KRYLOVA Natalia

La langue russe dans le milieu étudiant africain. Problèmes et modes d’assimilation[1]

Natalia KRYLOVA

 Texte traduit du russe par Sonia COLPART

Les enquêtes du Groupe d’études sociologiques concrètes de l’Institut d’Afrique de l’Académie des sciences de l’URSS (ASURSS), menées avec l’Association soviétique de sociologie (ASS) dans les années 1970, ont révélé un ensemble de problèmes que les étudiants africains faisant leurs études en Union soviétique considéraient comme déterminants dans leur processus d’adaptation. Ces étudiants mentionnaient des problèmes causés par le nouveau milieu culturel et social : conditions climatiques difficiles pour un habitant de l’Afrique, problèmes d’alimentation, etc. Bien sûr, le plus important était d’assimiler la langue comme outil principal pour établir des contacts avec le monde nouveau. Dans le cadre limité d’une communication, il est impossible de décrire et d’analyser tout l’éventail des problèmes relevant de l’« assimilation de la langue du pays d’accueil ». C’est pourquoi, nous examinerons seulement les premières phases d’étude de la langue russe par les étudiants africains, celles qui sont fondamentales pour le processus de leur activité sociale et de leur préparation professionnelle. Mais regardons, tout d’abord, comment ce problème était résolu sur place.

L’apprentissage de la langue russe, dans son ensemble, relevait de la compétence des Maisons de la science et de la culture soviétiques (MSCS) et des Centres culturels soviétiques ouverts dans les pays africains. Ces centres travaillaient en permanence « à expliquer la ligne politique de l’Union soviétique, qui avait pour but de développer la collaboration sous toutes ses formes avec les jeunes États et de soutenir la lutte de libération nationale des peuples contre l’impérialisme et la réaction, pour une indépendance véritable et pour la souveraineté ». Par leur activité multiforme, ils avaient pour mission de contribuer à satisfaire l’intérêt toujours grandissant de la société civile de ces pays pour l’URSS, l’expérience soviétique de la construction sociale, économique et culturelle, de s’opposer activement à la propagande impérialiste antisocialiste et antisoviétique. Ainsi, de fait, au 1er janvier 1987, des centres culturels soviétiques étaient ouverts en Algérie (El-Djazair, 1963), en Angola (Luanda, 1977), au Bénin (Cotonou, 1977), au Burkina Faso (Ouagadougou, 1972), au Ghana (Accra, 1960), en Guinée (Conakry, 1972), au Congo (Brazzaville, 1966), en Mauritanie (Nouakchott, 1977), à Madagascar (Antananarivo, 1978), au Mali (Bamako, 1962), au Maroc (Rabat, 1968), au Mozambique (Maputo, 1976), au Nigeria (Lagos, 1968), au Sénégal (Dakar, 1969), en Sierra Leone (Freetown, 1975), au Soudan (Khartoum, 1965), en Tunisie (Tunis, 1965), en Ouganda (Kampala, 1967), en Éthiopie (Addis-Abeba, Exposition permanente soviétique, 1945)[2]. Cependant, ces centres avaient pour principale activité de faire de la propagande parmi la population locale. L’Union des Sociétés d’amitié soviétiques, qui chapeautait ces organismes durant la période étudiée (1960-1980), accordait une attention particulière justement à ce type de travail : elle envoyait à l’étranger des lecteurs qui faisaient connaître à la société civile étrangère les réalisations du peuple soviétique, sa politique extérieure en faveur de la paix ; elle organisait des bibliothèques, dont les fonds étaient pourvus en publications soviétiques de base (éditions « Progress », « Radouga », « Agence de presse Novosti », etc, qui éditaient littérature périodique et autre en anglais, espagnol, arabe, français, portugais). On veillait particulièrement à pourvoir les manifestations en documents des Congrès du PCUS, en œuvres des classiques du marxisme-léninisme, en littérature politique de vulgarisation. De leur compétence relevait l’organisation d’exposition de photos, à l’occasion des dates marquantes de la vie du peuple soviétique. Un secteur efficace de l’activité de ces centres était la projection publique de films soviétiques.

En même temps qu’elle accordait beaucoup d’importance à la diffusion de la langue russe dans le monde « en tant qu’important moyen de communication entre les peuples, et pour permettre à la population des pays d’Afrique de se familiariser avec la vie et les réalisations du peuple soviétique », l’URSS élargissait aussi cette branche de son activité sur place, à travers un réseau de cours et de cercles de langue russe auprès des Centres culturels soviétiques et des sociétés d’amitié avec l’URSS. Une filiale de l’Institut de la langue russe, par exemple, ouverte en 1977 au Congo (Brazzaville), participait activement à cette activité. En République populaire du Congo, dans la deuxième moitié des années 80, on comptait environ 6400 personnes étudiant la langue russe. Le russe était enseigné à l’Université M. Ngouabi, l’École supérieure du parti près le CC du Parti Communiste du Travail, dans 17 lycées du pays ; dans 11 villes du Congo existaient des cours et des cercles de langue russe. Les diplomates soviétiques accrédités alors en RDC notaient un intérêt constant pour la langue russe, relevant en premier lieu de l’aspiration des Congolais à mieux connaître la vie en Union soviétique, les événements et les changements qui s’y produisaient, ainsi que de l’intention de nombre d’entre eux de recevoir ou de poursuivre une formation en URSS. Il ressort des réponses obtenues lors de nos enquêtes au Congo qu’il y avait un intérêt particulier pour l’étude du russe. La femme d’un Congolais qui avait terminé ses études à l’École militaire d’Odessa, demeurant alors à Brazzaville, a noté dans son interview : « De très nombreux Congolais reçurent alors une formation supérieure et secondaire, surtout supérieure. Y compris en URSS. Il me semble bien qu’à une certaine période, le Congo était un des premiers pays africains où un aussi grand nombre de gens avaient une instruction supérieure et où ils avaient étudié en URSS. C’est un petit pays et il y en avait vraiment beaucoup ».

Dans la deuxième moitié des années 80 furent créés de nouveaux centres au Bénin, au Mozambique, à Sao Tome et Principe, au Soudan, en Algérie, en Angola, au Ghana. À cette période, à Madagascar, dans des villes de province, furent aussi ouvertes des filiales de cours de russe dans des sections de sociétés d’amitié avec l’URSS. La direction de l’Union des Sociétés d’amitié soviétiques notait en même temps dans ses rapports, pour cette période, qu’« alors que la diffusion de la langue russe s’élargissait géographiquement dans l’ensemble, on observait dans certains pays du continent une diminution du nombre de personnes qui étudiaient celle-ci ». Afin de populariser la langue russe, les Centres organisèrent nombre de manifestations (telles que, par exemple, l’Année de la langue russe en France pour les pays d’Afrique francophone), des concours nationaux et des olympiades de langue russe, des camps d’été de langue russe, des conférences nationales plénières sur les méthodes d’enseignement de la langue russe, etc.

L’Union des Sociétés d’amitié en URSS apportait aussi son aide aux sociétés d’amitié à l’étranger, pour préparer les cadres nationaux d’enseignants de la langue russe. Environ 450 enseignants venus d’États capitalistes ou en développement (y compris africains), suivirent des cours de perfectionnement entre 1980 et 1985 à l’Institut de la langue russe A.S. Pouchkine, pour avoir une qualification plus élevée. À l’Université d’État de Moscou M. Lomonossov et à l’Université de l’Amitié des Peuples P. Lumumba étaient organisés chaque année des séminaires internationaux de langue russe pour les enseignants de ces pays. Vers 1987 des stages universitaires de 45 jours accueillaient 200 enseignants étrangers travaillant dans le système des sociétés d’amitié.

On travaillait aussi à améliorer les méthodes d’enseignement et à développer le matériel technique des cercles et des cours de langue russe. Pour promouvoir et diffuser le russe, les médias étaient largement sollicités. La rubrique « La page de la langue russe » fut créée dans la revue Kultura i zhizn’ (Culture et vie), des informations furent publiées en plus grand nombre sur l’action menée en ce sens par l’Union des Sociétés d’amitié soviétiques, en lien avec les pays en développement, dans les revues Russkaya retch (Le discours en russe) et Russkij jazyk za rubezhom (La langue russe à l’étranger). On continuait à équiper les enseignants en moyens audiovisuels les plus modernes pour l’époque, on élaborait un programme pour fournir à certaines catégories d’auditeurs des manuels orientés professionnellement ; et à fournir aussi de la publicité, des matériaux didactiques, illustratifs.

Cependant, on peut se demander à quel point toutes ces actions étaient vraiment efficaces pour les Africains venus étudier en URSS. Pour se familiariser à l’avance avec la langue russe chez soi dans sa patrie et se préparer à pouvoir utiliser ensuite celle-ci lors de la formation à une profession, l’effet était pratiquement nul, malgré le large réseau des centres culturels soviétiques qui déployaient leur activité dans les jeunes pays africains indépendants. Nos recherches sur les étudiants africains de l’Institut d’État de médecine à Rostov-sur-le-Don (en 1971), de l’Institut automobile de Moscou et de l’Institut polytechnique de Rostov-sur-le-Don (années d’étude 1974-1975), ont montré qu’un nombre écrasant des jeunes venus des pays d’Afrique (en moyenne 98 %) n’avaient pas de connaissances au départ en russe. Leur connaissance du russe, selon l’expression imagée d’une personne que nous avons interrogée (un ancien étudiant de l’Université d’État de Kharkov, diplôme obtenu en 1980), se limitait à quelques mots et expressions « Sovietskij Soyuz (Union soviétique) », « Mir-druzhba (Paix et amitié) », « Gagarine », etc., reflétant l’essence idéologique du futur espace académique de l’étudiant africain. On peut trouver des explications. Avant tout, le contingent d’étudiants pour les établissements d’enseignement en URSS se composait pour une forte part de jeunes issus de familles plutôt pauvres, vivant en province (c’était du moins la stratégie de l’URSS lors de la sélection du contingent étudiant africain). Par ailleurs, un indice tel que la catégorie d’activité socio-professionnelle des impétrants eux-mêmes avant leur arrivée en URSS montrait aussi qu’il était peu probable qu’ils puissent se familiariser avec la langue russe dans leur pays.[3] Néanmoins, le fait même de mener ce travail de propagande constant à des niveaux divers avait probablement un rôle positif dans le choix du pays pour les études. Dans certains cercles de jeunesse, dans les pays d’Afrique libérés, se forgeait, grâce à ce travail, une image positive de l’URSS, où l’on pouvait recevoir une éducation supérieure de qualité et gratuite. Et c’était, sans doute, le motif le plus attractif pour la plupart des Africains qui allaient étudier en URSS.

Concernant l’apprentissage réel du russe en tant que principal outil pour prendre connaissance de la culture de la partie invitante, et apprendre la future profession, ces problèmes étaient réglés sur place, c’est-à-dire dans les établissements d’enseignement en URSS. Pour les jeunes Africains ayant décidé de s’y former, cela avait lieu dans les facultés préparatoires des établissements d’enseignement supérieur de l’URSS. C’est sur ces structures, fréquentées avant d’entrer dans l’établissement d’enseignement supérieur lui-même, ou à l’intérieur de celui-ci, que reposait la charge de faciliter l’adaptation.

Qu’est-ce qu’une faculté préparatoire, et quel est son rôle ?

Une faculté préparatoire d’un établissement d’enseignement supérieur en URSS est un centre d’études d’État assurant une formation préalable avant les études elles-mêmes, ayant une longue et riche histoire[4]. La tâche principale de la faculté préparatoire est de préparer les étudiants des pays étrangers qui ne parlent pas le russe à suivre ensuite la formation dans l’établissement d’enseignement supérieur et au-delà. Dans la faculté préparatoire, les étudiants étrangers étudiaient le russe et des matières particulières. Celles-ci dépendaient du choix de la future spécialité (mathématiques, physique, chimie, biologie, informatique, géographie, histoire, littérature). Le travail y était habituellement organisé selon un programme spécial de formation sur une année académique (sept à dix mois). Les cours commençaient en général en octobre. Dans chaque groupe, en fonction de la formation, étudiaient de trois à huit étudiants. Le programme de la faculté préparatoire était conçu pour un niveau normal de difficultés, c’est pourquoi un étudiant africain moyen, qui suivait tous les cours, effectuait les exercices pratiques et ceux à faire chez lui, n’avait pas en général de grandes difficultés pendant ses études à la faculté.

1)    La première tâche sérieuse qu’avaient à résoudre les citoyens africains venus faire des études en URSS était d’assimiler la langue russe suffisamment pour suivre les cours des établissements supérieurs selon l’orientation choisie. C’était une étape extrêmement importante sur le chemin de l’acquisition des compétences langagières de l’étudiant africain, car c’est précisément à cette étape que se construisaient les représentations essentielles sur le système de la langue. De plus, la motivation pour étudier le russe n’était pas tant la communication avec les Russes au niveau de la vie courante, que la possibilité d’acquérir une profession. Par conséquent, le but essentiel pour les élèves de la fac préparatoire était d’assimiler la langue de leur spécialité, ce qui leur permettrait après de résoudre les différentes tâches dans le milieu de l’enseignement professionnel. On avait une année pour acquérir les bases nécessaires pour continuer la formation dans l’établissement d’enseignement soviétique dans la spécialité choisie. Ce qui était particulièrement compliqué dans les cas suivants :

  • « un niveau nul » en russe au début de la formation et un niveau minimal au moment de commencer à étudier les disciplines générales ;
  • des différences dans les systèmes nationaux d’enseignement, y compris dans les programmes et les technologies ;
  • des «trous» dans les connaissances pour les disciplines théoriques, en raison de causes diverses ;
  • un savoir-faire et des acquis insuffisants pour effectuer un travail personnel, partie intégrante obligatoire du processus d’étude.

La réussite de la formation des citoyens africains dépendait énormément des efforts consentis par les chaires de la faculté, et cette concertation devait être poursuivie sur toute la période de préparation avant l’entrée dans l’établissement d’enseignement.

2)    L’étude de la langue russe par le contingent étudié se déroulait, dans de nombreux cas, en situation de multilinguisme, ce qui entraînait certaines difficultés ; pour les surmonter, il fallait revoir les modes de présentation de l’objet, employer différentes méthodes. Le manuel était conçu de façon à intéresser l’étudiant et à lui donner les connaissances sous une forme accessible et intéressante. Pour apprendre le russe, à la fac préparatoire, dans les conditions d’un groupe polyethnique, on utilisait un cours spécial de formation à la grammaire pratique, matériel basé sur les idées de la grammaire communicative (conception de types communicatifs du discours).

Il faut se souvenir que le début d’une formation dans un pays inconnu, avec sa culture nouvelle incompréhensible, s’accompagne toujours d’un inconfort psychologique. Par conséquent, on s’intéressa davantage aux problèmes posés au niveau ethno-psycholinguistique, qui considèrent la langue comme le reflet de la réalité socioculturelle. Il était par conséquent obligatoire d’étudier le tableau du monde dans son ensemble, celui qui est présent dans la tradition culturelle tant de son propre monde que dans celui des peuples que l’on étudie, et conduisait logiquement à étudier la mentalité, en allant jusqu’aux profondeurs inconscientes du psychique.

3)    Le processus d’enseignement, au fond, c’est la création en commun de deux partenaires, le professeur et l’étudiant. L’enseignement dans les universités et les établissements supérieurs d’URSS, où étudiaient les étudiants africains, était assuré, en général, par des enseignants spécialistes de la langue russe, c’est-à-dire des pédagogues connaissant une des langues européennes (la langue de la métropole), c’est pourquoi, aux premières étapes du processus d’enseignement, les enseignants et les élèves échangeaient presque sans aucune barrière linguistique. Mais lorsque le pédagogue passait au texte écrit, les difficultés commençaient, car les étudiants n’étaient pas encore préparés à assimiler les connaissances. Même ceux d’entre eux qui se spécialisaient en sciences humaines, car ces disciplines nécessitent de connaître beaucoup de vocabulaire, de comprendre de manière adéquate les termes et les notions historico-culturelles en russe. Beaucoup d’étudiants, en raison des particularités de la préparation en sciences humaines dans leurs pays, connaissaient mal les termes et les notions des sciences humaines ; ils ne connaissaient souvent pas bien l’histoire de leur pays, sans parler de l’histoire et de la culture de la Russie. Ainsi, nos enquêtes dans les établissements d’enseignement supérieur cités ci-dessus ont montré que 85 % des étrangers, avant d’arriver en URSS dans ces établissements, n’avaient jamais étudié l’histoire et la culture russes.

Le discours oral jugé « correct » est l’utilisation intelligente des mots, leur disposition correcte dans la phrase, la formation de l’expression avec le son et l’intonation –  encore un problème aux premières étapes d’étude de la langue russe par les étudiants africains. L’assimilation du discours sonore en russe s’accompagnait souvent pour eux de nombreuses difficultés, dues à différents facteurs : la complexité de la construction phonétique de la langue russe, les interférences venant de la langue maternelle, l’incapacité à reproduire correctement l’intonation du mot et de la forme verbale, etc. Et le professeur devait se rappeler que la formation à la prononciation doit se construire aussi en tenant compte de la langue maternelle des élèves : de la composition des phonèmes, du système des oppositions sonores, de la place et du mode de production des sons, du caractère de l’accent tonique et de l’intonation. C’est important parce que les particularités phonologiques du système du russe et de celui des langues européennes des métropoles présentent des différences qui influent sur le processus d’assimilation de l’ensemble des normes de la langue russe. Le professeur de russe devait connaître les particularités distinctives du système phonétique de la langue maternelle des élèves.

Le plus compliqué dans le travail avec l’étudiant africain était d’avoir une approche individuelle pour enseigner le russe, ce qui exigeait du pédagogue d’arriver à organiser le processus d’enseignement, le contenu du matériel à étudier, les méthodes d’enseignement de manière adéquate en fonction du niveau de préparation, des particularités et des possibilités individuelles, des capacités et des intérêts de tous les étudiants. Pour arriver à appliquer cette approche, on donnait des devoirs, des consultations individuelles. Et là les pédagogues eux-mêmes apportaient une aide inappréciable, désintéressée, aux étudiants africains, en travaillant de manière complémentaire avec eux, en dehors des salles de cours, souvent de leur propre initiative. En outre, les enseignants disposaient d’une quantité considérable de littérature didactique spécialisée, destinée à optimiser le processus d’enseignement et à faire en sorte que l’étudiant africain assimile avec succès les bases de la langue russe. Les manuels et ouvrages didactiques édités dans ces années-là sont utilisés avec succès même aujourd’hui ; leur qualité professionnelle reste élevée encore maintenant  et est largement utilisée dans la pratique du travail avec les étudiants étrangers.

Enfin, l’enseignant qui travaillait avec l’étudiant africain devait savoir établir un dialogue pour arriver à des résultats, inspirer confiance et respect ; il devait être capable de sentir l’état d’esprit de l’étudiant. Dans la formation et l’éducation, le fait que l’enseignant connaisse bien ses étudiants jouait un grand rôle. Par exemple, pour mieux connaître ses nouveaux élèves, le professeur pouvait leur proposer lors des premiers cours de parler de leur famille, de ce qui les intéressait, des difficultés auxquelles ils se heurtaient dans le processus de formation dans l’établissement d’enseignement supérieur en URSS. Le pédagogue ne devait pas seulement transmettre la matière à enseigner, mais il devait aussi prêter attention à l’état de santé et à l’état d’esprit des élèves. C’était cela, la spécificité du travail avec les étudiants africains. Et une telle relation suscitait, en règle générale, une réaction réciproque de leur part, de la sympathie pour le professeur, qui très souvent se transformait en intérêt pour la matière étudiée. Les personnes que nous avons interrogées, parmi les diplômés des établissements d’enseignement supérieur et des universités soviétiques des années 80 (à Tunis, au Maroc) parlent jusqu’à maintenant avec chaleur et amour de leurs premiers professeurs en URSS, de leurs efforts héroïques pour les aider de façon désintéressée dans la première période de leur formation : ils se rappelaient facilement leurs noms, les épisodes vécus ensemble.

On sait que la langue du pays d’accueil s’assimile surtout au niveau de la communication verbale, dans les contacts quotidiens avec les porteurs de celle-ci. L’adaptation de l’étudiant africain à la langue russe se passait nettement mieux s’il participait à la vie estudiantine et culturelle de son établissement, s’il avait des contacts avec la population. La nécessité de pratiquer tous les jours la langue oralement, le fait qu’il n’y avait souvent pas d’alternative dans la communication poussaient inévitablement l’étudiant à assimiler les tournures de la langue courante et à retenir de nouveaux mots. Les compatriotes des « étudiants petits nouveaux » aidaient ceux-ci à s’adapter en douceur au discours oral en russe, surtout lors de manifestations internationalistes organisées en commun, par exemple les journées de la culture nationale.

Cependant, entre eux les étudiants africains, surtout dans les premiers temps de leur adaptation, préféraient parler dans leur langue maternelle (surtout lors de réunions entre compatriotes, et ce n’était pas la langue de la métropole, mais la langue maternelle africaine ou un dialecte) et c’est avec une certaine difficulté qu’ils entraient en contact avec ceux qui ne parlaient pas leur langue maternelle.

Pourtant, dans l’ensemble, les étudiants africains, en règle générale, possédaient assez bien la langue russe à l’oral, dès la deuxième ou troisième année. Et la plupart d’entre eux n’avaient pas seulement une connaissance grammaticale de la langue, ils assimilaient aussi facilement les mimiques, la tonalité du discours, la gestuelle propres aux citoyens russophones (ce qui pouvait parfois compenser leurs lacunes en grammaire. Pratiquement tous les agents de leur socialisation sociolinguistique – les enseignants, l’administration des établissements et des soviets municipaux, les étudiants soviétiques, les chercheurs-africanistes – l’ont remarqué).

Les Africains qui avaient une forte motivation pour apprendre le russe à la perfection, qui voulaient qu’on les prenne pour des porteurs de la langue (les relations conjugales et familiales avec les représentants de l’autre culture langagière en étaient souvent la cause prépondérante), avaient recours à un enseignement spécial, complétant la communication informelle. Mais la plupart des étudiants étudiaient le russe en vue de leur préparation professionnelle, car la connaissance du russe au départ et même les cours intensifs dans les facultés préparatoires n’étaient pas suffisants pour bien assimiler l’enseignement prodigué.  Généralement, la langue du pays accueillant l’étranger est surtout assimilée au niveau de la communication verbale, dans les contacts quotidiens avec les porteurs de celle-ci. Ainsi, le prétexte invoqué par les femmes pour faire connaissance avec leurs futurs maris était souvent la nécessité d’aider ceux-ci à étudier le russe. Dans l’ouvrage de l’auteur « Les Afro-russes. Mariage. Famille. Destin », un chapitre entier est consacré à cette question. Les femmes interviewées disaient aussi qu’elles ne voulaient pas seulement aider leur futur mari à apprendre le russe, mais qu’elles aspiraient aussi à recevoir de lui, en retour, les connaissances nécessaires en français, anglais ou portugais. Et, bien sûr, il ne faut pas oublier le rôle important du milieu étudiant soviétique lui-même, qui, avec les différentes formes de communication avec la jeunesse étudiante en dehors des cours, aidait beaucoup les étudiants africains à apprendre la langue russe.

 

Bibliographie

Dmitrieva, I.V., La coopération des pays africains dans le domaine de la formation et de la préparation des cadres. La formation dans les pays d’Afrique dans les années 80, Moscou, 1988, p. 128-157.

Kirko, V.M., « Tentative d’examen sociologique concret de la jeunesse étudiante africaine de Rostov-sur-le-Don, à l’Institut d’État de médecine (avril 1971) », Problemy Afriki (Voprosy sotsiologii-Questions de sociologie, N°1), Bulletin spécial N° 12 (62), Moscou, 1973 (à usage interne).

Kirko, V.M., Les problèmes du travail idéologique parmi les étudiants africains en URSS. Partie 1., Moscou, 1976, p. 5-50 (à usage interne).

Krylova, N.L., Tchertkov, V.L., « Origine sociale et objectifs des étudiants d’Afrique tropicale », Questions de sociologie dans les études sur l’Afrique en URSS, N° 6, Moscou, 1982, p. 7-29 (à usage interne).

Krylova, N.L., Les étudiants et la société en Afrique Tropicale, Moscou, Nauka, 1992.

Krylova, N.L., Les Afro-russes : mariage, famille, destin, M., ROSSPEN, 2006.

Krylova, N.L., Archives personnelles. Fonds non inventorié.

« Matériaux pour rendre compte de l’activité de l’Union des Sociétés soviétiques d’amitié et de relation culturelle avec les pays étrangers », Moscou, mars 1987 (à usage interne).

« Matériaux du XXVIIe Congrès du PCUS », Moscou, Politizdat, 1986, p. 174-175.

Ambassade d’URSS en République populaire du Congo. Brazzaville. Note « Sur l’étude de la langue russe par les diplômés des établissements d’enseignement soviétiques et par les enfants des citoyennes soviétiques vivant en permanence en République populaire du Congo », en date du 30 août 1988.

Voz ‘mitel’, A.A., « Étude de l’efficacité du travail de propagande au moyen de cours », Problemy Afriki, Bulletin spécial N°6 (71). Moscou, 1974, p. 37-46 (à usage interne).

Zatsarenskiï, V.I., « Étude sociologique des nouveaux contingents d’étudiants africains en URSS », Questions de sociologie dans les recherches sur l’Afrique en URSS N° 6. Moscou, 1982, p. 40-54 (à usage interne).


[1]            L’étude a été réalisée avec le soutien du RGNF. Projet № 13-21-08001 « Étudiants africains en URSS : la mobilité post-universitaire et le développement de la carrière ».

[2]            Plus tard, après la dislocation de l’URSS (à partir de 1993), beaucoup de ces centres ont disparu, parce qu’ils n’avaient pas les moyens de louer des locaux. Actuellement, des Centres pour la science et la culture russes et leurs représentations existent en Égypte (au Caire et à Alexandrie), en Tunisie (Tunis), au Maroc (Rabat), en Éthiopie (Addis-Abeba), au Congo (Brazzaville), en Tanzanie (Ar-es-Salam), en Zambie (Lusaka), en République d’Afrique du Sud (représentations de ROSSOTRUDNICHESTVA près l’Ambassade de la Fédération de Russie).

[3]                 Les données sur la répartition des étudiants selon la catégorie de leur activité avant leur arrivée en URSS (sondages effectués à l’Institut d’État de médecine à Rostov-sur- le-Don en 1971), se répartissaient de la manière suivante : personnes employées dans les transports, les services, les entreprises d’État : 19,50 % (poids spécifique du choix naturel) ; personnes employées dans une entreprise privée ou dans l’agriculture : 28,50 % ; étudiants : dans des établissements d’enseignement supérieur :15 % ; dans des écoles publiques d’enseignement général ou des écoles professionnelles : 28 % ; dans des écoles de missions ou des écoles privées : 6 %. En même temps, l’indice « Note moyenne du taux de réussite des étudiants africains sachant et ne sachant pas le russe en arrivant à l’Institut d’État de médecine à Rostov-sur-le-Don (en faculté préparatoire), montre une très faible différence dans le taux de réussite entre les deux groupes d’étudiants africains. Par exemple, pour les étudiants nigériens, elle représentait respectivement 4,0 et 3,8 ; pour les étudiants ougandais, éthiopiens, marocains, mauritaniens, rwandais, 4,3 et 4,2. Au total, pour la faculté préparatoire de l’Institut d’État de médecine à Rostov-sur-le-Don, les différences représentaient respectivement 4,3 et 3,8.

[4]            Par exemple, la faculté préparatoire de l’Institut automobile de Moscou est la plus ancienne en Russie, créée en octobre 1960, après celle de l’Université d’État de Moscou Lomonossov. De 1960 jusqu’à nos jours, plus de 13 000 citoyens étrangers y ont reçu une formation. Les premiers étudiants étrangers sont arrivés à l’Université d’État du Kouban en 1948, et en 1953 ils ont reçu leur diplôme d’ingénieur. En 60 ans dans cet établissement furent formés des citoyens de 60 pays du monde, dont l’Algérie, l’Angola, l’Afghanistan, le Bangladesh, le Bénin, le Vietnam, le Ghana, l’Inde, la Jordanie, le Cameroun, la Chine, le Congo, le Liban, le Laos, la Mongolie, le Nigeria, le Soudan, la Syrie, la Turquie, le Tchad, l’Éthiopie, et d’autres. Tous les étudiants étrangers qui y ont étudié jusqu’aux années 90 arrivaient soit par la voie étatique, soit sur invitation de différentes organisations de la société civile. La fac préparatoire de l’Université nationale de Kiev Taras Chevtchenko a commencé son activité en 1920, lorsque fut créée une section préparatoire de la faculté des ouvriers. En 1960 s’ouvrit une faculté préparatoire pour les citoyens étrangers, en 1969, une section préparatoire pour les citoyens ukrainiens. En 1997, ces deux structures furent réunies en faculté préparatoire. La faculté préparatoire de l’Université d’État de médecine de Rostov-sur-le-Don fut créée en 1966. Durant toutes ces années, la faculté prépara plus de 11 000 étudiants de 102 pays. En 1991, sur décision du ministère de la Santé de la Fédération de Russie, la faculté préparatoire de l’Université d’État de médecine de Rostov-sur-le-Don fut désignée comme la principale, fondamentale pour l’étape de préparation préalable des étudiants étrangers voulant étudier dans les établissements supérieurs de médecine en Russie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.