LECLERC-OLIVE Michèle

Quelques données statistiques sur les flux d’étudiants internationaux.

Commentaires et questions

Jean-Pierre BETHUNE

Michèle LECLERC-OLIVE

L’objectif de cette présentation est de partager des données statistiques brutes, d’exploiter quelques indicateurs et de proposer quelques premiers commentaires.

Le propos n’est pas de mobiliser des données à l’appui d’analyses socio-historiques ou géopolitiques qui feraient déjà appel à d’autres sources (archives, rapports, entretiens, etc.), mais, à l’inverse, de faire abstraction de toute théorie préalable et d’observer et d’analyser les chiffres disponibles. Il s’agit donc très modestement, de fournir quelques données pour la discussion, d’identifier les limites des bases de données consultées, de formuler quelques interrogations et d’esquisser quelques pistes de recherche.

 

I – SOURCES

  1.  Un document de la CIA réalisé en 1989 et déclassifié en 1999 portant sur les étudiants « académiques » accueillis en URSS entre 1956 et 1988. (appelé par la suite « doc CIA »)
  2. La base de données de l’Institut de Statistiques de l’UNESCO concernant les étudiants internationaux qui fournit le nombre d’étudiants internationaux par pays d’origine et pays d’accueil. La période couverte va de 1998 à 2012 mais les années 1998, 2011 et 2012 sont incomplètement documentées (document appelé par la suite UNESCO Paris).
  3. Quatre tableaux issus de la base de données de l’UNESCO, et relatifs aux étudiants d’ASS pour les années 2007-2010, fournissent, lorsqu’il est disponible, le nombre d’ « étudiants internationaux » originaires de chaque pays d’ASS formés dans les pays répertoriés (selon la nomenclature officielle à la date du tableau). Cette base de données nous ont été fournies par Katia Smirnova à qui ils ont été fournis par les services de l’UNESCO à Saint-Pétersbourg . Dans ces tableaux, les effectifs de 2010 sont identiques à ceux de 2009 : il s’agit soit d’une erreur de manipulation, soit d’une estimation (document appelé UNESCO Saint Pétersbourg). Ces tableaux ont été exploités avant de consulter la base de données « UNESCO Paris » avec laquelle ils semblent également être décalés d’une année. Ceci explique le maintien de la distinction des deux sources UNESCO dans les tableaux  fournis dans cette note.
  4. Plus tardivement encore, cette enquête a inclus dans son corpus les données recueillies par Constantin Katsakioris auprès du ministère de l’Education à Moscou (nommées “données CK” par la suite).

Rappelons que selon la terminologie de l’UNESCO, un étudiant international (ou étudiant mobile) poursuit ses études supérieures  dans un pays autre que celui où il a fait ses études secondaires.

 

II – COMMENTAIRES GENERAUX ET COMPARAISON DES SOURCES

 

  1. Les données du doc CIA ne concernent que les étudiants accueillis en URSS et agrègent les effectifs sur la longue période 1956-1988, correspondant à des orientations politiques très différentes à l’égard des pays africains. Les étudiants  dénombrés proviennent d’un nombre limité de pays : les « pays sous-développés non communistes » (« not-communist LDCs ». Du coup, des pays sont absents de l’enquête (Chine, Viet-Nam, Europe de l’Est, Afrique du Sud) ainsi que quelques autres pour d’autres raisons : Erythrée, Namibie, Swaziland). D’autre part, bien que faisant partie du panel de l’enquête, pour certains « grands » pays, les effectifs sont extrêmement faibles (Indonésie, Turquie notamment).
  2. Les données du doc CIA ne concernent que les étudiants « académiques ». Ne sont vraisemblablement pas comptabilisés : les stagiaires, les étudiants bénéficiant d’un séjour court (ex : bourses UNESCO), les militaires, les étudiants envoyés par les partis politiques ou les mouvements syndicaux. La catégorie « étudiants académiques » de la CIA est-elle la même que la catégorie « étudiants internationaux » de l’UNESCO ? En tous cas, elles diffèrent très sensiblement des données recueillies par C. Katsakioris auprès du Ministère russe de l’éducation (voir plus bas).
  3. Surtout, outre la difficulté de procéder à des comparaisons, qui découle de l’hétérogénéité des sources, il faut souligner que nous ne disposons d’aucune donnée, même partielle, sur la période 1989–2000.
  4. Eléments de comparaison :
    • D’abord, la structure des données (CIA et CK) rend la comparaison difficile (données agrégées par groupe de pays (CK) versus par groupe d’années (CIA) ; elle ne peut être tentée que sur quelques pays arabes et pour la période 1960-1980 (ou 59-79) à condition de procéder globalement sur cette période à cause de la structure des données CIA.

    • Il apparaît que les effectifs fournit par le Ministère de l’Education de Moscou sont, pour ces pays, en moyenne 4 fois supérieurs à ceux fournis par la CIA, recueillis vraisemblablement dans les ministères des pays de départ (voir tableau n°1).

Tableau n°1

TABLEAU N ° 1 (Cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

 La comparaison entre les données de la CIA et celles de l’UNESCO est d’un autre ordre.

 Tableau n°2

TABLEAU N ° 2  (Cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

 Soulignons seulement ici qu’en apparence les effectifs de 1988 fournis par la CIA (tableau n°2) sont globalement du même niveau que ceux fournis par l’UNESCO pour les années 2008 et 2009 (l’année 2010 et les suivantes ne sont pas documentées).  Il faut évidemment rappeler que nous ne disposons d’aucune donnée sur la période 1989 -2000.

 Nous retiendrons de cet exercice que pour l’heure les statistiques dont nous disposons  ne peuvent être utilisées comme photographie fiable d’une situation ou d’une histoire : des doutes subsistent sur les catégories d’étudiants dénombrées (académiques, internationaux, etc.) et des approximations sont dues aux diverses procédures d’agrégation des effectifs. En revanche, il est possible de se servir de ces sources pour soulever des questions de recherche.

III – COMMENTAIRES DES DONNEES DE LA CIA

Les noms des enquêteurs et les sources du document déclassifié de la CIA ont été effacés. Néanmoins il semble raisonnable de faire l’hypothèse que les données ont été recueillies dans les pays de départ (on l’a dit plus haut) : les colonnes fournissant les effectifs cumulés (56-88) et annuels (88) sont intitulées « Departures ». Par ailleurs, on l’a dit, ces chiffres ne concernent que les étudiants « académiques ».

Les données de la CIA

La première colonne cumule les départs d’étudiants académiques de 1956 à 1988 (inclus).

La deuxième colonne fournit le nombre de départs de la seule année 1988.

La troisième colonne cumule les étudiants en cours d’étude en URSS en décembre 1988 ; si on fait l’hypothèse raisonnable qu’à cette époque,  les étudiants ne s’attardent pas après la fin des études, le chiffre indique le cumul des entrées des 6 années (83, 84, 85, 86, 87 et 88). Elle comptabilisent des personnes qui ont aujourd’hui entre 45 et 65 ans : l’âge auquel on peut prétendre partager le pouvoir

Le diagnostic posé par les auteurs (aujourd’hui anonymes) de ce document est le suivant :

« Le Kremlin a accordé un nombre plus important de bourses aux étudiants du Tiers-monde durant la période Gorbatchev qu’avant, en dépit des difficultés financières intérieurs de l’URSS. Depuis 1985, Moscou a signé plus de 60 nouveaux contrats et protocoles dans le secteur de l’éducation, et le nombre d’étudiants des pays sous-développés non communistes  venus étudier en URSS a doublé au cours des 8 dernières années : en décembre 1988, 71 000 étudiants des pays sous-développés non communistes formés dans les institutions soviétiques, comparés aux 35 000 présents en 1980. De plus, grâce aux arguments de la glasnost, et au style plus policé de Gorbatchev, l’image de l’URSS s’est améliorée considérablement et le programme éducatif est devenu plus attractif pour les candidats qualifiés du Tiers-Monde.

La volonté de Moscou d’accueillir un grand nombre d’étudiants quand l’opportunité se présente – comme c’est le cas avec les pays communistes – atteste que le programme de bourses a gardé toute son importance. Nous estimons que Moscou accueille plus de 11 500 nouveaux étudiants en provenance des pays sous-développés non communistes pour des études supérieures en 1988/ 89, soit une augmentation de près de 60 % par rapport au chiffes de 1980. C’est aussi le niveau le plus élevé jamais atteint jusqu’à cette date. Selon un article récent de World Student News – une publication de l’Union Internationale des Etudiants (contrôlée par le pouvoir), l’URSS compte augmenter le nombre de bourses  pour étudiants au cours des toutes prochaines années de 30 %.

Il y a de multiples raisons très convaincantes pour que Gorbatchev poursuive, ou augmente, le programme de bourse de Moscou :

  • C’est un programme peu coûteux, peu risqué, et à impact maximum. Il requiert peu ou pas de dépenses en devises fortes et détourne peu de ressources de l’activité économique intérieure. A la différence des programmes d’aide économique, il n’attire pas de critique de la part de la communauté internationale.
  • Moscou peut le contrôler strictement. Aucune devise ne change de main, et l’URSS insiste pour que les étudiants rentrent dans leur pays dès la fin des études, en espérant qu’ils fassent la promotion des intérêts politique et économique soviétique.
  • Il a rencontré un grand succès. Parmi les anciens, on trouve un certain nombre de haut-fonctionnaires sympathisants de l’idéologie soviétique et d’autres qui ont acquis une réelle influence dans certains secteurs professionnels ou au sein du gouvernement.
  • Il a redoré le blason de Moscou, celui d’une nation pacifique, d’esprit public, qui cherche à améliorer les conditions économiques des pays sous-développés, tout en lui permettant de gonfler son volume d’aide aux PVD car les soviétiques calculent la valeur de leurs bourses à l’aide des standards de l’Ouest.
  • Il entretient une certaine continuité de contact avec les PVD à travers les associations d’anciens étudiants et les cours de mise à niveau en URSS ».

L’objet du rapport est de fournir des données à l’appui de deux thèses :

a) l’objectif de la politique soviétique est avant tout  idéologique : gagner les esprits des élites dirigeantes des pays sous-développés non communistes, pour qu’elle fassent entrer leur pays dans l’aire d’influence de l’URSS : « The Moscow’s scholarship program is a low-cost, low-risk high-impact program ». Le rapport fournit une liste de diplômés ayant atteint des positions élevées dans les hiérarchies politiques ou économiques.

b) contrairement à une idée répandue,  la Pérestroïka n’a pas renoncé à cette politique, bien au contraire, elle l’a même renforcée, les chiffres en témoignent.

Notons, en ce qui nous concerne, qu’il faudrait évidemment lier l’analyse de ces programmes de formation et d’octroi de bourses aux politiques de coopération pour la modernisation de des appareils productifs et aux politiques d’envoi d’experts dans les pays du Grand Maghreb et d’Afrique Subsaharienne[1].

Pour aller plus loin … :  FABRIQUE de quelques indicateurs

 I – Commentaires des colonnes donnant les moyennes annuelles des étudiants internationaux accueillis en URSS selon leur pays d’origine.

 A partir des trois séries de données du doc CIA, on peut calculer :

le nombre annuel moyen d’admissions sur la période 1956-1982 ;

le nombre annuel moyen d’admission sur :la période 1983-1987.

Bien évidemment ces moyennes sont très artificielles : on sait les variations des politiques d’accueil de l’URSS durant chacune de ces périodes.

 Leur lecture horizontale – voir annexes – (ou celles des données non retravaillées fournies par la CIA) donne quelques indications sur l’évolution de la politique à l’égard de chacun des pays.

 Le diagnostic des rapporteurs de la CIA est globalement confirmé lorsqu’on observe les variations dans le temps (lecture horizontale – voir annexes) des effectifs moyens des étudiants internationaux, pays par pays.

Mais des différences apparaissent d’abord entre les sous-continents (tels qu’ils sont définis dans ce rapport). Si on observe bien trois chiffres en ordre croissant pour l’Afrique du Nord, l’Afrique Subsaharienne et l’Asie de l’Est, on observe un léger infléchissement en 1988 au Moyen Orient et en Asie du Sud.  Il reste que la moyenne faite sur la période 56 -82 en gomme les variations internes auxquelles nous n’avons malheureusement pas accès. Le texte du rapport signale qu’en 1980 les effectifs étaient moitié moindres de ceux de 1988. Mais cela reste trop imprécis pour analyser finement ces évolutions.

En revanche, à l’intérieur de chaque regroupement sous-continental quelques remarques méritent d’être faites :

Afrique du Nord : fortes augmentations des étudiants marocains à la fin des années 1980, devançant en 1988 le contingent algérien.

Afrique Subsaharienne : pour certains pays l’augmentation notable a eu lieu avant 1988, pour d’autres on entrevoit un début de décroissance. Les pays qui demandent une analyse (historique, politique et économique) spécifique pour interpréter ces variations : Angola, Burkina, Cameroun, Ethiopie, Guinée Bissau, Madagascar, Mali, Nigéria, Soudan, Tanzanie, Ouganda.

Amérique latine : la stabilité globale cache également des variations nationales : Bolivie, Colombie, Costa Rica, Equateur (en baisse), Mexique, Nicaragua, Panama (hausse).

Moyen Orient : sur fond de diminution globale (d’un tiers environ) : des pays requièrent des explications spécifiques : Chypre, Egypte (en hausse) et Jordanie, Syrie (baisse importante).

Asie du Sud : hausse à partir de 83 : Afghanistan, Bengladesh, Pakistan ; baisse en 88 : Afghanistan, Bengladesh ; mais hausse en 88 : Inde, Népal, Pakistan.

L’hypothèse explicative de la CIA est que la stratégie de l’URSS est de former des élites afin d’influencer les politiques de ces pays et de les attirer dans le giron de son aire d’influence. Une telle stratégie qui, à première vue, ne souffre pas de contestation, doit cependant être croisée avec d’autres explications qui ne relèvent pas du strict domaine idéologico-politique[2]. En effet, si ce programme destiné à former les élites (adressé aux « bacheliers » des différents pays) était la motivation principale (ou unique) de ce programme d’accueil d’étudiants internationaux, si l’objectif était avant tout idéologique, on pourrait s’attendre à ce que les bourses soient réparties sur l’ensemble des territoires plus ou moins proportionnellement  à la taille de la population.

II – Politique d’accueil selon l’ « importance » des pays

Sans invalider cette dimension idéologico-politique  de la stratégie soviétique, d’autres pistes apparaissent dès lors que l’on tente de rapporter le volume des contingents d’étudiants internationaux à l’ « importance » du pays de départ. Cette notion d’ « importance » est évidemment très floue. Nous la saisirons à partir de deux variables : la taille de la population et le nombre de bacheliers ; à leur tour ces variables ne peuvent qu’être estimées à partir des données disponibles. Il ne peut donc être question ici d’être démonstratif. L’objectif, on l’a dit, est de soulever des questions et non d’en résoudre.

 

De nouvelles colonnes ont été formées, destinées à être lues verticalement (dans la mesure où la plupart sont proportionnelles aux précédentes leur lecture horizontale n’apporte rien de plus).

Comment ont-elles été formées ? Quels sont les indicateurs sur lesquels vont porter les commentaires ?

Compte tenu des données disponibles, deux variables ont été retenues :

i) la taille du pays : ici sa population estimée en 1988

ii) le nombre de bacheliers (comme estimation démographique de l’élite potentielle en 1988).

Evidemment, les valeurs utilisées sont des estimateurs discutables.

1) le nombre de bacheliers par pays a été estimé à partir des données de l’UNESCO sur les effectifs de jeunes scolarisés au niveau 6 de leur grille de classement.

2) la taille de la population a été établie à partir des estimations de la FAO.

3) on peut évidemment objecter que la prise en compte de la seule année 1988 ne fournit pas les meilleurs résultats. Des calculs plus fins peuvent être réalisés si on le juge utile. Pour l’heure, il s’agit d’examiner la fécondité  de la démarche.

4) on notera que le rapport du volume des étudiants internationaux ou académiques sur le nombre estimé de bacheliers, nous fournit également une indication sur le poids des diplômés formés en URSS au sein de l’élite nationale.

 

Des colonnes fournissent respectivement le volume des « étudiants académiques » entrés en 1988, rapporté à la taille estimée (en millions) de la population en 1988 (E), et ce même volume d’étudiants rapportés au nombre estimé de bacheliers (F).

On tentera d’interpréter les variations de ces deux indicateurs (E et F) en fonction du pays d’origine (lecture verticale).

Ces indicateurs rendent légitimes l’hypothèse d’engagements spécifiques relevant de préoccupations géopolitiques, militaires ou économiques, au-delà des stratégies purement idéologiques.

a) C’est pour neutraliser la taille du pays et faire apparaître des éléments de stratégie géopolitique que nous avons formé les trois colonnes : Moy56-82 ; Moy83-87 ; Eff88. Ces moyennes ont été rapportées à la taille du pays évaluée à l’aide de sa population estimée en 1988. Notons E, le quotient  de chacune de ces moyennes annuelles pour une période donnée (Moy56-82/pop88 ; Moy83-87/pop88 ; Eff88/pop88).  Exemple : Pour l’Algérie, E vaut successivement 4 ; 9 ; 10,3 pour les périodes 56-82, 83-87 et pour 88.

Première observation : les variations sont très grandes, beaucoup plus grandes que dans les colonnes précédentes. Alors même que l’hypothèse d’une politique indifférente aux spécificités, ordonnée à un combat idéologique, aurait dû conduire à une égalisation tendancielle des taux. Contentons-nous d’un seul commentaire dans un premier temps :

Si l’on examine les valeurs de l’indicateur E pour la seule année 1988 (le quotient y est plus légitime) et en regroupant par sous-continent  selon la nomenclature de la CIA : l’effort d’accueil est le même pour l’Afrique du Nord, le Moyen Orient  et l’Afrique subsaharienne (10 pour un million d’habitants), notoirement supérieur à celui accordé aux autres parties du monde.

T3

 TABLEAU N ° 3 (Cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

 De manière plus détaillée, on observe les valeurs fournies par les tableaux n° 4 et n° 5.

T4

 TABLEAU N ° 4 (Cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

T5

 TABLEAU N ° 5 (Cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

Sur [56 – 82] [0,01 ; 133]

C’est à Chypres que l’indicateur E vaut 133.

Si on écarte cette valeur extrême, l’intervalle se réduit à [0,01 ; 50]. Les valeurs les plus importantes sont celles de : Guinée Equatoriale, Cap vert, Bahreïn, Guyane, Grenade, Afghanistan, Jordanie.

Les grands pays les moins représentés : Indonésie, Malaisie, Argentine, Brésil, Venezuela, Iran, Turquie, Egypte, Inde, Pakistan, Thaïlande (E < 0,3)

 

Sur [ 83 – 87 ], E [ 0 ; 557]

Les valeurs maximales sont atteintes aux Seychelles (557) et en Jordanie (393). Même si on écarte ces deux valeurs extrêmes, E atteint dans plusieurs cas des valeurs supérieures à la période précédente ; ce qui confirme l’analyse du rapporteur de la CIA. E  [ 0 ; 212]. Les pays concernés : Guinée Equatoriale (212), Guyane (200), Cap vert (150), Chypres (147), Afghanistan (125), Nicaragua (97) et, dans une moindre mesure la Guinée Bissau, le Congo puis des petites îles des Caraïbes ou des petits Etats d’Amérique centrale ainsi que le Liban et la Syrie qui était peu représentés dans la période précédente.

A l’autre extrémité, les grand pays qui sont toujours peu représentés : Argentine, Brésil, Venezuela, Iran, Turquie, Egypte, Inde, Pakistan, Thaïlande ou plus du tout : Indonésie, Malaisie. Pour la plupart d’entre eux, le nombre de leurs étudiants académiques accueillis en URSS diminue. Ceci se confirme-t-il  avec les chiffres de 88 ?

En 88 , [ 0 ; 300]

Les pays qui atteignent les valeurs les plus élevées sont : la Guinée Bissau, les Seychelles, Chypre, la Jordanie, les iles du Cap Vert, le Congo (qui double par rapport à la période précédente), et les pays cités précédemment, à l’exclusion du Costa Rica qui repasse à une valeur assez moyenne (22).

Les pays en bas de l’échelle reste les mêmes que dans la période précédente : Argentine (légère augmentation), Brésil, Venezuela, Iran, Turquie, Egypte, Inde, Pakistan, Thaïlande ou plus du tout : Indonésie, Malaisie. Pour la plupart d’entre eux, le nombre de leurs étudiants académiques accueillis en URSS diminue. La Réunion tombe à 0.

b) Par ailleurs, une autre ressource pour documenter la politique soviétique et compléter l’analyse en termes principalement idéologiques a consisté à introduire le nombre de bacheliers estimé en 1988. Cela permet de calculer une dernière colonne qui évalue le nombre d’étudiants internationaux de chaque pays rapporté au nombre de bacheliers. Cette opération n’a été faite que sur l’année 1988. Notons F cet indicateur. Il nous renseigne sur la part des « élites » formées en URSS par rapport à l’ensemble des « élites » d’un pays donné (estimées à l’aide du nombre de bacheliers).

 

Commentaires des variations de l’indicateur F (importance des diplômés formés en URSS au sein de l’élite nationale).

En se reportant au tableau n° 3,  on note des différences entre d’un côté les groupes de pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient (2‰), et de l’autre l’Afrique Subsaharienne (10 ‰).

Mais les dissemblances s’accroissent lorsqu’on entre dans chacun des groupes, comme en témoignent l’observation des tableaux n° 4 et n° 5.

Dans le groupe « Afrique du Nord » (2 ‰ en moyenne), on observe qu’en Mauritanie la part des diplômés formés en URSS est  nettement plus importante que dans les autres pays (16 ‰).

En Afrique Subsaharienne (en moyenne 10 ‰), quelques pays disposent d’une élite où la part des diplômés formés en URSS représente une part beaucoup plus importante qu’ailleurs : c’est en Angola (314 ‰), au Tchad (107 ‰), au Mali (133 ‰) au Mozambique (197 ‰) et en Sierra Leone (191 ‰)  que les taux sont nettement les plus élevés. Dans un certain nombre de pays  le taux de diplômés formés en URSS est de l’ordre de 40 ‰ : Burkina, Burundi, Congo, Ghana, Rwanda. Dans les autres pays ce taux est inférieur à 25 ‰.

Il serait évidemment intéressant de regarder le cursus universitaire des dirigeants actuels et de calculer la proportion d’entre eux qui ont été formés en URSS.

Focus sur l’Afrique du Nord et l’Afrique Subsaharienne :

1)   Les données globalisées cachent des variations notables. En Afrique du Nord, il faut noter la diminution relative de la présence libyenne compensée par une augmentation très sensible, dès 83 de la Mauritanie et du Maroc – déjà soulignée à la lecture des effectifs bruts. L’Algérie se retrouve en-dessous de la moyenne.

2)    Pour l’Afrique subsaharienne, il faut noter, la faible représentation du Cameroun en rapport avec l’importance démographique du pays, sur toute la période étudiée (56-88). Outre les pays mentionnés déjà dans les paragraphes précédents (pour leurs valeurs extrêmes) il convient de souligner l’apparition au-dessus de la moyenne, des pays suivants Angola, Tchad et la Sierra Leone, et dans une moindre mesure la Guinée et le Mali.

T6

Tableau n° 6 (cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

 

En résumé, à partir de ces deux indicateurs et de leurs variations, on peut commenter ainsi la politique soviétique d’accueil d’étudiants académiques :

1) l’analyse de l’indicateur E montre

  • une très forte représentation des pays insulaires
  • une très forte similitude des groupes de pays Afrique du Nord, Afrique Subsaharienne, et Moyen Orient

2) mais l’examen de l’indicateur F montre

  •  une forte disparité entre ces groupes de pays du point de vue de l’importance au sein de l’élite nationale des « diplômés » qui ont été formés en URSS : Afrique du Nord et Moyen-Orient : 2 à 3 ‰ ; Afrique Subsaharienne : 10 ‰

 

Pour clore ce paragraphe …

En tous cas, la faible représentation de nombreux grands pays (y compris lorsque des partis communistes y étaient actifs ou quand les orientations politiques des gouvernements laissaient penser que des étudiants pourraient être sensibles aux idées communistes, indique que les politiques soviétiques à leur endroit ne relèvent pas que des motivations indiquées par les rapporteurs de la CIA. D’autres préoccupations entrent en jeu qu’il convient d’identifier.

 Ces commentaires et ces chiffres issus du rapport de la CIA établi en 1989, sont évidemment à rapporter aux histoires nationales et à celles des relations de ces pays avec l’URSS entre 1956 et 1988.

 

IV – EXPLOITATION DES DONNÉES UNESCO

 AAccueils (destinations) des étudiants internationaux d’Afrique subsaharienne

 Regardons d’abord l’ensemble de l’Afrique Subsaharienne (ASS). Que trouve-t-on dans le tableau n° 7 Pays d’accueil des étudiants d’ASS (07-10) ?

T6

Tableau n° 7 (cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

Par pays d’accueil (colonne), et en moyenne sur la période 2007-2010), on y trouve le nombre total d’étudiants internationaux (ou mobiles, définition UNESCO) accueillis et le nombre d’étudiants d’ASS (parmi eux). Pour certains pays d’accueils, nous avons indiqué la fraction du total qu’ils représentent. Ex : 10 % en Arabie Saoudite, 3 % en Russie.  (pourcentages calculés horizontalement)

 

1)   Les 5 pays qui accueillent le plus d’étudiants d’Afrique SS en 2007 et en 2010 (il y a peu de variations entre 2007 et 2010 (en général, on note une légère augmentation, sauf en Malaisie où le nombre d’étudiants étrangers a plus que doublé entre 2007 et 2010) sont les suivants (lecture de la seconde colonne) :

T7

2) On notera la part notable (et croissante) que prend l’Afrique du Sud dans l’accueil des étudiants d’ASS :

  • Europe (18 pays d’Europe) : 107 265
  • Afrique du Sud : 45 098
  • Amériques : 44 015
  • Europe de l’Est : 2 115
  • Russie : 3 394

3) Les étudiants internationaux qui font leurs études supérieures dans un pays africains sont presqu’exclusivement africains eux-mêmes.

4) A Cuba et au Canada tous les pays d’ASS ou presque sont représentés, ce qui n’est pas le cas pour d’autres pays de destination. Par exemple, le Brésil et le Portugal accueillent principalement  des étudiants en provenance des pays subsahariens lusophones. Ce qui nous invite à examiner les phénomènes de tropisme linguistique.

5) Evidemment, il serait intéressant de pouvoir procéder à des comparaisons avec d’autres périodes, notamment la période soviétique et celle de la Pérestroïka. Mais nous ne savons rien des destinations des étudiants ASS autres que l’URSS pour la période  56-88 et, pire, nous ne disposons d’aucune donnée sur la période 89-2000.  Et malheureusement, nous manquons de données pour étudier les évolutions des effectifs d’étudiants d’ASS accueillis dans les BRIC (2001) et BRICS (2011).

 

BEtudiants internationaux  accueillis en Russie (2000-2009)

T8

T8

 Tableau n° 8 (cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

 Les tableaux extraits de la base de données de l’UNESCO disponible en ligne (que nous avons appelée UNESCO Paris) sont très lacunaires.

Le nombre d’étudiants internationaux augmente très sensiblement, passant de manière presque régulière chaque année, d’environ 40 000 en 2000 à près de 130 000 en 2009.

D’une part, il semble qu’entre 2000 et 2007 aucun étudiant international africain n’ait été formé en Russie. Les tableaux de Saint-Pétersbourg indiquent évidemment la même chose (rappelons qu’ils ne fournissent des données que pour les seuls étudiants d’ASS).

En réalité c’est visiblement un problème de recueil de données. Pour l’année 2005, qui peut être considérée comme une année intermédiaire (total des étudiants internationaux : 90 450), pour près de la moitié d’entre d’eux le pays d’origine n’est pas spécifié. Il est donc difficile de dresser un diagnostic des politiques d’accueil par grandes zones d’origine.

Par ailleurs, nous disposons à présent pour la période 2000-2009, des effectifs des étudiants originaires des anciennes républiques soviétiques, alors que  le document CIA évidemment ne nous renseigne pas sur ce point. Notons que sur la période 2000-2007, les étudiants kazakhs représentent environ 27 % du total accueilli chaque année.

Seules les années 2008 et 2009 sont suffisamment documentées pour permettre quelques commentaires fiables.

Bien que le nombre de ses propres étudiants internationaux formés en Russie augmente, le Kazahkstan ne représente plus que 23 % d’un total en pleine croissance (266 481 étudiants accueillis sur les deux années).

Les pays africains (Afrique du Nord incluse), avec 11 925 étudiants accueillis en 2008 et 2009, ne représentent pas 5 % du total. Une comparaison interne au groupe des pays africains est menée infra sur une sélection de 10 pays. Maroc et Tunisie (moins de 2 200 étudiants à eux deux sur deux ans) ne comptent pas pour grand chose (8‰) et la comparaison avec les données 56-88 n’est pas possible car les étudiants internationaux de nombreux pays n’y sont pas recensés, notamment les étudiants originaires de pays appartenant à la zone d’influence de l’URSS.

 

C – Quelques comparaisons

1) Pays de destination des étudiants internationaux de 10 pays d’ASS (07-10)

T9

Tableau n° 9  ( cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

Sur la période 2007-2010, nous avons sélectionné ces quelques pays. Le tableau fournit le nombre annuel moyen d’étudiants internationaux des pays sélectionnés (colonnes) selon leur destination (pays indiqués en ligne). (pourcentages calculés verticalement)

Il apparaît que le pourcentage d’étudiants qui vont se former en Russie ou en Europe de l’Est varie entre 0,3 % (Sénégal) et 5,4% (Angola).

Ceux qui s‘orientent vers l’Europe (18 pays pris en compte) représentent entre 40 % (Afrique du Sud) et 81 % (Cameroun) d’entre eux.

Ceux qui se dirigent vers « Les Amériques » (Brésil, Cuba, USA, Canada) représentent entre 6, 6 % (Congo) et 46,4 % (Kenya) d’entre eux.

Il serait très utile de disposer de données comparables pour la période 1956-1988, et évidemment pour la période 1989-2007 où nous manquons cruellement de données.

2) Comparaisons sommaires entre URSS et Russie

 Le tableau n° 2, qui renseigne sur les étudiants internationaux accueillis par l’URSS et la Russie, montre que globalement, sur les 10 pays sélectionnés, le nombre d’étudiants accueillis par la Russie en 2008 (2220) et 2009 (2157) arrive à peine au niveau atteint en 1988 (2235). Cette similitude est confirmée par les totaux du sous-continent (ASS). Mais la distribution interne a considérablement varié : Cameroun, Kenya et Nigéria ont augmenté leurs effectifs au détriment de l’Ethiopie qui voit fondre les siens, passant de 600 en 1988 à 28 en 2009.

D Pendant ce temps-là, que font les étudiants russes ?

On dispose de quelques chiffres pour la période 1999-2010 (le tableau UNESCO couvre 1998-2012, mais les 3 années extrêmes sont très peu documentées).

Les étudiants internationaux russes sont environ 40 000 chaque année, autant que le Nigéria, par exemple.

Personne en se rend en ASS, sauf quelques individus qui vont en Tanzanie, personne à Cuba, personne dans les pays arabes, si ce n’est en Arabie Saoudite qui accueille régulièrement 50 étudiants russe par an.

Outre les pays occidentaux (Allemagne, USA, France, GB) notons que la Turquie, l’Ukraine et le Kazakhstan sont des destinations relativement prisées.

Depuis 2009, des étudiants russes se rendent au Brésil et en Malaisie (effectifs faibles cependant).

T10

Tableau n° 10 (cliquer sur le tableau pour l’agrandir)

Les pays “occidentaux” représentent plus de la moitié des destinations des étudiants russes :

  • 27, 5 % : Allemagne
  • 15,7 % : USA
  • 7,4 % : France
  • 5,6 % : Grande-Bretagne
  • 56, 2 % : TOTAL

 

EN GUISE DE CONCLUSION

 Il est difficile de conclure ce rapide survol de données qui demanderaient une attention spécifique sur leur production, par pays ou groupe de pays, par période.  De nombreuses questions devraient en effet être documentées :

Le tropisme linguistique, les données manquantes sur 1a période 1989-2000, voire 2007 dans certains cas, l’identification rigoureuse des catégories dénombrées, etc., les évolutions de la politique soviétique/russe selon les période et les pays, etc.  Enfin, disposer de données ventilées selon les différentes disciplines (ingénierie, sciences, philosophie, économie, etc.) seraient fort utiles. Ce sont d’ailleurs sans doute les tableaux qui ont été  « grisés » dans le rapport de la CIA …


[1] Voir par exemple, Seymour M. Rosen, 1963, Soviet Training Programs for Africa, US Department of Health, Education and Welfare.

[2] Voir le document Les relations entre les Etats d’Afrique noire et l’Union Soviétique.

ANNEXES

T11

T12

Tableaux annexes (cliquer sur les tableaux pour les agrandir)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.