Séminaire ELITAF 13 novembre 2014

Premier enfant sortie de l'Hôpital avec épouse ukrainienneLes ingénieurs marocains diplômés en URSS et en France : entre histoire nationale et parcours individuels.

  Sortie de maternité. Le premier enfant …

Grazia ScarfÒ Ghellab, Sociologue, Professeure de sociologie à l’Ecole Hassania des Travaux Publics de Casablanca, Maroc, Directrice d’études invitée à la FMSH

Discutant : Charles GADéA, Professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en- Yvelines

Jeudi 13 novembre, de 10h à 13h,

FMSH, 190 avenue de France, salle 318 (3è étage)

Résumé

Lorsque le Maroc obtient son indépendance en 1956, des jeunes Marocains partent se former à l’étranger. Nous nous intéresserons tout particulièrement au cas de ceux qui ont poursuivi des études d’ingénieurs en France et en URSS. Pour comprendre ce processus, il est nécessaire d’une part, de reconstruire les parcours de ces jeunes Marocains, d’autre part, de retracer les relations entretenues par le Maroc avec l’URSS et avec l’Hexagone, en partant de l’idée que la mobilité estudiantine ne peut être saisie sans tenir compte de la complexité résultant du chevauchement entre histoires individuelles et histoire des pays.

Les parcours individuels semblent suggérer que les stratégies poursuivies par nos interlocuteurs pour réaliser des études supérieures,  même si elles présentent des modalités de réalisation différentes et partent de pré-requis sociologiques différents, trouvent leur moteur dans un projet similaire : celui de partir se former à l’étranger avec l’espoir de rentrer au Maroc avec le diplôme d’ingénieur, qui garantit ou reproduit une situation socioprofessionnelle de prestige.

Le contexte historique conduit à se poser plusieurs questions. Tout d’abord, l’État encourage, après l’indépendance, grâce à une politique de bourses offertes en collaboration avec l’État français et d’autres pays, la formation de ses étudiants à l’étranger. À leur retour au Maroc, il est leur principal employeur. Or, si les liens entre la France et le Maroc sont puissants, le Maroc veut cependant se dégager du monopole occidental et français en particulier. Comment se fait-il alors que la France devienne la principale destination de formation des Marocains et cela jusqu’à aujourd’hui ?

Pour les départs en URSS, comment peut-on comprendre la sollicitation de la part de l’Etat marocain de la formation d’un certain nombre de ses jeunes dans les pays socialistes ? Le mouvement nationaliste et la plus haute autorité de l’Etat marocain éprouvaient en effet de la méfiance vis-à-vis de l’URSS, et cela malgré les relations tissées entre les deux pays (culturelles, économiques …). Suffit-il pour comprendre cette sollicitation de l’inscrire dans des relations « stratégiques » entre le Maroc et l’URSS ? Le Maroc cherchait à se dégager des ‘vestiges de la colonisation’ pour rendre réelle et opérationnelle son indépendance et l’URSS cherchait à élargir son influence dans le monde par le biais de l’appui à la lutte anticoloniale. Y avait-il aussi de la part de l’Etat marocain, une stratégie de formation des élites,  qui permette d’expliquer cette mobilité estudiantine ?

Nous nous appuierons principalement sur 90 entretiens semi-directifs auprès d’ingénieurs marocains diplômés en France (47 hommes et 9 femmes), au Maroc (7 hommes et 11 femmes), entre 1974 et 2003 et en URSS (16 entretiens dont une seule femme) entre 1956 et 1991 ; ainsi que sur un ensemble de données d’enquête sur les ingénieurs marocains, notamment ceux de l’Ecole Hassania des Travaux Publics (EHTP) de Casablanca et du MBA ENPC (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées) de Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.