BIANCHINI Pascal

Une autre aventure ambiguë :

les étudiants sénégalais de l’autre côté du « rideau de fer »

Un aperçu de la variabilité de l’expérience du « socialisme réel »
à travers quelques trajectoires biographiques.

Pascal BIANCHINI

“De toutes les illusions, la plus périlleuse consiste à penser qu’il n’existe qu’une seule réalité. En fait, ce qui existe, ce sont différentes versions de la réalité, dont certaines peuvent être contradictoires, et qui sont toutes l’effet de la communication et non le reflet de vérités objectives et éternelles.”

            Paul Watzlawick

Introduction

Il est difficile d’évaluer avec précision le nombre de Sénégalais ayant effectué des études dans les pays de l’Est durant les décennies de « socialisme réel ». Comparée à d’autres flux, notamment ceux orientés vers la France, cette expérience est demeurée largement minoritaire. Néanmoins, on peut estimer que ce sont des centaines de « cadres » sénégalais qui ont été formés à l’Est[1]. Cette imprécision numérique renvoie à une ambivalence structurelle de ces migrations étudiantes qui se sont effectuées par deux voies différentes : certains sont partis par le biais de bourses distribuées par des organisations partisanes d’obédience communiste (liées aux « partis frères » et à leurs organisations satellites ayant leur siège dans des pays de l’Est comme l’Union internationale des étudiants à Prague), tandis que d’autres l’ont été dans le cadre de relations bilatérales entre États.

L’angle choisi ici est la mise en perspective de différentes expériences d’études et de vie quotidienne de l’autre côté du rideau de fer ainsi que de différentes trajectoires politiques et professionnelles d’anciens étudiants venus du Sénégal. Ces derniers ont été choisis en fonction de l’époque où ils ont effectué leurs études ainsi que de leur positionnement politique, puis de leur trajectoire ultérieure[2].

Cependant, avant de s’intéresser à des cas individuels, il est nécessaire de rappeler quelques éléments d’une histoire socio-politique dans laquelle s’inscrivent ces trajectoires singulières.

 

Le contexte socio-politique africain et sénégalais : la référence au modèle du socialisme de l’Est en liaison avec la lutte politique anticolonialiste

Dès l’entre-deux-guerres, une première génération militante africaine, dominée par des figures telles que Lamine Senghor, Tiemoko Garang Kouyaté pour les territoires colonisés par la France, a tenté de lutter contre un colonialisme alors au faîte de sa puissance et, pour cette raison, elle a noué des relations avec l’Internationale communiste (Dewitte, 1985 ; Sagna, 1986). Cependant, cette génération évoluant essentiellement au sein de diasporas en dehors de l’Afrique, est demeurée numériquement faible et n’a pas eu d’héritiers directs. Néanmoins, dès cette époque, sont apparues des contradictions entre les objectifs de ces pionniers de l’anticolonialisme et ceux de l’Internationale communiste, qui a parfois mis en sourdine cette ligne idéologique en fonction d’autres orientations, notamment durant la période des « fronts populaires » ou durant la Seconde guerre mondiale lorsque l’URSS s’est alliée avec les puissances occidentales (Padmore, 1960 : 157).

Juste après la guerre, une autre expérience de mise en contact entre des militants africains et le mouvement communiste a été celle des Groupes d’études communistes (GEC) et de l’« apparentement » entre le Rassemblement démocratique africain (RDA) et le parti communiste (Suret-Canale, 1994 ; Bianchini, 2011 : 61-69).

À partir du milieu des années 1950, notamment à partir de 1956 avec la prise de position décisive de l’URSS contre l’opération franco-britannique de Suez, le soutien de cette puissance apparaît déterminant pour les mouvements nationalistes qui revendiquent une indépendance de leurs territoires en rupture avec la tutelle coloniale (Katsiakoris, 2006). Mais pour situer plus précisément les premiers départs d’étudiants sénégalais vers les pays du bloc soviétique, il faut se référer à une génération militante apparue avec la création du Parti africain de l’indépendance à Thiès (PAI) en 1957[3]. On peut résumer le credo politique du PAI à la revendication de l’indépendance immédiate, avec en arrière-plan la perspective de la construction du socialisme. Le PAI a connu un essor rapide surtout en milieu urbain, au sein des étudiants, notamment la Fédération des étudiants d’Afrique noire (FEANF) et l’Union générale des étudiants d’Afrique de l’Ouest (UGEAO), ainsi qu’auprès des syndicalistes de l’Union générale des travailleurs d’Afrique noire (UGTAN). Il a joué un rôle déterminant dans la vie politique de ces années-charnières, notamment dans l’organisation de la manifestation des « porteurs de pancarte » hostiles au vote en faveur de la Communauté franco-africaine lors de la visite de De Gaulle à Dakar, le 26 août 1958. Deux ans plus tard, la proclamation des résultats électoraux (la victoire du parti au pouvoir, l’Union progressiste sénégalaise, sur le PAI) lors des municipales du 31 juillet 1960, est à l’origine de manifestations, voire d’émeutes, à Saint-Louis. À la suite de cette affaire, le parti a été dissous.

Relégué dans la clandestinité, le PAI a connu une phase de crise interne, avec la rupture entre Majhmouth Diop, le leader historique en exil et la majorité des cadres du parti. Une tentative de guérilla qui a tourné court en 1964-1965 a aussi contribué à décrédibiliser le PAI (Dieng, 2011 : 134-139). En l’absence de Majhmouth Diop, la direction a été reconstituée en 1967 avec Seydou Cissokho et Amath Dansokho, le parti prenant alors le nom de PAI-Sénégal. L’affaiblissement du PAI a eu lieu alors que, par ailleurs, la contestation du régime en place était forte et atteignait son paroxysme en 1968-1969 (Bathily, 1992 : 30-31). Quelques années plus tard, en 1974, on a assisté à une nouvelle scission, conduite par les leaders étudiants du Mouvement des élèves et des étudiants du PAI (MEEPAI) et certains syndicalistes, qui a abouti à la formation d’une nouvelle organisation, la Ligue démocratique[4]. Ces différentes fractions du PAI se sont réclamées du marxisme soviétique.

Ainsi, ce sont souvent certains de leurs militants étudiants (ou syndicalistes) ou sympathisants qui sont partis étudier dans les pays de l’Est avec des bourses offertes par l’intermédiaire de ces organisations partisanes. À cela s’est ajouté le développement de relations de coopération entre ces pays de l’Est et le Sénégal, qui a favorisé l’envoi d’étudiants sénégalais dans ces pays socialistes. L’impulsion donnée à ces relations est souvent reliée à la tournée effectuée au cours de l’été 1962 par Mamadou Dia (Ndiaye, 1962). En réalité, elles ont mis quelques années à se développer. Elles traduisaient cependant une évolution vers une normalisation et une compétition plus pacifique dans le contexte toujours maintenu de la guerre froide. Ainsi l’URSS a cherché dès la première décennie de l’indépendance à développer des relations bilatérales avec le gouvernement sénégalais au détriment des relations privilégiées avec le PAI (Legvolt, 1970 : 336). On constate ainsi que la filière partisane du recrutement des étudiants sénégalais en URSS a précédé le développement de flux de boursiers d’État. Cependant, on constate aussi que cette première filière s’est maintenue jusque dans les années 80 et que des militants d’organisations liées au modèle socialiste des pays de l’Est ont parfois bénéficié de ces bourses d’État, comme le montrent certains exemples de trajectoires biographiques qui vont être présentés.

Un aperçu de la variabilité de l’expérience des étudiants sénégalais dans les pays de l’Est

Je présenterai ici successivement différentes trajectoires biographiques situées à différentes époques des années 60 aux années 80 et en différents lieux de l’autre côté du rideau de fer. Il s’agit nécessairement de récits très condensés par rapport à l’intégralité du contenu des entretiens[5]. À cinq trajectoires biographiques dont j’ai recueilli le récit, s’ajoute une sixième contenue dans un ouvrage qui est à la fois une autobiographie et l’histoire d’une génération politico-intellectuelle (Sadji, 2006)[6].

Expérience n° 1 : né en 1935, Amadou Booker Sadji est le fils d’Abdoulaye Sadji, instituteur et écrivain pionnier de la littérature sénégalaise. Proche de Senghor en tant qu’homme de lettres, Abdoulaye Sadji a cependant choisi de rejoindre le PAI à la suite des événements de Saint-Louis en 1960 et de l’interdiction du parti. Amadou Booker (prénommé ainsi par son père en l’honneur de Booker T. Washington) a été élève au lycée Faidherbe de Saint-Louis, puis à Dakar au lycée Van Vollenhoven. En 1956, il part faire des études d’allemand en France à Toulouse où il est un militant actif de la FEANF. Membre du comité de rédaction du journal l’Étudiant d’Afrique noire, et invité à ce titre au Festival mondial de la jeunesse et des étudiants organisé à Moscou au cours de l’été 1957, il rencontre Jiri Pelikan, qui, avant de devenir la figure emblématique du « printemps de Prague », était alors à la tête de l’Union internationale des étudiants à laquelle avait adhéré la FEANF. C’est sur les conseils de ce dernier qu’il part à Leipzig en 1957 poursuivre ses études d’allemand. Sur le plan politique, il est le secrétaire général de la section du PAI en République démocratique allemande constituée surtout d’étudiants guinéens. D’une adhésion sans recul au « camp socialiste » associé alors au mouvement pour l’indépendance immédiate des territoires coloniaux sous domination occidentale, A.B. Sadji va évoluer vers une attitude critique croissante à l’issue de son expérience vécue du socialisme réel. Il y découvre certains travers qu’il n’imaginait pas, notamment le problème du racisme[7] ou encore l’octroi de privilèges matériels à l’élite dirigeante. À cela, s’ajoute sans doute l’effet conjugué de deux influences : celle des étudiants guinéens du PAI en conflit avec Sekou Touré dès 1961, suite à l’implication de ce parti dans le « complot des enseignants » (Bianchini, op. cit., 2011 : 98-109) et celle de son professeur Hans Mayer qui a dirigé sa thèse, passé à l’Ouest peu de temps avant la soutenance finale, ce qui a failli empêcher l’aboutissement de ses sept années d’études à Leipzig.

Marié depuis 1960 à une femme allemande, il rentre en mars 1964 « totalement désillusionné  quant au socialisme ». Il connaît ensuite des difficultés pour faire reconnaître ses diplômes. Il est recruté comme enseignant au lycée de Kaolack sans que le problème ne soit réglé. Ce n’est qu’à l’issue d’un séjour en France (!) de 1967 à 1970, terminé par un stage d’homologation qu’il peut valider ses diplômes. Il intègre l’université comme assistant en 1972 avec la création du département de langues et de civilisations germaniques, et accède quelques années plus tard au poste de chef de département. Sur le plan politique, il est resté à son retour quelques années encore au PAI pour ensuite rejoindre les rangs du Parti démocratique sénégalais (PDS) lors de sa création en 1974. Secrétaire national à l’organisation, il est lassé par l’autoritarisme d’Abdoulaye Wade et démissionne de ses fonctions en 1978. En 1981, il se laisse coopter au sein du nouveau régime d’Abdou Diouf à la tête d’un Groupe de recherches et d’échanges pour un Sénégal nouveau (GRESEN), en compagnie de personnalités comme celle d’Iba Der Thiam, ministre de l’Éducation nationale de 1983 à 1988. À nouveau déçu par cette incursion en politique en 1983, il quitte cette structure pour ne plus apparaître sur la scène politique. Il décède en 2010.

Expérience n° 2 : né en 1934, Souleymane F. est le fils d’un homme politique de premier plan durant les années 1950. Après des études au lycée Faidherbe à Saint-Louis, il termine sa scolarité secondaire en France au cours des années 50, puis entame des études de droit à Paris et à Dijon. Il milite alors à l’Union des étudiants communistes et au PAI. En 1961, il obtient une bourse pour l’URSS par l’intermédiaire du parti. Pour s’y rendre, il a dû transiter par la Guinée où le PAI avait un représentant qui s’occupait des formalités de voyage. À son arrivée, les Sénégalais n’étaient pas nombreux. Il a croisé Khila Dièye, un étudiant en mathématiques, le pionnier des étudiants sénégalais en URSS, alors sur le départ, et il se souvient avoir figuré dans ce qui devait être la première tentative cinématographique de Sembène Ousmane venu se former en URSS. Il a suivi des études en économie à l’université d’État Lomonosov après avoir appris, comme les autres étudiants étrangers, la langue russe dans le cadre de la faculté préparatoire de l’Université de l’amitié entre les peuples, plus connue sous le nom d’Université Lumumba. Il obtient une maîtrise d’économie spécialisée dans le domaine de la planification en1966. Le cursus normal était de cinq ans, mais il a pu gagner une année en passant par anticipation les examens de deuxième année. Il est venu en Union soviétique avec son épouse sénégalaise qui a étudié le russe (elle est devenue professeure à son retour au Sénégal). Il a fait venir ses deux enfants, ce qui n’a pas posé de problèmes aux autorités. En revanche, au sein de la section du PAI en URSS, ce regroupement familial a été la cause (ou le prétexte) d’un conflit avec un des leaders du parti, le Nigérien Abdou Moumouni. Exclu du PAI, il n’a plus jamais milité dans un parti politique. Cette exclusion ne l’a pas empêché de figurer dans le bureau de la Fédération des étudiants africains en URSS réunissant des étudiants de différentes nationalités durant les années 60[8].

À la différence de A. B. Sadji qu’il a bien connu, il n’a pas ressenti de désillusion à l’issue de cette expérience. Il n’a jamais eu à se plaindre des relations avec la population ou avec les autorités. Il maintient qu’il n’y avait pas de racisme à son époque (« Vous sortez, vous allez au marché, vous rencontrez des Soviétiques. Et vous avez des rapports très corrects et courtois. Des fois même vous êtes gênés parce qu’on vous donne une préférence (…) J’ai entendu après, bien après, qu’il y aurait des problèmes de racisme… »[9]). Dès son retour au Sénégal, il est recruté comme agent contractuel au ministère du Plan. Se pose alors le problème de l’équivalence de son diplôme : à la suite d’une commission présidée par le ministre de tutelle, Amadou Mahtar M’Bow et d’un avis conforme rendu par des professeurs de la Sorbonne, sa maîtrise est finalement reconnue en 1967. Cette équivalence lui permet de passer un diplôme d’études supérieures à l’Université de Dakar, malgré l’opposition au moment de l’inscription et la notation en dessous de la moyenne à l’examen du professeur français qui dirigeait ce DES. Sur le plan professionnel, après avoir occupé différents postes comme celui de conseiller économique et financier au sein du ministère du Plan, puis auprès du Premier ministre, il poursuit à partir de 1972 sa carrière au sein d’une des principales banques du Sénégal jusqu’au poste de directeur.

Expérience n° 3 : Amadou N. est né en 1946 d’un père qui était un petit fonctionnaire militant à l’Union démocratique sénégalaise (UDS), la section sénégalaise du RDA, dont la carrière a eu à souffrir de cet engagement politique. Après des études secondaires au lycée de Thiès puis de Kaolack, il a obtenu une bourse d’État pour l’URSS[10]. Arrivé en 1967, il a d’abord suivi la faculté préparatoire à l’Institut agricole du Kouban. Ensuite, il a poursuivi ses études à l’Académie des sciences agricoles de Moscou où il a obtenu son diplôme d’ingénieur agronome en 1973. Il s’est marié en 1970 avec une femme originaire d’Ukraine et qui était étudiante dans la même institution. La vision positive (pour ne pas dire idyllique) qui se dégage de son témoignage provient en partie de cette expérience matrimoniale : à travers la rencontre avec son épouse, il a rencontré une société soviétique « ouverte sur le monde ». (Les Soviétiques n’ont pas une civilisation de particularisme religieux, ethnique ou racial. Ils n’ont pas eu cette éducation. Les jeunes Soviétiques à l’époque n’avaient pas du tout ça. D’où un accès facile qu’ils avaient à l’étranger… Ma femme m’a dit que la première fois qu’elle a connu quelque chose du Sénégal, c’était à travers un livre d’Ousmane Sembène ‘Ô pays ô mon beau peuple’ […]). Il reconnaît qu’il y a eu des problèmes de racisme (voire un cas de crime raciste), mais sous la période antérieure à Brejnev. Ensuite, la fermeté des autorités aurait eu un effet dissuasif (« Et à l’époque, si tu disais à quelqu’un qu’il est raciste, il rougit, il te prie de ne jamais… parce que je t’assure, les gens étaient très stricts. »)

À la tête de l’Association des étudiants sénégalais en URSS, il a souvent participé à des conférences, à des rencontres avec des personnalités du mouvement communiste international, des syndicalistes, des dirigeants des mouvements de libération nationale. Il n’a pas ressenti de monolithisme idéologique (« Ma formation politique a beaucoup gagné d’avoir participé à ces débats contradictoires avec des personnalités de l’Union soviétique, des mouvements de libération, du Parti communiste français »…) Sur le plan de l’appartenance politique, il avait adhéré au PAI avant son départ et il y est resté. Au sein du PAI-Sénégal devenu ensuite Parti de l’indépendance et du Travail, il est devenu un des ténors.

À son retour au Sénégal, il n’a pas eu de problèmes pour faire reconnaître ses diplômes. Recruté dans un organisme de recherche agronomique, il est entré en conflit avec certains membres du personnel français qui maintenaient les Sénégalais dans une position d’infériorité… Parti à nouveau se former, mais aux États-Unis cette fois, où il obtient un master d’agroéconomie en 1977, il effectue ensuite une carrière au ministère de l’Agriculture jusqu’à ce que l’entrée du PIT au sein de la coalition gouvernementale, à partir de 1991, l’amène à occuper une fonction stratégique au sein de ce ministère. « Mis au placard » au sein du ministère de l’Agriculture lorsque son parti revient dans l’opposition, la situation s’inverse à nouveau en 2000 après l’alternance électorale : le PIT revient au gouvernement et il y occupe les fonctions de directeur de cabinet au sein d’un autre ministère… Retraité de la fonction publique depuis une dizaine d’années, il est toujours actif sur la scène politique.

Expérience n° 4 : Boubacar L. est né en 1949 dans la région du Fleuve. Ses parents directs étaient des paysans, mais il a été élevé par son oncle qui était enseignant. Après des études au lycée Faidherbe de Saint-Louis, la poursuite de ses études à l’université de Dakar est perturbée par deux années successives de crise universitaire en 1968 et en 1969. N’ayant pas obtenu la bourse pour la France à laquelle il pouvait prétendre vu ses résultats, il part en URSS avec une bourse d’État. Après discussion avec des camarades sur les besoins en cadres nationaux, il choisit de faire des études de géologie à Leningrad. À l’issue d’une formation de cinq ans (précédée d’une formation préparatoire en russe), il obtient le titre d’ingénieur géologue spécialisé dans la prospection minière en 1976. Sa formation lui a permis de voyager souvent pour effectuer des stages dans différents sites miniers en URSS. Il a pu ainsi constater certaines faiblesses en matière d’organisation de la production et de mobilisation de la main-d’œuvre. Il aborde de lui-même dans l’entretien la question du racisme, mais précise que « le problème venait des deux côtés » : d’un côté, un sentiment de supériorité de la population russe et le poids de stéréotypes à l’égard des étrangers ; de l’autre, une certaine responsabilité des étudiants africains qui avaient un train de vie qui pouvait faire des envieux, ou qui, pour certains, se livraient au commerce de produits de consommation occidentale ou encore qui se tenaient mal en public sous l’effet de l’alcool. Il n’a pas eu de conflits avec les autorités, à la rigueur des situations d’incompréhension[11]. S’il reconnaît que le système soviétique connaissait des problèmes économiques et sociaux dès son époque, il regrette la manière dont la perestroïka a été menée par Gorbatchev pour aboutir à la dislocation de l’URSS. En tout cas, il n’a « pas été du tout déçu » par le socialisme qu’il a rencontré en URSS.

En contact avec ses camarades du MEEPAI restés au Sénégal, il a suivi la scission de 1974 et s’est ainsi retrouvé à la Ligue démocratique dont il a été par la suite un des dirigeants. Il s’est occupé de l’association des étudiants sénégalais en URSS et à son retour en 1976, il a fondé une association d’anciens étudiants sénégalais en URSS (qui existe toujours).

Sur un plan professionnel, dès son retour, il a été embauché au ministère de l’Industrie comme chef de division puis, par la suite, est devenu conseiller technique. En matière de diplôme, il n’a pas eu de problème de reconnaissance mais plutôt de reclassement. Sur décision du ministre, il a finalement réussi à obtenir un contrat spécial lui permettant d’être rémunéré au niveau supérieur de la hiérarchie de la fonction publique (A1). En 1990, il a quitté la fonction publique et après avoir obtenu un diplôme du CESAG, il a travaillé dans le privé dans le domaine de la pêche.

En 1993, il est élu député. En 2000, il est nommé ministre après l’élection d’Abdoulaye Wade, jusqu’à ce que son parti quitte le gouvernement. Depuis, il est consultant international pour le BIT notamment.

Expérience n° 5 : né en 1957 dans la région du Sénégal oriental, de parents paysans, Seydou D. a pu faire des études secondaires au lycée Faidherbe. Titulaire d’un bac scientifique, il part en France pour faire une classe préparatoire (maths sup’, puis maths spé’) et intègre une école d’ingénieurs du textile à Roubaix. Ayant terminé ses études d’ingénieur en France en 1980, il désire aller voir « de l’autre côté du rideau de fer ». Pouvant obtenir une bourse par le biais du PAI dont il est membre[12], il est finalement persuadé par un de ses anciens professeurs qui travaille à l’ambassade du Sénégal en France de demander une bourse d’État. Bien qu’ayant déjà étudié le russe dans le secondaire, il doit suivre aussi les cours de langue avant d’intégrer une école d’ingénieurs à Leningrad spécialisée dans le textile. Après l’obtention de son diplôme en 1984, il revient d’abord en France pour parfaire sa formation à l’Institut d’administration des entreprises.

Durant son séjour en URSS, ses convictions idéologiques ont été profondément ébranlées. Il n’a pas supporté le racisme « primaire » qui existait selon lui chez les Russes (« Quand vous sortez par exemple, en URSS, à l’époque, on disait « Voilà le singe ! »)[13]. Il a eu aussi des problèmes avec la milice étant même accusé de fréquenter l’ambassade des États-Unis (!). Ses allers et retours fréquents en France où il était déjà marié semblent avoir suscité des suspicions de la part des autorités. Il fait état de la corruption rendue possible par le déséquilibre des revenus entre les étudiants et le corps professoral (« Vous prenez le taxi alors que le professeur d’université, il est dans le tramway avec son sac ! »). Il reproche aussi à certains étudiants africains d’avoir profité de cette situation, ce qui pouvait en retour alimenter des réactions hostiles.

Toujours membre du PAI durant son séjour en URSS[14], il quitte le parti à son retour au Sénégal. Traité de « contre-révolutionnaire » par ses anciens camarades, il juge qu’ils ne disent pas la vérité sur la réalité vécue dans les pays socialistes. Plus tard, il a effectué un « retour vers la mosquée », une évolution qui résulterait aussi de son séjour en URSS[15].

À son retour d’URSS et de France, il n’a pas rencontré de difficultés sur le plan de la reconnaissance de son diplôme, mais il a surtout subi les aléas économiques propres au secteur industriel au Sénégal. En une quinzaine d’années, il a été recruté comme ingénieur dans son domaine de spécialisation (le textile) par différentes entreprises (au nombre de cinq !) qui ont toutes fini par disparaître à la suite de problèmes de gestion, voire de détournements. Depuis plusieurs années, il est au chômage et vit une situation financière difficile, résidant dans la lointaine banlieue de Dakar, ce qui accroît la désillusion qu’il peut exprimer à propos de son expérience.

Expérience n° 6 : Lassana D. est né en 1962 au Sénégal oriental. C’est un cousin éloigné du précédent. Né de parents paysans, il a pu suivre des études secondaires grâce à son frère aîné qui était vétérinaire à Dakar. Titulaire d’un bac industriel (E) au lycée Delafosse de Dakar, il a réussi à obtenir une bourse en 1983 par l’intermédiaire du PIT dont il était membre. Il n’a pas choisi son pays de destination : la Bulgarie, ni non plus l’institution qui l’a accueilli : l’Académie des sciences sociales et de gestion sociale de Sofia. Il était d’ailleurs le premier Sénégalais à être reçu par cette institution. Malgré des réticences de la part de la direction, il a pu obtenir d’être orienté en philosophie. Au bout de cinq années d’études, il a obtenu un diplôme de maîtrise en 1988.

Il garde une impression « très positive » de ce séjour et dit même avoir été « fasciné » par un « petit pays » qui a réussi à se développer ainsi[16]. Sur le plan des contacts avec la population, il a cependant eu à souffrir d’un certain racisme (« Si on est seul dans la population, parfois on est l’objet de provocations de la part de certains éléments racistes… ») En revanche, il n’y avait aucun problème de cette nature sur le campus (« Sur le campus, tout le monde est frère. Il n’y a pas de bagarre. C’est la fraternité, l’alliance, l’amitié. »)

Il est resté membre du PIT à son retour. Il a même été envoyé durant six mois par ses camarades de parti en URSS pour observer la perestroïka en 1991. S’il reconnaît qu’existaient des défauts dans le système socialiste, il reste dans l’idée que Gorbatchev « en voulant soulever tous les problèmes en même temps » a provoqué la chute du « bastion du socialisme » qui soutenait « la tendance révolutionnaire dans les pays du monde entier ».

Son insertion professionnelle au Sénégal s’est faite avec difficulté. Son diplôme n’a pas été reconnu officiellement à son retour. Il a donc commencé par travailler comme enseignant de philosophie dans le privé à Dakar. Ensuite, il a été recruté dans l’éducation nationale comme contractuel à Kaolack, puis actuellement à Kedougou, ce qui hypothèque considérablement son projet de poursuivre ses études au niveau du troisième cycle. Il a déjà tenté le concours de recrutement de l’École normale supérieure, mais il n’a pas été pris et a remarqué avec une certaine suspicion que parmi les candidats retenus ne figurent que des titulaires d’une licence et non d’une maîtrise.

Conclusion (trop brève)[17] sur les traits communs et les divergences de l’expérience des étudiants sénégalais « de l’autre côté du rideau de fer »

« Envoyez vos étudiants à Paris et ils reviennent communistes ! Envoyez-les à Moscou et ils reviennent capitalistes. » On connaît la fameuse boutade d’Houphouët-Boigny « mi-ironique, mi-cynique » (cité, in : Koudawo, 1992 : 8). Plus sérieusement, les contradictions entre les idéaux internationalistes de la « patrie du socialisme » et l’expérience vécue des étudiants venus des pays du Tiers monde, plus particulièrement d’Afrique, ont été largement documentés par des écrits académiques, notamment en ce qui concerne la question du racisme (Koudawo, op. cit. : 113-120 ; Katsakioris, 2006 ; Hessler, 2006 ; Matusevitch, 2009 ; Kret, 2013). Or, à l’issue de cette investigation, j’ai le sentiment que cette littérature a tendance à homogénéiser des expériences qui ne sont pas convergentes et qui ne peuvent être globalement perçues comme celles de « déçus du socialisme »[18]. A travers ces différents exemples sénégalais, il apparaît que les « cadres de l’expérience » de ces étudiants partis étudier dans les pays de l’Est, caractérisés par une inclination initiale en faveur du « camp socialiste », ont assez bien résisté à la réalité, c’est-à-dire à l’expérience vécue du « socialisme réel » et, a posteriori, ce qui est plus paradoxal, à l’effondrement de ce système[19].

Ce qui était vrai avant la chute du mur de Berlin, l’est encore d’une certaine manière : « Plus que tout autre exemple politique, l’URSS se prête à un jeu de réinterprétation. » (Copans, in Laidi, 1984 : 53).

Il reste que cet héritage soviétique n’est pas évident à assumer idéologiquement, et plus encore, à transmettre à d’autres générations. On est bien loin de la période faste pour ces partis marxistes-léninistes où les performances économiques et technologiques de l’URSS et de ses satellites servaient à vanter les mérites d’une voie de développement alternative au capitalisme de l’Occident, et où ils pouvaient se présenter comme des forces en mesure de proposer un projet de société alternatif… Dans ce contexte de « postsocialisme » datant déjà de plus de vingt ans, le principal fondement de la légitimité de ces cadres formés à l’Est demeure leurs compétences acquises, valables quel que soit le système social en place[20]. On pourrait résumer la situation en disant que « le rouge n’est plus ce qu’il était mais l’expert demeure »… C’est ce qui peut expliquer aussi que, dans le champ politique sénégalais, ces partis marxistes apparaissent de plus en plus, non seulement comme des « partis d’intellectuels »[21], mais de plus en plus comme des « partis de cadres », dont l’identité idéologique est de plus en plus incertaine. Par ailleurs, on peut les considérer aujourd’hui comme des « partis générationnels » puisqu’on y retrouve les mêmes figures dirigeantes depuis les années 60-70[22]

 

Bibliographie :

Amar, Andrew Richard, « Comme Africain à l’université de Moscou », Afrique Documents, nouvelle série, 57, mai-juin 1961 : p. 104-112.

Bathily, Abdoulaye, Mai 68 à Dakar ou la révolte universitaire et la démocratie, Paris, Chaka, 1992.

Bianchini, Pascal, Jean Suret-Canale. De la Résistance à l’anticolonialisme, Paris, L’Esprit frappeur, 2011.

Camara, Sadio, L’épopée du Parti africain de l’indépendance (P.A.I.) au Sénégal (1957-1980), Paris, L’Harmattan, 2013.

Copans, Jean, « L’URSS instrument ou alibi des États d’Afrique noire », in : Laïdi Zaki, L’URSS vue du Tiers Monde, Paris, Karthala, 1984, p. 51-70.

Corten, André, Sadria Moj-ta-ba, Tahon Marie Blanche, Les autres marxismes réels, Paris, Christian Bourgois, 1985.

Dewitte, Philippe, Les mouvements nègres en France. 1919-1939, Paris, L’Harmattan, 1985.

Dieng, Amady Aly, Les grands combats de la FEANF de Bandung aux indépendances 1955-1960, Paris, L’Harmattan, 2009.

Dieng, Amady Aly, Mémoires d’un étudiant africain (Volume II). De l’Université de Paris à mon retour du Sénégal, Dakar, CODESRIA, 2001.

Diop, Majhemout, Mémoires de luttes, Paris, Présence africaine, 2007.

Fall, Mar, « Les arabisants au Sénégal. Contre élite ou courtiers », in : Otayek René, Le radicalisme islamique au sud du Sahara. Daʼwa et critique de l’Occident, Paris, Karthala, p. 197-212, 1987.

Hessler, Julie, « Death of an African Student in Moskow. Race Politics and the Cold War », Cahiers du monde russe, 2006/1 – Vol 47, p. 33-63.

Katsakioris, Constantin, « L’Union soviétique et les intellectuels africains. Internationalisme, panafricanisme et négritude pendant les années de la décolonisation, 1954-1964 », Cahiers du monde russe, 2006/1 – Vol 47, p. 15-32.

Koudawo, Fafali, La formation des cadres africains en Europe de l’Est depuis 1918, Paris, L’Harmattan, 1992.

Kret, Abigail Judge, « “We Unite with Knowledge”: The Peoples’ Friendship University and Soviet Education for the Third World », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East, Volume 33, Number 2, 2013, p. 239-256.

Legvold, Robert, Soviet Policy in West Africa, Harvard University Press, Cambridge Massachussets, 1970.

Matusevitch, Maxim, « Probing the Limits of Internationalism: African Students Confront Soviet Ritual », Anthropology of East Europe Review, 27(2) : Fall 2009, p. 19-39.

Ndiaye, Papa, Visite du Président du Conseil des ministres en URSS, Pologne, Tchécoslovaquie et Hongrie, RS/MER/DC, n° 287, 19/08/1962.

Padmore, George, Panafricanisme ou Communisme, Paris, Présence Africaine, 1962.

Rait, Maria, Les échanges culturels entre l’URSS et l’Afrique, Novosti, s.l., s.d. (1966).

Sadji, Amadou Booker W., Le rôle de la génération charnière ouest-africaine : indépendance et développement, L’Harmattan, 2006.

Sagna, Olivier, Des pionniers méconnus de l’indépendance : Africains, Antillais et luttes anti-colonialistes dans la France de l’entre-deux-guerres (1919-1939), thèse d’histoire, Paris VII, 1986.

Suret-Canale, Jean, Les groupes d’études communistes (G.E.C.) en Afrique noire, Paris, L’Harmattan, 1994.


[1]   L’un de nos interviewés estimait qu’il y avait environ 300 étudiants sénégalais présents en URSS autour de 1970 (expérience n° 3, 26 juin 2013). Selon les statistiques de l’Association des diplômés sénégalais de l’ex-URSS obtenues en coordination avec l’association homologue russe Encorvuz (www.incorvuz.ru), à la date de 2006, on pouvait estimer à environ deux milliers le nombre de diplômés sénégalais formés en URSS sur une période qui s’étend presque sur un demi-siècle. L’association elle-même compte 485 membres en 2013. Au sein de ces derniers on peut noter une forte prépondérance des ingénieurs. Ainsi, sur un échantillon de 132 membres ayant indiqué leur profession, j’ai dénombré 87 ingénieurs soit les deux tiers (ces données m’ont été aimablement communiquées par Manétou Ndiaye, co-auteur d’une communication au colloque de Mohammedia et vice-présidente de l’association).

[2]   Les entretiens ont été réalisés entre mai et septembre 2013 auprès de cinq ex-étudiants choisis, en fonction des deux (voire des trois) types de critères énoncés dans le texte, ainsi que des possibilités concrètes de contacts avec les interviewés. En revanche, la représentativité de cet échantillon est moins évidente sur le plan des formations suivies et sur le plan des professions occupées, notamment car on ne retrouve pas parmi ces anciens étudiants la prépondérance du groupe des ingénieurs qui caractérise la population des diplômés sénégalais de l’ex-URSS. Ici, le terme de « trajectoire ultérieure » vise plutôt le profil général de la carrière suivie, qui peut être plus ou moins réussie.

[3]   On peut parler d’une certaine rupture entre le PAI et les formations politiques existantes, tant du côté du RDA (et sa section sénégalaise de l’Union démocratique sénégalaise) (Bianchini, 2011 : 71-74) qu’avec le PCF qui a défendu longtemps le cadre de l’Union française, en contradiction avec le mot d’ordre de l’indépendance immédiate (Bianchini, op. cit. : 67-69). Cependant à la fin des années 1950, les étudiants africains en France militant à la FEANF étaient souvent proches, voire membres du parti communiste (Dieng, 2011 : 104-132).

[4]   L’histoire du PAI reste encore à écrire. L’ouvrage publié par son leader historique peu avant sa mort, sous-titré « textes pour servir l’histoire du Parti africain de l’indépendance » (Diop, 2007) n’apporte guère d’éclairage si ce n’est peut-être sur l’itinéraire de jeunesse de l’auteur, d’abord à l’École de pharmacie au sein de l’École William Ponty, puis étudiant en France et… en Roumanie en 1953 lorsque sa bourse de médecine lui a été supprimée ! On trouvera plus d’informations inédites dans un texte récent qui retrace en particulier la préparation et la tentative du fameux maquis par un homme qui a vécu cette expérience entre 1963 et 1966 (Camara, 2013). Mais c’est le point de vue d’un témoin et non d’un historien, qui cherche à faire valoir sa « part de vérité », notamment concernant le choix de lancer une guérilla fait par la direction du parti, non assumé par la suite dès lors que celle-ci a tourné court…

[5]   Pour m’efforcer de limiter mon propos à ce qui me paraît essentiel, j’ai ciblé plus particulièrement, pour chacun des cas étudiés, la variabilité de l’expérience en matière de perception du racisme.

[6]   Pour ce dernier cas, il n’est plus question du tout d’anonymat. Pour les autres récits, un prénom fictif a été attribué ainsi qu’une initiale de patronyme également fictive. Cependant, notamment lorsqu’on a affaire à des personnalités relativement connues pour ne pas dire publiques, l’anonymat est une promesse difficile à tenir : elle ne peut l’être que de façon relative et au prix d’un manque de précision volontaire sur certains détails biographiques trop révélateurs, notamment quand ces personnalités ont occupé des fonctions politiques…

[7]   Une information intéressante est apportée dans cet ouvrage : celle de l’organisation en 1962 à Belgrade d’une « conférence panafricaine des étudiants africains dans les pays socialistes » avec un financement venu du Ghana dirigé alors par Nkrumah :

« À la conférence, fut créée entre autres, une commission spéciale chargée d’enquêter et de recueillir auprès des délégués des témoignages sur la vie des étudiants africains dans les pays socialistes. La présidence me fut confiée. Des congressistes étaient venus de tous les pays où il y avait des étudiants africains : d’Union soviétique, de Chine, de R.D.A., de Roumanie, de Yougoslavie, de Tchécoslovaquie, de Pologne et de Hongrie. Vu le caractère inédit et délicat de la mission, le travail fut fait avec méticulosité. Les résultats furent surprenants : il se révéla que dans tous les pays concernés, exception faite de la Yougoslavie, les étudiants noirs étaient en butte au racisme sous des formes analogues à celles rencontrées par nous en R.D.A. Il nous fut rapporté même un cas en Union soviétique où un étudiant africain noir voyageant avec son amie russe fut agressé par un groupe de jeunes Russes qui le tuèrent en le jetant du haut du train roulant à vive allure » (Sadji, op. cit : 262).

[8]   Amadou N. en était le vice-président chargé des relations extérieures.

[9]   Ce constat sur l’inexistence du problème est en contradiction manifeste avec un certain nombre d’études universitaires qui abordent largement cette question (Hessler, 2006 ; Matusevitch, 2009), ainsi qu’avec d’autres témoignages figurant dans cette étude.

[10] En fait, il avait obtenu une bourse pour le Canada, mais c’est le neveu d’un ministre qui portait le même patronyme que lui qui en a bénéficié (« les Canadiens n’y ayant vu que du feu… »). La bourse pour l’URSS lui a permis finalement de partir à l’étranger.

[11] Il mentionne la tentative de création d’une association d’étudiants africains (dont il était à l’initiative) dont l’objectif était de poser certains problèmes sociaux et culturels, ce qui n’a pas été du goût des autorités qui ont fait en sorte qu’elle ne puisse pas exister (« Ils avaient peur que l’organisation devienne un interlocuteur trop puissant qui pose des problèmes auxquels ils ne sont pas habitués à répondre… »). Une autre situation d’« incompréhension » avec les autorités soviétiques a eu lieu lorsque les étudiants sénégalais ont occupé leur ambassade à Moscou pour obtenir la satisfaction de revendications pécuniaires…

[12] Durant son séjour en France de 1975 à 1980, il a aussi milité à l’Union des étudiants communistes et a dirigé la section de l’association des étudiants sénégalais en France (AESF) à Lille.

[13] D’après lui, le problème n’existait pas uniquement au sein de la population, mais parfois même aussi sur le campus : la plupart du temps, les autorités ou les membres du parti communiste « se faisaient violence » pour bien se comporter avec les étrangers. Mais il raconte un incident ayant eu lieu lors du « pot » de soutenance de diplôme, entre lui et une enseignante russe qu’il a failli gifler parce qu’elle aurait repris ce même vocable de « singe » au cours d’une discussion pour parler des étudiants africains…

[14] Il a aussi dirigé l’association des étudiants sénégalais à Leningrad.

[15] Le phénomène du retour vers la religion est déjà observé pour des générations plus anciennes. On peut mentionner ici le cas de Babacar Niang, un des membres fondateurs du PAI (Sadji, op. cit. : 151). En ce qui concerne la pratique religieuse des étudiants sénégalais en URSS, elle était inexistante comme le reconnaissent explicitement ou implicitement les interviewés, y compris Seydou D. qui dit avoir été athée, mais cette situation n’était pas forcément vécue négativement sur le mode de la culpabilité ou de l’autocensure. Elle correspond plutôt à une situation générationnelle qui existait dans les années 60 et 70 aussi bien à Paris qu’à Moscou.

[16] Il déplore cependant un certain « manque d’ouverture sur le monde » notamment en direction des pays capitalistes. Ce point de vue contraste ici avec celui exprimé par S.I. (cas n° 3) à propos de la société soviétique.

[17] Parmi les autres perspectives qu’il serait intéressant de développer, je pense notamment à la perspective comparative, en se référant plus particulièrement à la situation des arabisants formés dans les pays arabes (Fall, in : Otayek, 1993). Ces derniers semblent occuper une position assez parfaitement symétrique à celle des anciens des pays de l’Est car, d’une part, ces derniers ont bénéficié d’un contexte idéologique plus favorable au cours des dernières décennies, tandis qu’à l’inverse, leur insertion professionnelle semble encore plus difficile à négocier, les cantonnant souvent à la périphérie des métiers bureaucratiques, notamment dans des activités d’enseignement arabo-islamique.

[18] C’est aussi ce qui est apparu lors du colloque de Mohammedia avec les témoignages d’anciens étudiants marocains formés en URSS, qui ont récusé avec virulence les points de vue critiques, voire dépréciatifs, qui ressortent de ces écrits académiques concernant la formation et la vie quotidienne des étudiants internationaux en URSS.

[19] Dans quatre cas sur six, on peut considérer qu’il n’y a pas de remise en cause globale du système, même si parfois certains problèmes sont évoqués, notamment celui du racisme. Sur ce point sensible, on ne peut qu’être frappé par la divergence entre certaines appréciations du phénomène, ce qui pose quand même la question objective des positions occupées à l’époque et celle subjective de la sélectivité de la mémoire. Ce n’est que dans le cas d’A.B. Sadji (n°1) et dans celui de Seydou. D. (n°5) que l’on observe une « rupture de cadre » – pour rester dans le langage goffmanien – et encore, celle de Sadji est progressive et sa trajectoire ressemble à celle d’autres intellectuels qui se sont éloignés du PAI sans pour autant avoir vécu une expérience dans les pays de l’Est…

[20] Le seul véritable point de convergence entre tous les témoignages (y compris le plus négatif de Seydou D.) concerne la qualité de la formation reçue (efficacité de l’apprentissage notamment linguistique, qualité et disponibilité du corps enseignant, etc.).

[21] Ce constat sur « la nature d’un parti qui n’était guère composé d’ouvriers, mais de petits bourgeois » pouvait être fait dès les années 1960 (Dieng, op. cit : 134).

[22] La récente succession à la tête de la Ligue démocratique de Mamadou Ndoye à Abdoulaye Bathily, a ainsi été brocardée dans la presse sous le titre : « La LD refuse l’alternance générationnelle » (Nettali.net, 7 juillet 2013). On peut préciser que le nouveau secrétaire général âgé de 68 ans faisait partie du secrétariat exécutif provisoire du parti à sa création en 1974, lorsqu’il était encore clandestin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.