EYEBIYI Elieth P.

La formation des élites africaines en URSS : microsociologie des retours, itinéraires et expériences biographiques de cadres béninois formés entre 1980 et 1994

Elieth P. EYEBIYI[1]

Résumé

La bipolarisation du monde dans le contexte de la guerre froide a offert aux étudiants africains de nouvelles opportunités de formations, en rupture avec la tradition de formation des cadres en Occident. Ce fut le moment d’une importante mobilité étudiante en direction de l’URSS et des pays de l’Est, grâce à l’intense coopération universitaire entre les pays africains ceux-ci. Au Bénin, de nombreux cadres formés dans le système universitaire soviétique demeurent présents autant dans l’administration publique que dans le secteur privé. La littérature scientifique demeure pourtant très peu fournie sur les expériences de ces cadres. Cet article propose une microsociologie des trajectoires de retours de ces cadres notamment sur la période 1980-1994, à partir de la diversité de leurs itinéraires et expériences biographiques.

Mots-clés : enseignement supérieur, mobilités, étudiants, élites, trajectoires de retour, Russie, Union soviétique, Bénin.

Abstract

During the Cold War, the polarization of the world has opened up new opportunities for African students to integrate Soviet Union’s higher education. This breaking with the training tradition of African elites in Western countries, and the dynamism of academic cooperation between African countries and the USSR and Eastern countries, has generate an important student mobility from South to East. In Benin, many civil servants but also private sector’s professionals were trained in the Soviet university system. The scientific literature remains yet very sparse on the experiences of these elites, particularly in human and social sciences. This paper aims to outline a microsociology of return paths and trajectories of these elites during the period 1980-1994, by focusing on the diversity of their biographies and experiences.

Key-Words: Higher Education, Mobility, Students, Elites, Return paths, Russia, Soviet Union, Benin.

Introduction

Les liens entre de nombreux pays africains et l’Union soviétique remontent aux années 1920 (Yengo, 2011) au lendemain de la révolution bolchévique de 1917. Se posant comme « champion des droits des peuples colonisés » (Scarfo et al., 2011 : 27), l’URSS devient assez vite un protagoniste majeur de l’une des plus importantes mobilités étudiantes organisées, de tous les temps. Et ceci, tant par l’importance numérique des pays de départ concernés (la grande majorité des pays africains), que par la diversité des filières d’études ouvertes à ces étudiants (sciences mathématiques et physiques, médecine, pharmacie, sciences de l’ingénieur, économie, etc.), ou encore la diversité des différents pays d’accueil (les républiques soviétiques[2], les pays d’Europe de l’Est[3]). Pour cause, « la formation des étudiants africains dans les établissements soviétiques constitue un aspect fondamental des échanges culturels entre l’URSS et l’Afrique » (Katsakioris, 2007a : 90) et ceci depuis 1956. Elle va s’accélérer « significativement après 1960 avec la décolonisation et la fondation de l’Université […] de l’Amitié des Peuples « Patrice Lumumba » […]. Beaucoup à l’époque croyaient que cette migration d’étudiants allait aboutir à la création d’une armée de militants communistes, voire qu’elle allait reproduire au sein de la jeunesse estudiantine africaine le clivage de la rivalité Est-Ouest. Il s’avéra pourtant que cela ne fut pas le cas » (Katsakioris, 2007a : 90). Bien qu’imprécises, les statistiques du ministère de l’Éducation de l’URSS (MVSSO), qu’a compilées Katsakioris (2007b), permettent d’estimer à quelque 121 986 le nombre d’Africains (étudiants, doctorants et stagiaires) ayant séjourné en URSS notamment  dans les écoles techniques et les universités entre 1959 et 1980. De ce nombre, 40 154 personnes sont issus de l’« Afrique occidentale, saharienne et sahélienne »[4] soit 32,90 % des effectifs[5]. La tendance va se renforcer après 1980 et ceci jusqu’à la fin du régime soviétique.

Le retour de ces cadres dans leurs pays d’origine a connu des itinéraires multiples, autant de success stories que d’échecs cuisants. Que sait-on des expériences de ces étudiants africains formés à l’Est ? Quelles ont été les conditions de formation et de vie de ces étudiants dans les républiques soviétiques d’accueil ? À quelles orientations répondent les choix des filières de formation, et par qui ? Les interrogations sont multiples. Paradoxalement, et comme le soulignait déjà Katsakioris (2007a), cette mobilité étudiante n’est quasiment pas documentée dans la littérature scientifique, notamment en sciences sociales et humaines. Si la riche littérature produite ces dernières années en sociologie, en géographie ou encore en sciences de l’éducation sur les migrations étudiantes Nord-Sud, Nord-Nord et Sud-Nord, est peu documentée sur les mobilités étudiantes Sud-Sud[6], elle reste particulièrement silencieuse sur les mobilités étudiantes Sud-Est induites par le rapprochement de nombre de pays africains avec les pays soviétiques dans le contexte de la guerre froide.

En constatant à partir de travaux de terrains au Bénin la forte présence de cadres formés en URSS et dans les pays de l’Est dans de nombreux secteurs clés de l’économie (eau, énergie, mines, formation universitaire, etc.), les sociétés d’État ou encore la diplomatie et les professions libérales (médecine, génie-civil et BTP, etc.), ce papier tente de dresser une typologie des modes d’accès aux bourses soviétiques, puis propose de répondre à deux questions. Quels sont les itinéraires de retour des cadres formés en URSS entre 1980 et 1994 ? Quelles sont les modalités associées à ces retours ? La microsociologie des trajectoires de retour proposée examine à partir des expériences biographiques la possibilité d’une typification de ces retours.

Le contexte historique au Bénin

Remontant à 1962 soit deux ans après l’indépendance du Bénin (obtenue le 1er août 1960 sous la dénomination de Dahomey), les premiers contacts diplomatiques entre l’URSS et le Bénin se solidifient par l’accréditation du premier ambassadeur soviétique à Cotonou en 1966. Les relations bilatérales connaîtront un dynamisme particulier durant les dix-sept années du régime révolutionnaire instauré par le coup d’État du commandant Mathieu Kérékou le 26 octobre 1972. Ce dernier décrète assez rapidement – deux ans plus tard – son allégeance au communisme soviétique. Il proclame la République populaire du Dahomey, opte pour le marxisme-léninisme[8] et décrète l’option économique du socialisme. Le 30 novembre 1975, le Dahomey devient la République Populaire du Bénin. Stratégique dans le conflit Est-Ouest, le positionnement du Bénin, et d’autres pays africains, dans le bloc de l’Est s’inscrit plus largement dans un moment historique durant lequel « l’URSS s’emploie à convertir leur (les pays alors dits du Tiers Monde, NDA) neutralisme dit positif en un neutralisme actif, à son avantage exclusif » (Koudawo, 1992 : 7).

Une forte coopération avec le bloc de l’Est, notamment l’URSS, la Corée du Sud, dont l’aide sera inestimable pour repousser l’attaque des mercenaires de Bob Denard quelques années plus tard, et Cuba, se met en place. Dès lors, l’axe Cotonou-Moscou se structure non seulement autour d’intérêts économiques (matérialisés par exemple par la présence d’une agence de la compagnie russe Aeroflot à Cotonou), mais aussi particulièrement académiques. Les relations politiques entre le Bénin et l’URSS se maintiendront pendant toute la période révolutionnaire (1972-1989). Leur point d’orgue reste la visite officielle du président Mathieu Kérékou à Moscou en 1986.

Sur le plan de la coopération culturelle, qui inclut celle universitaire, l’URSS et les pays de l’Est (Bulgarie, Roumanie, etc.) deviennent une destination clé pour les futures élites du pays. Entre 2500 et 3000 étudiants béninois[9] prennent les chemins de l’Est grâce aux bourses octroyées par Moscou. L’élite estudiantine locale atterrit notamment dans les universités d’État russes, les académies bulgares, roumaines, tadjiks et autres, pour acquérir une formation pointue dans plusieurs domaines : sciences dures (mathématiques), technologies (télécommunications, informatique, énergie, BTP et génie civil, géologie, etc.), cinéma ou encore sciences sociales et humaines pour ne citer que celles-là.

Cette importante mobilité étudiante s’inscrit dans le prolongement de la politique de formation des cadres africains développée depuis les années 60 par l’URSS dans le contexte historique de la décolonisation (Katsakioris, 2007b). Cependant, il est évident que les départs d’étudiants béninois dans les années 80 et 90 répondaient plutôt à une logique purement académique qu’idéologique. D’ailleurs le Bénin, à l’instar de la plupart des autres pays africains, n’a pas rompu avec les traditions de formation de ses cadres dans les pays européens (notamment la France), le Canada et les États-Unis, au profit de l’URSS et des pays de l’Est, de Cuba, de la Chine ou encore de la Corée du Nord.

Les cadres formés dans le cadre de cette mobilité connaissent au retour une insertion professionnelle différenciée, et ceci en fonction de leur intégration ou non dans la fonction publique, ou dans le secteur privé pour les professions libérales. L’insertion reste aussi tributaire des changements de la politique de recrutement des fonctionnaires, notamment avec le gel des recrutements directs dans la fonction publique en 1986. Si la plupart des ingénieurs de retour entrent dans l’administration publique et constituent encore le socle dans des secteurs vitaux comme l’énergie (SBEE), l’eau (SONEB), les mines ou encore l’enseignement universitaire, certains n’ont pas réussi à se faire une place au soleil et entreprennent soit de nouvelles mobilités (Europe de l’Ouest, États-Unis) ou se convertissent dans le privé.

Notes méthodologiques

L’approche méthodologique utilisée pour cette recherche, et inscrite dans le cadre du projet Elitaf, est celle des entretiens biographiques (Pilote et Garneau, 2011), avec tous les enjeux qui leur sont liés, notamment en termes de souvenirs, de relation plusieurs décennies après, de confrontation des acteurs avec leurs réalités passées, plus ou moins enfouies, plus ou moins vivaces. L’une des premières difficultés sur ce terrain est le paradoxe entre l’accord très rapide des personnes approchées, à la présentation du programme ELITAF puis du projet de la recherche, et leur réticence dans la concrétisation des rendez-vous. Certes, plusieurs avaient des agendas chargés en raison de responsabilités professionnelles assez importantes, mais le fait mérite d’être souligné en raison de sa récurrence.

Les entretiens biographiques ont été menés après une première identification des répondants. La dizaine de répondants interviewés pour la présente enquête ont tous pour caractéristique commune d’avoir étudié en URSS entre 1980 et 1994. Cette périodisation a permis de recueillir des données auprès d’anciens étudiants ayant séjourné en URSS durant trois temporalités : 1980-1986, 1986-1992 et 1988-1994. La première temporalité peut être assimilée à une période d’apogée du système soviétique, alors que les deux autres jalonnent à la fois les dernières heures du régime soviétique et les premières heures après son démantèlement suite à la chute du Mur de Berlin. La chute du mur de Berlin en 1989 est d’ailleurs interprétée comme l’événement fondateur du XXIe siècle (Hobsbawn, 1999) en ce sens qu’après lui, la bipolarisation du monde prit fin au profit du morcellement de l’espace géopolitique (Losego et Arvanitis, 2008).

Nous avons utilisé deux méthodes d’identification : d’abord, une méthode boule de neige, qui a consisté à se renseigner auprès des proches et donc de fil en aiguille pouvoir constituer un premier répertoire, à partir de juin 2010, de personnes ayant étudié dans les anciennes républiques soviétiques et communistes. Ensuite, nous sommes allés à la recherche des listes de diffusion d’anciens étudiants formés en URSS grâce à l’aide d’un autre collègue ayant lui-même étudié en URSS. Enfin, malgré l’accord des personnes interviewées pour que leur nom soit éventuellement mentionné dans le texte, nous avons procédé à une substitution des identités réelles par des prénoms fictifs, afin de conserver leur confidentialité.

L’approche méthodologique combine aux entretiens biographiques et récits de vie, le recueil de témoignages et l’analyse de curricula vitae. Les données ici exploitées ont été collectées à Cotonou (Bénin) en août et septembre 2013, et à Montréal (Canada) en octobre 2013 auprès d’anciens étudiants béninois ayant été en URSS entre 1980 et 1994, vivant actuellement au Bénin, au Canada et en Russie.

Typologie des bourses et multiplicité des canaux d’accès

De nombreux étudiants africains ont bénéficié de bourses d’études en URSS et dans les pays de l’Est pour y effectuer tout ou partie de leurs études universitaires. Ces bourses couvraient une formation en langue russe et des études de premier et second cycle universitaire.

Les canaux d’accès à ces bourses sont cependant multiples. Une typologie provisoire permet d’identifier au Bénin trois catégories de bourses : les bourses abusivement dites de « l’association » des anciens étudiants, les bourses « politiques » et les bourses « normales ». Ces catégories correspondent respectivement à trois modes d’accès : un accès associatif, un accès politique et un accès dit « normal ».

Le premier traduit une stratégie de capitalisation et de réinvestissement de capitaux symboliques (relationnels) acquis en raison du statut d’ancien bénéficiaire d’une bourse soviétique, au profit de nouveaux candidats. Le second semble plutôt être l’expression d’un « privilégisme » basé sur l’appartenance au parti unique (PRPB[10]) et parfois la position occupée au sein de l’appareil du parti unique, alors parti-État. Le privilégisme renvoie « aux innombrables “avantages de fonction” propres à la bureaucratie coloniale » (Olivier de Sardan, 2004 : 157). Il s’agit d’une « forme d’extension démesurée des “avantages de fonction” que l’on retrouve dans toutes les administrations africaines » (Blundo et Olivier de Sardan, 2001 : 102). Ceci est d’autant plus vrai que le caractère révolutionnaire du régime du PRPB n’avait au fond pas endigué la corruption : il n’avait fait que la circonscrire dans les sphères les plus hautes du pouvoir (Eyebiyi, 2013). Le monopole politique du parti unique se prêtait d’ailleurs assez bien à l’échange de faveurs et au renvoi d’ascenseur entre agents politiques bien placés dans la hiérarchie. La filière politique d’accès aux bourses peut objectivement s’inscrire dans ce cadre d’analyse.

Quant au troisième mode d’accès, il était destiné notamment aux étudiants qui n’avaient pas accès aux autres modes ou qui ne pouvaient s’en prévaloir. C’était le chemin le plus courant pour tout bachelier désireux d’entreprendre l’expérience académique soviétique. Le contexte national d’État-providence s’y prêtait : tout cadre était assuré d’intégrer la fonction publique presque automatiquement, et ceci jusqu’en mai 1986, moment où l’embauche directe dans la fonction publique cessa en raison de l’entrée en vigueur du Programme d’ajustement structurel (PAS)[11]. Obtenir une bourse pour l’Union soviétique ne donnait pas particulièrement lieu à une course éperdue. D’autant que l’absence de marchandisation de l’enseignement supérieur à l’époque étai encore la règle : l’internationalisation et la concurrence [12] étaient loin d’avoir commencé leurs effets transformateurs sur la logique éducative.

Figure 1 : Typologie des accès aux bourses soviétiques

La bourse dite de l’association ou l’accès par réseaux associatifs

L’accès associatif s’effectue au moyen des réseaux relationnels dont dispose le postulant ou ses parents avec d’anciens étudiants ayant eux-mêmes été formés en URSS, ou même des proches d’associations russes qui sponsorisaient en quelque sorte la venue d’étudiants africains. D’anciens étudiants, officiant généralement en qualité de courtiers, mettaient à contribution leur connaissance des modalités d’accès au système universitaire soviétique et leur appartenance ou proximité avec les associations russes ou autres réseaux pertinents pour aider, rassurer et décider de nouveaux compatriotes à tenter l’aventure soviétique. Bien qu’il soit difficile de quantifier le nombre d’étudiants par type d’accès, ceci mérite d’être souligné d’autant plus qu’il confirme que les candidats aux bourses soviétiques de l’époque pouvaient ne pas prendre par le parti unique (PRPB) et ses réseaux politiques pour accéder à la possibilité d’aller étudier en URSS. D’ailleurs, la plupart des personnes rencontrées au cours de nos entretiens en septembre 2013 affirmaient que chaque année ils étaient « au moins une centaine » de Béninois à partir pour les pays de l’Est.

« Ma bourse avait été obtenue par le biais de l’association [association des anciens étudiants, NDA]. Il s’agit d’une bourse que l’association aurait négociée avec l’État soviétique à l’époque. Il existe un quota de bourses que l’État soviétique attribuait aux associations d’anciens étudiants de Moscou […]. Dans mon cas, c’est à Porto-Novo que je m’étais lié d’amitié avec une dame qui travaillait à la DBSU[13]. C’est elle qui m’a aidé à obtenir la bourse. La dame a son frère aîné comme responsable de l’association des anciens étudiants de Moscou. Dès que l’occasion s’est présentée, on m’a juste demandé d’aller à la DBSU déposer un dossier, ce que j’ai fait […], j’étais le dernier à déposer mon dossier » (Albert, Cotonou, septembre 2013).

La bourse politique ou le privilège du parti unique

L’accès dit politique est l’illustration d’une modalité particulière d’obtention des bourses soviétiques. En effet, les responsables du parti unique (PRPB) et certains membres du parti bénéficiaient d’un quota qu’ils pouvaient redistribuer à leurs proches. Plusieurs étudiants obtiendront ainsi leur sésame pour l’URSS sans jamais déposer de dossier de candidature auprès de la DBSU ou même sans avoir jamais milité dans le parti unique. La connexion aux réseaux du parti suffisait largement pour ce faire. Évidemment cette modalité d’accès n’était pas popularisée et tout le monde ne pouvait se connecter à ce type d’accès.

« J’ai erré quelque peu à l’université en faisant de la science économique après un bac scientifique BG [aujourd’hui baccalauréat de série D Biologie-Géologie, NDA]. J’ai eu une promesse et dans le même temps mon père m’envoyait pour la même chose (médecine dentaire) à Bordeaux (France). Pour moi, le pays importe peu […]. Ma bourse a été politique […]. J’avais un oncle qui était membre du parti unique et qui voulait rendre un service à ma mère. Mon oncle avait le droit d’envoyer un enfant et donc je suis parti dans ce cadre. Je n’ai jamais déposé un dossier […]. Personne de la famille n’était membre du parti sauf l’oncle […]. C’était bon hein ! » (Médecin formé en Ukraine et en Russie, Cotonou, août 2013).

Les privilégiés de ce mode d’accès bénéficiaient soit d’appui de parents ou d’amis membres du parti unique, ce qui leur permettait de contourner toute la procédure officielle d’obtention des bourses. D’autres personnes pouvaient acheter dans le cadre de ces filières politiques le droit d’accéder à une bourse : ces pratiques privatives n’étaient pas divulguées, mais relevaient de la discrétion de quelques personnes ayant suffisamment d’étoffe pour entretenir pareil commerce.

La bourse normale ou l’accès classique

L’accès normal ou classique consiste pour le candidat aux bourses soviétiques à introduire son dossier auprès des services compétents, notamment du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, puis à être sélectionné comme bénéficiaire. La sélection s’effectue sur dossier, en théorie au regard des résultats de l’étudiant à l’examen du baccalauréat, examen donnant le droit d’entamer des études universitaires. Un grand nombre de bénéficiaires des bourses pour l’URSS les ont obtenues par ce type d’accès.

Orientation, stratégies étudiantes et formation universitaire

L’obtention des bourses soviétiques a permis la formation de nombreux cadres béninois, et ceci dans plusieurs filières professionnelles. Le choix des filières semble tenir de plusieurs facteurs dont le canal ou type d’accès à la bourse, la volonté personnelle, la disponibilité, etc. Cependant, ce choix n’était pas à proprement dire absolu : plusieurs étudiants ont obtenu des bourses pour une formation mais au final en ont effectué une autre. Si, en théorie, la sélection des étudiants par les structures étatiques permettait de connaître les filières de formation de chaque lauréat, quelques-uns réussiront à influer au terme de leur année préparatoire (année de langue) sur le cours du destin.

Le choix des filières et les stratégies personnelles d’orientation

Le choix des filières et les stratégies personnelles constituent un élément intéressant dans l’étude des parcours académiques des cadres et élites africaines formées [adj. accordés au féminin ou au masculin avec cadres et élites ? Cf. page 3 et note en bas de page 7. Je suis pour le féminin, NDLC]  dans les anciennes républiques soviétiques. Si l’un des lieux communs de la formation demeure l’année préparatoire ou année de langue, à la diversité des filières proposées se superpose parfois la singularité des choix professionnels au moyen de stratégies individuelles.

En matière de choix des filières, il serait fastidieux de dresser ici un répertoire complet de l’offre de formations proposées par l’URSS aux étudiants africains en général, et béninois en particulier, en raison de sa richesse. Toutefois, il est important de souligner que si certains étudiants ont pu effectuer un choix de cœur, d’autres se sont pliés soit à la raison, soit à ce qui était disponible et leur était offert. Ainsi, un étudiant initialement inscrit à la FAST[14] en physique-chimie avant d’obtenir la bourse pouvait se retrouver en URSS à étudier dans un autre domaine, comme par exemple les arts graphiques. C’est le cas de l’une des personnes interviewées, qui, après avoir obtenu un baccalauréat scientifique de série C et effectué son service militaire qui l’a amené en mission à la direction des examens et concours du ministère de l’Enseignement secondaire à Porto-Novo, s’était inscrit à l’UNB[15] en FAST, filière physique-chimie. Avant de prendre le chemin de l’URSS pour étudier les arts graphiques à Douchambe (Tadjikistan). Il travaille aujourd’hui dans la fonction publique et occupe un poste de responsabilité lié à sa formation.

« Je voulais faire la médecine… mais j’ai choisi l’art graphique parce que c’était la seule possibilité » (Albert, Cotonou, août 2013).

D’autres ont pu effectuer la formation de leurs rêves.

« En URSS on vous forme d’abord comme un médecin généraliste puis parallèlement comme médecin de spécialité. C’est une formation de spécialité pointue. Moi je voulais faire la chirurgie dentaire. J’ai eu une bourse pour cela et c’est ce que j’ai fait. J’avais le choix entre aller à Bordeaux ou en URSS […], je suis parti en URSS pour alléger la charge financière à mes parents puisque de toute façon ils m’auraient payé la formation à Bordeaux » (David, chirurgien-dentiste, Cotonou, août 2013).

École préparatoire, apprentissage de la langue russe et formation universitaire

La formation en Union soviétique avait ceci de particulier qu’elle intégrait deux cursus généralement diplômants : d’abord une formation linguistique et ensuite la formation universitaire objet de la mobilité.

Bien que la plupart des lauréats des bourses soviétiques soient encouragés à aller s’inscrire avant leur départ au centre de langue de l’ambassade russe à Cotonou pour acquérir quelques rudiments de la langue, celle-ci était bien souvent une découverte pour eux une fois sur place. L’apprentissage de la langue russe intervenait durant la première année dans les écoles préparatoires et se perfectionnait les années suivantes. Il était attendu des étudiants qu’ils puissent au bout de l’année de langue intégrer les cours dans leurs filières respectives et ceci avec un stock de connaissances et d’aptitudes nécessaires pour suivre au même niveau que leurs camarades russes. L’année de langue était sanctionnée le plus souvent par un diplôme de maître de langue russe qui pouvait permettre d’enseigner la langue et donc potentiellement d’en assurer la diffusion une fois revenu dans le pays de départ. Par ailleurs, ce moment fort de la socialisation des nouveaux étudiants était le moment d’apprendre l’histoire de la société russe, y compris la théorie marxiste. Ceci fit dire à certains qu’une politique d’endoctrinement était en marche, sans doute en référence aux écoles du Komintern dont l’objectif affirmé était de former des cadres révolutionnaires pour libérer les pays encore colonisés, lequel projet a d’ailleurs échoué en ce qui concerne l’Afrique (Koudawo, 1992 : 7)[16]. Dans tous les cas, la formation des cadres béninois, notamment les bacheliers admis dans les universités d’État soviétiques, à l’exclusion de l’Université de l’Amitié et des Peuples Patrice Lumumba[17], durant la période 1980-1994, reste très éloignée d’un quelconque objectif idéologique, quand bien même le régime au pouvoir au Bénin s’était autoproclamé marxiste-léniniste et ceci jusqu’en 1989.

« Tout se passe dans l’année de langue… on vous enseigne l’histoire russe […] donc on vous parle de marxisme, de communisme, etc. Ce n’est pas les sciences politiques mais l’histoire de la société russe » (David, chirurgien-dentiste, août 2013).

Les cursus de langue se sont effectués dans plusieurs villes dont certaines sont : Vinnitsa (Винница) en Ukraine, à Astrakan (Астрахань) dans l’oblast d’Astrakhan en pays mongol, ville située sur la Volga à 1273 km au sud de Moscou, Doutchambé au Tadjikistan, etc.

La formation universitaire, au motif duquel la bourse était octroyée commençait après l’année de langue. Accéder à cette formation était automatique pour certaines disciplines, mais parfois sujet à conditions pour certaines autres. C’est par exemple le cas de la pêche industrielle, ou d’autres formations ayant pour théâtre la mer. En ce qui concerne la pêche industrielle par exemple, il fallait particulièrement justifier d’une bonne acuité visuelle pour être accepté dans la formation après l’année préparatoire. Certains étudiants qui ne voulaient pas l’intégrer développaient alors des stratégies particulières pour délibérément se faire déclarer inaptes :

« Ma bourse était destinée pour la Pêche industrielle. Arrivé là-bas, comme je ne voulais pas passer ma vie sur la mer même s’il y a de l’argent dedans, comme je ne voulais pas faire cette filière on a refusé en disant qu’il fallait l’autorisation du pays. Lors de la visite médicale au cours de l’année préparatoire, visite spécifique pour cette spécialité (au milieu de l’année), pour voir si on est apte pour la spécialité de pêche industrielle, j’ai profité pour dire que je lis mal. Quand on dit ‘O’ je dis ‘I’. Le médecin pensait m’aider en voulant mettre ‘BONNE VISION’ et j’ai dit ‘NON’, de mettre “PLOHA’’[18] [mauvaise vision, NDA]. Je l’ai contraint à mettre PLOHA quasiment. Dès lors, il fallait que je change pour ce que je veux » (Samuel, Cotonou, septembre 2013).

A contrario de certaines idées reçues, la rigueur du système politique soviétique telle que présentée par certains offrait néanmoins quelques marges de manœuvre à certains étudiants qui pouvaient se saisir de ces espaces de contournement pour conduire leur propre agenda, et ceci en influençant quelque peu le cursus programmé au départ du Bénin.

Typologie des principaux itinéraires de la mobilité étudiante et leurs motivations : des retours multiples

Les itinéraires de la mobilité des étudiants africains en direction des pays de l’URSS sont multiples, de même que leurs trajectoires de retour au pays d’origine, lorsque le retour a lieu. Si généralement, la plupart des cadres béninois formés en URSS et dans les pays de l’Est sont rentrés au pays, les trajectoires suivies sont en effet diversifiées, et ceci pour plusieurs raisons. Au fond, il existe non pas un retour mais plusieurs modalités de retour. Il existe des retours. La pluralité des retours autorise un essai de typification (Berger et Luckmann, 2005), à des fins heuristiques, qui peut être illustré ensuite par quelques expériences biographiques (Pilote et Garneau, 2011) singulières.

Nous proposons ici trois typologies indicatives, rattachées par ailleurs aux modes d’accès aux bourses, quand bien même la singularité des expériences et leur diversité à la fois, n’excluent pas l’existence d’autres types. Les trois que nous examinons ici semblent émerger comme étant les plus réguliers : le retour direct, le retour transitoire ou par escales et le non-retour.

Un premier itinéraire, qui est souvent le plus commun, est le retour direct. Après sa formation, – généralement six ans en URSS – le cadre revient au Bénin. Jusqu’en 1986, il avait toutes les chances d’être enrôlé dans la fonction publique et de servir la bureaucratie d’État. À partir de 1986, plusieurs ont dû passer quelques années comme stagiaires dans la fonction publique avant une titularisation au compte-gouttes. D’autres pour leur part sont entrés directement dans le secteur privé, ceci notamment en ce qui concerne les professions libérales, une partie de ceux des professions libérales.

Un second itinéraire est celui du retour transitoire ou retour par escales. Dans ce cas, le cadre revient dans le pays de départ, en l’occurrence le Bénin, après avoir marqué des escales dans un ou plusieurs pays tampons. Les motivations de ces escales sont également variées : il peut s’agir soit de la perception négative des diplômes de l’Est, de la lourdeur des procédures de reconnaissance de diplôme dans le pays de départ, de la volonté d’acquérir une expérience professionnelle à l’étranger, des logiques individuelles, etc. L’une des causes essentielles des retours transitoires est la dévalorisation des savoirs des diplômés des pays de l’Est (Yengo, 2011 : 148). Ceci est dû à la perception négative des diplômes obtenus, laquelle perception est un produit tout au moins partiel du conflit idéologique entre l’Ouest capitaliste et l’Est soviétique. La formation des cadres africains à l’Est a marqué de facto une césure fondamentale dans l’histoire académique et politique des pays africains face à leurs anciens colonisateurs : se former en France (pour les francophones d’Afrique par exemple) avait cessé d’être la référence, la seule référence. C’était une « rupture fondamentale » (Koudawo, 1992 : 7).

Par ailleurs, l’éloignement des pays de l’Est et leur méconnaissance par de nombreux parents, ajoutés aux tracasseries administratives pour la traduction et la reconnaissance des diplômes dans les pays de départ, ont forgé un bouillon de culture dans lequel a germé l’idée de la dévalorisation. Cette dévalorisation des diplômes obtenus dans les pays soviétiques a également entraîné celle des savoirs qui leur sont associés. La chute du communisme et le bouleversement géostratégique du monde n’ont pas particulièrement arrangé la situation, d’autant plus que la victoire du capitalisme et de l’Occident se répercutait également sur les représentations associées aux produits issus du système universitaire soviétique. Pour plusieurs personnes interrogées, on estimait que les cadres formés à l’Est ne pouvaient en aucun cas être aussi compétents que ceux issus des références académiques traditionnelles, en l’occurrence les pays d’Europe, le Canada et les États-Unis. Les diplômes venus de l’Est apparaissaient alors comme des sous-diplômes. Conscients de ces perceptions certains cadres ont décidé, parfois à la demande insistante de leurs parents, de faire d’abord des escales en Europe pour obtenir un diplôme « plus acceptable » ou de « référence », avant de revenir au pays.

Les escales dans les trajectoires de retour n’étaient pas qu’européennes : certains cadres sont rentrés pour une très courte période dans le pays de départ, avant de repartir dans des pays africains obtenir un nouveau diplôme, ou même en Europe, et ensuite envisager un retour « définitif ». La sélection des pays tampons est aussi fonction des ressources financières et des considérations familiales de chaque cadre, tout autant que des représentations personnelles des cadres en transit.

Le choix des escales dans la trajectoire de retour est également motivé soit par le besoin d‘un nouveau diplôme afin de gommer les perceptions négatives liées aux formations et savoirs acquis en URSS, soit pour tenter une aventure professionnelle internationale et notamment européenne, dont l’issue malheureuse contraindra quelques-uns à rentrer au pays de départ plus tôt que prévu. Généralement, le passage par des pays tampons, tout comme parfois des retours directs, a ouvert la voie à de nouveaux flux de mobilité, cette fois-ci quasiment volontaire, en direction notamment de l’Europe, du Canada et des États-Unis.

La dernière modalité de trajectoire de retour est celle du non-retour. Elle concerne une très faible poignée de Béninois, qui sont restés en Russie après leurs études, et y ont une vie familiale et professionnelle. C’est le cas de quelques universitaires. Une très faible proportion des étudiants béninois bénéficiaires de bourses soviétiques est donc restée sur place et s’est intégrée à la société russe.

Des parcours biographiques multiples : vers des idéaux-types ?

La diversité des trajectoires de retour des cadres africains formés en URSS et dans les pays de l’Est n’est plus à démonter. Un essai de construction idéal-typique (tout à fait indicatif) de ces parcours sur la base d’une analyse biographique permet de souligner quelques success stories tout en mettant en exergue les retours multiples auxquels ont pu donner lieu la mobilité des étudiants africains vers les pays de l’Est, de l’indépendance à la chute du communisme.

 

Linéarité et accomplissement personnel : le cas d’un médecin

Le premier cas qui nous semble intéressant en termes d’analyse biographique est celui d’un médecin béninois formé en URSS et qui a emprunté la trajectoire du retour direct à la fin de sa formation. La linéarité de son parcours se combine avec un accomplissement personnel pour soutenir l’idée de la réussite tout en démentant les tenants de l’idée de la dévalorisation des diplômes obtenus en URSS.

David a obtenu un Baccalauréat BG (équivalent bac D aujourd’hui), a effectué un an à l’université en sciences économiques. Issu d’une famille aisée, il voulait devenir médecin. Il a fait le choix de l’URSS pour amoindrir les coûts à ses parents qui de toute façon se préparaient à lui payer les études de médecine à Bordeaux. Il a obtenu sa bourse par des canaux politiques grâce à un oncle membre du parti unique alors que ni lui ni ses parents n’avaient jamais milité ou pris des positions politiques quelconques. Parti de Cotonou en 1988 à bord de la compagnie russe Aeroflot, après le passage par l’infirmerie à Moscou et l’hôtel de regroupement, il a été dirigé à Vinnitsa (Ukraine) pour effectuer son année préparatoire et apprendre le russe. Ensuite, il a été dirigé sur Krasnodar au Kubanski Medecine Skills Institute d’où il est sorti en 1994 avec le diplôme de médecin spécialisé en soins dentaires. À la fin de sa formation, comme les rumeurs affirmaient que les diplômes soviétiques avaient peu de valeur, ses parents insistent pour qu’il passe d’abord par la France faire un diplôme en complément, mais il a préféré rentrer directement pour « s’imposer par sa capacité et ses compétences ». Aujourd’hui il est propriétaire d’une clinique dentaire réputée à Cotonou et membre de plusieurs associations professionnelles nationales et internationales dans son domaine.

Ce parcours peut être interprété comme une success story d’un fils unique issu d’une famille riche, qui a bénéficié d’une bourse soviétique par des canaux politiques. Rentré directement au pays après ses études, il a pu s’installer à son propre compte et exercer son métier tout en se bâtissant une bonne réputation professionnelle.

Un parcours fragmenté : le cas d’un économiste

Le deuxième profil biographique présenté ici est celui d’un Béninois formé d’abord en URSS, ensuite sur le continent africain, qui est reparti en Occident se former à nouveau, puis est rentré dans son pays. C’est le parcours de Samuel. Il faut préciser avant tout que Samuel avait un passé d’élève militant, notamment opposé au régime révolutionnaire en place, et fut arrêté en classe de 5e, dans le cadre d’un mouvement scolaire. Son arrestation intervint selon ses propres mots après qu’il eût « écrit un article dans un journal appelé FANAL et fait un poème intitulé Jusqu’au sacrifice suprême, suite à la mort de Cocou Innocent, un élève membre de l’UGEED[19], dans les années 1975 ». Ceci ne l’empêcha pas d’obtenir une bourse soviétique quelques années plus tard. En URSS, il a continué à militer, notamment en adhérant à l’association des étudiants béninois en Union soviétique, association alors opposée aux méthodes du gouvernement marxiste-léniniste de Mathieu Kérékou en place à Cotonou.

« Les congrès se faisaient chaque année à Moscou à l’Université Patrice Lumumba et je représentais la délégation de Krasnodar. On cotisait nous-mêmes. Les Russes nous créaient des problèmes surtout que nous avions une “position anti-impérialiste’’ et on voyait la Russie de ce temps comme une Russie impérialiste qui soutenait Kérékou » (Samuel, Cotonou, août 2013).

Le parcours de Samuel dans son entreprise de retour est édifiant, tant en ce qui concerne les étapes qui l’ont jalonné que par la stratégie de « diplomation » sous-jacente qui visait sans doute à gommer le regard peu valorisant que certains avaient des diplômes obtenus en URSS.

Fils d’un pasteur protestant méthodiste, Samuel effectue ses études primaires et secondaires dans des écoles protestantes confessionnelles. Après son baccalauréat en 1978 et sa mission patriotique et formation militaire, il enseigne en tant que « Jeunes bacheliers en mission ». Inscrit à la faculté d’agronomie de l’université nationale du Bénin, il obtient la même année une bourse soviétique et se rend en URSS de 1980 à 1986. D’abord il effectue son année préparatoire à Astrakhan puis ensuite ses études à Kubanski Gasudatnveni Universitet, l’Université d’État du Kouban à Krasnadar (Краснодар) capitale du district de Krai de Krasnodar au sud de la Russie. Nanti d’un master en planification industrielle, il revient sur le continent effectuer un doctorat en économie dans la sous-région ouest-africaine, puis décide de se rendre aux États-Unis, entamant une nouvelle mobilité. Il y obtient deux diplômes : un master d’enseignement en mathématiques et sciences et un doctorat en théologie. De retour à nouveau au pays, il intègre l’administration publique et y occupe de hautes fonctions. Ce cadre a un parcours professionnel très riche et éclectique (enseignant, professeur, agent administratif, aux États Unis, au Benin, dans la sous-région ouest-africaine et au-delà). Selon ses dires, son expérience soviétique a beaucoup contribué à le former sur le plan des connaissances marxistes-léninistes. Il est opposé aux ‘vystupleni[20] :  « Je contestais la politique marxiste russe même au cours et cela me créait des problèmes. La responsable du cours avait très peur surtout que Brejnev était encore au pouvoir… Quand tu es comme cela tu as beaucoup d’espions, surtout les Africains » (Samuel, Cotonou, août 2013).

Ainsi qu’illustré, ce parcours est fait de plusieurs segments : comme pour tous les autres bénéficiaires des bourses soviétiques, une première année universitaire dans le pays de départ ; ensuite, une section de six années en URSS conduisant au diplôme de master. La singularité commence lorsque ce cadre rentre une première fois puis repart dans un pays voisin. Il reste donc un moment sur le continent, le temps de décrocher un nouveau diplôme, puis entame une mobilité de durée plus longue en direction des États-Unis, avant un retour « définitif ». Les différents segments de ce parcours illustrent assez utilement l’idée du retour transitoire que nous avons avancée plus haut, en complexifiant et pluralisant ce retour. Ce type de parcours a également pour effet de produire des cadres à diplômes multiples, des cadres surqualifiés, avec l’avantage de capitaliser donc des savoirs et expériences diverses – tant à l’Est qu’à l’Ouest, tout au moins dans le cas examiné ici.

Ce parcours particulièrement segmenté souligne qu’il n’y avait pas de politique d’exclusion de l’accès aux bourses soviétiques quant aux élèves ou étudiants estampillés réactionnaires ou opposés au gouvernement révolutionnaire en place. Les bourses soviétiques ne semblent pas avoir servi d’outils (systématiques) destinés à éloigner de potentiels opposants ou réactionnaires au régime. Elles n’étaient pas instrumentalisées et dirigées contre des figures scolaires et/ou universitaires particulières. Par ailleurs, certains cadres ayant fait l’expérience des deux systèmes universitaires (l’URSS durant le communisme) et le système universitaire américain (au lendemain de la démocratisation) ne voilent pas la qualité perçue et présentée par la plupart des cadres béninois ayant étudié en URSS.

En effet, presque toutes les personnes avec qui nous avons échangé, qu’elles aient étudié en Russie ou dans les autres républiques comme la Roumanie, le Tadjikistan, la Bulgarie, gardent sur le plan académique des souvenirs très positifs, quasiment idylliques de cette expérience.

« L’idée est là encore que la bourse soviétique est une bourse frelatée, Kpayo[21]… C’est la guerre des diplômes Est-Ouest… Moi j‘ai fait les deux côtés, doctorat aux USA, master aux USA, neuf ans aux USA comme professeur, professeur d’économie et de mathématiques, j’ai enseigné aux trois niveaux aux USA… Je peux vous dire que la formation en URSS était excellente, en tout cas en notre temps » (Samuel, août 2013).

L’intégration dans le pays d’accueil : le cas d’un universitaire

Le troisième profil biographique qui semble d’intérêt est celui de Jérémie. Il est l’un des rares cadres béninois à être restés en Russie après leur formation et qui ont réussi à s’intégrer dans la société russe, aussi bien personnellement que professionnellement.

Après son baccalauréat au Bénin à la fin des années 1970, Jérémie effectue son service militaire et patriotique, puis arrive en Russie en 1981. Il suit des études en géologie et obtient un master puis un doctorat. Il enseigne dans de nombreuses universités russes et est resté très actif dans l’associatif pendant deux décennies et assume de hautes fonctions dans l’administration russe.

L’existence de ces parcours linéaires, fragmentés ou encore intégrés dans le pays d’accueil n’occulte pas l’évidence de destins plus contrastés, parfois plus douloureux dans l’expérience des retours. Il en est de même pour des expériences de désintégration tant dans la fonction publique que dans le secteur privé, connues par certains anciens étudiants béninois en URSS. Il est sans doute encore tôt pour dresser des idéaux-types mais les catégories qui émergent ici semblent faire partie des plus récurrentes.

En conclusion : trajectoires variées, retours multiples et multiformes

Cette réflexion ambitionnait de proposer une microsociologie des trajectoires de retour de cadres béninois formés en URSS et relève autant d’expériences linéaires, fragmentées que d’intégration dans le pays d’accueil. Pour ce faire, elle a retracé d’abord le contexte historique des relations officielles entre le Bénin et l’URSS. Ces relations se sont renforcées après la révolution du 26 octobre 1972 et l’adhésion du Bénin au marxisme-léninisme. La rente culturelle offerte par l’URSS à destination des pays africains pour les aider à former les cadres, a été l’occasion d’une part d’une rupture avec la tradition de formation des élites africaines dans les anciennes métropoles, d’autre part, elle a permis l’instauration d’une vaste mobilité étudiante de l’Afrique vers l’URSS et les pays de l’Est. Une politique de bourses a ainsi été mise en place par l’URSS. De nombreux cadres béninois ont pu par ce biais accéder au système universitaire soviétique, dont plusieurs gardent un souvenir particulièrement positif, et ceci quand bien même certains les  soupçonnèrent d’avoir été endoctrinés.

Par ailleurs, ce texte montre l’existence de plusieurs canaux d’accès aux bourses soviétiques. Il souligne particulièrement sur la période de 1980 à 1994 – couvrant le vécu historique de l’URSS et celui de la fin du communisme – quelques orientations et stratégies étudiantes liées au choix de la destination soviétique ou encore au choix des disciplines de formation.

L’apport du biographique a également permis d’examiner les trajectoires des retours des cadres formés, en tentant d’en dresser une typification. Au final, autant les canaux d’accès aux bourses soviétiques furent divers autant les trajectoires des retours sont variées, et avec, les modalités de ces retours. Les stratégies mises en œuvre par les cadres quant à la question de leur diplôme font partie également des questions ouvertes à examiner en profondeur dans le cadre de futurs travaux. Au fond, la période 1980-1994 permet de lire dans une continuité historique les multiples expériences de discontinuité que représentent les principales biographies mises en lumière. Si les cas interrogés ici s’apparentent à des success stories, certaines immédiates et d’autres différées, les expériences de retour ou de non-retour ne se sont pas toujours bien passées pour les cadres béninois, obligeant parfois à des stratégies de reconversions ou de mobilités nouvelles qu’il serait intéressant d’interroger, tout comme le positionnement de l’État à travers le temps par rapport à ces mobilités et au destin des cadres de retour, tout ceci dans le contexte bipolaire puis multipolaire qui a jalonné l’histoire du monde.

La question des mobilités étudiantes africaines en direction de l’URSS n’en est qu’à ses débuts et permettra d’éclairer des processus d’internationalisation ayant eu cours pendant plusieurs décennies et ceci bien avant l‘avènement de la marchandisation de l’enseignement supérieur et de sa massification, telles que connues aujourd’hui et interrogées par les sciences sociales. Les futurs travaux développeront quelques-unes de ces dimensions tout en élargissant la périodisation et les pays d’accueil. Face à la diversité géographique et culturelle de l’URSS, il est effectivement nécessaire de procéder à des analyses autant globales que localisées par destination, tout en privilégiant une approche pluridisciplinaire et une lecture plurielle des éléments de contexte.

Références bibliographiques

Banégas, Richard, 2003, La Démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala

Berger, Peter, Luckmann, Thomas, 2005, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, [1966].

Blundo, Giorgio, Olivier de Sardan, Jean-Pierre, 2001, « Sémiologie populaire de la corruption », Politique africaine 3/2001, N° 83, p. 98-114.

Delwit, Pascal, De Waele, Jean-Michel, Gotovitch, José dir., 1992, L’Europe des communistes, Bruxelles, Complexe.

Elitaf, 2011, Programme de recherche Étudiants et élites africaines formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique : histoires, biographies, expériences, notes rassemblées par Monique de Saint- Martin, Michèle Leclerc-Olive et Patrice Yengo, document de travail interne, 88 p. ms.

Eyebiyi, P. Elieth, 2011, Note conceptuelle sur le Programme Elitaf, in Elitaf (2011), document interne, 7 p. ms.

Eyebiyi, P Elieth, 2011a, « Mondialisation, savoirs et marché de l’enseignement supérieur. Le privé vient-il vraiment à la rescousse du public au Bénin ? », in Leclerc Olive, Michèle, Scarfò Ghellab, Grazia, Wagner, Anne-Catherine dir., Les mondes universitaires face au marché : circulation des savoirs et pratique des acteurs, Paris, Karthala.

Eyebiyi, P. Elieth, 2001b, « L’alignement de l’enseignement supérieur ouest-africain », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 3 | 2011, 43-59.

Eyebiyi, P. Elieth, 2013, « Leurres et lueurs de la lutte contre la corruption au Bénin », Revue EspacesTemps.net, Travaux, 14.01.2013   http://www.espacestemps.net/articles/leurres-et-lueurs-de-la-lutte-contre-la-corruption-au-benin/

Gakpetor, Wilson, 2006, Placement des cadres béninois dans les organisations internationales : analyse diagnostique et prospective, mémoire de fin de formation au Cycle I, ENAM/UAC, décembre 2006.

Gnammankou, Dieudonné, 1997, « Entre la Russie et l’Afrique : Pouchkine, symbole de l’âme russe », Diogène, n°179.

Gnammankou, Dieudonné, 2000, Histoire des Africains dans la Russie impériale : présence noire, connaissance de l’Afrique et attitudes russes envers les noirs de 1670 à 1917, thèse de doctorat en Histoire, Paris, EHESS, 367 p.

Gnammankou, Dieudonné, Modzinou, Yao, éd., 2008, Les Africains et leurs descendants en Europe avant le XXe siècle, Toulouse, Éditions MAT, 419 p.

Gorbatchev, Mikhaïl, 1997, Mémoires, Paris, éd. du Rocher.

Hobsbawm, Éric, 1999, L’âge des extrêmes. Le court XXe siècle, 1914-1991 (original en anglais publié en 1994), Bruxelles, Complexe.

Katsakioris, Constantin, 2007a, « Transgresser les frontières de la Guerre froide. Militants, intellectuels et étudiants africains en Union soviétique, 1956-1991 », Présence Africaine, 2007/1-2 2008-1 N° 175-176-177, p. 85-92.

Katsakioris, Constantin. 2007b, « Transferts Est-Sud. Échanges éducatifs et formation de cadres africains en Union soviétique pendant les années soixante », Outre-mers 95.354-55 2007: 83-106.

Koudawo, Fafali, 1992, La formation des cadres africains en Europe de l’Est depuis 1918 : des nègres rouges aux russotiques, Paris, L’Harmattan, 222 p.

Losego, Philippe, Arvanitis, Rigas, 2008, « La science dans les pays non hégémoniques », Revue d’anthropologie des connaissances 3/2008 (Vol.2, n°3), p. 334-342.

Mazov, Sergej V., 1999, « Afrikanskie studenty v Moskve v god Afriki (po arhivnym materialam) », Vostok, v. 3, p. 89-103.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre, 2004, « État, bureaucratie et gouvernance en Afrique de l’Ouest francophone », Politique africaine 4/2004 (N°96), p. 139-162. URL:www.cairn.info/revue-politique-africaine-2004-4-page-139.htm. DOI : 10.3917/polaf.096.0139.

Pilote, Annie, Garneau, Stéphanie, 2011, « La contribution de l’entretien biographique à l’étude de l’hétérogénéité de l’expérience étudiante et de son évolution dans le temps », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 42-2 | 2011, mis en ligne le 07 juin 2012, consulté le 26 novembre 2013. URL : http://rsa.revues.org/717

Wolikow, Serge, 2010, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du Parti mondial de la Révolution, Ivry sur Seine-Paris, Éd. de l’Atelier-Éd. Ouvrières.

Yengo, Patrice, 2011, « Jalons pour une historiographie des élites africaines formées dans les pays de l’Est », in : Leclerc Olive, Michèle, Scarfò Ghellab, Grazia, Wagner, Anne-Catherine dir., Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratique des acteurs, Paris, Karthala.


[1]     Dr en Sociologie, LHME/FSA, UAC; CRESA Bénin, RIAE & Transpol Montréal, eelieth@yahoo.fr
Je suis reconnaissant à Arnaud Patinvoh pour son aide lors des entretiens effectués à Cotonou, et à Mohammed Tayamana, médecin formé en URSS et chercheur au Lasdel Niamey (Niger), qui m’a aidé à entrer en contact avec certains répondants.

[2]         Il n’est pas superflu de rappeler que l’Union des républiques socialistes et soviétiques (URSS) était un État fédéral composé de quinze pays. S’étendant sur onze fuseaux horaires, l’URSS a été mise en place le 30 décembre 1922 et dissolue le 26 décembre 1991 sous l’effet combiné des politiques de la perestroïka (ou restructuration) et de la glasnost (ou transparence). On pourra lire sur ces deux éléments majeurs les mémoires de Gorbatchev (1997).

[3]         Bulgarie, Roumanie, Tchécoslovaquie, etc.

[4]         Calcul effectué sur la base des données recueillies par Katsakioris (2007b). La catégorie « Afrique occidentale, saharienne et sahélienne » est construite sur la base du critère de la « situation coloniale » par Katsakioris (2007b) et comprend les pays suivants : Bénin, Ghana, Guinée, Gambie, Nigeria, Niger, Haute-Volta, Sénégal, Togo, Côte d’Ivoire, Libéria, Sierra Leone, Mauritanie, Mali, Tchad.

[5]           Nous n’avons pour le moment pas de données statistiques concernant exclusivement le Bénin, notamment sur la période 1980-1994.

[6]           Les mobilités étudiantes Sud-Sud sont pour leur part également peu documentées, mais ne font pas partie de la présente étude. La revue Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs (CRES) publiera au printemps 2014 un numéro coordonné par Sylvie Mazzella et Elieth Eyebiyi spécifiquement sur les mobilités Sud-Sud, et ceci sur plusieurs continents.

[7]           Acronyme pour désigner : « Étudiants et élites africains formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique. Histoires, biographies, expériences » (Elitaf). Elitaf est porté par le Réseau International Acteurs Émergents(RIAE).

[8]           Le marxisme-léninisme à la béninoise a souvent été raillé en raison de sa grande distance avec les théories de Marx et Lénine. On pourra lire utilement sur « l’épuisement du laxisme-béninisme », Banégas (2003) aux pages 65 à 91 et 87 à 88.

[9]           Chiffres non issus de sources statistiques officielles, mais d’estimations éparses. [Chiffres à croiser avec d’autres sources]

[10]          Parti de la révolution populaire du Bénin.

[11]          Période durant laquelle les recrutements automatiques ont diminué puis cessé dans la fonction publique béninoise.

[12]          Sur ces transformations au Bénin, on pourra lire à titre d’exemple deux travaux précédents : Eyebyi (2011a et b).

[13]          La Direction des bourses et secours universitaires est l‘un des organismes centraux en charge de la gestion des bourses étrangères notamment au bénéfice des nouveaux bacheliers.

[14]          Faculté des arts, sciences et techniques.

[15]          Université nationale du Bénin (UNB), aujourd’hui rebaptisée Université d’Abomey-Calavi (UAC).

[16]          L’importance réelle ou perçue de la question de l’endoctrinement des étudiants africains en URSS n’est pas traitée dans cette recherche, tout comme celle des écoles du Komintern, lequel disparut ailleurs dès 1943. Au sujet de ces dernières, on pourra lire avec intérêt Koudawo (1992), mais aussi Wolikow (2010) ou encore Delwit, De Waele et Gotovitch (1992).

[17]          Sur les nombreuses controverses liées à l’Université de l’Amitié et des Peuples Patrice Lumumba, on pourra lire sans être exhaustif Koudawo (1992), Katsakioris (2007b) ou encore Mazov (1999).

[18]          Traduction à vérifier…

[19]          Union Générale des Élèves et Étudiants du Dahomey.

[20]          Interventions publiques organisées pour magnifier la puissance soviétique durant lesquelles les étudiants étaient invités à faire l’apologie du régime soviétique qui leur avait permis de venir en URSS.

[21]          Expression locale au Bénin pour désigner tout ce qui est frelaté, de qualité douteuse ou mauvaise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.