KAZDAGHLI Nejmeddine

Les relations tuniso-soviétiques de la Révolution d’Octobre

à l’Indépendance de la Tunisie (1917-1956)

Nejmeddine KAZDAGHLI

Institut Supérieur des Langues de Tunis

L’histoire des relations entre la Tunisie et la Russie à l’époque moderne et contemporaine constitue l’un des axes majeurs dans les recherches que nous menons depuis quelques années (Kaдагли, Нежмеддин, 2010, p. 3-13). Dans ce texte, nous étudierons les rapports tuniso-soviétiques durant la période coloniale française. Sans aucun doute, la victoire de la révolution d’octobre 1917 en Russie allait mettre fin à la politique impériale et expansionniste de l’Empire russe. Le nouveau pouvoir soviétique a adopté de nouvelles politiques dans les relations de la Russie avec les puissances européennes. De même, la Russie soviétique a mis en œuvre une nouvelle politique envers les pays colonisés d’Orient.

Avec la fin de la 2e guerre mondiale, l’Union soviétique était préoccupée par la reconstruction de son économie et la consolidation du système socialiste en Europe de l’Est. De même, les regards de la diplomatie soviétique étaient orientés vers de grandes crises qui à l’époque  secouaient le monde : la guerre coréenne en Asie, la crise hongroise en Europe et la crise égyptienne au Moyen-Orient. Mais cela n’a pas empêché l’URSS de suivre avec un certain intérêt la lutte acharnée des Tunisiens pour l’indépendance nationale. Ainsi l’Union soviétique n’a perdu aucune occasion pour apporter son soutien à la cause tunisienne, notamment lors de son examen devant l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies.

Dans cette contribution, nous nous intéressons surtout à la politique extérieure soviétique relative à la question tunisienne. Nous analysons aussi l’arrivée des Russes blancs en Tunisie. Quelle a été la politique adoptée par la Russie soviétique envers la Tunisie ? Quelles ont été les positions soviétiques en faveur de la lutte du mouvement national tunisien ? Et quelles ont été les premières décisions politiques prises dans les rapports tuniso-soviétiques au lendemain de l’indépendance du pays ?

Le cadre chronologique de la recherche est délimité par deux dates importantes pour les deux pays : la révolution bolchévique en Russie en 1917 et la proclamation de l’indépendance de la Tunisie en 1956.

Par ailleurs, dans ce travail, nous avons eu recours à plusieurs documents des archives du Ministère des Affaires Étrangères de Russie, et à de nombreux documents diplomatiques français du Quai d’Orsay, conservés sur microfilms dans la bibliothèque de l’Institut supérieur du mouvement national auprès de l’Université de la Manouba (Tunisie). Nous nous sommes également appuyés sur des documents d’archives tunisiens, des mémoires et des témoignages d’hommes politiques ou de diplomates tant russes que tunisiens, ainsi que sur des travaux (monographies et ouvrages) récents publiés en arabe, en russe ou en français (Khrouchtchev, 1971, Bourguiba, 1975).

Avec le changement révolutionnaire d’octobre 1917, la nouvelle Russie s’est engagée dans un nouveau type de rapports avec le monde extérieur. Il s’agit pour nous de savoir comment elle a réagi face au problème colonial en Afrique du Nord et plus particulièrement en Tunisie.

La politique soviétique et la question tunisienne

Trois questions méritent d’être posées. Elles concernent, d’abord, l’arrivée des exilés russes en Tunisie, ensuite, le soutien de l’Union soviétique au mouvement national tunisien, et enfin, les premiers contacts politiques entre la Tunisie indépendante et l’État soviétique.

1 – La communauté des Russes blancs en Tunisie

La guerre civile en Russie de 1918 à 1922 est l’une des périodes les plus tragiques de l’histoire russe. « Les armées rouges qui défendaient le nouveau pouvoir révolutionnaire qui a pris place en Russie depuis novembre 1917 » s’opposaient aux « armées blanches soutenues par des forces d’intervention occidentales » (Kazdaghli, H., 1997, p. 26). Les atrocités des massacres ont conduit un nombre considérable de Russes à quitter le pays pour s’installer dans divers pays (Орлов, Георгиев, 2009, p. 352) dont la Tunisie. En effet, environ 6 388 réfugiés Russes sont arrivés dans la ville de Bizerte (Tunisie) au mois de décembre 1920 ou au début de l’année 1921.

La doyenne Anastasia Manstein-Chirinsky a écrit un ouvrage captivant où elle décrit ses souvenirs et les grands moments de la colonie russe en Tunisie : « Octobre 1917 ! L’année de mes cinq ans fut la fin de mon enfance heureuse en Russie. Les trois années qui suivirent sont pour moi, encore maintenant, celles de toutes les destructions, des départs précipités, des arrivées incertaines, le tout sur un fond de violence et de désordre, dans le pays en pleine révolution. Le dernier départ de Sébastopol vers l’inconnu, en novembre 1920 : l’évacuation de la Crimée par l’Armée Blanche, dite Armée Wrangel. La dernière escale : l’arrivée de la Flotte de la Mer Noire à Bizerte, en décembre 1920 » (Manstein-Chirinsky, 2009, p. 15).

L’autorisation octroyée par les autorités du Protectorat aux réfugiés russes pour venir en Tunisie n’était pas suffisante au début pour apaiser leurs malheurs. Ainsi, les nouveaux arrivés de Russie étaient-ils obligés de vivre sur les bateaux, au port et au canal de Bizerte jusqu’à la reconnaissance de la Russie soviétique par la France en 1924 (Archives Nationales de Tunisie, série F, carton 16, 20 et 25) (6). Après cette date, il y eut quelques changements dans les conditions de vie de ces réfugiés. La France « va autoriser tous les réfugiés russes à quitter définitivement les bateaux et à choisir leurs lieux de résidence, y compris en France » (Kazdaghli, H., 1997, p. 38). Sur les 6 388 personnes venues à Bizerte en 1920, environ un millier restera en Tunisie et la majeure partie d’entre eux choisira de s’installer en France (Махров, 2008, p. 16).

Suite à la normalisation des relations franco-soviétiques, une commission technique soviétique s’était rendue à Bizerte pour inspecter les bâtiments de guerre russes en décembre 1924. La délégation soviétique est arrivée à la conclusion que les fameux bateaux ne constituaient aucun enjeu militaire dans les relations futures entre la France et l’Union soviétique. Un arrangement fut, semble-t-il, trouvé au début du mois de janvier 1925 entre Français et Soviétiques sur la question des navires, qui devaient être vendus comme ferraille. (Kazdaghli, H., 1997, p. 42). Mais cela n’a pas empêché le premier ambassadeur soviétique à Paris, Leonid Krassine (1870-1926), d’envoyer une note diplomatique au ministre français des Affaires étrangères le 3 avril 1925, dans laquelle il exprime « la nécessité urgente de réviser la question des bateaux à Bizerte dans le but de les remettre le plus tôt au gouvernement soviétique » (Документы внешней политики СССР, 1963, Т. 8, p. 201). Mais, il semble que certains points en rapport avec le problème des navires n’ont pas été résolus jusqu’à ce jour-là.

Ainsi, le 9 novembre 1924 le drapeau russe fut descendu pour la dernière fois dans les navires russes. Quelques mois après et plus précisément le 25 mai 1925, une école navale russe à Bizerte mit fin à ses activités. Il ne restait alors plus aucune autre institution autonome russe en Tunisie, en rapport avec l’armée blanche russe. Seule l’église orthodoxe russe constituait un cadre regroupant les réfugiés russes autour des idées d’appartenance à une histoire nationale et à une patrie perdue (Махров, 2008, p. 16).

Dans cet état d’esprit, la colonie russe en Tunisie a construit une église orthodoxe à Bizerte en 1937-1938, et une autre église russe allait être construite dans la ville de Tunis, qui fut inaugurée en juin 1956. Par ailleurs, ces deux édifices religieux orthodoxes n’auraient pu voir le jour sans l’appui moral et matériel des autorités du Protectorat et des autorités tunisiennes (archives du Ministère des Affaires Étrangères de France, bobines 607 et 718). Aujourd’hui, ces deux églises sont sous tutelle de l’administration centrale de l’église orthodoxe russe à Moscou. Elles ouvrent leurs portes aux fidèles le dimanche et pendant les fêtes religieuses orthodoxes.

La présence des Russes en Tunisie a provoqué des contacts entre les cultures russe, française et arabe. En dépit du nombre, assez réduit, des membres de la communauté russe, ceux-ci ont apporté une contribution spécifique à l’enrichissement de l’identité tunisienne surtout dans les domaines techniques, scientifiques et artistiques.

La tendance au rapprochement entre Tunisiens et Russes va s’intensifier et prendre une nouvelle forme durant le combat du peuple tunisien pour l’indépendance.

2 – L’attitude soviétique et la cause tunisienne

Inutile de rappeler que la Russie soviétique a pris, dès 1917, des positions fermes pour soutenir la lutte des peuples colonisés d’Asie et d’Afrique dans leurs combats contre le colonialisme. Elle s’est d’abord manifestée en rompant les relations diplomatiques et consulaires avec les pays colonisés et les pays colonisateurs, puis, dans une certaine limite, à travers les positions de l’Internationale Communiste (1919-1943) sur le problème colonial (Manifestes, Thèses, 1972, p. 14).

Le nouvel ordre politique international de l’après-guerre se caractérise par la victoire du monde libre avec en tête les États Unis d’Amérique et le renforcement du bloc anti-colonialiste qui soutient avec fermeté le droit des peuples colonisés à l’indépendance, dirigé par l’Union soviétique et la Chine ainsi que par la constitution de l’Organisation des Nations Unies. Sans doute, la nouvelle conjoncture historique a-t-elle donné un nouveau souffle aux peuples colonisés dans leurs combats pour l’indépendance nationale.

Au début des années cinquante, les mouvements nationalistes dans les pays du Maghreb adoptent de nouvelles formes de lutte contre le régime colonial français. En Tunisie, à partir de janvier 1952 se déclenche une résistance armée. Comment l’Union soviétique allait-elle réagir aux événements survenus au Maghreb et plus particulièrement en Tunisie ?

La première réaction soviétique se caractérise par « l’ambiguïté et le scepticisme » (Hadhri, 1985, p. 120-124), selon les propos du chercheur tunisien Mohieddine Hadhri. Mais, lors de la présentation, pour la première fois, de la cause tunisienne devant la 7e Session de l’Assemblée générale de l’ONU en décembre 1952, suite à la requête formulée par un groupe de délégations des pays arabes et asiatiques au mois de février 1952 (Hamza, 1994, p. 256-258), le représentant de l’URSS à l’ONU, Sabaleva, A. A. (1903-1964), a dans son intervention, bien replacé la cause tunisienne dans le contexte politique. Il a sévèrement critiqué la politique française en Tunisie : « Le gouvernement de France mène une politique anti-démocratique, réprime le mouvement de libération nationale, et par ces pratiques a créé une situation qui met en danger la paix et la sécurité dans le monde. Le texte de cette information officielle montre réellement qu’en Tunisie s’est produite une situation qui demande une attention particulière de la part de l’Organisation des Nations Unies » (СССР и Cтраны Африки 1946-1962. Документы и материалы, 1963, Т. 1, p. 250).

Quant à la position de l’URSS relative à la question tunisienne, elle était claire pour « le Conseil de sécurité, la délégation de l’Union soviétique, comme pour d’autres délégués, qui ont soutenu la déclaration des onze États. Les représentants de la France, des États-Unis d’Amérique et de l’Angleterre se sont exprimés contre l’intégration du manifeste des onze États à l’ordre du jour du Conseil de sécurité, et cette question n’a pas été intégrée. Ainsi, les représentants des États-Unis d’Amérique, de l’Angleterre, et de la France se sont même opposés à la présentation de la question tunisienne devant le Conseil de sécurité » (СССР и Cтраны Африки, 1946-1962 ; Документы и материалы,1963, Т. 1, p. 250).

Pour conclure son intervention, le représentant soviétique à l’ONU déclarait : « L’Assemblée Générale ne peut pas négliger la situation en Tunisie, et elle est obligée de prendre certaines mesures, en conformité aux principes et à l’esprit du règlement intérieur de l’Organisation des Nations Unies. La délégation de l’Union soviétique, en se basant sur les principes de l’égalité de tous les peuples, aussi bien les grands que les petits, et la reconnaissance des droits de tous les peuples et de toutes les nations à l’autodétermination, va poursuivre son soutien aux propositions, destinées à défendre les droits du peuple tunisien ». (СССР и Cтраны Африки 1946-1962. Документы и материалы: 1963, Т. 1, p. 251). L’Union soviétique a réaffirmé son soutien à la cause tunisienne, et a affiché une nouvelle fois ses prises de position traditionnelles contre le colonialisme lors des 8et9e sessions des Assemblées Générales de l’ONU, dans les années 1953 et 1954 (Kassab, Ounaïes,2010,p. 563-567).

Dans un contexte international favorable à la cause tunisienne, les négociations franco-tunisiennes engagées dès septembre 1954, sous le gouvernement de Mendès-France (1907-1982), vont aboutir à la signature des conventions de l’autonomie interne de la Tunisie le 3 juin 1955. Après moins d’une année, un protocole final sur l’indépendance de la Tunisie est conclu le 20 mars 1956. Face à ce changement historique survenu en Tunisie, quelle va être la réaction de l’Union soviétique ?

3 – La reconnaissance de l’indépendance de la Tunisie par l’Union soviétique

Trois semaines après la proclamation de l’indépendance de la Tunisie, le 6 avril 1956, le président du soviet suprême de l’Union soviétique, Vorochilov, K. (1881-1969), envoyait un télégramme au Bey de Tunis, Mohammed Lamine (1943-1957). Le dirigeant soviétique écrit : « Je vous prie, votre Excellence, d’accepter les meilleurs vœux du peuple soviétique, ainsi que les miens, à l’occasion de la proclamation de l’indépendance de la Tunisie. Les peuples de l’Union soviétique souhaitent au peuple tunisien tout le succès dans les efforts pour la prospérité de la Tunisie indépendante… » (СССР и страны Африки 1946-1962. Документы и материалы, 1963, Т. 1, p. 325).

Quatre jours après la réception du télégramme soviétique, le 10 avril 1956, Mohammed Lamine Bey adressait un télégramme au chef soviétique pour lui exprimer sa gratitude : « Le peuple tunisien espère que les relations entre l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques et la Tunisie soient des relations amicales et pacifiques » (СССР и страны Африки 1946-1962. Документы и материалы, 1963, Т. 1, p. 326). Dans le même contexte, les événements politiques en Tunisie se sont succédé très rapidement. Habib Bourguiba (1903-2000) est chargé par l’assemblée constituante, le 14 avril 1956, de former le premier gouvernement de la Tunisie indépendante.

De là, nous pouvons comprendre le message envoyé par le président du conseil des ministres de l’Union soviétique, Nicolay Boulganine (1895-1975), à son collègue le président du conseil des ministres tunisiens, Habib Bourguiba, le 11 juin 1956. Dans ce message, il lui exprime « la reconnaissance officielle de la Tunisie en tant qu’État indépendant et souverain ». Il affiche sa volonté d’établir des relations diplomatiques avec la Tunisie et de mettre en place  des représentations diplomatiques (Journal  El Amal, 1956, p. 1, 4). Le dirigeant soviétique a aussi voulu exprimer que son pays respectait la volonté du peuple tunisien, émanant d’une assemblée constituante élue, le 25 mars 1956, et qui avait désigné un nouveau gouvernement pour gérer les affaires du pays.

Un mois après la réception du message soviétique, Bourguiba, qui était alors à la fois président du conseil des ministres et ministre des Affaires étrangères, a éprouvé la nécessité de répondre à son collègue soviétique par une lettre du 11 juillet 1956. Il lui a transmis le « remerciement au gouvernement de l’Union soviétique pour la reconnaissance de l’indépendance de la Tunisie. Il accepte avec plaisir la proposition concernant l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays » (journal El Amal, 1956, p. 4).

Deux messages de dirigeants soviétiques destinés aux dirigeants tunisiens, dans un laps de temps relativement court, montrent bien que la direction soviétique a voulu réaffirmer son soutien politique au jeune État tunisien. Cela prouve aussi l’importance de la place qu’occupent la Tunisie et le Maghreb dans la stratégie politique soviétique. Sans doute, l’intensité des correspondances diplomatiques témoigne de l’existence d’une volonté politique chez les dirigeants tunisiens et soviétiques d’établir des relations entre les deux pays. Cependant Bourguiba a maintenu une position nuancée et critique envers l’Union soviétique et les puissances occidentales, face aux crises hongroise et égyptienne qui ont bouleversé les relations internationales en 1956.

Dans ce sens, Bourguiba, dans son discours adressé au peuple tunisien le 9 novembre 1956, défend la thèse suivante : « La crise actuelle nous édifiera là-dessus. La Providence a voulu qu’elle fût mixte : dans les deux blocs qui se partagent le monde ont éclaté l’égoïsme cupide et l’impérialisme. L’URSS se flatte d’être le champion de la liberté et de l’indépendance. Elle se pose en justicier. Mais l’affaire hongroise est venue à temps pour démasquer ses véritables intentions. Le jour où les deux problèmes – celui du colonialisme occidental représenté par la France et la Grande Bretagne, et celui du despotisme oriental représenté par les forces communistes – auront reçu leurs solutions, le jour où l’ONU se sera révélée capable de donner à ces deux problèmes une solution unique fondée sur l’équité et le respect de la liberté des peuples… ce jour-là nous pourrons dire que la paix s’est enfin installée dans le monde » (Bourguiba, 1975, vol. II, p. 234). Mais, Bourguiba clarifie davantage sa vision politique en se référant à la maxime du chef du gouvernement français Guy Mollet (1905-1975) : « Il n’y a pas de paix dans la servitude » (Bourguiba, 1975, vol. II, p. 236).

La paix dans le monde ne peut voir le jour que si elle est basée sur certaines règles telles que l’équité et la justice. Il est important de signaler que la diplomatie de la Tunisie au début de l’indépendance est fortement active. Le résultat est là ; le 12 novembre 1956 « la Tunisie est admise à l’ONU, à l’unanimité des voix. Nous y voyons la preuve du prestige acquis par notre pays dans le concert international » (Bourguiba, 1975, vol II, p. 248), déclare Bourguiba.

Face aux diverses agressions colonialistes à la fin des années cinquante dans certaines régions (Égypte, Algérie, Indochine…), qui ont fait naître un rapprochement entre quelques pays d’Afrique, d’Asie et l’Union soviétique, Bourguiba n’a pas tardé à exprimer son opinion sur la question dans un discours prononcé le 11 janvier 1957 : « Le communisme peut apparaître comme un recours et un soutien aux peuples soumis à la tyrannie coloniale, qui se manifeste sous les formes de l’oppression politique ou de l’exploitation économique, génératrice de misère et de famine. Les deux formes coexistent le plus souvent et cumulent leurs effets. C’est la haine et le désespoir qu’elles engendrent qui offrent au communisme des possibilités d’infiltration. Les peuples peuvent être enclins à penser que l’URSS va les aider à se libérer politiquement, de même que les individus peuvent croire qu’un mouvement communiste va les aider à échapper à l’exploitation capitaliste et à son cortège de misères et d’humiliations », (Bourguiba, 1975, vol II, p. 308).

Bourguiba a développé davantage son approche sur l’URSS et sur le communisme en général : « C’est une erreur (le communisme), car tous les peuples soumis à l’influence russe souffrent évidemment de la tyrannie soviétique. Le sort de l’ouvrier, en pays communiste, est assurément le sort le plus dur et le moins enviable. Malgré leur patriotisme de commande, malgré les votes favorables de l’URSS et de ses amis, nous avons toujours refusé de nous rapprocher des communistes parce que nous avons pensé honnêtement qu’ils ne pouvaient pas hâter l’heure de notre libération, tandis qu’ils fourniraient à coup sûr des arguments à nos adversaires », (Bourguiba, 1975, vol II, p. 309).

Dans le même cadre, Bourguiba n’a pas uniquement gardé ses distances envers l’URSS et ses alliés, mais il a défendu en toute clarté l’idée d’un rapprochement politique  avec le monde libre et en premier lieu avec les États Unis. Il déclare ainsi que « l’Amérique vient d’affirmer qu’elle ne nourrit aucune convoitise, aucun désir d’hégémonie, pas la moindre intention de se substituer à la France ou à la Grande-Bretagne. Elle est seulement disposée à aider tous les peuples qui ont besoin de son aide technique et économique. C’est ce qu’elle fait déjà en Tunisie. En contribuant à élever le niveau de vie des peuples, à atténuer les contradictions entre les classes riches et les classes pauvres, elle aidera à consolider le fondement même de la liberté. Le communisme n’aura plus de reprise. Elle est d’autre part décidée à mettre son influence et sa force au service du droit comme elle vient d’en apporter la preuve en Égypte », (Bourguiba, 1975, vol. II, p. 309).

Quelques semaines plus tard, Bourguiba a réaffirmé sa ligne de conduite en politique extérieure pro-occidentale, lors de sa visite au Ghana. Le 5 mars 1957, il déclare ceci : « Nous avons, pour la première fois depuis près d’un siècle, échangé des ambassadeurs avec les USA, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Maroc, l’Égypte, la Libye » (Bourguiba, 1975, vol. II, p. 347). Il est clair que l’Union soviétique ne faisait pas partie des premiers États étrangers avec lesquels la Tunisie a échangé des ambassadeurs au début de l’indépendance. Concernant les relations diplomatiques tuniso-soviétiques, il faudra attendre encore trois ans pour voir s’effectuer l’échange d’ambassadeurs entre les deux pays. Malgré l’orientation politique pro-occidentale du gouvernement tunisien, ce dernier a gardé une ouverture sur les pays qui ont adopté d’autres choix politiques.

Ainsi, la Tunisie et l’URSS ont conclu la première convention commerciale le 13 juillet 1957. La convention mentionne que « le gouvernement de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques et le gouvernement du Royaume de Tunisie, souhaitent développer des relations commerciales sur la base de l’égalité et de l’intérêt mutuel », (СССР и страны Африки 1946-1962. Документы и материалы: 1963, Т. 1, p. 355-357). Cet esprit d’ouverture de la Tunisie  vis-à-vis de l’Union soviétique va se poursuivre dans d’autres domaines.

En effet, un événement d’un autre genre eut lieu en Union soviétique le 4 octobre 1957. C’est le lancement sur orbite du premier satellite artificiel, ce qui ouvrait la voie à la conquête de l’espace. Incontestablement, cet événement scientifique mondial ne pouvait laisser les hommes politiques indifférents. Après un mois, le président Bourguiba consacre un discours entier, adressé au peuple tunisien le 7 novembre 1957 sur l’affaire du « Spoutnik ».

Bourguiba essaie – comme toujours – de mettre les choses en ordre : « Le ‘‘Spoutnik’’ ne modifie pas notre politique extérieure, mais nous oblige à accroître l’effort de l’enseignement. Dans ce discours, je vais aborder un sujet qui n’aura certainement pas manqué de retenir votre attention. C’est un sujet qui passionne le monde et préoccupe les hommes responsables dans tous les pays. Je veux parler de deux satellites artificiels lancés dans l’espace, à peu d’intervalle, à partir du territoire soviétique, et qui, maintenant, évoluent autour de la terre », (Bourguiba, 1975, vol. III, p. 306). Le dirigeant Bourguiba développe davantage son opinion que les faits. Il ne cache pas son admiration pour l’événement scientifique réalisé en URSS. Aussi, il appelle les Tunisiens à éviter les conclusions simples, dépourvues de toute argumentation raisonnable.

Encore une fois, Bourguiba expose largement sa vision politique du monde et en tenant compte du « Spoutnik », « la conquête de l’espace est digne de l’admiration et de la fierté des hommes. Mais elle ne modifie en rien le choix que nous avons fait et les positions que nous avons maintes fois affirmées. Nous avons opté pour l’Occident, sachant bien que nous avons choisi le moindre mal et que la possibilité existe toujours de redresser les torts et de ramener aux principes la partie qui s’en écarte. Notre choix nous a été dicté, en outre, par nos convictions, notre position géographique et nos intérêts. Autant dire que les raisons qui l’ont motivé sont solides et mûrement réfléchies. Ces raisons demeurent toujours valables. Mais le choix que nous avons fait n’est nullement exclusif de notre désir d’entretenir avec tous les peuples des relations amicales fondées sur le respect mutuel, ni de notre volonté de développer nos échanges économiques avec tous les pays », (Bourguiba, 1975, vol. III, p. 307).

En effet, en tant que chef politique, Bourguiba doit tirer les conclusions du lancement du « Spoutnik ». Le gouvernement tunisien doit élaborer les programmes nécessaires en matière d’enseignement. C’est en ces termes que Bourguiba en rendait compte : « L’invention russe comporte un enseignement qu’il me paraît nécessaire de tirer. Elle administre au peuple tunisien tout entier la preuve que la Tunisie a besoin de science et que la science est aujourd’hui un élément de force. Il ne s’agit pas de science dans l’absolu, du savoir opposé à l’ignorance, ou de la simple satisfaction d’une curiosité intellectuelle légitime certes, mais souvent improductive, il s’agit de science appliquée et de disciplines techniques » (Bourguiba, 1975, vol. III, p. 308).

Au début, de l’année 1958 et plus précisément le 18 janvier, le président Bourguiba prononce un discours assez critique vis-à-vis de l’Union soviétique : « L’URSS pratique l’aide technique et financière gratuite et sans conditions. Mais, je dois dire, avec ma franchise coutumière, que la Russie soviétique, tout comme la Russie impériale, est une puissance dont les tendances expansionnistes sont incontestables » (Bourguiba, 1978, p. 515). Après une courte période, la situation politique dans le pays s’est fortement dégradée suite au bombardement, le 8 février 1958, du village frontalier de Sakiet Sidi Youssef par l’aviation militaire française installée en Algérie, qui a fait environ une centaine de victimes, en grande partie des civils, des femmes et des enfants.

La situation politico-militaire en Tunisie et en Algérie s’était bien aggravée, provoquant une grande indignation dans l’opinion publique internationale (Caïd Essebsi, 2009, p. 86).

Le gouvernement tunisien ripostait rapidement à l’agression française de Sakiet Sidi Youssef. Le jour même le président Bourguiba envoyait un message urgent au président américain Eisenhower, D. D. (1953-1961), ordonnait aux diplomates tunisiens, à Washington Mongi Slim (1908-1969), et à New York Mahmoud Mestiri (1929-2006), de prendre contact avec les représentants des pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU et de les tenir au courant de la situation en Tunisie (Caïd Essebsi, 2009, p. 87-88). Suite aux différents contacts préliminaires des parties intéressées par le problème, un accord fut conclu entre les parties en conflit, qui ont accepté les « Bons Offices » suggérés par les Américains et les Britanniques (Mestiri, 2011, p. 126-127).

Dans cet esprit, l’ambassadeur Mongi Slim remettait au président du Conseil de sécurité de l’ONU « la plainte de la Tunisie au sujet de l’acte d’agression commis par la France contre elle à Sakiet Sidi Youssef le 8 février 1958 ». Le représentant de la France, Guillaume Georges-Picot (1898-1981), remettait le 14 février 1958 au Conseil de sécurité de l’ONU « la plainte que la France formule contre la Tunisie ». En conséquence, le Conseil de sécurité de l’ONU se réunit le 18 février 1958, sous la tutelle du représentant de l’Union soviétique Sabaleva, A.A. L’idée des « Bons Offices », pour régler le différend tuniso-français a été officialisée par la haute instance de l’ONU (Caïd Essebsi, 2009, p. 89).

Cette crise politique tuniso-française constituait pour la Tunisie, selon l’homme politique tunisien Caïd Essebsi B. « la première expérience directe au Conseil de sécurité ». Bourguiba a alors fait preuve, « de l’avis général, d’une modération de langage, d’une fermeté des positions et d’une habilité politique qui tranchaient dans le contexte arabe et africain. Son militantisme et sa solidarité avec le peuple algérien sont reconnus dans tous les cercles, notamment au sein du bloc de l’Est » (Caïd Essebsi, 2009, p. 91). Suite aux efforts déployés par les « Bons Offices », le conflit entre la Tunisie et la France a été réglé au début du mois de juin 1958. Ainsi, la Tunisie a réussi à évacuer de son territoire toutes les bases militaires françaises à l’exception de celle de Bizerte, objet de négociations ultérieures.

Il est important de signaler que les manœuvres diplomatiques autour de la crise de Sakiet Sidi Youssef ont permis aux dirigeants tunisiens de se libérer partiellement des dogmes politiques figés sur l’Union soviétique et les pays du bloc socialiste. Ces derniers ont manifesté une condamnation claire de l’agression française et apporté un soutien ferme aux revendications tunisiennes dans le conflit avec la France. Au-delà de son appui diplomatique, l’Union soviétique exprima sa sympathie et son soutien à la Tunisie dès le début des événements de Sakiet Sidi Youssef.

En effet, l’Agence de presse soviétique TASS, dans une dépêche du 8 février 1958, condamna fermement la politique de la France au Maghreb : « Les événements sanglants de Sakiet Sidi Youssef ne sont pas des incidents dus à un hasard quelconque ; ils sont le résultat de toute la politique française en Afrique du Nord. Agacés par leur impuissance à écraser la force du mouvement national de libération du peuple algérien, les autorités françaises accusent les pays limitrophes de l’Algérie, la Tunisie en particulier, de soutenir les insurgés » (Hadhri, 1985, p. 157). La gestion de la crise de Sakiet Sidi Youssef par le gouvernement tunisien avec l’adoption d’une vision politique réaliste, la parfaite maîtrise de l’art de la négociation, et le recours à la solidarité internationale ont permis à la Tunisie d’obtenir de nouveaux résultats positifs. Par voie de conséquence, les positions tunisiennes ont été renforcées sur la scène politique internationale. Dans ce contexte, les propos de Bourguiba, en octobre 1958, sont très révélateurs : « J’ai conquis l’amitié et l’estime de l’Amérique sans me lier au Pacte atlantique ou au Pacte de Bagdad… J’ai gagné sans offrir de contrepartie » (Belkodja, 2010, p. 22). Les derniers événements de Sakiet Sidi Youssef ont de nouveau prouvé aux autorités tunisiennes qu’il est dans l’intérêt de leur pays de s’ouvrir davantage sur les pays de la démocratie populaire et particulièrement l’Union soviétique.

En dépit des divergences politiques entre la Tunisie et l’Union soviétique, progressivement les deux pays se sont mis d’accord pour mettre en place leurs ambassades respectives à Moscou et à Tunis en 1960. Ahmed Mestiri fut le premier ambassadeur tunisien nommé en URSS.

Conclusion

En guise de conclusion nous avancerons les constatations suivantes.

Avec le changement révolutionnaire en Russie en 1917, les relations consulaires entre la Tunisie et la Russie ont été rompues. Après l’établissement des relations diplomatiques entre la France et l’Union soviétique en 1924, les intérêts soviétiques en Tunisie sont gérés par l’ambassade soviétique à Paris. L’absence d’une représentation de l’URSS en Tunisie n’a pas empêché le gouvernement soviétique de manifester une sympathie à l’égard des aspirations nationales des Tunisiens dès les années vingt.

L’arrivée en Tunisie de quelques milliers de réfugiés Russes dans les années vingt a favorisé la constitution d’une petite communauté de Russes blancs dans le pays. Malgré le départ d’une grande partie de cette colonie vers la France, elle a laissé ses empreintes dans la vie socio-économique et culturelle de la Tunisie. Elle comptait dans ses rangs un nombre important d’ingénieurs, de médecins, d’officiers et d’artistes et a apporté une contribution particulière à la vie économique et culturelle du pays. Dans ce contexte, les exilés russes n’étaient-ils pas les meilleurs représentants de leur pays en Tunisie ? Sans doute, le contact des Russes avec les Tunisiens ne va pas s’arrêter à ce niveau. Il a connu de nouvelles formes dans les années qui ont suivi.

Le début des années cinquante a constitué un tournant historique dans la lutte des Tunisiens pour libérer leur pays du joug colonial français. Le mouvement de libération nationale tunisien a reçu l’appui et le soutien des nations libres et des forces de la paix dans le monde. Parmi elles se trouve l’Union soviétique, qui dès les premières heures a choisi, et sans hésitation, d’être à côté des Tunisiens. Après la reconquête de la souveraineté de la Tunisie, l’URSS a été parmi les premiers États étrangers à reconnaître l’indépendance du pays. Ensuite, la Tunisie et l’Union soviétique – en dépit des divergences politiques et idéologiques qui les séparent – ont pu établir des relations diplomatiques, des accords commerciaux et culturels (Сборник действующих договоров, соглашений, 1964, с. 630-631). Elles sont basées sur les principes du droit et du respect mutuel. C’était peut-être la première tentative pour la mise en œuvre de la politique de coexistence pacifique adoptée par le XXe congrès du parti communiste soviétique en 1956 (Khrouchtchev, 1971, p. 452-467).

Les prises de position du gouvernement soviétique en faveur de la cause tunisienne ont laissé des échos positifs parmi les élites politiques tunisiennes. Le dirigeant nationaliste Habib Bourguiba était attentif aux positions soviétiques, malgré son orientation pro-occidentale. Après l’indépendance, Bourguiba a fixé les choix politiques extérieurs du pays. Il est parvenu progressivement à la conviction de la nécessité de s’ouvrir sur les États étrangers, indépendamment de la nature de leurs régimes politiques, l’URSS en premier lieu.

La démarche de Bourguiba, caractérisée par un esprit d’ouverture et de pragmatisme, a fortement marqué la diplomatie tunisienne après l’indépendance. Elle représente également un apport politique spécifique dans la construction d’une entité nationale tunisienne ouverte et moderne.

———————————————————————————————————–

 Bibliographie

Ouvrages et documents en langue française

1. Archives du Ministère des affaires étrangères de France (Quai d’Orsay). Bobine 607, archives 93- 94. « Situation de la colonie russe en Tunisie » (1944-1949). Bobine 718, carton 454. « Églises orthodoxes grecque et russe » (1950-1953).

2. Archives Nationales de Tunisie, série F, carton 16, 20 et 25 dossiers 25 et 26, (1885-1939).

3. Belkodja, Tahar, 2010, Les trois décennies Bourguiba. Témoignage, Tunis, Presses de Sotepa Graphique.

4. Bourguiba, Habib, Citations choisies par l’Agence Tunis-Afrique Presse, 1978, Tunis, Éditions Dar el-Amal.

5. Bourguiba, Habib, 1975, Discours, volume II, année 1956-1957, Tunis, Publication du Secrétariat d’état à l’Information.

6. Bourguiba, Habib, 1975, Discours, volume III, année 1957, Tunis, Publication du Secrétariat d’état à l’Information.

7. Caïd Essebsi, Béji, 2009, Habib Bourguiba : le bon grain et l’ivraie, Tunis, Sud Éditions.

8. Hadhri, Mohieddine, 1985, L’URSS et le Maghreb. De la révolution d’octobre à l’indépendance de l’Algérie (1917-1962), Paris, Éditions L’Harmattan.

9. Hamza, Hassine Raouf, 1994, Communisme et nationalisme en Tunisie de la « Libération » à l’indépendance (1943-1956), Tunis, Publications de la Faculté des sciences humaines et sociales.

10. Journal El Amal (Travail), 1956, Porte-parole du parti libre destourien tunisien, Tunis, numéro 222, 11 juillet 1956.

11. Kassab A., Ounaïes A., 2010, Histoire générale de la Tunisie Tome IV. L’époque contemporaine (1881-1956), Tunis, Sud Éditions.

12. Kazdaghli, Habib, 1997, « La communauté russe de Tunisie (1920-1956) », Rawafid, N° 3, Tunis, Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, p. 25-62.

13. Manifestes, thèses et résolutions des quatre premiers congrès mondiaux de l’Internationale Communiste 1919-1923, Textes complets, 1972, Paris, Maspero.

14. Manstein-Chirinsky, Anastasia, 2009, Bizerte dernière escale. Le siècle d’une exilée russe à Bizerte. Tunis, Sud Éditions.

15. Mestiri, Ahmed, 2011, Témoignage pour l’histoire, Tunis, Sud Éditions.

16. Windler, Christan, 2002, La diplomatie comme expérience de l’autre : consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Librairie Droz S.A.

Ouvrages et documents en langue russe

17. Ватлин, Александр, 1993, Коминтерн: первые десять лет. Исторические очерки, Москва, издательский центр Россия молодая.

18. Видясова Мария, Каздагли Нежмеддин, 2003, « Представления тунисцев о России и образ Туниса в глазах россиян XVIII- начало XX в.», in: Смилянская И.М. (отв. Ред.). Всматриваваясь друг в друга. Россия и арабский мир: взаимное восприниятие,  Москва, Институт востоковедения РАН, с. 138-163.

19. Горинов, М.М., Горский А. А, Данилов, А, А, 2005, История России с древнейших времен до начала XXI века. Москва, дрофа.

20. Грибанова Валентина, Жерлицына Наталья, Летнев Александр, 2010, Африканцы и россияне на перекрестках истории. Москва, институт африки РАН.

21. Документы внешней политики СССР, 1963. Москва, Т. 8.

22. Жерлицына, Наталья, 2012, Советский Союз и Тунис. Из истории отношений (1917-1991). Москва, институт африки РАН.

23. Kaдагли, Нежмеддин, 2010, « Дипломатическая периписка между Тунисом и Россией в 60-е годы XIX века», вестник санкт- петербургского университета, серия 13, выпуск 3, c. 3-13.

24. Мусатова,Татьяна, 1990, Россия – Марокко : далекое и близкое прошлое. Москва, наука, главная редакция восточной литературы

25. Махров К. В.,2008, Русская колония в Тунисе (1920-2000). Москва, «Русский путь».

26. Орлов А.С., Георгиев В.А., Георгиева Н.Г., Сивохина А. Т., 2009, История России, Москва, проспект.

27. Рябцев Ю., 2003, История русской культуры. Москва, издательство Росмэн-Пресс.

28. Сборник действующих договоров, соглашений, конвенций,    заключенных  c                                  иностранными государствами. Москва, 1964

29. СССР и арабские страны (1917-1960). Документы и материалы., 1961, Москва.

30. СССР и Cтраны Африки 1946-1962. Документы и материалы. Т. 1, Москва, 1963,

31.Труевцев К., Фоменко Н., 1993, Тунисская Республика. Справочник. Москва, наука, главная редакция восточной литературы, том 1.

32. Филиппов А.В. (под редакцией), 2008, История России 1945-2008. Москва, просвещение.

33. Щагина Э. М., Лубкова, А, В.,  2004, Новейшая отечественная история. XX век. Москва, гуманитар. изд. центр владос.

Ouvrages et documents en langue arabe

34. خروشوف يتذكر.1971.مقدمة و تعليق و ملاحظات ادوار كرانشكو.

نقله عن الأصل الروسي و جمعه و حرره بالانكليزية ستروب تالبوت.نقل عن الانكليزية.بيروت.دار النهار للنشر

 « N. Khrouchtchev se souvient », 1971, Textes russes réunis et traduits en anglais par Stroub Telbout, avec une introduction et des commentaires d’Edouard Kranchou. Le livre est traduit en arabe, Beyrouth, Dar El Nahar.

35. التونسي.محسن.2000.”موقع الروسية على خريطة تونس اللغوية”.واقع اللغات و مستقبلها في تونس. مركز النشر الجامعي. تونس.ص.263.-292

Tounsi, Mоhsen, 2000, « Position du Russe dans la carte linguistique en Tunisie », in : Les langues en Tunisie : état des lieux et perspectives, Tunis, Centre de publication universitaire, p. 263-292.

36. في الشرق الأوسط و شمال إفريقيا من بطرس الأكبر حتى فلاديمير بوتين. بيروت.الدار العربية للعلوم ناشرون

     زيدان.ناصر.2013. دور روسيا (الطبعة الثانية)

Zidene, Nacer, 2013, Le Rôle de la Russie au Moyen Orient et en Afrique du Nord de Pierre le grand à Vladimir Poutine, Beyrouth, Ed. La Maison Arabe des Sciences.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.