le statut social acquis à partir d’un statut d’étudiant étranger valorisant et, pour les conjoints autochtones, une réappropriation des espaces déterminée par le statut individuel et la stratégie de mobilité personnelle. Dans cet ordre d’idées, nous avons constaté que la construction des projets de mariages mixtes se réalise au niveau de trois espaces :

L’espace de loisirs et de détente

Insérés dans des réseaux sociaux, les étudiants et stagiaires algériens ne rencontrent pas d’obstacles majeurs pour accéder aux différents espaces sociaux et faire de nouvelles rencontres. Les espaces de loisirs et de détente sont parmi les espaces les plus fréquentés et dans lesquels les projets de mariages mixtes prennent forme. C’est le cas de Sylvia qui a fait la connaissance de son époux algérien dans une discothèque de Kiev.

Originaire d’Ukraine, âgée aujourd’hui de 58 ans, Sylvia a rencontré son époux algérien, Halim, par hasard dans une discothèque. De cette première rencontre est né un amour qui a débouché sur un mariage conclu à la fin des études d’Halim qui a obtenu un diplôme en hydraulique. La rencontre avec la culture et le pays d’origine de son époux algérien, en tant qu’épouse, a commencé alors qu’elle venait de fêter son 22e anniversaire.

L’espace de détente et de loisirs se transforme ainsi en un lieu d’accomplissement de vie amoureuse débouchant sur la réalisation de projets de mariages mixtes.

L’espace de formation

Le second espace de construction des mariages entre étudiants et stagiaires algériens de naissance et femmes originaires des pays de l’ex-bloc soviétique est constitué par les universités et écoles de formation. Le cursus des études offre des opportunités aux étudiants et stagiaires algériens pour nouer des relations durables avec des camarades de formation, et également avec des membres du personnel de soutien administratif et pédagogique. Avec les partenaires de sexe féminin, beaucoup de ces relations aboutissent à la conclusion de mariages mixtes. C’est le cas de Sofia qui a rencontré son époux algérien, Mohamed, à l’institut dans lequel elle était secrétaire et où son époux poursuivait ses études.

Originaire d’Ukraine et âgée de 20 ans, Sofia a fait la connaissance de son époux algérien à l’institut dans lequel elle travaillait comme secrétaire. Elle a fait sa connaissance parmi tous les étudiants étrangers qu’elle a accueillis et est vite tombée amoureuse de lui, à cause de son intelligence, de sa générosité et de ses qualités humaines. Après un amour fort qui a duré trois ans, elle accepte la demande de mariage de Mohamed et sa vie bascule dès lors dans l’univers de la culture et la société algérienne.

Le cas de Sofia montre qu’en plus de leur fonction traditionnelle en matière de formation et de recherche, les établissements d’enseignement supérieur offrent des opportunités pour des rencontres interculturelles donnant lieu à la conclusion de projets de mariages mixtes.

L’espace de pratiques cultuelles communes

Enfin, le troisième lieu de construction de mariages mixtes est l’espace des pratiques religieuses. Cet espace devient un lieu de partage d’idées, de convictions et d’opinions, bref, un lieu de découverte de modes culturels communs. C’est le cas de Mona qui a fait la connaissance de son époux algérien dans un centre islamique qu’elle fréquentait depuis sa découverte de la religion musulmane.

Agée de 42 ans et originaire de Russie, Mona a découvert l’Islam avant de connaître les musulmans. Elle a découvert cette religion très jeune, plus précisément au moment où elle était lycéenne, par l’intermédiaire de ses amis et à travers l’écoute de programmes radiophoniques et télévisuels. Sa curiosité pour la connaissance de l’Islam l’a poussée à lire beaucoup de livres et à se convertir à cette religion par conviction et adhésion à ses principes. C’est en fréquentant les centres islamiques qu’elle a fait la connaissance de son époux algérien. Les rencontres avec lui devenaient fréquentes, dans un premier temps, pour échanger des livres sur l’islam et dans un second temps, pour vivre un amour fort qui a débouché sur un mariage qui dure.

La construction des projets de mariages mixtes s’inscrit dans ce cas comme le résultat de la réalisation d’un soi culturel à travers un échange interculturel.

Cette brève présentation des espaces identifiés comme des lieux de conclusion de mariages mixtes appelle deux observations. La construction des projets de mariages mixtes est une entreprise individuelle de mobilité et non un accomplissement individuel de reproduction de normes sociales et culturelles. En choisissant son épouse dans le pays d’études, le diplômé algérien tente de se soustraire à l’emprise des traditions de sa société d’origine dont l’influence reste déterminante même dans la réalisation des projets individuels. Pour l’épouse originaire des pays de l’ex-bloc soviétique, le choix du conjoint algérien est un accomplissement d’un droit acquis socialement.

Cette quête d’autonomie dans la construction des projets individuels s’exprime et s’accomplit dans des espaces institutionnalisés et institutionnalisants. Les trois espaces identifiés fonctionnent selon des normes et des valeurs instituant des règles sociales, mais ils constituent aussi des lieux d’acquisition de nouvelles valeurs, de modèles culturels, et de réadaptation des capitaux hérités.

L’installation dans la société algérienne : un projet construit

Conclus comme un projet construit, les mariages entre diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique et femmes originaires de ces pays ont donné lieu à la construction commune de projets de vie conjugale. C’est dans cette dynamique que les projets de retour au pays des époux algériens ont été préparés d’un commun accord. Dans la majorité des cas étudiés, l’attitude des épouses renforce les propositions de leur époux.

Natacha, originaire de Russie : « À la fin de ses études mon mari m’a proposé de rentrer avec lui en Algérie ; j’ai immédiatement dit oui, car j’estime que la femme doit suivre son mari pour le bien de sa famille. »

Projet construit en commun accord, le retour au pays de l’époux algérien est décidé dans certains cas dans l’attente de régularisation de la situation dans le pays d’études.

Sofia, originaire d’Ukraine : « Après une relation d’amour de trois ans, mon mari, Mohamed, m’a proposé de m’épouser, il a déposé une demande de résidence en Ukraine, mais sa demande fut rejetée… Nous avons décidé de rentrer en Algérie en attendant que sa demande  ait une suite favorable. »

 

Les difficultés d’adaptation et les risques de non-intégration

Ayant choisi librement leur conjoint et pris la décision de s’installer dans le pays de leur époux, ces femmes découvrent une société différente pour laquelle elles ne sont guère préparées. Pour elles, la vie dans cette société se présente comme une véritable expérience de migration posant, dans un premier temps, des problèmes d’adaptation rendant difficile le processus d’intégration dans la société algérienne.

Nadia, originaire de Hongrie : « À notre arrivée, j’ai découvert un pays très différent du mien, les habitudes, les mentalités, la langue, les gens, tout est différent. J’ai beaucoup souffert de cette différence et j’avais l’impression que je ne pourrais jamais vivre dans cette société, la seule idée que j’avais en tête c’était de repartir dans mon pays… »

Ces difficultés d’adaptation sociale des époux se sont transformées en difficultés d’intégration que nous avons relevées dans les discours des épouses interrogées et que nous regroupons sous les catégories suivantes :

Conflits autour des valeurs

Au cours des premières années d’installation en Algérie, les épouses entretenaient souvent un rapport conflictuel avec le système de valeurs de la société algérienne. Ce ne sont pas les valeurs qui étaient remises en cause, mais c’est l’usage de ces valeurs dans la vie quotidienne qui leur posait d’énormes problèmes.

Sofia, originaire d’Ukraine : « La famille de mon mari m’a bien accueillie et m’a aidée à apprendre l’arabe algérien… après la langue, mes difficultés étaient avec les valeurs et les traditions, je n’ai pas accepté ma nouvelle situation, rester à la maison après plusieurs années de travail, passer mon temps à la maison à faire le ménage et la préparation des plats  c’est quelque chose que je n’ai pas pu supporter…. »

Ce rapport conflictuel avec les normes et valeurs de la société algérienne est perçu par la majorité des épouses interrogées comme la conséquence des différences culturelles et sociales entre leur pays d’origine et celui de leur époux. Mais l’usage fait des valeurs musulmanes est considéré comme un phénomène inexplicable et inacceptable.

Natalia, originaire de Russie : « Je ne comprends pas le comportement des Algériens, ils se disent musulmans, pratiquent les prières et le Ramadan, mais leurs comportements quotidiens sont contraires aux règles de l’islam… »

Résistance à l’individualisation des décisions des couples

Les difficultés d’adaptation avec la société algérienne apparaissent au niveau du comportement de la famille des époux algériens à l’égard de la vie des couples mixtes. Avec la famille de leur époux, les épouses ont été confrontées aux résistances de la société algérienne à intégrer l’individualisation comme norme de fonctionnement de la société. La problématique qui se dégage du discours de ces femmes n’est pas celle de l’organisation individualisée de la société, mais celle de l’institutionnalisation de la légitimité des actes individualisés. Selon leur discours, la société algérienne refuse encore de reconnaître aux individus la légitimité de gérer leur vie individuelle. Socialiser les pratiques individuelles devient ainsi déterminant dans leurs rapports avec la famille de leur époux.

Anastasia, originaire de Russie : « La famille de mon mari n’a pas accepté ma façon de m’habiller. Elle voulait que je mette des vêtements qui cachent mon corps. Elle n’a pas accepté qu’on ait notre propre vie… »

Stigmatisation dans les rapports avec le milieu social

Les difficultés d’adaptation apparaissent également au niveau du rapport au milieu social que les épouses étrangères trouvent désorganisé et agressif. Cette désorganisation apparaît dans l’absence d’une culture de protection de l’environnement et de l’aménagement des espaces publics. Les rues sont mal entretenues, sales et non aménagées.

Mouna, originaire de Russie : « …Il y a beaucoup de traditions négatives que je n’ai pas supportées, telles que le désordre au niveau des rues et des marchés, le manque de propreté… »

Quant à l’agressivité du milieu social, elle apparaît dans la réaction des Algériens à l’égard de la visibilité des femmes étrangères. La présence de ces dernières dans les lieux publics devient un objet de curiosité et tend à se transformer en phénomène de stigmatisation construit autour tout à la fois de l’admiration du physique, du fantasme sexuel et de l’agressivité du regard.

Natalia, originaire de Russie : « Les premiers jours, les gens n’arrêtaient pas de nous regarder et de parler entre eux, c’était insupportable… »

Difficultés d’adaptation et construction de l’intégration

Confrontées à des difficultés d’adaptation avec la société algérienne, ces épouses ont mis en œuvre des stratégies d’intégration dans la société de leur époux. Ces stratégies trouvent leurs ressources dans la construction de mariages mixtes sur la base de l’amour, de convergence des opinions sur l’essence de l’union entre des personnes appartenant à des cultures différentes.

 

Mouna : « …à cause du problème de la langue, j’ai failli retourner chez moi. Mais avec le temps ma prononciation de l’arabe s’est améliorée, j’ai commencé à m’adapter avec la famille de mon mari… J’ai commencé à découvrir les traditions et habitudes de ce pays… la différence est très grande… Ce n’est qu’avec le temps que j’ai pu accepter cela ; chaque fois que je visitais mon pays, j’envisageais de ne pas revenir en Algérie, et puis je revenais sur ma décision à cause de mon amour pour mon mari et pour mes quatre enfants… et aussi parce que je tenais à vivre dans un pays musulman. »

Mises en œuvre pour sauver leur mariage, les stratégies d’adaptation des épouses étrangères reposent sur trois attitudes : la neutralité dans le rapport avec la famille de l’époux, l’isolement dans le rapport social et le maintien des rapports avec le pays d’origine.

Neutralité dans les rapports avec la famille de l’époux

Pour surmonter les difficultés rencontrées en matière d’adaptation avec les traditions et habitudes des familles de leur époux, les épouses s’efforcent d’entretenir de bons rapports avec les membres des familles de leur époux. Elles reconnaissent que ces derniers ont facilité leur accueil en les aidant à apprendre la langue arabe, les coutumes et les traditions algériennes.

Sofia, originaire d’Ukraine : « Ses parents m’ont bien accueillie, ce qui m’a profondément touchée et m’a encouragée à apprendre l’arabe, ce qui n’a pu se faire que difficilement. »

L’entretien de ces bons rapports a poussé les épouses étrangères à adopter une attitude de neutralité à l’égard des affaires familiales. Avec la famille la plus proche, elles n’hésitent pas à participer aux fêtes et aux cérémonies familiales, mais avec la famille éloignée, elles se contentent d’entretenir des rapports de circonstance.

Mouna : « …mes rapports avec la famille de mon mari sont excellents… mais avec la grande famille, ils sont très faibles à cause de la langue et d’autre chose. »

L’isolement dans le rapport social

Avec la société dans son ensemble, les épouses tendent à limiter le contact pour éviter les situations conflictuelles. Elles privilégient la construction de réseaux réunissant des épouses originaires des pays de l’ex-bloc soviétique ou des amis rencontrés dans le cadre de rapports avec des institutions algériennes. Les liens entre ces épouses sont noués au niveau du lieu de résidence ou à l’occasion d’événements organisés par les associations de diplômés algériens des universités et écoles des pays de l’ex-bloc soviétique. Une partie des épouses installées à Alger fréquentent l’école russe soit pour les besoins de l’enseignement de leurs enfants, soit pour participer aux activités organisées régulièrement.

Mouna : « …à l’ambassade, j’ai fait la connaissance d’une autre Russe mariée à un Algérien qui réside dans la même wilaya… nous échangeons les visites. »

Le maintien des liens avec le pays d’origine

Les épouses s’efforcent aussi de maintenir les liens avec les pays d’origine. Ces liens sont entretenus par l’organisation de visites fréquentes, par la transmission aux enfants de la langue et de la culture d’origine, et également par un contact permanent avec les parents et proches grâce à l’utilisation des moyens de communication.

Mouna : « Mes relations avec mes parents sont bonnes. J’ai visité mon pays à quatre reprises depuis que je suis ici… Je communique régulièrement avec eux par skype et facebook… »

Le retour pour une durée plus ou moins longue, voire définitif, n’est pas envisagé dans l’immédiat, mais il n’est pas non plus exclu dans l’imaginaire de ces épouses.

Sofia : « Je n’envisage pas de rentrer définitivement dans mon pays, ma maison est ici, …mes enfants et mes petits-enfants sont Algériens… je veux seulement avoir la nationalité algérienne et un passeport algérien. »

 

Conclusion

À travers cette brève présentation de quelques indicateurs de l’intégration des épouses de diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique, il ressort que le processus d’assimilation programmé a débouché sur un processus d’intégration forcée. C’est une situation qui mérite d’être approfondie. Les rapports entre l’adaptation, l’intégration ne sont pas déterminés par un processus linéaire, mais ils s’inscrivent dans une situation où l’intégration est envisagée à partir de l’assimilation. Cette situation donne lieu à trois cas de figure : soit la construction de projets d’intégration dans le cadre d’une autonomie familiale plus ou moins relative, soit la construction de projets d’intégration par la reconstruction de projets individuels après la rupture de la vie familiale, soit le retour au pays d’origine, seules ou accompagnées par les enfants ou par les conjoints et les enfants.

 

Bibliographie

El Kenz, Ali, Benguerna Mohamed, Khelfaoui Hocine, 1993, Bilan et réinsertion des boursiers algériens à l’étranger relevant du Ministère de l’enseignement supérieur, Alger, Rapport CREAD, 80 p.

Gaillard, Anne-Marie, Gaillard, Jean, 1999, Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan.

Guerry, Linda, « Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration.  Naissance et cheminement d’un sujet de recherche », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 28 novembre 2009, consulté le 29 mars 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/808.

Hallal Amar, 2004, L’activité des étudiants algériens au cours de la révolution de 1954 (en arabe), Alger, Editions Laphomic, 237 p.

Kofman, Eléonore, 2004, « Genre et migration internationale. Critique du réductionnisme théorique », Les cahiers du CEDREF, http://cedref.revues.org/543, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 10 mai 2013.

Labdelaoui, Hocine, 2012, « L’Algérie face à l’évolution de son émigration en France et dans le monde », Hommes & Migrations, n° 1298, juillet-août, « France-Algérie, le renouveau » p. 22-36.

Labdelaoui, Hocine, 2011, « Press and Migration in Algeria. A Study of Newspapers Articles: Expression and Ennahar El Djadid in Ivan Ureta (ed.), Media, Migration and Public Opinion, Peter Lang Edition, Oxford, p. 111-136.

Labdelaoui, Hocine, 2011. « La question de la migration en Algérie : évolution vers une diplomatie de l’émigration et une politique de contrôle de l’immigration » CARIM, notes d’analyse et de synthèse, 2011/67, série : Migrations méditerranéennes et subsahariennes, évolutions récentes, 14 p.

Labdelaoui, Hocine, 2011, « Genre et migration en Algérie », CARIM, notes d’analyse et synthèse, 2011/12, 30 p. www.carim.org

Labdelaoui, Hocine, 2009, « Les étrangers en Algérie : vers la constitution de communautés d’immigrés », CARIM, notes d’analyse et synthèse, 2009/04, 17 p. www.carim.org

Labdelaoui, Hocine, 2007, « Les étrangers en Algérie : de l’étranger coopérant vers l’étranger immigré » Pro Asile, revue de France Terre d’Asile, n° 16, 2007, p. 30-33.

Labdelaoui, Hocine, 2005, « La politique algérienne en matière d’émigration et d’immigration », CARIM, notes d’analyse et de synthèse, 2005/13, 16 p. www.carim.org

Labdelaoui, Hocine. 2001, « La recherche sur les migrations internationales en Algérie : état des lieux et perspectives », in Les évolutions de la recherche sur les migrations internationales au Maroc. Théories, concepts, méthodes et défis contemporains, actes du colloque international, publications de l’Association d’Études et de Recherches sur les Migrations (AMERM), p. 161-184.

Labdelaoui, Hocine, 1997, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger, les effets pervers d’une gestion étatique » in Les Cahiers de l’URMIS, n°2-3.

Morokvasic, Mirjana, 2008, « Femmes et genre dans l’étude des migrations : un regard rétrospectif » in Falquet, Jules, Rabaud, Aude, Freedman, Jane et Scrinzi, Francesca, dir. Femmes, genre, migrations et mondialisation : un état des problématiques, Paris, CEDREF/Publications Paris 7, p. 33‑56.


[1]           La loi algérienne distingue deux catégories juridiques au sujet de la présence des étrangers en Algérie, « étranger résident » pour traiter le cas de ceux qui séjournent légalement avec une carte de résidence, « étranger non-résident » pour désigner ceux qui séjournent temporairement avec un visa. Le terme « immigré » n’est utilisé que pour les étrangers en situation irrégulière.

[2]           L’éventualité du recours à des stratégies d’utilisation du mariage mixte pour la réalisation des projets d’installation dans les pays d’études n’est pas à exclure dans les unions mixtes conclues dans l’ex-Urss et les ex-pays socialistes de l’Europe de l’Est. Mais d’après les personnes interrogées cette pratique est peu répandue.