Archives de catégorie : Colloques

SCARFÒ GHELLAB Grazia

Le diplôme d’ingénieur est-il un moteur de mobilité sociale ? Le cas des ingénieurs marocains formés en URSS.

Grazia SCARFÒ GHELLAB

Notes introductives

Mes recherches sur les ingénieurs marocains formés en France et dans les écoles d’ingénieurs marocaines montrent que la perméabilité de l’élite du pouvoir au Maroc est une hypothèse crédible (Scarfò Ghellab, 2012). Le diplôme d’ingénieur ne s’affirme pas comme véritable et unique droit d’entrée pour le champ du pouvoir marocain, mais il participe – surtout si c’est un diplôme obtenu dans le pôle d’excellence des grandes écoles françaises – à ce que les chances de pouvoir accéder aux élites du pays s’étendent à une catégorie de gens traditionnellement exclus de cette prérogative.

En revanche, le travail de terrain réalisé jusqu’à présent auprès d’ingénieurs diplômés en URSS entre 1960 et 1991 suggère que ces derniers, à leur retour au Maroc, n’ont pas occupé des postes qui justifient de considérer qu’ils ont intégré les élites au pouvoir. Ainsi, je pourrais avancer l’hypothèse que la filière en ingénierie soviétique, tout en ayant déclenché un processus de mobilité sociale, n’a pas pour autant propulsé ses diplômés au rang d’élites du pays.

Toutefois, le travail de terrain n’est qu’au tout début et je suis bien loin de pouvoir vérifier cette hypothèse. Les données collectées jusqu’à présent sont exclusivement qualitatives et je n’ai pu interviewer que dix ingénieurs.

J’ai pu reconstruire leurs histoires grâce à des entretiens semi-directifs par lesquels les points suivants ont été affrontés :

  • Leur parcours scolaire de leur plus jeune âge en mettant l’accent sur le « choix » de l’ingénierie et puis de l’URSS.
  • Le rôle des parents ou d’autres acteurs (enseignants, amis, autres) dans l’investissement dans les études et dans le départ en URSS.
  • Les « voies » concrètes de départ vers l’URSS (syndicats, partis, État, famille, amis, etc.)
  • La vie en URSS pendant les études en essayant de saisir s’il y a eu – selon leur avis – une volonté et une pratique d’« endoctrinement politique », s’ils se sont lancés dans une activité associative/politique, comment ils ont vécu les rapports avec les Soviétiques (amis, camarades de cours, enseignants,…), comment – si c’est le cas – ils ont vécu le passage à la perestroïka, etc.
  • Le retour au Maroc : reconstruction de l’expérience professionnelle (public/privé, salariat/entreprenariat, compétences mobilisées, évolution de la carrière par sauts verticaux et/ou horizontaux…), l’expérience associative/politique (si c’est le cas), avis sur l’impact du diplôme soviétique sur la carrière, leur avis sur les différentes formations d’ingénieurs (France/Maroc/URSS).
  • Leur identité en tant qu’ingénieur : c’est qui un ingénieur pour eux ?
  • Des questions enfin ont été posées sur la famille d’origine, qui ont permis de comprendre de quel milieu socio-économique sont issus les interviewés.

Il faut considérer que le travail de terrain réalisé s’inscrit encore dans une phase exploratoire de mon sujet. Tous les points affrontés lors des entretiens, plus qu’à vérifier l’hypothèse exposée au départ, visaient le fait de se faire une idée d’une population d’ingénieurs que je n’avais jamais rencontrée lors de mes recherches sur les ingénieurs marocains. Plus concrètement, je voulais retracer la biographie d’étudiants marocains partis en URSS avant 1991 (flux, destinations, conditions de séjour, formations, prise en charge, etc.) pour comprendre d’une part pourquoi ils sont partis du Maroc vers l’URSS, et d’autre part le rôle qu’ils ont joué et qu’ils jouent aujourd’hui, dans le pays où ils vivent, avec une question sous-jacente : font-ils partie des élites du pays ?

Par ailleurs, ces points permettaient aussi de s’inscrire, dès le début du travail, dans une démarche comparative. En effet, ces mêmes points ont constitué l’ossature des entretiens et des questionnaires qui ont été passés à un échantillon d’ingénieurs formés dans les grandes écoles françaises et marocaines.

La présentation des premiers résultats se fera alors à travers un va-et-vient constant entre les caractéristiques plus saillantes et pertinentes de nos interviewés, et puis la comparaison de celles-ci avec celles de leurs homologues diplômés en France et au Maroc.

1. L’Histoire avec un grand H

Il faut rappeler qu’entre 1920 et 1990 le Maroc et l’URSS développent des relations qu’on peut qualifier de stratégiques : l’un cherchait à se dégager du monopole occidental et, après l’indépendance en 1956, à se dégager des « vestiges de la colonisation » pour rendre réelle et opérationnelle son indépendance ; l’autre cherchait à élargir son influence dans le monde par le biais de l’appui à la lutte anti-coloniale.

Mais cet intérêt pour la question coloniale ne viendra qu’après la seconde guerre mondiale, quand l’URSS liquidera le problème de la lutte contre le fascisme et le nazisme. C’est pour cette raison que le parti communiste marocain – dirigé jusqu’en 1945 par un Français (Léon Sultan) et fortement lié au parti communiste français (Berramdane p. 89) –, répondant à l’appel de la mère idéologique (l’URSS) de lutter tout d’abord contre les ennemis fascistes et nazis, tarda à se lancer dans la lutte pour l’indépendance du Maroc vis-à-vis de la France et des autres puissances occidentales.

Après la deuxième guerre mondiale, l’URSS recommença à s’intéresser de façon plus active à la question coloniale en appelant toutes les forces révolutionnaires à lutter contre l’avancée capitaliste : elle prônait un front constitué même de bourgeoisies nationales mais dirigé par les partis communistes. Finalement, avec le durcissement du conflit Est/Ouest, l’URSS réaffirme l’impossibilité d’une libération des peuples opprimés sans une révolution prolétarienne (juin 1949). Donc, les bourgeoisies nationales passent dans le camp ennemi. Ce n’est qu’avec la mort de Staline et donc à partir de 1953 que la stratégie de l’URSS vis-à-vis des pays colonisés et vis-à-vis du Maroc devient plus souple avec l’acceptation que le processus de libération puisse se faire avec les bourgeoisies nationales.

Cependant, au Maroc, la méfiance de la majorité des composants du mouvement nationaliste – originaires de la bourgeoisie du pays – vis-à-vis de l’URSS et du parti communiste marocain ne sera jamais dépassée. D’ailleurs, les relations entre les nationalistes et ce dernier resteront très froides même quand, sous la direction d’Ali Yata (un Marocain qui a pris la tête du parti à la mort de Sultan en 1945), ce parti déclarera la lutte pour l’indépendance comme prioritaire. Jusqu’à l’indépendance du Maroc aucune alliance ne se fera avec le parti communiste (cf. Berramdane, p. 90).

Malgré les divergences et la méfiance de la part de la bourgeoisie nationale, l’URSS soutient « de façon constante et effective le Maroc contre la France » (Berramdane, p. 91). La politique de l’URSS vis-à-vis du Maroc après 1953 peut être résumée en un investissement diplomatique, culturel et économique. Ce dernier aspect – le lien économique – tout en étant le premier type de lien établi avec l’URSS (Berramdane, p. 179), demeura faible surtout à cause de l’attitude marocaine qui ne voudra pas prendre le risque, trop important, de quitter le camp occidental. Mais celui qui nous intéresse dans notre cadre de recherche est surtout l’investissement culturel qui impliqua notamment la distribution de bourses d’études pour étudier en URSS et dans les pays de l’ex-bloc soviétique.

Les entretiens que nous avons menés jusqu’ici ont comme objectif d’aider à comprendre comment les histoires s’imbriquent dans l’Histoire et notamment de sonder en profondeur d’une part si le départ pour l’URSS s’est fait surtout pour des raisons idéologiques ou non, et d’autre part – si ce n’est pas le cas – est-ce que le passage par ce pays a toutefois laissé des traces en termes de culture politique, de conceptions économiques, techniques et scientifiques, de comportements sociaux et culturels ? Mais il s’agit d’aller au-delà d’une simple question d’endoctrinement idéologique de ces étudiants, signe d’une lecture trop mécanique et simpliste que je dirais héritée de la période de la guerre froide.

 

2. Premiers résultats des entretiens

2.1. Quelques données générales

Avant de rentrer dans le vif du sujet voyons quelques données qui résument les études en ingénierie de nos interviewés. Tout d’abord la date d’arrivée en URSS : notre premier interviewé est arrivé à Moscou en 1967. Puis les autres sont arrivés en : 1973, 1978, 1984, 1985, 1987, 1988 et enfin en 1992. Ce dernier est donc parti en Russie.

Les études ont duré pour tous six ans : un an d’école préparatoire – pendant lequel les étudiants retravaillaient les matières de base de la filière choisie et apprenaient la langue russe – et cinq ans d’ingénierie. La première année se concluait avec un diplôme de russe qui permettait d’exercer le métier d’interprète ou d’enseigner cette langue.

Les spécialités poursuivies sont les suivantes : ingénierie civile (1), informatique (1), géologie (4), électromécanique (4).

Tous sont partis avec une bourse offerte par l’URSS, sauf celui qui est parti en 1992 en Russie avec un financement familial.

Nous avons deux bourses « étatiques » : une donnée par le ministère des Pêches Maritimes, l’autre par l’École des Cadres. Les autres bourses ont été accordées en passant par le Centre Culturel Russe de Rabat, le PPS (parti communiste marocain), le syndicat UMT (Union marocaine des Travailleurs), l’AMLUIS (Association marocaine des lauréats des universités et Instituts ex-soviétiques).

2.2. Le parcours scolaire, le rôle des parents et les voies concrètes de départ

Considérons maintenant les parcours scolaires.

Ils ont fréquenté l’école publique ; un est passé par l’école coranique aussi, mais il veut suivre son frère qui fréquente l’école publique et il y arrive. Une donnée rapproche tous nos interviewés y compris ceux qui se sont formés en France et dans les écoles marocaines : les parents croient fortement dans les études. Pour certains de ces parents cette croyance représente le seul capital qu’ils peuvent léguer à leurs enfants. D’autres en revanche pourront aussi leur donner les bonnes informations et un encadrement social et scolaire ; et d’autres encore pourront ajouter à ce capital social et éducatif (grand ou petit soit-il, selon la famille en question) l’argent pour choisir le type d’école (là aussi plus ou moins chères, selon le capital économique dont la famille dispose).

Les diplômés en URSS interviewés jusqu’à présent sont pour la majorité issus de familles modestes (ouvriers, petits agriculteurs, petits fonctionnaires), mais nous avons aussi deux fils de commerçants, dont l’un assez riche et l’autre moyennement. Dans le cas de nos interviewés, les parents les poussent à faire des études sans pour autant pouvoir les suivre dans la construction du parcours, sauf pour le riche commerçant. Ce dernier arrive même à choisir la destination géographique de son fils : la Syrie. Cet ingénieur nous raconte : « Nationaliste convaincu, il ne veut pas que je parte étudier chez le colonisateur. »

Avec ces diplômés, nous nous trouvons face à des parcours qui sont loin d’être linéaires ; ils sont marqués par des redoublements, des retards (parce que l’école par exemple n’existe pas dans le village et il faut aller loin dans d’autres villages ou dans d’autres villes, où l’interviewé a de la famille, où existe l’internat). Mais tous continuent et ils arrivent à décrocher un bac en sciences expérimentales. Le périple continue après le bac. Des dix interviewés, presque tous se plaignent de ne pas avoir eu d’encadrement. En effet, certains auraient voulu rentrer dans les écoles d’ingénieurs marocaines¹, d’autres voulaient partir en France, en Belgique, aux USA, en Tunisie, et pas forcément pour poursuivre des études d’ingénieur : certains auraient préféré la médecine, la biologie ou encore l’expertise comptable, ou encore tout simplement suivre des études qui permettent d’exercer un bon travail :

« Moi je voulais faire un diplôme pour bien travailler, pour être sur le devant de la scène, pour avoir un savoir-faire » précise l’un des interviewés.

Et un autre : « J’étais incertain entre la pharmacie et l’ingénierie. Pour décider il fallait penser au travail au Maroc. Le cursus qui pouvait me garantir un travail une fois rentré, c’était celui-là que j’aurais choisi. »

Mais ils ne savaient pas comment s’y prendre, où chercher. Donc, ils se retrouvent à s’inscrire à l’Université au Maroc. Mais pour presque tous ce sont des années difficiles (les années 70 et surtout 80) : des grèves à répétition, des examens qui sautent, qui se soldent souvent par des échecs personnels qui les portent à considérer d’autres voies. Et alors ils découvrent que l’URSS donnait aux étudiants marocains via des ministères, des syndicats ou des partis, ou directement l’Ambassade soviétique ou le Centre Culturel Russe, des bourses pour aller poursuivre les études là-bas : ils le découvrent grâce à des amis qui appartiennent justement à un syndicat ou à un parti politique, ou parce que nos interviewés poursuivent des études de langue russe au Centre Culturel Russe de Rabat ou parce que, en cherchant du travail dans le secteur public – comme le Ministère des pêches maritimes justement – ils ont été informés par des fonctionnaires de l’existence de ces bourses. Mais tous affirment – y compris les sympathisants du parti communiste ou, plus en général, ceux qui se situent à gauche de l’échiquier politique – que ça n’a pas été un choix « idéologique ». Pouvoir partir avec une bourse, être pris en charge intégralement, avoir enfin une voie tracée facile à suivre parce que bien encadrée et claire, semblent finalement être les raisons les plus importantes qui ont amené nos interviewés à poursuivre des études en URSS. L’objectif pour tous est celui de rentrer au pays avec un diplôme qui puisse garantir un bon poste dans un marché du travail devenu déjà difficile.

Or, par rapport en particulier au manque d’encadrement dont les interviewés se plaignent d’avoir souffert, il faut souligner que les diplômés issus des écoles d’ingénieurs françaises et marocaines, au contraire, ont toujours bénéficié d’un encadrement important qui était là même quand celui de la famille faisait défaut : l’encadrement enseignant. La majorité de notre échantillon rappelait que les informations sur les grandes écoles (locales et étrangères, françaises en particulier), sur les écoles préparatoires, étaient fournies par les enseignants. Donc, même ceux issus des familles les plus modestes, et donc les moins dotés en capital social, pouvaient bénéficier de cette source d’informations et cela, au plus tard, pendant les années de lycée. Avec les diplômés en URSS, cet aspect n’apparaît jamais.

Si j’essaie de résumer, les interviewés diplômés en URSS appartiennent pour la plupart à des familles d’origine modeste, qui, avec un bac en sciences expérimentales en poche, veulent poursuivre leurs études supérieures et, passés par une série de vicissitudes, se retrouvent à partir en URSS avec une bourse pour poursuivre des études d’ingénieur. Mais l’URSS n’est jamais un premier choix, et souvent, non seulement en tant que lieu géographique, mais aussi pour la discipline suivie. Par ailleurs, le départ en URSS ne semble pas du tout être justifié par des raisons idéologiques. La possibilité d’avoir une bourse et d’être pris en charge tout au long de la période des études universitaires paraissent être les véritables ou en tout cas les plus importantes raisons de ce choix.

Donc, par rapport au fait de comprendre le pourquoi de leur départ vers l’URSS, une première hypothèse commence à faire son chemin ; je la décompose en trois points :

  • Les conditions socio-économiques (assez modestes) de départ des étudiants justifient le choix de partir en URSS : existence de bourses.
  • Le poids d’un choix idéologique semble faible.
  • Les interviewés partent en espérant se donner les moyens pour entamer au retour une bonne carrière professionnelle.

2.3. La vie en URSS

Les entretiens montrent une donnée très intéressante : la vie en URSS a été fortement appréciée par nos interviewés. En effet, ils affirment tous, lors des entretiens, que les étudiants marocains vivaient très bien là-bas : non seulement ils avaient des bourses pour lesquelles ils se définissent « gâtés », mais ils étaient pris en charge intégralement de leur arrivée en URSS par l’administration soviétique. Même les billets d’avion pour rejoindre l’URSS et pour rentrer au Maroc étaient payés par l’URSS. Tout était parfaitement organisé : de la bibliothèque qui fonctionnaient 24h/24, à l’organisation dans les chambres, à la prise en charge sanitaire. Plusieurs se rappellent qu’« ils nous ont donné même de quoi nous habiller à notre arrivée à Moscou parce que nous venions d’un pays chaud et là-bas il faisait très froid ».

De plus « les enseignants et surtout les enseignantes étaient comme des mères, des parents. Nous passions les week-ends chez eux et étions pris en charge par eux ».

Et encore : « Moi je pleurais parce que je voulais revenir. J’étais jeune. Et beaucoup sont revenus. Mais eux ils nous aidaient. C’était leur culture. Ils nous faisaient des cours particuliers, des grands professeurs, des académiciens, même dans la chambre, si nous étions malades. »

Un autre : « En tout cas nous nous étions bien intégrés et les Soviétiques aimaient bien les Marocains par rapport aux autres nationalités, notre communication, notre savoir-faire, notre façon de nous habiller. Nous n’avons pas du tout subi du racisme, nous étions gâtés. »

Citons un dernier : « Bien sûr nous nous intégrions là-bas. Imaginez que des 40 que nous sommes partis, 30 se sont mariés là-bas. Nous avions des amis soviétiques, des autres pays. Nous étions gâtés en termes d’argent. Nous avions dix fois plus que les Russes, nous nous déplacions en taxis, nous voyagions en avion. Moi, j’allais souvent à Moscou alors que nous sommes à 3500 km de distance. Je voyageais beaucoup. Même s’il y avait des visas nous nous habillions comme les Russes et on partait sans problème. »

Enfin deux des interviewés se sont mariés avec des femmes ukrainiennes.

En ce qui concerne la question de l’« endoctrinement politique », pratiquement tous nos interviewés affirment que :

« Il n’y a pas eu d’endoctrinement. C’était dans le programme mais on n’était même pas obligés de suivre ça. »

Un autre raconte : « Jamais je me suis senti contraint en URSS à suivre l’idéologie communiste, ni par l’institution, ni par les gens. Même le cours d’histoire du parti communiste soviétique, nous n’étions pas obligés de le suivre. »

Et encore un autre affirme : « Je ne suis pas rentré ‘changé’ et là-bas je n’ai jamais été contraint ou même gentiment poussé vers les nombreuses rencontres ‘communistes’ qui se faisaient à l’époque. »

Un autre est plus nuancé : « J’ai bien travaillé, étudié. Le problème c’était l’athéisme. Nous avions même un cours. Mais nous n’étions pas intéressés. C’était la période du communisme. Nous discutions avec les Soviétiques, nous échangions nos idées. Non, ils nous laissaient le choix. Ils nous respectaient. »

Et encore : « Sur le plan politique, pas de pression, pas d’obligations. Bien sûr, ils vous enseignent Marx, l’économie politique, mais c’est très léger et ce n’est pas la formation de base. Ils étaient très souples avec nous sur ça. En revanche les Russes étaient obligés. Par exemple l’examen commençait toujours avec l’histoire du parti communiste. Nous le savions et donc c’était facile. Mais quand je me suis présenté à l’examen le prof m’a dit : Cette question je ne vous la pose pas parce que ce n’est pas pour vous. Alors que moi j’aurais bien voulu parce que c’était des points en plus, et faciles. »

Et puis un autre parle de « ‘bourrage de crâne’ sur la question communiste. Par exemple, la philosophie marxiste était obligatoire, l’économie était celle matérialiste, etc. ». Mais cette même personne précise qu’« en même temps on pouvait s’en ficher sans pour autant être embêtés ».

Un seul émet un jugement exclusivement négatif : « Je n’ai pas aimé le régime là-bas. Quant à la pression politique en URSS, rapidement avec le passage à la perestroïka tout le monde était plus libre, de dire ‘non’ par exemple. ‘Non’ à avoir un Russe dans la chambre, qui te contrôle, par exemple. »

Les mots les plus élogieux ont été certainement prononcés au sujet des études. L’affirmation de l’un des interviewés résume un sentiment partagé par tous :

« Je suis très fier de mon diplôme et de mes compétences. Je sais qui m’a enseigné : des experts, des académiciens ! »

Ou encore : « Il y a une différence de formation. J’ai vu les programmes de l’ENIM ². Je peux dire que les ingénieurs formés au Maroc sont des généralistes. Nous, nous étions formés par des gens, des académiciens, qui avaient une expérience très importante sur le terrain, dans l’industrie. Là-bas l’alternance entre formation académique et formation sur le terrain est fondamentale. Nous avions des stages pendant toute la formation. »

Un autre : « La conception de l’ingénierie en Russie n’est pas la même qu’en France ou au Maroc. Au Maroc, il y a une confusion entre le profil et le poste. »

En somme, il semble bien que les interviewés, qu’ils soient partis ou non avec une idée positive de l’URSS, en sont revenus enchantés. Ces mêmes appréciations ressortent non seulement de mes entretiens, mais des interviews réalisées par des journalistes auprès d’ex-étudiants en URSS, publiées dans des journaux marocains. Toutefois jusqu’à quel point pouvons-nous affirmer que ces années ont laissé des traces fortes dans la vie de nos interviewés en termes de culture politique, de conceptions économiques, techniques et scientifiques, de culture professionnelle, de comportements sociaux et culturels ?

Mais le nombre d’entretiens est encore trop faible. Il y a juste une donnée qui peut être présentée et qui permettra par la suite d’alimenter ces réflexions : l’activisme politique et/ou associatif des interviewés une fois rentrés au Maroc. Dans ce cadre nous constatons que deux s’inscrivent dans deux partis politiques, mais pas de gauche. Un autre crée un syndicat et il se lance dans une carrière politico-administrative après une carrière professionnelle dans laquelle il plafonne rapidement en termes d’évolution. Deux rentrent dans des associations dont l’une est corporatiste (et toutes les deux non affiliées à des partis politiques). Aucun n’est rentré dans le parti communiste marocain. Deux se disent ‘à gauche’. Donc, si je ne peux pas encore saisir l’impact éventuel du passage par l’URSS sur les comportements politico-professionnels-socioculturels des interviewés, je pourrais toutefois émettre l’hypothèse que si l’endoctrinement politique était l’un des objectifs poursuivis par l’URSS, l’objectif n’a pas vraiment été atteint. Du moins avec nos interviewés.

2.4. La carrière professionnelle

La première donnée qui émerge est que des dix personnes interviewées – bien évidemment avec ces chiffres prétendre faire une quelconque analyse statistique relève de l’absurde – cinq travaillent ou travaillaient (aujourd’hui à la retraite) dans le secteur public : quatre dans  différents ministères (Énergies et Mines, Jeunesse et Sports, Travaux Publics, Intérieur, Collectivités Locales). Les cinq autres travaillent dans le secteur privé : un a travaillé huit ans dans un ministère parce que lié au public par contrat (des vieux contrats qui se signaient entre étudiants et administration publique quand l’État prêtait de l’argent à l’étudiant qui, une fois son diplôme reçu, devait travailler pendant huit ans pour ce dernier) et puis devient entrepreneur dans les travaux publics. Aujourd’hui, il est ingénieur-conseil assermenté. Trois autres sont eux aussi entrepreneurs, dont deux sont passés tout d’abord par des emplois de salariés dans le privé. Le cinquième est cadre moyen du privé.

Leurs carrières sont caractérisées plutôt par la mobilisation de compétences techniques liées aux études accomplies. Étant cadres, ils mobilisent bien évidemment aussi des compétences managériales et administratives, mais leurs postes sont bien plus marqués par la technique.

Quant à l’évolution des carrières, ceux du public sont chefs de service ou chefs de division, tous des cadres moyens ; comme les cadres du privé. Disons qu’aussi bien pour ceux qui exercent dans le public que pour ceux qui sont dans le privé nous ne trouvons aucun dirigeant³ et leurs carrières évoluent à un rythme très lent. Quand il y a changement d’un poste à un autre ce n’est pas nécessairement par un saut vertical : il peut s’agir tout simplement d’un déplacement horizontal et on assiste même parfois à des retours en arrière en termes de progression hiérarchique (Scarfò Ghellab, 2008 : 86).

En revanche, ceux qui se sont lancés dans des carrières entrepreneuriales ont plutôt réussi, sans pour autant pouvoir les définir, loin de là, de grands patrons.

Toutefois, il est possible de constater une mobilité intergénérationnelle certaine. Et cela pour tous. Le diplôme d’ingénieur semble s’affirmer comme un atout qui peut déclencher un processus de mobilité sociale.

Nos diplômés de l’URSS présentent en ce sens de fortes similitudes avec notre échantillon d’ingénieurs diplômés des écoles marocaines (Scarfò Ghellab, 2012, 2011, 2004). Issus de classes moyennes et/ou modestes, leurs carrières aussi sont le plus souvent des carrières intermédiaires, marquées par la technique, caractérisées par des déplacements horizontaux et plutôt lentes en termes de progression.

Quant aux choix du privé ou du public, les nouvelles générations de diplômés des écoles marocaines choisissent de plus en plus le privé mais très rarement l’entreprenariat (Mellakh, Scarfò Ghellab, 2008).

Ces carrières entrepreneuriales en effet nous interpellent. Je répète qu’il est impossible de faire des statistiques ; mais quatre entrepreneurs sur dix interviewés, ce n’est pas peu pour des ingénieurs, dont l’une des caractéristiques, non seulement marocaine, est le fait d’être généralement des salariés (Bouffartigue, 2004 : 111). Ce choix serait-il lié de quelque façon à leur diplôme soviétique ? Si c’est le cas, dans quel sens ?

Une première hypothèse serait que nos interviewés, ayant constaté un plafonnement dans la progression de leur carrière ou encore ayant souffert de façon claire de préjugés négatifs vis-à-vis du diplômé made in URSS, aient préféré se lancer dans une activité indépendante. À ce propos l’un de nos interviewé affirme : « Le diplôme soviétique n’est pas un obstacle en termes de reconnaissance des compétences. Plutôt en termes d’évolution de carrière. Les postes sont protégés. La raison est l’intérêt et la défense du corps. » Un autre est du même avis quant au constat du plafonnement dans la progression de la carrière, mais il propose une autre analyse : « La raison est que les diplômés de l’URSS ne sont pas agressifs, toujours en retrait. C’est à cause de la langue. Parce qu’ils pensent ne savoir pas bien s’exprimer en français, mais aussi à cause du diplôme qui n’est pas reconnu à sa juste valeur. »

Les autres interviewés affirment en revanche que le diplôme soviétique n’a jamais été un obstacle : « Les gens voient tout de suite que les compétences sont là. »

Une autre hypothèse consistant à dire que ce choix de l’entreprenariat pourrait être une attitude développée dans le cadre des études proprement dites, ne trouve pour l’instant pas de justification dans les entretiens réalisés. Toutefois, c’est un point à creuser.

En tout cas, des données quantitatives sur cet aspect seraient très intéressantes à collecter. Si cette tendance devait se confirmer dans les chiffres, il serait très important de comprendre les origines d’une propension plus importante à l’entrepreneuriat de la part des ingénieurs diplômés en URSS face à ceux diplômés localement et en France.

Nous parlions plus haut de mobilité sociale avérée grâce au diplôme d’ingénieur obtenu en URSS, du moins pour nos interviewés. Nous arrivons au même résultat quand nous analysons les carrières socioprofessionnelles des ingénieurs marocains diplômés localement. Toutefois pour les uns comme pour les autres, leur diplôme ne les a pas propulsés au rang d’élites du pays. Qu’est-ce qu’il en est de ceux qui sont issus des grandes écoles françaises de notre échantillon ?

Dans ce cas nous trouvons beaucoup de dirigeants – selon la définition donnée plus haut – avec des carrières, aussi bien dans le public que dans le privé, marquées par une progression très rapide et des sauts verticaux très importants, caractérisées par un éloignement fort des compétences techniques propres de l’ingénieur et une mobilisation très importante de compétences managériales. Pas tous les dirigeants interviewés appartiennent à des familles aisées réunissant tous les types de capitaux (scolaire, culturel, social et économique). Des personnes issues de familles moyennes, mais aussi modestes, voire très modestes, font partie du groupe des interviewés.

En somme, le peu de données collectées auprès d’ingénieurs diplômés de l’URSS nous confirme l’un des résultats de mon travail de recherche sur les ingénieurs marocains : nous ne pouvons pas parler génériquement d’ingénieurs marocains. Ce groupe socioprofessionnel est composé d’élites professionnelles et de segments qui se positionnent au sein du marché de l’emploi dans des postes à responsabilité hiérarchiquement intermédiaire. Les élites professionnelles sont majoritairement issues des écoles françaises du pôle d’excellence, alors que ceux qui se positionnent au niveau intermédiaire sont issus des écoles locales et – selon l’hypothèse que nous pouvons avancer aujourd’hui – également des écoles d’ingénieurs soviétiques. Nous avons pu aussi constater que ce clivage se structure sur la base de trois variables : l’école d’appartenance, l’origine sociale et le genre. Par rapport au facteur « genre » (Scarfò Ghellab, 2006) – que nous n’avons pas abordé dans ce texte – il est indispensable bien évidemment d’élargir les entretiens à des femmes ingénieurs formées en URSS.

L’analyse de toutes ces données suggère que la perméabilité de l’élite du pouvoir au Maroc est une hypothèse crédible. Toutefois, les données semblent montrer aussi qu’on a plus de probabilités d’accéder à ce statut d’élite quand on est de sexe masculin, qu’on est issu d’une classe aisée ou au moins de la classe moyenne, et qu’on a poursuivi les études d’ingénieur dans une grande école française du pôle d’excellence. Cela dit, à ce stade du travail de terrain, il est possible d’affirmer que le diplôme d’ingénieur est un moteur certain de mobilité sociale.

Conclusion

Finalement, si nous revenons à notre point de départ, l’hypothèse qui semble se dessiner est que nous ne pouvons pas parler d’élites marocaines formées en URSS. Mais comme nous disions au début du texte, nous ne sommes qu’au début du travail d’enquête.

Toutefois, même si c’était le cas, de là à conclure que les étudiants marocains formés en URSS n’ont pas joué de rôle au sein du pays, c’est une autre histoire. Les biographies des personnes qui ont été interviewées nous indiquent dans quel sens continuer le travail de terrain et sur quelles autres pistes aller pour pouvoir creuser ce chantier : les étapes de la carrière professionnelle – une fois qu’elles ont été déclinées – doivent être examinées en détail pour comprendre si et comment les études en URSS, la pédagogie soviétique, les disciplines traitées, les stages réalisés ont eu un impact sur la manière d’exercer le métier d’ingénieur, sur les compétences mobilisées, sur le choix du public ou du privé. L’implication des interviewés en termes de vie politico-associative, ainsi que leurs choix familiaux (le mariage, quelles études pour les enfants, les voyages…) doivent faire l’objet d’une analyse en profondeur pour comprendre là aussi si et comment la vie et les études en URSS ont eu une influence sur les comportements politiques, culturels, sociaux de nos ingénieurs.

À ce propos, j’ai pu remarquer que s’impliquer dans la vie associative est un aspect qui ressort dans les différents entretiens. L’appartenance à des associations ne semble pas en revanche être une caractéristique des diplômés issus des écoles locales et françaises.

Est-ce que par le biais de cette implication, qui peut assurer et des fois assure effectivement des postes de visibilité sociale, on pallie une carrière professionnelle « plafonnée » et assez « invisible » ? Ou bien cette implication dans l’associatif est-elle en revanche le fruit d’une « éducation » soviétique à devenir « acteur » de la société civile plus qu’une action stratégique visant un certain positionnement social ?

Un interviewé nous dit : « Nous avions appris là-bas quelque chose de très important : le fait de contribuer au bien commun. C’est une formation de vie. C’était de la formation associative, et non pas politique. »

Un autre raconte : « Dans ma faculté ils cherchaient à faire une extension. Mais à l’époque l’URSS n’avait pas beaucoup d’ouvriers et donc c’étaient les étudiants qui construisaient l’école. Le matin ils travaillaient pour l’école et le soir sur les cours et les devoirs ; et les profs avaient aménagé leur temps en fonction de cela. »

Cet aspect de l’implication politico-associative avec celui concernant plus spécifiquement la carrière professionnelle, ainsi que la reconstruction des choix de vie au quotidien seront tous des points à creuser pour comprendre réellement comment les histoires de ces diplômés, en s’inscrivant dans l’histoire, ont contribué à la modifier ; en d’autres termes, les entretiens biographiques nous aideront à saisir le rôle que ces diplômés ont et ont eu dans le devenir du Maroc. Mais il faudra aussi récolter les données statistiques les concernant. Nous estimons à 35 000 les ingénieurs marocains qui ont été formés depuis l’indépendance. Nous chiffrons à environ 3500 les ingénieurs formés dans les écoles françaises. Nous savons aussi que la plupart de ces 35 000 sont issus des écoles publiques et des filières techniques universitaires du pays. Quelle part, quantitativement parlant, occupent les diplômés en URSS parmi ces 35 000 ingénieurs ? Selon les données de Nikolay Soukhov, chef du service analytique de l’Agence fédérale pour la CEI (ROSSOTROUDNITCHESTVO), 5000 jeunes Marocains sont partis se former en URSS entre 1956 et 1991 (Soukhov, 2013). Mais le nombre de ceux qui ont poursuivi des études d’ingénierie n’est pas précisé.

D’autres questions importantes se posent aussi : de quel milieu socio-économique sont-ils issus ? Sont-ils plus dans le privé ou dans le public ? Parmi eux, combien y-a-t-il d’entrepreneurs ? Quelles sont les filières d’ingénierie les plus représentées ? De combien de dirigeants et de combien de cadres intermédiaires leur groupe est-il composé ? Combien se sont marié(e)s à des Soviétiques/Russes/autres pays de l’Est ? Quelle est la part des femmes parmi ces ingénieurs ?

Voilà certaines des données qu’il est essentiel de collecter. Le travail de terrain nous guidera aussi en permettant de soulever d’autres questions.

 

Bibliographie

Baina, Abdelkader, 1982, Le système de l’enseignement au Maroc, trois tomes, Éditions Maghrébine.

Balac, Ronan, 2008, « Les étudiants marocains expatriés en France, 1970-2005 : une migration en mutation rapide », in : Gérard, Étienne dir., Mobilités étudiantes Sud-Nord. Trajectoires scolaires de Marocains en France et insertion professionnelle au Maroc, Paris, Publisud, p. 29-59.

Benhaddou, Ali, 1997, Maroc : les élites du royaume. Essai sur l’organisation du pouvoir au Maroc, L’Harmattan, Paris.

Berrady, Lhachmi, 1973, La formation des élites politiques maghrébines, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1973.

Berramdane, Abdelkhaleq, 1987, Le Maroc et l’Occident (1800 – 1974), Paris, Karthala.

Bettahar, Yamina, 2006, « L’ENSEM et le processus d’industrialisation au Maroc », in : Birck, Françoise, Grelon, André dir., Un siècle de formation des ingénieurs électriciens, Paris, MSH, p. 357-384.

Bouffartigue, Paul, 2004, « Le salariat intermédiaire sous tension », in : Bouffartigue, Paul dir., Le retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, Paris, La Dispute, p. 111-124.

Charef, Mohammed, 1999, La circulation migratoire marocaine : un pont entre deux rives, Rabat, Sud Contact.

Debbasch, Charles, Leca, Jean, Remili, Abderrahmane, 1970, Pouvoir et administration au Maghreb. Études sur les élites maghrébines, Paris, Éd. du Centre National de la recherche scientifique.

El Maoula Ei Iraki, Aziz, 2002, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance », Élites locales, gestion urbaine et développement au Maroc, Rabat, Paris, INAU, L’Harmattan.

Ferrand, Michèle, Imbert, Françoise, Marry, Catherine, 1999, L’excellence scolaire : une affaire de famille, Paris, L’Harmattan.

Gadea, Charles, 2003, Les cadres en France. Une énigme sociologique, Paris, Belin.

Gauthier, Catherine, 1993, « La route des Marocains : les frontières d’un parcours de retour », Revue Européenne des Migrations Internationales, (9), n° 1, p. 131-142.

Gérard, Etienne, 2008, « Introduction, ‘Fuite des cerveaux’ ou mobilité ? La migration pour études en questions », in : Gérard, Etienne dir., Mobilités étudiantes Sud-Nord. Trajectoires scolaires de Marocains en France et insertion professionnelle au Maroc, Paris, Publisud, p. 13-28.

Gonin, Patrick, 1997, D’entre deux territoires. Circulations migratoires et développement entre le bassin du fleuve Sénégal et la France, Thèse pour l’HDR, Université de Lille.

Hammoudi, Abdellah, 2001, Maître et disciples. Genèse et fondements des pouvoirs autoritaires dans les sociétés arabes. Essai d’anthropologie politique, Paris, Casablanca, Maisonneuve et Larose, Éditions Toubkal.

Ma Mung, Emmanuel, Doraï, Kamel, Loyer, Frantz, Hily, Marie-Antoinette, 1998, « La circulation migratoire : bilan des travaux », Migrations Études, « Synthèse de travaux sur l’immigration et la présence étrangère en France », n° 88, 12 p.

Marry, Catherine, 2004, Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse, Paris, Belin.

Mazzella, Sylvie dir., 2009, La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Paris, Karthala-IRMC, 401 p.

Mellakh, Kamal, Scarfò Ghellab, Grazia, 2008, « Mondialisation et itinéraires socioprofessionnels : le cas des ingénieurs marocains », Rapport de recherche pour le Programme FSP Mondialisation et recomposition de la catégorie professionnelle des cadres, Alger, 23 p.

Mellakh, Kamal, 2004, « Femmes, ingénieurs et fonctionnaires au Maroc », in : Gobe, Eric dir., L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe–XXe siècles), Paris, Maisonneuve & Larose, IRMC, p. 315-328.

Merrouni, Mekki, 1993, Le problème de la réforme dans le système éducatif marocain, Rabat, Éditions Okad.

Rivet, Daniel, 2002, Le Maghreb à l’épreuve de la colonisation, Paris, Hachette.

Sayad, Abdelmalek, 2006, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Paris, Raisons d’agir.

Salmi, Jamil, 1985, Crise de l’enseignement et reproduction sociale au Maroc, Éditions Maghrébine.

Scarfò Ghellab, Grazia, 2012, « Le titre scolaire assure-t-il un droit d’entrée dans le champ du pouvoir ? Le cas des ingénieurs au Maroc », in : Gheorghiu Mihaï Dinu dir., La mobilité des élites : reconversions et circulation internationale. Bilans et réflexions sur les recherches comparatives Nord – Sud et Est – Ouest, Editura Universitatii « Alexandru Iona Cuza », Iasi.

Scarfò Ghellab, Grazia, 2011, « La formation d’ingénieur dans les grandes écoles françaises : des nouvelles stratégies d’internationalisation des étudiants marocains ? », in : Leclerc-Olive, Michèle, Scarfò Ghellab, Grazia, Wagner, Anne-Catherine dir., Les mondes universitaires face aux logiques du marché. Circulation des savoirs et pratiques des acteurs, Karthala, Paris.

Scarfò Ghellab, Grazia, 2008, « Mutations du champ socioprofessionnel des ingénieurs marocains », Savoir, Travail et Société, Knowledge, Work and Society, Longuenesse, Elisabeth, Khelfaoui, Hocine dir., Numéro thématique sur « Professions au Maghreb et au Proche-Orient », vol. 5, n° 1, Paris, L’Harmattan, p. 81-104.

Scarfò Ghellab, Grazia, 2006, « Parcours professionnel et ‘ plafond de verre’ : les femmes ingénieurs au Maroc », in : Meulders, Danièle dir., Marché du travail et genre dans les pays du Maghreb : quels marchés du travail ?, Paris, Bruxelles, Rabat, GDRE MAGE, CERED, Éditions Dulbea, p. 247-262.

Scarfò Ghellab, Grazia, 2004, « Les écoles d’ingénieurs marocaines, lieu de passage des élites ? Le cas des élèves ingénieurs de l’École Hassania des Travaux Publics de Casablanca », in : Gobe, Eric dir., L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe–XXe siècles), Paris, Maisonneuve & Larose, IRMC, p. 223-236.

Slama, Serge, 1999, La fin de l’étudiant étranger, Paris, l’Harmattan, 312 p.

Soukhov, Nikolay, 2013, « Les destins professionnels des promus des écoles supérieures soviétiques dans les pays du Maghreb », communication présentée au colloque international « élites maghrébines et subsahariennes formées en URSS/Russie et dans les pays d’Europe de l’Est », Mohammedia, 25 et 26 octobre 2013.

Tangeaoui, Saïd, 1993, Les entrepreneurs marocains. Pouvoir, société et modernité, Paris, Karthala.

Tarrius, Alain, 2001, « Au-delà des États-nations : des sociétés de migrants », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 17, n° 2, p. 37-62.

Zghal Abdelkader, Sayad, Abdelmaled, Ageron, Charles Robert, Hopkins, Nicholas S., Talha, Larbi, Sraieb, Noureddine, Weexsteen, Raoul, Souriau, Christiane, Benhlal, Mohammed, Holsinger, Donald C., dir., 1980, Les classes moyennes au Maghreb, Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique.

Zghal Abdelkader, 1971, « L’édification nationale dans diverses régions », Revue internatio-nale des sciences sociales, revue trimestrielle publiée par l’Unesco, Paris, numéro thématique sur « L’édification nationale au Maghreb », vol. XXIII, n° 3, p. 465-481.


¹           « Au lendemain de l’indépendance du Maroc (1956), les décideurs marocains qui se succèdent dans les différents gouvernements sont confrontés à un problème majeur : le manque de techniciens hautement qualifiés qui puissent déclencher et gérer le développement socio-économique du pays. Pour répondre à cette urgence, ils mettent en place une politique éducative qui se fonde sur un renforcement des sciences à tous les niveaux du système éducatif, sur une politique de scolarisation de base massive et surtout, s’inspirant du modèle français, sur la création de grandes écoles d’ingénieurs ». In Scarfò Ghellab, 2011 : 77. Les premières écoles d’ingénieurs créées sont les suivantes : l’École Mohammedia des Ingénieurs (EMI), l’Institut National des Postes et des Télécommunications (INPT), l’Institut National de Statistique et d’Économie Appliquée (INSEA), tous les trois à Rabat, sont créés en 1961 ; à Rabat aussi sont l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (IAV) qui ouvre ses portes en 1966 et l’École Nationale de l’Industrie Minérale (ENIM) ouverte en 1972. Enfin l’École Hassania des Travaux Publics de Casablanca (EHTP) est créée en 1971.

²             ENIM, l’École Nationale de l’Industrie Minérale. Cf. note n° 1.

³             Précisons que nous parlons spécifiquement de ‘dirigeants’ lorsque nous nous trouvons face à des postes qui correspondent aux niveaux supérieurs des hiérarchies organisationnelles et dont les titulaires sont dotés d’un réel pouvoir de décision concernant des domaines stratégiques de leurs organisations et qui se traduit par un pouvoir d’influence dépassant souvent cette dernière et pouvant s’étendre de façon plus globale à la gestion du pays. Cf. Gadea, 2003 : 75.

SIIM-MOSKOVITINA Anna et DOBRONRAVIN Nikolay

Les élites africaines entre deux mondes : l’expérience du vécu
après leurs études estudiantines

Anna SIIM-MOSKOVITINA, Nikolay DOBRONRAVIN

L’intérêt croissant pour la question des élites africaines formées en URSS, à la frontière de la soviétologie et des études africaines, incite à se poser la question : y a-t-il un lien logique entre les élites des États africains formées en URSS/Russie et le fait que ces personnes aient étudié et même vécu en URSS/Russie ? Et si ce lien existe, de quelle manière « l’expérience soviétique » pourrait-elle déterminer le caractère de leurs activités et leur réalisation personnelle après leur retour dans leur pays ?

Il importe de prendre en considération les stéréotypes répandus, liés aux notions d’« élites », de « propagande soviétique » ou encore de « pression idéologique ». Les différents aspects de la politique de l’URSS pour tout ce qui concerne les pays d’Afrique subsaharienne – les programmes de formation supérieure, l’aide militaire, les subsides économiques, etc. – n’ont jamais été aussi coordonnés qu’on pourrait le supposer. Derrière les programmes de formation soviétiques pour les étudiants africains, il n’y avait pas de stratégies préméditées à longue échéance afin de préparer de futures « élites prosoviétiques ». Après la dissolution forcée du Komintern, lorsque l’époque de la formation des cadres révolutionnaires a pris fin, on a pris des distances en URSS, en général volontairement, avec l’instruction idéologique. De plus, la notion d’« élite », en tant que catégorie sociale, n’existait pas – et de façon générale, elle ne pouvait pas exister, car elle contredisait l’idéologie de l’égalité commune. On sait bien à partir de l’histoire coloniale et postcoloniale mondiale que, pour comprendre les stratégies des futurs cadres, il est nécessaire de connaître à fond les structures des réseaux sociaux, des systèmes de « quasi-castes » sur lesquels reposent les sociétés traditionnelles. La sélection des étudiants était faite arbitrairement, sans prendre en considération leur origine – s’ils venaient de milieux « prolétaires » ou « des élites » –, sans prêter attention aux structures ethniques et sociales des pays d’où ils venaient. Il faut seulement remarquer qu’après l’indépendance de l’Afrique, en URSS, les études africaines ne faisaient que commencer à se développer. Quant aux experts africanistes, ils étaient consultés, mais jamais à propos de la sélection des étudiants africains. Il serait naïf de supposer que les fonctionnaires du Parti communiste avaient quelque connaissance que ce soit de la structure sociale des pays africains. Pendant leur séjour et leurs études, quoique politisés sous le patronage de l’Union des associations soviétiques d’amitié (le fameux SSOD), les étudiants n’étaient pas endoctrinés, ni vus comme des membres potentiels du Parti communiste, et ils n’étaient pas obligés de propager les idées socialistes après leur retour chez eux, comme une sorte de paiement pour les services gratuits de la formation. De plus, il était presque impossible de connaître les activités des diplômés après leur départ de l’URSS. Lorsqu’on dit « Nous avons formé vos élites », on n’observe pas un processus organisé et contrôlé.

En fait, la question des liens entre les élites africaines et la formation soviétique est aujourd’hui souvent posée par les Russes. Toutes les discussions sur ce thème sont remplies de nostalgie pour la grandeur impériale des projets soviétiques pour l’Afrique subsaharienne et le rêve de les faire revivre, et aussi du regret que la Russie ne puisse plus bénéficier aujourd’hui de tous ces investissements intellectuels. On trouve un exemple éloquent de ces réflexions dans un court extrait du roman Le Continent (existe en manuscrit) de I. V. Kopyttsev (1966–2009), homme d’affaires russe et collectionneur d’art africain, ami et « frère » de beaucoup d’Africains formés à Saint-Pétersbourg (certains y sont restés, d’autres sont revenus en Afrique). Son roman de souvenirs consacré à l’Afrique, avec des interprétations subjectives, a été écrit peu avant sa mort tragique à Freetown, Sierra-Leone.

« Dans le futur on voudrait voir sur le continent africain des États forts qui prennent en considération nos intérêts [ceux de la Russie – A.S.], avec un système de coopération reconstruit à tous les niveaux. Les graines ont été plantées, et les pousses sont déjà sorties. Plusieurs de ces pousses ont même donné une récolte généreuse. Mais le vent la dissipe sur le champ, et nous n’avons pas de conception de la nécessité de rassembler cette récolte.

Peut-être, de l’imitation timide de l’activité, passerons-nous à rassembler la récolte qu’ont plantée plusieurs décennies auparavant les chefs d’État en action. Ce ne sont pas les bureaucrates qui importent, mais la conception et la compréhension de ce que nous faisons et où nous allons. Avec ceci il y a des problèmes dans la Russie contemporaine.

[…] Dans les pays du « tiers » monde les guerres continuaient et les partis politiques luttaient l’un contre l’autre. L’URSS et les États-Unis rivalisaient pour établir lequel des deux peut « pisser plus haut sur le mur ». Quand le Kenya proaméricain est apparu, à côté de lui est aussitôt apparue la Tanzanie prosoviétique. Nous avions des doutes et des hésitations à propos de la Somalie et finalement nous avons choisi l’Éthiopie. Comme cela – à l’infini – le Continent se divisait. Pourquoi les Américains avaient-ils besoin de cela ? probablement pour rivaliser avec l’URSS. Quant à nous, nous investissions dans tous nos pays « fraternels » des sommes énormes. Finalement, dans tous ces pays, des régimes bizarres sont apparus : de qui tu prends des fonds, son orientation tu dois suivre. Il suffisait de s’appeler « prosocialiste » ou « procommuniste », pour que très rapidement des fonds importants soient envoyés de Moscou, ainsi que de l’équipement et des spécialistes.

Mais il y a le revers de la médaille. Un très grand nombre d’Africains faisaient leurs études en URSS. Est-ce étrange ou logique, mais ils revenaient chez eux avec une bonne impression de l’URSS et de son régime. Malgré toutes les différences physiques nous partagions beaucoup avec eux. Les Soviétiques n’avaient pas d’arrogance envers les Autres. Et c’était le résultat de la propagande. Même si la propagande était regardée avec ironie, les gens lui faisaient confiance, du fait du volume important de cette propagande.

[…] le régime colonial dans certains pays a été renversé par la vague des forces nationales de libération – parfois avec la participation de l’URSS. Puis les pays furent supervisés tant de notre côté, que de l’Autre. Les « curateurs » étrangers sont restés là-bas. Quant à nos « curateurs », ils se sont dissipés comme fumée en même temps que l’URSS. Mais pas encore complètement. Nous avons du temps encore. Nous en avons un peu – environ dix ans, tant que  les gens diplômés chez nous, devenus des élites africaines, restent sincèrement attachés aux Russes et à la Russie elle-même » (Kopyttsev, ms.)

Сe serait manquer de logique que d’attribuer un rôle décisif à la formation soviétique dans le développement des élites africaines. Appartenir à une élite était probablement un bien supplémentaire auquel certains groupes de la population avaient accès. Ce n’est pas par hasard si dans certaines familles tous les enfants ont été formés en URSS, ou si au niveau des « grandes familles » certains allaient étudier à l’Est et d’autres à l’Ouest. Avant leur arrivée en URSS, la majorité des élèves avaient fini leurs études à l’école secondaire ou au collège, alors que certains n’avaient pas de formation secondaire. Ici nous nous permettons de comparer deux exemples types de personnes – presque légendaires pour les africanistes russes – qui ont soutenu leurs thèses au département de Léningrad de l’Institut d’Ethnographie et d’Anthropologie de l’Académie des Sciences de l’URSS en 1971 et 1972 respectivement. Twumasi Appiah du Ghana avait fini le collège au Ghana, travaillé comme journaliste dans un journal et comme professeur de sa langue maternelle, l’akan-twi, à Accra avant d’arriver en URSS en 1961 (Appiah, 1971 : 8-9). Le Malien Minabe Diarra n’avait pas de formation secondaire, mais une formation « traditionnelle », celle de chasseur, « Ayant appris le bamana avec un professeur originaire du Mali, qui était “Karamogo”, Minabe Diarra, à l’arrivée au Mali après la fin de ses études universitaires, n’a pas eu de grands problèmes pour tenir une conversation de caractère général », (Arseniev : 2011). Après avoir soutenu sa thèse en URSS, Minabe Diarra est revenu au Mali où il a été élu au Sénat.

Très souvent la formation supérieure soviétique peut être regardée comme une formalité de carrière, dont le but est d’obtenir un diplôme de formation supérieure, non une réelle qualification, attestée par de bonnes appréciations sur le diplôme. Cela évoque en partie la situation de ces étudiants « ayant le diplôme pour seul but », qui venaient des régions lointaines de la RFSS de Russie et des républiques de l’Union. Dans la plupart des cas, les résultats de ces étudiants n’étaient pas bons.

« Le père de Salief était un grand chef au Mali. Salief, s’étant habitué à boire “la boisson nationale russe”, mais sans être devenu complètement alcoolique, a eu des problèmes avec ses études. Faisant des petits boulots de porteur, il restait et végétait en Russie. Son père, ayant des connections et des connaissances au Mali, pouvait lui trouver un travail, mais pour cela Salief devait avoir un diplôme. Un autre Malien habitant à Saint-Pétersbourg proposait de collecter de l’argent pour aider Salief […] D’un côté, il faut finir les études et obtenir le diplôme (parce que moi-même, j’ai toujours eu de la répugnance pour les diplômes achetés). D’un autre côté, je suis convaincu que Salief doit rentrer dans son pays le plus tôt possible, autrement il n’y survivra pas » (Kopyttsev, ms).

Lors de conversations personnelles avec des étudiants africains en Russie, on peut souvent les entendre dire qu’ils veulent devenir ministres pour aider leur pays à s’élever économiquement. Un tel désir et une telle motivation politique et patriotique ne sont pas étonnants ; ils sont absolument sincères et directement liés à leur origine et à leur position réelle ou potentielle dans ces sociétés. Par exemple, pendant un de nos séjours en Tanzanie,  l’ami tanzanien formé en Russie, qui nous accompagnait, s’est rendu à plusieurs reprises dans la maison du Premier ministre ; lorsque, par exemple, j’ai eu besoin d’obtenir en urgence un visa du Mozambique, il a trouvé très vite un « parent » de Mwalimu Julius Nyerere qui a téléphoné à l’ambassade, et aussitôt après le visa était prêt.

Si on considère l’exemple du Mali, plusieurs présidents ont été formés en URSS ou en Europe de l’Est (Alpha Oumar Konaré à l’Université de Varsovie (1971–1975), Amadou Toumani Touré à l’École Militaire en URSS, Dioncounda Traoré en URSS). Et le coup d’État réalisé par le colonel Amadou Sanogo, formé aux États Unis, pourrait paraître comme le résultat d’une tentative américaine de gagner le pouvoir. Bien qu’il soit séduisant d’interpréter tout cela selon les termes de la théorie de la conspiration, il y a d’autres explications à prendre en compte.

Dans ce texte, il faut se souvenir de certaines notions d’anthropologie et d’ethnologie qui sont des « mots clés » pour comprendre la vie des sociétés traditionnelles. Ce sont « classes d’âge » et « fraternités du bateau ». Aucune propagande ne peut détruire ou changer les structures sociales traditionnelles. La formation soviétique/post-soviétique peut être comparée à un sort d’initiation commun, au sens ethnographique littéral du mot. On sait bien que dans les sociétés à castes une initiation commune unit de grands groupes de personnes, et après tel rite commun de passage, tous les participants sont liés jusqu’à la fin de leur vie. Quand les gens vivent dans les mêmes conditions (le même foyer pour étudiants, la maîtrise de la même langue – le russe –, le diplôme russe) ils entretiennent pendant longtemps certaines relations et forment toujours une équipe. Et il est logique qu’après la fin de la formation ils se rassemblent, se soutiennent et s’aident mutuellement. D’un autre côté la vie dans le système est pour beaucoup fixée d’avance. Et la trajectoire de celle-ci ne change pas, peu importe si la personne revient dans son pays directement après avoir obtenu son diplôme, après avoir soutenu sa thèse ou après avoir vécu en Russie pendant un certain temps. Bien qu’une longue période passée loin de la patrie rende le retour dans le pays d’origine et l’intégration dans le système plus difficiles, nul n’en est arraché avec la racine. Il faut aussi souligner le facteur linguistique. Les Africains qui y faisaient leurs études habitaient et habitent encore en Russie, appellent le russe la langue étrangère qui est une lingua franca internationale et interethnique pour tous ceux qui ont été formés en URSS/Russie, dont le pourcentage parmi toutes les personnes ayant une formation supérieure est très élevé (jusqu’à 70 % au Mali selon certains interlocuteurs maliens).

On peut classer ceux qui ont eu l’expérience des études et de la vie en URSS/Russie de la façon suivante : il y a ceux qui sont rentrés dans leur pays tout de suite après la fin des études (avec des diplômes de spécialistes – baccalauréat ou maîtrise), ceux qui continuaient leur séjour en URSS jusqu’à la soutenance de leur thèse, ceux qui faisaient leur thèse à distance, en travaillant dans leur pays, ceux qui allaient en URSS/Russie après en être partis (surtout avec leur femme russe pour visiter leur famille en Russie et lui « montrer les enfants » et en même temps pour revoir leurs anciens professeurs, d’anciens étudiants russes amis ou des compatriotes restés en URSS/Russie), ceux qui sont partis après avoir durant une longue période vécu et travaillé en URSS/Russie. Parmi les causes positives et négatives pour rester, on peut citer les raisons matrimoniales ou occasionnellement politiques (une situation compliquée dans la patrie), les propositions de travail, et même l’absence d’argent pour acheter le billet d’avion. Beaucoup d’entre eux restaient longtemps en URSS, puis en Russie, de préférence dans les grandes villes et y cherchaient un logement. Dans les nouveaux lieux, ils s’intégraient peu à peu aux élites urbaines locales, commerciales, ou académiques et universitaires, en formant leurs propres organisations sociales. Les difficultés de la vie quotidienne, en particulier, freinaient le processus d’intégration, surtout pendant la période de transition après la désintégration de l’URSS. Parmi les raisons d’abandonner la Russie, on trouve les échecs dans les affaires et le commerce, les divorces et la déception causée par le racisme (ou les incidents « pseudo-racistes », parfois provoqués, néanmoins très traumatiques). Ces difficultés forçaient les Africains déjà installés à retourner dans leurs pays d’origine, où ils tentaient souvent de préserver et de développer les contacts avec la Russie.

Les Africains retournés dans leurs pays continuent souvent à occuper des postes liés à leur formation « soviétique » ou « russe », par exemple dans les universités publiques ou privées. Ils travaillent de plus en plus dans des compagnies russes ou comme intermédiaires entre les hommes d’affaires russophones de l’ancienne URSS et les milieux commerciaux et sociaux de leurs propres pays. Un des nombreux exemples est la collaboration de ces diplômés avec les grandes compagnies d’extraction de ressources en énergie « Gazprom » (au Nigeria) et « Rusal » (en Guinée) ; dans tous les cas, ils exercent la fonction d’intermédiaires entre le personnel de la compagnie et la société locale, y compris avec l’appareil d’État et les structures commerciales. Du fait que la Russie n’a pas d’expérience coloniale en Afrique, elle a besoin de tels médiateurs.

Néanmoins, on peut dire que certains Africains formés en URSS, ayant fait une carrière académique en URSS et y ayant soutenu leur thèse, sont devenus par la suite non seulement représentatifs des élites africaines, mais aussi des figures d’importance mondiale, dépassant les limites de leur peuple, de leur pays et même du continent. Il s’agit surtout d’hommes publics, actifs dans le domaine de la politique culturelle, comme le Nigérien Omotoso Eluyemi (1938–2006), prêtre du culte Ifa et ancien directeur de la Commission nationale des musées et des monuments du Nigeria), le Malien Claude Ardouin (1950–2011), ancien directeur du Musée national au Mali et ancien chef du Département de l’Art Africain au British Museum à Londres, etc. Les biographies de certains d’entre eux pourraient nous faire penser qu’ils étaient des adeptes de l’idéologie soviétique ou du moins avaient une profonde sympathie pour elle. Leur attitude idéaliste envers le régime soviétique est probablement liée à des souvenirs personnels positifs de l’URSS. En fait, les gens de cette catégorie, s’occupant de la promotion des valeurs et de la culture traditionnelles, ont une conception du monde philosophique et traditionnelle qui, dans un certain sens, peut sembler proche de l’idéologie soviétique et des conceptions marxistes. La promotion si brillante de leur carrière peut s’expliquer par un ensemble complexe de facteurs, où la formation soviétique et la vie en Russie, et les connexions avec la Russie et les Russes pouvaient jouer un rôle existentiel dans un sens philosophique, un rôle définitivement positif.

On peut trouver une influence idéologique soviétique dans le domaine des sciences humaines et des beaux-arts. Beaucoup d’Africains faisaient leurs études comme historiens, ethnographes et anthropologues, archéologues, historiens des arts et de la littérature, philologues. Ici, l’idéologie était la base formelle de la méthodologie. Tous les étudiants et doctorants devaient citer Lénine, Marx, Engels et Brejnev dans leurs articles et thèses. Quand les doctorants africains décrivaient et analysaient leurs propres cultures et sociétés, tous les phénomènes décrits étaient interprétés dans le cadre du matérialisme historique. Il fallait critiquer sévèrement les approches « bourgeoises et pro-capitalistes » de l’Ouest en anthropologie et en histoire, de même que la réalité des sociétés traditionnelles (les castes, les mariages arrangés, la polygamie, etc.) et leur mode de vivre démodé et « archaïque » qui retarde le développement des individus. Il y a beaucoup d’exemples semblables dans les thèses ou les résumés de thèses (Appiah, 1971 : 36-37, Ardouin, 1978 : 15-16, Coulibaly, 1989 : 2-3, Diarra, 1972 : 53-54, Maleso, 1971 : 3-4, 15-16, Mbaykeng, 1989 : 2-3). À cet égard, les thèses pour obtenir le grade de « kandidat » (post-doctorant) en histoire dans la spécialisation « ethnologie et anthropologie » et aussi « archéologie », présentent un intérêt particulier. Dans ces domaines, trouver le matériel nécessitait de mettre à nu « le côté interne » de leurs propres sociétés et cultures, sans dépendre en quelque sorte des événements politiques, de la critique du colonialisme et de la propagande de la construction d’une vie nouvelle. C’est précisément dans cette spécialisation que les thésards construisaient des théories à propos des cultures dont ils étaient les représentants. Beaucoup de ces thèses sont des études scientifiques indépendantes, basées sur des données exclusives, qui constituent une contribution remarquable tant à la science russe qu’à la science de leurs propres pays. Il faut remarquer que, bien qu’il fût permis de présenter la thèse en anglais ou en français – c’est-à-dire dans la langue officielle de son pays – de nombreux thésards africains préféraient l’écrire en russe. Ils faisaient fréquemment des articles en commun et partaient en expéditions ethnographiques avec leurs directeurs scientifiques et d’autres chercheurs ; après leur retour au pays, ils continuaient à avoir des contacts avec eux. Certains d’entre eux sont restés dans la mémoire de leurs professeurs et de leurs camarades d’université russes comme de véritables figures légendaires. D’après les souvenirs d’un de nos collègues africanistes, professeur à l’Université d’État de St- Pétersbourg, qui faisait ses études dans la même classe que les Maliens C. Ardouin et B. Keïta « il n’est pas étonnant que, pratiquement immédiatement après leur retour à la maison, juste après la soutenance de leurs thèses de « kandidat », le premier ait dirigé la faculté d’ethnologie et de sociologie de l’Institut des sciences humaines à Bamako et ensuite le Musée national du Mali, et que le second ait été nommé adjoint au ministre de la culture et des affaires de la jeunesse ». L’avancée dans la carrière dans de tels cas relève des qualités personnelles et de la position fixée au départ dans la société, non d’un lobbying extérieur venant des structures soviétiques.

Comme exemple, nous présentons une biographie, celle d’Omotoso Eluyemi. Elle est présentée en détail dans le livre Cultures traditionnelles des peuples du Nigeria par N. B. Kochakova, historienne et anthropologue, spécialiste russe reconnue dans le domaine des études sur les Yoruba et sur le Nigeria. Nous nous permettons de citer tout le texte biographique avec quelques petites coupures, car il révèle des détails importants sur son origine, des traits authentiques de la personne et les réactions au phénomène Eluyemi de la part des collègues russes. En ce qui concerne le style, la biographie se présente comme une nécrologie solennelle en l’honneur du collègue et ami africain décédé, rédigée par une académicienne russe.

« En août 2000 Omotoso Eluyemi a pris la tête de la Commission nationale des musées et des monuments du Nigeria. Il occupa cette position jusqu’à sa mort tragique en février 2006.  C’est à lui que sont liés l’essor et le développement de la muséologie dans le plus grand pays de l’Afrique subsaharienne, célèbre par son héritage culturel si remarquable ainsi que par l’histoire tragique de ses peuples […] Ses prédécesseurs à ce poste ont fait des contributions positives dans leur mission, mais c’est Eluyemi qui a fait le plus pendant la brève période où il fut à la tête de cette Commission, car il était beaucoup plus qu’un bureaucrate à son poste, plus qu’un archéologue et historien de la culture. Il était plus important et universel. Toujours plein d’idées, il n’avait pas peur des difficultés et des efforts à faire pour réaliser ses projets. Toute sa vie était consacrée à la préparation et à l’accomplissement d’une mission patriotique et culturelle, afin de préserver et d’enrichir la culture des Yorubas et du Nigeria tout entier. 

[…] Eluyemi est né et a grandi à Ile-Ife, un centre de la culture ancienne et de l’art d’importance mondiale. Il était l’héritier d’une des treize familles fondatrices de cette ville sacrée des Yorubas, ce qui lui a donné le droit d’avoir le titre traditionnel d’« apena d’Ife » (en yoruba « la bouche du roi »), le droit de participer aux rites ésotériques et aux cultes secrets, et la possibilité de fréquenter le roi sacré d’Ile-Ife et ses évêques. Par la suite il a aussi reçu le titre d’« apena d’Oshogbo » (« la bouche d’Oshogbo », nom d’une ville sacrée). Il était archéologue par vocation et formation ; il m’a raconté comment, pendant les cérémonies secrètes, dans son âme ses deux identités – celles de savant et de prêtre – se battaient. Comme homme de science, il voulait faire découvrir au public et rechercher en détail les objets de culte, cachés aux profanes, tandis que comme prêtre il croyait passionnément en la nécessité d’observer strictement le rite et ses secrets. Une fois, pendant mon séjour chez lui au campus universitaire à Ile-Ife, il m’a montré ses propres accessoires de divinateur. Il a placé les objets sacrés sur le tissu blanc dans lequel ils avaient été enveloppés, et m’a donné des explications, mais il ne m’a pas permis de les toucher.

Eluyemi a été formé comme archéologue à la faculté d’histoire de l’Université d’État de Moscou de M. V. Lomonossov, qu’il a terminée avec les honneurs en 1968, et à l’Université de Birmingham en Grande-Bretagne (1970–1973). Après son retour au Nigeria, il a travaillé beaucoup et avec succès comme archéologue à Ile-Ife. […] Sur la base des matériaux de ses fouilles, il a soutenu en 1979 à l’Institut d’Archéologie de l’Académie des Sciences de Russie sa thèse de candidat « La culture Egbejoda : le développement de la ville-État Ile-Ife après la désintégration de l’union tribale (14–18e siècles) » […] La soutenance s’est brillamment passée, la salle de réunion débordait de monde. Eluyemi est devenu le premier Yoruba à obtenir le grade de docteur en archéologie. Mais il était plus qu’un archéologue ; il était un historien de la culture yorubanaise et son propagandiste passionné.

Malgré son appartenance à la caste des prêtres et ses contacts fréquents avec le roi sacré d’Ile-Ife et sa cour, Eluyemi était un marxiste convaincu, il l’a déclaré plusieurs fois en public et dans ses œuvres. Il admirait profondément V. I. Lénine, et, en particulier, appréciait son ouvrage Du droit des nations à disposer d’elles-mêmes. En 1985 il a publié une brochure en anglais où il exposait ses idées à propos de la solution de la question nationale au Nigeria, en suivant les positions de Lénine (Omotoso Eluyemi, V. I. Lenin’s Thoughts on the National Question: Reflections on Nigeria, Ibadan, Ibadan University Press Publishing House, 1985).

Eluyemi croyait que la Perestroïka de Gorbatchev était une erreur politique, il a vu la désintégration de l’URSS comme une tragédie. Par rapport à la religion, il s’en est tenu fermement à sa position : étant animiste, partisan des cultes yorubanais, il était – selon ses mots – plus proche du christianisme que de l’islam… » (Kotchakova, 2008: 85–89).

En URSS, dans les années 1960-1990, dans les conditions du « Rideau de fer » et du parti unique, on n’encourageait pas les initiatives politiques, pas plus celles des citoyens que celles des étrangers, y compris les nombreux étudiants africains. Il n’existait pas à leur égard de stratégies déterminées, on ne les voyait pas comme de possibles agents et créatures du régime soviétique dans les pays d’Afrique ; leur apparition ultérieure dans les échelons supérieurs du pouvoir n’est pas liée à leur séjour en URSS. Au contraire, certains étudiants africains, surtout les représentants de familles haut placées dans leur pays, faisaient souvent la promotion des « valeurs occidentales » dans la vie courante. Les diplômés des établissements d’enseignement supérieur soviétiques se retrouvaient liés par un destin commun : l’adaptation à des conditions de vie inhabituelles pendant leurs études, la socialisation à la fin de celles-ci (pour ceux qui n’étaient pas tout de suite rentrés dans leur patrie), la résolution de problèmes semblables pour trouver du travail après le retour au pays, et aussi leur statut familial et linguistique particulier (beaucoup d’entre eux étaient mariés à des femmes russes et parlaient le russe) ; tout cela, d’une manière ou d’une autre, contribuait à les placer dans un groupe distinct de la société. Des manifestations de l’idéologie soviétique sont dans une certaine mesure notables dans les travaux de qualification des étudiants et thésards africains en sciences humaines, car cela faisait partie des exigences de mise en forme des textes de diplômes et thèses. Néanmoins, l’expérience personnelle du « vécu » dans la société soviétique fut positive sur le plan pragmatique et philosophique. Les sympathies éprouvées envers le régime soviétique et les Soviétiques sont des traits caractéristiques chez de nombreux diplômés des établissements d’enseignement supérieur soviétiques et russes qui purent se réaliser dans leur patrie avec la spécialisation acquise, ont obtenu des postes clés dans les gouvernements de leur pays, et ont joué un rôle déterminant au niveau international dans la science et la culture.

 

Bibliographie

Appiah, Twumasi, 1971, Nekotorye aspekty materialnoj kultury, socialnoj organizacii i obychnogo prava Akan (Ghana), Dissertacija na soiskanie uchenoj stepeni doktora istoricheskikh nauk, Léningrad, Akademija nauk SSSR Institut Etnografii i Antropologii im. N. N. Miklukho – Maklaya, Léningradskaja chast’, (Appiah, Twumasi, Les aspects de la culture matérielle, de l’organisation sociale et du droit traditionnel des Akan (Ghana), thèse de doctorat en histoire, Léningrad, Institut d’Anthropologie et d’Ethnographie N. N. Miklukho – Maklay de l’Académie des Sciences de Russie, Département de Léningrad).

Ardouin, Claude Daniel, 1978, Dinamika social’nykh izmenenij u narodov zapadnogo Mali (na primere goroda i okruga Koulikoro), Dissertacija na soiskanie uchenoj stepeni doktora istoricheskikh nauk (nauchnyj rukovoditel’ D. A. Olderogge), Léningrad, Akademija nayk SSSR Institut Etnografii i Antropologii im. N. N. Miklukho – Maklaya, Léningradskaja chast’, (Ardouin, Claude Daniel, La dynamique des changements sociaux chez les peuples du Mali Ouest (sur l’exemple de la ville et de la région Koulikoro), thèse de doctorat en histoire, dir. D. A. Olderog, Léningrad, Institut d’Anthropologie et d’Ethnographie N. N. Miklukho – Maklay de l’Académie des Sciences d’URSS, Département de Léningrad).

Arseniev, Vladimir, 2008, « Le Bamana pense, le Bamana parle, le Bamana écrit… Bamanaya », Mande languages and linguistics. 2nd International Conference. Abstracts and Papers, Saint-Pétersbourg, p. 147–150.

Coulibali, Ibrahima Lanseni, 1989, Problemy khronologii i periodizacii srednego i verkhnego paleolita Afriki (nauchnyj rukovoditel’ A. D. Stolyar), Léningrad, Léningradskij Gosudarstvennij Universitet, (Coulibali, Ibrahima Lanseni, Les problèmes de chronologie et de périodisation du moyen et haut paléolithique en Afrique, thèse de doctorat en histoire, dir. A. D. Stolyar, Léningrad, Université d’État de Léningrad).

Diarra, Minabe, 1972, Narody Mali. Etnolingvisticheskij ocherk, Dissertacija na soiskanie uchenoj stepeni doktora istoricheskikh nauk (nauchnyj rukovoditel’ D. A. Olderog), Léningrad, Akademija nayk SSSR Institut Etnografii i Antropologii im. N. N. Miklucho – Maklaya, Léningradskaja chast’, (Diarra, Minabe, Les peuples du Mali. Un essai ethno-linguistique), thèse de doctorat en histoire, dir. D. A. Olderog, Léningrad, Institut d’Anthropologie et d’Ethnographie de N. N. Miklukho – Maklay de l’Académie des Sciences d’URSS, Département de Léningrad).

Kopyttsev, Igor, 2009, Kontinent (rukopis’ romana), (Kopyttsev, Igor, Le Continent, manuscrit).

Kotchakova, Natalia, 2008, Tradicionnye kul’tury narodov Nigerii (Essays), Institut Afriki RAN, Moskva, (Kotchakova, N.B., Les cultures traditionnelles des peuples du Nigeria, Institut d’Afrique de l’Académie des Sciences de la Russie, Moscou).

Mack, John, 2011, « In Memoriam. Claude Ardouin, 1950–2011 », African Arts, Autumn 2011 Vol. 44, No. 3, p. 10-11.

Maleso, Alphonse, 1971, Kolonial’naja politika Bel’gii v Congo i ee krakh v 1959–1960 gg., Dissertacija na soiskanie uchenoj stepeni doktora istoricheskikh nauk (nauchnyj rukovoditel’ V.S.Pokrovskiy), Moskva, Universitet druzhby Narodov, (Maleso, Alphonse, La politique coloniale de la Belgique au Congo et son échec en 1959–1960, thèse de doctorat en histoire, dir. V.S. Pokrovskiy, Moscou, Université russe de l’Amitié des Peuples).

Mbaykeng, Mempasenghar, 1986, Osnovnye cherty tradicionnoy obshchestvennoy zhizni sara Respubliki Tchad v sovremennom kontekste, Dissertacija na soiskanie uchenoj stepeni doktora istoricheskikh nauk (nauchnyj rukovoditel’ N. M. Girenko), Léningrad, Akademija nauk SSSR Institut Etnografii i Antropologii im. N. N. Miklucho – Maklaya, Léningradskaja chast’,  (Mbaykeng, Mempasenghar, Les traits généraux de la vie sociale traditionnelle du peuple Sara de la République du Tchad dans le contexte contemporain, thèse de doctorat en histoire, dir. N. M. Girenko, Léningrad, Institut d’Anthropologie et d’Ethnographie N. N. Miklukho – Maklay de l’Académie des Sciences d’URSS, Département de Léningrad).

SMIRNOVA Ekaterina

Les étudiants ingénieurs d’Éthiopie
à l’Université d’État des Transports de Saint-Pétersbourg

Ekaterina SMIRNOVA

La migration des étudiants éthiopiens en Russie a déjà une longue tradition. Au cours de son histoire l’Éthiopie est passée par des périodes politiques différentes. Dans l’histoire récente, le tournant a été le début des années 90 quand le pays connaît un bouleversement du régime politique, passant d’une orientation socialiste à une orientation plus radicale proclamée par les membres du Parti du Front Démocratique Révolutionnaire des Peuples de l’Éthiopie.

La République Fédérale Démocratique d’Éthiopie a été fondée en 1993, après l’indépendance de l’Érythrée et le renversement du régime d’Hailé Mariam Mengistu, avant-poste des idées socialistes en Afrique. Beaucoup de Soviétiques ont visité ce pays à cette époque, des militaires, des médecins, des géologues, des enseignants, des agronomes, des ingénieurs et des constructeurs. Ces transformations politiques ont sans doute influencé le processus de migration. Les données statistiques recueillies par l’UNESCO témoignent bien de cette dynamique. Ainsi le nombre des étudiants partant de l’Éthiopie vers l’URSS représenta 2357 personnes en 1990, leur nombre a ensuite diminué brusquement : 547 en 1991, 434 en 1993 et 286 en 1994-1995. Dans les dernières années ce chiffre reste très modeste : 60 en 2008 et 28 en 2010.

La Corporation des Chemins de Fer Éthiopiens (ERC) a été fondée le 29 novembre 2007 par la résolution N.141/2007 publiée par le Conseil des ministres de la République Démocratique de l’Éthiopie. Selon cette résolution la Corporation doit développer l’infrastructure des chemins de fer et assurer la circulation ferroviaire partout dans le pays (huit couloirs). Cela est lié à une nouvelle coopération économique et aux politiques de développement entreprises récemment. Au milieu des années 2000, l’Éthiopie a reçu un crédit de la Banque Mondiale pour mettre en marche ce projet stratégique pour le développement économique et industriel du pays. http://www.erc.gov.et/index.php/about-erc.htm.

Cela fait partie du Growth and Transformation Plan (GTP). Il s’agit d’un projet national d’une durée de cinq ans créé par le Gouvernement de l’Éthiopie pour stimuler le développement de l’économie et augmenter le Gross Domestic Product (GDP) de 11-15 % jusqu’en 2015. Il n’existait jusque-là qu’un seul chemin de fer entre Addis-Abeba et Djibouti, construit par les Français au début du XXe siècle.

La construction du chemin de fer reliant la capitale de l’Éthiopie Addis-Abeba au port maritime de Djibouti a commencé en 1897. L’Éthiopie venait de remporter la victoire contre l’Italie à la bataille d’Adoua (1896), ce qui lui a permis l’année suivante de mettre fin à la guerre avec l’Italie et de proclamer son indépendance.

A cette époque-là l’État éthiopien a vécu une période d’essor sous le règne de l’empereur Menelik II, qui voulait établir des relations commerciales avec l’Europe. Pour cette raison il avait besoin d’un accès au port maritime. En raison de l’intensification de la circulation des marchandises, il fallait avoir des moyens de transport plus rapides que des tractions hippomobiles. Les longues files de chameaux transportaient les marchandises exportées et importées. Cette distance de 600 km entre Addis-Abeba et Djibouti était parcourue en 25 jours environ.

L’empereur Menelik II (1889-1913), surmontant la résistance et les peurs de son entourage devant les nouveaux défis liés à la construction du chemin de fer, et manœuvrant habilement entre les intérêts et les demandes venant de l’Italie, de la France et de l’Angleterre, qui ont leurs propres intérêts le long des frontières de l’Éthiopie, entreprend ce projet de construction de chemin de fer. En mars 1894, il signe une concession d’une durée de 99 ans avec un ingénieur suisse, Alfred Ilg. Dans le cadre de cet accord, on construit une voie ferrée d’une longueur de 781 km qui traverse des déserts, des montagnes et des rivières. La différence d’altitude entre Djibouti et Addis-Abeba est de 2400 mètres. La construction a duré 20 ans. L’Éthiopie est un pays agricole, et par conséquent il n’y avait pas à l’époque d’entreprises industrielles. Tout le matériel de construction – les rails, les traverses et les différents types de clavettes – a été livré par la mer. Les travaux ont été accomplis dans des conditions épineuses sous la direction d’une équipe internationale d’ingénieurs – des Belges, des Français, des Arméniens, des Allemands, des Anglais.

Les populations locales, appartenant à différentes tribus, étaient souvent hostiles à la construction du chemin de fer. Il y eut même plusieurs escarmouches. Une ligne télégraphique, construite en parallèle, était souvent vandalisée et les câbles servaient à fabriquer des bijoux. L’empereur fit proclamer une loi selon laquelle toute personne qui serait prise à endommager le  chemin de fer serait pendue, et les femmes qui porteraient des bijoux de cuir auraient la main coupée.

Quand le chemin de fer commence à fonctionner, le développement des villes et des villages situés le long de la ligne s’intensifie. L’âge d’or du fonctionnement du chemin de fer se situe dans les années 1960. Le pourcentage de transport fait par le chemin de fer dans le trafic total des marchandises représente à cette époque 70 %.

À partir de la fin des années 60, le chemin de fer a peu à peu décliné et s’est complètement délabré. Cela est dû aux périodes de bouleversement dans l’histoire de l’Éthiopie : les conflits militaires, la guerre avec la Somalie (1977-1978), le renversement du régime du dernier empereur Hailé Sélassié 1er (1974) et la proclamation par les militaires du choix de la voie socialiste. Cela a tenu les gens dans un état de tension tout au long du XXe siècle.

De nos jours le chemin de fer a trouvé un second souffle, car c’est un projet stratégique pour le transport du pétrole dont des gisements ont été découverts au Soudan du Sud. La Corporation des Chemins de Fer Éthiopiens a été fondée spécialement pour les buts de cette entreprise.[1]

La construction de ce vaste réseau de voies ferrées, d’une longueur de 5000 km environ, a démarré à la fin de l’année 2008. Donc c’est un projet tout à fait nouveau. En raison des objectifs fixés, l’Éthiopie se présente comme un cas particulier dans le domaine de la formation universitaire des ingénieurs. Ce cas est également exemplaire du fait qu’à la différence des autres pays voisins, comme le Kenya et la Somalie, l’Éthiopie ne veut pas faire appel aux ressources étrangères et préfère avoir ses propres cadres professionnels. Les Chinois et les Turcs travaillent déjà dans la construction, mais en ce qui concerne l’exploitation, les Éthiopiens veulent la réserver à des cadres nationaux. S’occuper de la formation des cadres nationaux pour maintenir ce réseau ferroviaire est un des objectifs de la Corporation.

C’est grâce aux efforts entrepris par l’ex-ambassadeur d’Éthiopie en Russie, M. Teketel Forsido Vamisho, qu’une collaboration dans le domaine de l’éducation a été mise en place. Il y a beaucoup contribué à la fin des années 2000, en persuadant l’administration de la Corporation des Chemins de Fer Éthiopiens que la Russie pourrait devenir la meilleure solution pour former un grand nombre de cadres ingénieurs.

Cette collaboration se déroule dans le cadre du partenariat entre la Corporation et l’Université des Transports de Saint-Pétersbourg (http://pgups.ru/eng/). Au début, l’Université a participé comme un partenaire qui élabore des standards de chemins de fer, des critères selon lesquels on construit le réseau. « Ainsi le projet d’éducation est un projet supplémentaire aux tentatives scientifiques, raconte le responsable de cette coopération. Si les Éthiopiens ont leurs propres standards, ils sont capables de bloquer toutes les applications d’autres normes imposées par tel ou tel pays étranger. Ils peuvent toujours dire : nous avons nos propres critères, ce sont eux qui doivent être mis en pratique ».

La coopération dans le domaine des transports, dans le domaine des chemins de fer en particulier, reste au cœur des négociations de la Commission Économique Commune entre l’Éthiopie et la Russie. De l’avis de l’ambassadeur d’Éthiopie en Russie, Dr. Kasahun Dender Melese, il y a une forte envie de coopérer dans les différents domaines qui concernent l’infrastructure des chemins de fer.

L’Éthiopie a besoin de milliers d’ingénieurs. C’est pour cela que la coopération est à long terme et bien diversifiée. Elle ne se réalise pas seulement avec la Russie, mais aussi avec la Chine et l’Inde, entre autres pays. Selon les mots de l’ambassadeur Dender Melese «cela n’a rien à voir avec la préférence, c’est une demande, le gouvernement éthiopien essaie d’envoyer à l’étranger autant d’étudiants que possible ».[2]

En ce qui concerne la coopération inter-universitaire, il y a deux domaines très importants.

  1.  Former un grand nombre d’ingénieurs. Ainsi beaucoup d’étudiants vont à l’étranger pour faire des études dans les domaines suivants : construction, design, gestion des transports, approvisionnement électromécanique.
  2.  Inviter des consultants (ingénieurs et professeurs russes qui aident à développer les standards nationaux de chemins de fer).

Cependant il est difficile d’envoyer les étudiants en Europe puisque le nombre des bourses qu’elle accorde est très limité. D’après la politique d’éducation poursuivie par l’État éthiopien, chaque année 70 % des étudiants doivent recevoir une éducation en sciences techniques et appliquées. Le taux est le même pour ceux qui partent à l’étranger – ils doivent être éduqués en science, en génie civil ou en médecine.

Avec la Russie, ce partenariat éducatif se réalise dans le cadre d’accords inter-gouvernementaux, un héritage de l’époque soviétique. Chaque année, l’Éthiopie reçoit plus de 40 bourses du Ministère de l’enseignement supérieur de la Russie.

Les étudiants arrivent en Russie pour une formation de deux ans au niveau du Master (un an supplémentaire est réservé à l’apprentissage de la langue). Tous ont déjà obtenu le baccalauréat, la plupart dans la construction civile, celle des autoroutes. Mais on peut difficilement comparer la construction des autoroutes et celle des chemins de fer, puisque 20 % seulement des deux disciplines se ressemblent, le reste étant du matériel nouveau à apprendre. « En arrivant certains des étudiants ne savent pas ce qu’est le matériel roulant, quels sont les différents types de locomotives et de voitures qui existent. Mais en même temps, ils ont une base théorique solide dans les domaines du matériel de construction, du sol, de la géologie, de la géodésie, etc. », raconte le responsable.

Environ 70 % des étudiants partant en Russie ont déjà travaillé pour la Corporation des Chemins de Fer et les autres sont des cadres prometteurs que la Corporation voudra employer. Elle fait une pré-sélection très dure de quatre personnes pour une place. Cinq universités en Éthiopie sont en haut de la liste : Mekelle University, Bahirdar University, Addis-Abeba Science and Technology University, Awassa University and Jimma University. La compagnie paie leurs billets, leur séjour, l’assurance médicale. Dix-huit personnes sont arrivées dans le premier groupe (janvier 2010) et onze autres sont arrivées dans le deuxième (janvier 2011). Tous suivent la formation en « Construction de chemins de fer ». Les professeurs russes leur apprennent à faire des projets, comment éviter les charges supplémentaires, comment construire le chemin de fer de la manière la plus efficace pour éviter la construction de tunnels, une entreprise coûteuse.

Ils habitent par deux dans le foyer étudiant avec leurs compatriotes et ils suivent des cours particuliers, sans qu’il y ait d’autres étudiants russes. La formation se déroule en russe, qu’ils apprennent principalement pendant les six premiers mois, puis tout au long de la formation.

Les étudiants apprennent les disciplines générales telles que mathématiques, économie, géologie, et aussi les disciplines plus spécialisées telles que la construction et la gestion des autoroutes et des grandes lignes, la construction des ponts et des tunnels, et l’engineering des matériels roulants.

La Corporation des Chemins de Fer Éthiopiens ne peut pas envoyer les étudiants en permanence parce que c’est une entreprise coûteuse. C’est pourquoi elle a décidé d’ouvrir une École d’ingénieurs de chemins de fer sur la base de l’Université Technique d’Addis-Abeba où des professeurs étrangers vont venir enseigner. Pour réaliser ce projet les Éthiopiens ont demandé l’avis de leurs collègues russes « Nous leur avons donné la liste des laboratoires qu’il faut créer ainsi que la structure du curriculum », témoigne un partenaire de l’Université des Transports de Saint-Pétersbourg. http://www.aait.edu.et/index.php?id=192

Outre cette mission de formation, l’Université des Transports de Saint-Pétersbourg poursuit des projets scientifiques et de lobbying. L’administration de l’Université pense que les étudiants formés en Russie auront une manière de penser et une mentalité différentes de la mentalité européenne et asiatique. En rentrant en Éthiopie, ils seront capables d’influencer les contractants étrangers. « Nous voulons que, lorsque les étudiants seront de retour, ils puissent dire aux Chinois de manière précise ce qui doit être changé et comment, et c’est aussi un des objectifs de la Corporation » remarque le responsable, «Tant qu’il n’existe pas un corps de ses propres cadres ingénieurs de chemins de fer, les négociations avec les Chinois sont épineuses puisqu’ils travaillent dans la construction clés en main ».

Les étudiants sont considérés non seulement comme un corps d’experts dans la construction des chemins de fer, mais aussi comme de futurs enseignants universitaires. Un accord a été passé entre l’Université des Transports de Saint-Pétersbourg et la Corporation des Chemins de Fer Éthiopiens, afin qu’à la fin de ses études chaque étudiant reçoive une attestation sur la base de ses prédispositions, que ce soit une activité académique, pratique ou d’enseignement. Ces derniers vont avoir la possibilité de continuer leurs études au niveau du doctorat. Pour le moment cela reste une question ouverte.

Vers 2015, selon le programme d’État de développement, est prévue la construction de 2359 km de chemin de fer. Le gouvernement éthiopien crée des conditions favorables pour attirer des investissements étrangers. Ce n’est pas seulement une coopération inter-universitaire, il y a aussi des projets de coopération avec la Compagnie de Chemins de Fer Russe (RZD).

Cette année, 2013-2014, il n’y a pas d’admission d’étudiants éthiopiens, suite à des changements administratifs dans la Corporation qui ont retardé le recueil de tous les documents nécessaires. L’administration de la Corporation compte dans le futur obtenir des bourses gouvernementales éthiopiennes pour envoyer les étudiants gratuitement ou sur une base partiellement payante en Russie.

Il y a aussi des projets de collaboration dans le secteur énergétique, l’industrie minière et la prospection. Comme le remarque l’ambassadeur Dender Melese, quelques négociations préliminaires ont déjà eu lieu avec certaines autres universités comme l’Université d’État de Moscou, l’Université de l’Énergie de Moscou, l’Université d’État de Voronej.

Parmi les questions à élaborer dans la recherche future, on peut déjà citer  :

–       les différences entre l’Université des Transports de Saint-Pétersbourg et les autres universités de formation ferroviaire en Russie ;

–       les différences entre ceux qui sont partis en Russie et ceux qui sont partis en Inde, en Chine, dans les différentes écoles et ceux, peu nombreux, éduqués en Europe et aux États-Unis ;

–       les langages techniques entre le russe et l’anglais (les ingénieurs formés en Russie ont-ils des difficultés au retour pour ajuster les lexiques entre eux ?) ;[3]

–       les inégalités hommes-femmes dans les carrières d’ingénieurs et l’accès aux responsabilités.

Bibliographie :

Bahru, Zewde, 2002, Pioneers of change in Ethiopia: The reformists intellectuals of the early twentieth century, Ohio University Press.

Gauthier, Madeleine, 1997, Pourquoi partir? La migration des jeunes d’hier et d’aujourd’hui, Québec, Presses de l’Université Laval.

Halary, Charles, 1994, Les exilés du savoir. Les migrations scientifiques internationales et leurs mobiles, Paris, L’Harmattan.

Hatton, Timothy J., Williamson, Jeffrey G, 2008, Global migration and the world economy: two centuries of policy and performance, Cambridge, Mass.; London, UK: MIT Press.

Kouvouama, Abel, Gueye, Abdoulaye, Piriou, Anne, Wagner, Anne-Catherine, 2007, Figures croisées d’intellectuels. Trajectoires, modes d’action, productions, Paris, Karthala.

Lebeau, Yann, Niame, Boubacar, Piriou, Anne, Saint Martin, Monique de, 2003, État et acteurs émergents en Afrique, Paris, Karthala.

Leclerc-Olive, Michèle, Scarfò Ghellab, Grazia, Wagner, Anne-Catherine, 2011, Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratiques des acteurs, Paris, Karthala.

Patman, G. Robert, 2009, The Soviet Union in the Horn of Africa: the diplomacy of intervention and disengagement, Cambridge, Cambridge University Press.

Sindjoun, Luc, 2005, État, individus et réseaux dans les migrations africaines, Paris, Karthala.


[1]          The Ethiopian Railways Corporation (ERC) was established on the 29th of November 2007 by the Regulation Number 141/2007 of the Council of Ministers of the Federal Democratic Republic of Ethiopia. The Regulation mandates ERC to develop railway infrastructure and provide passenger and freight rail transportation services in Ethiopia. The key objective of ERC is to develop an integrated and high capacity railway transport system to ensure competitive and affordable transport. ERC has identified railway projects on eight corridors in the country that are devised to enhance both the social and economic needs. Download on May 10, 2013 http://www.erc.gov.et/index.php/about-erc/erc-profile.html

[2]            Les Chinois et les Indiens offrent le Master dans le même métier sur une durée d’un an et l’enseignement se déroule en anglais.

[3]          « Parfois les livres en anglais sont très anciens et démodés puisqu’ils ont été publiés il y a très longtemps, – raconte un des étudiants, ils ne suivent pas les changements récents dans les technologies ferroviaires. Par contre les livres en russe ne sont pas toujours faciles à comprendre et à traduire. »

SMIRNOVA Tatiana

Révolutions malienne et russe dans les trajectoires des étudiants maliens venus en URSS à l’automne 1991

Tatiana SMIRNOVA

L’assistance technique et technologique accordée par l’URSS au Mali est visible : le stade, l’hôpital, les armements, etc. sont les vestiges de l’histoire de relations diplomatiques très intenses[1]. De plus, pendant une période de plus de trente ans, l’Union soviétique a formé des milliers de Maliens. Cette histoire très riche a laissé des traces dans la vie politique et sociale du Mali. Comment peut-on saisir concrètement les effets de cette interaction intense entre les deux États ? Le changement du rapport à la politique des étudiants partis en URSS était souvent évoqué comme un outil pour saisir la spécificité de leur séjour dans ce pays : « Envoyez vos étudiants à Paris et ils reviennent communistes ! Envoyez-les à Moscou et ils reviennent capitalistes » disait Houphouët-Boigny. Dans cette communication nous allons nous poser une question qui aura pour but de mettre en perspective les expériences des Maliens ayant vécu deux révolutions de façon consécutive en 1991 : malienne et russe[2]. Comment la spécificité de cette configuration socio-historique s’est-elle traduite dans leurs parcours, dans leurs valeurs et leurs représentations du modèle sociétal et politique « idéal » ? Ce questionnement est d’autant plus intéressant que les Africains qui venaient en URSS dans les années 1960–1980 n’avaient pas toujours des convictions idéologiques profondes (Matusevich, 2008a :70 ; Mazov, 2002), alors qu’à la fin des années 80, les étudiants sont à l’avant-garde des mouvements qui conduisent par la suite à la libéralisation politique (Zeilig, 2007). Autrement dit, nos interlocuteurs, venus à Moscou à l’automne 1991, sont beaucoup plus sensibles aux enjeux de la politique que ceux qui venaient auparavant. Comment ce contraste a-t-il joué dans leur façon de vivre la révolution russe du début des années 90, quel rapport à la politique ont-ils noué et comment ?

Quelques mots sur les sources et les enquêtés

Les données statistiques existantes indiquent un nombre important de Maliens partis en URSS dans le cadre de leurs études, comparé à d’autres pays africains[3], mais avec de grandes variations selon les sources. Par exemple, le ministère de l’Éducation nationale de la Fédération de Russie cite un chiffre de 1498 Maliens « diplômés par un établissement d’enseignement supérieur » en URSS pendant la période de 1950 à 1985 (Arefiev, 2011 : 26), alors que selon le Ministère des Affaires Étrangères de la Fédération de Russie, il s’agit plutôt de 10000 Maliens qui ont « suivi la formation en URSS »[4]. Cette énorme différence s’explique très probablement par le fait que les chiffres du Ministère de l’Éducation publiés dans l’étude d’Arefiev ne prennent pas en considération le nombre d’élèves ayant suivi la formation secondaire professionnelle, et pourtant, cette information peut s’avérer importante pour mieux comprendre le rôle joué par le séjour en URSS des étudiants maliens dans la formation des cadres de l’État. Il n’existe pas non plus de statistique précise concernant la répartition par spécialité et par pays[5].

à l’automne 1991, vingt-cinq étudiants maliens sont venus en URSS, mais deux d’entre eux ont abandonné le cursus. Des vingt-trois qui sont restés, plus de la moitié a fait des études supérieures à dominante technique, pour poursuivre une carrière d’ingénieur dans différents domaines (électricité, radio-télécommunications, informatique, génie civil)[6]. Compte tenu de la spécificité de l’échantillon, il était difficile de joindre tous les interlocuteurs. Ainsi, nous ne prétendons pas à une représentativité dans nos conclusions concernant la promotion spécifique de vingt-trois étudiants maliens venus en URSS à l’automne 1991. Mais la présente communication s’appuie également sur l’étude des données de quatorze entretiens semi-directifs effectués auprès d’étudiants-doctorants maliens pendant leur séjour d’études à Saint-Pétersbourg en 2002-2003[7] et les notes d’observation du journal de terrain mené pendant sept mois (Smirnova, 2002). Cela nous a permis d’avoir un aperçu général du contexte de la vie quotidienne des étudiants maliens à Saint-Pétersbourg.

Avant de passer à l’analyse thématique, nous nous proposons de présenter un très bref aperçu des parcours de Coulibaly, Keita et Mariko[8].

Coulibaly est un élève du prestigieux Lycée technique de Bamako, titulaire d’un baccalauréat scientifique. En 1991, il obtient une bourse pour faire de l’électronique, sa passion depuis enfance, mais à son arrivée en Russie, à la faculté préparatoire de la ville de Voronezh, il découvre une nouvelle filière, l’informatique. Convaincu que cette dernière est une science d’avenir, à la fin des études de langue russe à la faculté préparatoire, il comprend qu’il a un choix entre l’électronique et l’informatique. En 1992 il se retrouve à Saint-Pétersbourg à l’Institut Électrotechnique de Leningrad (LETI)[9] pour suivre les études d’ingénieur en informatique. Dès 1994, il commence à enchaîner différents types de travail qui ne relèvent pas toujours de son domaine d’études et se marie en 1999 avec une femme russe. En 2001, après la soutenance de son diplôme, il part en France avec sa femme. Il y fait de brillantes études, un Master 2 et un doctorat en informatique financés par le CNRS, et travaille actuellement dans une entreprise privée française.

Keita, élève du lycée Askia Mohamed à Bamako, opte initialement pour des études d’électricité, mais obtient une bourse pour des études d’électromécanique. Arrivé en automne 1991 à Saint-Pétersbourg pour les études à la faculté préparatoire, il est inscrit par la suite à la prestigieuse Université polytechnique de Saint-Pétersbourg. Après l’obtention de sa maîtrise (quatre ans d’études supérieures), il a la possibilité de suivre les cours du soir en informatique, ce que lui permet d’obtenir le diplôme « d’analyste-programmeur en informatique ». Après l’obtention du diplôme de l’Université polytechnique en 1997, et malgré l’obtention d’une bourse pour faire les études de doctorat, il quitte la Russie pour s’installer en France où, grâce à son diplôme facultatif en informatique, il s’inscrit en maîtrise d’informatique (l’électromécanique ne lui plaît plus) et travaille par la suite pendant huit ans en France. Pendant ce temps il rencontre sa femme, mais à la naissance de leur premier enfant le jeune couple déménage au Mali, où Keita travaille comme directeur de la filiale de la même entreprise française en tant qu’ingénieur informaticien.

Mariko, élève du lycée de Ségou, fait le choix d’étudier l’électronique, mais il est finalement orienté en génie civil. Il part à Saint-Pétersbourg en 1991, d’abord pour étudier à la faculté préparatoire, ensuite, à l’Université d’État d’Architecture et de Génie Civil[10]. Diplômé en 1997, il commence à travailler, puis s’inscrit pour suivre une autre formation à ses frais qu’il doit abandonner – le travail alimentaire pour payer ses études lui prend trop de temps. Il se marie avec une femme russe, et ils quittent la Russie pour le Mali en 2001, en ayant des projets pour partir en Allemagne. Néanmoins, grâce à ses réseaux Mariko trouve très rapidement un emploi dans l’entreprise d’un ancien diplômé en URSS.

Pourquoi les élèves maliens partent-ils en Russie à l’automne 1991 ? Quelques facteurs structurant la trajectoire d’études des Maliens au moment de la révolution.

Le régime de Moussa Traoré était mis en cause par quelques tentatives de contestation, réprimées aussitôt, notamment, à l’occasion des manifestations scolaires en 1976-1977 et en 1979-1980, lorsque le secrétaire élu de l’Union nationale des élèves et étudiants du Mali (UNEEM), Abdoul Karim Camara, surnommé « Cabral » est arrêté et assassiné (Lange, 1999). Cependant, au cours de l’année 1990, différents mouvements d’opposition, représentés surtout par des élèves, des étudiants et de jeunes diplômés au chômage deviennent plus organisés (Fay, 1995). Les logiques de contestation se cristallisent, entre autres, autour du thème de la lutte contre la corruption qui était une composante du système clientéliste redistributif du régime de Moussa Traoré. Des traitements extrêmes (tel qu’être brûlé vif) ont été réservés aux représentants de l’État considérés alors comme des voleurs et privés de leur position de prévaricateur statutaire (Fay, 1995 : 24-27).

Ainsi, la distribution des bourses à l’époque de Moussa Traoré était souvent compromise par les logiques de la corruption : c’était surtout les personnes proches du parti unique, l’UDPM, qui avaient le privilège de bénéficier des bourses d’études à l’étranger[11]. (Mariko : « (…) mais c’est possible aussi que si tu as une bourse, on enlève ton nom et on met un nom de quelqu’un d’autre (…)) Cependant, selon les interlocuteurs, la sélection des boursiers en 1991 a été opérée conformément à la loi, puisque l’image des punitions publiques des fonctionnaires considérés comme voleurs était trop présente à l’esprit au moment des événements de la révolution (« Les gens avaient peut-être peur de changer, c’était difficile de priver de la bourse quelqu’un qui en avait le droit » Mariko). Nos interlocuteurs considèrent ainsi que le choix de leur candidature pour une bourse d’études à l’étranger s’explique en partie par la crainte des fonctionnaires de falsifier les dossiers au profit des « proches du parti » en retirant les noms des véritables bénéficiaires.

La révolution malienne a eu aussi des effets sur le choix de la destination des élèves boursiers. Généralement les élèves les mieux classés partent en France, en Allemagne, en Belgique ou au Canada, ceux un peu moins bien classés partent en URSS et dans les pays du bloc de l’Est, et ceux beaucoup moins bien classés poursuivent leurs études dans les pays considérés par les interlocuteurs comme « arabes » : Tunisie, Maroc, Algérie, etc. Mais la révolution de mars 1991 a fait que les pays de la « première catégorie » n’ont pas donné de bourses cette année-là, seule l’Union soviétique avait attribué vingt-cinq bourses[12]. Ainsi, pour cette promotion en particulier, la perspective de partir en URSS se présentait plutôt comme une solution à défaut d’autres possibilités (« c’était en fait le meilleur choix par rapport à ceux qui existaient » dit Mariko, « je n’ai pas sauté au plafond », Coulibaly remarque aussi : « Pour moi il fallait partir de toute façon parce que cela ne se faisait pas au Mali et comme, en l’absence de la France et du Canada, l’URSS était le meilleur car à côté il y avait l’Algérie, la Tunisie, le Maroc »). Par exemple, Mariko aurait sans doute préféré aller en Allemagne à l’image de son père qui y avait fait des études d’ingénieur ; c’est justement à ce titre qu’il étudiait l’allemand à l’école et non pas le russe.

Pourtant, la France a joué un rôle non négligeable dans la mise en place du système de l’enseignement supérieur technique russe et de l’institutionnalisation du métier d’ingénieur dans la première moitié du XIXe siècle. Par exemple, l’Institut du corps des ingénieurs des voies de communication[13], pionnier des grandes écoles techniques russes, ouvert en 1809-1810, eut pour prototypes deux établissements français : l’École polytechnique et l’École des ponts et chaussées (Gouzévitch, 1993). Cependant, malgré les liens historiques forts entre la France et la Russie dans ce domaine et la haute qualité de la formation, les étudiants que nous avons interrogés auraient préféré partir sans doute en France ou en Allemagne si l’opportunité s’était présentée. Pourquoi une telle appréhension à l’égard des études en URSS ?

Parmi les raisons, émerge l’appréhension des difficultés à trouver un emploi avec un diplôme soviétique, appréhension liée aux représentations d’un bas niveau d’études (« … les études n’étaient pas très…hautes, c’est à dire les étudiants partaient et revenaient sans les connaissances » Mariko). Qu’est-ce qui était à l’origine de ces rumeurs ?

La mauvaise réputation du diplôme soviétique pourrait s’expliquer en partie par une attitude indulgente des professeurs qui avaient tendance à attribuer « la note moyenne »[14] à certains étudiants du fait de leur origine étrangère (« (…) ils vont jamais travaillez chez nous donc ce n’est plus la peine de trop les fatiguer, donc ce n’est pas grave. On racontait cela quand on discutait entre nous », Keita). De même, Coulibaly se souvient qu’un professeur justifiait l’attribution de la « note moyenne » à un étudiant qui ne la méritait pas par « l’amitié internationale entre les peuples ». Cette attitude indulgente est probablement le fruit du dispositif propre à la situation des étudiants étrangers d’une manière générale en Union soviétique, qui avaient une obligation de la quitter après avoir achevé leurs études. Comme le note Coulibaly : « Ils ne voudraient pas que tu restes là bas ». Mais le lien entre l’attitude indulgente de certains professeurs et les rumeurs concernant un bas niveau d’études en URSS reste à nuancer. D’autant plus que d’autres éléments doivent aussi être considérés, surtout si on admet une hypothèse selon laquelle le nombre de Maliens ayant suivi des études secondaires professionnelles était supérieur à celui représentant les diplômés du supérieur.

Donc les étudiants partent en URSS « malgré eux » et ne se font pas beaucoup d’illusions sur la réputation du diplôme soviétique, mais du fait du contexte révolutionnaire au moment du départ du Mali, ils gardent certains idéaux concernant l’ordre qu’ils considèrent comme « démocratique ». Vont-ils résister à l’expérience de la vie en Russie ?

Comment pensent-ils l’expérience vécue ? Apprentissages « démocratiques » maliens à l’épreuve de la vie en Russie nouvelle

Les jeunes élèves maliens viennent en URSS en automne 1991. Ce moment est particulier par rapport à la période des années 1960-1980 d’un point de vue du contexte social et politique au Mali, mais aussi dans d’autres pays du continent qui vivent une époque de changement de régimes et de libéralisation politique (Bratton et Walle, 1997).  Au Mali les manifestations pacifiques commencent dès 1990, avec les élèves et les étudiants au premier rang.

Du fait de la spécificité de ce contexte, certains de nos interlocuteurs sont très sensibles aux enjeux politiques et militent dans les organisations de jeunesse, notamment, dans l’Association des élèves et des étudiants du Mali (AEEM), née en octobre 1990. C’est le cas de Mariko, membre du bureau de l’association du lycée de Ségou, une section de l’AEEM. Il explique son engagement militant en termes de nécessité d’action pour faire face à la situation difficile au pays, surtout sur le plan économique (« la vie était très dure, on avait une enfance assez difficile, donc vraiment c’était obligatoire de prendre part à ses mouvements, pour la libération du pays en fait », Mariko). De janvier à mars 1991, plusieurs marches se succèdent revendiquant la démocratie et le multipartisme. La manifestation du 22 mars se termine par des tirs de l’armée sur la foule à balles réelles. Coulibaly, lui, ne faisait partie d’aucune association militante, mais il est sorti plutôt par curiosité dans la rue pour tenir compagnie à un ami, qui a été tué le jour de la manifestation du 22 mars 1991. Les émeutes se déclenchent alors et durent pendant cinq jours lorsque le 26 mars 1991, le régime de Moussa Traoré est renversé par un groupe de militaires dirigé par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré. Les étudiants maliens venus en URSS en automne 1991 se présentent comme des héros ayant participé à la révolution malienne (Coulibaly). Ils tirent même une certaine fierté du fait d’avoir été associés au processus qui a abouti à l’instauration d’un régime de type démocratique au Mali.

Or, cette fierté s’estompe peu à peu à l’épreuve de l’expérience vécue en Russie et notamment à travers les désillusions consécutives à des transformations socio-politiques en hiver 1991, dont ils furent témoins. Même si avant le départ, l’imaginaire au sujet de l’URSS était plutôt rudimentaire, il était néanmoins associé à une certaine grandeur du pays et à sa forte position géopolitique en tant que leader du bloc de l’Est. Les idées à propos d’un certain « minimum social »[15] accessible – à la différence du Mali[16]– à toute personne soviétique étaient également associées à l’image de l’URSS. Ces représentations idéalisées perdurent encore quelque temps après l’arrivée de ces Maliens en Russie, malgré la crise économique ravageant le pays déjà dès la fin des années 1980. Cela s’explique par le fait que les toutes premières semaines se déroulent dans un univers relativement clos. Dès leur arrivée, ils sont hébergés dans les foyers des facultés préparatoires à Voronezh (Coulibaly) et à Saint-Pétersbourg (Mariko, Keita). Les bâtiments où ils sont logés abritaient à la fois l’administration, les chambres, la cantine et les classes de cours. Dans l’immédiat, les étudiants n’avaient donc pas besoin de faire des efforts pour se procurer des objets de première nécessité ou faire de longs trajets en ville pour effectuer les démarches administratives, ce qui aurait nécessité la maîtrise au moins rudimentaire de la langue. La seule personne russe avec qui ils avaient des contacts réguliers et prolongés était le professeur de russe (« Comme elle nous faisait russe, elle était la seule personne russe avec qui on avait un contact régulier pendant les six premiers mois. (…) Pratiquement la seule personne russe à qui on avait accès pour discuter c’était elle », Mariko). Du fait de sa présence quotidienne et attentive à leurs côtés, des liens affectifs étroits se nouent entre elle et certains étudiants. Par exemple, elle accompagne des étudiants de la faculté préparatoire à Saint-Pétersbourg au marché des fruits et légumes, ainsi que dans les magasins. Ensemble, ils font la queue et elle les aide à choisir de bons aliments et à utiliser des tickets de rationnement.

Pour Coulibaly, les liens affectifs avec le professeur se nouent autour de l’importance qu’il accordait à l’apprentissage de la langue. Un peu plus doué en langues que les autres (à la fin de son séjour en Russie il parlait russe presque sans accent) il lie la richesse de son expérience de vie en Russie directement à la maîtrise de la langue et de ce fait, il lui est très reconnaissant (« Cette prof, en tout cas c’est une des personnes que j’aurais beaucoup aimé revoir dans ma vie. Parce qu’elle m’a donné beaucoup dans la vie. Elle connaissait son métier, elle disait : je donne beaucoup de grammaire parce que c’est le fondement de la langue » – Coulibaly).

Du fait de l’intensité des liens qu’ils ont noués avec les deux professeurs de langue russe à la faculté préparatoire, les étudiants ressentaient le choc des événements politiques de l’hiver 1991-1992 à travers les expériences individuelles de ces travailleurs de l’éducation nationale. Ces expériences étaient difficiles puisqu’il s’agissait de personnes en âge de préretraite, disposant uniquement de leur modeste salaire pour survivre. (« Mais ma prof de langue russe, au 2 janvier 1992, pleurait en se demandant comment elle allait faire pour joindre les deux bouts, car il n(y avait rien dans les magasins, c’était le marché noir, le kilo de viande, c’était son salaire. Avant, c’était le pays où il y avait tout en abondance et après rien, et beaucoup de criminalité, beaucoup de problèmes, les babouchka qui font la guerre (?), et les gens qui n’avaient pas à manger à leur faim, les filles qui viennent nous voir pour manger et boire » (Coulibaly). Pour Coulibaly, l’image idéale qu’il se faisait de l’URSS a été démentie par la réalité : avec la crise politique et économique de l’hiver 1991, en observant la vie quotidienne des Russes, mais surtout la professeur de langue russe, il a trouvé que « tout cela donnait une image désolante ». D’ailleurs c’est ce constat qui l’amène à s’intéresser vivement à la vie politique en Russie et au Mali : « Et en ce moment je commence à comprendre que c’est important, ce qui se passe là-haut. Comment en temps réel cela jouait sur la vie quotidienne des gens » (Coulibaly). Ainsi, Coulibaly est un abonné du journal « Les Échos »[17], pendant les deux premières années de son séjour en Russie, qui lui était envoyé régulièrement par sa famille depuis le Mali. Il suit également avec beaucoup de passion et de ténacité les événements de la scène politique russe, mais l’expérience de vie dans la Russie nouvelle est marquée par une déception profonde de la politique menée par le gouvernement démocratique russe du début des années 1990.

Mariko et Keita sont aussi critiques vis-à-vis des événements politiques dont ils ont été témoins. (« Quand il y a la dictature profonde, on peut arriver à une démocratie désorientée, c’est ce qui s’était passé en Russie. Cela a créé un très profond déséquilibre. (…) Jusqu’à maintenant, on a tout cassé et on n’a pas pu construire ». Mariko) C’est l’expérience de la vie en Russie (comme le note d’ailleurs Mariko lui-même) qui a modifié leurs représentations de la scène politique malienne. Coulibaly annonce ainsi sa déception profonde vis-à-vis de l’expérience de la révolution malienne : « On a fait le Mali nouveau, ce que je ne ferai plus à tout prix, c’est pour cette raison que lorsque je suis les manifestations à Moscou, je me pose la question : êtes-vous sûrs que ces dirigeants vont faire exactement ce que vous voulez ? Puisque vingt ans plus tard, on est toujours dans la même galère là. »[18]. Ainsi, les espoirs de démocratie suscités par le vécu de la révolution malienne de 1991 n’ont pas résisté à l’épreuve de la « révolution » russe et à l’expérience de vie dans un pays récemment « démocratisé », une Russie nouvelle. Cependant, il semble que les expériences très diverses, acquises au-delà et en parallèle des études, compensent d’une certaine façon ces désillusions.

Comment se déroule l’expérience de la vie en Russie ? Les parcours d’excellence à l’épreuve de la volonté de « découvrir » et de la nécessité de  « survivre »

Titulaires d’un baccalauréat scientifique, les étudiants (Mariko, Coulibaly, Keita) venaient de familles avec un « capital scolaire » important, où un ou plusieurs membres de la famille ont fait de « longues études » à l’étranger. Ainsi, la sœur de Keita a fait une école d’ingénieurs en France et son frère avait fait des études d’ingénieur en bâtiment à Donetsk en Ukraine. Le père de Coulibaly avait fait des études à William Ponty au Sénégal, et avait fondé par la suite la première école d’infirmiers vétérinaires au Mali. Le père de Mariko avait fait une formation de comptabilité en Allemagne. Pour être parmi les sélectionnés pour la bourse d’études à l’étranger, ils ont tous fait des études brillantes ; pour certains, le futur métier était une véritable passion. Ainsi, Coulibaly a lui-même bricolé sa propre station télé et radio au lycée. Du fait de l’importance du capital scolaire dans les familles des interlocuteurs, nous aurions pu supposer que les études à l’étranger étaient uniquement une étape de carrière à franchir. Mais dès leur arrivée en URSS, l’objectif initial d’obtention du diplôme était parfois délaissé au profit de la « découverte » et de la nécessité de « survie ». La situation économique des familles de nos interlocuteurs y était pour beaucoup, mais en aucun cas un facteur explicatif de la diversité et de la richesse des expériences vécues par les étudiants. Ainsi, ceux qui ont goûté la vie de luxe du fait de la position de leur famille étaient, par ailleurs, amenés à travailler comme main-d’œuvre. Au contraire, ceux qui n’avaient pas de ressources au départ, ont eu la possibilité de goûter la vie de luxe grâce à des revenus qu’ils tenaient de leur travail.

Le train de vie de luxe de certains[19] (Keita, Coulibaly) était alimenté par l’envoi régulier d’argent de la part des familles restées au pays. Les jeunes étudiants avaient des sommes différentes, mais d’une manière générale, leur montant équivalait à plusieurs fois le salaire moyen des professeurs de l’enseignement supérieur en Russie[20]. Cela permettait à ces étudiants de se déplacer en taxi, d’acheter de la viande au marché noir, ou directement dans les restaurants (« C’était un peu choquant, mais on arrivait par exemple à acheter le poulet entier ou la viande au marché noir, des choses que peu de russes pouvaient faire» (Keita)[21]. Compte tenu de cette différence de niveau de vie avec les Russes, certains Maliens tendaient à être discrets pour apparaître à leurs yeux comme les « pauvres étudiants étrangers » [22] (Keita). Par exemple, pour acheter de l’électroménager et des appareils (TV pour Keita, ordinateur pour Coulibaly), ils prenaient des précautions de sécurité.

A côté des étudiants qui menaient un train de vie de luxe, il y en avait d’autres, comme Mariko, pour qui « la vie était très dure parce qu’on n’avait plus d’argent pour manger ».  Pour vivre, ces étudiants beaucoup plus modestes n’avaient que la bourse qui, elle aussi, était souvent coupée, ce qui les obligeait à aller à l’ambassade du Mali à Moscou et à faire des « sitting » (Mariko et ses compatriotes). Coulibaly a hébergé pendant un certain temps un compatriote qui avait dépensé toutes ses économies et qui n’avait plus de bourse.

L’éclatement de la crise économique de 1998 conduit à une certaine homogénéisation des situations économiques des étudiants, lorsque les « riches » perdent leurs économies et/ou lorsque les parents n’envoient plus d’argent en complément de la bourse. Les étudiants se lancent alors dans les « petits boulots », pour certains (Coulibaly) déjà dès 1994. Ce moment est propice pour l’engagement dans le monde du travail puisqu’au bout de quelques années de séjour en Russie, les étudiants maîtrisent mieux le russe et arrivent à se débrouiller pour prendre des notes en cours, la suite des études devient donc moins stressante. Pour certains étudiants, le besoin de revenu supplémentaire devient une nécessité : soit pour appuyer les stratégies matrimoniales (« J’avais déjà ma femme et donc la bourse ne suffisant pas pour vivre, il fallait travailler » (Mariko), soit pour préparer le retour au pays, ou bien pour survivre tout simplement. Néanmoins, pour certains (Coulibaly, Keita) l’argent n’était pas un objectif en soi, l’engagement dans les petits boulots se faisait par solidarité avec des compatriotes et pour avoir un peu d’argent pour sortir en « boîte ». Ainsi, Keita allait sur les marchés pour décharger les camions de fruits et légumes, moyennant 15-20 roubles payés « au noir ». Une fois le travail terminé, il pouvait en plus emporter un fruit ou un peu de légumes (« Sûrement pas pour survivre. Bon peut-être il y a tous ceux qui faisaient cela pour survivre, mais en réalité nous, c’était pour acheter quelque trucs pour manger et le reste du temps pour avoir un peu d’argent pour aller en boîte » (Keita). Il en va de même pour Coulibaly qui allait, selon lui par solidarité avec d’autres Maliens, creuser les tranchées pour les câbles téléphoniques.

On peut distinguer trois catégories principales de « jobs d’étudiant » africains : l’univers de la nuit (bars, brasseries, restaurants, casino, cas de Keita et Coulibaly), commerce (par exemple, sur les marchés de fruits et légumes ou de vêtements, l’expérience de Ben), et de main-d’œuvre (par exemple, dans le bâtiment pour Touré et Traoré[23]) ou les chantiers (pour Keita et Coulibaly). On note ainsi que parmi ces catégories, il n’y en a pas (ou quasiment pas) qui impliquent des contacts plus directs, une interaction prolongée avec la population telle que l’enseignement (cours de langue) ou l’aide au soutien scolaire, alors que ce type de travail étudiant est accepté et assez répandu en Europe, au Canada ou aux États-Unis (et en Russie !)[24]. Il y avait aussi des cas plutôt exceptionnels, par exemple, Coulibaly avait travaillé dans une société d’informatique et était associé au projet de fabrication de matériel médical. La faculté d’études orientales de l’Université de Saint-Pétersbourg avait aussi une collaboration avec certains Africains pour l’enseignement de la langue, notamment le haoussa (étudiant nigérian) et l’amharique (professeur Éthiopien).

Comme nous l’avons remarqué auparavant, les étudiants commencent à travailler à partir du milieu des années 1990. C’est alors qu’émergent les premières « boîtes » de nuit proprement « africaines » où travaillent Coulibaly et Keita en tant que directeur artistique et DJ. Ce travail représentait sans doute un marché d’emploi prestigieux pour un jeune étudiant en quête des nouvelles impressions et émotions, les relations amoureuses avec les filles russes y étaient pour beaucoup. De plus, les étudiants se sentaient à l’aise dans ce monde, qu’ils  connaissaient dès leur arrivée en Russie. Cet ancrage dans l’univers de la nuit et de la musique s’explique également par une certaine continuité avec les pratiques observées en Union soviétique lorsque les étudiants africains donnaient le goût du jazz et du rock aux Russes. Matusevich remarque à ce sujet que c’était probablement le seul apport visible d’influence subversive sur la société soviétique exercée par des étudiants africains (Matusevich, 2008b : 72). Ainsi, pendant quelques années, Coulibaly, faisait partie d’un groupe musical jouant du reggae, très populaire au sein de la scène locale pétersbourgeoise. Mais cet exemple est plutôt exceptionnel puisque dans la majorité des cas[25] les Africains préféraient sortir dans les boîtes de nuit « africaines » et évitaient de fréquenter d’autres lieux de sociabilité de la ville.

Au-delà des boîtes « africaines », il existe des « boîtes » ordinaires, des casinos qui commencent à ouvrir avec la libéralisation économique. Pour se distinguer, certains jouent la carte de l’exotisme en embauchant des Africains dans les métiers de service (serveurs, croupiers). Par exemple, le casino « Slava » situé loin du centre-ville de Saint-Pétersbourg avait un décor à l’africaine et c’est là que Mariko a travaillé pendant quelques années en tant que serveur. Ce type de travail ne jouissait pas de la même notoriété que celui d’un DJ dans une boîte de nuit, mais était tout de même une aubaine puisqu’il permettait de suivre les cours (surtout s’ils avaient lieu dans l’après-midi).

Pour certains, l’expérience de « petits boulots » est tellement riche qu’à un moment donné elle risque de les faire dévier du chemin de l’obtention du diplôme. C’était le cas pour Mariko, lorsqu’il a dû abandonner le cursus supplémentaire qu’il finançait lui-même. Coulibaly lui aussi, était tellement pris dans les enjeux d’une éventuelle carrière dans le monde musical qu’il a failli abandonner ses études. C’est sa décision de continuer les études, mais aussi ses efforts en autodidacte qui lui ont permis finalement d’obtenir le diplôme, et de poursuivre par la suite de brillantes études en France dans le même domaine (« je lisais beaucoup sur internet, je peux dire que ma formation était en grande partie de l’autoformation, parce que tout ce que je ratais, je le lisais à la maison » (Coulibaly).

Aborder le sujet du quotidien des Africains en Russie sans poser les questions relatives au racisme est difficile (Boltovskaya, 2012). Chacun de nos interlocuteurs a vécu un incident qu’il qualifiait lui-même de « raciste » (injures dans la rue ou attaques physiques). Néanmoins, Mariko et Coulibaly étaient toujours très « à l’aise dans la société russe » (Mariko) ce que s’explique, probablement, par des liens matrimoniaux avec des femmes russes. Cependant, ce n’était pas le cas de Keita qui « se sentait toujours à part ». Toutefois, il éprouvait des sentiments similaires durant son séjour de huit ans en France, qu’il a d’ailleurs quitté pour le Mali après la naissance de son fils. Ainsi, sans nier pour autant leur gravité, les expériences de « racisme » sont vécues d’une façon très différente. Comme nous l’avions démontré, l’isolement des Africains est surmonté par eux-mêmes au moment des intenses recherches de la « découverte » et à l’épreuve de la nécessité de « survivre ». De plus, ces expériences seront si importantes pour eux que certains de nos interlocuteurs, même après le départ définitif de la Russie, déclarent considérer la Russie comme leur deuxième patrie.

Notes pour la conclusion

Les expériences que nous avons tenté de rassembler ici sont à la fois singulières et très révélatrices de la configuration socio-historique du moment. Nous avons vu comment la révolution malienne de 1991 a eu des effets sur le choix de la destination d’études ; l’URSS n’était même pas imaginée par les étudiants brillants qui se préparaient à partir ailleurs. À leur tour, la révolution russe et le séjour en Russie « démocratique » leur ont fait regretter leur participation active aux événements de la révolution malienne. Ainsi, si on paraphrase une partie du fameux adage d’Houphouët-Boigny, on dira que les étudiants envoyés à Moscou en 1991 reviennent, en quelque sorte, antidémocrates. Ce rapport à la politique se construisait minutieusement à travers l’expérience quotidienne tout au long du séjour en Russie. Toutefois, le déclic se jouait au moment des « faits » de la révolution, par exemple, à travers l’empathie avec un professeur de langue russe à la faculté préparatoire qui était alors pour eux une sorte de vitrine en miniature de l’écroulement de la vie de tous les Soviétiques après l’effondrement de l’URSS. Cependant, il semble que l’expérience de la vie quotidienne, au-delà et en parallèle des études, permet de compenser ces désillusions.

Bibliographie

Arefiev, Alexander, Sheregui, Franc, 2011, L’exportation des services russes en matière d’éducation. Statistiques. Volume 3, Ministère de l’Éducation et de la Science de la Fédération de Russie, Département des relations internationales, Centre de recherches sociologiques, Moscou (en russe). [Arefiev, Alexander, Sheregui, Franc, 2011, Eksport Rossiyskih obrazovatelnuih ouslug. Statisticheskiy sbornik. Vuipusk 3, Ministerstvo obrazovaniya i nauki Rossiyskoy Federacii. Departament mezhdunarodnogo sotrudnichestva, Centr sociologicheskih issledovaniy. Moskva].

Bianchini, Pascal, 2004, « Les crises des systèmes d’enseignement en Afrique noire. Un essai d’analyse à travers le cas du Burkina Faso ». Canadian Journal of African Studies / Revue Canadienne des Études Africaines, vol. °38, n°1, p. 33.

Boltovskaya, Svetlana, 2012, « African Communities in Moscow and St. Petersburg. Issues of Inclusion and Exclusion » in Gdaniec, Cordula dir., Cultural Diversity in Russian Cities: The Urban Landscape in the post-Soviet Era, Berghahn Books, p. 94-115.

Bratton, Michael, van de Walle, Nikolas, 1997, Democratic Experiments in Africa: Regime Transitions in Comparative Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Fay, Claude, 1995, « La démocratie au Mali, ou le pouvoir en pâture ». Cahiers d’études africaines n°137, vol. 35, p. 19‑53.

Gouzévitch, Irina, Gouzévitch Dimitri, 1993, « Les contacts franco-russes dans le monde de l’enseignement supérieur technique et de l’art de l’ingénieur », Cahiers du monde russe et soviétique vol. 34, n°3, p. 345‑367.

Ivanova, Lubov, 2003, Les Africains en URSS et en Russie (1960-2003) : problèmes d’adaptation, thèse de doctorat en histoire (dir. Appolon B. Davidson), Moscou, Université russe de l’Amitié des Peuples (en russe). Ivanova, Lubov, 2003, Afrikancui v SSSR i v Rossii (1960-2003) : problemy adptacii, dissertaciya na soiskanie uchenoy stepeni doktora istoricheskih nauk (nauchnuy rukovoditel’ Appolon B. Davidson), Moskva, Universitet druzhbui Narodov, 2003.

Kastouéva-Jean, Tatiana, dir., 2013, Les universités russes sont-elles compétitives ? CNRS, Paris.

Lange, Marie-France, 1999, « Insoumission civile et défaillance étatique : les contradictions du processus démocratique malien », Autrepart, n°10, p. 117‑134.

Leclerc-Olive, Michèle, 1997, Le dire de l’événement (biographique), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires Septentrion.

Matusevich, Maxim, 2008a, « Journeys of Hope: African Diaspora and the Soviet Society », African Diaspora vol.°1, n° 1-2, nov., p. 53‑85.

Matusevich, Maxim, 2008b, « An Exotic Subversive: Africa, Africans, and the Soviet Everyday », Race and Class, vol. 49, n° 4, april, p. 57-81.

Mazov, Sergey, 2002, La politique de l’URSS en Afrique de l’Ouest, 1956-1964, thèse de doctorat en histoire, Université d’histoire universelle, Moscou. (En russe) Mazov, Sergey, 2002, Politika SSSR v Zapadnoy Afrike, 1956-1964, Dissertaciya na soiskanie uchenoy stepeni doktora istoricheskih nauk, Institut Vseobschey Istorii.

Mazrui, Ali, 1994, « The Impact of Global Changes on Academic Freedom in Africa: a Preliminary Assessment » in : Diouf, Mamadou, and Mamdani, Mahood dir., Academic Freedom in Africa, Codesria, p. 118-140, Dakar.

Radvanyi, Jean, dir., 2002, La nouvelle Russie, Paris, Armand Colin.

Smirnova, Tatiana, 2003, La modification et la préservation du mode de vie des étudiants africains à Saint-Pétersbourg. Une étude de pratiques alimentaires. Mémoire de recherche en sociologie (dir. Amselle, Jean-Loup), Collège Universitaire Français, Saint-Pétersbourg.

Yengo, Patrice, 2011, « Jalons pour une historiographie des élites africaines formées dans le Bloc soviétique », in : Leclerc-Olive, Michèle, Scarfò Ghellab, Grazia, Wagner, Anne-Catherine dir., Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratiques des acteurs, Paris, Karthala, p. 135-148.

Zeilig, Leo, 2007, Revolt and Protest: Student Politics and Activism in sub-Saharan Africa, Michigan, Tauris Academic Studies.

Site web officiel du Ministère des Affaires Étrangères de la Fédération de Russie. Consulté le 1er octobre 2013 (http://www.mid.ru)


[1]           Les exemples de cette coopération sont cités sur le site web du Ministère des Affaires Étrangères de la Fédération de Russie. ( http://www.mid.ru). Il s’agit notamment des travaux de prospection géologique, d’une cimenterie, d’un stade à Bamako de 25 000 places, d’un centre d’apprentissage technique, d’un hôpital. Une mise en valeur a été effectuée d’environ 9 000 ha de nouvelles terres pour des plantations de riz dans le cadre des exploitations de l’Office du Niger ; la Société Nationale de prospection et d’exploitation de ressources nationales du Mali a été créée. Cinq établissements d’enseignement ont été construits, dont l’Institut Agricole Polytechnique, la Haute École d’Administration, une École de médecine

[2]                En mars 1991, suite à la répression par l’armée malienne de jeunes manifestants, des émeutes se déclenchent. Dans ce contexte le régime de Moussa Traoré est renversé par un groupe de militaires dirigé par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré (dit ATT). Le Comité Transitoire du Salut du Peuple (CTSP) est créé, et dirigé par Amadou Toumani Touré qui forme le gouvernement provisoire. Le régime de transition dure du 26 mars 1991 au 8 juin 1992. À l’issue des élections, Alpha Oumar Konaré devient le président, il est réélu en 1997. Quelques mois après ces événements au Mali, l’URSS s’effondre. Les accords de Belaveja, selon lesquels l’Union soviétique a été dissoute sont signés le 8 décembre 1991. Dirigée par Boris Eltsine, la nouvelle Russie est confrontée à de nombreux problèmes internes, parmi lesquels l’élaboration laborieuse d’un système politique démocratique et une guerre en Tchétchénie.

[3]           Selon l’étude d’Arefiev (2011 : 25-26), les Maliens, au même titre que les Ghanéens, les Guinéens, les Malgaches, les Nigérians, les Congolais, les Soudanais ou les Tanzaniens, étaient tous plus d’un millier à être formés en URSS pour la période de 1950 à 1985.

[4]           Site web officiel du Ministère des Affaires Étrangères de la Fédération de Russie. Consulté le 1er octobre 2013 (http://www.mid.ru)

[5]           L’étude d’Arefiev sur les étudiants étrangers engagés dans le cadre d’études de doctorat en 2001-2002 opère des catégories de classement par domaine d’études, mais n’entre pas dans des précisions plus détaillées, s’arrêtant au niveau de la région. Ainsi, il créé la catégorie étudiants « d’Afrique Noire » où la répartition par spécialité est la suivante : économie – 22,1 %, technique – 11,1 %, médecine 16,7 %, sciences naturelles – 27,8 %, agriculture – 16,7 %.

[6]           Selon Coulibaly.

[7]           La majorité des doctorants maliens étaient déjà venus en Russie dans le cadre d’études universitaires, commencées au début des années 1990.

[8]           Les prénoms ont été changés.

[9]           Leningradskiy Electrotechnicheskiy Institut, LETI.

[10]         Sankt-Peterburgskiy Gosudarstvennuy Arhitekturno-Stroitelniy Universitet.

[11]         Souvent, dans la hiérarchie des destinations les plus désirées, l’Europe et le Canada occupaient la première place, l’URSS n’était pas considérée comme la destination la plus attractive.

[12]         Ce chiffre est indicatif puisqu’il a été donné par nos interlocuteurs, et n’a pas eu de confirmation documentaire, mais il nous semble juste.

[13]         Institut Korpusa inženerov putej soobščenija : IKIPS.

[14]         3 sur 5, équivalent au « passable » dans le système académique français.

[15]              « Salaires payés régulièrement, électricité à la campagne, bonnes routes » Mariko.

[16]              Au Mali dès les années 1980, la situation économique se durcit, le pouvoir d’achat diminue drastiquement, les salaires sont payés irrégulièrement. Le fossé entre ceux qui sont proches du pouvoir et la population exclue des logiques de la redistribution devient de plus en plus profond (Fay, 1995 : 22).

[17]         Journal indépendant fondé en 1990 au Mali.

[18]                                                                         La citation originale est en russe et en français : « on a fait le Mali nouveau, chto bui ya seychas ni za chto bui ne delal, poetomy ya seychas smotry na mitingi v Moskeve neuzheli vui znaete chto te ludi budut delat’ imenno to chto vui hotite nu ladno (rire) potomu chto 20 let spustya on est à la même galère là ».

[19]         On peut même supposer, en se référant à l’étude d’Arefiev, que c’était le cas pour la plupart des étudiants maliens venus au début des années 1990. La majorité des interviewés doctorants répertoriés comme ressortissants de l’Afrique Noire se déclarent appartenir aux classes « moyennes ».

[20]         Par exemple, Coulibaly avait 1000 francs, ce qui équivalait à l’époque à 6000 roubles, soit 500 euros, alors que le salaire moyen des professeurs était de 300 roubles.

[21]         Plusieurs études et témoignages attestent qu’à l’époque soviétique la différence en termes de niveau de vie entre les étudiants étrangers (dont les Africains) était toujours supérieure à celle du niveau de vie des étudiants russes. Ainsi, avec la dissolution de l’URSS, cette situation change puisque les bourses sont payées moins régulièrement (Mariko est obligé d’aller à l’ambassade du Mali à Moscou pour réclamer le paiement de la bourse), de plus, à cause de l’inflation leur montant devient insignifiant pour subvenir à des besoins quotidiens.

[22]         Traduction du russe « bednuiy inostrannuy student » (Keita).

[23]         Doctorants maliens, interlocuteurs de l’étude menée en 2002-2003.

[24]         Observations faites lors de l’enquête menée en 2002-2003.

[25]              Nous nous appuyons ici sur nos observations des années 2002-2003.

SOUKHOV Nikolay

Les destins professionnels des lauréats des écoles supérieures soviétiques dans les pays du Maghreb[1]

Nikolay SOUKHOV

La situation socio-politique intérieure et les incitations au départ du Maroc

Après l’accession à l’indépendance, le Maroc – comme d’autres pays africains dans les années 1950-1960 – s’est trouvé face à la tâche de devoir former des jeunes dans les secteurs les plus divers de l’économie nationale. Tâche très difficile dans un pays où il n’y avait pas d’école supérieure nationale (la première université – à Rabat – a été créée en 1957, mais n’a ouvert officiellement qu’en 1959). Parmi les principales raisons qui poussaient les jeunes Marocains à partir faire leurs études supérieures en Union soviétique durant les premières années de l’indépendance, figurait l’impossibilité de le faire dans leur pays.[2]

Pierre Vermeren, chercheur français en histoire contemporaine du Maroc, remarque que, vers le milieu des années 60, les classes moyennes urbaines s’inquiètent face à un enseignement supérieur qu’elles jugent incapable d’assurer une promotion sociale pour tous (Vermeren, 2006 : p. 48). Le Maroc compte à cette période moins d’une dizaine de milliers d’étudiants. L’Union générale des étudiants marocains (d’obédience istiqlâlienne), l’Union nationale des étudiants et le Syndicat indépendant des étudiants (proche de l’UNFP) s’associent pour manifester contre la doctrine Benhima, accusée de briser le processus d’arabisation, et aussi contre la discrimination à leur égard par rapport aux spécialistes formés en France.

Les étudiants protestent aussi contre les conditions matérielles, jugées médiocres, de leurs études. Les grèves des années 70, qui ont démarré en janvier à la faculté de médecine, ont pour mot d’ordre « l’allègement des programmes » et une « révision du système d’attribution des bourses ». Ces grèves sont de plus en plus fréquentes au sein des lycées et des universités du Maroc. Elles fédèrent autour d’elles les organisations syndicales des étudiants et des professeurs, qui se solidarisent avec les étudiants. Les autorités hésitent sur la marche à suivre ; elles démantèlent en octobre 1970 l’ENS de Rabat, haut lieu de la contestation.

Les événements de mai 1968 en France surviennent dans un contexte marocain survolté. Pour les étudiants musulmans s’ajoute la défense du mouvement national palestinien, devenue essentielle après l’humiliante défaite arabe de juin 1967. Le tiers-mondisme et l’anti-impérialisme de Boumediene en Algérie voisine renforcent cet état d’esprit.

La génération estudiantine des années 1967 à 1973 se caractérise par son opposition radicale au pouvoir. Elle se retourne d’abord contre les appareils politiques nationalistes, jugés impuissants face au pouvoir personnel du roi. Plus ouverte socialement que la génération précédente grâce à la politique scolaire mise en place après l’indépendance, cette nouvelle génération voit émerger en son sein des éléments révolutionnaires. Des factions et différents mouvements sont fondés ; « 23 mai » et « Ilal amam » (en avant), par exemple, forment le front des étudiants marxistes-léninistes. En 1970 est créé le Mouvement marxiste-léniniste marocain, qui représente l’avant-garde des masses populaires sur la voie de la révolution. La prise de contrôle de l’UNEM est pour eux la première étape. Mais la répression s’abat sur le mouvement étudiant dès juin 1971, provoquant son passage à la clandestinité (Vermeren, 2006 : p. 50).

La situation socio-politique décrite ci-dessus constitue la deuxième raison importante – politique – qui poussait les étudiants marocains à partir faire leurs études dans les écoles supérieures soviétiques. Ainsi la crise de l’enseignement national marocain, d’une part, et la situation politique intérieure de la fin des années 60 et 70 d’autre part, motivaient ce choix.

Pour illustrer ce postulat, il suffit de regarder la liste des organisations marocaines bénéficiaires des bourses accordées par le gouvernement soviétique :

  • La Jeunesse du Parti du Progrès et du Socialisme (P.P.S.), ancien PCM
  • La Jeunesse du Parti de l’Istiqlal (P.I.)
  • La Jeunesse du Parti de l’Union Socialiste des Forces Populaires (U.S.F.P.)
  • L’Union Marocaine du Travail (U.M.T.)
  • L’Union Générale des Travailleurs Marocains (U.G.T.M.).

Lors des entretiens, les lauréats de ces générations ont reconnu qu’ils avaient des problèmes avec la police marocaine, suite à leur participation aux émeutes étudiantes. Le départ vers un pays inaccessible aux services secrets marocains (l’exemple de la disparition de l’opposant Mehdi Ben Barqa en juin 1966 à Paris était dans tous les esprits), équivalait dans certains cas, à de la survie.[3] Les militants des groupes radicaux d’étudiants, qui réussissent à cette époque-là à partir étudier en l’URSS, s’y sont attardés, en attendant la fin de « l’époque de plomb », pour longtemps, parfois pour toute leur vie.[4]

Puis, dans les années de relative stabilisation de la situation politique intérieure au Maroc, comme l’état de l’enseignement était resté complexe, le flux régulier d’étudiants vers l’URSS et les autres pays du bloc socialiste s’est prolongé.

* * *

Les étudiants tunisiens partaient pour des études en URSS dans le cadre de la politique de formation des cadres nationaux de l’État tunisien. Ils étaient particulièrement motivés par le problème du développement insuffisant du système national de formation, commun aux pays en voie de développement de l’époque des « réveils de l’Afrique ».

L’absence de motivations sociales et politique – caractéristiques du Maroc – a probablement engendré un plus petit nombre de lauréats des écoles supérieures soviétiques en Tunisie.[5]

La situation était différente en Algérie, où le gouvernement algérien envoyait des étudiants en Union soviétique, en fonction des priorités de sa politique intérieure et étrangère. L’État avait besoin de médecins, d’ingénieurs et de militaires. Cette circonstance a déterminé le taux de spécialistes civils et militaires formés pour l’Algérie pendant la période soviétique : près de 4000 civils et plus que 8000 militaires.

Relations économiques et politiques entre le Maroc et l’URSS

En même temps, l’Union soviétique était devenue de plus en plus attirante pour les Marocains. C’est au printemps 1958 qu’ont commencé des échanges commerciaux intensifs entre l’URSS et le Maroc. En échange du pétrole soviétique, d’équipement industriel et de bois, le Maroc livrait des oranges, des conserves de poisson, de la laine, de l’écorce de chêne-liège. L’établissement officiel de relations diplomatiques s’est concrétisé par l’échange d’ambassadeurs le 1er octobre 1958. Les visites du Président du Soviet Suprême de l’URSS, Léonid Brejnev (février 1961) et du Premier vice-président du Conseil des ministres de l’URSS, Anastas Mikoyan, (janvier 1962) au Maroc ont favorisé le renforcement des relations entre les deux pays.

Dans le domaine de la politique étrangère, le Maroc a proclamé le principe de « non-alignement vers les blocs ». Les Marocains ont entrepris de lutter pour la liquidation des bases étrangères militaires, soutenues dans l’arène internationale par l’URSS.

Après l’indépendance, le Maroc a commencé – tentant de trouver un équilibre entre l’Ouest et l’Est – à acheter de l’armement aux pays des deux blocs militaires et politiques existant alors. Les dirigeants soviétiques ont tâché d’utiliser cette opportunité pour la promotion de leur armement et pour le renforcement de la coopération bilatérale avec le Maroc. Des chasseurs à réaction soviétiques furent livrés aux forces aériennes du Maroc en février 1961. Mais la coopération militaro-technique se révéla brève. Après la fin de la guerre d’Algérie, il y eut des discussions entre le Maroc et l’Algérie au sujet de la souveraineté sur certains territoires frontaliers. En octobre 1963, « la guerre des sables » débuta. L’URSS prit le parti de l’Algérie dans ce petit conflit qui eut une influence négative sur le développement des relations soviéto-marocaines.

Une nouvelle étape des relations entre l’URSS et le Maroc débuta au milieu des années 60. L’idée du soutien au « triangle » – France, États-Unis, URSS – selon le projet du roi Hassan II, devait garantir au Maroc une bonne place parmi les pays en voie de développement. Assurément, ce « triangle » n’était pas équilatéral, si l’on considère l’attraction du Maroc pour les pays de l’Ouest. Cependant, le roi, qui ne pouvait pas ignorer le rôle croissant de l’Union soviétique dans la politique et l’économie mondiale, se rendit à Moscou en octobre 1966. Les négociations avec les dirigeants de l’État soviétique donnèrent des résultats féconds dans le domaine du commerce, des relations économiques et culturelles, ainsi que dans la coopération scientifique et technique. Les relations commerciales se développèrent activement, l’URSS construisit une importante série de projets énergétiques et industriels au Maroc. En 1970, le volume des échanges de marchandises entre les deux pays a été multiplié par six par rapport à 1960. Le premier ministre du Maroc, Ahmed Osman, visita Moscou en mars 1978 et signa un accord stratégique sur la coopération économique et commerciale.

Dans les années 60-70, l’Union soviétique apporta également l’investissement nécessaire au développement de la production d’énergie et de l’industrie minière du Maroc. La centrale thermique «Jerrada», le complexe hydro-énergétique « El Mansour El Dhahabi », 200 km de lignes à haute tension pour les transmissions électriques, la centrale hydroélectrique «Moulay Youssef» furent construits grâce à l’aide de l’URSS/Russie. Symbole de la féconde coopération bilatérale, l’ensemble hydro-énergétique « El Ouahda » – un des plus grands chantiers du monde arabe et de l’Afrique (30 % de l’énergie électrique produite au Maroc) – est construit par une compagnie soviétique/russe.

Pendant « la guerre pour la libération » et plus tard dans les années 60-70, une image positive de l’Union soviétique se dessine ; pour de nombreux Marocains, l’URSS est associée à la lutte contre le colonialisme et l’impérialisme, au soutien de la lutte du peuple arabe de la Palestine. L’idée de base, enracinée dans la conscience de n’importe quel Marocain indépendamment de sa position sociale, de son niveau de formation et de ses préférences politiques, est la suivante : « la Russie n’était jamais et ne sera pas l’ennemi pour le monde arabe » (Soukhov, 2009).

Grâce à l’aide soviétique au développement et à la suite de la coopération politique, économique et technique avec l’Algérie et, dans une moindre mesure, la Tunisie, l’image positive de l’URSS se renforce dans ces pays et accroît, par conséquent, l’attrait pour les études dans les universités soviétiques.

Le choix de la profession

Le choix de la profession future de l’étudiant maghrébin était défini en premier lieu par les besoins en telle ou telle spécialité de l’économie de son pays natal. Ici, nous observons une situation assez semblable pour les trois pays. Les écoles supérieures médicales, agraires, économiques, philologiques et de génie étaient les plus plébiscitées par les étudiants des pays du Maghreb. La médecine, la pharmacie et la stomatologie étaient les spécialités les plus populaires et étaient réclamées traditionnellement par les étudiants maghrébins, particulièrement par les jeunes filles.

Cet état de fait était induit par l’instabilité politique internationale et intérieure et les conditions naturelles de la région qui manquaient de spécialistes en médecine : les conflits locaux et régionaux, les tremblements de terre, les inondations, les épidémies, avec comme corollaire une énorme partie de la population ayant besoin d’assistance médicale. De plus, on constatait un reflux considérable de ces pays – particulièrement touchés par les crises – des médecins-pratiquants, y compris ceux travaillant dans les hôpitaux, les polycliniques et dans d’autres institutions médicales. Jusqu’à aujourd’hui, la gynécologie, l’oncologie et la cardiologie, activement développées à l’ouest et dans le bloc socialiste, ne sont pas encore très avancées dans les pays de la région.

Parmi les spécialités du génie les plus demandées figurent : la géologie et la reconnaissance des gisements des minéraux, la construction des ponts et des chemins de fer, le génie civil et industriel, les industries technologiques, la production d’énergie et aussi l’architecture. Dans les pays arabes, des programmes clairement définis de formation des cadres (tellement importants pour le développement économique moderne) manquent dans les années 60 et 70. Mais en Union soviétique les étudiants algériens, par exemple, acquièrent des connaissances théoriques et des habitudes pratiques pour un travail ultérieur dans les secteurs pétrolier et gazier de l’économie nationale.

L’agriculture représente traditionnellement le segment le plus important de l’économie des pays du Maghreb. Une grande partie de la population travaille dans ce secteur, dont les revenus constituent une part considérable du produit intérieur brut, bien qu’au total la région ne soit pas riche en sols fertiles, ni en ressources d’eau. La demande en spécialistes-agronomes et en vétérinaires dans ces pays était également presque entièrement satisfaite par l’enseignement supérieur soviétique.

On peut aussi mentionner le journalisme et la philologie parmi les spécialités assez demandées. Les médias servent de principal canal de diffusion des connaissances – à l’exclusion de tout autre. D’autre part, dans les pays arabes le taux de médias par rapport à la population – la quantité de journaux, de chaînes de radio et de télévision pour 1000 personnes – était beaucoup plus faible que le taux moyen dans le monde à la période examinée.

La deuxième spécialité la plus populaire était la philologie. Cette profession offrait notamment aux étudiants étrangers la possibilité d’apprendre le russe et l’importante littérature russe, et par la suite, de vivre de l’enseignement, du travail de traducteur ou d’une activité de recherche. Cela concerne particulièrement les lauréats-philologues maghrébins des différentes générations, qui sont des membres respectés de la société et enseignent dans les universités de leur pays.[6]

Les résultats du traitement des données statistiques indiquent que plus de la moitié des étudiants des pays du Maghreb étudiaient en URSS des spécialités techniques (voir fig. 1).[7]

Il est important de noter qu’un grand nombre de lauréats marocains des écoles supérieures soviétiques choisissaient une profession en fonction de leurs dispositions personnelles et de leurs passions, ce dont témoignent les réponses aux questions correspondantes du questionnaire diffusé parmi eux par l’auteur.

Le nombre de lauréats marocains des écoles supérieures soviétiques

Pendant toute la période examinée (1960-1990), plus de 800 000 personnes se sont formées dans les écoles supérieures soviétiques civiles et militaires, ainsi que dans les écoles spéciales secondaires, les cours divers de préparation, de formation continue, les stages pratiques, etc. Le pic du nombre des étudiants étrangers est atteint en 1989-1990, lorsqu’environ 180 000 citoyens étrangers se forment en URSS (près de 70 % dans les écoles de Russie) dans les différentes filières de formation.

Durant la période soviétique, la plus grande partie des étudiants étrangers étaient  originaires des pays socialistes de l’Europe de l’Est (avant tout la RDA, la Bulgarie, la Pologne, la Tchécoslovaquie) et d’Asie (principalement le Vietnam, la Mongolie, la Chine et l’Afghanistan) (voir fig. 2). Puisque les pays d’Afrique du Nord dans les statistiques soviétiques et russes se rapportent toujours aux pays arabes et se confondent avec les données sur le Proche-Orient, nous ne pouvons estimer qu’approximativement la part des étudiants africains dans les écoles supérieures soviétiques à environ 18 %.

Malheureusement, il est impossible de faire un compte exact des étudiants des pays du Maghreb ayant reçu un enseignement en Union soviétique, puisque parmi les Algériens, par exemple, prédominaient les cadets militaires et les officiers en formation, dont les données sont tenues secrètes.

Néanmoins, les informations sur les étudiants marocains, puisées dans les informations statistiques du Ministère des Affaires Étrangères et des Ministères de l’enseignement de l’URSS (auquel l’auteur a eu accès dans le cadre de son service), permet d’établir un compte assez exact de leur nombre pour la période de 1956 à 1991. Ainsi, dès l’indépendance du Maroc et jusqu’à la fin de l’existence de l’Union soviétique, plus de 5000 jeunes Marocains ont été formés dans les universités soviétiques.

Ce nombre assez faible de lauréats des écoles supérieures soviétiques – comparé au total des Marocains ayant une instruction supérieure – ne reflète pas le niveau d’importance de ces cadres dans le développement économique du Maroc. Par exemple, au cours d’une conversation avec l’auteur, le gouverneur de la province Rabat-Salé-Zemmour-Zaërs a souligné la haute qualification, la capacité de travail et l’efficacité des lauréats marocains des écoles supérieures soviétiques et russes travaillant dans son administration.[8]

Les destins professionnels

Pendant plusieurs années l’Union soviétique fut un centre d’attraction pour des millions de gens du monde entier, aspirant à recevoir là-bas une formation, à suivre – comme on disait à l’époque – « l’expérience soviétique avancée » et à l′utiliser pour le bien de leur patrie. En revenant chez eux après leur études à Moscou, Kiev, Minsk, Bakou, Tachkent ou d’autres centres d’enseignement supérieur du pays, les lauréats étrangers ramenaient avec eux plus que la connaissance de la langue et de la culture russes, mais également l’amour d’un peuple hospitalier. Bien instruits, ils devenaient des politiciens, des hommes d’État, des ingénieurs, des médecins, des acteurs de la science, de la culture et de l’art dans leur pays. De plus, ils gardaient le souvenir de leur jeunesse étudiante, de leurs meilleures années en Union soviétique, et par cela contribuaient au renforcement des liens entre leurs États et le pays qui avait assuré leur formation.

Revenus dans leur pays natal avec un diplôme soviétique, plusieurs lauréats maghrébins ont accédé à des postes de dirigeants haut placés dans les organismes d’État, les ministères, les entreprises publiques et des compagnies privées, ou sont devenus les représentants des États dans d’autres pays, dans des organisations internationales et régionales. Par exemple, l’Association tunisienne des lauréats des universités soviétiques (plus de 450 membres) rassemble des députés, des gouverneurs, des directeurs généraux d’importantes sociétés publiques et privées, des médecins respectés, des collaborateurs de la radio et de la télévision, des professeurs d’université. Plusieurs ingénieurs formés en URSS sont propriétaires de sociétés privées, de bureaux d’études, de construction et d’architecture.

Au Maroc, les lauréats des écoles supérieures soviétiques travaillent principalement dans la fonction publique et dans tous les secteurs de l’économie nationale : l’architecture et la construction, la géodésie et la cartographie, l’agriculture et la pêche, la science et l’enseignement, la santé publique et la production d’énergie. L’auteur connaît également des journalistes, des acteurs culturels, des employés des P.T.T., des pharmaciens et des médecins travaillant dans des sociétés privées.

Malgré l’absence d’obstacles dans le reclassement des lauréats pour la période antérieure à 1992, lorsque l’accord entre l’URSS et le Maroc sur la reconnaissance des diplômes soviétiques de l’enseignement supérieur, signé en 1960, a pris fin en 1992, ces diplômés n’ont pas eu les carrières espérées. À la différence de l’Algérie et de la Tunisie, ils n’ont pas réussi à accéder à des postes élevés.[9] Cela s’explique par les caractéristiques particulières de la société marocaine, où les principes de solidarité de clan et les clivages sociaux rigides sont forts encore aujourd’hui. On a déjà indiqué plus haut que le contingent des étudiants partis pour des études en Union soviétique grâce aux recommandations de partis de « gauches » et d’organisations syndicales, comprenait principalement des représentants des classes pauvres n’appartenant pas aux familles influentes, dont les membres occupent des positions dirigeantes dans le gouvernement et l’économie du Maroc même aujourd’hui.

À notre avis, les destins professionnels des médecins et des pharmaciens ayant étudié en URSS qui travaillent en secteur privé sont les plus gratifiants. Une excellente qualification, l’universalité des connaissances et des pratiques professionnelles les distinguent favorablement par rapport aux lauréats des écoles supérieures françaises. Ces qualités leur ont assuré une reconnaissance certaine auprès des clients, avec pour conséquence un revenu régulier au-dessus de la moyenne.

* * *

Le départ des étudiants marocains pour des études en URSS dépendait d’un ensemble de facteurs extérieurs et intérieurs. Premièrement, l’URSS accordait des autorisations pour des études supérieures dans n’importe quelle spécialité. Deuxièmement, dans les pays du Maghreb après l’indépendance, il y avait une crise du secteur de l’enseignement. Les capacités des infrastructures universitaires existant à cette époque ne correspondaient pas à la demande apparue dans les sociétés maghrébines.

Le renforcement de l’opposition socialiste et communiste au Maroc – qui, dans les années 60, est entrée en confrontation ouverte avec le gouvernement représentant les intérêts de la grande bourgeoisie nationale – et les répressions qui ont suivi ont contraint une partie des militants du mouvement étudiant à quitter le pays et à partir faire des études en URSS.

L’augmentation du nombre de bourses accordées par l’Union soviétique a permis aux partis d’opposition et aux syndicats durant les années 70-80 d’envoyer la jeunesse des classes pauvres non privilégiées de la société marocaine étudier en URSS. (Rappelons qu’il existait alors un accord entre le Maroc et l’URSS sur la reconnaissance des diplômes des universités soviétiques).

Malgré un excellent niveau de formation et l’existence d’une base juridique pour le libre reclassement lors du rapatriement, les diplômés marocains des écoles supérieures soviétiques  n’ont en majorité pas réussi à accéder à de hautes fonctions dans les administrations publiques et le secteur économique du pays, comme cela a eu lieu dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne. À notre avis, cela tient en premier lieu au fait qu’ils étaient souvent originaires du milieu des artisans, la classe de la petite bourgeoisie urbaine. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux ont indiqué dans les questionnaires des problèmes financiers comme raison du choix des études en URSS.

Et parmi les lauréats des universités soviétiques, figuraient quand même des représentants de clans influents, où se recrutent les élites marocaines. Cela est vrai en particulier pour la génération des étudiants partis en Union soviétique dans les années 60. Ils ont occupé des postes de haut niveau dans le cadre de leur activité professionnelle. Mais aujourd’hui cette génération est celle des retraités.

Bibliographie

Soukhov, Nikolay, 2009, Note analytique : l’image de la Russie au Maroc, Maroc. Non publié.

Vermeren, Pierre, 2006, Histoire du Maroc depuis l’indépendance, Paris, La Découverte.


[1]          L’étude a été réalisée avec le soutien du RGNF. Projet № 13-21-08001 « Étudiants africains en URSS : la mobilité post-universitaire et le développement de la carrière ».

[2]           Interview d’un lauréat de l’université d’État de Moscou (années d’études : 1969-1976), enquête de l’auteur, Tanger – Moscou, 2013.

[3]           «Beaucoup de mes camarades ont été arrêtés en 1974, et le fait que j’étais en URSS m’a sauvé la vie». Interview d’un lauréat de l’Université de Moscou, enquête de l’auteur, Tanger – Moscou, 2013.

[4]           Années de plomb : 1975-1990.

[5]           Le nombre de lauréats des écoles supérieures soviétiques en Tunisie est estimé à plus de 2500 personnes.

[6]           Les philologues, lauréats des écoles supérieures soviétiques sont, par exemple, membres de l’Association marocaine des professeurs de russe, coopérant activement avec le Centre Culturel Russe pour la vulgarisation du russe et de la culture russe au Maroc.

[7]           Les résultats des calculs de l’auteur sont basés sur les relevés statistiques du Ministère de l’enseignement de l’URSS.

[8]           De la conversation avec Hassan Amrani, le gouverneur de la province Rabat-Salé-Zemmour-Zaers, Rabat, 2009.

[9]           Selon l’auteur, le poste le plus important auquel a accédé un lauréat de l’enseignement supérieur soviétique au Maroc, est celui de directeur du Théâtre National, mais le poste avec le plus de responsabilités est celui de directeur régional de l’Office National d’Électricité.

TOUFIQ Maria et HMIZA Touria

Étudiants marocains en URSS : le rapport à la langue de formation et son impact sur l’insertion professionnelle

Maria TOUFIQ

Touria HMIZA

Le choix de l’URSS comme destination et lieu d’études était, pour les étudiants marocains, lié à l’image de cette grande puissance dans les pays du tiers-monde et à l’idéologie de l’époque. Les réalités politiques et culturelles de ces pays n’étaient pas favorables à ce choix, ce qui obligeait les lauréats à des sacrifices et à une certaine lutte pour s’affirmer.

La langue de formation est l’un des problèmes auxquels les lauréats sont confrontés une fois de retour au Maroc pour pouvoir s’intégrer dans un marché du travail qui exprime une préférence pour les lauréats ayant une formation francisante ; ainsi dans notre intervention nous allons affronter l’aspect linguistique afin de comprendre :

  1. Les raisons du choix de l’URSS comme destination pour poursuivre des études supérieures.
  2. Le processus d’apprentissage de la langue de formation.
  3. Comment les lauréats ont-ils vécu le problème d’insertion professionnelle lié à la langue de formation ?
  4. La pratique et l’usage de la langue russe au retour dans le pays : à quelles occasions, en quels lieux et avec qui les anciens étudiants marocains formés en URSS parlent-ils russe ?

À cet égard, nous avons adopté une méthodologie de travail croisant analyse documentaire et entretien individuel semi-directif avec quatorze lauréats de l’ex-Union soviétique, issus de différentes spécialités. Ensuite nous avons soumis un questionnaire à tous ceux qui ont bien voulu participer à cette enquête (au nombre de vingt). Les données obtenues sont basées sur le vécu, les points de vue des lauréats concernant leur rapport à la langue de formation. Enfin, nous nous appuyons aussi sur notre expérience personnelle en URSS entre 1985 et 1991.

Nous ne pouvons pas parler des étudiants marocains qui ont étudié dans les universités et instituts de l’ex-Union soviétique – contrairement à la plupart des lauréats marocains dans d’autres pays étrangers – sans tenir compte des raisons qui les ont poussés à choisir cette destination, étrange à l’époque, pour poursuivre des études supérieures, depuis la fin des années cinquante du siècle dernier, avec l’envoi des premiers boursiers marocains en Union soviétique.

Les raisons du choix de l’URSS comme destination pour poursuivre des études

  1. Plusieurs étudiants ont choisi de poursuivre leurs études en URSS du fait des échos favorables qu’ils ont pu avoir à travers ce qu’ils ont entendu et lu sur ce pays, socialiste, communiste, et porte-drapeau des idées dont ils avaient la conviction de par leur appartenance à l’un des partis progressistes de leur pays. Malheureusement, plusieurs d’entre eux ont eu la grande déception de constater que lesdits échos favorables étaient en flagrante contradiction avec la réalité du vécu en URSS.
  2. D’autres étudiants ont opté pour la poursuite des études en URSS sur incitation de leurs connaissances ou de leurs familles, qui avaient déjà effectué leurs études dans ce pays avec grand succès et qui ont bien réussi leur carrière professionnelle. Les dites connaissances et familles leur avaient fait part de leur appréciation positive des méthodes d’enseignement et du mode de vie en URSS. Il est à signaler cependant, qu’à cause des échos et avantages précités, certains étudiants marocains, après des études de deux, trois et même quatre années en universités marocaines, ont fini par abandonner ces études sans le moindre regret, et décidé de les poursuivre en URSS, le pays connu par son niveau scientifique très élevé et son développement au niveau international, en tant que grande puissance mondiale.
  3. Une 3e catégorie d’étudiants a, pour sa part, saisi l’occasion, sans la moindre hésitation, d’avoir des proches de leur famille appartenant à l’un des partis nationaux, syndicats, organisations de jeunesse et associations, qui bénéficiaient d’un certain nombre de bourses de l’Union soviétique, et qui leur proposaient de poursuivre leurs études dans ce grand pays.
  4. Enfin, une dernière catégorie d’étudiants a été presque obligée d’effectuer des études en URSS par leurs parents ou des membres influents de la famille, qui étaient très impressionnés par le monde soviétique et par la place prépondérante qu’il occupe dans le monde. Et il y a lieu d’affirmer à ce sujet que, d’après des interviews, non seulement aucun de ces étudiants n’a regretté d’être allé en URSS, mais plus encore, ils ont été très reconnaissants à leur famille de les avoir fortement incités à aller en URSS.

Le nombre global des bourses accordées par l’Union soviétique aux étudiants marocains, durant la période allant de 1972 à 1991, a atteint 4400 bourses, soit 220 bourses par an, pour une période de 20 ans (Abdelati, Dorhmi, Dikrayat wa Modakirat, en cours de publication).

La dotation annuelle comprenait : l’éducation, le logement et la bourse mensuelle.

La possibilité d’étudier en Union soviétique était limitée et accordée surtout aux « camarades » des partis communistes, et aux organisations et organes « progressistes » de l’époque.

Par conséquent, l’étudiant se trouvait prisonnier de cette situation, indépendamment de ses croyances personnelles, du fait qu’il était appelé à se soumettre à des règles et des programmes idéologiques imposés dans son cursus universitaire. Il était aussi victime de la politique de son pays, méfiant à la fois par rapport au niveau de formation du lauréat et à la crédibilité des diplômes émis par les institutions soviétiques.

Généralement, les étudiants se sont orientés vers les sciences humaines, l’ingénierie technique ou les études médicales.

Le processus d’apprentissage de la langue de formation

En général les étapes d’adaptation des étudiants étrangers à un nouvel environnement linguistique et socioculturel d’apprentissage sont les suivantes :

  • L’entrée dans le milieu estudiantin.
  • La compréhension des spécificités des étudiants d’autres nationalités étrangères, tout en développant son propre style de comportement.
  • La conviction quant au choix de la carrière choisie et de la formation s’y rapportant.
  • Surmonter la «barrière linguistique».

C’est le dernier point qui nous intéresse dans cette communication. Dès les premiers jours de leur arrivée en Russie, les étudiants étrangers se trouvent fréquemment dans une en grande ignorance de l’environnement socioculturel et linguistique dans lequel ils vont évoluer, et auquel ils sont appelés à s’adapter le plus rapidement possible. Ils commencent, alors, par éprouver des difficultés de communication, mais qui, heureusement, ne durent qu’une courte période, en moyenne les deux premiers mois de l’année préparatoire qui est consacrée à l’apprentissage de la langue et des matières de base de la spécialité. L’étudiant va vite s’apercevoir qu’il bénéficie d’un environnement propice, qui réunit toutes les conditions possibles pour une maîtrise de la langue rapide et efficace.

Alors, comment les étudiants marocains vivent-ils les premiers contacts et les premières difficultés avec la langue de formation ? De quelle manière arrivent-ils à les surmonter ? Quelle est la durée moyenne du processus d’apprentissage du russe ? Les étudiants marocains éprouvent-ils des difficultés au cours de leur cursus universitaire à cause d’une faible maîtrise de la langue ? La connaissance du russe n’est-elle pas un facteur dominant pour une adaptation réussie des étudiants marocains en Russie ?

Étapes de l’apprentissage de la langue russe

a) A son arrivée au pays d’accueil, l’étudiant marocain, comme généralement tous les étudiants étrangers, rencontre des difficultés linguistiques.

La première difficulté qui se manifeste est que le russe est une langue totalement différente (alphabet, écriture, règles de prononciation, etc.) des langues avec lesquelles l’étudiant marocain est familier. D’autant plus qu’à l’époque, même si les Soviétiques sont très cultivés, ils n’en sont pas moins généralement monolingues.

Ainsi, l’étudiant marocain, incapable de dialoguer avec les gens des divers services administratifs ou avec le personnel des magasins lors d’achat d’articles, d’objets, de produits, de denrées alimentaires, ne peut pas compter sur une langue intermédiaire entre lui et son entourage, pour faciliter la communication et la conversation. Il est appelé à communiquer avec les gens dans leur propre langue, en s’appuyant souvent au début sur des mouvements et des gestes des mains, des expressions faciales ou parfois même des dessins.

Il est donc essentiel de développer un mécanisme qui aiderait à renforcer l’expression selon les normes et les critères de la bonne communication. Dans l’esprit des étrangers, les mots se forment souvent de manière dispersée : les relations existant entre les unités lexicales de communication sont mal comprises et par conséquent, les étudiants se trouvent souvent dans des situations délicates (par exemple ceux qui ont acheté des bouteilles de vinaigre à la place d’eau minérale, ou celui qui s’adressait tout le temps à son professeur en lui disant d’un air très content « Aujourd’hui il fait beau ! » (Sivodna kharacho), alors qu’il voulait lui dire « Aujourd’hui, vous êtes belle ! »

b) Conscient du changement de son entourage socioculturel et de l’absence de contact communicatif habituel avec la famille, les amis et les compatriotes, l’étudiant marocain entame le processus de son adaptation au nouvel environnement. De ce fait, il cherche de nouvelles amitiés, qui peuvent vraiment l’aider à surmonter les difficultés rencontrées. Il est à noter que l’adaptation réussie d’un étudiant étranger à la nouvelle vie sociale et culturelle passe d’abord par la communication active avec les étudiants soviétiques. Ceci permet de surmonter les difficultés rencontrées afin de s’adapter à la nouvelle société. Nous constatons que ces relations amicales, non imposées par le processus éducatif, apportent des résultats des plus fructueux dans l’acquisition du langage.

c) Par ailleurs, il existe toujours des étudiants qui n’arrivent pas à s’adapter, car tout ce qu’ils découvrent dans cette nouvelle société s’oppose à leur culture, et une grande partie de la réalité soviétique constitue pour eux un état de choc et sème en eux la confusion.

C’est là qu’intervient le rôle de l’enseignant et surtout du « curateur » dont les fonctions essentielles consistent à fournir tous les efforts pour associer les étudiants étrangers aux activités sociales et culturelles de l’université, afin de leur permettre d’assimiler et de se familiariser avec la culture locale, et ce, à travers l’organisation de fêtes, de conférences académiques, d’événements sportifs, de festivals de musique, de visites des musées et des places historiques, la lecture et la discussion de la littérature classique, des romans historiques, etc.

Effectivement, parmi les facteurs les plus importants dans l’accélération de l’apprentissage de la langue russe : la grande compétence et le sérieux des professeurs de russe ainsi que les outils pédagogiques mis à leur disposition. L’étudiant ne peut que rester admiratif devant la motivation et la passion avec laquelle ils effectuent leur travail. À cet égard, beaucoup d’entre eux n’hésitent pas à inviter leurs étudiants à leur domicile, chaque fois que l’occasion se présente, et notamment pendant les fêtes. Ce geste touchait énormément les étudiants, car il leur permettait de découvrir de près la culture, le mode de vie, les habitudes et les traditions russes (Toufiq, Maria, 1999, Dikrayati fi Alitihad Assouviati, p. 41).

Selon M. Ivanova et N.A. Titkova « les facteurs qui déterminent le succès de l’adaptation des étudiants étrangers sont, en premier lieu, le climat psychologique au sein du groupe de formation et la méthodologie de l’enseignant » (Иванова М.А., Титкова Н.А.,1993 Социально-психологическая адаптация иностранных студентов первого года обучения в вузе).

D’autre part, les outils pédagogiques utilisés dans l’enseignement de la langue étaient très efficaces (manuels dont le contenu est riche et réparti sur deux semestres d’une manière surprenante, laboratoires de langue très bien équipés, matériel audiovisuel, sorties et excursions pédagogiques.)

L’objectif de l’enseignement de la langue russe pendant l’année préparatoire, et surtout durant le premier semestre, vise à permettre aux étudiants d’acquérir des connaissances utiles pour communiquer avec leur entourage. La compétence linguistique demande la maîtrise de tous types d’unités linguistiques syntagmatique et paradigmatique. Parmi les difficultés rencontrées par les étudiants marocains : la spécificité de l’accent russe, les nombreuses exceptions à toutes les règles de grammaire, le pluriel des mots, la prononciation spécifique de certaines lettres russes, et les différentes formes du verbe.

Le programme du deuxième semestre vise à atteindre les objectifs suivants :

  • Préparer les futurs spécialistes, de façon à avoir les compétences de lecture et de recherche de bibliographie spécialisée en russe
  • Utiliser la langue russe comme moyen de formation d’un spécialiste qualifié
  • Développer les compétences en communication

Nous notons que la gestion réussie du processus de l’enseignement du russe aux étudiants étrangers fait partie intégrante de la solution du problème de leur adaptation, puisqu’elle se réalise d’une manière spontanée et rapide. Au bout de quelques mois, l’étudiant ne peut même pas dire depuis quand il a commencé à parler russe couramment, car la méthode d’enseignement et d’encadrement est très motivante et donne aux étudiants une grande envie d’apprendre (Toufiq, Maria, 1999, Dikrayati fi Alitihad Assouviati, p. 41).

Cependant, il est essentiel de signaler que d’autres facteurs ont facilité le processus d’apprentissage des étudiants marocains. Nous pouvons citer à cet égard, et à titre d’exemples non limitatifs, les points identifiés lors de nos interviews avec quelques-uns d’entre eux :

  • Le bon niveau de formation reçu dans le pays natal leur a permis de mettre en œuvre leurs connaissances acquises pour un apprentissage rapide de la langue. À ce titre, ils attestent qu’ils étaient bien appréciés par leurs enseignants et se classaient généralement parmi les premiers.
  • Leur connaissance de plusieurs langues, notamment l’arabe, le français et l’anglais, les a beaucoup aidés au cours de l’apprentissage du russe.
  • Les méthodes d’enseignement adoptées dans les universités soviétiques étaient très appropriées, et les Marocains s’y étaient bien adaptés et s’y retrouvaient parfaitement.

Si la tâche principale de l’année préparatoire est le développement de compétences linguistiques qui permettraient à l’étudiant d’accéder aux différents établissements universitaires, il existe, toutefois, des exigences dues au fait que pour les étudiants étrangers, la langue russe est un outil pour poursuivre leurs études, dont la qualité dépend du degré de maîtrise de cette langue.

A. N. Choukine définit la compétence communicative comme « la capacité de traiter avec les moyens de la langue étrangère, les tâches culturelles de la communication dans la vie quotidienne, éducative et culturelle, la capacité des étudiants d’utiliser les faits de la langue et du discours aux fins de communication » (Азимов, Щукин, 2010, с. 107).

A cet égard, une place particulière est accordée aux problèmes de la compétence linguistique et communicative des étudiants de première année universitaire. C’est une période d’engagement intense des étudiants dans le processus d’apprentissage. Ils sont amenés à fournir plus d’efforts en revenant aux manuels pour plus de compréhension, ce qui crée pour eux un travail supplémentaire par rapport aux étudiants russes.

Le programme vise à doter les étudiants du savoir-faire et des compétences que devrait avoir en sus, le futur spécialiste, tels que :

  • L’assimilation du matériel lexical de façon à pouvoir surmonter les difficultés qui ne cessent de s’accroître au fur et à mesure de l’approfondissement de la langue russe.
  • La capacité à mener un dialogue professionnel avec toutes les caractéristiques que cela peut exiger.
  • Les particularités linguistiques du style scientifique, qui n’est pas seulement un système bien établi de termes et de concepts, mais aussi un système de développement des mécanismes de la communication professionnelle.

Au terme de leur formation, les étudiants marocains ont généralement un très bon niveau en langue russe ; d’ailleurs leurs enseignants russes ne cachent pas leur joie quand ils ont devant eux, dans le groupe, des Marocains, car d’après eux ils ont une grande capacité d’assimilation qui fait défaut à beaucoup d’autres étudiants étrangers.

Cependant, après leur retour au Maroc, les lauréats marocains sont-ils aussi appréciés qu’en Russie, et à quel genre de problèmes sont-ils confrontés dans la recherche d’un emploi ?

La pratique et l’usage de la langue russe au retour dans le pays

La langue de formation est l’un des problèmes auxquels les lauréats sont confrontés une fois de retour au Maroc pour pouvoir s’intégrer dans un marché du travail qui favorise en premier lieu le français et l’arabe, comme principales langues de travail.

Par conséquent, si la connaissance de la langue russe est un facteur décisif pour une adaptation réussie des étudiants marocains en Russie, ne représente-t-elle pas aussi une barrière à leur insertion et leur épanouissement professionnels au Maroc ?

Il faut avouer cependant qu’une autre difficulté s’ajoute au problème linguistique que rencontrent les lauréats après leur retour au pays d’origine, et qui réside dans la reconnaissance des diplômes obtenus. Ceci est dû parfois à une volonté politique qui est plutôt favorable aux diplômes émanant de pays occidentaux, vu la proximité, l’échange et les similitudes partagés avec eux dans plusieurs domaines.

Il faut reconnaître toutefois que certains diplômes techniques sont acceptés plus facilement que d’autres :

  • Soit en raison de l’existence de conventions entre l’URSS et le Maroc : pêche maritime ;
  • Soit en raison du manque de diplômés dans un domaine donné : ITA, et formation professionnelle ;
  • Soit en raison de leur compétence et de leur haut degré de conscience professionnelle qui, en réalité, est à la base des principes les plus nobles qu’ils ont appris durant leur formation, à savoir, l’attachement aux principes de l’humanisme, la volonté de se mettre au service de l’intérêt général.

Par ailleurs, on ne peut pas négliger l’existence de difficultés et d’obstacles empêchant une meilleure intégration dans le marché du travail, dont les principaux facteurs sont techniques et centrés sur :

  1. L’équivalence des diplômes en conformité avec les normes du Maroc ;
  2. Les préjugés sur le niveau de formation des lauréats de l’Union soviétique par rapport à ceux d’autres pays européens ;
  3. Aucune utilisation de la langue russe dans les institutions marocaines, ou presque, si l’on exclut son statut de langue facultative dans quelques universités marocaines (Rabat, Mohammedia, Casablanca, Fès et Meknès), ainsi que dans le secteur du tourisme au cours des dix dernières années ;
  4. Manque d’activités culturelles liées à la langue russe, ce qui affaiblit son usage et le rayonnement qui peut lui être donné ;
  5. L’influence européenne sur le marché marocain.

De ce fait, les lauréats des institutions soviétiques se livrent à une série d’actions pour répondre au besoin du marché marocain :

  • Obtenir une équivalence du diplôme.
  • Travailler dans le domaine de leur formation.
  • Perfectionner la langue utilisée sur leur nouveau lieu de travail, notamment le français et/ou l’arabe.
  • S’affirmer au milieu des autres collègues diplômés d’autres institutions européennes, etc.

En conclusion

Nous pouvons noter que la langue russe, après avoir servi d’outil de formation, est réduite, une fois rentrés au Maroc, à un outil de communication très limité dans un cercle très restreint composé de lauréats des établissements russes entre eux ou avec leurs épouses russes. Mais dans leur quotidien ils ont recours aux deux langues utilisées dans l’administration marocaine : le français et l’arabe.

On peut rester dans la logique des témoignages cités dans cette communication et résumer la problématique de la langue russe chez les lauréats marocains des institutions au temps de l’Union soviétique comme suit :

De retour au Maroc, les lauréats des institutions soviétiques de l’enseignement supérieur se sont trouvés confrontés au problème de la langue à deux niveaux :

  •  Au niveau de l’accès à la vie professionnelle.
  • Au niveau de l’usage au quotidien d’une langue pour l’apprentissage de laquelle ils ont fourni de grands efforts. La cause principale de cette difficulté se trouve dans le fait qu’une autre langue, la langue française, est dominante au Maroc, aussi bien au niveau de la fonction publique et dans le monde des affaires que dans l’enseignement supérieur, la recherche et dans les professions libérales.

Au premier niveau, ils étaient confrontés à trois difficultés :

  1. Le problème de l’équivalence.
  2. Le problème de la vision et des préjugés qu’on avait par rapport à leurs compétences.
  3. Les suspicions vis à vis de ces lauréats à cause de l’idéologie des pays où ils ont été formés.

Heureusement, l’équivalence, malgré les lenteurs administratives, était donnée sur la base du cursus, abstraction faite du problème de la langue.

Quant aux réticences au sujet de la compétence, elles n’étaient présentes que du côté du secteur public, alors que les autres secteurs d’accès – les professions libérales, l’enseignement et la recherche à l’université, et l’insertion dans les entreprises privées – se basaient dans leurs recommandations et pour leurs recrutements sur une meilleure connaissance du cursus soviétique, sur concours et entretien, ainsi que sur les périodes d’essai.

Pour mieux illustrer cette situation un peu complexe, nous permettons de citer brièvement des cas que nous connaissons personnellement :

  1. Le cas – qui est aussi le nôtre – des lauréats qui ont étudié la langue et la littérature russe. La fascination de cette langue à l’époque faisait partie du prestige de l’Union soviétique et de l’accueil qui a été réservé à son idéologie dans les pays du tiers-monde. À vrai dire, ce type de lauréats a obtenu l’équivalence des diplômes et a accédé à l’université pour enseigner la langue comme langue optionnelle dans différents départements des facultés de lettres. Seules quelques facultés de lettres ont offert cette possibilité au début des années 1990. Il faut ajouter à propos de ce cas que le lauréat se trouve coupé de l’environnement de la langue et n’a pratiquement aucune occasion de l’utiliser hors de ses classes de débutants.
  2. Un lauréat en sciences médicales ; il appartenait à une famille citadine qui pouvait l’aider au niveau de l’équivalence. Il a ouvert son cabinet privé et a commencé à exercer. Il se distinguait par ses gestes humanitaires et gagna une clientèle fidèle en quelques années. Il faut ajouter que le niveau en langue française de ce médecin, avant son départ pour les études, lui a facilité après quelques mois l’écriture des prescriptions, tout en orientant les malades vers des pharmacies tenues par ses connaissances. Ce médecin se distinguait aussi par son élégance et par l’animation de son cabinet médical grâce à la douce musique des grands compositeurs russes.
  3. Un lauréat, fils d’une famille proche du pouvoir à Rabat. Il a été introduit au Ministère des Affaires Étrangères et après quelque temps a été envoyé dans une ambassade du Maroc en Europe de l’Est. Ainsi a-t-il eu le temps de passer aux choses sérieuses en améliorant son niveau de langue française et anglaise pour pouvoir évoluer au mieux dans le département qui l’a accueilli d’une manière exceptionnelle.
  4. Un lauréat, diplômé en sciences politiques, qui a pris conscience de la difficulté de pratiquer la langue russe dans son pays. Il a ainsi fait un séjour de deux années en France dans un département de recherche universitaire qui s’intéressait aux études stratégiques concernant l’Union soviétique. Après ces deux années et avec une ou deux publications conjointes en langue française, il a pu accéder à l’enseignement au niveau de la faculté de droit.
  5. Un lauréat, titulaire d’un diplôme en chimie. Il se trouve que ce lauréat n’avait aucune compétence en langue française et que le domaine pointu dans lequel il se spécialisait était la chimie nucléaire. Il a ainsi accumulé un nombre suffisant de handicaps pour désespérer aussi bien du secteur de la fonction publique que de celui de l’université. Étant quelqu’un d’entreprenant, il a créé une petite société de nettoyage qui n’a pas tardé à devenir importante sur le marché.
  6. Un lauréat diplômé dans la mécanique des équipements agricoles. Ce lauréat s’est inscrit au cours de langue française à l’Institut français de Casablanca et après une seule année, il a pu être recruté par une société spécialisée dans l’importation de ce type de matériel d’origine allemande ;
  7. Ce septième lauréat était un militant actif avant son départ pour l’Union soviétique. Bien qu’il ait perdu beaucoup de sa ferveur militante durant les études, il n’a cherché, après son retour au Maroc, à accéder à aucune profession. Il s’est juste occupé des affaires de son parti politique oubliant les Russes et son parti d’origine, jusqu’à gagner un jour aux élections, grâce en quelque sorte à sa faconde en langue arabe ;
  8. Ce lauréat a fait du journalisme, ce qui l’a amené à exercer dans sa langue natale, la langue arabe, et à se faire un nom par les articles qu’il publiait sur le développement des pays d’Europe de l’Est à partir de l’ère Gorbatchev ;
  9. Ce lauréat est retourné au Maroc marié à une jeune femme russe, leur premier enfant est né lorsqu’ils faisaient leurs études. Sa femme, qui s’est spécialisée dans le design de bijoux bon marché, a ouvert un petit atelier et lui s’occupait de la vente sur place et de la distribution. Il est le seul à garder la langue russe dans son quotidien en famille. Il n’empêche qu’ils ont fait, sa femme et lui, tout leur possible pour inscrire leurs enfants dans une école de la mission culturelle française ;
  10. Ce dernier cas n’est pas celui d’un lauréat ; c’est le cas du fils de l’une d’entre nous, qui a vu le jour à Leningrad, alors que sa mère y poursuivait ses études. Il a passé ses trois premières années dans un environnement linguistique russe et parlait cette langue comme les enfants russes avec qui il jouait quotidiennement. A la fin des études, pour la préparation du mémoire de sa mère, il a été envoyé chez ses grands-parents au Maroc. Lorsque sa mère est rentrée définitivement au pays, l’enfant parlait parfaitement l’arabe mais plus un mot de la langue russe. Maintenant, il est ingénieur dans une société européenne à l’étranger ; il lui arrive de montrer à ses amis la vidéo où il parlait parfaitement une langue dont il ne garde aucun mot, la langue russe. Pour lui, ce n’est plus qu’un sujet d’étonnement, d’amusement et de nostalgie.

 

_________________________________________________________________

Bibliographie

Abdelati, Dorhmi, Dikrayat wa Modakirat, en cours de publication.

Azimov/Азимов/, Choukine /Щукин/ 2010, Новый словарь методических терминов, p. 107.

Ivanova/Иванова М.А./ Титкова Н.А.,1993, Социально-психологическая адаптация иностранных студентов первого года обучения в вузе.

Toufiq, Maria, 1999, Dikrayati fi Alitihad Assouviati.

 

La circulation et la reconversion des élites africaines, des années 1950 au début des années 1990

TABLE RONDE INTERNATIONALE SUR

La circulation et la reconversion des élites africaines, des années 1950 au début des années 1990 :

Afrique-Europe de l’Est-Europe occidentale – Amériques

Dakar, 27-29 novembre 2012

Avec le soutien de :

–        La Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris

–        La Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation de l’UCAD

–        L’Ecole Doctorale ET.HO.S de l’UCAD

1.     Thème général et objectifs

Le programme de recherche ELITAF (Etudiants et Elites africaines formées dans les pays de l’ex-bloc soviétique) initié par le Réseau international sur les Acteurs Emergents (RIAE) a retenu entre autres objectifs «de retracer l’histoire de la mobilité estudiantine de l’Afrique principalement vers les pays de l’ex- bloc soviétique (URSS, Europe centrale et de l’Est, Cuba) : flux, destinations, conditions de séjour, formations, de faire le bilan des études déjà réalisées tant du point de vue des pays de départ que  des pays d’accueil, de rapporter les évolutions des caractéristiques de ces mobilités avec les grands événements politiques qui ont scandé  les relations Est-Ouest »[1]

En lien étroit avec ce programme de recherche d’une durée de trois ans et dans le cadre de la commémoration du cinquantenaire de la Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation (anciennement Ecole Normale Supérieure) de l’Université Cheikh Anta Diop à Dakar, le Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Education et les Savoirs (GIRES), en partenariat avec le Réseau International sur les Acteurs Emergents (RIAE), a retenu d’organiser une Table Ronde internationale centrée sur le thème général de « la formation des élites africaines dans les pays de l’Est ». La Table Ronde ambitionne, dans une démarche comparatiste, de réfléchir sur la formation, circulation et la reconversion des élites africaines (anciens étudiants militants ou non, élites des partis « révolutionnaires » – syndicalistes – élites militaires – etc.) entre les pays d’Afrique, les pays d’Europe de l’Est ou de l’aire d’influence soviétique, les pays d’Europe occidentale, les Amériques[2].

Il s’agira notamment d’identifier et d’analyser les mutations et permanences dans les rapports d’adhésion ou de mise en parenthèses d’un modèle sociétal, de normes et valeurs. Ce qui revient à une appréciation des conditions et médiations de la domestication ou du bon usage de l’internationalisation[3] facilitée ou non par des organisations politiques, syndicales, etc.[4] Pour la plupart des pays concernés, la « filière politique » a pratiquement cessé de fonctionner après la chute du mur de Berlin en 1989, même si des stagiaires et des étudiants continuent d’aller dans les pays de l’ancien Bloc soviétique avec des bourses de la coopération officielle bilatérale.

 2.     Axes de réflexion et d’échanges

A partir des regards croisés de chercheurs, d’anciens étudiants et d’institutionnels (administratifs – hommes politiques – organismes) ayant contribué à la sélection et à la facilitation de l’envoi de jeunes, de cadres administratifs et/ou politiques dans les anciens pays de l’Est, il sera apprécié le travail d’appropriation et de retraduction de modèles (sociopolitiques et/ou intellectuels) opéré par les différentes générations des élites africaines en termes d’engagement politico-syndical ou d’employabilité (capital personnel que l’individu doit gérer et qui est constitué de la somme de toutes ses compétences mobilisables pour être recruté, employé). En d’autres termes, l’on tentera d’analyser comment et pourquoi, de retour chez eux, les acteurs concernés déconstruisent et retraduisent, à leurs propres avantages ou pour la société, les savoirs acquis à l’étranger.

En privilégiant trois grands repères dans le processus (l’avant – la période de formation – l’après retour), les questionnements et échanges s’articuleront autour de trois sous-thèmes.

1)     Le choix des pays du Bloc de l’Est

  • Pourquoi et comment aller dans les pays du Bloc de l’Est ?
  • Rôle et la place des agents de facilitation ou ‘passeurs’ (Partis politiques – Centres culturels – Gouvernement – organisations internationales d’étudiants ou de syndicats – etc.)
  • Modes et critères de sélection ainsi que les profils socioculturels des étudiants
  • Parcours d’acheminement (pays relais pour les ‘politiques’ en particulier)

2)     Types de formation – Insertion socioculturelle dans les pays d’accueil

  • Filières et pays de formation
  • Méthodes et contenus de formation
  • Vie estudiantine dans les pays de formation
  • Mariages mixtes

3)     Reconnaissance d’une formation – Engagement – Reconversion

  • Légitimité et reconnaissance socio-administrative des diplômes
  • Réseaux de connexions et d’interconnexions des anciens des pays de l’Est : poids et degré d’influence des associations dans l’insertion professionnelle et sociopolitique
  • Rapports à la langue de formation, mariages mixtes
  • Mutations et permanences dans les trajectoires professionnelles et l’engagement sociopolitique : fabrication, évolution des savoirs et sens (perception de l’engagement pour une cause, un idéal).

[1] – Pour contrer un tant soit peu ce flux d’étudiants africains vers l’Est, les USA vont mettre en place une politique de « charter ». Cf. par exemple Charton, H. (2005). La formation des Africains aux Etats-Unis de 1860 à 1960, une histoire paradoxale, in Mama Africa. Hommage à Catherine Coquery-Vidrovitch, Chanson-Jabeur, C. & Goerg, O. (dir), Paris, L’Harmattan, pp. 219-231.

[2] – cf. Jean Chatain, Augusta Epanya, Albert Moutoudou (2011). Kamerun, l’indépendance piégée – De la lutte de libération à la lutte contre le néocolonialisme, Paris, L’Harmattan

[3] – Cf. notamment Mazella S (sous dir.). (2009). Mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Paris, Karthala-IRMC ; Niane, B. (2011). Elites par procuration – Handicaps et ruses des dirigeants politico-administratifs sénégalais, Paris, L’Harmattan

[4] – Voir ce propos Dieng, Amady Ali (2011). Mémoires d’un étudiant africain. Vol II De l’université de Paris à mon retour au Sénégal (1960-1967), Dakar, CODESRIA