DIMITROVA Svetlana

Né en Afrique, formé en URSS, immigrant au Québec.

Itinéraires entre trois mondes ?[1]

Svetlana DIMITROVA

À partir des années 60, les pays soviétiques se lancent dans une politique d’accueil de jeunes d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine. À travers la formation des futurs cadres, l’URSS aspire à exporter le modèle soviétique dans les « pays en développement ». Ces politiques trouvent leur raison d’être dans les logiques de la guerre froide. L’accueil d’étudiants étrangers des pays du bloc soviétique apparaît ainsi comme un phénomène indissociable de l’accueil dans les pays « occidentaux ».

Conformément aux exigences de ces programmes d’accueil d’avant 1989, les jeunes diplômés étaient obligés de rentrer dans leurs pays d’origine pour contribuer au développement. Après l’écroulement du système soviétique, au début des années 90, plusieurs diplômés continuent de suivre ce chemin de retour ; d’autres tentent de rester en URSS ; certains partent pour l’Europe de l’Ouest ou le « nouveau monde ». Entre les « départs » et les « retours », quels sont les « détours » (réalisés, réalisables ou rêvés) ?

Cette recherche se propose d’étudier les itinéraires de ressortissants africains, diplômés en URSS, vivant actuellement au Québec. Basé sur des récits de vie, ce travail cherche à retracer la variété des chemins individuels, en les replaçant dans l’Histoire. Il s’agit de multiplier les récits individuels afin d’essayer de mieux comprendre les parcours possibles « entre plusieurs mondes ». Qu’apprend-on sur le devenir de ces étudiants ? Qu’apprend-on des sociétés respectives d’accueil (société « postsocialiste » du début des années 90, la société canadienne d’aujourd’hui…) ? Les interlocuteurs au Québec ont été repérés grâce à l’association Soyuzniki, Montréal, créée en 2009, dont l’objectif est d’être un « réseau d’anciens étudiants et immigrants de l’URSS ».

Départs vers une émancipation ?

Les itinéraires rencontrés représentent quelques types :

Pays d’origine Afrique → URSS → Canada

Pays d’origine Afrique → URSS → Pays d’origine Afrique → Canada

Pays d’origine Afrique → URSS → Pays d’origine Afrique → URSS → Canada

Ils sont ponctués par deux départs (le départ pour URSS et le départ pour le Canada), mais peuvent aussi marquer des retours (dans le pays d’origine, retour en URSS, etc.) De prime abord, le départ pour le Canada fait contraste au départ pour l’URSS. Le départ en URSS est accepté, sinon subi (au moins la spécialité et la destination ne sont pas choisies) ; tandis que le départ pour le Canada paraît volontaire et délibéré. Dans ce deuxième cas, la capacité d’agir serait plus importante et l’individu plus émancipé. Qu’en est-il dans la réalité si on analyse de près les récits ?

M. était censé partir du Congo avec la première vague de 1986, en septembre[2]. Il part, finalement, avec la troisième vague, en octobre, seulement après avoir reçu une réponse négative à sa candidature pour une bourse de l’État congolais pour aller étudier en France.  « On ne devait pas vraiment poser une candidature pour partir en URSS. Il y avait des listes qui sortaient. Les élèves qui avaient de bonnes notes allaient à l’Université. Certains au Congo, d’autres à l’étranger. Ceux qui terminaient un lycée technique, 80 % partaient dans les pays de l’Est. […] On ne refusait pas cette possibilité. Tous ceux qui avaient la bourse partaient » (entretien, M.) Ceux dont les parents ne disposaient pas de suffisamment de ressources n’avaient que cette possibilité, les bourses pour partir en Occident étant plus difficiles à obtenir.

L’acceptation de partir dans les pays soviétiques ne semble pas tellement imposée mais s’imposer, à écouter les paroles des acteurs aujourd’hui : « On ne pouvait qu’être d’accord, parce qu’on n’avait rien à offrir » (entretien, T.) La répartition pour les pays et les villes respectives intervenait, quant à elle, selon la logique de l’économie planifiée. « Moi par exemple, je ne voulais pas partir au départ en URSS… J’aurais préféré aller par exemple à Cuba (j’étudiais l’espagnol)… Mais c’était la seule possibilité ouverte. L’URSS, c’était une possibilité. Après, ma spécialité [relations internationales] par exemple, il n’y avait qu’à Kiev. Relations internationales, tous les étrangers, on les formait à Kiev, à l’université de Kiev » (entretien, P.)

Les départs pour le Canada pourraient apparaître comme volontaires et délibérés, étant donné que les politiques du Québec prévoient une procédure, bien établie et stricte, à suivre par les candidats à l’immigration. Les démarches administratives entreprises − qui durent en général autour de trois ans − sont toujours précédées d’une décision prise individuellement au sein de la famille. La procédure comporte plusieurs étapes ; le chemin est ponctué par une série d’efforts (se renseigner, remplir des formulaires, envoyer un dossier, répondre à des courriers, envoyer des papiers supplémentaires, verser suffisamment d’argent sur son compte pour prouver sa capacité d’autonomie, se présenter à un entretien, demander un visa, préparer au minimum son séjour au Québec…) À chaque étape, sont examinées les qualifications professionnelles, les compétences langagières, les ressources et la capacité d’intégration ; à chaque étape, le candidat doit faire preuve, devant les services administratifs et devant lui-même, de sa motivation. Cet investissement serait justifié seulement par une détermination.

« J’ai décidé de postuler pour immigrer au Canada […] Je suis parti en 2007, mais j’avais décidé depuis 2002. » Les récits décrivent une démarche personnelle. Pourtant, les départs sont entrepris en général plusieurs années après la fin des études (six ans, dix ans, quatorze ans…) ; ensuite, dans tous les cas, la décision est prise soit après un retour au pays d’origine, soit après une période passée en URSS.

Par exemple, P., après sa maîtrise en relations internationales à l’université de Kiev, a décidé de ne pas rentrer au Congo, en pleine crise à ce moment. Il voulait s’inscrire en 3e cycle d’études. C’était en 1991. Comme l’Ukraine était entretemps devenue autonome en 1990, on lui demandait de continuer ses études doctorales en ukrainien. « Alors qu’on avait appris le russe ! Passer encore une année à étudier l’ukrainien… quand on écrivait et parlait couramment le russe, c’était déjà… quand même trop nous demander… c’était difficile… J’ai été contraint de quitter Kiev et je suis allé à Moscou. » Il s’est retrouvé, raconte-t-il, à Moscou en 1992. Sans bourse, il a essayé de poursuivre des études de 3e cycle avec beaucoup de difficultés. Il renonce vite et enchaîne différents boulots. Il participe à la création d’un groupe de musique, qui est même devenu connu et existe encore aujourd’hui. C’est seulement en 2007 qu’il part au Canada, alors qu’il a pris sa décision en 2002.

« Il fallait que je me déplace parce que je n’arrivais pas… à travailler selon ma spécialité… […] S’il m’avait été donné la possibilité de travailler en URSS, je serais resté… parce que j’étais devenu presque Russe… J’avais vécu presque 15 ans… Je n’aurais même pas cherché à venir au Canada… Parce que quand je suis parti de Moscou j’ai laissé tous les amis, tous ceux qui ont remplacé mes parents, ma famille. J’ai beaucoup vécu là-bas ; on était intégré dans la société d’une autre façon malgré les difficultés… » (entretien, P.)

« Ce qui nous a défavorisés après le déclin de l’URSS c’est qu’on a eu un certain nombre de phénomènes qui se sont développés…[…] L’insécurité est devenue grandissante… on ne pouvait s’intégrer en tant que tel… » (entretien, E.)

Les départs au Canada apparaissent comme une option qui se profile seulement après des possibilités vécues comme refusées, notamment situation de crise politique et économique dans le pays d’origine, problèmes de sécurité en URSS, difficulté à travailler dans le domaine de sa spécialité en URSS et, par conséquent, difficultés à s’intégrer, manque de stabilité (se réfère à la situation économique du pays, aussi bien qu’à la situation socio-économique personnelle).

Chemins et lieux de reconnaissance

Les Africains diplômés en URSS, comme tous les immigrants, se trouvent confrontés à la question de la transposition et de la reconnaissance de leurs savoirs et compétences. Tout d’abord juridique, ensuite sociale, cette reconnaissance est considérée comme nécessaire pour trouver sa place. L’équivalence des diplômes est ainsi un point clé de la sélection avant l’arrivée et, ensuite, de l’intégration.

Au Québec, province qui mène une politique d’accueil d’immigrants, la sélection se base, aussi, sur plusieurs critères. La profession et le grade sont des critères de première importance dans le dossier de candidature. Le gouvernement du Québec publie une liste, actualisée régulièrement, des professions prioritaires pour la sélection des nouveaux immigrants. Depuis les années 70, c’est le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles qui est chargé de l’évaluation des études effectuées en dehors du Québec. Cette institution procède à une analyse méthodique de chaque demande et délivre le document Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec (MICC, 2013). Ni diplôme, ni équivalence, cette comparaison repose sur des normes et des méthodes d’analyse appliquées dans les pratiques internationales. Les « Principes généraux pour un code de bonnes pratiques en matière d’évaluation des diplômes étrangers » au Québec prennent pour modèle la Convention de l’UNESCO de 1979 sur la reconnaissance des études et des diplômes relatifs à l’enseignement supérieur dans les États de la région Europe dont le Canada est signataire depuis 1989[3]. L’Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec vise à « faciliter l’accès à l’emploi ou à la formation des personnes qui ont étudié à l’extérieur du Québec ».

Comment passe-t-on de la reconnaissance juridique à la reconnaissance dans la pratique ? Quelles expériences racontent les récits des Africains diplômés en URSS au début des années 90 et arrivés au Québec après 2000 ?

M. a fait des études dans le domaine de la mécanique, spécialité « équipements et technologie des travaux ». En 1992, il obtient son diplôme d’ingénieur de l’Université de Mariupol (à l’époque, Jdanov)… Arrivé au Canada en 2007, il demande une équivalence de son diplôme de maîtrise et obtient un diplôme de licence. Pourtant, il n’arrive pas à trouver un travail et, après une période de chômage, il retourne à l’école pour faire une formation dans le domaine de la mécanique. Diplômé d’un collège technique en 2013, il arrive à trouver un emploi la même année.

Le plus grand obstacle à la reconnaissance de son diplôme soviétique sur le marché du travail était le décalage, concède-t-il, entre l’expérience de travail et la spécialité du diplôme. Diplômé dans le domaine de la mécanique, il avait une expérience dans le domaine pétrolier et, ensuite, celui des fluides médicaux. En effet, après la fin de ses études, en 1992, il rentre au Congo. Mais, comme beaucoup de jeunes ayant commencé avant 1990 et terminé après cette date leurs études en URSS, il se retrouve sans travail. Après avoir chômé trois ans, il réussit à trouver un travail comme technicien sur une plate-forme pétrolière. C’est seulement en 2005 qu’il obtient un poste à responsabilités chez Air liquide. Financièrement intéressant, cet emploi l’a fait repousser de deux ans la date du départ prévu au Canada, même si entretemps, la procédure d’immigration de sa famille avait déjà été finalisée.

Les diplômes ne sont pas reconnus, affirment souvent les acteurs. Ils ont souvent dû refaire des études en arrivant au Québec. « Ils privilégient leurs diplômes » (entretien, E.) Mais la dévalorisation des diplômes ne semble pas être déterminée par le lieu de délivrance du diplôme (URSS/Russie). Divers moments des itinéraires s’enchevêtrent pour favoriser ou entraver la jouissance sociale de la reconnaissance juridique (du grade et de la spécialité).

Les immigrants sélectionnés en tant que « travailleurs qualifiés » ont le droit de commencer à travailler tout de suite au Canada. Cependant, T., originaire du Burundi, titulaire d’une maîtrise (1989) et d’un doctorat en physique (1994) de l’université de Kichinev (Chişinău), constate très vite que « dans la pratique, tu peux à l’infini envoyer des CV. Ils reçoivent deux cents CV ; ils ne lisent même pas… » Que faire ? Il découvre le système coopératif (études en alternance). Il s’inscrit en 1re année en licence d’informatique à l’Université de Sherbrooke. Il commence à saisir comment le système fonctionne. En 2001, après six ans d’études, il fait un stage de huit mois dans une grande entreprise internationale. Une fois stagiaire, il réussit à gagner la confiance de ses collègues qui « ne s’intéressent pas d’où tu viens ». C’est à ce moment que ses compétences ont été reconnues, dit-il. C’est à ce moment-là qu’il a sorti son diplôme de maîtrise de l’URSS (du doctorat, il ne parlait même pas…). Aujourd’hui, il continue de travailler dans la même entreprise de télécommunications où il a sa place.

Itinéraires dans leurs époques

Les acteurs interviewés ont vécu en URSS à la fin des années 80, ont terminé leurs études au début des années 90 et ont immigré au Québec après 2000. Membres de l’association Soyuzniki, Montréal, ils se réunissent à l’occasion d’événements organisés ou d’une manière plus informelle le week-end. Créée en 2009, cette association regroupe des immigrants qui « ayant un lien de nationalité avec les pays de l’ex-URSS, ou ayant séjourné dans l’ex-URSS, connaissent ses mœurs, habitudes et langue ». Professionnels dans une province francophone de l’Amérique du Nord capitaliste, ils se retrouvent comme anciens étudiants russophones d’un pays ex-socialiste. Leurs récits racontent des époques et des processus sociaux contrastés qui ne se situent pas forcément des deux côtés du Mur.

En dépit des discours de guerre froide, les circulations des savoirs et les échanges entre les démocraties populaires et les démocraties libérales ne cessent de progresser (Kott, 2011). Si l’enseignement supérieur est devenu aujourd’hui l’un des domaines les plus standardisés de la politique publique, c’est aussi grâce à la transnationalisation qui ne s’est jamais vraiment interrompue, malgré les ruptures idéologiques apparentes. L’équivalence des diplômes devient une question clé. La reconnaissance de plus en plus élargie des diplômes nationaux sera ainsi équivoque. D’une part, la reconnaissance signifie l’acceptation de l’« autre » ; d’autre part, elle semble aller vers une uniformisation sur un modèle. C’est grâce à cette synchronisation progressive des principes d’évaluation que la mesure de la qualité s’est peu à peu imposée comme politique transnationale à partir des années 80.

Bien avant la fin de la guerre froide, l’enseignement supérieur est devenu un espace de relations entre des universités, des systèmes nationaux, des organisations mondiales (comme l’UNESCO, la Banque mondiale ou l’OCDE) et des communautés professionnelles mondialisées. Le processus a été précédé par un mouvement de contrôle uniformisé des reconnaissances des diplômes. Au cours des années 70, l’Association internationale des universités-UNESCO élabore des études qui associent des pays des deux « blocs ». Le choix des pays qui font objet de l’étude peut être par exemple conditionné par le « nombre très important d‘étudiants étrangers qu’ils accueillent, en particulier d’étudiants originaires de pays en voie de développement, ensuite, parce que les procédures qui y sont en vigueur pour l’octroi des équivalences présentent un intérêt, soit direct, soit indirect, pour les personnes qui, dans d’autres pays, sont chargées d’établir ou d’interpréter les règles et pratiques applicables dans ce domaine » (UNESCO, 1970, p. 7)[4]. Ces enquêtes présentent les méthodes et pratiques suivies dans les différents pays, l’objectif étant de « déterminer, à des fins académiques, les équivalences des diplômes et grades étrangers » (ibid.)

L’uniformisation des principes de l’enseignement supérieur qui a pris le dessus aujourd’hui est le résultat d’un long processus qui ne s’est pas interrompu, même au cours de la guerre froide. Pourtant, les « effets » ne sont pas toujours univoques. Les expériences individuelles « mondialisées » en témoignent. Ainsi, par exemple au Québec, à partir de la fin des années 90, les difficultés d’insertion dans l’emploi des nouveaux immigrants sont devenues plus importantes. Les immigrants investissent plus de temps et plus de ressources que les Québécois et que leurs prédécesseurs à trouver un travail, et plus encore à obtenir un emploi correspondant à leurs compétences. Le taux de chômage des immigrants est de 12,5 % en 2010 contre 8 % pour l’ensemble de la population, et de 19,4 % pour les immigrants arrivés depuis moins de cinq ans (Monnot, 2013). Ces réalités ont nourri les critiques, croissantes, des politiques de sélection de l’immigration.

La province a connu une forte croissance des volumes d’immigration depuis le début des années 2000. La part de l’immigration économique a augmenté, processus lié à l’accélération des inégalités entre le Nord et le Sud. En 2010, des 54 000 immigrants arrivés, 37 500 sont des immigrants économiques. Au début des années 2000, les ressortissants de Moldavie, d’Ukraine et de Russie prennent le relais des Bulgares et des Roumains nombreux au début des années 90. Les ex-pays soviétiques constituent la deuxième région source, après le Maghreb. En 2010, 36,8 % des immigrés admis étaient originaires d’Afrique (23,5 % d’Afrique du Nord), 25,4 % d’Asie (Moyen-Orient inclus), 21 % d’Amérique (dont 11,4 % d’Amérique centrale et du Sud), 16,6 % d’Europe (8,8 % d’Europe de l’Ouest et du Nord ; 8,9 % d’Europe de l’Est et du Sud) (CIC-GC, 2011).

***

Les récits des Africains diplômés en URSS livrent une connaissance sur le devenir des diplômés à la fin des années 80 et au début des années 90, mais aussi sur les sociétés qui les accueillent (« en transition » ou « multiculturelle », « socialiste » ou « démocratie libérale »…) Ainsi, la valeur reconnue à ces récits est double : biographique et mémorielle. Il s’agit de saisir les histoires individuelles en écoutant ce dont elles témoignent sur les époques qu’elles traversent.

Bibliographie

Bessin, Marc, Bidart, Claire, Grossetti, Michel, dir., 2010, Bifurcations : les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

Ivanova, Ljubov, 2003, « Afrikantzi v SSR i v Rossii (1960-2003) : problemi adptatzii », thèse de doctorat (dir. Davidson, A.B.), Universitet druzbui narodov, [АФРИКАНЦЫ В СССР И В РОССИИ (1960-2003 г.)].

Kott, Sandrine, 2011, « Par-delà la guerre froide. Les organisations internationales et les circulations Est-Ouest (1947-1973) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 109, p. 142-154.

Koudawo, Fafali, 2000, La formation des cadres africains en Europe de l’Est depuis 1918 : des nègres rouges aux russotiques, Paris, l’Harmattan.

Monnot, Laurence, 2013, La politique de sélection des immigrants au Québec, Cahiers du Québec Hurtubise.

Politix, 1994, La Biographie numéro thématique, n° 27, 1994.

Pudal, Bernard, 1999, « Biographie et biographique », Le Mouvement social, n° 186, janvier-mars.

Sen, Amartya, 2000, Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Odile Jacob.

Schwartz, Olivier, 1999, « Symposium sur Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion », Sociologie du travail 41 (4), 1999, p. 453-461.

Vaynman, Irina, 2012, Expérience migratoire antérieure et déqualification. Étude de cas portant sur des immigrants russophones à Montréal, mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 2012.

Yengo, Patrice, 2011, « Jalons pour une historiographie des élites africaines formées dans le Bloc soviétique », in : Leclerc-Olive, Michèle, Scarfò Ghellab, Grazia, Wagner, Anne-Catherine, dir., Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratiques des acteurs, Paris, Karthala, p. 135-148.

Documents et sites

Association Soyuzniki, Montréal, http://www.aisoyuzniki.ca

Conseil de l’Europe/UNESCO, 1997, La Convention sur la reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur dans la région européenne. Disponible : http://www.cicic.ca/662/convention-de-lisbonne.canada

Gouvernement du Canada-Citoyenneté et Immigration (CIC-GC), 2011, Canada, faits et chiffres 2010. Aperçu de l’immigration : résidents permanents et temporaires. Disponible : http://www.cic.gc.ca/francais/pdf/recherche-stats/faits2011.pdf

Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC), 2012, Les immigrants et le marché du travail québécois en 2009 et 2010. Disponible : http://www.micc.gouv.qc.ca/fr/recherches-statistiques/etudes-recherches.html

Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC), 2013, Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec. Disponible :

http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/education/evaluation-comparative/

UNESCO, 1970, Méthodes d’établissement des équivalences entre les diplômes et grades universitaires, étude élaborée par l’Association internationale des universités. Disponible : http://unesdoc.unesco.org/images/0005/000564/056419fo.pdf


[1]           Il s’agit d’un texte préliminaire, qui a pour but de présenter les premiers résultats d’un projet plus vaste.

[2]           Les acteurs interviewés seront anonymisés dans ce texte.

[3]           Une nouvelle convention conjointe a été adoptée en 1997 par les pays du Conseil de l’Europe et ceux qui appartiennent à la région Europe de l’UNESCO. Cette nouvelle convention ne diffère guère de la Convention de 1979 qu’elle remplace.

[4]           République fédérale d’Allemagne, États-Unis d’Amérique, France, Royaume-Uni, Tchécoslovaquie et Union des républiques socialistes soviétiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.