Séminaire Cinéma d’ELITAF

Le séminaire de recherche Cinéastes africains. D’est en ouest, parcours de formation, se tient un vendredi par mois, de 13 à 17h, les 24 janvier, 21 février, 28 mars, 16 mai et 13 juin.

La séance inaugurale se tiendra le 24 janvier de 13 à 17h dans la salle 8, 105 boulevard Raspail, 75006, Paris.

Elle sera animé par Gabrielle Chomentowski qui nous présentera :  

 Le cinéma soviétique  dans les républiques d’Asie centrale dans les années 30.

Ce programme de recherche est organisé conjointement par le séminaire Expériences migratoires et le programme de recherches ELITAF (Elites africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Histoires, biographies, expériences). Il est par ailleurs couplé avec un programme de projections de films : Cinémas d’Afrique et d’ailleurs. Influence du cinéma soviétique. Le programme détaillé sera communiqué lors de la séance inaugurale de ce nouveau cycle de travail.

Résumé :

 Le cinéma soviétique  dans les républiques d’Asie centrale dans les années 30. 

Ecrire l’histoire de la venue, de l’accueil, de la formation et de la création des cinéastes africains en URSS nécessite de replacer cette histoire dans un temps beaucoup plus long que celui de la décolonisation des années 1950 et 1960 et du soutien des Soviétiques à la formation des élites africaines, asiatiques, sud-américaines ou encore moyen-orientales. En effet, le discours des autorités soviétiques, en particulier celui de Nikita Khrouchtchev sur l’importance de la formation des cadres nationaux dans les pays anciennement colonisés n’est pas nouveau. Il réitère un discours idéologique qui a, certes, connu des revirements importants, mais avait déjà été développé après la révolution de 1917 concernant les populations des colonies de l’ancien Empire de Russie comme des colonies des autres Empires.

La présentation du 24 janvier a pour objectif de montrer comment dès les années 1920 et 1930 en URSS les autorités ont eu à cœur de proposer une formation aux métiers du cinéma pour les populations anciennement colonisées dans le but de promouvoir une élite locale. Après un rappel du contexte politique concernant la politique des nationalités menées après la Révolution, Gabrielle Chomentowski présentera, en s’appuyant sur des archives, des témoignages et des extraits de films, cette aventure cinématographique qui consistait à donner pour la première fois les moyens aux populations anciennement colonisées de se représenter dans des films. 

Gabrielle Chomentowski est enseignante-chercheuse en science politique et histoire du cinéma. Elle a soutenu une thèse en 2009 à l’IEP de Paris intitulée « L’amitié des peuples à travers l’objectif de la caméra soviétique : politique des nationalités et cinéma en URSS de 1928 à 1941 ». Parmi ses plus récentes publications, citons « Vostokkino and the foundation of Central Asian Cinema », In M. Rouland, G. Abileyeva, B. Beumers, Cinema in Central Asia, Rewriting Cultural Histories, New York : I.B. Tauris, 2013 ou encore « Il était une fois dans l’Est : l’Orient dans le cinéma soviétique des années vingt », In Slavica Occitania, revue de slavistique, Université de Toulouse-Le Mirail, n°35, 2012.

 

Du biographique en sciences sociales

elitaf-CahiersQuelques réflexions épistémologiques à partir des « récits » de Gabriel Cissé, étudiant sahélien en URSS

par Michèle Leclerc-Olive, IRIS/CNRS/EHESS et RIAM

Discutantes : Johanna Siméant, CRPS/CESSP/Université Paris I Panthéon-Sorbonne, et Lila Belkacem, IRIS/CNRS/EHESS

Gabriel Cissé, étudiant sénégalo-malien a fait une partie de ses études universitaires à Kiev entre 1978 et 1985. A son retour, il n’a pas accès à la carrière attendue. Contraint d’accepter divers emplois précaires, au Sénégal, au Mali ou en Côte d’Ivoire, il rentre définitivement au Mali au lendemain des mouvements de mars 1991 (et du renversement du régime de Moussa Traoré), où il occupera divers postes de professeur de russe et de français avant de décéder à la fin des années 2000.

Poète, écrivain et enseignant, Gabriel Cissé nous a laissé un abondant corpus d’entretiens et de textes, certains destinés à la publication.  C’est à partir de ce corpus que seront examinées plusieurs questions. Que nous apprennent ces matériaux sur l’expérience biographique de G. Cissé ? Comment analyser un corpus de textes et d’entretiens en partie discordants ? En quoi ce corpus permet-il de réinterroger les usages que les sciences sociales, et la sociologie en particulier, font « du biographique » (« le biographique » est ici utilisé comme terme générique chargé de subsumer : histoire de vie, récit de vie, entretien biographique, biographie, storytelling, journal personnel, autobiographie etc.) ? Que nous apprend-il de la distinction, réputée observable, entre fiction et réalité ? Une liste d’ouvrages (distribuée et commentée en séance) permettra d’esquisser « par l’exemple » (c’est-à-dire de manière « extensive ») le champ d’investigation que cette recherche souhaite engager et qui n’aura été abordé dans ce séminaire que de manière « compréhensive » (c’est-à-dire à travers une identification théorique). En examinant ainsi les conditions de la transmission de l’expérience et les responsabilités qui en découlent pour les sciences sociales, c’est la question plus générale de la narrativité dans l’espace public qui sera abordée en conclusion.

Mardi 28 janvier 2014, de 14h à 17h

Lieu : Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 190 avenue de France, salle du conseil A (R-1)