LABACHE Lucette

Parcours migratoires des Réunionnais formés dans les pays de l’Est

Lucette LABACHE

C’est dans le contexte inédit de la mise en place de la départementalisation à l’île de La Réunion, qu’apparaît le projet de coopération avec les pays de l’Est. Dans une période de mécontentement généralisé, la création du Parti Communiste de la Réunion (PCR), en 1959, bénéficie immédiatement d’un large soutien populaire. Son leader, Paul Vergès (né en 1926, actuel doyen du Sénat), se lance dans un combat contre la politique coloniale française dans l’île et prône une « voie réunionnaise ». Il refuse d’utiliser le terme de « Métropole » pour parler de « La France » qu’il considère comme une nation de tutelle. Tout comme il récuse la notion de « département » au profit de celui de « pays » qui a droit à sa souveraineté. Pour atteindre cet objectif, le PCR se positionne en faveur d’un changement institutionnel de l’île, revendique l’autonomie, puis l’indépendance. Dans sa contestation du colonialisme, le PCR va s’opposer à la filière de l’enseignement supérieur qui s’effectuait en Métropole et créer une filière de formation vers les pays de l’Est pour envoyer des Réunionnais suivre un cursus dans les « pays frères ».

Depuis le début des années 60 jusqu’au milieu des années 80, des centaines de Réunionnais ont connu l’expérience d’un séjour dans les pays de l’Est soit pour une formation supérieure de plusieurs années, soit pour un stage de quelques mois ou une rapide « visite d’amitié et de solidarité ».

À partir d’entretiens menés en janvier 2012, puis en août et en septembre 2013 à l’île de la Réunion, de rencontres informelles à Paris avec des anciens de l’ex-bloc-soviétique, des échanges par mails ou sur Skype avec ceux installés à l’étranger, l’objectif de cette communication est de présenter des résultats partiels relatifs au parcours migratoire des témoins, en prenant en compte leurs motivations pour partir, l’insertion dans les pays d’accueil, leurs trajectoires sociales et leur devenir à l’issue de leur formation. Notre échantillon est très hétérogène : nous avons interviewé des profils très différents, tels que des leaders du Parti communiste ou des organisations satellites, migrants Réunionnais en métropole, syndicalistes, militants communistes. Pour des raisons d’homogénéité dans l’analyse, nous nous focaliserons plus particulièrement sur l’échantillon des étudiants partis pour un cursus dans l’enseignement supérieur.

De la colonisation à la départementalisation

Depuis la prise de possession de l’île, hormis une brève période d’occupation par les Anglais (1810-1815), les relations ont été fusionnelles entre la colonie et sa métropole. Tout au long de son histoire, La Réunion a calqué son organisation politique, administrative, juridique, scolaire sur celle de la Métropole. Les différentes mesures politiques prises pour la colonie vont dans le sens d’un renforcement des relations entre les deux entités. À partir du début du XIXe siècle des « lois spéciales » votées spécifiquement pour les « quatre vieilles colonies » (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion) les distinguent des autres possessions de l’empire colonial français et les confirment comme le prolongement de la patrie.

À la fin du XIXe siècle, La Réunion n’était plus une colonie prospère et, de ce fait, ne représentait plus un grand intérêt pour la France qui porte alors son attention sur les immenses potentialités de Madagascar. Quasiment abandonnée, l’île traverse plusieurs crises tant économique, sociale que sanitaire. La population, en dehors des « Gros Blancs » qui représentent les nantis de la société réunionnaise, vit dans un état de misère déplorable. Les gouverneurs d’alors pensaient à « sauver l’île » en la dotant d’institutions modernes qui la feraient sortir de l’optique de la colonisation. Aussi, pour l’historien Schérer (1980 : 97) « parmi toutes les solutions possibles pour accomplir cette tâche gigantesque, la transformation de l’île en département apparaissait comme historiquement la plus logique ».

Dans les années qui précèdent la deuxième guerre mondiale, au moment même où le processus de décolonisation s’amorce dans plusieurs pays de l’empire colonial français, où les îles Maurice et Madagascar entrent dans une phase de pré-accession à l’autonomie, les souhaits des Réunionnais portent sur une modification du statut juridique de leur île et souhaitent sa transformation en département.

À cette époque, deux sociétés s’opposent radicalement dans la colonie. Une oligarchie représentée par la bourgeoisie blanche, les « Gros Blancs », domine le monde de la politique, de la justice, des affaires économiques et de l’administration. Elle se montre hostile à la départementalisation car d’une part, le maintien de ses privilèges était en cause et d’un autre côté, parce que le nouveau statut juridique, par les possibilités nouvelles qu’il offrirait à toute la population allait modifier, sinon bouleverser un ordre jusque-là bien établi. Face à cette classe possédante, une masse défavorisée avait commencé à se dynamiser avec l’arrivée au pouvoir, en 1936, du Front Populaire. Elle s’organisait pour entamer une lutte pour ses droits. Les luttes ouvrières parviennent à regrouper de plus en plus de personnes au sein de syndicats qui se donnent pour revendication la réduction du temps de travail, la mensualisation des salaires et les quinze jours de congés payés.

À côté de cette organisation pour une reconnaissance des droits, les luttes syndicales prennent une autre dimension avec l’apparition de nouvelles revendications. Dès 1936, les slogans « La Réunion, département français » apparaissent sur les banderoles lors des manifestations syndicales. L’historien Prosper Eve note que « lors d’une manifestation pour la paix le 11 novembre 1936 dans les rues de Saint-Denis, la première banderole porte l’inscription Fédération Réunionnaise du Travail – Réunion Département Français. Pour les leaders de la FRT, l’amélioration des conditions de vie des travailleurs durement frappés par la misère, le paludisme, passe par le resserrement des liens avec la Métropole et par l’accession de l’île au statut de département ». (Eve, 1991 : 56).

Un mouvement, l’Union Départementaliste, se crée au sein de cette masse et regroupe principalement des petits planteurs, des ouvriers, des dockers, des cheminots. En 1945, le CRADS – Comité Républicain d’Action Démocratique et Sociale – avec à sa tête Raymond Vergès, est fondé pour représenter les forces populaires auxquelles sont venues se joindre les classes moyennes (Chaudenson, 2007).

Au cours de cette même période, les communistes conquièrent la plus grande partie des municipalités. Par l’intermédiaire des appareils municipaux, la revendication pour la départementalisation, dont les thèmes majeurs sont la lutte contre les inégalités sociales et la similitude d’identité entre La Réunion et la Métropole, gagne très vite le soutien de la population. Aux élections législatives (1946), le mouvement départementaliste obtient la majorité des sièges. À l’Assemblée Nationale, les représentants de la gauche des colonies de la Martinique, de la Guadeloupe et de La Réunion se regroupent autour de la revendication de la départementalisation.

La loi n° 46-451, votée à l’unanimité le 19 mars 1946, transformait La Réunion ainsi que la Martinique, la Guadeloupe et la Guyane en département français d’outre-mer – DOM –. Cette nouvelle loi stipulait que :

  • Article 1 : Les colonies de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion et de la Guyane sont érigées en département français.
  • Article 2 : Les lois et décrets actuellement en vigueur dans la France métropolitaine et qui ne sont pas encore appliquées à ces colonies feront, avant le 1er janvier 1947, l’objet de décrets d’application à ces nouveaux départements.
  • Article 3 : Dès promulgation de la présente loi, les nouvelles lois applicables à la Métropole, le seront dans ces départements, sur mention expresse insérée aux textes.

(Notons que certaines lois attendront plusieurs décennies avant d’être appliquées à La Réunion.)

Une nouvelle voie calquée sur le modèle marxiste

Le changement statutaire est accueilli avec une liesse populaire. Cependant, la population qui attendait la mise en place rapide d’une politique de développement social et économique a vite été déçue par l’inertie de la Métropole, occupée à ce moment-là par les travaux de reconstruction et le règlement de la question de l’indépendance de ses colonies.

Le PCR prend alors acte de cet abandon du nouveau département d’outre-mer par la Métropole et lance le processus de la contre-dépendance (Mazrui, 1972) en fustigeant le néocolonialisme instauré par la départementalisation (Labache, 2002). L’adhésion populaire aux thèses marxistes devient une menace pour l’État qui réagit aux revendications sécessionnistes. Le combat contre le Parti Communiste Réunionnais est incarné principalement par un homme, Michel Debré (1912-1996), qui pour affaiblir l’idéologie de la contre-dépendance s’empresse d’accentuer la politique d’assimilation (Gauvin, 1996). Pour contrôler la jeunesse et éviter l’explosion sociale, arme politique brandie par le PCR, Michel Debré, alors premier ministre, crée le BUMIDOM (Bureau pour le Développement des Migrations de l’Outre-mer) chargé d’organiser le départ de milliers de travailleurs originaires des DOM vers la Métropole. Une autre mesure est prise à travers « l’ordonnance Debré » qui expulse de La Réunion vers la Métropole une douzaine d’autonomistes ou indépendantistes. Enfin, Michel Debré défie Paul Vergès sur son propre terrain en devenant député de La Réunion et se fera réélire à ce poste pendant 25 ans (Debré, 1988).

Dans ce contexte du combat contre le colonialisme, le PCR crée une filière politique de formation dans les pays de l’Est. Gilles Gauvin (2000 : 79) analyse cette période en argumentant que « revendiquant face au PCF une ‟voie réunionnaise”, le PCR ne peut cependant pas être étudié hors de l’Internationale Communiste dont il a défendu sans cesse une ‟application concrète”. Les nombreux voyages dans les pays communistes ou les études des Réunionnais à Moscou payées par l’URSS ne sont pour le PCR que l’affirmation d’une solidarité internationale ».

Cet acte de résistance politique visait la formation d’une nouvelle idéologie avec l’immersion de l’élite du futur État autonome dans des pays à culture marxiste, l’affaiblissement de l’influence française dans l’île, l’affranchissement de la nation de tutelle pour la formation des cadres et l’émergence du complexe de contre-dépendance au sein de la population (Vergès, 1993). Dans sa volonté de changement, le PCR s’appuie aussi sur un puissant média, le journal Témoignages qui relaie l’idéologie des pays de l’Est, avec par exemple la publication des articles de La Pravda, et fait aussi la promotion des Réunionnais formés dans le bloc soviétique à travers les chroniques que ces derniers écrivent.

Les étudiants

Les étudiants qui partaient pour la formation initiale étaient de jeunes Réunionnais, souvent issus des « masses les plus exploitées », et appartenant aux groupes ethno-culturels les plus défavorisés (Labache, 1999). Ils étaient dirigés vers les pays du bloc soviétique, majoritairement vers la RDA, la Roumanie et l’URSS, et certains d’entre eux ont séjourné en Hongrie ou en Ukraine. Par contre, les étudiants en médecine étaient orientés vers Cuba pour leur formation. Selon les entretiens exploratoires que nous avons effectués, les premiers étudiants réunionnais arrivent en URSS en 1964. Ces étudiants s’engageaient pour un long séjour dans les pays de l’Est puisqu’il s’agissait de cursus qui s’étalaient sur plusieurs années.

Ces étudiants (eux-mêmes ou les membres de leur famille) évoluaient tous dans la mouvance du PCR ou dans les organisations satellites affiliées à ce parti politique (extraits d’entretien ci-dessous). Citons les cinq satellites qui vont adhérer massivement au projet de formation des Réunionnais dans les pays de l’Est.

Avant même la création du PCR, l’Union des Femmes Réunionnaises (UFR) est créée en 1958 et revendique ouvertement l’autonomie pour l’île.

L’Organisation Démocratique de la Jeunesse Réunionnaise (ODJR) naît en juillet 1960 avec comme but de sensibiliser la jeunesse, de former les futurs cadres et de représenter l’île au sein de de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique. Son premier responsable est Elie Hoarau, homme de confiance de Paul Vergès et membre influent du PCR.

En 1967, l’ODJR est remplacée par le Front de la Jeunesse Autonomiste de La Réunion (FJAR) qui milite pour la reconnaissance d’un « pouvoir réunionnais et l’affirmation de l’entité réunionnaise ».  Elle a été dirigée pendant longtemps par Ary Yee Chong Tchi Kan. Ce FJAR regroupe des jeunes qui adhèrent à l’idéologie de la « jeunesse rebelle », c’est-à-dire qui s’engagent à lutter contre la « répression coloniale ».

Des dissidents du FJAR fondent le mouvement Jeunesse Marxiste de La Réunion, se dotent d’un journal éponyme et prennent position pour l’indépendance de l’île (Chane-Kune, 1996 : 288). Ses responsables prônent aussi un rapprochement avec les pays de l’Est et militent pour la formation des jeunes dans le bloc soviétique.

En 1968, la section locale de la CGT se transforme en Confédération Générale des Travailleurs Réunionnais (CGTR). Ce mouvement syndical va lui aussi soutenir la formation de plusieurs de ses cadres dans le bloc soviétique.

Présentation des étudiants

Jean, Jacques, Pierre et Alain sont partis étudier dans les pays de l’Est. Les trois premiers sont des pionniers qui ont utilisé le dispositif de la filière migratoire mis en place par le PCR dès les années 60, tandis qu’Alain fait partie du groupe des derniers départs. Ces quatre témoins qui reconnaissent les mérites d’une formation de qualité acquise à l’Est, ont connu des parcours très contrastés à l’issue de leurs études : retour à La Réunion ou au contraire nouvelle circulation nationale ou internationale, tentative de reconversion professionnelle, essai de capitalisation des acquis, fidélité au Parti Communiste Réunionnais ou au contraire prise de distance critique, désillusions et amertume, tels sont les aléas qui ont marqué la vie de ces anciens étudiants.

Nous présentons ci-dessous les résultats des premières analyses.

Jean, né en 1945 à La Réunion (20 ans au moment du départ)

  • père : commerçant
  • mère : employée de mairie (accueil)
  • période d’étude : 1965-1973.

Il étudie la médecine pendant quatre ans à Moscou puis s’engage dans une spécialisation de deux ans à La Havane en médecine tropicale. Sa thèse porte sur le paludisme.

Il rentre à La Réunion en 1973. Il est confronté à la question de l’équivalence des diplômes.

En 1974, il essaie de s’installer à Bordeaux et subit un déclassement professionnel. Il est employé comme « infirmier occasionnel ». Il y reste pendant deux ans.

1977 : il s’installe au Salvador où il réside toujours. Il exerce comme médecin.

De 1998 à 2001 : il exerce à l’hôpital de Lubumbashi (République Démocratique du Congo), puis procède à une réorganisation des services, de l’enseignement et de la clinique.

2001 : retour au Salvador.

Actuellement, il vient une fois par an à La Réunion. Depuis les années 90, il a pris ses distances avec le PCR et les principaux responsables.

Jacques né à Paris en 1963 (19 ans au moment du départ)

  • père : enseignant (secondaire)
  • mère : secrétaire.
  • Son père (autonomiste) a été affecté en « France » de 1961 à 1972.

Départ en 1982 en RDA pour un cursus de quatre ans pour devenir cadre du renseignement. Il était destiné à s’occuper de la sécurité intérieure. Sa formation est entrecoupée de deux stages : l’un de six mois en Roumanie (Bucarest) et l’autre de huit mois à Moscou.

À son retour à La Réunion en 1986, il est employé comme directeur de service technique à la mairie de P. Puis de1996 à 1998, il devient directeur de cabinet à la mairie de P. Puis, il est nommé chargé de mission au Conseil Régional de La Réunion en 1998-2010. Depuis 2010 (défaite de Paul Vergès), il est directeur des services généraux à la mairie de S.

Pierre né en 1946 (20 ans au moment du départ)

  • père : formateur (maçonnerie; bâtiment) dans un CFA (Centre de formation et d’apprentissage)
  • mère : sans profession.

Il arrive à Moscou en 1966 et y fera tout son cursus. Après son doctorat en sciences économiques (thèse sur le développement autocentré), il rentre à La Réunion en 1974. Il travaille comme journaliste jusqu’en 1977, pour un quotidien communiste. Il part pour deux ans en Tanzanie comme consultant-formateur et contribuera à la mise en place du centre d’agronomie tropicale dans la ville de M (province du Tanganyka). Il retourne à La Réunion en 1979. Il participe activement à la rédaction du programme « Autonomie pour la Réunion » et sera chargé du volet économique. À son retour, il réintègre son poste de journaliste.

Il a participé à plusieurs « visites d’amitié » organisées par le PCR en Roumanie, en Bulgarie, en Ukraine, en URSS, en Pologne, au Soudan, en Angola, au Congo, au Mozambique.

Alain : né en 1960  à La Réunion (19 ans au moment du départ)

  • père : ouvrier
  • mère : assistante familiale (recueillait des enfants de l’ASE)

Il part en 1979 pour Moscou. Il effectue un cursus en langues appliquées pour devenir professeur de russe. Il rentre à la Réunion en 1984. Il est employé à la mairie de S. au service culturel. Dans un mensuel autonomiste, il consacre une page à l’enseignement du russe. En 1989, il passe un concours de la fonction publique territoriale. Il est affecté dans la région lyonnaise et travaille aux services des impôts (1989-1995), puis il s’installe en région parisienne (1995-1998). Il obtient sa mutation en 1998 pour La Réunion.

Des candidats au départ, proches du PCR

Pierre se souvient lorsque son père ou ses oncles « découvraient les notions d’exploitation, de l’oligarchie dominante, des rapports dominants-dominés, de l’exploitation de la France sur nous les Réunionnais » ou de leur retour des « meetings du PCR », rassemblements qui regroupaient des centaines de personnes : « Lorsqu’ils revenaient, ils faisaient une sorte de compte rendu au moment des repas ou lorsqu’il y avait des visites à la maison. C’était comme ça que les idées communistes se propageaient. Certains avaient pris leur carte du parti et bravaient ainsi le pouvoir ; d’autres n’ont pas franchi le pas, par peur certainement. »

Alain a été sensibilisé par sa mère qui était membre de l’Union des Femmes de La Réunion. « Elle disait toujours qu’il fallait que ça évolue, qu’il fallait relever la tête. Et une façon de dire non à la France c’était de partir vers l’URSS. C’est vrai que ma mère m’a influencé : elle disait que dans les régimes socialistes les femmes avaient du pouvoir, elles n’étaient pas exploitées. Elle-même était allée à plusieurs reprises dans les pays de l’Est pour des réunions ou des congrès. C’était un modèle politique qui me plaisait : c’est comme ça que je m’étais dit qu’il fallait que j’y aille. »

Jean a découvert le monde communiste à travers la presse. Il lisait quotidiennement Témoignages et se familiarisait ainsi avec l’idéologie des pays de l’Est. Ce futur étudiant en médecine se rappelle qu’au début des années 70 « Témoignages était le seul journal que je lisais. Il a participé à ma formation. Les injustices y étaient dénoncées et la proposition d’une nouvelle voie me plaisait. Entre les copains, on commentait les articles. C’était aussi un acte de rébellion pour moi, parce qu’à l’époque on était dénoncé au maire si on était communiste ou si on lisait Témoignages ». Rappelons qu’à l’époque les militants communistes subissaient des exactions comme le refus d’aide sociale lorsqu’ils en faisaient la demande auprès des municipalités ; on note aussi des cas où les enfants des communistes ne recevaient pas le baptême. Le Parti communiste provoquait la peur : crainte d’une déstabilisation institutionnelle par l’insurrection de la population (Eve, 1992).

La préparation idéologique

Il faut souligner que la période pré-migratoire était encadrée d’une préparation idéologique intensive. Les candidats au départ se retrouvaient accompagnés à travers les différentes rencontres organisées par les cellules du parti, mais surtout avec les leaders du PCR au siège de l’organisation politique ou encore lors de rencontres privées. Pierre relate qu’« on commentait les articles de La Pravda qui paraissaient dans Témoignages. On discutait des textes de base du marxisme. On était bien imprégné des idées de Lénine, Engels, Marx. On connaissait par cœur, mais à chaque discussion on découvrait quelque chose de nouveau. On parlait aussi de l’anticolonialisme. Les idées de Frantz Fanon, d’Albert Memmi, d’Aimé Césaire ou de Léopold Sédar Senghor nous passionnaient bien sûr. Et on voulait que ces idées arrivent chez le peuple ».

Alain, de son côté, a été plus marqué par les débats sur la naissance de l’État autonome et se projetait dans la constitution et l’organisation de cette nouvelle entité (Anderson, 2006). « On parlait de l’autonomie et on imaginait son fonctionnement : développement économique auto-centré, l’éducation, la coopération avec les pays de la zone de l’océan Indien surtout avec les îles Maurice et Madagascar… Chacun donnait sa vision des choses. On jetait les bases. »

Les raisons du choix des pays de l’Est

Les raisons du choix des pays de l’Est pour la formation reposent sur le désir de réparation d’un outrage, de distinction, ou sur la volonté de renforcer un sentiment nationaliste.

1 – Réparation d’un outrage

Il arrivait que des parents conscientisés sur les multiples violences politiques comme la colonisation ou l’esclavage qu’avait connues l’île, et dont certaines continuaient à se perpétuer – comme le néocolonialisme -, voulaient que leurs enfants accèdent à un autre modèle que celui proposé par la France. Pour eux, l’accession à la dignité consistait à renverser ce rapport de pouvoir. Jacques, ancien étudiant en RDA explique que « s’il y en avait un dans la famille qui pouvait aller à l’Est, cela provoquait un grand sentiment de fierté, pour la famille, les voisins et aussi tout le quartier. C’était quelque chose de géant. C’était comme une réparation pour tout le mal qui était fait au peuple réunionnais. C’était un honneur ! »

2 – Désir de distinction

Bénéficier d’une expérience originale devenait facteur de distinction, un capital accompagné d’une haute cotation symbolique. Alain raconte que « je voulais sortir du lot de ceux qui faisaient leurs études en France. Je voulais d’une expérience nouvelle, découvrir un pays et une culture que je ne connaissais pas. La France c’est du familier, c’est du déjà vu, déjà connu. Mais l’Union soviétique, ce n’était pas à la portée du premier venu. Et ceux qui étaient sélectionnés pour une bourse, ça ne courait pas les rues. C’était une fierté de dire que j’avais cette expérience. Ce n’était pas donné à tout le monde ».

3 – Renforcement d’un sentiment nationaliste

Partir en formation dans l’ancien bloc soviétique participait aussi au renforcement d’un sentiment nationaliste. Jacques mentionne que dans les réunions du parti, les étudiants étaient valorisés comme ceux qui « allaient fonder une nouvelle nation. Le pays allait reposer sur nous. C’était exaltant. C’était grandiose. C’était géant. » Il poursuit en se souvenant d’avoir intégré cette perspective comme une véritable mission qui lui avait été confiée « c’était très sérieux parce que nous devions faire partie des pères fondateurs. Et c’est justement ça, le fait de fonder un pays, où nous serions souverains, qui nous était inculqué. Le combat anticolonialiste nous motivait à fond. C’était ma raison de vivre que de voir ce nouveau pays. »

Expériences dans les Pays de l’Est

Des différentes expériences qui jalonnent le parcours d’adaptation, les anciens du bloc soviétique se souviennent de la rigueur du climat, de l’accueil à l’aéroport de la capitale du pays d’arrivée, de l’installation dans les cités d’étudiants, de l’apprentissage de la langue, des relations internationales, des relations affectives, du racisme. Cependant, trois points retiennent notre attention : la découverte d’une autre culture, la solidarité et la problématique identitaire.

1 – Découverte d’un autre modèle

Jacques à son arrivée en Allemagne démocratique découvre un « peuple fier de son pays, très attaché aux notions de travail et de progrès ». Pierre voit l’organisation de la société russe comme « très cadrée et ne laissant pas trop de place à l’improvisation », mais il a surtout été impressionné par la place des femmes et leur implication dans différentes sphères sociales : « Les femmes étaient plus en avance qu’en France. Je veux dire qu’elles avaient un haut niveau de formation et elles étaient cadres supérieurs. C’était normal dans les pays communistes ; alors que dans les années 70, si une femme arrivait à un poste de direction en France, c’était difficilement imaginable. Les gens en étaient encore à faire des efforts pour accepter un tel phénomène et on doutait de sa crédibilité. Ce que j’ai retenu et ce qui m’a le plus marqué, c’était la place des femmes. Elles étaient respectées lorsqu’elles dirigeaient une organisation. Pour moi, c’était vraiment un modèle qu’il fallait importer à La Réunion. »

2 – Solidarité et fraternité

La solidarité et la fraternité ont permis la constitution d’amitiés qui se sont poursuivies au-delà de la fin des études et du retour dans les pays d’origine. Alain s’extasie sur ces liens solides et les contacts se font de manière plus aisée avec les nouvelles technologies. Il raconte : « J’ai retrouvé plusieurs condisciples sur les réseaux sociaux et on s’appelle souvent sur Skype pour parler du bon vieux temps et aussi sur notre évolution. »

Le fait de fréquenter des condisciples, qui provenaient des pays nouvellement indépendants, agissait comme puissant facteur de stimulation pour ces étudiants réunionnais qui pouvaient aussi se projeter dans un devenir politique semblable : « On leur disait que bientôt nous allions les inviter pour la cérémonie de l’indépendance. À l’époque, on croyait vraiment que notre tour viendrait. »

3 – Questionnement identitaire

Bien souvent, les interlocuteurs des jeunes en formation dans les pays de l’Est n’avaient jamais ou très peu entendu parler de la Réunion. De ce fait, la localisation de l’île n’était pas aisée : « Ah bon, il y a une île française dans l’océan Indien ? » demandait-on aux Réunionnais (Guillebaud, 1976).

La diversité des phénotypes des Réunionnais rendait problématique leur identification à un groupe unifié et à l’annonce de leur origine, c’était l’étonnement qui prévalait : « Des Français noirs ou basanés, ça ne passait pas. C’était difficile à expliquer. On était assimilés à des Maghrébins, des Africains ou des Malgaches, ou à d’autres peuples mais certainement pas au peuple français. Cela chamboulait beaucoup de choses en nous et il faut dire aussi que cela nous motivait pour soutenir la demande d’indépendance de La Réunion. » De telles remarques obligeaient les jeunes à s’interroger sur leur histoire et leur appartenance (Glazer&Moynihan, 1975) : « J’ai découvert ma propre histoire non pas à l’école, mais dans des questions de ce genre. On est obligé de se questionner quand on doute que vous êtes Français. J’ai dû remettre en question l’histoire officielle apprise à l’école. Il y avait toute une partie qui m’avait échappée. J’ai appris l’histoire de mes ancêtres, mes liens avec l’Asie, l’Afrique, Madagascar, en Union soviétique. C’était vraiment incroyable. J’ai découvert une proximité avec les étudiants qui venaient de ces continents. Ils étaient aussi des modèles parce que leurs pays étaient déjà indépendants. »

Leur statut juridique de Français originaire d’un département d’outre-mer provoquait de la perplexité et des interlocuteurs recherchaient des détails sur le fonctionnement politique d’une telle entité en demandant : « Comment fonctionne ce département d’outre-mer : y a-t-il un gouverneur, un gouvernement local ? Comment se fait-il que vous ne puissiez pas prendre de décisions pour vous-mêmes ? C’est étrange parce qu’il y a un continent (l’Afrique) qui sépare votre île du lieu du pouvoir central. »

Cependant d’autres propos tendancieux, comme des remarques sarcastiques, ont occasionné des blessures narcissiques ou des sentiments d’humiliation : « Ah, vous êtes encore colonisés. Les Français sont vos maîtres donc vous, les Réunionnais, êtes des incapables ? Il faut arrêter d’être les jouets des colonialistes. C’est pour quand l’indépendance ?… Quand j’entendais des propos comme ça, c’est sûr que c’était blessant » reconnaît cet ancien du bloc soviétique.

La projection dans une utopie socialiste

Toutefois, malgré les difficultés inhérentes à l’adaptation, une puissante motivation poussait les étudiants vers la réussite : la fondation d’un nouvel État. « Je me devais de réussir car je devais reconnaissance aux personnes qui m’ont aidé à partir, au Parti communiste et surtout avant de partir, ils (les leaders communistes) nous ont dit qu’ils comptaient sur nous. Il fallait des cadres pour porter l’indépendance de La Réunion. Il fallait que nous soyons bien formés pour conduire les affaires du pays » dit Pierre. Alain abonde dans le même sens « c’était dur mais c’était exaltant parce qu’il y avait un enjeu politique. Il fallait construire une nouvelle nation. Ce que des pays ont mis plusieurs décennies à faire, nous Réunionnais pouvions le faire en quelques années. Je mettais les bouchées doubles dans les difficultés parce que je ne pouvais pas échouer. Je voyais déjà La Réunion autonome avec un régime socialiste. J’avais un projet de société socialiste. C’est pour cela que j’étais parti et c’était aussi pour cela que je voulais retourner au pays pour poser, avec d’autres, les cadres de l’indépendance ».

Devenir et désillusions

Ces anciens de l’ex-bloc soviétique, une fois de retour au pays, ont été confrontés à la question de la validité de leurs diplômes. Beaucoup d’entre eux n’ont pas pu exercer dans leur domaine de compétences et ont été employés par les collectivités locales, essentiellement les mairies communistes. D’autres, notamment des médecins, se sont engagés dans une nouvelle circulation : la migration professionnelle vers des pays d’Amérique latine.

Cependant, si tous éprouvent une grande fierté pour avoir étudié dans les pays de l’Est, quelques-uns ne peuvent s’empêcher d’évoquer leurs désillusions. Pierre exprime son amertume de la manière suivante : « On y croyait vraiment dans les années 70. On avait l’exemple concret de notre voisine, l’île Maurice, devenir indépendante. J’ai participé à la rédaction du programme Autonomie pour La Réunion (1980). Je croyais vraiment que cela allait arriver. Puis, quand j’ai vu avec l’élection de François Mitterrand le renforcement de la politique d’assimilation, j’ai eu comme un choc. Je me suis dit : c’est fichu. J’avais vécu pendant des années avec des illusions. » Si les étudiants s’étaient expatriés durant leur formation pour préparer l’avènement d’un État autonome, cet espoir a pris fin en 1986. Car cette date de l’obtention de l’égalité sociale entre La Réunion et la Métropole marque l’arrêt de la filière de formation vers les pays de l’Est pour les Réunionnais, et signe aussi la fin des illusions de voir La Réunion devenir un État autonome.

Bibliographie

Anderson, Benedict, Imagined communities. Reflections on the origin and spread of nationalism, London, New York, Verso, 2006.

Chane-Kune, Sonia, La Réunion n’est plus une île, Paris, L’Harmattan, 1996.

Chaudenson, Robert, Vergès, père, frères et fils. Une saga réunionnaise, Paris, L’Harmattan, 2007.

Confiant, Raphaël, Aimé Césaire. Une traversée paradoxale du siècle, Paris, Écriture, 1994.

Croisier, Brigitte, Paul Vergès. Du rêve à l’action, Saint-Denis de La Réunion, Océan Éditions, 2008.

Debré, Michel, Trois républiques pour une France. Mémoires, Paris, Albin Michel, 1988.

Dodille, Norbert, Revues réunionnaises des années soixante-dix. Http://www.reading.ac.uk.

Eve, Prosper, Île à peur, Saint-Denis de La Réunion, Océan Éditions, 1992.

Eve, Prosper, Tableau du syndicalisme à La Réunion de 1912 à 1968, Saint Denis, Éditions du CNH, 1991.

Gauvin, Gilles, Michel Debré et l’île de La Réunion (1959-1967), Paris, L’Harmattan, 1996.

Gauvin, Gilles, « Le parti communiste de La Réunion 1946-2000 », Persée, 2000, vol.68, n° 68, p. 73-94.

Glazer, Nathan et Moynihan, Daniel-Patrick, Ethnicity. Theory and Experience. New York, Harvard University Press, 1975.

Glissant, Edouard, Le discours antillais, Paris, Folio, 1997.

Guillebaud, Jean-Claude, Les confettis de l’empire, Paris, Seuil, 1976.

Jean-Pierre, Thierry, Vergès, Jacques et Vergès, Paul, Vergès et Vergès de l’autre côté du miroir, Paris, Éditions Lattès, 2000.

Labache, Lucette, Médéa, Laurent et Vergès, Françoise, dir. Identité et société réunionnaise, Nouvelles perspectives et nouvelles approches, Paris, Karthala, 2005.

Labache, Lucette, « Les élites de La Réunion et la question de la préférence régionale » in Gheorghiu, Mihaï Dinu, La mobilité des élites. Reconversion et circulation internationale, Iasi, Editura Universitàtii Alexandru Ioan Cuza, 2012.

Labache, Lucette, « Approche d’une situation de néocolonialisme. La problématique Zoreils-Créoles à La Réunion », L’autre, Cliniques, cultures et société, 2002, vol 3, n°3, p. 519-532.

Labache, Lucette, « Les relations interethniques à La Réunion », Cahiers de Sociologie Économique et Culturelle. Ethnopsychologie, 1999, (31), p. 101-15.

Maestri, Edmond, La Réunion, département : regards sur La Réunion contemporaine, Paris, L’Harmattan, 1996.

Mannoni, Octave, Psychologie de la colonisation, Paris, Seuil, 1950.

Mazrui, Ali, « Techniques éducatives et problème d’identité dans les sociétés plurales. » Revue internationale de Sciences Sociales, 1972, vol 1, p. 159-178.

Médéa, Laurent, « La construction identitaire dans la société réunionnaise » Le Journal des Antropologues, vol 92-93, p. 261-281.

Memmi, Albert, La dépendance, Paris, Gallimard, 1981.

Memmi, Albert, Portrait du colonisé, Payot, 1979.

Raveau, François, « Ethnicité, migrations et minorités », L’éducation multiculturelle, Paris, CERI/OCDE, 1987, p. 106-128.

Samuel, Patrick, Vie et œuvre de Michel Debré, Paris, Éditions Arnaud Franel, 2000.

Schérer, André, La Réunion, Paris, PUF, 1980.

Vergès, Paul, D’une île au monde, Paris, L’Harmattan, 1993.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.