19 juin : LES ÉTUDES AFRICAINES EN RUSSIE : L’ENGAGEMENT DE L’AUTORÉFLEXION

Dans le cadre du prochain séminaire ELITAF/RIAM/FMSH,

                                       de 14h à 17h, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle du conseil A (R-1)

Anna PONDOPOULO, (Centre d’Etudes en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques, CESSMA-INALCO) animera une conférence-débat :

LES ÉTUDES AFRICAINES EN RUSSIE : L’ENGAGEMENT DE L’AUTORÉFLEXION

Discutant : Constantin KATSAKIORIS (EHESS)

Résumé de l’intervention d’Anna Pondopoulo

Quelles interactions existait-il entre d’une part les deux composantes essentielles de la coopération soviétique avec l’Afrique, à savoir la formation des étudiants africains et l’envoi des coopérants, et d’autre part le monde universitaire et académique en URSS ? Dans quelle mesure la constitution du fonds des savoirs sur l’Afrique avait-elle des répercussions sur les activités des « hommes du terrain » et vice versa : comment l’action des coopérants en Afrique alimentait-elle les études africaines réalisées en URSS ?

Actuellement, nous n’avons que des réponses fragmentaires à ces questions, en raison notamment d’une connaissance trop sommaire de la coopération russe et de la méconnaissance de ses aspects subjectifs, individuels, liés surtout aux parcours et au vécu quotidien de ses acteurs. En revanche, l’histoire de la mise en place des études africaines, l’émergence de leurs institutions, à partir des années 1920, est mieux connue, en particulier grâce aux travaux, entrepris depuis le début des années 1990, par le Centre des recherches africaines de l’Institut de l’Histoire universelle de l’Académie des sciences de la Russie. Ces recherches s’inspirent du renouveau qui caractérise, au tournant des années 1990, l’histoire des études orientales, et en général l’histoire des sciences humaines, et qui est alors suscité  par l’ouverture des archives et par la possibilité d’évoquer les biographies des chercheurs, victimes des répressions staliniennes. Le renouveau en question bénéficie également des tendances qui se manifestent à la même période dans l’histoire des sciences (et notamment dans celle de l’anthropologie coloniale) aux Etats-Unis et en Europe. Ces nouveaux travaux s’intéressent surtout aux relations entre les institutions, les parcours des savants et les politiques de l’Etat. Stimulés par ces différents contextes, les historiens des études africaines en Russie ont développé la démarche que l’on peut appeler « biographique ». Ils montrent que, malgré le rôle déterminant de la commande de l’Etat dans la création de la discipline africaniste et son contrôle étouffant sur ses productions, ses acteurs, issus des différents milieux sociaux et culturels, ne marchaient pas « d’un seul pas » et ont réussi à la marquer par leurs personnalités et à lui imposer, malgré tout, leurs centres d’intérêt, plutôt pluriels.

Nous proposerons ici la lecture critique de ces travaux et les interrogerons sur leurs interprétations des modèles de la transmission des savoirs africanistes, notamment à l’Université de Moscou. Nous réfléchirons en particulier à la validité du schéma dichotomique qui décrit les études africaines, en URSS, comme traditionnellement partagées entre le pôle philologique, issu de l’orientalisme classique, et le pôle politisé, lié à ses débuts au Komintern, et ensuite, aux enjeux de la décolonisation et de la guerre froide.

Nous nous interrogerons enfin sur les pistes possibles pour explorer la circulation des savoirs entre les coopérants et les chercheurs à l’époque soviétique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.