3 février : La formation des cadres/quadros africains en URSS : le cas des étudiants des colonies portugaises, 1960-1974

ELITAF 3 02 JPG                                                     Séminaire ELITAF

La formation des cadres/quadros africains en URSS :

 le cas des étudiants des colonies portugaises, 1960-1974

Mardi 3 février, 14h à 17h, FMSH, 190 avenue de France, salle 318 (3è étage)

Constantin KATSAKIORIS, EHESS, Paris-Athènes

 Discutante : Anne LE HUEROU, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Département d’Etudes Slaves / Institut des Sciences sociales du Politique, chercheure associée au CERCEC

Résumé :

Au lendemain de l’indépendance de la plupart des pays africains, l’aide éducative que l’URSS mit à leur disposition fut une très bonne nouvelle, aussi bien pour les jeunes qui aspiraient à faire des études supérieures, que pour les nouveaux États. Ces derniers cherchèrent, quasiment tous, à établir des accords de coopération avec Moscou afin de profiter de cette aide, mais en même temps afin de réguler et de contrôler la formation de leurs cadres nationaux en URSS. Dans la première partie de notre exposé, nous nous attacherons à décrire cette coopération d’État à État, ainsi que les autres canaux de recrutement d’étudiants en URSS. Si ces étudiants ne constituaient pas des contingents homogènes, ils n’avaient pas moins comme point de référence leur État « national ».

 

A côté de ces futurs cadres, il y avait également les « quadros », à savoir les étudiants qui venaient des colonies portugaises, lesquelles se battaient encore pour l’indépendance. Quasiment tous ces étudiants arrivaient en URSS par le biais des partis révolutionnaires (PAIGC, FRELIMO, MPLA), qui menaient une lutte armée pour l’indépendance. A plusieurs égards, les quadros constituaient un groupe spécifique et particulier par rapport aux cadres, par exemple égyptiens ou congolais. Leur formation de départ, les exigences des partis révolutionnaires et souvent même leur vie politique et sociale en URSS étaient différentes. Dans la seconde partie de notre exposé nous nous focaliserons ainsi sur les quadros. Nous allons puiser dans les fonds d’archives soviétiques, les documents des organisations et des partis révolutionnaires des colonies portugaises afin de soulever différentes questions qui étaient propres ou non aux quadros, par rapport aux cadres africains, jusqu’à l’indépendance des colonies portugaises.

A la suite des remarques de plusieurs collègues du programme ELITAF (Grazia Scarfo Ghellab,  Michèle Leclerc-Olive), une discussion pourra être entamée sur les sources d’archives et sur l’hétérogénéité de ces « Africains » qui étudiaient en URSS.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.