Les sciences sociales et leurs contextes d’apprentissage et d’exercice

Elitafavril

Le parcours académique des chercheurs africains formés en Bulgarie et dans l’ex Union soviétique dans les années 1960-1990. Réflexions sur la pré-enquête

Jeudi 21 novembre 2013

Lieu : FMSH 190 avenue de France, salle 3 de 11h à 13h

par Svetla KOLEVA, Institut d’étude des sociétés et du savoir (ancien Institut de sociologie), Académie bulgare des sciences, Directrice d’études associée FMSH

Discutants : MihaïDinu GHEORGHIU, Université de Iasi et RIAE

Boubacar NIANE, Université Cheikh AntaDiop, Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation et RIAE

A partir du parcours académique des chercheurs africains formés en Europe de l’Est dans les années 1960-1990, la recherche vise à identifier et analyser les modalités de pratique scientifique au croisement de différents contextes d’apprentissage et d’exercice des sciences sociales. L’objectif est d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes : Que deviennent les expériences universitaires et professionnelles accumulées au sein des sociétés socialistes de type soviétique, sont-elles recyclées dans les contextes postcoloniaux et postcommunistes, si oui, comment ? si non, pourquoi ?

Lors du séminaire seront présentés le cadre théorique de la recherche et les résultats de la pré-enquête portant sur a) la politique scientifique à l’égard de la formation académique des chercheurs africains en Bulgarie et dans l’ex Union soviétique, b) les recherches menées en la matière et c) la construction de la base de données. Les deux pays constituent un terrain de recherche privilégié pour deux raisons principales. D’une part, au sein de l’ex-bloc soviétique, la Bulgarie et l’URSS montrent la plus forte homologie sur le plan de l’enseignement supérieur et de la recherche. D’autre part, les deux pays différent considérablement en ce qui concerne leur rôle et pouvoir d’influence dans le cadre des anciens pays socialistes de l’Est ainsi que la formation et l’encadrement des doctorants africains. Si l’ex Union soviétique se caractérise par une longue tradition d’études africaines et des dispositifs institutionnels à l’appui (Institut d’Afrique, Bulletins de l’Institut d’Afrique, Groupe de recherches sociologiques, Université Patrice Lumumba), la Bulgarie fait preuve d’un manque d’intérêt soutenu. A travers la comparaison des similitudes et des contrastes dans la politique scientifique des deux pays à l’égard des Africains et sa mise en place, la pré-enquête permet de discerner différents éléments du contexte d’apprentissage et d’évaluer leur poids dans la formation académique des chercheurs africains.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.