Former des cadres experts et rouges

Trajectoires et expériences d’étudiant-e-s du Congo-Brazzaville parti-e-s  en URSS et dans les pays d’Europe de l’Est, 1965-1990

Séminaire ELITAF / RIAE

Mardi 19 mars 2013,  9h-12h

Lieu : FMSH, 190 avenue de France, 75013 Paris, salle du conseil B au sous-sol .

Nous accueillerons Patrice YENGO, directeur d’études associé à la FMSH, Université Marien Ngouabi, Brazzaville, RIAE

Discutant : Rémy Bazenguissa-Ganga, Professeur à l’Université Lille 1, CEAf/EHESS, RIAE

Résumé de l’intervention  de  Patrice Yengo le 19 mars

veninLe Congo-Brazzaville est l’un des pays d’Afrique francophone dont l’orientation politique a donné lieu à une large  ouverture vers l’URSS, les pays européens du Bloc soviétique, Cuba et la Chine populaire, ce qui s’est traduit rapidement par une politique de formation des élites dans ces pays. A la base de cette préoccupation, il y avait non seulement l’idéologie de « la voie non-capitaliste » de développement, en vogue dans les années 1960,  mais aussi la nécessité de rattraper le retard en cadres qui faisaient largement défaut au moment de l’Indépendance en 1960, l’ancienne puissance coloniale n’ayant pas assuré cette formation. Pourtant les formations à l’Est n’ont pas toujours été bien accueillies et les tensions entre plusieurs tendances du parti unique n’ont pas manqué. De manière générale, deux grandes périodes peuvent être distinguées.

La première intervient immédiatement après la chute du premier Président congolais, l’abbé Fulbert Youlou en août 1963, et la naissance d’un parti unique en 1964, le Mouvement National de la Révolution (MNR) d’orientation socialiste pour lequel la « congolisation » des cadres et la diversification des sources de formation  deviennent des priorités.  D’octobre 1965 à  juillet 1968, on observe une orientation alternée entre les pays « occidentaux » et les pays « socialistes » dont les bourses sont souvent attribuées pour des études moyennes.

La deuxième commence avec l’arrivée au pouvoir des militaires « révolutionnaires » en 1968 et la transformation du MNR en Parti Congolais du travail (PCT) ouvertement prosoviétique, qui radicalise l’orientation idéologique et politique du pays. C’est à ce moment-là que les pays de l’Est deviennent la direction privilégiée des étudiants congolais. Il ne s’agit plus seulement pour les dirigeants congolais de former des élites de premier plan mais des cadres experts et rouges. Ces mesures n’épargnent pas l’Armée, elle-même, auprès de laquelle le mythe de la Grande Muette a fait long feu.  Un grand courant de réforme idéologique balaie ses rangs et certains  militaires bien que déjà officiers supérieurs, pour avoir été formés dans les écoles militaires françaises, sont envoyés en URSS, en Chine ou dans les pays européens de démocratie populaire pour y recevoir  une formation idéologique.

La première question à laquelle devra répondre notre intervention est de savoir comment  se sont organisées ces grandes orientations universitaires et comment elles s’inscrivent dans l’histoire politique du pays. Et quelles en sont les conséquences ou les retombées aujourd’hui ?

Ensuite, nous interrogerons, à travers quelques enquêtes réalisées à Brazzaville au cours des mois de juillet et d’août 2012, les  trajectoires de ces étudiant-e-s parti-e-s en URSS ou dans un pays de l’Est et leurs expériences personnelles ou collectives pendant et après leurs études dans un pays où le prestige de la France reste dominant.  Quelques témoignages recueillis aussi en France viendront éclairer une orientation dont le poids commence seulement à se faire sentir au Congo-Brazzaville.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.