Introduction de Jean-Pierre DOZON

INTRODUCTION

Jean-Pierre DOZON

Je voudrais tout d’abord, au nom de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et au nom de son administrateur Michel Wieviorka, remercier les organisateurs de ce colloque, tout particulièrement l’Université Hassan II Mohammedia-Casablanca, de m’y avoir invité et de m’avoir proposé de livrer quelques réflexions introductives sur ce qui l’a motivé et qui a suscité, je crois, un grand intérêt, peut-être même un grand engouement tout à la fois politique et intellectuel.

Au préalable, je voudrais également dire quelques mots au sujet de ce que l’on appelle plus communément la FMSH, puisque c’est elle qui, depuis le début, a porté ce projet couramment dénommé ELITAF et qui s’efforce de lui donner les plus larges développements possibles. Comme vous le savez certainement, la FMSH, qui a été fondée par Fernand Braudel voici exactement 50 ans – un demi-siècle d’existence – presque de la « longue durée », que nous venons de commémorer par un grand colloque international dédié à « Penser Global », mais l’année n’étant pas achevée (ce colloque-ci participe aussi à cet anniversaire), la FMSH est au service de la communauté des sciences humaines et sociales, à Paris, en France, mais aussi au niveau international. Ce dont témoignent sa bibliothèque, ses éditions et son rôle de diffuseur des presses universitaires françaises, sa maison de résidence dite Suger, ainsi que tout un ensemble de relations et de programmes internationaux qui, au travers d’invitations de « visiting scholars », de bourses post-doctorales et maintenant son Collège d’Etudes Mondiales, permettent à des collègues du monde entier de séjourner en France.

Mais la FMSH a eu, et a plus que jamais, pour mission d’initier des programmes de recherche ou, plus précisément, d’être attentive à des thématiques innovantes, de les soutenir matériellement autant qu’il lui est possible de le faire : c’est ce que nous appelons sa mission d’incubation.

Si j’évoque cette mission particulière, c’est que, précisément, elle correspond parfaitement à ce qui s’est passé avec le projet ELITAF. Lorsque, voici trois ans, des collègues, dont Patrice Yengo et Michèle Leclerc-Olive, m’ont parlé de travailler sur une thématique de recherche portant sur les nombreux étudiants africains, donc d’une partie des élites africaines, qui ont été formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique ou communiste depuis les indépendances jusqu’à la chute du mur du Berlin, j’ai été tout simplement enthousiasmé.

Il s’agissait là d’une thématique, oserais-je dire d’évidence, qui était là devant les yeux des chercheurs, historiens, sociologues, politologues, depuis déjà pas mal de temps, et qui n’était pas traitée, à peine était-elle entrevue. En effet, et je parle ici pour mon propre compte, c’est-à-dire pour moi qui travaille en Afrique et sur l’Afrique depuis quarante ans, qui dispose en principe de quelques connaissances, notamment sur le fait que l’ex-bloc soviétique eut une forte influence sur le continent africain pendant plusieurs décennies (et de surcroît pour moi qui ai rencontré pas mal de collègues africains qui ont fait leurs études dans les ex-pays soviétiques, y compris des collègues originaires de pays qui n’avaient pas choisi la voie socialiste), il était patent en effet qu’il y avait là un sujet, une thématique de première importance dont auraient dû ou pu se saisir nos disciplines dès les années 90. Il y aurait, par conséquent, sans doute lieu de s’interroger sur les raisons qui ont fait que cette thématique d’évidence ne se soit pas imposée plus tôt. Peut-être cela a à voir avec l’échec du système soviétique lui-même, comme si cet échec affectait tous ceux qui avaient eu quelques liens avec ledit système et ne méritait pas qu’on en exhume trop rapidement la mémoire.

Mais quoiqu’il en soit, maintenant c’est fait, le programme existe, des réseaux de chercheurs se sont constitués, et ce colloque témoigne de leur dynamisme.

Permettez-moi maintenant d’aborder plus directement ce programme ELITAF. Et, sans trop vouloir m’immiscer dans les travaux de recherche qui vont être présentés ici durant ces deux jours, il m’apparaît que trois grandes perspectives sont susceptibles de le guider.

La première, c’est celle qui a déjà fait l’objet de pas mal d’enquêtes et de collectes de récits, en l’occurrence c’est celle qui porte sur ce qu’ont représenté en termes d’expériences individuelles ces années d’étude passées en Russie, en RDA, en Pologne, en Roumanie, etc., expériences d’apprentissage d’une nouvelle langue, expérience de formation disciplinaire ou professionnelle proprement dite, expériences relatives à la vie quotidienne, expériences de rencontres avec des étudiants d’autres pays et d’autres continents, rapports avec leur pays d’origine, etc., toutes choses qui ont constitué des épisodes biographiques particulièrement denses et qui ont certainement, pour beaucoup d’étudiants africains, profondément marqué leur parcours professionnel et existentiel. Dans cette première perspective, il me semble qu’il serait utile de s’intéresser à ceux qui ont eu la double expérience d’une formation, dans un des pays de l’ex-bloc soviétique et d’une autre dans une université ou une Grande École de l’ex-puissance coloniale, de voir avec eux quel type de mises en regard ils ont pu faire, comme il serait intéressant de croiser les expériences à différents moments des trois décennies considérées.

En tout état de cause, on pourrait suggérer que, par rapport à aujourd’hui, où les études sur les migrations internationales font florès, constituant l’un des thèmes majeurs dédiés à la globalisation, à ce que d’aucuns appellent la « modernité cosmopolite », ces étudiants africains, allant se former dans les ex-pays du bloc soviétique, ayant parfois fait la double expérience d’une formation dans l’un de ces pays et en Europe, étaient déjà des représentants, oserai-je dire avant-coureurs, de cette modernité cosmopolite. Dans les années 60-70, il n’y avait certainement pas – pas plus qu’aujourd’hui du reste – beaucoup d’étudiants européens ou nord-américains à aller suivre leurs études de l’autre côté en Russie et dans ses pays satellites.

La seconde perspective, plus historienne, devrait consister à placer ce corpus d’expériences dans la plus longue durée des relations de l’ex-bloc soviétique, spécialement de la Russie avec l’Afrique. Car ce n’est pas, comme vous le savez, des années 60, avec l’avènement des indépendances africaines et des diverses coopérations soviéto-africaines, ou encore avec l’instauration de régimes socialistes en Afrique, que datent ces relations. Cela remonte bien avant, même si l’URSS paraissait bien loin d’être au premier plan de l’histoire tourmentée du continent africain. Sans remonter à Abraham Hannibal, l’ancêtre africain du grand écrivain russe Pouchkine, je dirais que c’est parce que l’URSS n’était pas une puissance coloniale, à tout le moins en Afrique ou dans d’autres régions du Sud, parce qu’au contraire elle incarnait une révolution et une doctrine, le marxisme-léninisme, qui condamnaient l’impérialisme, « stade suprême du capitalisme » suivant la célèbre formule de Lénine, qu’elle eut très tôt une forte influence en Afrique, précisément parmi ceux qui allaient constituer les premières élites africaines. Et son influence, l’URSS l’eut souvent indirectement, notamment par le biais des partis communistes occidentaux qui lui étaient peu ou prou inféodés et qui se mêlèrent peu ou prou des entreprises coloniales de leur propre pays. Je pense ici tout particulièrement à la France et à son Parti communiste.

Elle l’eut également par l’entremise de l’Internationale communiste, ainsi et peut-être surtout, par de grands intellectuels afro-américains ou caribéens qui, pour lutter notamment contre la ségrégation de l’autre côté de l’Atlantique devinrent communistes, mais qui, ce faisant, se sont étroitement mêlés de la condition qui était faite aux colonisés en Afrique même par l’imperium européen. Je songe à des personnalités comme W.E.B du Bois et Georges Padmore, tous deux résolument communistes, et tous deux grand acteurs du mouvement panafricain avant et surtout après la Seconde Guerre mondiale : un mouvement qui, au-delà de la libération des tutelles coloniales, devait faire accoucher quelque chose comme des États-Unis d’Afrique, mais des États-Unis d’Afrique qui, différemment des États-Unis d’Amérique, devaient suivre une voie nettement socialiste.

Entre les États-Unis d’Amérique, l’Europe, l’Afrique et l’URSS, il y eut donc très tôt, dès les toutes premières décennies du XXe siècle une circulation d’idées et d’espérances qui prirent une dimension qu’on dirait aujourd’hui assez volontiers globale. En tout état de cause, cette circulation d’idées, principalement marxistes, anticipa le départ de ces étudiants africains vers les ex-pays du bloc soviétique dans les années 60-70. C’est dire aussi bien – et c’est cela dont il conviendrait de prendre plus précisément la mesure – que nombre d’entre eux allaient dans cette région du monde qui incarnait l’idéologie ou l’imaginaire politique qui avait façonné leurs ainés, mais auquel ils adhéraient eux-mêmes encore pour une large part.

En quoi leurs expériences d’étudiants les confortèrent-ils dans leur adhésion au marxisme, ou en quoi au contraire elles les édifièrent, sinon dans son rejet, du moins dans une forte mise à distance ? Cela demanderait à être examiné de près, sans doute au-delà même de cette alternative.

La troisième perspective du projet ELITAF devrait, à mon sens, porter sur le retour des étudiants africains dans leur pays d’origine. D’abord pour appréhender la manière dont ils se sont confrontés aux étudiants qui ont fait d’autres expériences, notamment celles d’avoir suivi leurs études supérieures dans les Universités des ex-puissances coloniales. Mais ensuite pour examiner la façon dont, nantis de leur formation spécifique, ils ont plus particulièrement œuvré à la mise en place de leurs États nationaux respectifs et de leurs politiques publiques. Je pense ici tout spécialement à ceux qui sont partis dans les ex-pays de l’Est au tout début des indépendances africaines et dont les pays d’origine, comme le Mali, la Guinée, le Ghana, la Tanzanie, l’Algérie, très vite également le Congo-Brazzaville, le Bénin ou l’Éthiopie, ont choisi la voie socialiste et ont tissé des liens de coopération avec l’Union soviétique, voire avec la Chine populaire. Qu’est-ce qu’a réellement voulu dire l’application ou la mise en œuvre du marxisme-léninisme dans tel ou tel pays africain et quel rôle ont joué, dans cette mise en œuvre, ceux-là mêmes qui s’y étaient concrètement frottés ?

Je suis évidemment sûr que les perspectives que je me suis permis de tracer, et dont je sais que certaines ont été déjà bien entamées, ne couvrent que partiellement les pistes de recherches que le programme ELITAF est susceptible d’explorer. Je trouverais par exemple intéressant que l’on croise les expériences des étudiants africains dans les pays de l’ex-bloc soviétique avec celle des coopérants venant de ce bloc, spécialement de la Russie, ayant travaillé durant la même période dans certains pays africains.

Bref, il y a beaucoup de choses à faire, mais beaucoup de pistes ont déjà été pas mal défrichées. J’arrête donc là mon intervention en vous souhaitant, en nous souhaitant un excellent colloque, et en remerciant à nouveau très sincèrement ses organisateurs et l’Université Hassan II Mohammedia-Casablanca de m’y avoir invité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.