Réseaux syndicaux (pan)-africains

Séminaire ELITAF

Mardi 19 février 2013, de 14h à 16h

190 avenue de France, 75013 Paris, Salle 1 Rez-de-chaussée

Etudiants et élites africaines formés dans les pays de l’ex-bloc soviétique.  Histoires, biographies, expériences.

Réseaux syndicaux (pan)-africains

par Françoise BLUM (Centre d’histoire sociale du XXème siècle, Paris I – CNRS)

Discutants : Klaas VAN WALRAVEN (Université de Leyde, Pays-Bas) et Patrice YENGO (RIAE – Université Marien Ngouabi (Brazzaville) )

On essaiera dans cette contribution de brosser un tableau général des évolutions du syndicalisme en Afrique francophone, de sa légalisation tardive à l’intégration syndicale dans les partis uniques dans les années 60s. Comment se constituent, dans le sillage des syndicats français, les réseaux syndicaux ? Comment s’autonomisent-ils, se décomposent et recomposent après les indépendances ? Les clivages syndicaux, pierre d’achoppement du rêve syndical panafricain, recoupent les clivages politiques des temps de la guerre froide mais sont peut-être encore compliqués par les divisions inhérentes au syndicalisme français d’abord, au syndicalisme international ensuite.

On s’intéressera plus spécifiquement aux pratiques de formation syndicale en comparant deux écoles destinées à des syndicalistes africains. L’ISCTI (Institut scientifique de coopération technique internationale), créé en 1960 à Paris, organise l’une d’entre elles. Cet institut, qui remplace de facto la section outre-mer de la CFTC devenue caduque avec les indépendances, a  été fondé par des syndicalistes français appartenant à la CFTC/CFDT et des syndicalistes membres de l’Union panafricaine des travailleurs croyants. Il travaille en liaison étroite avec l’Internationale chrétienne (CISC/CMT). Il organise régulièrement des sessions de formation en France ou en Afrique. L’université ouvrière de Guinée est, quant à elle, financée par la communiste Fédération syndicale mondiale, construite par la FDGB est-allemande et dirigée par un cégétiste français. Au prisme de ces deux formations on voit se dessiner de véritables réseaux syndicaux, réseaux de transferts, d’influence, de financement, d’amitié et d’entraide, qui fonctionnent à diverses échelles, nationales et transnationales, et sont les vecteurs de sensibilités, intérêts et croyances différents.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.