29-31 octobre 2014 Le clos et l’ouvert : programme

photo colloque clos

      PROGRAMME

(appel à communications : voir infra)

 

Colloque international à l’Université Gaston Berger (Saint-Louis, Sénégal)

            Le clos et l’ouvert :

Acteurs religieux, Acteurs sociaux et Usages de la rue

(Europe, Afrique, Asie, Amériques)

 

29-30-31 octobre 2014

Organisé par le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM) – Programme Afriques de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) et le Centre d’Etude des Religions (CER) de l’UFR CRAC (Civilisations, Religions, Arts et Communication) de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal

MERCREDI 29 OCTOBRE

 

MATIN (Amphi A)

8h30 Accueil des participants

9h Mot de bienvenue du recteur de l’Université Gaston Berger, Pr Baydallaye Kane

9h15 Mots des organisateurs,

Mor Faye (directeur de l’UFR CRAC), Frédérique Louveau (CER-CRAC-IRD-IMAf-RIAM), Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour – RIAM)

10h Ouverture du colloque et signature de la convention entre l’UGB et la Fondation Maison des sciences de l’homme

10h30  CONFERENCE D’OUVERTURE :

« Espace public et espace privé »

par le Professeur Michel Wieviorka, sociologue, Administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme, Directeur d’études à l’EHESS – CADIS

avec Pr. Ablaye Niang, UGB-UFR CRAC-Métiers des Arts et de la Culture (sous réserve)

12h15 Déjeuner

 

APRES-MIDI

14h-15h45 ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

Usages manifestés  de la rue

Discutants : Pr. Aly Tandian (UGB- Département de Sociologie) et Sylvie Bredeloup (IRD-AMU-LPED)

GOMEZ-PEREZ Muriel (Département d’histoire, Université Laval, Québec, Canada, Frédérick MADORE (Département d’histoire, Université Laval) et Mathias Boukary SAVADOGO (Université Félix Houphouët-Boigny Cocody Abidjan, Côte d’Ivoire, « Rue, islam associatif et enjeux citoyens : retour sur des orientations récentes au Sénégal, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire »

SENE Dominique (Université Gaston Berger de Saint-Louis, CIERVAL), « La rue, un espace de socialisation politique et de politisation de la religion au Sénégal »

DUMAS-CHAMPION Françoise (CNRS-IMAF,  Paris), « Au-delà des limites du temple : processions hindoues et processus de créolisation à l’île de La Réunion »

ARNAUD Raymond (CELFA, Université de Bordeaux Montaigne) « Création et limite des espaces par des acteurs religieux et sociaux lors de manifestations : comment les étudier à partir de films réalisés en cinéma direct »

TSAMBU Bulu Léon (Département de Sociologie, Université de Kinshasa) « Les concerts musicaux de plein air à Kinshasa »

15h45. PAUSE

16h00-17h45. ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

L’aménagement des seuils et le sacré

Discutants : Boubacar Niane (FASTEF)

MANGA Jean Baptiste Valter (EHESS-IMAF, Paris), « Des enclos en pleine rue ! Aménagement communal et espaces initiatiques à Oussouye (Casamance/ Sénégal) »

SOW Abdoul et Milly AOUSTIN-SOW, Université Gaston Berger de Saint-Louis, UFR CRAC, MDP, « La Goutte d’Or, un islam populaire et informel face à un islam institutionnel et sélect : le culte musulman visé et revisité »

PONTANIER Emilie, (Lisst-Cas, Université Toulouse Jean Jaurès (Le Mirail), « Contournement des codes sociaux dans les lycées français de Tunisie : lorsque le seuil de l’établissement devient un espace de lutte contre l’islam fondamentaliste »

ESPINOSA  Laurence (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Laboratoire Identités, territoires, expressions, mobilités), « Pèlerinage à Notre Dame du rugby à Larrivière-Saint-Savin le 9 juin 2014 – Approche anthropologique du « clos et l’ouvert »

MAHAMAT Adam (Université de Maroua, Cameroun) « L’espace public sacralisé par l’islam au Cameroun. Notes sur l’occupation des voies publiques camerounaises pendant les prières de vendredi »

DOBBELS Rachel (LASC, ULg, Belgique), « Quand les acteurs font seuils. Analyse comparative des marchés de Liège et de Leeds »

 

19h30. DÎNER DE BIENVENUE

Au restaurant Galaxy, sur l’Ile de Saint-Louis

Concerts de musique

 


JEUDI 30 OCTOBRE

 

MATIN

8h30  CONFÉRENCE (Amphi A) :

« Dynamique de la construction des espaces de l’Homo Religiosus »

 par le Professeur I.-P.L. Lalèyê, socio-anthropologue, Université Gaston Berger

avec Pr. Robert Ziavoula (CESSMA-INALCO-IRD-Paris 7-Sorbone Paris Cité – RIAM)

 10h15 – 11h45 ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

Les seuils du corps 1 : l’invisible

Discutant : Patrice Correa (UGB – UFR CRAC/ Communication)

NGWE Luc (RIAM-FMSH), « Quand le clos clôture l’ouvert et l’ouvert ouvre le clos : Les pratiques de deuil dans la ville au Douala au Cameroun »

KABUNGULU Ngoy-Kangoy (Centre d’études politiques, Université de Kinshasa), « Lindalala, le rameau ou arrêt sur funérariums dans les rues de Kinshasa »

MILLET Pamela (CEIFR, EHESS, Paris), « La conversion du corps »  en milieu pentecôtiste africain : une pratique de la différence »

MAWALA LUYINDA Walter (Centre d’Etudes Politiques et Université de Kinshasa), « Campagne de guérison-miracle » dans la rue à Kinshasa : lieu d’attraction, d’adaptation et de marchandisation évangélique »

KOUVOUAMA Abel, (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, RIAM-FMSH), « Anthropologie du clos et de l’ouvert en contexte de violences guerrières : jalons pour une étude des subjectivités guerrières »

11h45 – 12h PAUSE

 12h – 13h30 ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

Les seuils du corps 2 : le visible

Discutante : Mariama Maïga (UGB – UFR CRAC/ MAC)

KAE Amo (IMAF, EHESS, Paris), « Saint-Louis du Sénégal : « Ville mémoire » et ses rues au partage des couleurs et des histoires »

MANE Idrissa, (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM), « S’enclore par le voile et s’ouvrir à Allah. Réflexion sur l’islamité chez les Sénégalaises »

DAYAN-HERZBRUN Sonia, (Laboratoire du changement Social et Politique, Université Paris Diderot-Paris 7-RIAM), « Le foulard islamique : clôture ou bien ouverture ? Essai de lecture politique »

EHAZOUAMBELA Doris (IMAF-EHESS-RIAM), « Expression Mémorielle des Mourides et l’espace public au Gabon »

 13h30 DEJEUNER

 APRES MIDI

14h30 – 16h30 ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

Expressions de l’espace public

Discutante : Pr. Mame Penda Ba (UGB)

FAYE Mody Ndiogou, (Laboration LASAP, Université Cheikh Anta Diop Dakar), « Religion et espace public au Sénégal. De la sur-visibilité religieuse des jeunes à la construction de nouvelles identités »

LECLERC-OLIVE Michèle, (IRIS-CNRS-EHESS-RIAM), « Places, rues, grains, cafés, ashram … De l’espace commun à l’espace public »

LORIN Jennifer, (Université Paris V Descartes, CANTHEL), « La clôture éphémère de l’espace public de la rue au Bénin. Un moyen d’interpellation des acteurs religieux vodun en direction des autorités administratives »

SILVA DE OLIVEIRA Rosenilton, (Universidade de São Paulo et EHESS – IMAF, Paris), « Essai sur le religieux dans l’espace public : des manifestations « afros » contre l’intolérance religieuse au Brésil »

16h45

VISITE «  PATRIMOINE DE L’ILE »

(guidée par les étudiants de la Section Métiers du Patrimoine de l’UFR CRAC de l’UGB)

 18h

DÉDICACE DU LIVRE DE AISSATA KANE LO, UGB – UFR CRAC/MDP

à la librairie L’Agneau carnivore, Ile-Nord Saint-Louis

 VENDREDI 31 OCTOBRE

 MATIN

9h30 CONFÉRENCE (Amphi A) :

« Du religieux au Japon : entre autochtonie et universalisme »

 Par le Pr. Patrick Beillevaire (directeur de recherche au CNRS – Centre de Recherches sur le Japon, EHESS)

Avec Felwine Sarr, UGB, UFR SEG

 11h-12h45. ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

 L’argent des rues et transactions religieuses

Discutant : Mouhamedoune A. Fall (UGB – LCA)

GADOU Dakouri (Université Félix Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire), « L’Islam et la mendicité de rue à Abidjan : faits et significations »

HOECHNER Hannah (Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains, Université Libre de Bruxelles), « Rue, mendicité et relations sociales : les expériences des jeunes étudiants coraniques à Kano, Nigeria »

BOUHDIBA Sofiane (Université de Tunis), « La culture de la mendicité des enfants de rue dans les sociétés arabo-musulmanes : le cas de l’Afrique du Nord »

ZIAVOULA Robert (CESSMA-INALCO-IRD-Paris 7-Sorbone Paris Cité – RIAM), « Au cœur de la rue : logiques marchandes et représentations des acteurs »

TRAORE N’gna (Institut des Sciences Humaines (ISH), Bamako), « Le recours à l’islam dans les cérémonies sociales : entre recherche de caution religieuse, politique d’islamisation, et quête de ressources »

13h. DÉJEUNER

 APRES-MIDI

14h15 – 16h. ATELIER (Salle des Actes du Rectorat)

 Rue, religion et esthétiques urbaines

Discutant : Saliou Ndour (UGB – CRAC/MAC)

DRAGANI Amalia (LabEx-CAP IIAC-MQB), « Seuils immatériels de l’expression poétique : un cas d’interdiction de la parole publique féminine au Nord du Niger »

PAM Bocar Aly (Université Cheikh Anta Diop Dakar-Sénégal), « La rue, espace de propagande politique dans le roman africain à travers  quelques romans :  L’Impasse de Daniel Biyaoula, La Folie et la Mort de Ken Bugul, Assèze l’Africaine de Calixthe Beyala »

HAENSEL Michèle (Université de Pau et des Pays de l’Adour Laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), « La chanson comme seuil d’identité et espace de transgression »

MOUSSAOUI Fatima Nabila (Université d’Oran- Algérie) « La migration  entre croyance et esthétique »

16h. Fin de la séance et transfert vers l’île Saint-Louis

 17h Projection de films documentaires de création

réalisés par les étudiants du Master Réalisation de Documentaires de Création de l’UFR CRAC de l’UGB (organisée par Delphe Kifouani et Sellou Diallo, UGB-CRAC-RDC)

À l’Institut français de Saint-Louis, Ile-Nord

19h CONCLUSION DU COLLOQUE

 Séance plénière

DOZON Jean-Pierre, directeur scientifique de la FMSH, directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche à l’IRD

KOUVOUAMA Abel, Université de Pau et des Pays de l’Adour – Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde-Programme Afrique de la FMSH

SECK Abdourahmane, Centre d’Etudes des religions, UFR CRAC

LOUVEAU Frédérique, Centre d’Etudes des religions, UFR CRAC, Institut de recherche pour le développement – IMAf, Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde-Programme Afrique de la FMSH

 

____________________________________________________

 

APPEL à COMMUNICATIONS

Argument scientifique 

 La clôture délimite un espace qu’elle referme sur lui-même pour des usages définis par les acteurs selon les circonstances. La clôture maintient des limites visibles ou invisibles, matérielles ou symboliques qui créent ou repoussent dans un même temps des espaces ouverts, des espaces flous. En milieu urbain, le clos et l’ouvert se lisent entre les maisons, les églises, les mosquées, les synagogues, les parcs, les lacs, les parkings, les commerces pour former un ensemble aménagé. La rue, elle, est un nerf qui serpente le long de ces espaces clos, elle les frôle, les enveloppe mais aussi les envahit tout en en modifiant les usages, comme par exemple lors de festivités dont les sonorités musicales et vocales produites par les acteurs religieux redéfinissent les seuils entre le clos et l’ouvert lorsqu’elles les franchissent. Ce colloque veut interroger en particulier les seuils[1] immatériels, flous, mouvants mais aussi matériels, fixes, sans pour autant être statiques. Ils sont créés par les acteurs, débattus, redéfinis, permanents, non-permanents, source de conflits ou de partages.

En effet, des acteurs recréent des espaces clos dans la rue, pourtant espace ouvert. C’est le cas par exemple lorsque les mouvements religieux organisent des cérémonies dans les villes africaines : des bâches et des installations délimitent un espace clos dans cet espace ouvert qu’est la rue. Le temps d’une fête, la rue devient un espace clos dédié à un usage festif dont le seul souvenir laissera sa trace le lendemain, les automobiles ou les piétons reprenant leurs droits. Mais dans ces occasions, la musique, les chants ou les prières participent à dessiner les espaces grâce à un pouvoir symbolique qui redéfinit les seuils entre le clos et l’ouvert pendant un temps donné. De la même manière, lors des carnavals, des défilés, les acteurs s’emparent de la rue pour renforcer une identité collective. Ou encore, les arts de la rue remettent en question les codes et réinterrogent les sens communs tout comme les manifestations politiques confirment que la rue appartient à tous, et qu’elle est aussi l’arène du politique.

Pourtant, la rue impose aussi ses propres pratiques : lieu de sociabilité et de rencontre, de représentation de soi, les acteurs s’habillent pour briller, pour se cacher, pour séduire à l’instar de la sape congolaise.[2] Dans un même temps, des acteurs (religieux ou pas) redéfinissent les normes morales et les pratiques d’expression individuelle et collective dans un contexte de négociation des pratiques normatives. La rue accueille également ceux qui sont exclus du clos. Ils s’approprient alors l’espace ouvert pour en faire un espace clos et y inscrire leur intimité. La nuit, la rue est le théâtre de vies intimes : si en Europe, derrière les murs d’une maison, une famille s’endort au chaud, les « sans domicile fixe » délimitent leur sommeil avec des cartons le temps d’une nuit, dans des villes africaines, les talibe (élèves d’une école coranique ou disciples d’un marabout), apprennent le coran dans la rue, dorment, mendient, mangent dans la rue, ce qui invite le religieux dans cet espace ouvert.

Aujourd’hui, même si des analystes affirment que l’Etat aurait le monopole de la rue, des acteurs s’attribuent de plus en plus le rôle de gardiens de l’ouvert pour imposer les règles de ses usages. C’est le cas des acteurs religieux en Afrique qui, soit investissent l’espace ouvert pour recréer du clos et le moraliser, soit contrôlent l’ouvert pour en conformer ses usages à leur idéologie. Au Bénin, les fétiches surveillent les seuils des maisons, figeant le franchissement des seuils par les invisibles, à l’instar des portiques shinto en Asie par exemple. Un autre exemple, dans certaines villes américaines, les systèmes de surveillance de la rue redéfinissent les usages et les représentations du clos et de l’ouvert.

Ce colloque veut interroger les seuils qui délimitent les espaces entre le clos et l’ouvert et leurs usages dans différents contextes géographiques. Comment les seuils sont-ils construits ? Quels sens sont donnés à cette limite que représente le seuil ? Quels sont les usages attribués au clos et à l’ouvert mais aussi à l’entre-deux ? Quelles sont les pratiques de la rue ? Comment ces pratiques de rue renforcent-elles le clos ou le distendent-elles? Quels enjeux politiques la gestion des seuils révèle-t-elle et quelle politique pour la gestion des seuils ? Quelles sont les transformations contemporaines dans les usages politiques de l’ouvert et du clos ?

Ces questions traversent les continents européens, africains, asiatiques et américains dans lesquels les pratiques sociales et culturelles du clos et de l’ouvert sont différentes. La confrontation de ces différentes conceptions et pratiques de la rue pourra mener à une réflexion comparative sur les seuils en sciences sociales.

 

Les communications attendues devront contribuer à la définition des « seuils » en sciences sociales autour de  quatre axes :

–     Axe1 Pratiques de/ dans la rue : pratiques symboliques et religieuses (manifestations de rue, festivités, cérémonies, défilés, rituels, vêtements, port du voile, objets ou pratiques de protection, amulettes, objets sacrés, etc.)

–     Axe2 Rue, religion et politique (sécularisation, laïcisation, moralisation de l’espace, conflits et violences, médias, etc.)

–     Axe3 Rue, religion et transactions (économie, offrandes, dons, sacrifices, mendicité, argent, œuvres sociales, ONG, etc.)

–     Axe4 Rue, religion et esthétiques urbaines (rap, graffiti, cinéma, littérature, écritures, musique, architecture, contes, récits, etc.)

 

Les résumés des communications (500 caractères max.) avec les noms et appartenances institutionnelles des auteurs devront être envoyés avant le 23 juin 2014 à l’adresse suivante : colloqueclosetouvert@gmail.com

Contact : Frédérique Louveau (louveau.frederique@neuf.fr)

 

Comité d’organisation : Blondin Cissé (CER/ Université Gaston Berger), Rachid Id Yassine (CER/ Université Gaston Berger), Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour/RIAM), Frédérique Louveau (CER/Université Gaston Berger/ IRD-IMAf/RIAM), Bakary Sambe (CER/Université Gaston Berger), Abdourahmane Seck (CER/ Université Gaston Berger), Patrice Yengo (Université de Brazzaville), Robert Ziavoula (INALCO).

 

Comité scientifique : Michel Agier (IRD-EHESS), Sophie Bava (IRD-LPED), Rémy Bazenguissa-Ganga (EHESS), Patrick Beillevaire (EHESS-CNRS), Sylvie Bredeloup (IRD-LPED), Mamadou Diouf (Columbia University), Jean-Pierre Dozon (IRD-FMSH), Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Frédérique Louveau (CER-Université Gaston Berger/IRD-IMAf/ RIAM), Issiaka Prosper. L. Lalèyê (UGB), Boubacar Niane (FASTEF-UCAD-RIAM), Monique de Saint Martin (EHESS-RIAM), Aly Tandian (GERM-Université Gaston Berger), Patrice Yengo (Université de Brazzaville-RIAM), Robert Ziavoula (INALCO-RIAM).

 http://www.ugb.sn/

http://www.cer-ugb.net/

http://riae.hypotheses.org/

http://www.fmsh.fr/fr/c/1375

 


[1]  Voir Marc Augé, 1992, Non-Lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil.

[2]  Lire notamment, Justin Gandoulou, Au cœur de la sape. Moeurs et aventures de Congolais à Paris, Paris, Karthala; 1989  Charles Didier Gondola, Fête, sociabilité et politique dans les capitales congolaises, in  Odile Goerg, Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala,  1999, pp. 87-111 ; Revue Rupture-Solidarité, Rites et dépossessions, nouvelle série n° 5, Paris, Karthala, 2004. Rémy Bazenguisa-Ganga, “Belles maisons” contre S.A.P.E. : pratiques de valorisation symbolique au Congo », in État et Société dans le Tiers-Monde : de la modernisation à la démocratisation ?, Etudes réunies et présentées par Maxime Haubert, Christiane Frelin, François Leimdorfer, Alain Marie et Nam Trân Nguyên Trong, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, pp. 247 – 256.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.