Vers une réinvention du politique

Jeudi 14 février 2013

Séminaire RIAE / Vers une réinvention du politique

La deuxième séance du séminaire du RIAE Vers une réinvention du politique aura lieu

à la FMSH, 190 avenue de France 75013, Paris

Jeudi 14 février 2012  – Salle 2  (rez-de-chaussée)
de  14h à 16h

Thème : La question de la liberté  chez les Pères Blancs en Afrique

par Magloire Some

Maitre de Conférences (HDR)  Histoire religieuse contemporaine

Université Ouagadougou (Burkina Faso)

Pour le groupe de coordination

Anne PIRIOU

Réseaux syndicaux (pan)-africains

Séminaire ELITAF

Mardi 19 février 2013, de 14h à 16h

190 avenue de France, 75013 Paris, Salle 1 Rez-de-chaussée

Etudiants et élites africaines formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique.  Histoires, biographies, expériences.

Réseaux syndicaux (pan)-africains

par Françoise BLUM (Centre d’histoire sociale du XXème siècle, Paris I – CNRS)

Discutants : Klaas VAN WALRAVEN (Université de Leyde, Pays-Bas) et Patrice YENGO (RIAE – Université Marien Ngouabi (Brazzaville) )

On essaiera dans cette contribution de brosser un tableau général des évolutions du syndicalisme en Afrique francophone, de sa légalisation tardive à l’intégration syndicale dans les partis uniques dans les années 60s. Comment se constituent, dans le sillage des syndicats français, les réseaux syndicaux ? Comment s’autonomisent-ils, se décomposent et recomposent après les indépendances ? Les clivages syndicaux, pierre d’achoppement du rêve syndical panafricain, recoupent les clivages politiques des temps de la guerre froide mais sont peut-être encore compliqués par les divisions inhérentes au syndicalisme français d’abord, au syndicalisme international ensuite.

On s’intéressera plus spécifiquement aux pratiques de formation syndicale en comparant deux écoles destinées à des syndicalistes africains. L’ISCTI (Institut scientifique de coopération technique internationale), créé en 1960 à Paris, organise l’une d’entre elles. Cet institut, qui remplace de facto la section outre-mer de la CFTC devenue caduque avec les indépendances, a  été fondé par des syndicalistes français appartenant à la CFTC/CFDT et des syndicalistes membres de l’Union panafricaine des travailleurs croyants. Il travaille en liaison étroite avec l’Internationale chrétienne (CISC/CMT). Il organise régulièrement des sessions de formation en France ou en Afrique. L’université ouvrière de Guinée est, quant à elle, financée par la communiste Fédération syndicale mondiale, construite par la FDGB est-allemande et dirigée par un cégétiste français. Au prisme de ces deux formations on voit se dessiner de véritables réseaux syndicaux, réseaux de transferts, d’influence, de financement, d’amitié et d’entraide, qui fonctionnent à diverses échelles, nationales et transnationales, et sont les vecteurs de sensibilités, intérêts et croyances différents.

Les Africains en URSS dans les années 1970-1980. Les recherches menées à l’Institut d’Afrique de Moscou

Séminaire ELITAF

Vendredi 11 janvier de 14 h à 16 h

190 avenue de France, 75013 Paris, Salle 1 Rez-de-chaussée

Etudiants et élites africaines formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique.  Histoires, biographies, expériences.

Les Africains en URSS dans les années 1970-1980. Les recherches menées à l’Institut d’Afrique de Moscou

par Ekaterina DEMINTSEVA, directrice du Centre d’Histoire et d’Anthropologie culturelle de l’Institut d’Afrique de l’Académie des Sciences de Russie

Discutante : Tatiana SMIRNOVA (EHESS, RIAE)

Au début des années 1970 à l’Institut d’Afrique de l’Académie des Sciences de l’URSS, un groupe de chercheurs a commencé à mener des recherches concernant les étudiants africains  en URSS. Dans la préface de la première édition de la série des bulletins consacrés à ce sujet, l’objectif de ces recherches  est ainsi présenté : «Le besoin urgent d’informations sociologiques précises sur les relations entre les groupes dans la société africaine, ses objectifs, ses idéaux et ses codes de conduite nous a fait penser à préparer des sondages orientés vers les Africains vivant en Union Soviétique aussi bien que dans les pays du continent africain». Pendant vingt ans (dès le début des années 1970 et jusqu’à la fin des années 1980), les chercheurs de l’Institut ont réalisé plusieurs enquêtes dans les universités des différentes régions de l’Union Soviétique dont nous pouvons maintenant connaître les principaux résultats –  ces bulletins n’avaient en effet été  édités que pour un usage officiel et avaient été classés secrets.

L’exposé permettra de présenter les thèmes de ces recherches menées à l’Institut d’Afrique : les objectifs de ces recherches, les méthodologies utilisées par les chercheurs soviétiques, quelques résultats des sondages ainsi que les recommandations faites par les chercheurs sur la formation idéologique des étudiants africains dans les universités de l’Union Soviétique.

 

La circulation et la reconversion des élites africaines, des années 1950 au début des années 1990

TABLE RONDE INTERNATIONALE SUR

La circulation et la reconversion des élites africaines, des années 1950 au début des années 1990 :

Afrique-Europe de l’Est-Europe occidentale – Amériques

Dakar, 27-29 novembre 2012

Avec le soutien de :

–        La Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris

–        La Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation de l’UCAD

–        L’Ecole Doctorale ET.HO.S de l’UCAD

1.     Thème général et objectifs

Le programme de recherche ELITAF (Etudiants et Elites africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique) initié par le Réseau international sur les Acteurs Emergents (RIAE) a retenu entre autres objectifs «de retracer l’histoire de la mobilité estudiantine de l’Afrique principalement vers les pays de l’ex- bloc soviétique (URSS, Europe centrale et de l’Est, Cuba) : flux, destinations, conditions de séjour, formations, de faire le bilan des études déjà réalisées tant du point de vue des pays de départ que  des pays d’accueil, de rapporter les évolutions des caractéristiques de ces mobilités avec les grands événements politiques qui ont scandé  les relations Est-Ouest »[1]

En lien étroit avec ce programme de recherche d’une durée de trois ans et dans le cadre de la commémoration du cinquantenaire de la Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation (anciennement Ecole Normale Supérieure) de l’Université Cheikh Anta Diop à Dakar, le Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Education et les Savoirs (GIRES), en partenariat avec le Réseau International sur les Acteurs Emergents (RIAE), a retenu d’organiser une Table Ronde internationale centrée sur le thème général de « la formation des élites africaines dans les pays de l’Est ». La Table Ronde ambitionne, dans une démarche comparatiste, de réfléchir sur la formation, circulation et la reconversion des élites africaines (anciens étudiants militants ou non, élites des partis « révolutionnaires » – syndicalistes – élites militaires – etc.) entre les pays d’Afrique, les pays d’Europe de l’Est ou de l’aire d’influence soviétique, les pays d’Europe occidentale, les Amériques[2].

Il s’agira notamment d’identifier et d’analyser les mutations et permanences dans les rapports d’adhésion ou de mise en parenthèses d’un modèle sociétal, de normes et valeurs. Ce qui revient à une appréciation des conditions et médiations de la domestication ou du bon usage de l’internationalisation[3] facilitée ou non par des organisations politiques, syndicales, etc.[4] Pour la plupart des pays concernés, la « filière politique » a pratiquement cessé de fonctionner après la chute du mur de Berlin en 1989, même si des stagiaires et des étudiants continuent d’aller dans les pays de l’ancien Bloc soviétique avec des bourses de la coopération officielle bilatérale.

 2.     Axes de réflexion et d’échanges

A partir des regards croisés de chercheurs, d’anciens étudiants et d’institutionnels (administratifs – hommes politiques – organismes) ayant contribué à la sélection et à la facilitation de l’envoi de jeunes, de cadres administratifs et/ou politiques dans les anciens pays de l’Est, il sera apprécié le travail d’appropriation et de retraduction de modèles (sociopolitiques et/ou intellectuels) opéré par les différentes générations des élites africaines en termes d’engagement politico-syndical ou d’employabilité (capital personnel que l’individu doit gérer et qui est constitué de la somme de toutes ses compétences mobilisables pour être recruté, employé). En d’autres termes, l’on tentera d’analyser comment et pourquoi, de retour chez eux, les acteurs concernés déconstruisent et retraduisent, à leurs propres avantages ou pour la société, les savoirs acquis à l’étranger.

En privilégiant trois grands repères dans le processus (l’avant – la période de formation – l’après retour), les questionnements et échanges s’articuleront autour de trois sous-thèmes.

1)     Le choix des pays du Bloc de l’Est

  • Pourquoi et comment aller dans les pays du Bloc de l’Est ?
  • Rôle et la place des agents de facilitation ou ‘passeurs’ (Partis politiques – Centres culturels – Gouvernement – organisations internationales d’étudiants ou de syndicats – etc.)
  • Modes et critères de sélection ainsi que les profils socioculturels des étudiants
  • Parcours d’acheminement (pays relais pour les ‘politiques’ en particulier)

2)     Types de formation – Insertion socioculturelle dans les pays d’accueil

  • Filières et pays de formation
  • Méthodes et contenus de formation
  • Vie estudiantine dans les pays de formation
  • Mariages mixtes

3)     Reconnaissance d’une formation – Engagement – Reconversion

  • Légitimité et reconnaissance socio-administrative des diplômes
  • Réseaux de connexions et d’interconnexions des anciens des pays de l’Est : poids et degré d’influence des associations dans l’insertion professionnelle et sociopolitique
  • Rapports à la langue de formation, mariages mixtes
  • Mutations et permanences dans les trajectoires professionnelles et l’engagement sociopolitique : fabrication, évolution des savoirs et sens (perception de l’engagement pour une cause, un idéal).

[1] – Pour contrer un tant soit peu ce flux d’étudiants africains vers l’Est, les USA vont mettre en place une politique de « charter ». Cf. par exemple Charton, H. (2005). La formation des Africains aux Etats-Unis de 1860 à 1960, une histoire paradoxale, in Mama Africa. Hommage à Catherine Coquery-Vidrovitch, Chanson-Jabeur, C. & Goerg, O. (dir), Paris, L’Harmattan, pp. 219-231.

[2] – cf. Jean Chatain, Augusta Epanya, Albert Moutoudou (2011). Kamerun, l’indépendance piégée – De la lutte de libération à la lutte contre le néocolonialisme, Paris, L’Harmattan

[3] – Cf. notamment Mazella S (sous dir.). (2009). Mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Paris, Karthala-IRMC ; Niane, B. (2011). Elites par procuration – Handicaps et ruses des dirigeants politico-administratifs sénégalais, Paris, L’Harmattan

[4] – Voir ce propos Dieng, Amady Ali (2011). Mémoires d’un étudiant africain. Vol II De l’université de Paris à mon retour au Sénégal (1960-1967), Dakar, CODESRIA

Carnets du Réseau International Afrique-Monde