Séminaire ELITAF 22 octobre 2014

Séminaire ELITAF Mercredi 22 octobre 2014

14h – 17h

Fondation Maison des Sciences de l’Homme,

190, avenue de France, salle 2, 75013 Paris

Les étudiants africains dans la ville universitaire de Iasi, en Roumanie, de 1970 à 1990

Mihaï Dinu GHEORGHIU, professeur à l’Université Alexandru Ioan Cuza, Iasi (Roumanie), Directeur d’études associé à la FMSH, RIAM, chercheur associé au CSE, Paris

Discutante : Anne-Catherine WAGNER, professeur à l’Université Paris I, CESSP, RIAM

 

Résumé de l’intervention de Mihaï Dinu GHEORGHIU

Relativement peu nombreux avant 1970, les étudiants africains en Roumanie sont devenus pendant les deux dernières décennies du régime socialiste une fraction importante des étudiants étrangers dans ce pays, suite à l’intensification des échanges entre la Roumanie et la plupart des pays africains. La Roumanie de Ceausescu était un acteur politique singulier dans l’ancien bloc soviétique, qui essayait de se positionner à la fois dans les rapports Est / Ouest et Nord / Sud, ce qui lui avait assuré une certaine visibilité internationale. La multiplication des contacts diplomatiques et des échanges économiques au nom d’une aspiration commune à l’indépendance et au développement, a été accompagnée par des programmes de coopération dans la formation des cadres africains, avec l’accueil d’étudiants africains en Roumanie et l’envoi d’enseignants roumains en Afrique.

De 1970 à 1990, des changements significatifs sont intervenus aussi bien dans les pays d’origine de ces étudiants, que dans les filières d’études suivies et au niveau de leurs expériences pendant leur séjour. Les premiers résultats d’une enquête en cours dans une des principales villes universitaires de Roumanie, font apparaître les différentes étapes du parcours des étudiants africains, les différences de statut entre boursiers et « héritiers », les redéploiements de leurs effectifs sur vingt ans entre les filières des études d’ingénieur, de médecine et de sciences. L’enquête a été menée dans les archives des principales institutions d’enseignement supérieur de Iasi et les données obtenues permettent une reconstitution des données pour l’instant indisponibles au niveau national, ainsi qu’une analyse comparative avec d’autres données sur les autres pays de l’ex-bloc soviétique (cf. les annuaires de plusieurs organisations internationales, OIF/AUF, UNESCO, OCDE…). Un autre volet de cette enquête est consacré à l’analyse du mode de socialisation et des formes de sociabilité qui distinguent les étudiants roumains et étrangers, et parmi eux les groupes ethniques ou nationaux africains. Des entretiens avec des anciens étudiants roumains et africains ont porté sur les expériences communes pendant les études, les stratégies de carrière et leur orientation après les études, ainsi que sur la formation des liens d’amitiés ou de couples, aboutissant ou non à des mariages mixtes. Une attention particulière a été accordée aussi à leur encadrement politique par les responsables des organisations d’étudiants et des services spécialisés au niveau des universités, mais aussi des services de police (recherches dans les archives de l’ancienne police politique roumaine).

Contacts organisateurs :

lngwe2002@yahoo.fr
monique.de-saint-martin@ehess.fr
taniyasmirnova@yahoo.fr

 

 

 

 

 

Document14


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.