Tous les articles par Niane Boubacar

Table Ronde : Burkina Faso, les enjeux d’une crise politique

Table ronde

Burkina Faso : les enjeux d’une crise politique

 Mardi 20 mai, 16h-20h 

Lieu : Amphithéâtre Dupuis, Centre Malher, 9, rue Malher, 75004 Paris

Le Burkina Faso traverse depuis la fin des années 1990 une profonde crise politique inédite dans l’histoire du pays. D’importants mouvements sociaux ébranlent les fondements  du régime de Blaise Compaoré qui succéda violemment à celui du Capitaine Thomas Sankara  en 1987. Le 13 décembre 1998 suite à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, directeur de publication du journal l’Indépendant et de ses trois compagnons d’infortune, un puissant mouvement protestataire intitulé « Trop, c’est trop » porté par le Collectif des organisations démocratiques de masses et des partis politiques mena des actions massives contre l’impunité des crimes des sang et des crimes économiques.

Ce mouvement de lutte,  malgré les répressions policières  du régime s’inscrit dans la durée en s’installant dans les consciences des citoyens et citoyennes. Les auteurs de ce crime courent toujours et désormais, la preuve est établie aux yeux des populations que le régime contrôle un système judiciaire qui sert avant tout à protéger les auteurs de crimes politiques plutôt qu’à rechercher la vérité. Le divorce entre gouvernants et gouvernés s’approfondit. En février 2008, des mouvements de révolte spontanés s’étendent comme une traînée de poudre dans plusieurs villes du pays en écho aux « émeutes de la faim  » qui ont marqué l’opinion internationale  dans la même période sur le continent africain (Mali, Niger, Sénégal, etc.). Les organisations de la société civile prennent la pleine mesure des révoltes populaires et de l’importance de ces mouvements et leur donnent une ossature organisationnelle. Des protestations, des mutineries et des grèves secouent régulièrement le régime de Blaise Compaoré.  Depuis le début de l’année 2013 la crise s’approfondit ; des débats sont intenses  sur les questions de l’alternance et/ou du changement. L’ampleur de la contestation est telle qu’une partie des dirigeants historiques du CDP, parti au pouvoir, fait sécession et entre en opposition ouverte avec le dernier carré des fidèles du régime. Les forces politiques et sociales du pays s’expriment ouvertement et élaborent des stratégies afin de peser sur l’évolution d’une situation politique tendue. Le risque d’affrontements violents, voire le danger d’une guerre civile, est plausible dans cette situation périlleuse pour le Burkina Faso et la sous-région de l’Afrique de l’ouest.

Cette table ronde sera l’occasion de mieux comprendre les stratégies des acteurs de la scène politique burkinabé ainsi que les mutations économiques et sociales  qui secouent en profondeur le pays  depuis une dizaine d’années. Pour mieux connaître les enjeux de cette crise, nous reviendrons sur l’état économique et social du pays, les forces politiques qui s’y affrontent et les voies possibles de dépassement de cette situation critique. Cette crise, malgré son ampleur et son intérêt politique et intellectuel évident, est encore paradoxalement peu connue en France.

Table ronde présidée par Jean-Bernard Ouédraogo, directeur de recherche au CNRS

Intervenants :

Dragoss Ouédraogo, anthropologue et cinéaste, MBDHP, section France

André Tibiri, président de l’Organisation démocratique de la jeunesse, ODJ, Burkina Faso

Yves Millogo, bureau politique, Congrès pour la démocratie et le progrès, CDP, France

Zemba Gilbert, Mouvement du peuple pour le progrès, MPP, Paris, France

Lila Laly, Fondation Gabriel Péri, France

Et depuis le Burkina Faso :

Bazié Bassolma, secrétaire général de la CGT-B

 

Le film Tlé wili, soleil levant de Dragoss Ouédraogo sera projeté en introduction aux débats

 

Entrée libre

Contact : Jean-Bernard Ouédraogo jberno@yahoo.com

Table ronde organisée par le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM/FMSH), en partenariat avec le Centre d’histoire sociale du XXè siècle, Paris I, l’Institut des Mondes Africains, IMAF, et la Fondation Gabriel Péri,

 

 

 

Atelier ELITAF – 3e R.E.A.F « L’Afrique des/en réseaux »

Atelier du RIAM – FMSH/ITEM-UPPA/UCAD-FASTEF sur  les étudiants et les élites africains et des territoires sous domination formés dans les pays de l’ex Bloc Soviétique et leur contribution à la construction des Etats ( 3e Rencontres des Études Africaines en France  –  « L’Afrique des/en réseaux »  –  30 juin, 1 et 2 juillet 2014

A la veille des décolonisations et au lendemain des indépendances, des élites et des étudiants africains et des territoires sous domination sont allés nombreux se former de part et d’autre de la ligne de frontière de la guerre froide.  En effet, ces étudiants et élites sont partis se former, non pas dans l’ancien pays colonisateur, ou encore en métropole comme cela était souvent le cas, mais dans  les pays de l’ex-bloc de l’Est avec lesquels leurs Etats d’origine entretenaient ou non des relations diverses.

Ces étudiants et élites arrivés par différents canaux (partis politiques, syndicats, Etats, etc, Ils ont également connu des parcours ainsi que des trajectoires différenciés en termes de circulation, professionnel et politique. Aussi, les retraductions des formations et des expériences se sont faites différemment une fois de retour au pays.

Pourtant,  l’histoire de ces élites et de ces étudiants reste encore méconnue. Tout comme la place qui leur a été accordée ainsi et le rôle qu’ils ont joué ou non dans la construction des Etats.

En privilégiant deux grands repères dans ce processus (l’avant – l’après retour), ce panel réfléchira dans une perspective comparatiste sur le départ (le choix du pays et les modalités) et le retour (circulation, reconversion, insertion, engagement) de ces étudiants et élites.

Différentes questions sont abordées. Comment y sont-ils arrivés ? Quelles études ont-ils faites ? Outre les différents canaux qu’ils ont empruntés, on peut aussi s’intéresser au choix de la destination en rapport avec les trajectoires politiques des Etats. De la même façon,  il peut être important de s’intéresser à leurs filières d’études en rapport ou non avec les besoins des Etats. En l’occurrence, comment ont-ils choisi ces filières ? Ces formations renvoyaient-elles aux demandes des Etats ?

Une fois la formation terminée, ces étudiants rentraient pour la plupart dans leur pays d’origine. Ce retour qui prenait des formes différentes, variait également selon les trajectoires des Etats ainsi que leur configuration interne. Quel a été le devenir professionnel et politique de ces étudiants ?  En l’occurrence, quelles positions ont-ils occupées et quels rôles ont-ils joués ?

Ce devenir professionnel et politique était-il influencé ou non par ces trajectoires politiques des Etats ou subordonné aux concurrences internes entre disciplines et lieux de formation ?

Par delà les positions occupées, plusieurs questions se posent. Quelle a été leur contribution à la construction de leurs Etats contemporains respectifs, eu égard aux régimes que ces Etats se sont donnés et à leur place dans la Guerre des Blocs ? Quelle a été leur approche du développement et comment, au delà de leur itinéraire et de leur carrière propres, ont-ils traduit ou à l’inverse reconverti, retraduit ou abandonné les connaissances acquises pendant leur formation ?

 Interventions

 Les élites camerounaises formées à l’Est dans la construction de l’Etat au Cameroun par Luc NGWE

La capitalisation des acquis chez les Réunionnais formés dans l’ancien Bloc de l’Est par Lucette LABACHE et Laurent MEDEA

Les étudiants  congolais formés en RDA et en URSS : analyse comparée de deux parcours par Abel KOUVOUAMA

Elites subsahariennes et maghrébines : entre Perestroïka et Plan d’Ajustement Structurel par Michèle LECLERC-OLIVE

Construire l’Etat postcolonial avec des cadres rouges : Les cadres béninois formés en Union Soviétique dans l’Administration et la politique par Elieth EYEBIYI

 

Démocratie et islam après les printemps arabes : nouvelles perspectives politiques

Séance du séminaire «Réinventer le politique»

Lundi 24 mars 2014, de 10h à 13h

à la FMSH,  190 Avenue de France salle 1

Séance animée par

Sonia Dayan-Herzbrun, Professeur émérite de sociologie politique, Université Paris Diderot-Paris VII 

Démocratie et islam après les printemps arabes : nouvelles perspectives politiques

          Il y a un an, paraissait le livre de Philippe d’Iribarne intitulé L’islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), excellent exemple de ce néo-orientalisme qui a trouvé dans les révolutions arabes une occasion de se remettre en ordre de bataille. En réalité le poncif, rabâché à longueur de journée dans les médias occidentaux, d’une incompatibilité entre « islam » et « démocratie » ne date pas d’hier. Il repose sur une double essentialisation : celle de la démocratie et celle de l’islam. Au lieu d’être pensée comme ouverte, plurielle et toujours critique d’elle-même[1], la démocratie est pensée sur le modèle de la démocratie athénienne, considérée comme fondatrice de l’idée démocratique, en oubliant  que la démocratie athénienne reposait sur une économie esclavagiste, et qu’elle excluait de la citoyenneté les femmes et les non-autochtones, c’est-à-dire les « métèques ». En même temps on ignore les autres modes de gestion collective et d’organisation politique (comme celle, par exemple, des assemblées de villages en Kabylie, ou comme celle de l’institution de la palabre, en Afrique sub-saharienne).Quant à l’ « islam » on voit dans cette religion lue comme transhistorique, une matrice sociale. Toutes les variations, toutes les spécificités, toutes les dimensions géographiques, historiques et politiques sont gommées, et on ne voit apparaître dans ce tableau ni divisions sociales, ni divergences idéologiques. L’assurance avec laquelle bien des sociologues ou des politologues occidentaux s’érigent en experts, se prennent pour des théologiens, et expliquent ce que dit « Le Coran » devrait prêter à rire, si elle ne témoignait pas de cette forme nouvelle de racisme qu’est l’islamophobie. On peut lire ainsi sur la quatrième de couverture du livre de Philippe d’Iribarne : «  Explorer dans ses profondeurs l’univers de l’islam, renouvelle le regard sur les impasses d’aujourd’hui et permet de mieux percevoir à quelles conditions le monde musulman pourrait se réconcilier avec la démocratie ». Si l’on remplaçait dans cette phrase le mot islam par celui de christianisme ou de catholicisme, on la trouverait tout à fait sotte. Si on lui substituait celui de judaïsme, on jugerait cet énoncé franchement antisémite. Il est vraiment temps, comme nous y invite Olivier Roy, de « penser l’islam dans le même cadre où nous pensons les autres religions et le phénomène religieux lui-même »[2].

On sait que l’essentialisme est la posture même du discours colonial, comme il a été et est encore, celle du sexisme. Ce discours s’énonce à partir d’une position de savoir/pouvoir, venant justifier les ingérences, les agressions, les invasions. La « mission civilisatrice » a été remplacée par le devoir d’ « exportation de la démocratie », inventé au temps de la guerre froide (souvent également chaude, voire brûlante au Viêt-Nam) et brandi à nouveau en Afghanistan et en Irak, par exemple, avec le succès que l’on sait. Il est donc indispensable, non seulement de le critiquer, mais de se décentrer par rapport à lui. C’est ce que fait par exemple Jocelyne Dakhlia, avec la méthode qui est la sienne, c’est-à-dire celle d’une historienne éclairant le présent par une nouvelle lecture du passé. En témoigne l’entretien qu’elle a donné à La Vie des Idées, et qui a été publié en février 2014 sous le titre « Pouvoir et passions en terre d’Islam »[3]. Pour opérer ce décentrement, il convient tout d’abord d’adopter une posture non essentialiste, ce qui implique de penser la pluralité, la multiplicité, les divisions, l’historicité. Mais il faut surtout regarder, se mettre à l’écoute, et partir des pratiques et des discours des acteurs (c’est-à-dire tout simplement des gens qui vivent et agissent dans des sociétés à majorité musulmane, ou qui s’affirment comme musulmans dans des régions où l’islam est minoritaire, et qui se vivent, en particulier, comme des Occidentaux musulmans)[4]. C’est souvent dans le contact, dans le va et vient entre ces deux types de sociétés, qu’un nouveau discours et de nouvelles pratiques ont émergé, avec l’affirmation d’une démocratie non pas calquée sur un modèle occidental, mais se développant sur un horizon culturel, historique, symbolique « musulman », avec tout le flou et toutes les nuances possibles que ce projet peut revêtir. Cette connexion entre les références islamiques et l’aspiration à la liberté et à l’égalité n’est pas nouvelle.

 

I. L’autoritarisme et sa critique

 

Si l’on met de côté le mythique « despotisme oriental » qui, comme l’avait montré jadis Alain Grosrichard[5], avait d’abord été une fiction politique permettant d’énoncer une critique de l’absolutisme, mais qui a ensuite a servi d’argument massue contre les sociétés musulmanes, il est certain que beaucoup de pays à majorité musulmane ont connu, depuis la colonisation et après la fin de l’administration coloniale directe, des régimes autoritaires, voire extrêmement autoritaires. Cet autoritarisme qui n’a pu s’implanter et se développer qu’avec l’appui des puissances (ou des ex-puissances) coloniales, a été attribué soit à une nature « arabe », soit à un éternel musulman. [6] Cependant les luttes menées contre la colonisation ont bien mis en évidence la capacité à se mobiliser contre l’autorité et l’arbitraire, et les femmes, ou des femmes, ne se sont pas privées de participer à cette mobilisation.[7] Mais surtout, les tyrans « de l’intérieur » ont été très tôt contestés de la manière la plus radicale, à partir de références islamiques. J’en prendrai deux exemples.

Le premier est celui du penseur Abd Al Rahman Al Kawakibi (1855-1902), et de son livre Les caractéristiques du despotisme et son renversement.[8] Kawakibi est une des figures majeures du courant du nationalisme arabe (il était né à Alep et il mourut au Caire), qui envisageait le développement de la « nation arabe » dans le cadre d’une démocratie pluraliste, à l’intérieur de références musulmanes. Comme l’avait fait Xénophon, dans De la tyrannie, mais vraisemblablement sans l’avoir lu, Kawakibi montre que le despote suscite la peur, mais vit lui-même dans la peur. Cependant, au-delà de ces considérations sur le despote comme individu, Kawakibi s’intéresse surtout au « pouvoir despotique » comme système. « Le pouvoir despotique est bien entendu despotique dans toutes ses figures : du plus grand despote au policier, au domestique, au balayeur, ils sont tous au plus bas niveau de la morale. Parce que ceux qui sont ignobles ne s’intéressent pas d’eux-mêmes à la dignité et à la bonne réputation. Mais ce qui leur importe c’est de prouver à leur patron qu’ils sont à son image, qu’ils soutiennent son État »[9]. Kawakibi analyse aussi l’usage asservissant qui a été fait de la religion. Celle-ci «  a besoin de rénovateurs, écrit-il,  pour que ses racines pures et innocentes soient restituées, du moment qu’elle en possède la volonté et que disparaissent toutes les stupidités qui la déshonorent et qui l’utilisent pour atténuer les souffrances causées par le despotisme et l’esclavage »[10]. Il ne s’agit pas de supprimer la religion, mais de revenir, en quelque sorte à son moment fondateur. On songe ici à Mohammed Arkoun, qui, dans son livre Pour une critique de la raison islamique, parle de Médine comme d’une « expérience qui a été subversive dans un sens révolutionnaire ».

La deuxième figure majeure de la critique radicale de l’autoritarisme, à partir de références islamiques, est celle de l’iranien Ali Shariati (1933-1977). Au-delà même de la démocratie et depuis le chiisme et non plus le sunnisme, il propose une lecture « révolutionnaire » et anarchisante de l’islam, avec toutes les conséquences politiques et sociales que cela implique. En ce sens il est l’un des représentants les plus éminents de la théologie islamique de la libération[11] L’argumentaire qu’il développe dans son essai Religion vs Religion repose sur la notion de Tawhid, c’est-à-dire à la fois l’unité et l’unicité de Dieu. Dieu est ainsi le défenseur des opprimés et des déshérités et le but visé par le monothéisme est d’abord la justice. Mais le véritable monothéisme n’a encore jamais été réalisé. Sa réalisation passe par la lutte, le « jihad » contre l’avidité impérialiste et la loi des Césars. Ce que vise, en effet, Ali Shariati, c’est à la fois le régime du Shah et l’empire occidental (ou américain).

 

II. Le moment  des révolutions arabes

 

On voit donc que le fameux « Dégage », lu et entendu tant de fois au cours des « printemps arabes », fait écho à des mouvements de contestation très anciens. Ce qui est beaucoup plus nouveau dans ces insurrections, c’est que le « peuple » s’y affirme comme sujet. Un des slogans les plus entendus  dans les manifestations était « le peuple veut la chute du régime ». Avec cette affirmation d’une volonté populaire et d’un peuple sujet, on est bien au cœur de l’idée démocratique. Mais parce qu’on a très rarement pu se défaire des connotations occidentalistes de la notion de démocratie, on n’a pas compris que les élections qui ont suivi ces mouvements insurrectionnels aient pu donner la majorité à des partis à référence musulmanes (ou islamiques). Or ces partis (certes le plus souvent conservateurs du point de vue des mœurs ainsi que du point de vue économique, et également sans expérience du pouvoir ni connaissance de ses rouages) ont été élus démocratiquement (pour des raisons qui ont été largement analysées) et ils mettaient en œuvre un fonctionnement démocratique. Avec ces élections, qui laissaient la place à une opposition pour s’exprimer, le processus démocratique se trouvait enclenché. C’est la thèse qu’a développée Asef Bayat,[12] qui reprenant le concept utilisé par Olivier Roy dans un autre contexte, parle de post-islamisme. Pour ces partis, il ne s’agit pas d’établir un État fondé sur la religion, mais pas non plus un État laïc, le terme de laïcité renvoyant les imaginaires à l’athéisme. L’État est envisagé comme un État de citoyens, libres et égaux et pourvus de droits, c’est-à-dire, encore une fois,  comme un État démocratique. Le préambule de la constitution tunisienne, adoptée en janvier 2014, après beaucoup de réflexions, de discussions, de débats et d’alliances, l’exprime clairement. « Oeuvrant pour un régime républicain démocratique et participatif dans le cadre d’un État civil et gouverné par le droit, et dans lequel la souveraineté appartient au peuple qui l’exerce sur la base de l’alternance pacifique à travers des élections libres, et du principe de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs…. ». La suite du texte affirme le droit de s’organiser, le principe du pluralisme, la bonne gouvernance, la liberté des élections, la suprématie de la loi, le respect de toutes les libertés ; les droits de l’Homme, l’indépendance de la justice, l’équité et l’égalité en droits entre citoyens et citoyennes, et entre « toutes les catégories sociales et les régions ». Mais en même temps cette constitution affirme aussi, dans son préambule et dans son premier chapitre, un attachement à l’enseignement de l’islam et à l’ « identité arabo-musulmane ». Cette affirmation qui tient compte des spécificités historiques et culturelles de  la Tunisie (l’Islam est sa religion, l’arabe sa langue et la République son régime » dit l’article 1) va de pair avec celle des principes démocratiques de liberté, de souveraineté populaire, et de non-discrimination (en particulier en établissant la parité entre femmes et hommes).

Ces textes (et ceux qui ne manqueront pas d’être produits ailleurs et/ou plus tard) portent la marque de la longue maturation d’une pensée politique qui s’est développée dans l’exil, non pas sous l’influence de, mais dans la rencontre avec. Deux noms se détachent ici, celui de Tarid Ramadan, dont la réflexion politique s’adresse davantage aux « Occidentaux musulmans » ou encore musulmans minoritaires d’Europe et des États-Unis, et celui de Rachid Ghannouchi, [13]le dirigeant historique du parti tunisien Ennahda. L’un et l’autre posent la démocratie comme principe, tout en montrant les limites et les contradictions de la démocratie « occidentale ». Rachid Ghannouchi, par exemple, en dénonce les limites. En Occident, les principes démocratiques ne s’appliquent qu’à une partie de la population vivant sur le territoire national (et à l’origine seulement aux propriétaires mâles), et ils ne concernent que les nationaux. Ils ne sont donc pas incompatibles avec le nationalisme et le racisme. L’établissement de la démocratie n’a pas empêché aux Etats-Unis la conquête de l’Ouest et le massacre des Indiens, l’esclavage, puis la ségrégation, ni même en France la politique coloniale brutale du passé et le traitement dont sont l’objet les immigrés maghrébine et autres. (L’universitaire égyptienne Heba Raouf, qui se situe dans cette même ligne de pensée politique, considère que l’idée démocratique doit être alors complétée par celle de « société civile globale »). De plus, ajoute Rachid Ghannouchi, au point de vue des mœurs, les valeurs prônées dans les démocraties occidentales sont celles de l’hédonisme et de la jouissance. La démocratie doit être, au contraire, fondée sur les dimensions spirituelles et éthiques de l’être humain, telles qu’on les trouve dans l’islam. Cependant, et c’est là un point important, mieux vaut selon [14] Ghannouchi une démocratie à l’occidentale qu’une dictature. La vision de Rachid Ghannouchi n’est donc ni binaire ni manichéenne. On peut y trouver une combinaison d’attachement à des principes et de pragmatisme.

Tariq Ramadan est sans doute celui qui est allé, jusqu’à présent, le plus loin dans la direction d’un projet de démocratie musulmane conçue à la fois comme démocratie politique et démocratie sociale. Aux critiques formulées par Rachid Ghannouchi, il ajoute des critiques relatives aux liens consanguins tissés aujourd’hui entre les démocraties et les puissances politiques et qui vident peu à peu ces démocraties de toute substance. Partant du constat du « pouvoir immense du champ économique sur toutes les structures politiques » il ajoute « On peut bien parler de démocratie et de pouvoir de l’État, mais ce dernier est relatif et les multinationales, les banques et les technocrates sont bien les maîtres du jeu (…) La délégation de pouvoir  octroyée par les citoyens à l’État est relative, sinon marginale et fantasmée ; la transparence est absente, l’essence démocratique des processus de décision est souvent un leurre et l’absence éthique en politique est désormais la règle partout ».  Dans un livre récent, Islam and the Arab Awakening, (Oxford University Press, 2012), il avait rappelé que  les cinq principes inaliénables de la démocratie sont en conformité fondamentale avec l’islam. Ces principes sont l’État de droit, l’égalité de tous les citoyens, le suffrage universel, le fait de répondre de ses actes (accountability), la séparation des pouvoirs. Ainsi se comprend l’articulation entre orientation éthique donnée par une lecture de l’islam qui lui rendrait  « son potentiel de libération sociale, économique et culturelle »[15] et l’instauration d’un État civil (dawla madania) où sont reconnus des droits égaux pour tous les citoyens, le pluralisme religieux et politique, la liberté de conscience, de culte et d’expression. L’idée d’État civil, présente dans de très nombreux textes, et par exemple dans la constitution tunisienne, renvoie à un espace commun séculier, où l’autorité toute spirituelle du religieux est séparée du pouvoir d’État, et où l’Etat est donc neutre pour tout ce qui concerne les doctrines religieuses et réciproquement, à la différence de ce qui se passe, par exemple, en Arabie Saoudite ou en Iran. Cette séparation entre islam et État a pour but de protéger la société, mais aussi, et surtout, de protéger la religion de l’État. Ici se trouve réaffirmée la distinction fondamentale  faite en islam entre l’autorité (morale et religieuse) et le pouvoir ou les pouvoirs. La référence à la notion de dawla madania se trouve aussi au cœur de la réflexion politique dans des pays de « culture » musulmane, mais où coexistent différentes religions, en particulier au Liban. On peut se référer ici à des textes de Samir Frangié ou de Georges  Corm[16].

 

III. Une démocratie au féminin

 

Parmi les soutiens les plus actifs de ce projet de démocratie à référence musulmane, il y a un grand nombre de femmes. La révolte contre l’autoritarisme a été aussi, dans les révolutions arabes, une révolte contre l’autoritarisme patriarcal. Mais bien des femmes ont mené cette révolte et continuent à le faire, de l’intérieur des références religieuses. Il ne s’agit pas pour ces femmes, comme dans les mouvements dits « laïcs », c’est-à-dire souvent calqués sur l’Occident, de défendre les droits des femmes contre la religion, mais de contester la manière dont:

1) Les pouvoirs politiques ont utilisé (ou instrumentalisé) et continuent à utiliser la religion (c’est-à-dire les textes et les hiérarchies religieuses) pour gouverner de manière autoritaire et arbitraire. C’est ce qu’explique la théologienne féministe syrienne Hanane-al-Laham dans un entretien avec Zahra Ali réalisé à Damas en mai 2011. Elle déclare être partisane d’un État civil, car « L’histoire nous a montré que toute théocratie était un échec ». [17] « La dictature religieuse, ajoute-t-elle, est la pire des dictatures, car on s’impose au nom de Dieu. Cela ne laisse place à aucune critique. Heureusement que les révolutions arabes n’ont pas pris la forme de la révolution iranienne ».

2) Les textes sacrés ont été lus et interprétés par des hommes qui les invoquent pour légitimer leur domination, d’où la nécessité d’entreprendre un travail de relecture, ou, comme disent les féministes islamiques, de « réouverture des portes de  l’interprétation ».

On ne peut parler, en toute rigueur, d’un féminisme islamique. Ce courant est pluriel, diversifié, et revêt toutes sortes de nuances touchant au théologique, aux codes vestimentaires, aux modes de prise en compte des questions sociales, etc. Mais dans leurs différentes composantes les féminismes islamiques viennent renforcer ce courant qui repart de la référence islamique pour repenser le rapport politique de façon à établir une souveraineté populaire incluant les femmes, avec les institutions qui la rendent possible, et pour repenser également le rapport à l’État, en privilégiant l’État civil, c’est à dire une forme d’État où toutes les institutions sont séculières, mais où l’horizon symbolique reste celui de l’islam qui fonde les principes et les valeurs. Il n’est pas jusqu’en en Arabie Saoudite où est apparu en février 2011 un mouvement qui s’est appelé Saudi Women’s Revolution que ces exigences n’aient pas trouvé à s’exprimer, mais seulement sur les réseaux internet, il est vrai. [18] On est donc très loin de la condamnation de la démocratie comme « impie » qui circulait dans les années 1990. La critique de la démocratie occidentale, à l’intérieur de laquelle il faudrait réinjecter du sens et de l’éthique, devient une critique constructive.

 

Ainsi, si nous sortons de la pensée coloniale, c’est-à-dire de l’idée que les modèles élaborés dans l’Occident blanc, mâle et chrétien, sont universels et disqualifient les autres, alors nous devons prendre au sérieux cette réflexion politique qui se trouve de plus en plus confrontée à la question sociale sur laquelle les désaccords, formulés ou non, sont les plus importants. Certes le projet de démocratie islamique ne constitue qu’un courant parmi d’autres, mais c’est un courant qui se fait de plus en plus entendre, pour peu qu’on accepte de l’écouter. Cette rapide esquisse que je viens de tracer ne tient, bien entendu, pas compte des nuances et des distinctions qui divisent et opposent les multiples tendances. Les positions ne cessent d’évoluer, au fil des circonstances et des conjonctures. Mais il est évident qu’on se trouve de fait face à une véritable « rénovation du politique », qui est le thème auquel ce séminaire invitait à réfléchir.


[1] C’est la thèse brillamment développée par le juriste autrichien Hans Kelsen (La démocratie. Sa nature. Sa valeur. Première édition française chez Sirey, en 1932.  Ce livre a été réédité chez Dalloz en 2004) et également par Karl Popper, avec le concept de « société ouverte ».

[2] Olivier Roy, La laïcité face à l’islam, Pluriel/Seuil, 2013,  page172.

[3] L’entretien a été réalisé par Nicolas Delalande et Thomas Grillot.

[4] Je reprends à dessein cette expression utilisée par Tariq Ramadan (Mon intime conviction, Archipoche, Presses du Châtelet, 2009,  page 65).

[5] Voir Alain Grosrichard, Structure du Sérail (la représentation du Despotisme oriental dans l’Occident de l’Age classique), Editions du Seuil, Paris, 1979.

[6] Cette thèse est celle que défend par exemple Larbi Sadiki dans The Search for Arab Democracy, Columbia Press, 2004) en développant son analyse à partir de la philosophie occidentale contemporaine..

[7] Voir par exemple Sonia Dayan-Herzbrun, « Femmes du Liban et de la Palestine dans la lutte armée », dans Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Penser la violence des femmes, La Découverte, 2012.

[8] Cet ouvrage est en voie de traduction et devrait paraître à l’automne 2014 aux Éditions Actes Sud. Des extraits en ont été publiés dans les n° 38-39 de Tumultes, consacré au Moyen-Orient en mouvement.

[9] Tumultes 38-39, page 19. Ces extraits ont été traduits par Alessandra Fiorentini.

[10] Ouvrage  cité, page  23.

[11] Voir Hamid Dabashi,  Islamic Liberation Theology. Resisting the Empire, Routledge, 2008.

[12] Asef Bayat, « Des révolutions post-islamistes », Tumultes, n°38-39.

[13] Lire, par exemple, Azzam S. Tamimi, Rachid Ghannouchi, A Democrat within Islamism, Oxford University Press, 2001, et John Esposito and Azzam Tamimi (editors), Islam and Secularism in the Middle East , New York University Press, 2000, où figure un texte important de Rachid Ghannouchi.

[14] Edgar Morin et Tariq Ramadan, Au péril des idées, Presses du Châtelet, 2014, page 134.

[15] Tariq Ramadan, « Dépasser l’islamisme » (article en ligne  http://tariqramadan.com/blog/2013/08/05/depasser-lislamisme/).

[16] Cf. Sonia Dayan-Herzbrun « La notion d’État civil dans les sociétés arabes : une laïcité sans laïcité »  (dans Jean Baubérot, Laïcité, laïcités, reconfigurations et nouveaux défis, à paraître aux Éditions de la FMSH, fin 2014 ).

[17] Zahra Ali, Féminismes islamiques, La Fabrique,2012.

[18] Voir Feminist and Islamic Perspectives. New Horizons of Knowledge and Reform, edited by Omaima Abou-Bakr, Women and Memory Forum, 2012.

Appel à communication

Call for papers

NEW EUROPEAN RESEARCH ON CONTEMPORARY CHINA CONFERENCE

2nd Edition

Dates: July 2-4, 2014

Venue: Beijing (Delegation of the European Union to China)

 This conference aims to bring together doctoral candidates, post-doctoral researchers and recent PhDs based in China, either European nationals or affiliated with European research institutions, in order to produce an overview of the emerging problematics in Chinese studies. The focus of the conference is on contemporary China, in a multi-disciplinary social science perspective.

Organizers:

French Center for Research on Contemporary China (CEFC) and Sino-French Academic Center (CFC, Tsinghua University)

EURAXESS Links China

Supported by:

Delegation of the European Union to China

European Center for China Studies (ECCS), Peking University

Heinrich-Böll Foundation

Think in China

 Scientific Committee

Jean-Philippe Béja (CEFC Beijing/Hong Kong)

Jean-Pierre Cabestan (Baptist University, Hong Kong)

Sylvie Démurger (CNRS-GATE, Lyon)

Bettina Gransow (Freie Universität Berlin)

Aurore Merle (CEFC, Hong Kong; Tsinghua University, Beijing)

Matthias Niedenführ (European Centre for China Studies, Peking University)

David O’Brien (University of Nottingham-Ningbo)

David Palmer (The University of Hong Kong)

Eva Pils (Chinese University of Hong Kong)

Christoph Steinhardt (Chinese University of Hong Kong)

Sebastian Veg (CEFC, Hong Kong)

Argument

The reforms launched in the late 1970s have deeply transformed Chinese society, but also research on China: the theoretical and methodological challenges raised by reform-era China have opened up a vast laboratory for researchers in humanities and social sciences. Along with the growing exchanges between China and Europe, the number of European doctoral candidates and recent PhDs in humanities and social sciences doing research in and studying China has increased; many young Chinese scholars also choose to bring their expertise on contemporary China to European academic institutions. They all represent the future of European research on contemporary China.

The main purpose of this Conference held for the second time in Beijing is to provide a forum for these young researchers at the European level and in China. The success of the first edition held in 2012 which gathered 50 young researchers from 15 countries (selected among 130 applicants) confirmed the necessity to provide such a forum for reflection and discussion.

The Conference will be an occasion to facilitate exchanges on common research subjects, compare perspectives and methodologies, and promote interdisciplinary dialogue. By providing a space for debate and reflection, the Conference intends to contribute to the emergence of more diverse theoretical approaches on the subject. It will enable the participants not only to expand their network and broaden their horizon, but also to take part in the construction of European research networks and promote China-Europe dialogue.

The participants will present their research during thematic panels. Each speaker will deliver a paper in English, followed by a discussion with invited scholars and specialists. Among the different topics:

Topic 1: State construction and reform in China: dynamics of the political and legal systems, the role of the Party, ideologies, foreign policy and international relations.

Topic 2: Economic reforms and sustainable development: industrial development, enterprises, innovation policies, environmental issues.

Topic 3: Territorial and social reconfigurations: centre-local relations, urban and rural development, social policies, social stratification and social groups, migrations, inequalities.

Topic 4: Civil society and social movements: civil rights activism, social history, citizen action, state-society relations.

Topic 5: Traditional and new identities: religions and cultural communities.

Topic 6: Intellectual debates and cultural production: literature and arts, cinema and television.

 

Who can apply?

The Conference is designed for doctoral candidates and recent PhDs in humanities and social sciences currently in China or planning to be in China in the summer of 2014, either European nationals or affiliated with a European university or research institute, regardless of nationality. Among the different disciplines that will be considered: anthropology, law, economics, geography, history, literature, international relations, political sciences and sociology.

 

Practical arrangements:

The conference will sponsor domestic travel within China and accommodation in Beijing for selected participants; however, no funding is available for international travel.

 

Registration details and schedule

 

(1)    A paper title and abstract (up to 20 lines) in English is to be sent by 15 February 2014 to Ms. Miriam Yang: cefc@cefc.com.hk.

(2)    The selected participants will be notified by 15 April 2014

(3)    The final papers (up to 8000 words) should be sent by 31 May 2014

(4)    Selected papers may be published in the journal China Perspectives/ Perspectives chinoises.

 

 

Key words: Conference, Contemporary China, Social Sciences.

 

Schedule and location: Beijing, 2-4 July 2014

Deadline for submission: 15 February 2014

Contact: Ms. Miriam Yang, cefc@cefc.com.hk

 

Organizers’ Websites:

www.cefc.com.hk

china.euraxess.org

La dialectique de l’enfant soldat à partir du roman de Kourouma : Allah n’est pas obligé

par Justin K. BISANSWA, Professeur Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en littératures africaines et Francophonie, Université Laval, Canada, Directeur d’études associé EHESS

 

Lundi 9 décembre 2013 de 13h à 15h

Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 190 avenue de France, salle 1, rez-de-chaussée
Discutantes :  Tassadit YACINE, EHESS/LAS et Anne PIRIOU, RIAE
À travers la figure d’un enfant soldat (Birahima), Ahmadou Kourouma montre les rivalités et intrigues qui se cristallisent autour du pouvoir pour l’exploitation des gisements miniers et qui nous en disent beaucoup sur une certaine psychologie des rapports sociaux et toute une mise en scène de la vie quotidienne en temps de guerre en Afrique. Mais bien d’autres enjeux se profilent derrière ces concurrences mesquines qui incitent les individus à “se poser en s’opposant”. La soif de richesses qui accapare le petit monde kouroumien s’accompagnant de toute une mobilité individuelle, voyant les uns s’élever, les autres se déclasser, touche à bien plus fondamental. C’est de l’antagonisme entre vastes groupements qu’il est question en dernière instance et, n’ayons crainte de le dire, d’une lutte de classes qui, si elle n’est pas précisément celle que Marx a décrite, n’en a pas moins un statut historique.
Dans son entreprise, Kourouma reprend ainsi sur le mode fictionnel les questions que l’on se pose: qu’arrive-t-il dans une société quand les élites sont défaillantes au point de renoncer à leur rôle pilote? Comment cette société supplée-t-elle à ce manque? À ces questions, le romancier répondra sans pathos ni emphase, mais en faisant jouer toutes les ressources de la dialectique ironique dans laquelle il est passé maître. Ce sera pour exorciser les croyances nostalgiques de son personnage central, mais mieux encore, pour se donner une prise sur le monde qui le fasse échapper à ces écueils de la représentation réaliste que sont la description en tableaux et les inventaires exhaustifs. Instables par vocation, les personnages vont beaucoup circuler dans cet espace, y forcer la communication, y provoquer des ruptures et aboutir à faire sortir les autres d’eux-mêmes jusqu’à ce que ceux-ci s’avouent pour ce qu’ils sont, les produits d’un écheveau tourmenté de contradictions et de manipulations.
Si on analyse la représentation active de ces personnages dans le roman, on remarque que les classes – populaires – les plus dominées prennent part à la lutte des dominants. L’auteur est-il pris d’un accès d’esprit démocratique jusqu’à se demander si la véritable lutte révolutionnaire est le fait des gens du peuple? Ou encore célèbre-t-il l’avènement d’un prolétariat émancipé ?

Contacts : Monique de Saint Martin  monique.de-saint-martin@ehess.fr,  Anne Piriou   apiriou4@yahoo.fr

Les notions de société civile. Usages et traductions – Journée d’étude internationale

29 novembre 2013

salle du Conseil A, R-1, bât. Le France, 190 avenue de France 75013 Paris

 

CONTACT : Michèle Leclerc-Olive mleclerc@ehess.fr

 

9h – 9h30 M. Leclerc-Olive (ARTESS – RIAE – IRIS ) Les enjeux d’une enquête

 

Première session  9h30 – 10h 45 Au sein des agences de coopération

Claire Visier (Marie Curie Fellow, Université de Bilgi, Istanbul)

« Société civile » : Généalogie d’une catégorie européenne

Denis Merklen (CSPRP – IHEAL)

« Renforcer la société civile » ? : un projet pilote de l’UNESCO

 

Deuxième session 11h – 13h Les notions de société civile en contexte

Julien Kilanga Musinde (CERIEC – Université d’Angers)

Afrique (RDC) : Entre théorie et pratiques

Rahsan Aktas (traductrice, étudiante EHESS)

Turquie : un enjeu politique

Sahar Saeidnia (IRIS-EHESS)

Iran : une société civile islamique ?

Troisième session 14 h15- 16 h Circulations

Niall Bond (LCE (EA 1853) – Université Lyon 2)

Entre mondes anglophone et germanophone

Michèle Leclerc-Olive (ARTESS – RIAE – IRIS)

Le vestibule et la palabre

Lun Zhang (CICC – Université de Cergy-Pontoise – RIAE)

Chine : enchevêtrement entre tradition et modernité

 

Quatrième session 16h 15 18h Ambivalences

Noureddine Mihoubi (ERASME – Université Paris 8)

Algérie : du contestataire  au participatif

Laura Ruiz de Elvira Carrascal (Université Philipps de Marburg)

Les notions de Mujtama‘ ahlī  et de mujtama‘ madanī  dans la Syrie des années 2000

Françoise Daucé (CERCEC – Université de Clermont-Ferrand)

Russie : entre civilité et civisme

 

Discussion générale 18 h 19h

Cocktail

 

Au lendemain de la chute du mur de Berlin, Charles Taylor écrivait[1] que le concept de société civile ne pouvait pas être exporté sans précaution en dehors de l’espace culturel européen et occidental. Aujourd’hui, vingt ans plus tard, force est de constater que cette notion est traduite et utilisée dans un très grand nombre de pays, de sociétés et de langues.

Personne n’ignore que des héritages multiples ont nourri l’irrémédiable polysémie de ce terme, au sein même de cet espace occidental. Adam Smith décrivait en 1776 la société de son temps comme une civil society, comme un espace où « chaque homme vit d’échanges, devient dans une certaine mesure un marchand » ; « la société elle-même devient proprement une société commerçante[2] ». D’autres philosophes, notamment Hegel et Marx, ont apporté ensuite leur propre conceptualisation de la société en termes de bürgerlich Gesellschaft, resserrant la signification sur les aspects proprement capitaliste de la société. La fin du XXème siècle offre à la notion de société civile une nouvelle carrière qui en fait un réservoir de relations débarrassées de leur individualisme et de leur caractère purement marchand.

Des auteurs contemporains y voient sinon un synonyme, au moins un concept voisin ou complémentaire de celui de sphère publique. D’autres s’en servent de manière plus restrictive pour désigner par ce terme les associations ou les regroupements qui échappent aux sphères politique et économique : « ni prince, ni marchand ». Les tentatives de mise en ordre de ses acceptions et usages multiples sont elles-mêmes objet de controverses.

Parallèlement, depuis une vingtaine d’années, la coopération internationale a contribué à la diffusion et à la promotion de cette notion de civil society à travers le monde. Celle-ci fait aujourd’hui partie du langage obligé des acteurs politiques, des promoteurs du développement et des chercheurs dans de nombreux pays où des formes diverses d’association et de mobilisation se réclamant de la société civile ont vu le jour. Leur histoire propre ne semblait pas pourtant avoir généré jusque là des modalités de regroupement volontaires, d’adhésion ou d’affinités électives analogues à celles qui, en Europe, ont vu le jour parallèlement au déclin des appartenances héritées.

Mais, si tout le monde s’accorde pour reconnaître le caractère à la fois polysémique et proliférant de la notion de société civile, les travaux très divers qui soutiennent ce constat, ne se sont guère intéressés jusqu’ici au rôle joué par les langues elles-mêmes comme opérateurs et descripteurs de ces transformations sociétales.

Il nous semble expédient :

1)      de dresser aujourd’hui un état des lieux des transformations tant politiques et sociales que philosophiques et sociologiques affiliées à cette évolution des répertoires linguistiques dans les principaux espaces culturels et politiques.

2)      et pour ce faire, de tenter d’éviter la normativité induite par des choix a priori de définitions en portant le regard sur les traductions et les usages.

 

Quelques questions générales esquissent le champ de recherche que nous souhaitons explorer. Quels ont été en effet les choix de traduction de la notion de société civile et leurs usages ? En un quart de siècle, comment les langues affiliées à des traditions qui n’ont pas participé à la formation de ce concept polysémique, l’ont-elles approprié ? Comment l’ont-elles relié ou non à des formes d’association, prescrites ou libres, plus anciennes ? En quoi l’introduction de cette notion dans le vocabulaire politique a-t-elle renouvelé les manières de penser l’avenir des sociétés ? À quelle conceptualisation locale de la démocratie  a-t-elle contribué ?

 


[1] Charles Taylor, 1995, « Invoking Civil Society », in Philosophical Arguments, Harvard University Press. Ce texte a été publié une première fois en 1990 par le Center for Psychological Studies à Chicago.

[2] Adam Smith, 1776, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, traduction de P. Taieb, PUF, p. 25.

Les sciences sociales et leurs contextes d’apprentissage et d’exercice

Elitafavril

Le parcours académique des chercheurs africains formés en Bulgarie et dans l’ex Union soviétique dans les années 1960-1990. Réflexions sur la pré-enquête

Jeudi 21 novembre 2013

Lieu : FMSH 190 avenue de France, salle 3 de 11h à 13h

par Svetla KOLEVA, Institut d’étude des sociétés et du savoir (ancien Institut de sociologie), Académie bulgare des sciences, Directrice d’études associée FMSH

Discutants : MihaïDinu GHEORGHIU, Université de Iasi et RIAE

Boubacar NIANE, Université Cheikh AntaDiop, Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation et RIAE

A partir du parcours académique des chercheurs africains formés en Europe de l’Est dans les années 1960-1990, la recherche vise à identifier et analyser les modalités de pratique scientifique au croisement de différents contextes d’apprentissage et d’exercice des sciences sociales. L’objectif est d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes : Que deviennent les expériences universitaires et professionnelles accumulées au sein des sociétés socialistes de type soviétique, sont-elles recyclées dans les contextes postcoloniaux et postcommunistes, si oui, comment ? si non, pourquoi ?

Lors du séminaire seront présentés le cadre théorique de la recherche et les résultats de la pré-enquête portant sur a) la politique scientifique à l’égard de la formation académique des chercheurs africains en Bulgarie et dans l’ex Union soviétique, b) les recherches menées en la matière et c) la construction de la base de données. Les deux pays constituent un terrain de recherche privilégié pour deux raisons principales. D’une part, au sein de l’ex-bloc soviétique, la Bulgarie et l’URSS montrent la plus forte homologie sur le plan de l’enseignement supérieur et de la recherche. D’autre part, les deux pays différent considérablement en ce qui concerne leur rôle et pouvoir d’influence dans le cadre des anciens pays socialistes de l’Est ainsi que la formation et l’encadrement des doctorants africains. Si l’ex Union soviétique se caractérise par une longue tradition d’études africaines et des dispositifs institutionnels à l’appui (Institut d’Afrique, Bulletins de l’Institut d’Afrique, Groupe de recherches sociologiques, Université Patrice Lumumba), la Bulgarie fait preuve d’un manque d’intérêt soutenu. A travers la comparaison des similitudes et des contrastes dans la politique scientifique des deux pays à l’égard des Africains et sa mise en place, la pré-enquête permet de discerner différents éléments du contexte d’apprentissage et d’évaluer leur poids dans la formation académique des chercheurs africains.

Le service public de l’éducation au Sénégal, entre exigences transnationales et redéfinition de l’Etat national

par Boubacar NIANE, Université Cheikh Anta Diop/ Faculté des Sciences et Technologies de l’éducation, Dakar

Discutante :  Anne-Catherine WAGNER, Université Paris I, CESSP

Lundi 18 novembre de 10h à 12h

Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 190 avenue de France, salle 1- RDC

En matière de formation, de nouvelles offres de « services publics d »éducation » sont initiées et mises en œuvre pour des couches ou catégories dites défavorisées. A partir de l »exemple des ‘Collèges du Monde Uni’ (UWC), des Etablissements privés d’enseignement supérieur (EPES), des formations dans les anciens pays de l’Est, ainsi que des Ecoles islamiques (‘daaras modernes’), on se propose d’apprécier dans quelle mesure ces offres émanent au Sénégal des instances officielles (Etat) ou seraient plutôt endossées par ces dernières. Autrement dit, l’on tentera de déterminer le degré d’imposition explicite et/ou implicite de la définition des politiques « publiques » ainsi que des postures y afférentes, par des acteurs non étatiques. C »est là une tentative d »analyse du processus de construction contemporaine de l »Etat à partir des filières et pays de formation qui peut révéler des logiques contradictoires, du moins différentes de la part de groupes d’intérêt qui, dans leur stratégie de positionnement dans l’espace national ou local, peuvent peu ou prou « défier » l »Etat. In fine, quand des logiques individuelles arrivent à transfigurer un tant soit peu des positions et rôles étatiques, ne peut-on pas admettre le déroulement d’un  processus et des médiations de contournement, de disqualification relative, ou de fragilisation de l’Etat national par des segments transnationaux, jouant consciemment ou non, un rôle d’interface pour la transmission et l’imposition de postures et de rationalités homogénéisées ?

 

Vers une réinvention du politique

Jeudi 14 février 2013

Séminaire RIAE / Vers une réinvention du politique

La deuxième séance du séminaire du RIAE Vers une réinvention du politique aura lieu

à la FMSH, 190 avenue de France 75013, Paris

Jeudi 14 février 2012  – Salle 2  (rez-de-chaussée)
de  14h à 16h

Thème : La question de la liberté  chez les Pères Blancs en Afrique

par Magloire Some

Maitre de Conférences (HDR)  Histoire religieuse contemporaine

Université Ouagadougou (Burkina Faso)

Pour le groupe de coordination

Anne PIRIOU