LABDELAOUI Hocine

Natacha et les autres dans la société algérienne

Intégration des épouses étrangères de diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique

Hocine LABDELAOUI

Professeur de sociologie, université Alger 2/ Laboratoire de changement social (LCS) /
Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD)

Introduction

Avec l’évolution de l’émigration algérienne vers l’Europe, en particulier après l’indépendance de l’Algérie, les mariages entre Algériens et étrangers ont évolué en suivant l’élargissement du champ du marché matrimonial offert par les nouvelles destinations des migrants algériens. Ils concernent également de nouveaux acteurs de l’émigration. Devenus un outil de reproduction de la démographie de l’émigration algérienne, ces mariages touchent désormais toutes les catégories de migrants, tant les travailleurs sans qualification que les cadres, tant les hommes que les femmes. Ils ne se concentrent plus en France, mais s’étendent à d’autres pays d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie.

Organisée pour faire face au déficit en cadres nécessaires au développement économique et social du pays au lendemain de l’indépendance, la formation des étudiants et diplômés algériens à l’étranger est l’un des facteurs de cette évolution des mariages entre Algériens et étrangers. Envoyés pour poursuivre leurs études et leur formation à l’étranger, une partie de ces étudiants et stagiaires terminent leur cursus de formation par le mariage avec des femmes originaires des pays de leurs études. C’est le cas de ceux envoyés dans les universités et établissements des pays de l’ex-bloc soviétique. Même si  certains ont préféré rester dans le pays d’étude ou tenter leur chance dans un autre pays, beaucoup sont rentrés en Algérie, accompagnés de leur épouse.

L’étude de cette dernière catégorie de mariages mixtes revêt une double importance. D’une part, ces mariages constituent désormais une nouvelle catégorie de mariages mixtes en Algérie et il serait difficile de faire l’économie de leur étude. D’autre part, ils posent non seulement une problématique d’intégration des conjoints étrangers dans la société algérienne, mais également celle de la gestion des difficultés d’adaptation dans la construction des projets d’intégration et d’assimilation. En effet, il ressort de nos recherches exploratoires sur cette question que l’intégration dans la société algérienne des épouses étrangères des diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique se pose en termes assez particuliers. Les difficultés d’adaptation dans cette société ne constituent pas un facteur de non-intégration, mais elles sont gérées rationnellement pour construire un projet d’intégration dans un contexte marqué par le poids d’une doctrine d’assimilation des étrangers souhaitant reconvertir le statut d’étranger résident en statut d’étranger installé[1]. C’est ainsi que nous avons relevé à partir de l’analyse des premiers entretiens réalisés pour les besoins de cette étude, que les épouses des diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique gèrent les difficultés qu’elles rencontrent à leur arrivée en Algérie pour construire des projets d’intégration. On passe ainsi d’une intégration forcée à une intégration construite, processus qui s’explique par la place du mariage dans les projets de vie de ces épouses.

Pour analyser ce processus de reconversion des difficultés d’adaptation en stratégie d’intégration, nous avons enquêté par entretiens semi-directifs auprès de quatre épouses d’origine russe, deux épouses d’origine ukrainienne, deux épouses d’origine hongroise, une épouse d’origine uzbek et une épouse d’origine serbe. Ces épouses ont été identifiées pour participer à cette enquête par la méthode de boule de neige.

Les mariages mixtes : un projet culturel

À la différence des mariages et unions mixtes entre Algériens et femmes originaires de pays de l’émigration traditionnelle des Algériens, comme la France, les mariages avec des femmes des pays de formation interviennent dans un contexte interculturel créé par un rapprochement idéologique et non par un passé historique et culturel commun. Ils ne sont pas conclus à partir d’une histoire commune aux deux pays, mais ils se sont noués dans un contexte social créé par la coopération mise en place pour une large part par un rapprochement idéologique. C’est dans le cadre de ce rapprochement, pendant la période de la lutte de libération nationale, que l’expérience des étudiants et stagiaires algériens a commencé. Profitant du soutien des pays du bloc soviétique à la lutte du peuple algérien, les responsables de la révolution algérienne ont envoyé des étudiants pour suivre leur formation supérieure dans les universités de ces pays, pour les préparer à prendre en charge le développement de l’Algérie après l’indépendance. Les statistiques disponibles, aussi approximatives soient-elles, révèlent que le contingent des étudiants envoyés dans les pays socialistes de l’époque avait la même importance numérique que celui envoyé dans les pays européens et en Amérique.

Tableau n° 1 : Répartition des étudiants algériens formés à l’étranger en 1960-1961 par groupe de pays :

Groupe de pays Effectifs
Pays arabes 1369
Pays européens et d’Amérique 268
Pays socialistes 244
Total 1881

Source : Statistiques du Gouvernement provisoire de l’Algérie, citées par Hallal Amar, 2004, L’activité des étudiants algériens au cours de la révolution de 1954  (en arabe), Alger, Editions Laphomic, p. 89.

 

Au cours de l’année universitaire 1960-1961, les flux des étudiants algériens envoyés vers les universités des pays de l’ex-bloc soviétique enregistrent déjà un niveau relativement élevé. Ils représentent 12,97 % du total des étudiants envoyés à l’étranger par le gouvernement provisoire algérien. Ce taux est légèrement inférieur au taux des étudiants envoyés dans les pays d’Europe et d’Amérique. Il est très inférieur au taux des étudiants envoyés dans les pays arabes qui est estimé à 72,78 %.

Ces flux ont pris ensuite davantage d’ampleur après l’indépendance de l’Algérie et plus particulièrement au cours des années 1970 et 1980. Profitant de la consolidation des relations avec les pays du bloc soviétique, le gouvernement algérien a mis en place une politique de formation des cadres militaires et civils dans les universités de ces pays. Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres pour cette période. Les données recueillies sur l’évolution des effectifs d’étudiants envoyés vers ces pays, à partir de l’éclatement du bloc soviétique, montrent que les flux marquent à partir de 1989 une tendance à la régression.

Tableau n° 02 : évolution des effectifs d’étudiants et de stagiaires formés à l’étranger entre 1989 et 1994 par groupe de pays :

Groupe de pays de formation effectifs au 01/12/1989 effectifs au 31/12/1990 effectifs au 31/12/1991 effectifs au 31/12/1993 effectifs au 31/12/1994
Europe occidentale 2950 2665 2402 1941 1415
Dont France 2270 2170 1987 1750 1270
Ex-pays socialistes de l’Europe 1438 1346 1145 232 209
Amérique 316 280 265 59 41
Asie 6 8 3 2
Pays arabes 216 193 226 360 315
Autres pays 1 1
Total 4920 4490 4050 2596 1983

Source : Conseil national de la planification, commission d’orientation et de planification de la formation à l’étranger, 1998.

À la fin de 1989, ces flux représentent 29,22 % du total des étudiants et stagiaires envoyés à l’étranger. Les envois vers les pays du bloc soviétique se classent en seconde position derrière ceux de l’Europe occidentale. En 1994, ces flux chutent sensiblement pour représenter 10,53 % du total des effectifs envoyés à l’étranger. Leur nombre passe en troisième position derrière les flux vers les pays de l’Europe occidentale et les pays arabes.

C’est dans ce contexte d’évolution des flux que les projets de mariages mixtes entre diplômés algériens et femmes originaires des pays de l’ex-bloc soviétique ont été construits et conclus. Ils s’inscrivent dans un processus de découverte de cultures différentes et sont facilités par trois facteurs :

La possession d’un statut social valorisant

Bénéficiant de bourses d’études leur procurant d’importantes ressources financières en monnaie locale des pays d’études, les étudiants et stagiaires algériens n’avaient pas de difficultés pour sortir des campus de formation et s’insérer dans les différents milieux et réseaux sociaux. Ils ont acquis un statut social valorisant leur permettant d’évoluer de la catégorie d’étudiant ou de stagiaire au statut d’acteur social. Ils ont également pu élargir le champ de leurs relations et diversifier les espaces de leur vie sociale.

L’accès aux conditions de mixité sociale et culturelle

Le second facteur favorisant les mariages mixtes entre étudiants algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique et les femmes originaires de ces pays est l’existence de conditions favorables à l’accès à la mixité sociale et interculturelle. Bénéficiant du contexte social marqué dans ces pays par l’abolition des obstacles et des différences de classe et des différences ethniques, et jouissant d’un statut social valorisant, ces étudiants ont pu investir les espaces et les champs ouverts par cette culture de mixité sociale et culturelle. Ils ont noué des relations amicales débouchant sur des projets durables avec les ressortissants des pays de leurs études.

Les droits des femmes dans les pays de l’ex-bloc soviétique

Enfin, le troisième facteur favorisant les mariages entre diplômés algériens et femmes originaires des pays de l’ex-bloc soviétique est le degré auquel les femmes ont conquis des droits et se sont libérées dans ces pays. Débarrassées des contraintes des systèmes présocialistes, ces dernières sont devenues des acteurs sociaux autonomes porteurs de projets individuels dont la réalisation dépasse les limites des frontières nationales et des appartenances culturelles et ethniques.

Conclu dans le cadre d’un contexte d’ouverture culturelle et sociale, et de mixité ethnique et communautaire, le mariage des diplômés algériens avec des femmes originaires des pays de l’ex-bloc soviétique s’inscrit ainsi dans un cadre d’accomplissement de parcours individuels d’insertion et de mobilité sociale. Pour le diplômé algérien, le choix d’une épouse étrangère est le fruit d’une expérience sociale dans le pays d’études. Il constitue une composante du capital acquis dans les pays des études. Pour l’épouse originaire de ces pays, le choix d’un époux étranger est la réalisation du projet de construction autonome d’une union avec  l’homme de leur vie[2].

Les mariages : un acte d’appropriation des espaces sociaux

Construite dans cette dynamique de mobilité sociale, la conclusion de ces mariages mixtes s’inscrit, en fait, dans le cadre du rapport aux espaces sociaux dans les pays d’études aussi bien pour les époux étrangers que pour les femmes originaires de ces pays. L’analyse des premiers entretiens réalisés avec ces épouses installées en Algérie révèle que ce rapport est une appropriation des espaces déterminés par le statut social acquis à partir d’un statut d’étudiant étranger valorisant et, pour les conjoints autochtones, une réappropriation des espaces déterminée par le statut individuel et la stratégie de mobilité personnelle. Dans cet ordre d’idées, nous avons constaté que la construction des projets de mariages mixtes se réalise au niveau de trois espaces :

L’espace de loisirs et de détente

Insérés dans des réseaux sociaux, les étudiants et stagiaires algériens ne rencontrent pas d’obstacles majeurs pour accéder aux différents espaces sociaux et faire de nouvelles rencontres. Les espaces de loisirs et de détente sont parmi les espaces les plus fréquentés et dans lesquels les projets de mariages mixtes prennent forme. C’est le cas de Sylvia qui a fait la connaissance de son époux algérien dans une discothèque de Kiev.

Originaire d’Ukraine, âgée aujourd’hui de 58 ans, Sylvia a rencontré son époux algérien, Halim, par hasard dans une discothèque. De cette première rencontre est né un amour qui a débouché sur un mariage conclu à la fin des études d’Halim qui a obtenu un diplôme en hydraulique. La rencontre avec la culture et le pays d’origine de son époux algérien, en tant qu’épouse, a commencé alors qu’elle venait de fêter son 22e anniversaire.

L’espace de détente et de loisirs se transforme ainsi en un lieu d’accomplissement de vie amoureuse débouchant sur la réalisation de projets de mariages mixtes.

L’espace de formation

Le second espace de construction des mariages entre étudiants et stagiaires algériens de naissance et femmes originaires des pays de l’ex-bloc soviétique est constitué par les universités et écoles de formation. Le cursus des études offre des opportunités aux étudiants et stagiaires algériens pour nouer des relations durables avec des camarades de formation, et également avec des membres du personnel de soutien administratif et pédagogique. Avec les partenaires de sexe féminin, beaucoup de ces relations aboutissent à la conclusion de mariages mixtes. C’est le cas de Sofia qui a rencontré son époux algérien, Mohamed, à l’institut dans lequel elle était secrétaire et où son époux poursuivait ses études.

Originaire d’Ukraine et âgée de 20 ans, Sofia a fait la connaissance de son époux algérien à l’institut dans lequel elle travaillait comme secrétaire. Elle a fait sa connaissance parmi tous les étudiants étrangers qu’elle a accueillis et est vite tombée amoureuse de lui, à cause de son intelligence, de sa générosité et de ses qualités humaines. Après un amour fort qui a duré trois ans, elle accepte la demande de mariage de Mohamed et sa vie bascule dès lors dans l’univers de la culture et la société algérienne.

Le cas de Sofia montre qu’en plus de leur fonction traditionnelle en matière de formation et de recherche, les établissements d’enseignement supérieur offrent des opportunités pour des rencontres interculturelles donnant lieu à la conclusion de projets de mariages mixtes.

L’espace de pratiques cultuelles communes

Enfin, le troisième lieu de construction de mariages mixtes est l’espace des pratiques religieuses. Cet espace devient un lieu de partage d’idées, de convictions et d’opinions, bref, un lieu de découverte de modes culturels communs. C’est le cas de Mona qui a fait la connaissance de son époux algérien dans un centre islamique qu’elle fréquentait depuis sa découverte de la religion musulmane.

Agée de 42 ans et originaire de Russie, Mona a découvert l’Islam avant de connaître les musulmans. Elle a découvert cette religion très jeune, plus précisément au moment où elle était lycéenne, par l’intermédiaire de ses amis et à travers l’écoute de programmes radiophoniques et télévisuels. Sa curiosité pour la connaissance de l’Islam l’a poussée à lire beaucoup de livres et à se convertir à cette religion par conviction et adhésion à ses principes. C’est en fréquentant les centres islamiques qu’elle a fait la connaissance de son époux algérien. Les rencontres avec lui devenaient fréquentes, dans un premier temps, pour échanger des livres sur l’islam et dans un second temps, pour vivre un amour fort qui a débouché sur un mariage qui dure.

La construction des projets de mariages mixtes s’inscrit dans ce cas comme le résultat de la réalisation d’un soi culturel à travers un échange interculturel.

Cette brève présentation des espaces identifiés comme des lieux de conclusion de mariages mixtes appelle deux observations. La construction des projets de mariages mixtes est une entreprise individuelle de mobilité et non un accomplissement individuel de reproduction de normes sociales et culturelles. En choisissant son épouse dans le pays d’études, le diplômé algérien tente de se soustraire à l’emprise des traditions de sa société d’origine dont l’influence reste déterminante même dans la réalisation des projets individuels. Pour l’épouse originaire des pays de l’ex-bloc soviétique, le choix du conjoint algérien est un accomplissement d’un droit acquis socialement.

Cette quête d’autonomie dans la construction des projets individuels s’exprime et s’accomplit dans des espaces institutionnalisés et institutionnalisants. Les trois espaces identifiés fonctionnent selon des normes et des valeurs instituant des règles sociales, mais ils constituent aussi des lieux d’acquisition de nouvelles valeurs, de modèles culturels, et de réadaptation des capitaux hérités.

L’installation dans la société algérienne : un projet construit

Conclus comme un projet construit, les mariages entre diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique et femmes originaires de ces pays ont donné lieu à la construction commune de projets de vie conjugale. C’est dans cette dynamique que les projets de retour au pays des époux algériens ont été préparés d’un commun accord. Dans la majorité des cas étudiés, l’attitude des épouses renforce les propositions de leur époux.

Natacha, originaire de Russie : « À la fin de ses études mon mari m’a proposé de rentrer avec lui en Algérie ; j’ai immédiatement dit oui, car j’estime que la femme doit suivre son mari pour le bien de sa famille. »

Projet construit en commun accord, le retour au pays de l’époux algérien est décidé dans certains cas dans l’attente de régularisation de la situation dans le pays d’études.

Sofia, originaire d’Ukraine : « Après une relation d’amour de trois ans, mon mari, Mohamed, m’a proposé de m’épouser, il a déposé une demande de résidence en Ukraine, mais sa demande fut rejetée… Nous avons décidé de rentrer en Algérie en attendant que sa demande  ait une suite favorable. »

 

Les difficultés d’adaptation et les risques de non-intégration

Ayant choisi librement leur conjoint et pris la décision de s’installer dans le pays de leur époux, ces femmes découvrent une société différente pour laquelle elles ne sont guère préparées. Pour elles, la vie dans cette société se présente comme une véritable expérience de migration posant, dans un premier temps, des problèmes d’adaptation rendant difficile le processus d’intégration dans la société algérienne.

Nadia, originaire de Hongrie : « À notre arrivée, j’ai découvert un pays très différent du mien, les habitudes, les mentalités, la langue, les gens, tout est différent. J’ai beaucoup souffert de cette différence et j’avais l’impression que je ne pourrais jamais vivre dans cette société, la seule idée que j’avais en tête c’était de repartir dans mon pays… »

Ces difficultés d’adaptation sociale des époux se sont transformées en difficultés d’intégration que nous avons relevées dans les discours des épouses interrogées et que nous regroupons sous les catégories suivantes :

Conflits autour des valeurs

Au cours des premières années d’installation en Algérie, les épouses entretenaient souvent un rapport conflictuel avec le système de valeurs de la société algérienne. Ce ne sont pas les valeurs qui étaient remises en cause, mais c’est l’usage de ces valeurs dans la vie quotidienne qui leur posait d’énormes problèmes.

Sofia, originaire d’Ukraine : « La famille de mon mari m’a bien accueillie et m’a aidée à apprendre l’arabe algérien… après la langue, mes difficultés étaient avec les valeurs et les traditions, je n’ai pas accepté ma nouvelle situation, rester à la maison après plusieurs années de travail, passer mon temps à la maison à faire le ménage et la préparation des plats  c’est quelque chose que je n’ai pas pu supporter…. »

Ce rapport conflictuel avec les normes et valeurs de la société algérienne est perçu par la majorité des épouses interrogées comme la conséquence des différences culturelles et sociales entre leur pays d’origine et celui de leur époux. Mais l’usage fait des valeurs musulmanes est considéré comme un phénomène inexplicable et inacceptable.

Natalia, originaire de Russie : « Je ne comprends pas le comportement des Algériens, ils se disent musulmans, pratiquent les prières et le Ramadan, mais leurs comportements quotidiens sont contraires aux règles de l’islam… »

Résistance à l’individualisation des décisions des couples

Les difficultés d’adaptation avec la société algérienne apparaissent au niveau du comportement de la famille des époux algériens à l’égard de la vie des couples mixtes. Avec la famille de leur époux, les épouses ont été confrontées aux résistances de la société algérienne à intégrer l’individualisation comme norme de fonctionnement de la société. La problématique qui se dégage du discours de ces femmes n’est pas celle de l’organisation individualisée de la société, mais celle de l’institutionnalisation de la légitimité des actes individualisés. Selon leur discours, la société algérienne refuse encore de reconnaître aux individus la légitimité de gérer leur vie individuelle. Socialiser les pratiques individuelles devient ainsi déterminant dans leurs rapports avec la famille de leur époux.

Anastasia, originaire de Russie : « La famille de mon mari n’a pas accepté ma façon de m’habiller. Elle voulait que je mette des vêtements qui cachent mon corps. Elle n’a pas accepté qu’on ait notre propre vie… »

Stigmatisation dans les rapports avec le milieu social

Les difficultés d’adaptation apparaissent également au niveau du rapport au milieu social que les épouses étrangères trouvent désorganisé et agressif. Cette désorganisation apparaît dans l’absence d’une culture de protection de l’environnement et de l’aménagement des espaces publics. Les rues sont mal entretenues, sales et non aménagées.

Mouna, originaire de Russie : « …Il y a beaucoup de traditions négatives que je n’ai pas supportées, telles que le désordre au niveau des rues et des marchés, le manque de propreté… »

Quant à l’agressivité du milieu social, elle apparaît dans la réaction des Algériens à l’égard de la visibilité des femmes étrangères. La présence de ces dernières dans les lieux publics devient un objet de curiosité et tend à se transformer en phénomène de stigmatisation construit autour tout à la fois de l’admiration du physique, du fantasme sexuel et de l’agressivité du regard.

Natalia, originaire de Russie : « Les premiers jours, les gens n’arrêtaient pas de nous regarder et de parler entre eux, c’était insupportable… »

Difficultés d’adaptation et construction de l’intégration

Confrontées à des difficultés d’adaptation avec la société algérienne, ces épouses ont mis en œuvre des stratégies d’intégration dans la société de leur époux. Ces stratégies trouvent leurs ressources dans la construction de mariages mixtes sur la base de l’amour, de convergence des opinions sur l’essence de l’union entre des personnes appartenant à des cultures différentes.

 

Mouna : « …à cause du problème de la langue, j’ai failli retourner chez moi. Mais avec le temps ma prononciation de l’arabe s’est améliorée, j’ai commencé à m’adapter avec la famille de mon mari… J’ai commencé à découvrir les traditions et habitudes de ce pays… la différence est très grande… Ce n’est qu’avec le temps que j’ai pu accepter cela ; chaque fois que je visitais mon pays, j’envisageais de ne pas revenir en Algérie, et puis je revenais sur ma décision à cause de mon amour pour mon mari et pour mes quatre enfants… et aussi parce que je tenais à vivre dans un pays musulman. »

Mises en œuvre pour sauver leur mariage, les stratégies d’adaptation des épouses étrangères reposent sur trois attitudes : la neutralité dans le rapport avec la famille de l’époux, l’isolement dans le rapport social et le maintien des rapports avec le pays d’origine.

Neutralité dans les rapports avec la famille de l’époux

Pour surmonter les difficultés rencontrées en matière d’adaptation avec les traditions et habitudes des familles de leur époux, les épouses s’efforcent d’entretenir de bons rapports avec les membres des familles de leur époux. Elles reconnaissent que ces derniers ont facilité leur accueil en les aidant à apprendre la langue arabe, les coutumes et les traditions algériennes.

Sofia, originaire d’Ukraine : « Ses parents m’ont bien accueillie, ce qui m’a profondément touchée et m’a encouragée à apprendre l’arabe, ce qui n’a pu se faire que difficilement. »

L’entretien de ces bons rapports a poussé les épouses étrangères à adopter une attitude de neutralité à l’égard des affaires familiales. Avec la famille la plus proche, elles n’hésitent pas à participer aux fêtes et aux cérémonies familiales, mais avec la famille éloignée, elles se contentent d’entretenir des rapports de circonstance.

Mouna : « …mes rapports avec la famille de mon mari sont excellents… mais avec la grande famille, ils sont très faibles à cause de la langue et d’autre chose. »

L’isolement dans le rapport social

Avec la société dans son ensemble, les épouses tendent à limiter le contact pour éviter les situations conflictuelles. Elles privilégient la construction de réseaux réunissant des épouses originaires des pays de l’ex-bloc soviétique ou des amis rencontrés dans le cadre de rapports avec des institutions algériennes. Les liens entre ces épouses sont noués au niveau du lieu de résidence ou à l’occasion d’événements organisés par les associations de diplômés algériens des universités et écoles des pays de l’ex-bloc soviétique. Une partie des épouses installées à Alger fréquentent l’école russe soit pour les besoins de l’enseignement de leurs enfants, soit pour participer aux activités organisées régulièrement.

Mouna : « …à l’ambassade, j’ai fait la connaissance d’une autre Russe mariée à un Algérien qui réside dans la même wilaya… nous échangeons les visites. »

Le maintien des liens avec le pays d’origine

Les épouses s’efforcent aussi de maintenir les liens avec les pays d’origine. Ces liens sont entretenus par l’organisation de visites fréquentes, par la transmission aux enfants de la langue et de la culture d’origine, et également par un contact permanent avec les parents et proches grâce à l’utilisation des moyens de communication.

Mouna : « Mes relations avec mes parents sont bonnes. J’ai visité mon pays à quatre reprises depuis que je suis ici… Je communique régulièrement avec eux par skype et facebook… »

Le retour pour une durée plus ou moins longue, voire définitif, n’est pas envisagé dans l’immédiat, mais il n’est pas non plus exclu dans l’imaginaire de ces épouses.

Sofia : « Je n’envisage pas de rentrer définitivement dans mon pays, ma maison est ici, …mes enfants et mes petits-enfants sont Algériens… je veux seulement avoir la nationalité algérienne et un passeport algérien. »

 

Conclusion

À travers cette brève présentation de quelques indicateurs de l’intégration des épouses de diplômés algériens formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique, il ressort que le processus d’assimilation programmé a débouché sur un processus d’intégration forcée. C’est une situation qui mérite d’être approfondie. Les rapports entre l’adaptation, l’intégration ne sont pas déterminés par un processus linéaire, mais ils s’inscrivent dans une situation où l’intégration est envisagée à partir de l’assimilation. Cette situation donne lieu à trois cas de figure : soit la construction de projets d’intégration dans le cadre d’une autonomie familiale plus ou moins relative, soit la construction de projets d’intégration par la reconstruction de projets individuels après la rupture de la vie familiale, soit le retour au pays d’origine, seules ou accompagnées par les enfants ou par les conjoints et les enfants.

 

Bibliographie

El Kenz, Ali, Benguerna Mohamed, Khelfaoui Hocine, 1993, Bilan et réinsertion des boursiers algériens à l’étranger relevant du Ministère de l’enseignement supérieur, Alger, Rapport CREAD, 80 p.

Gaillard, Anne-Marie, Gaillard, Jean, 1999, Les enjeux des migrations scientifiques internationales. De la quête du savoir à la circulation des compétences, Paris, L’Harmattan.

Guerry, Linda, « Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration.  Naissance et cheminement d’un sujet de recherche », Genre & Histoire [En ligne], 5 | Automne 2009, mis en ligne le 28 novembre 2009, consulté le 29 mars 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/808.

Hallal Amar, 2004, L’activité des étudiants algériens au cours de la révolution de 1954 (en arabe), Alger, Editions Laphomic, 237 p.

Kofman, Eléonore, 2004, « Genre et migration internationale. Critique du réductionnisme théorique », Les cahiers du CEDREF, http://cedref.revues.org/543, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 10 mai 2013.

Labdelaoui, Hocine, 2012, « L’Algérie face à l’évolution de son émigration en France et dans le monde », Hommes & Migrations, n° 1298, juillet-août, « France-Algérie, le renouveau » p. 22-36.

Labdelaoui, Hocine, 2011, « Press and Migration in Algeria. A Study of Newspapers Articles: Expression and Ennahar El Djadid in Ivan Ureta (ed.), Media, Migration and Public Opinion, Peter Lang Edition, Oxford, p. 111-136.

Labdelaoui, Hocine, 2011. « La question de la migration en Algérie : évolution vers une diplomatie de l’émigration et une politique de contrôle de l’immigration » CARIM, notes d’analyse et de synthèse, 2011/67, série : Migrations méditerranéennes et subsahariennes, évolutions récentes, 14 p.

Labdelaoui, Hocine, 2011, « Genre et migration en Algérie », CARIM, notes d’analyse et synthèse, 2011/12, 30 p. www.carim.org

Labdelaoui, Hocine, 2009, « Les étrangers en Algérie : vers la constitution de communautés d’immigrés », CARIM, notes d’analyse et synthèse, 2009/04, 17 p. www.carim.org

Labdelaoui, Hocine, 2007, « Les étrangers en Algérie : de l’étranger coopérant vers l’étranger immigré » Pro Asile, revue de France Terre d’Asile, n° 16, 2007, p. 30-33.

Labdelaoui, Hocine, 2005, « La politique algérienne en matière d’émigration et d’immigration », CARIM, notes d’analyse et de synthèse, 2005/13, 16 p. www.carim.org

Labdelaoui, Hocine. 2001, « La recherche sur les migrations internationales en Algérie : état des lieux et perspectives », in Les évolutions de la recherche sur les migrations internationales au Maroc. Théories, concepts, méthodes et défis contemporains, actes du colloque international, publications de l’Association d’Études et de Recherches sur les Migrations (AMERM), p. 161-184.

Labdelaoui, Hocine, 1997, « La migration des étudiants algériens vers l’étranger, les effets pervers d’une gestion étatique » in Les Cahiers de l’URMIS, n°2-3.

Morokvasic, Mirjana, 2008, « Femmes et genre dans l’étude des migrations : un regard rétrospectif » in Falquet, Jules, Rabaud, Aude, Freedman, Jane et Scrinzi, Francesca, dir. Femmes, genre, migrations et mondialisation : un état des problématiques, Paris, CEDREF/Publications Paris 7, p. 33‑56.


[1]           La loi algérienne distingue deux catégories juridiques au sujet de la présence des étrangers en Algérie, « étranger résident » pour traiter le cas de ceux qui séjournent légalement avec une carte de résidence, « étranger non-résident » pour désigner ceux qui séjournent temporairement avec un visa. Le terme « immigré » n’est utilisé que pour les étrangers en situation irrégulière.

[2]           L’éventualité du recours à des stratégies d’utilisation du mariage mixte pour la réalisation des projets d’installation dans les pays d’études n’est pas à exclure dans les unions mixtes conclues dans l’ex-Urss et les ex-pays socialistes de l’Europe de l’Est. Mais d’après les personnes interrogées cette pratique est peu répandue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.