Archives par mot-clé : narrativité

Du biographique en sciences sociales

elitaf-CahiersQuelques réflexions épistémologiques à partir des “récits” de Gabriel Cissé, étudiant sahélien en URSS

par Michèle Leclerc-Olive, IRIS/CNRS/EHESS et RIAM

Discutantes : Johanna Siméant, CRPS/CESSP/Université Paris I Panthéon-Sorbonne, et Lila Belkacem, IRIS/CNRS/EHESS

Gabriel Cissé, étudiant sénégalo-malien a fait une partie de ses études universitaires à Kiev entre 1978 et 1985. A son retour, il n’a pas accès à la carrière attendue. Contraint d’accepter divers emplois précaires, au Sénégal, au Mali ou en Côte d’Ivoire, il rentre définitivement au Mali au lendemain des mouvements de mars 1991 (et du renversement du régime de Moussa Traoré), où il occupera divers postes de professeur de russe et de français avant de décéder à la fin des années 2000.

Poète, écrivain et enseignant, Gabriel Cissé nous a laissé un abondant corpus d’entretiens et de textes, certains destinés à la publication.  C’est à partir de ce corpus que seront examinées plusieurs questions. Que nous apprennent ces matériaux sur l’expérience biographique de G. Cissé ? Comment analyser un corpus de textes et d’entretiens en partie discordants ? En quoi ce corpus permet-il de réinterroger les usages que les sciences sociales, et la sociologie en particulier, font « du biographique » (« le biographique » est ici utilisé comme terme générique chargé de subsumer : histoire de vie, récit de vie, entretien biographique, biographie, storytelling, journal personnel, autobiographie etc.) ? Que nous apprend-il de la distinction, réputée observable, entre fiction et réalité ? Une liste d’ouvrages (distribuée et commentée en séance) permettra d’esquisser “par l’exemple” (c’est-à-dire de manière “extensive”) le champ d’investigation que cette recherche souhaite engager et qui n’aura été abordé dans ce séminaire que de manière “compréhensive” (c’est-à-dire à travers une identification théorique). En examinant ainsi les conditions de la transmission de l’expérience et les responsabilités qui en découlent pour les sciences sociales, c’est la question plus générale de la narrativité dans l’espace public qui sera abordée en conclusion.

Mardi 28 janvier 2014, de 14h à 17h

Lieu : Fondation Maison des Sciences de l’Homme, 190 avenue de France, salle du conseil A (R-1)